Cité Antique

Coûts des serveurs - Collecte de fonds 2023

Faire fonctionner un site web qui accueille des millions de lecteurs chaque mois coûte extrêmement cher. Nous devons non seulement payer nos serveurs, mais aussi les services connexes tels que notre réseau de diffusion de contenu, Google Workspace, la messagerie électronique, etc. Nous préférerions utiliser cet argent pour produire davantage de contenu historique gratuit pour le monde entier. Merci de votre aide !
$2311 / $21000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 05 avril 2014
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, arabe, espagnol
Pompeii and Mt. Vesuivus (by mchen007, Copyright)
Pompéi et le mont Vésuve
mchen007 (Copyright)

Dans l'étude du monde antique, une cité est généralement définie comme un grand centre urbain peuplé, commerçant et administratif, doté d'un système de lois et, généralement, de moyens d'assainissement réglementés. Il ne s'agit cependant que d'une définition, et la désignation "ville" peut être basée sur des facteurs tels que :

  • population de la localité
  • hauteur des bâtiments
  • densité des bâtiments/population
  • présence d'un système d'égouts
  • niveau de gouvernement administratif
  • présence de murs et/ou de fortifications
  • zone géographique de l'établissement
  • ou si un "établissement" était appelé "cité" dans l'Antiquité et remplit au moins une des conditions ci-dessus.

Dans le monde antique, une "cité" désigne très souvent un centre urbain à forte densité de population et un certain type de bâtiments s'étendant à partir d'un complexe religieux central tel qu'un temple (bien que, malheureusement, cela puisse parfois s'appliquer aussi bien à un "village" ou à un "établissement"). Le mot "cité" dérive du latin civitas, bien que le développement urbain soit antérieur à Rome de plusieurs siècles. Le professeur M. E. Smith de l'Arizona State University écrit dans The Sage Encyclopedia of Urban Studies que "la définition démographique, basée sur les concepts de Louis Wirth, identifie les cités comme de grands établissements denses présentant une hétérogénéité sociale" (26), ce qui signifie qu'elles sont définies comme de grandes communautés de personnes qui ont décidé de vivre ensemble dans un but commun selon des lois observées par tous. Cette définition, cependant, pourrait s'appliquer aussi bien aux grands villages qu'aux cités.

Supprimer la pub

Advertisement

Le professeur George Modelski, de l'Université de Washington, encourage une définition basée sur les travaux de l'historien Tertius Chandler (dans son livre Four Thousand Years of Urban Growth) qui définit une cité, par opposition à un village, sur la base de la population. Modelski écrit :

Deux éléments entrent dans l'estimation de la population : l'évaluation du site par les archéologues (qu'il s'agisse de la superficie de l'établissement urbain en général, ou d'une estimation, ou d'un comptage réel, des maisons), et un facteur de densité de la population, qu'il soit "macro" pour l'ensemble du site urbain, ou "micro", par rapport au nombre de maisons... La micro-estimation nécessite un comptage fiable des maisons, qui n'est pas vraiment disponible pour la plupart des sites. D'autre part, un macro-facteur est susceptible d'erreurs, comme l'ignorance des conditions locales (3).

Malgré les problèmes inhérents à ces estimations, Modelski affirme qu'elles restent le meilleur moyen de différencier une grande agglomération d'une véritable cité, car la densité de population est considérée comme le facteur le plus fiable pour effectuer une telle détermination. En adoptant les moyens de définition de Chandler, des établissements tels que Tell Brak dans l'actuelle Syrie (fondé pour la première fois vers 6000 avant J.-C.) ne peuvent donc pas être considérés comme des cités. Le professeur Smith écrit :

Supprimer la pub

Advertisement

Le concept de "révolution urbaine", identifié pour la première fois par V. Gordon Childe (1892-1957), décrit une série de changements sociaux qui ont entraîné le développement des premières cités et des premiers États... Ces changements (tels que l'origine des classes sociales et la production d'un surplus agricole) ont fourni le contexte social des premières cités. Une fois que les sociétés étatiques structurées en classes se sont implantées dans une région, chaque cité s'est développée et a disparu en réponse à diverses forces (26).

La cité d'Uruk, aujourd'hui considérée comme la plus ancienne du monde, a été fondée vers 4500 avant notre ère.

La première cité

Les premières cités qui correspondent aux définitions de Chandler et de Wirth (ainsi que les premiers travaux de l'archéologue Childe) se sont développées dans la région connue sous le nom de Mésopotamie entre 4500 et 3100 avant notre ère. La cité d'Uruk, considérée aujourd'hui comme la plus ancienne du monde, a été colonisée pour la première fois vers 4500 avant J.-C. et les cités fortifiées, à des fins de défense, étaient courantes dès 2900 avant J.-C. dans toute la région. La cité d'Eridu, proche d'Uruk, était considérée comme la première cité du monde par les Sumériens, tandis que d'autres cités qui peuvent prétendre au titre de "première cité" sont Byblos, Jéricho, Damas, Alep, Jérusalem, Sidon, Luoyang, Athènes, Argos et Varasani. Toutes ces cités sont certainement anciennes et sont situées dans des régions qui ont été peuplées très tôt. Uruk, cependant, est la seule prétendante au titre de "ville la plus ancienne" qui dispose de preuves matérielles et de documents écrits, sous la forme de textes cunéiformes, datant les activités de la communauté depuis la période la plus ancienne. Des sites tels que Jéricho, Sidon et même Eridu, qui ont sans doute été colonisés avant Uruk, ne disposent pas du même type de documentation. Leur âge et la continuité de leur occupation ont été évalués sur la base des fondations des bâtiments découverts lors de fouilles archéologiques plutôt que sur la base de documents primaires trouvés sur place.

La population des cités antiques

La population des cités antiques, selon la définition que l'on donne au mot "cité", différait fortement de ce que l'on pourrait considérer comme approprié pour une ville de nos jours. Le professeur Smith affirme que "de nombreuses cités antiques n'avaient qu'une population modeste, souvent inférieure à 5 000 personnes" (26), tandis que d'autres chercheurs, comme Modelski, citent des possibilités de population plus élevées, de l'ordre de 10 000 à 80 000 personnes, selon la période considérée. Modelski, par exemple, cite une population de 14 000 habitants à Uruk en l'an 3700 avant notre ère, mais de 80 000 en l'an 2800 avant notre ère (12). À titre de comparaison, la population de la ville d'Édimbourg, en Écosse, était de 495 360 habitants en 2011, celle de Londres, en Angleterre, de 8,174 millions d'habitants en 2011, et celle de la ville de New York, aux États-Unis d'Amérique, de 8,337 millions d'habitants en 2012. L'historien Lewis Mumford note cependant que "probablement aucune cité de l'Antiquité n'avait une population de beaucoup plus d'un million d'habitants, pas même Rome ; et, à l'exception de la Chine, il n'y a pas eu de "Rome" postérieure jusqu'au XIXe siècle" (6). Le point de vue de Mumford met en évidence le problème de l'utilisation de la population comme moyen de définir une cité antique, car il a été prouvé que des centres urbains désignés comme des "établissements" (tels que Tell Brak) avaient des populations plus importantes que de nombreuses villes modernes de nos jours. Le rassemblement de la population d'une région dans un centre urbain est devenu de plus en plus courant après l'essor des villes de Mésopotamie et, une fois enfermée dans les murs d'une cité, la population a augmenté ou, du moins, cette augmentation est devenue plus mesurable.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'augmentation de la population a conduit à la suburbanisation et à l'extension de l'établissement au-delà des limites initiales. Les chercheurs modernes sont alors confrontés à un autre problème dans la définition d'une cité, dans la mesure où certains prétendent que l'expansion des banlieues ne devrait pas être prise en compte, tandis que d'autres insistent sur le fait qu'elle doit l'être. Ce problème, comme tant d'autres concernant la définition d'une cité, apparaît très clairement dans l'exemple de Tell Brak. Si l'établissement d'origine était peut-être plus petit qu'Uruk, sa taille avait augmenté au IIe millénaire avant J.-C. pour atteindre plus de 130 hectares et, comme il a été fondé plus tôt, il peut prétendre être la plus ancienne ville du monde. Sa population aurait été considérablement plus importante que celle de l'actuelle Édimbourg, pour ne citer qu'un exemple, et elle devrait donc être désignée en tant que cité sur la base de sa population ; le fait qu'elle ne soit pas considérée comme une cité par tant d'experts en la matière illustre le débat scientifique moderne sur la définition des centres urbains anciens en tant que "cités" ou "établissements". Ce débat porte également sur la question de savoir si un établissement doit avoir été entouré d'un mur pour être véritablement appelé "cité".

Lion's Gate at Mycenae
La porte des Lions, Mycènes
Andreas Trepte, www.photo-natur.de (CC BY-SA)

La cité fortifiée

Les cités fortifiées étaient courantes en Mésopotamie. La cité la plus célèbre et, aujourd'hui, probablement la plus controversée du monde antique, était Babylone. Elle reste controversée pour la même raison que sa célébrité, à savoir que la ville figure en bonne place - et de façon négative - dans de nombreux récits bibliques. Loin d'être une "cité du mal", Babylone était pourtant un centre culturel et intellectuel important et prospère. Elle fut la première, entre autres, à perfectionner l'art de la verrerie vers 1500 avant J.-C. et à développer les arts et les sciences connus aujourd'hui comme l'astronomie, l'astrologie, la physique primitive, les mathématiques, le droit, la littérature, l'architecture et la sculpture. Le grand roi Hammurabi a d'abord entouré Babylone de murs en 1792 avant J.-C. et a construit le premier complexe de temples sacrés en l'honneur du dieu Marduk (l'Esagila), y compris la ziggourat, une haute tour à degrés (qui pourrait avoir donné lieu au célèbre récit biblique de la tour de Babel), le tout centré autour du fleuve Euphrate. Babylone a toutefois atteint son apogée sous le règne de Nabuchodonosor II (qui vécut de 634 à 562 avant J.-C. et régna de 605 à 562 avant J.-C.), qui a entouré la ville de murs de 40 pieds de haut et si épais qu'on y organisait des courses de chars. Les murs de Babylone, et en particulier la grande porte d'Ishtar, figuraient sur la liste de certains auteurs parmi les sept merveilles du monde antique et étaient considérés comme une merveille, encerclant la ville sur dix miles.

Les cités mésopotamiennes, et plus tard grecques et romaines, étaient caractérisées par leurs murs, ce qui était également vrai pour d'autres civilisations. Les murs de la cité connue sous le nom de Grand Zimbabwe (dans l'actuel Zimbabwe) la définissaient et ceux de la cité de Benin (dans l'actuel Nigeria) étaient également considérés comme une caractéristique de ce site. Il est peu probable que la Mésopotamie ait influencé directement ces autres cultures et il semble plus probable que les murs aient été érigés dans le monde entier sans l'influence de la transmission culturelle et simplement comme une réponse naturelle à la possibilité d'une attaque par les cités voisines et aux incertitudes du monde naturel. En Chine, la tradition s'est perpétuée d'élever des murs autour d'une cité (sauf, notamment, à Angyang, qui n'a jamais été murée). Il existe néanmoins des cultures qui ont construit des villes sans murs ou, du moins, sans remparts de grande hauteur ou longueur. Les cités des Mayas de Mésoamérique n'avaient pas de murs significatifs (bien qu'elles aient eu des portes) et les Égyptiens semblent s'être complètement passés du concept de cité fortifiée. Smith écrit :

Supprimer la pub

Advertisement

Les archéologues n'ayant pas trouvé de grandes cités en Égypte avant la capitale d'Akhénaton à Amarna au Nouvel Empire (1350 avant J.-C.), l'Égypte a parfois été comparée à la Mésopotamie comme une "civilisation sans cités". Cette étiquette masque cependant une forme d'urbanisme distincte. S'il est possible que les inondations du Nil aient détruit les grandes capitales antérieures, il semble plus probable que les Égyptiens aient forgé une forme d'urbanisme dispersé caractérisée par des établissements urbains plus petits et plus spécialisés (25).

Les cités fortifiées étaient cependant les centres de vie des anciens Mésopotamiens, et la population de Babylone (200 000 personnes sous le règne de Nabuchodonosor II) ne différait pas des autres cités-États dans leur dépendance aux murs de la cité pour les séparer de l'incertitude et du danger du monde extérieur. Au-delà des murs de la cité s'étendaient les longs champs pour la culture et le pâturage du bétail, mais aussi les aspects incontrôlables de la nature et l'inimitié de ceux qui étaient hostiles à leur cité. Bien qu'un pourcentage important de la population quittait chaque jour les limites de la cité pour s'occuper des champs et du bétail et faire du commerce, la vie des gens se déroulait principalement derrière les murs de la cité. Le concept de cité était si important pour les habitants de la Mésopotamie qu'ils considéraient la ville d'Eridu comme le lieu de naissance de l'humanité et non comme un jardin tel que l'Eden du livre biblique de la Genèse.

Pont Du Gard Aqueduct
Aqueduc du Pont du Gard
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Avantages et coût de la cité

Il n'existe pas de consensus scientifique sur les raisons pour lesquelles l'urbanisation a commencé en Mésopotamie et les spéculations vont de l'absence de précipitations dans la région à des facteurs environnementaux tels que les longues plaines ouvertes qui laissaient les habitants à la merci des éléments (et, à terme, des envahisseurs) en l'absence de cités fortifiées, en passant par la simple explication selon laquelle les villages prospères ont attiré davantage de personnes et se sont progressivement transformés en centres urbains. Lewis Mumford suggère que :

La sécurité physique et la continuité sociale étaient les deux grands apports de la ville. Dans ces conditions, toutes sortes de conflits et de défis devenaient possibles sans perturber l'ordre social... Grâce au stockage, à la canalisation et à l'irrigation, la ville, dès son apparition au Proche-Orient, a justifié son existence, car elle a libéré la communauté des caprices et des violences de la nature - bien qu'une petite partie de ce cadeau ait été annulée par l'effet supplémentaire de soumettre la communauté de manière plus abjecte aux caprices et aux violences des hommes (5).

Cette séparation des êtres humains de leur environnement naturel a produit un monde artificiel dans lequel les gens n'avaient plus à se préoccuper des cycles de la nature pour survivre. L'eau de pluie pouvait être stockée pour une utilisation ultérieure, tout comme les récoltes, et les champs pouvaient être irrigués grâce à l'ingéniosité humaine au lieu de compter sur les dieux pour envoyer la pluie. Comme le note Smith, "les dirigeants utilisaient l'architecture urbaine pour communiquer des messages sur le pouvoir, la richesse, la légitimité et d'autres thèmes idéologiques" (27). L'ancien système de vie rurale, dans lequel les communautés humaines dépendaient d'une relation avec la terre, a changé avec l'essor des centres urbains ; désormais, les humains contrôlaient l'environnement naturel et pliaient la terre environnante à leur volonté. Mumford note que, "sous le manteau protecteur de la cité, apparemment si permanente, ces illusions ont encouragé des habitudes de prédation et de parasitisme qui ont fini par miner toute la structure sociale et économique, après avoir semé la ruine dans le paysage environnant et même dans des régions lointaines. De nombreux éléments fournis par la nature, nécessaires à la santé et à l'équilibre mental, faisaient défaut dans la cité" (6).

Supprimer la pub

Advertisement

Cela ne veut pas dire, cependant, que la cité et le processus d'urbanisation n'ont pas eu de bénéfices à long terme. L'historien Paul Kriwaczek écrit :

La cité a donné naissance à l'État centralisé, à la hiérarchie des classes sociales, à la division du travail, à la religion organisée, à la construction de monuments, au génie civil, à l'écriture, à la littérature, à la sculpture, à l'art, à la musique, à l'éducation, aux mathématiques et au droit, sans oublier un vaste éventail de nouvelles inventions et de découvertes, allant d'objets aussi élémentaires que les véhicules à roues et les bateaux à voile au four de potier, à la métallurgie et à la création de matériaux synthétiques. Et pour couronner le tout, il y avait une énorme collection de notions et d'idées si fondamentales pour notre façon de voir le monde, comme le concept des nombres, ou du poids, tout à fait indépendant des objets comptés ou pesés - le nombre dix, ou un kilo - que nous avons oublié depuis longtemps qu'il fallait les découvrir ou les inventer (20-21).

Sacred Precinct, Tenochtitlan
Quartier sacré de Tenochtitlan
Steve Cadman (CC BY-SA)

Même ainsi, la nature artificielle de l'environnement urbain est la raison pour laquelle tant de cités anciennes, non détruites par la conquête, ont été détruites par leurs habitants ou abandonnées. Tous les grands centres urbains mayas ont été désertés avant 900 et nombre des plus importantes cités mésopotamiennes, comme Uruk et Eridu, se sont vidées bien avant. La surpopulation et l'épuisement des ressources ont entraîné le déclin de nombreuses cités anciennes et Mumford affirme que cela s'est produit dans les centres urbains "lorsqu'une cité n'est plus en symbiose avec les terres qui l'entourent ; lorsque la poursuite de sa croissance surcharge les ressources locales, comme l'eau, et les rend précaires ; lorsque, pour poursuivre sa croissance, une cité doit aller chercher au-delà de ses limites immédiates de l'eau, du combustible, des matériaux de construction" (6). C'est exactement ce qui est arrivé à la cité maya de Copan et à de nombreuses autres dans le monde antique. À Copan, et dans de nombreux autres centres mayas, le manque d'eau pour approvisionner la population est devenu un problème de plus en plus sérieux.

Ce même paradigme, qu'il s'agisse d'un manque d'eau ou d'autres ressources, a conduit à la chute d'autres grandes villes dans d'autres pays tout au long de l'Antiquité et se retrouve encore aujourd'hui. Dans la région qui a donné naissance aux premières cités, le Croissant fertile est actuellement loin d'être fertile. David Michael, de Stimson Global Security, écrit : "La croissance démographique, la montée en flèche de la demande, les pressions environnementales croissantes et les programmes de développement potentiellement non durables risquent d'imposer un fardeau insoutenable aux ressources en eau douce de la région." Cette situation, reconnaissable dans le passé, est une menace pour l'environnement à l'heure actuelle. Les êtres humains ont créé des environnements artificiels, les cités, afin d'assurer leur sécurité et de leur permettre un semblant de contrôle sur la vie et, ce faisant, ils se sont éloignés de l'environnement naturel dont ils avaient besoin pour survivre, de sorte que, dans le cas de nombreuses cités anciennes, aucun des deux environnements n'était durable et tous deux ont été laissés en ruine.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2014, avril 05). Cité Antique [The Ancient City]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-45/cite-antique/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Cité Antique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 05, 2014. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-45/cite-antique/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Cité Antique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 05 avril 2014. Web. 08 févr. 2023.

Adhésion