Chypre Ancienne

Article

Carole Raddato
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 21 mars 2019
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Située au carrefour de la Méditerranée orientale, l'île de Chypre fut longtemps le point de rencontre de nombreuses grandes civilisations. Située au point de rencontre de l'Europe, de l'Asie et de l'Afrique, sa situation géographique a façonné son histoire de rassemblement des civilisations. De nombreuses puissances ont conquis l'île, et Chypre fut gouvernée tour à tour par les Hittites, les Égyptiens, les Perses et les Grecs, jusqu'à ce qu'elle ne soit absorbée par les Romains. Chypre est également connue sous le nom d'"île de l'amour". Selon la mythologie, Aphrodite, la déesse grecque de l'amour et de la beauté, serait née de l'écume de la mer sur la côte sud-ouest de l'île.

Aphrodite's Rock in Cyprus
Le rocher d'Aphrodite à Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Avec son impressionnant héritage historique, Chypre est inévitablement une destination de rêve pour les archéologues.

Les premiers peuplements de Chypre apparurent à l'ère néolithique, vers 7000-6000 avant notre ère. Avec le développement du cuivre entre 3900 et 2500 avant notre ère, un commerce florissant apporta richesse et prospérité à l'île. Chypre devint un centre de commerce de premier plan entre le Proche-Orient et l'Occident. Cependant, l'événement qui marqua de façon permanente la vie de Chypre fut l'arrivée des Mycéniens et des Achéens entre le 13e et le 11e siècle avant notre ère. Ils introduisirent leur langue, leurs coutumes, leur culture et leurs arts et fondèrent de nouvelles villes. La situation stratégique de Chypre et ses ressources naturelles attirèrent l'attention de nombreux envahisseurs.

Supprimer la pub
Publicité

Le géographe grec Strabon, qui visita Chypre, décrivit l'île dans ses Geographica (23 de notre ère): "En ce qui concerne la fertilité, Chypre n'est inférieure à aucune des îles, car elle produit à la fois du bon vin et de la bonne huile, ainsi qu'une quantité suffisante de céréales pour son propre usage" (Strab. XIV. p. 383).

Carte interactive de Chypre

Peu à peu, les cités-états grecques tombèrent aux mains des Assyriens (700 av. J.-C.), des Égyptiens (565 av. J.-C.) et des Perses (546 av. J.-C.). La domination perse dura jusqu'en 332 avant notre ère, après l'intervention d'Alexandre le Grand et sa victoire à Tyr. Après la mort d'Alexandre le Grand, Chypre fut rattachée à l'Égypte sous le règne des Ptolémées. Pendant la période hellénistique, la vie culturelle et les arts se développèrent. C'était l'époque des grands travaux publics et la ville de Paphos devint la capitale. En 58 avant notre ère, Chypre fut annexée par Rome. L'île reçut le statut de province et une période de grands projets de construction publique commença. La période romaine s'acheva au IVe siècle de notre ère avec la division de l'Empire romain et Chypre devint partie intégrante de l'Empire byzantin, le christianisme devenant la religion officielle. D'autres peuples prirent ensuite le contrôle de l'île: les Francs, les Vénitiens, les Ottomans, les Britanniques et, aujourd'hui, les Turcs du nord de Chypre.

Supprimer la pub
Publicité

Avec cet héritage historique impressionnant, Chypre est inévitablement une destination de rêve pour les archéologues. Elle est devenue célèbre pour ses sites archéologiques et ses trésors, dont trois sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO. Nous avons dressé une liste des 5 sites archéologiques à visiter sur l'île de l'amour.

Salamine

Autrefois ville portuaire prospère et importante cité-état grecque sur la côte orientale de Chypre, Salamine offre un aperçu alléchant de la vaste histoire de l'île. Selon la tradition grecque ancienne, Salamine aurait été fondée après la guerre de Troie par l'archer Teucros, fils du roi Telamon, originaire de l'île de Salamine, au large de l'Attique. Demi-frère du héros Ajax, Teucros ne put rentrer chez lui après avoir échoué à empêcher le suicide de son demi-frère, ce qui l'amena à fuir à Chypre où il fonda Salamine. Successivement contrôlée par diverses puissances dominantes, Salamine servit de port principal et de capitale à l'île pendant un millier d'années. La ville connut une grande richesse et domina l'île jusqu'à sa quasi-destruction au IVe siècle de notre ère à la suite d'une série de tremblements de terre. La plupart des ruines que nous voyons aujourd'hui datent de l'époque romaine. Situées le long de la côte, elles s'étendent sur plus d'un kilomètre de long. Parmi les nombreux sites impressionnants de Salamine figurent le gymnase, les thermes romains, le théâtre et les basiliques.

Supprimer la pub
Publicité

Gymnasium of Salamis, Cyprus
Gymnase de Salamine, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le gymnase était consacré à l'entraînement des athlètes. Ses vestiges, avec une cour à colonnades et des bassins adjacents, évoquent l'époque glorieuse de Salamine. Le vaste terrain d'exercice fut détruit par plusieurs tremblements de terre et fut restauré sous le règne d'Hadrien au IIe siècle de notre ère, ainsi qu'au IVe siècle par l'empereur byzantin Constance II, qui rebaptisa la ville Constantia. Les vestiges visibles du gymnase datent de ces deux restaurations tardives.

The Gymnasium Pool of Salamis, Cyprus
La piscine du gymnase de Salamine, Chypre
Carole Raddato (CC BY-SA)

Le gymnase disposait de latrines. Il s'agissait d'une structure semi-circulaire à colonnades pouvant accueillir 44 personnes. Ce sont les plus grandes jamais trouvées à Chypre.

The Latrines of Salamis, Cyprus
Les latrines de Salamine, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

À l'est du gymnase se trouve le complexe de bains avec une salle de sudation, des bassins bordés de marbre, des chambres froides et chaudes et un hypocauste apparent (système de chauffage par le sol). Le bâtiment était décoré de mosaïques et de fresques à thème mythologique. Une mosaïque représente le massacre des Niobides par Apollon et Artémis, tandis qu'une autre illustre la célèbre légende de Léda et Zeus. Une fresque représente Hylas, le jeune ami d'Hercule, et une nymphe des eaux. Tout comme le gymnase, les thermes furent reconstruits à l'époque byzantine.

Supprimer la pub
Publicité

Bath Complex of Salamis, Cyprus
Complexe thermal de Salamine, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Fresco with Hylas in Salamis, Cyprus
Fresque avec Hylas à Salamine, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le théâtre romain est un autre site spectaculaire. Construit sous le règne de l'empereur Auguste (27 av. J.-C. - 14 ap. J.-C.) et achevé sous Trajan et Hadrien (98 - 138 ap. J.-C.), il pouvait à l'origine accueillir plus de 15 000 spectateurs. Il fut en grande partie détruit par des tremblements de terre successifs et ses pierres furent enlevées pour fournir des matériaux de construction aux reconstructions paléochrétiennes du gymnase et des thermes. Aujourd'hui, le théâtre a été partiellement restauré et accueille occasionnellement des représentations théâtrales et d'autres activités culturelles pendant l'été.

Roman Theatre of Salamis, Cyprus
Théâtre romain de Salamine, Chypre
Carole Raddato (CC BY-SA)
Roman Teatre of Salamis, Cyprus
Théâtre romain de Salamine, Chypre
Carole Raddato (CC BY-SA)

Les ruines de la basilique Kambanopetra, construite au IVe siècle de notre ère, occupent une position magnifique surplombant la mer. À l'origine, il s'agissait d'un complexe impressionnant avec une grande cour rectangulaire à colonnades et des portiques sur les quatre côtés, attenant à une basilique à trois nefs.

Kambanopetra Basilica in Salamis, Cyprus
Basilique Kambanopetra à Salamine, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Pendant plus de mille ans, Salamine fut ensevelie sous une épaisse couche de sable qui la préserva du pillage et de la destruction.

Supprimer la pub
Publicité

Autres sites remarquables autour de Salamine:

  • Enkomi (Alasia) était une importante cité de l'âge du bronze datant de 1800 avant notre ère et un important centre de commerce du cuivre. Les ruines du site sont situées à environ deux kilomètres à l'ouest de Salamine. Bien que le site ait été pillé à plusieurs reprises au cours des siècles, certaines des découvertes les plus importantes d'Enkomi ont été mises au jour au début du 20e siècle. Ces découvertes comprennent deux statuettes en bronze datées du début du XIIe siècle avant notre ère (aujourd'hui conservées au musée de Chypre). Après un tremblement de terre survenu vers 1050 avant notre ère, le site fut abandonné, laissant la place à l'essor de Salamine.

Bronze Horned God & Ingot God from Enkomi, Cyprus
Dieu cornu en bronze et dieu au lingot d'Enkomi, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Site archéologique de Paphos

Paphos est l'un des sites archéologiques les plus fascinants de l'île et le plus accessible aux visiteurs. Situé dans la station balnéaire de Paphos, sur la côte sud-ouest de l'île, Nea Pafos - comme on l'appelait dans l'Antiquité - abrite un trésor de mosaïques antiques parmi les plus somptueuses au monde. Fondée à la fin du IVe siècle avant notre ère, Pafos devint la capitale de l'île, remplaçant Salamine, à l'époque hellénistique et romaine. Aujourd'hui inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, le site est une vaste zone archéologique qui abrite les vestiges de quatre villas romaines, d'un odéon, d'une agora, d'un Asclepeion (temple de guérison, sacré pour le dieu Asclépios, dieu de la médecine) et de tombes royales.

House of Theseus at Paphos, Cyprus
Maison de Thésée à Paphos, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La ville occupait à l'origine une superficie d'environ 950 000 mètres carrés et atteignit son apogée pendant les périodes antonine et sévérienne (seconde moitié du IIe siècle / début du IIIe siècle de notre ère). Cela se reflète dans le nombre de bâtiments opulents, tant publics que privés, qui ont survécu à cette période. Comme Salamine, Nea Pafos fut gravement endommagée par des tremblements de terre à plusieurs reprises et connut un déclin après le tremblement de terre dévastateur du 4e siècle de notre ère. Une découverte fortuite faite en 1962 par un agriculteur qui labourait son champ a permis de mettre au jour d'exquises mosaïques qui décoraient les sols des riches demeures de l'époque romaine.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'une des mosaïques les plus exquises et les mieux conservées mises au jour sur le site est la mosaïque ronde de Thésée et du Minotaure dans la villa de Thésée, nommée d'après la représentation du héros athénien combattant le monstre crétois dans le Labyrinthe.

Theseus and the Minotaur Mosaic in Paphos, Cyprus
Thésée et la mosaïque du Minotaure à Paphos, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La Villa de Thésée occupe une superficie d'environ 9600 mètres carrés et jusqu'à présent, plus de 1400 mètres carrés de pavement en mosaïque ont été découverts à l'intérieur du bâtiment. Avec plus de 100 pièces, la maison est la plus grande structure résidentielle de l'île et l'une des plus grandes de la Méditerranée. Elle était la résidence du gouverneur de Chypre (proconsul). Cette maison fait encore l'objet de fouilles aujourd'hui.

L'autre mosaïque à voir dans la Villa de Thésée est celle qui représente la Naissance d'Achille. Le héros est allongé dans les bras de sa mère Thétis, qui est représentée au centre, allongée sur un lit. Cette partie de la scène a été très endommagée. Achille est également représenté assis sur les genoux de sa nourrice qui s'apprête à plonger l'enfant dans un bassin.

Bath of Achilles Mosaic
Mosaïque du bain d'Achille
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le groupe de mosaïques le plus spectaculaire provient de la Maison de Dionysos. Le bâtiment occupe une surface d'environ 2000 mètres carrés, dont 556 sont recouverts de sols en mosaïque. Le nom de la maison est dû à la mosaïque centrale représentant Dionysos, le dieu du vin. Presque toutes les mosaïques ont un thème mythologique. En entrant dans la maison, la première chose que l'on voit est une mosaïque représentant Narcisse contemplant son propre reflet, ainsi qu'une mosaïque avec la personnification des quatre saisons.

Narcissus Mosaic
Mosaïque de Narcisse
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

À côté de ces deux mosaïques se trouve la plus ancienne mosaïque jamais trouvée à Chypre. Elle date de la période hellénistique (fin du IVe siècle / début du IIIe siècle avant notre ère) et représente le monstre marin mythique Scylla, mi-femme, mi-poisson et mi-chien. Contrairement aux mosaïques romaines ultérieures, elle est monochrome et faite de galets.

Le Triomphe de Dionysos et Phèdre et Hippolyte comptent parmi les mosaïques les plus impressionnantes de la maison. Le premier représente le retour triomphal du dieu après une expédition militaire en Inde, d'où il avait ramené des esclaves indiens et des panthères que l'on voit sur la mosaïque. La seconde représente l'histoire tragique de Phèdre et d'Hippolyte. La scène montre le moment où Hippolyte reçut et lut la lettre d'amour de sa belle-mère Phèdre. Le destin de Phèdre et d'Hippolyte a été raconté par de nombreux dramaturges tout au long de l'histoire.

Triumph of Dionysos Mosaic in Paphos, Cyprus
Mosaïque du Triomphe de Dionysos à Paphos, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Phaedra & Hippolytus Mosaic
Mosaïque Phèdre et Hippolyte
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Deux autres mosaïques étonnantes de la Maison de Dionysos sont l'enlèvement de Ganymède et la scène de chasse.

Rape of Ganymede Mosaic
Mosaïque de l'enlèvement de Ganymède
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La maison couverte d'Orphée, située à proximité, doit son nom au grand panneau de mosaïque représentant Orphée assis sur un rocher et jouant de sa lyre, charmant les animaux. Deux autres mosaïques qui décoraient la maison représentent Hercule et le Lion de Némée et l'Amazone, malheureusement toutes deux couvertes. Enfin, la maison d'Aiôn doit son nom à Aiôn, le dieu du temps éternel, représenté sur les mosaïques. Seule une petite partie du bâtiment a été fouillée. Les salles découvertes sont décorées d'exceptionnels sols en mosaïque géométrique et figurative. On y trouve des représentations d'Apollon, de Cassiopée, d'Hermès, de Marsyas, de Dionysos et de diverses créatures marines.

A quelques pas de là se trouvent l'Agora, l'Asclépiéion et l'Odéon où se déroulaient les spectacles musicaux. Ces bâtiments constituaient le cœur de la ville antique.

The Odeon of Nea Paphos, Cyprus
L'Odéon de Nea Paphos, Chypre
Carole Raddato (CC BY-SA)

La tombe des rois

En se dirigeant légèrement vers le nord le long de la côte, au-delà des murs de la vieille ville de Paphos, on trouve les tombes des rois. Ce site archéologique fascinant contient un ensemble de tombes souterraines remarquables utilisées par les habitants de Nea Pafos pendant les périodes hellénistique et romaine (du IIIe siècle avant notre ère au IIIe siècle de notre ère). Huit complexes de tombes ont été ouverts à la visite.

Tombs of the Kings, Cyprus [Tomb No 5]
Tombeaux des rois, Chypre [Tombe no 5]
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Malgré leur nom, les tombes furent construites lorsqu'il n'y avait plus de rois à Chypre. La grandeur et la magnificence des tombes ont incité les spécialistes du deuxième quart du XXe siècle à surnommer la région "Tombe des rois". Réparties sur une vaste zone de 200 000 mètres carrés, ces impressionnantes tombes souterraines furent taillées dans la roche et certaines sont ornées de piliers doriques. Le complexe funéraire contient plus de 100 tombes et fait partie de la liste du patrimoine mondial avec le site archéologique de Pafos. Les citoyens riches et éminents de Nea Pafos y furent enterrés dans des tombes en forme de fosse, des tombes à chambre et des tombes à atrium à colonnades.

Tombs of the Kings, Cyprus [Tomb No 3]
Tombeaux des rois, Chypre [Tombe no 3]
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Autres sites remarquables à Paphos ou dans ses environs:

  • Panagia Chrysopolitissa se trouve juste à l'est du parc archéologique de Paphos, où l'on peut faire une promenade fascinante autour des fondations d'une basilique chrétienne du IVe siècle, la plus grande jamais fouillée à Chypre. Plusieurs magnifiques colonnes de marbre à chapiteaux ioniques et corinthiens ont été réédifiées, tandis que d'autres sont éparpillées sur le site. Le sol de la basilique était recouvert de mosaïques géométriques colorées, dont certaines sont encore préservées. Sur le côté ouest de la basilique se trouve le pilier dit de Saint Paul, où Saint Paul aurait été flagellé avant de convertir au christianisme le gouverneur romain Sergius Paulus.

Panagia Chrysopolitissa Church, Cyprus
Église Panagia Chrysopolitissa, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

  • Le sanctuaire d'Aphrodite (Palaepaphos) est situé dans le village de Kouklia, à 14 kilomètres à l'est de Paphos. Palaepaphos était une ville-royaume de Chypre et l'un des centres religieux les plus importants du monde grec antique. C'est là que se trouvait le célèbre sanctuaire d'Aphrodite, un grand centre de culte établi au 12e siècle avant notre ère. Déjà célèbre à l'époque d'Homère, qui désignait la déesse sous le nom de Kipris (la "Cyprienne"), le sanctuaire resta le lieu de culte renommé d'Aphrodite jusqu'au IVe siècle de notre ère. Malheureusement, il ne reste du sanctuaire que ses fondations et des colonnes éparses. Palaepaphos fait partie de l'itinéraire culturel d'Aphrodite qui se concentre sur les sites archéologiques dédiés au culte antique d'Aphrodite.

Palaepaphos, Sanctuary of Aphrodite in Cyprus
Palaepaphos, sanctuaire d'Aphrodite à Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

  • Agios Georgios à Pegeia comprend les ruines de trois basiliques paléochrétiennes datant du VIe siècle de notre ère, avec de jolis sols en mosaïque représentant des animaux et des créatures marines. Situé près du village de Pegeia, à 18 kilomètres au nord de Paphos, le long de la côte du cap Drepano, il était le site d'une ville romaine tardive et byzantine précoce et d'un port important.

Agios Georgios, Cyprus
Agios Georgios, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Kourion

Au sommet d'une falaise surplombant la Méditerranée se trouvent les vestiges de la ville gréco-romaine la mieux préservée du sud de Chypre, Kourion (ou Curium en latin). Selon la légende, la ville antique de Kourion aurait été fondée par des colons achéens venus d'Argos dans le Péloponnèse. Des fouilles systématiques ont révélé que la ville était devenue une importante colonie au 13e siècle avant notre ère, lorsque des colons mycéniens s'y installèrent. La ville prospéra sous les Ptolémées et les Romains et devint un important centre culturel et religieux avec le sanctuaire d'Apollon Ylatis situé à proximité. Le christianisme commença à s'implanter à Kourion au début du IIIe siècle de notre ère et finit par supplanter Apollon.

Early Christian Basilica in Kourion, Cyprus
Basilique paléochrétienne de Kourion, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Kourion, comme toutes les autres villes côtières de l'île, fut ruinée par les tremblements de terre désastreux de la fin du 4e siècle de notre ère. La ville fut reconstruite au début du 5e siècle avant d'être entièrement détruite par le feu lors des raids arabes du 7e siècle. Kourion déclina et fut finalement abandonnée, ses habitants ayant déménagé vers un nouveau site situé à deux kilomètres à l'est (le village moderne d'Episkopi). Kourion n'a été redécouverte qu'en 1820 et les fouilles systématiques ont commencé en 1934.

Les vestiges de Kourion se trouvent à environ 19 km à l'ouest de Limassol, sur la route de Paphos. Les visiteurs peuvent se promener dans des ruines impressionnantes telles que le théâtre, la maison d'Eustolios, la basilique paléochrétienne, le forum, les bains publics et d'autres maisons aux fascinantes mosaïques. À l'exception de la basilique et de la maison d'Eustolios, tous les autres bâtiments appartiennent à la période romaine.

Roman Theatre in Kourion, Cyprus
Théâtre romain de Kourion, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La visite du site archéologique commence par le théâtre qui jouit d'une situation magnifique face à la mer. Le théâtre original fut probablement construit vers la fin du IIe siècle avant notre ère et était relativement petit. Il fut ensuite radicalement remodelé à l'époque de l'empereur Néron (50-75 de notre ère) ainsi qu'au début du IIe siècle de notre ère, après le tremblement de terre de 76 de notre ère. Il pouvait accueillir un public d'environ 3 500 personnes.

Sous le règne de l'empereur Caracalla (214-217 de notre ère), les représentations théâtrales cédèrent la place aux populaires jeux de gladiateurs et le théâtre fut principalement utilisé comme arène. À la fin du IIIe siècle de notre ère, le spectacle des combats perdit de sa popularité et le théâtre retrouva son caractère d'origine. Il fut détruit et finalement abandonné à la fin du IVe siècle de notre ère. Le bâtiment de la scène (scaenae frons) n'est conservé que dans ses fondations. Le théâtre que nous voyons aujourd'hui est le résultat de travaux de reconstruction effectués au milieu du siècle dernier. De nos jours, il est utilisé pour des spectacles en plein air et est l'un des sites du Festival international du théâtre grec ancien.

À côté du théâtre se trouvent les vestiges de la maison d'Eustolios, une résidence palatiale construite au début de la période chrétienne sur les ruines d'une maison antérieure datant du début de l'ère romaine. Une trentaine de pièces sont disposées autour de deux cours intérieures avec un complexe de bains. La plupart des pièces sont pavées de mosaïques colorées, dont beaucoup portent des symboles paléochrétiens. Le complexe de bâtiments que nous voyons aujourd'hui est le résultat d'un important travail de modélisation au cours des dernières années du règne de l'empereur Théodose II (408-450 de notre ère). Une mosaïque avec une inscription de bienvenue orne l'entrée avec la phrase: "Entrez pour la chance de la maison".

Mosaic with Welcoming Inscription in Kourion, Cyprus
Mosaïque avec inscription de bienvenue à Kourion, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Un autre panneau de mosaïque remarquable à l'intérieur de la maison est celui qui représente un buste de jeune femme dans un médaillon, tenant dans sa main droite un outil de mesure équivalent à un pied romain. La tête de la femme est entourée d'une inscription grecque qui l'identifie comme Ktisis, la personnification de la Création.

Byzantine Mosaic with a Personification of Ktisis
Mosaïque byzantine avec une personnification de Ktisis
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

À quelques pas du théâtre et de la maison d'Eustolios se trouve la basilique paléochrétienne, située au sommet de la falaise sud-est qui surplombe la mer. Datant du début du Ve siècle de notre ère, elle est l'un des monuments paléochrétiens les plus importants de l'île. Ses fondations révèlent l'existence d'un baptistère, d'un narthex, d'une chapelle, d'un diaconicon où étaient entreposés les objets utilisés lors des offices, ainsi que de diverses autres pièces. Des panneaux de sol en mosaïque et des inscriptions au sol sont visibles parmi les ruines.

Early Christian Basilica in Kourion, Cyprus
Basilique paléochrétienne de Kourion, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

À côté de la basilique paléochrétienne se trouvent les vestiges du Forum romain ainsi que deux complexes de bains et un nymphée. Le Forum était un bâtiment public monumental à colonnades qui servait de place de marché et de lieu de réunion.

Bath Complex in Kourion, Cyprus
Complexe de bains à Kourion, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

À l'extrémité nord-ouest du site se trouvent les vestiges de deux luxueuses maisons privées. La première est la Maison des Gladiateurs, ainsi appelée en raison de ses deux panneaux de mosaïque représentant des gladiateurs armés de poignards, de boucliers et de casques et combattant deux par deux. Le panneau nord représente deux gladiateurs se faisant face et prêts à se battre. Au-dessus de leurs têtes figurent leurs noms en grec : MAPΓAPEITHΣ - Margarite et EΛΛHNICOS - Hellenikos.

Gladiator Mosaic from Kourion, Cyprus
Mosaïque de gladiateurs de Kourion, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

L'autre panneau de mosaïque représente deux gladiateurs armés en position d'attaque et un troisième personnage entre eux qui est l'arbitre. Le gladiateur de gauche, nommé ΛΥTPAΣ -Lydras- est sur le point de tuer son adversaire avec un poignard mais l'arbitre ΔAPEIOΣ - Darios - intervient et empêche la tentative de Lydras en mettant fin au combat.

Mosaic with Gladiators and Referee
Mosaïque avec gladiateurs et arbitre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La deuxième maison est celle d'Achille, où un fragment d'une composition en mosaïque représentant le démasquage d'Achille a survécu. La scène montre Achille rencontrant Ulysse dans la maison de Lycomède sur l'île grecque de Skyros où Achille, déguisé en fille, fut envoyé par sa mère pour éviter qu'il ne participe à la guerre de Troie.

Autres lieux remarquables à Kourion ou dans ses environs:

  • Le sanctuaire d'Apollon Hylates, situé à l'ouest du site archéologique de Kourion, est le plus grand centre religieux de l'île où Apollon était vénéré en tant que dieu des forêts. Le sanctuaire fut créé au VIIIe siècle avant notre ère et fut utilisé sans interruption jusqu'au IVe siècle de notre ère. D'une superficie de plus de 15 000 mètres carrés, les vestiges du sanctuaire comprennent le temple d'Apollon, les quartiers des prêtres, les thermes, la palestre où se déroulaient les jeux athlétiques et une longue stoa à colonnades.

Temple of Apollo Hylates in Cyprus
Temple d'Apollon Hylates à Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

  • Le stade de Kourion est situé entre le site archéologique de Kourion et le sanctuaire d'Apollon Hylates. Il fut construit sous le règne de l'empereur Antonin le Pieux au IIe siècle de notre ère et était utilisé pour les sports du pentathlon hellénique comme la course, le saut, la lutte et le lancer du disque ou du javelot. Avec ses sept rangées de sièges, le stade de Kourion pouvait accueillir environ 6 000 spectateurs.

Stadium of Kourion, Cyprus
Stade de Kourion, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Amathonte

Les vestiges de la cité antique d'Amathonte sont situés sur la côte sud de l'île, à environ 11 kilomètres à l'est de Limassol. Ils couvrent une vaste zone au sommet d'une colline et sur les pentes qui atteignent la mer Méditerranée au sud. Amathonte était l'un des quatre anciens royaumes de Chypre avec Salamine, Soli et Paphos. Fondée au XIe siècle avant notre ère, la ville connut une histoire ininterrompue de peuplement jusqu'au VIIe siècle de notre ère, époque à laquelle elle fut progressivement abandonnée à la suite des raids arabes. Amathonte est également l'autre grand site dédié à Aphrodite (après Palaepaphos) où l'on peut encore voir des vestiges de sanctuaires et de temples de la déesse. Le temple romain d'Aphrodite, construit sur les ruines d'un ancien temple de l'époque hellénistique, occupe une grande partie de l'Acropole.

Acropolis of Amathous, Cyprus
Acropole d'Amathonte, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Avant que la Grande Déesse de Chypre ne soit identifiée comme Aphrodite vers 300 avant notre ère, elle apparaissait sous le nom de "Déesse de Paphos" ou "La Dame" ou simplement "La Déesse". À partir du 10e siècle avant notre ère, la Grande Déesse, sous l'influence des Minoens, est représentée avec les bras levés. Elle fut ensuite assimilée à la déesse phénicienne Astarté et à la déesse égyptienne Hathor.

Cypriot Capital with the Image of Hathor
Chapiteau chypriote avec l'image d'Hathor
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La Grande Déesse de Chypre était peut-être vénérée sur l'acropole d'Amathonte dès le XIe siècle avant notre ère. Des traces d'un sanctuaire datant du 8e siècle avant notre ère ont été retrouvées, ainsi que deux vases colossaux en pierre des 6e et 5e siècles avant notre ère. Ce que nous voyons aujourd'hui, ce sont les vestiges du temple d'Aphrodite (connu localement sous le nom d'Aphrodite Amathousia) construit au 1er siècle de notre ère sur le site de temples antérieurs datant de la période hellénistique.

Acropolis of Amathous, Cyprus
Acropole d'Amathonte, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Les colossaux récipients en pierre qui se trouvent sur le site sont des copies. Ils servaient de citernes monumentales pour approvisionner en eau les foules qui venaient au temple. L'eau était nécessaire pour les rituels, les libations et les ablutions. L'original du plus complet des deux récipients est exposé au Louvre à Paris.

Agora of Amathous, Cyprus
Agora d'Amathonte, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La ville basse se situe entre l'acropole et la mer. Elle fut habitée pendant les périodes hellénistique et romaine. Une agora, des bains publics, un ensemble de fontaines et un nymphée ont été mis au jour, tandis que les ruines du port sont conservées sous la mer.

Agora of Amathous, Cyprus
Agora d'Amathonte, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Nymphaeum in the Agora of Amathous, Cyprus
Nymphée dans l'agora d'Amathonte, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Amathonte fait partie de l'itinéraire culturel d'Aphrodite qui se concentre sur les sites archéologiques dédiés au culte antique d'Aphrodite.

Musées archéologiques

Vous ne pouvez pas quitter Chypre sans avoir visité le plus grand et le meilleur musée archéologique de l'île. Le musée de Chypre, situé dans la rue du Musée, au centre de Nicosie, abrite la plus vaste collection d'antiquités chypriotes au monde, depuis l'ère néolithique (7000 av. J.-C.) jusqu'à la fin de la domination romaine (395 de notre ère). Le musée se compose de 14 salles d'exposition organisées par ordre chronologique et par thèmes.

Cyprus Museum, Nicosia
Musée de Chypre, Nicosie
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Les deux mille figurines votives en argile trouvées in situ dans le sanctuaire d'Agia Irini, sur la côte nord-ouest de Chypre, constituent l'une des pièces maîtresses du musée chypriote. Datant des VIIe et VIe siècles avant notre ère, les figurines sont exposées telles qu'elles ont été trouvées et représentent des prêtres avec des masques de taureau, des sphinx, des minotaures, des centaures, des taureaux et des guerriers sur des chars.

Cypriot Votive Clay Figurines
Figurines votives chypriotes en argile
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Un autre point fort est la collection de cinq sculptures archaïques uniques trouvées en 1997 dans la nécropole royale de Telmessos. Elles représentent trois paires de sculptures: deux grands lions (un seul est exposé car seule la moitié de l'autre est conservée), deux lions de plus petites dimensions et deux sphinx.

Cypro-Archaic Sculptures
Sculptures archaïques chypriotes
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Ne manquez pas non plus les statuettes en bronze d'Enkomi, les sculptures romaines de Salamine, la statue en bronze de l'empereur Septime Sévère (193 - 211 de notre ère) ainsi que la célèbre statue en marbre d'Aphrodite de Soli, devenue un populaire symbole de Chypre.

Roman Sculptures from Salamis, Cyprus
Sculptures romaines de Salamine, Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Hall of the Sculptures, Cyprus Museum
Salle des sculptures, Musée de Chypre
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Il existe également des musées de district dans les quatre villes principales (Famagouste, Limassol, Paphos et Larnaca) ainsi que des musées locaux près des principaux sites archéologiques (Kourion, Salamine, Palaepaphos).

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Carole Raddato
Carole gère le célèbre blog photo d'histoire ancienne "Following Hadrian" ("Sur les pas d'Hadrien") dans lequel elle relate ses voyages à travers le monde à la suite de l'empereur Hadrien.

Citer cette ressource

Style APA

Raddato, C. (2019, mars 21). Chypre Ancienne [Ancient Cyprus: A Travel Guide]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1351/chypre-ancienne/

Style Chicago

Raddato, Carole. "Chypre Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 21, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1351/chypre-ancienne/.

Style MLA

Raddato, Carole. "Chypre Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 21 mars 2019. Web. 23 juin 2024.

Adhésion