Uruk

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Jerome Couturier
publié le 28 avril 2011
X

Texte original en Anglais : Uruk

Map of Lugalzagesi's Domains (by Zunkir, CC BY-SA)
carte du royaume de Lugal-zagesi
Zunkir (CC BY-SA)

Uruk était l'une des villes les plus importantes (à une époque, la plus importante) de l'ancienne Mésopotamie. Selon la Liste Royale Sumérienne, elle a été fondé par le roi Enmerkar vers 4500 AEC. Située dans la région sud de Sumer (aujourd'hui Warka, Irak), Uruk était connue en araméen comme Erech (nom sous lequel elle apparaît dans la Bible), ce qui pourrait avoir donné naissance au nom moderne d'Irak (bien qu'une autre origine probable soit Al-Iraq, le nom arabe de la région de la Babylonie). La ville d'Uruk est surtout connue pour son grand roi Gilgamesh et le récit épique de sa quête d'immortalité, mais aussi pour un certain nombre de 'premières' dans le développement de la civilisation qui s'y sont déroulées.

Elle est considérée comme la première vraie ville du monde, le site de l'origine de l'écriture, le premier exemple de réalisations architecturales et de construction de grandes structures en pierre, l'origine de la ziggourat, et la première ville à développer le sceau cylindrique, que les anciens Mésopotamiens utilisaient pour désigner des biens personnels ou comme signature sur des documents. Compte tenu de l'importance du sceau cylindrique pour les gens de l'époque, et du fait qu'il représentait l'identité personnelle et la réputation de chacun, Uruk pouvait également être crédité comme la ville qui reconnut pour la première fois l'importance de l'individu dans la communauté collective. La ville a été habitée en permanence depuis sa fondation jusque vers 300 EC quand, en raison d'influences à la fois naturelles et artificielles, les gens ont commencé à déserter la région. Elle fut abandonnée et ensevelie jusqu'à ce qu'elle soit fouillée en 1853 EC par William Loftus pour le British Museum.

Supprimer la pub

Advertisement

La période d'Uruk

La Période d'Obaïd (vers 5000-4100 AEC), pendant laquelle le peuple Obaïd habita le premier la région de Sumer, fut suivie de la Période d'Uruk (4100-2900 AEC) au cours de laquelle les villes ont commencé à se développer à travers la Mésopotamie, et Uruk en est devenue la plus influente. La Période d'Uruk est divisée en 8 phases, de la plus ancienne, en passant par son apogée, puis à son déclin, en fonction des niveaux des ruines fouillées et de l'histoire que les objets trouvés y révélèrent. Uruk fut plus influente entre 4100 et 3000 AEC, lorsque la ville était le plus grand centre urbain et centre de commerce et d'administration.

On ne sait pas exactement de quelle manière Uruk gouvernait la région, pourquoi et comment elle est devenue la première ville du monde, et de quelle manière elle exerça son autorité. L'historienne Gwendolyn Leick écrit:

Supprimer la pub

Advertisement

Le phénomène Uruk est encore très débattu, comme savoir dans quelle mesure elle exerçait un contrôle politique sur la vaste zone couverte par les objets d'Uruk, savoir si cela reposait sur l'utilisation de la force, et quelles institutions étaient en charge. Trop peu du site a été fouillé pour fournir des réponses solides à ces questions. Cependant, il est clair qu'à cette époque, le processus d'urbanisation était enclenché, et concentré à Uruk même. (183-184)

Étant donné que la ville d'Ur avait un emplacement plus avantageux pour le commerce, plus au sud vers le golfe Persique, il semblerait logique qu'elle ait exercé plus d'influence qu'Uruk, mais ce n'est pas le cas.

URUK FUT PLUS INFLUENTE ENTRE 4100 ET 3000 AEC, LORSQUE ELLE ÉTAIT LE PLUS GRAND CENTRE URBAIN et CENTRE De COMMERCE ET D'ADMINISTRATION.

Des objets d'Uruk apparaissent sur pratiquement tous les sites fouillés à travers la Mésopotamie. L'historien Julian Reade note:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'exemple peut-être le plus frappant de la large diffusion de certaines caractéristiques de la culture d'Uruk consiste en la répartition de ce qui doit être l'une des formes les plus grossières jamais réalisées, le bol à bord biseauté. Ce type de bol, moulé et fabriqué en série, se trouve en grand nombre dans toute la Mésopotamie et au-delà. (30)

Ce bol était le moyen par lequel les ouvriers semblent avoir été payés: par une certaine quantité de grain mis à la louche dans un bol de taille standard. Les restes de ces bols, dans toute la Mésopotamie, suggèrent qu'ils "étaient fréquemment jetés immédiatement après utilisation, comme la boîte d'aluminium contenant un plat moderne à emporter" (Reade, 30). Le bol à bord biseauté était si populaire que des centres de fabrication se sont développés dans toute la Mésopotamie, s'étendant aussi loin d'Uruk que la ville de Mari dans l'extrême nord. Pour cette raison, on ne sait pas si le bol est originaire d'Uruk ou d'ailleurs (bien qu'Uruk en soit généralement considéré comme l'origine). S’il revient à Uruk, alors le bol à bord biseauté doit être compté parmi les nombreuses réalisations de la ville, car il s'agit du premier exemple connu d'un produit fabriqué en série.

Les quartiers de la ville et les dieux

La ville était divisée en deux sections, le quartier d'Eanna et l'ancien quartier d'Anu, respectivement nommés et dédiés à la déesse Inanna et à son père, le dieu céleste Anu. La fameuse 'Dame de Warka, ou d'Uruk', un visage de femme en marbre sculpté, est considérée comme à l'image d'Inanna et faisait probablement partie d'une œuvre plus vaste de l'un des temples de son quartier.

Le quartier d'Eanna était séparé du reste de la ville par un mur, mais on ne sait pas si c'était pour des raisons de cérémonie ou si, dans la construction du nouveau quartier d'Eanna, les bâtisseurs avaient besoin d'un mur pour une raison quelconque. L'historien Samuel Noah Kramer suggère qu'Anu, le dieu masculin, présidait la ville primitive jusqu'à la montée en popularité de sa fille Inanna, et qu'à ce moment-là elle reçut une maison privée, avec un mur, dans le quartier d'Eanna.

Supprimer la pub

Advertisement

Étant donné que les temples étaient considérés comme le véritable lieu d'habitation des divinités sur terre et qu'Inanna était régulièrement représentée comme une déesse qui aimait bien les choses à sa manière, le quartier fortifié était peut-être simplement pour lui offrir une certaine intimité. Kramer note également que, même si Inanna continuait à être une divinité populaire dans toute la Mésopotamie (fusionnant finalement avec Ishtar), le pouvoir et le prestige des déesses diminuait en même temps que les droits des femmes se détérioraient. Devant cela, peut-être que le quartier d'Eanna a été clos pour restreindre l'accès à une classe sacerdotale masculine. Cependant, comme pour beaucoup de choses concernant l'histoire d'Uruk, cette théorie reste largement spéculative.

Facade of Inanna's Temple at Uruk
Façade du Temple d'Inanna à Uruk
Osama Shukir Muhammed Amin (CC BY-NC-SA)

Inanna a joué un rôle central dans l'histoire mythologique d'Uruk car c'est elle qui vola les meh sacrés de son père-dieu Enki dans la ville sacrée d'Eridu et les apporta à Uruk. Les meh étaient, selon les mots de Kramer (qui le premier a traduit le cunéiforme) "des décrets divins qui sont à la base du modèle culturel de la civilisation sumérienne". Comme Eridu était considérée par les Sumériens, comme la première ville créée par les dieux et un lieu saint pour eux, le déplacement des meh à Uruk signifiait un transfert de pouvoir et de prestige d'une ville à l'autre.

Dans l'histoire d'Inanna et le Dieu de la Sagesse, une fois que le dieu Enki a découvert que les meh ont été volés, il fait de grands efforts pour les rapporter à Eridu - mais en vain. Inanna avait trompé son père, et maintenant c'était Uruk, et non Eridu, qui devait être le siège du pouvoir. Eridu était associé à la vie rurale et à la mer primordiale d'où la vie jaillit, et Uruk était l'incarnation du nouveau mode de vie, la ville. L'histoire devait fournir à un ancien Mésopotamien la raison pour laquelle Eridu perdit de son importance et Uruk atteignit les hauteurs: c'était l'œuvre des dieux.

Supprimer la pub

Advertisement

Importance d'Uruk et long déclin

Au cours du début de la Période Dynastique (2900-2334 AEC), qui suivit la période Uruk, la ville était toujours le siège du pouvoir dans la région, bien que dans un état très diminué, et les principales dynasties de l'époque régnaient depuis elle. La grande muraille d'Uruk, qui aurait été construite par le roi Gilgamesh lui-même, s'élevait encore autour de la ville lorsque le roi Eannutum fonda la Première Dynastie de Lagash en 2500 AEC et établit le premier empire de la région.

Le dernier roi de cet empire, Lugal-zagesi, admirait tellement la ville qu'il choisit Uruk comme capitale et siège du pouvoir. Lorsque Sumer fut placée sous le pouvoir de l'Empire Akkadien en 2334 AEC, Sargon d'Akkad continua à vouer une vénération particulière à Uruk, et les quartiers sacrés d'Inanna et d'Anu continuèrent à être utilisés, ils furent même rénovés et améliorés.

Pottery Dish from Uruk Period
Poterie de la période d'Uruk
Osama Shukir Muhammed Amin (CC BY-NC-SA)

Même si la ville perdit la position de prééminence dont elle jouissait pendant la Période d'Uruk, elle continua à occuper une position importante tout au long de la Période d'Ur III (2047-1750 AEC). La Troisième Dynastie d'Ur gouverna si bien qu'elle donna naissance à une Renaissance Sumérienne et Uruk en profita autant que le reste de la région. Avec la chute de la ville d'Ur en 1750 AEC et l'invasion de Sumer par les Élamites, ainsi que les incursions des Amorrites, Uruk entra en déclin avec le reste de Sumer.

Supprimer la pub

Advertisement

La ville continua à jouer un rôle important cependant, tout au long des périodes Séleucide et Parthe de l'histoire tardive de Sumer. C'est un point important à noter dans la mesure où de nombreuses autres villes sumériennes s'en sont beaucoup moins bien sorties à la même époque. Les quartiers sacrés ont continué à être maintenus, bien qu'à un niveau moindre, jusqu'au 7ème siècle EC. Il y avait longtemps que de nombreuses autres villes mésopotamiennes avaient été abandonnées. L'historien Bertman écrit: "Uruk a eu une durée de vie de 5 000 ans, ses couches les plus anciennes sont pratiquement inexplorées, submergées profondément dans la boue de la plaine alluviale d'où sa vie jadis a germé" (37). La réponse à la raison pour laquelle la première ville du monde grandit comme elle l'a fait, là où elle l'a fait, et est restée si importante pour le peuple de Mésopotamie pendant si longtemps, est peut-être ensevelie dans les ruines antiques. Contrairement à d'autres villes de la région, elle n'a été abandonnée qu'à la conquête musulmane, en 630 EC.

La réponse au mystère de l'importance d'Uruk peut être cependant plus simple qu'il n'y paraît. L'historien Paul Kriwaczek notait que tout changement important dans une société découle "du conflit éternel entre les progressistes et les conservateurs, entre ceux qui regardent en avant et en arrière, ceux qui proposent 'faisons quelque chose de nouveau' et ceux qui pensent que 'les anciennes méthodes sont meilleures'. Aucun grand changement de culture n'a jamais eu lieu sans une telle confrontation" (21).

Peut-être que l'histoire d'Inanna et Enki et le changement de pouvoir d'Eridu à Uruk racontaient cet affrontement précisément, et montraient comment les anciens modes de vie rurale, illustrés sur l'ancien site d'Eridu, cédèrent la place à l'essor de la ville et à un nouveau type de communauté. Cela devait arriver quelque part une fois que le processus d'urbanisation avait commencé, et l'endroit où cela se produisit, ce fut à Uruk.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Jerome Couturier
Je suis médecin, spécialisé en Génétique. J'aime l'Histoire et l'Antiquité depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours eu un interêt pour la recherche dans divers domaines scientifiques, dont l'archéologie.

Auteur

Joshua J. Mark
Écrivain indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2011, avril 28). Uruk [Uruk]. (J. Couturier, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-43/uruk/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Uruk." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. modifié le avril 28, 2011. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-43/uruk/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Uruk." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 avril 2011. Web. 17 sept. 2021.