Légende de Sargon d'Akkad

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 17 février 2023
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, polonais

La Légende de Sargon d'Akkad (c. 2300 av. J.-C.) est un ouvrage akkadien de Mésopotamie considéré comme l'autobiographie de Sargon d'Akkad (Sargon le Grand, r. de 2334 à 2279 av. J.-C.), fondateur de l'empire akkadien. La copie la plus ancienne date du 7e siècle avant notre ère et fut trouvée dans les ruines de la bibliothèque d'Assurbanipal au 19e siècle.

Birth of Sargon of Akkad
Naissance de Sargon d'Akkad
Jastrow (Public Domain)

Le texte, vraisemblablement composé vers 2300 avant notre ère, et également connu sous le nom de Légende de la naissance de Sargon, décrit les origines modestes du roi et son ascension au pouvoir avec l'aide de la déesse Ishtar, et se termine par un défi lancé aux futurs rois de se rendre là où il s'est rendu et de faire ce qu'il a fait. Sargon fut le fondateur du premier empire multinational au monde, et son règne devint légendaire, inspirant de nombreux récits à son sujet, mais on sait très peu de choses sur sa vie en dehors d'ouvrages tels que La légende de Sargon d'Akkad et l'œuvre littéraire Sargon et Ur-Zababa.

Supprimer la pub
Advertisement

Aujourd'hui, ces deux œuvres sont parfois classées dans le genre de la littérature mésopotamienne naru - la première fiction historique au monde - dans laquelle un personnage célèbre, généralement un roi, est présenté comme le personnage principal d'une œuvre de fiction. Ce genre apparut vers le IIe millénaire avant notre ère et était très populaire, comme en témoigne le nombre d'exemplaires d'œuvres naru retrouvés.

L'objectif de la littérature naru n'était pas de tromper le public, mais de lui faire comprendre une valeur religieuse ou culturelle importante. Dans le cas de la Légende de Sargon d'Akkad, cependant, le genre naru semble avoir été utilisé pour faire de Sargon un "homme du peuple" qui, ayant commencé sa vie comme un orphelin sans rien, forgea son propre destin et établit un empire.

Supprimer la pub
Advertisement

Légende et littérature naru

Sargon d'Akkad était parfaitement conscient de son époque et du peuple sur lequel il allait régner. Il semble avoir compris très tôt que les gens du peuple n'aimaient pas la noblesse et, bien qu'il ait été un brillant chef militaire, c'est l'histoire qu'il raconta de sa jeunesse et de son ascension au pouvoir qui exerça une influence puissante sur les Sumériens qu'il cherchait à conquérir.

Sargon prit soin de prendre ses distances avec les rois du passé (qui revendiquaient le droit divin) et s'aligna sur les gens du peuple.

Au lieu de se présenter comme un homme choisi par les dieux pour régner, il donna de lui-même l'image plus modeste d'un orphelin à la dérive, recueilli par un jardinier bienveillant et qui reçut l'amour de la déesse Inanna/Ishtar. Selon la légende de Sargon d'Akkad, il était né fils illégitime d'une "changeante", qui pourrait être une prêtresse du temple d'Ishtar (dont le clergé était androgyne), et n'avait jamais connu son père.

Supprimer la pub
Advertisement

Ne pouvant révéler sa grossesse ni garder l'enfant, sa mère l'aurait placé dans un panier qu'elle aurait ensuite fait dériver sur l'Euphrate. Elle avait scellé le panier avec du goudron, et l'eau le transporta sain et sauf jusqu'à l'endroit où il fut retrouvé par un homme nommé Akki, jardinier d'Ur-Zababa, le roi de la ville sumérienne de Kish. En créant cette légende, Sargon prit soin de prendre ses distances avec les rois du passé (qui revendiquaient un droit divin) et s'aligna sur les gens du peuple de la région plutôt que sur l'élite dirigeante.

La légende, comme nous l'avons vu, est aujourd'hui considérée par certains spécialistes comme appartenant au genre de la littérature mésopotamienne naru, mais on ne sait pas si elle aurait été comprise de cette manière à l'époque. Le spécialiste O. R. Gurney définit le genre et son origine:

Un naru était une stèle gravée sur laquelle un roi consignait les événements de son règne. Les caractéristiques d'une telle inscription sont une présentation formelle de l'auteur par son nom et ses titres, un récit à la première personne et un épilogue consistant généralement en des malédictions contre toute personne qui pourrait à l'avenir dégrader le monument et des bénédictions pour ceux qui devraient l'honorer. Ce que l'on appelle la "littérature naru" consiste en un petit groupe d'inscriptions naru apocryphes, composées probablement au début du deuxième millénaire av. J.-C., mais au nom de rois célèbres d'une époque révolue. Un exemple bien connu est la Légende de Sargon d'Akkad. Dans ces œuvres, la forme du naru est conservée, mais le sujet est légendaire, voire fictif. (93)

La copie existante, réalisée longtemps après la mort de Sargon, transmet l'histoire que Sargon aurait présentée concernant sa naissance, son éducation et son règne. Des pièces naru telles que La légende de Cutha ou La malédiction d'Akkad utilisent un personnage historique bien connu (dans les deux cas Naram-Sin, le petit-fils de Sargon) pour faire valoir les relations entre un être humain (en particulier un roi) et les dieux. D'autres ouvrages naru, tels que La grande révolte et La légende de Sargon d'Akkad, racontent la victoire militaire d'un grand roi ou son origine. Dans le cas de Sargon, il aurait eu intérêt, en tant qu'aspirant conquérant et bâtisseur d'empire, à se prévaloir d'une naissance et d'une éducation modestes.

Supprimer la pub
Advertisement

Inscription of the Birth of King Sargon of Akkad
Inscription sur la Naissance du Roi Sargon d'Akkad
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Objectif et texte

À l'époque où Sargon prit le pouvoir en 2334 avant notre ère, Sumer était une région qui n'avait été unifiée que peu de temps auparavant, au début de la période dynastique (2900-2334 av. J.-C.), sous l'égide d'Eanatum, roi de Lagash, et même alors, il ne s'agissait pas d'une union cohésive. Avant la conquête d'Eanatum, les villes sumériennes étaient fréquemment en guerre les unes contre les autres, se disputant des ressources telles que l'eau et les droits fonciers, une cause fréquente de guerre en Mésopotamie. L'écart entre les riches et les pauvres compliquait encore la situation. La spécialiste Susan Wise Bauer écrit à ce sujet:

La conquête relativement rapide de toute la plaine mésopotamienne par Sargon est surprenante, étant donné l'incapacité des rois sumériens à contrôler une zone plus grande que deux ou trois villes [mais les Sumériens] souffraient d'un écart croissant entre l'élite dirigeante et les travailleurs pauvres. [Les riches] utilisaient leur pouvoir religieux et séculier combiné pour s'approprier jusqu'à trois quarts des terres d'une ville donnée. La conquête relativement facile de la région par Sargon (sans parler de ses constantes critiques sur sa propre origine non aristocratique) peut révéler un appel réussi aux membres opprimés de la société sumérienne pour qu'ils se rangent de son côté. (99)

En se présentant comme un "homme du peuple", il put rallier de nombreux soutiens à sa cause et s'emparer de Sumer avec une relative facilité. Une fois le sud de la Mésopotamie sous son contrôle, il créa le premier empire multinational de l'histoire. Le nombre de révoltes auxquelles il dut faire face, comme en témoignent ses inscriptions, atteste que son règne ne fut pas toujours populaire, une fois qu'il fut solidement installé au pouvoir. Au début, cependant, son attrait aurait été grand pour les gens qui en avaient assez que les riches vivent à leur guise aux dépens des travailleurs de la classe inférieure.

The Akkadian Empire, c. 2334 - 2218 BCE
L'Empire akkadien, vers 2334 - 2218 avant notre ère
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

La hiérarchie sociale à Sumer était rigide, une poignée de personnes jouissant d'une vie de loisir et la majorité effectuant tous les travaux qui permettaient aux villes de fonctionner. Dans ce type de situation sociale, un candidat au pouvoir, enfant d'une mère célibataire, abandonné et recueilli par un jardinier, aurait gagné l'approbation du peuple bien plus que n'importe quel membre de l'élite qui dirigeait alors les villes.

Supprimer la pub
Advertisement

La traduction suivante de la légende est tirée de l'ouvrage de J. B. Pritchard, The Ancient Near East, Volume I, pages 85-86 :

Sargon, le puissant roi, roi d'Akkd, c'est moi.
Ma mère était une changeante, mon père je ne l'ai pas connu.
Le ou les frères de mon père aimaient les collines.
Ma ville est Azupiranu, située sur les rives de l'Euphrate.
Ma mère changeante m'a conçu, elle m'a enfanté en secret.
Elle m'a mis dans un panier de joncs, elle a scellé mon couvercle avec du bitume.
Mon couvercle.
Elle m'a jeté dans le fleuve qui ne s'est pas élevé au-dessus de moi,
Le fleuve m'a porté et m'a amené à Akki, le tireur d'eau.
Akki, le tireur d'eau.
Akki, le tireur d'eau, me souleva alors qu' il trempait son
aiguière.
Akki, le tireur d'eau, m'a pris comme fils
(et) m'a élevé.
Akki, le tireur d'eau, m'a nommé jardinier,
Alors que j'étais jardinier, Ishtar m'a accordé son amour,
Et pendant quatre ans [ ... ] j'ai exercé la royauté,
J'ai gouverné le [peuple] à tête noire, j'ai gouverné;
J'ai conquis de puissantes montagnes avec des haches d'airain...
J'ai escaladé les chaînes supérieures,
J'ai parcouru les chaînes inférieures,
J'ai fait trois fois le tour de la mer.
J'ai capturé Dilmun, de mes propres mains,
[Je suis monté sur le grand Der, j'ai [...],
[j'ai changé et [...].
Quel que soit le roi qui viendra après moi,
[...]
Qu'il r[ègne, qu'il gouverne] les têtes noires.
Qu'il conquière de puissantes [montagnes] avec des hache[s] d'airain, [...].
[Qu]'il escalade les chaînes supérieures,
[Qu'il traverse les chaînes inférieures],
Qu'il fasse trois fois le tour de la mer !
[Qu'il capture Dilmun de ses propres mains],
Qu'il monte sur le grand Der et [...] !
[...] de ma ville, Akka[d...]
[...] ... [...].

Commentaire

Le grand roi est soigneusement présenté dans les douze premières lignes comme l'enfant abandonné par sa mère, qui trouve un foyer auprès d'Akki le jardinier, et qui est aimé par la déesse Ishtar. Une fois Ishtar et ses faveurs établies à la ligne 12, le narrateur passe instantanément à "Et pendant quatre ans j'ai exercé la royauté" à la ligne 13, puis consacre le reste de la pièce à ses exploits militaires et à l'héritage qu'il a laissé.

Cette progression de l'histoire aurait inspiré les peuples de l'ancienne Mésopotamie de la même manière qu'une histoire de "pauvre garçon qui fait le bien" le ferait aujourd'hui. Sargon ne s'est pas contenté de se vanter de ce qu'il a pu accomplir en tant que roi, il a également raconté au peuple ses débuts très modestes et comment c'est grâce à la bonté d'un étranger et à la grâce d'une déesse qu'il a pu remporter ses grands triomphes.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La légende a remplacé toute vérité biographique qui aurait pu exister et, avec le temps, est devenue la vérité.

Il n'y a aucun moyen de savoir si ce que Sargon dit de sa première vie dans l'inscription est vrai; c'est précisément le but de l'inscription. Qui que soit Sargon, et d'où qu'il vienne, la légende - qui est le seul ouvrage connu donnant sa biographie - l'occulte. "Sargon" n'est même pas son vrai nom, mais un nom de trône qu'il s'est choisi, qui signifie "roi légitime", et bien que les inscriptions et son nom indiquent qu'il était sémite, il n'y a aucun moyen de le savoir avec certitude.

Il affirme que sa ville natale est Azupiranu, mais cette ville n'est mentionnée dans aucun autre texte existant et on pense qu'elle n'a jamais existé. Azupiranu signifie "ville du safran" et, comme le safran était un produit précieux pour la guérison ainsi que pour d'autres applications, il se rattachait peut-être simplement au concept de valeur ou d'utilité. La répétition de l'image de Sargon sauvé du fleuve par un "tireur d'eau" aurait également eu une résonance symbolique pour un public mésopotamien, dans la mesure où l'eau était considérée comme un agent de transformation et comme un moyen de blanchir quelqu'un de tout méfait.

Le moyen par lequel une personne accusée d'un crime était déclarée coupable ou innocente était connu sous le nom d'épreuve: l'accusé était jeté dans la rivière ou y sautait, et s'il survivait, il était innocent; dans le cas contraire, les dieux, par l'intermédiaire de la rivière, avaient rendu un verdict de culpabilité. En outre, dans la croyance mésopotamienne, l'au-delà était séparé de la terre des vivants par une rivière, et le défunt laissait sa vie terrestre derrière lui lorsqu'il la traversait.

Le voyage du défunt depuis sa ville natale, via l'Euphrate, jusqu'à son destin avec le "tireur d'eau" aurait donc symbolisé la transformation et aussi sa valeur, puisqu'il avait survécu à sa propre épreuve en tant qu'enfant. La légende a remplacé toute vérité biographique qui aurait pu exister et, avec le temps, est devenue la vérité. Il semble que ce soit là l'effet d'une grande partie de la littérature naru: le mythe, avec le temps, est devenu la réalité. Le spécialiste Gerdien Jonker écrit à ce sujet:

Il convient de préciser que les auteurs de l'Antiquité ne cherchaient pas à tromper avec leurs créations littéraires. La littérature inspirée par le naru constituait un excellent moyen de créer, en s'écartant des formes traditionnelles, une nouvelle "image" sociale du passé. (95)

Cependant, ce qui précède est une interprétation moderne des textes anciens; on ne sait pas comment les œuvres aujourd'hui classées comme littérature mésopotamienne naru étaient comprises par les gens de l'époque. Il semble probable que le public d'origine n'aurait pas remis en question l'histoire d'un enfant abandonné par sa mère dans la rivière, qui aurait flotté en aval pour être trouvé par un jardinier, qui aurait reçu l'amour d'une déesse et qui serait devenu l'homme le plus puissant de Mésopotamie grâce à sa grâce et à son propre caractère. Comme il n'y avait pas d'histoire contradictoire à laquelle la comparer, elle aurait été acceptée comme un récit exact de sa vie et, à l'ère moderne, au moins comme la version dont il voulait que les générations futures se souviennent.

La légende est reconnue par les chercheurs modernes, dont Paul Kriwaczek, comme la source d'inspiration du récit de l'origine de Moïse dans le livre biblique de l'Exode, qui n'a pas été remis en question jusqu'à l'époque actuelle. De nombreuses personnes dans le monde acceptent aujourd'hui l'histoire de Moïse, des joncs et de la princesse égyptienne comme une vérité, et c'est ainsi que la légende de Sargon aurait été reçue par les habitants de l'ancienne Mésopotamie. Qui qu'il ait été en réalité, cela n'aurait certainement pas nui à sa cause d'être connu comme le fils orphelin d'une prêtresse au lieu d'être l'héritier privilégié d'un trône.

Conclusion

Le texte fut découvert dans les ruines de la ville assyrienne de Ninive vers 1850-1853 par les archéologues Hormuzd Rassam et Sir Austen Henry Layard qui fouillaient le site (bien que certains attribuent la découverte à Sir Henry Rawlinson, qui travaillait avec Layard). Hormuzd et Layard sont célèbres pour de nombreuses découvertes importantes dans toute la Mésopotamie, mais peut-être surtout pour avoir mis au jour la bibliothèque d'Assurbanipal à Ninive. La légende de Sargon d'Akkad faisait partie de cette bibliothèque, ce qui, bien sûr, suggère que l'histoire était encore lue au VIIe siècle avant notre ère, près de 2 000 ans après le règne de Sargon.

À cette époque, Sargon était déjà une légende. Les rois de la période Ur III (2047-1750 av. J.-C.), notamment Ur-Nammu (alias Ur- Namma, r. de 2047 à 2030 av. J.-C.) et Shulgi d'Ur (r. de 2029 à 1982 av. J.-C.), s'associèrent à Sargon et à ses successeurs en tant que versions plus bénignes des rois akkadiens. Hammurabi de Babylone (r. de 1792 à 1750 av. J.-C.) semble également s'être inspiré du modèle de Sargon, en particulier dans l'organisation de son armée, et les rois assyriens firent de même. À l'époque d'Assurbanipal (r. de 668 à 627 av. J.-C.), le nom de Sargon devait être aussi connu que ceux d'Alexandre le Grand ou de Jules César le sont aujourd'hui.

Assurbanipal (r. de 668 à 627 av. J.-C.) envoya ses émissaires dans toute la Mésopotamie pour collecter et copier tous les ouvrages qu'ils pouvaient trouver pour sa bibliothèque, afin de préserver le passé "pour les jours lointains" où ils seraient lus par les générations futures. Parmi les plus de 30 000 textes cunéiformes découverts dans les ruines de la bibliothèque, l'autobiographie de Sargon, qu'il s'agisse de vérité ou de fiction, constitue l'un des premiers, sinon le premier, récits de passage de la misère à la fortune au monde et continue de fasciner et d'inspirer le public d'aujourd'hui, comme il était censé le faire à l'époque où il fut écrit.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que la légende de Sargon d'Akkad ?

La Légende de Sargon d'Akkad est un ouvrage akkadien considéré comme l'autobiographie de Sargon d'Akkad, fondateur de l'empire akkadien, probablement composé pour la première fois vers 2300 av. J.-C., bien que la plus ancienne copie existante date du VIIe siècle av. J.-C.

La légende de Sargon d'Akkad est-elle véridique ?

Il est impossible de savoir si La légende de Sargon d'Akkad est conforme à la réalité, car il n'existe pas d'autres textes sur les débuts de la vie de Sargon d'Akkad qui permettraient d'en contester les affirmations.

La légende de Sargon d'Akkad est-elle vraiment à l'origine de l'histoire de Moïse dans la Bible ?

La légende d'Akkad, écrite bien avant le livre biblique de l'Exode, est considérée comme la source d'inspiration de l'histoire des origines de Moïse dans la Bible.

Pourquoi la légende de Sargon d'Akkad est-elle importante ?

La légende de Sargon d'Akkad est importante en tant que source primaire sur la vie de l'un des personnages les plus influents de l'ancienne Mésopotamie, ainsi qu'en tant que source du récit biblique des débuts de la vie de Moïse.

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2023, février 17). Légende de Sargon d'Akkad [The Legend of Sargon of Akkad]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-746/legende-de-sargon-dakkad/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Légende de Sargon d'Akkad." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 17, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-746/legende-de-sargon-dakkad/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Légende de Sargon d'Akkad." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 17 févr. 2023. Web. 13 avril 2024.

Adhésion