Sumériens

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 octobre 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, persan, grec
Detail of the War Scene of the Standard of Ur Showing Sumerian Warriors (by Osama Shukir Muhammed Amin, Copyright)
Détail de la scène de guerre de l'Étendard d'Ur montrant des guerriers sumériens
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Les Sumériens étaient le peuple du sud de la Mésopotamie dont la civilisation s'épanouit entre environ 4100 et 1750 avant notre ère. Leur nom vient de la région qui est fréquemment - et incorrectement - désignée comme un "pays". Sumer n'a cependant jamais été une entité politique cohérente, mais une région de cités-états ayant chacune son propre roi.

Sumer était le pendant méridional de la région septentrionale d'Akkad, dont le peuple donna son nom à Sumer, qui signifie "terre des rois civilisés". Les Sumériens eux-mêmes désignaient leur région simplement comme "le pays" ou "le pays du peuple aux têtes noires".

Supprimer la pub

Advertisement

Les Sumériens sont à l'origine d'un grand nombre des innovations, inventions et concepts clés que nous considérons comme acquis aujourd'hui. Ils ont essentiellement "inventé" le temps en divisant le jour et la nuit en périodes de 12 heures, les heures en 60 minutes et les minutes en 60 secondes. Parmi leurs autres innovations et inventions, citons les premières écoles, la première version du récit du Grand Déluge et d'autres récits bibliques, la plus ancienne épopée héroïque, la bureaucratie gouvernementale, l'architecture monumentale et les techniques d'irrigation.

Après la montée des Amorites en Mésopotamie et l'invasion des Élamites, Sumer cessa d'exister et n'était plus connue que par des références dans les œuvres d'écrivains antiques, notamment les scribes qui rédigèrent le livre biblique de la Genèse. Sumer demeura inconnu jusqu'au milieu du 19e siècle, lorsque des fouilles en Mésopotamie mirent au jour sa civilisation et ses nombreuses contributions.

Supprimer la pub

Advertisement

Sumerian Votive Plaque
Plaque votive sumérienne
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Développements et nouveautés

Tout au long du 19e siècle, les archéologues européens se rendirent au Proche-Orient à la recherche de villes anciennes, de tombes et d'artefacts. Aucun d'entre eux n'alla en Mésopotamie à la recherche de cités sumériennes, car personne ne savait que cette civilisation avait existé - ils cherchaient à fouiller des sites mentionnés dans la Bible, comme Babylone et Ninive, ainsi qu'un lieu mystérieux appelé Shinar - mais ils trouvèrent bien plus que ce à quoi ils s'attendaient.

Personne ne sait d'où venaient les Sumériens, mais vers 2900 avant notre ère, ils étaient solidement établis dans le sud de la Mésopotamie. L'histoire de cette région est divisée par les spécialistes modernes en six époques :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

  • La période d'Obeïd - vers 5000-4100 av. J.-C.
  • La période d'Uruk - 4100-2900 av. J.-C.
  • Le début de la période dynastique - 2900-2334 av. J.-C.
  • Période akkadienne - 2334-2218 av. J.-C.
  • La période gutienne - vers 2218-2047 av. J.-C.
  • La période Ur III (également connue sous le nom de Renaissance sumérienne) - 2047-1750 av. J.-C.

Les origines des habitants de la période d'Obeïd sont également inconnues - tout comme leur culture - mais ils ont laissé derrière eux des artefacts intrigants et ont probablement fondé les premières communautés qui sont devenues les villes ultérieures et qui se sont développées en cités-états pendant la période d'Uruk. Le début de la période dynastique vit l'avènement des rois, l'établissement du gouvernement et de la bureaucratie, et les conflits entre les cités-états sumériennes pour les droits sur les terres et l'eau. Les cités sumériennes s'unissaient périodiquement sous l'égide d'un seul roi, comme dans le cas d'Enembaragesi de Kish qui mena Sumer contre Élam dans la première guerre enregistrée dans l'histoire vers 2700 av. J.-C. Les Sumériens furent victorieux et mirent à sac les villes d'Elam.

Sumer est finalement conquise par Sargon d'Akkad qui en fit le cœur de son empire multinational.

Plus tard, le roi Eanatum reconquerra des parties de l'Élam vers 2500 av. J.-C. et Lugal-zagesi fera de même vers 2330 av. J.-C., mais ces rois ne pourront jamais contrôler totalement les cités-États sumériennes. Sumer fut finalement conquise par Sargon d'Akkad (r. de 2334 à 2279 av. J.-C.) qui en fit le cœur de son empire multinational. Il maintint le contrôle de la région en plaçant des fonctionnaires de confiance à des postes puissants dans chaque ville, notamment sa fille, Enheduanna (2285-2250 av. J.-C.), grande prêtresse de la déesse Inanna à Ur (célèbre en tant que premier auteur connu par son nom). L'empire akkadien fut maître de la région jusqu'à l'invasion des Gutiens qui régnèrent jusqu'à ce qu'ils ne soient chassés par Ur-Nammu (r. de 2047 à 2030 av. J.-C.) et son fils Shulgi d'Ur (r. de 2029 à 1982 av. J.-C.) qui furent responsables de la soi-disant Renaissance sumérienne qui vit une renaissance de la culture sumérienne après les conquêtes akkadiennes et gutiennes.

Sumerian Civilization, c. 4300 - 2335 BCE
Civilisation sumérienne, vers 4300 - 2335 avant notre ère
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Les villes sumériennes, avant et après les conquêtes, s'enrichirent grâce au commerce. La stabilité relative des villes encouragea la croissance culturelle, l'innovation et l'invention. Le savant Samuel Noah Kramer, dans son ouvrage emblématique L'histoire commence à Sumer, explore 39 "nouveautés" dans le monde qui trouvent leur origine chez les Sumériens :

Supprimer la pub

Advertisement

  1. Les premières écoles
  2. Le premier cas de flatterie
  3. Le premier cas de délinquance juvénile
  4. La première "guerre des nerfs"
  5. Le premier congrès bicaméral
  6. Le premier historien
  7. Le premier cas de réduction d'impôts
  8. Le premier "Moïse"
  9. Le premier précédent juridique
  10. La première pharmacopée
  11. Le premier " Almanach du fermier "
  12. La première expérience de culture d'arbres d'ombrage
  13. La première cosmogonie et cosmologie de l'homme
  14. Les premiers idéaux moraux
  15. Le premier " Job ".
  16. Les premiers proverbes et dictons
  17. Les premières fables animalières
  18. Les premiers débats littéraires
  19. Les premiers parallèles bibliques
  20. Le premier "Noé"
  21. Le premier récit de résurrection
  22. Le premier "Saint-Georges"
  23. Le premier cas d'emprunt littéraire
  24. Le premier âge héroïque de l'homme
  25. Le premier chant d'amour
  26. Le premier catalogue de bibliothèque
  27. Le premier âge d'or de l'homme
  28. La première société "malade"
  29. Les premières complaintes liturgiques
  30. Les premiers messies
  31. Le premier champion de longue distance
  32. La première imagerie littéraire
  33. Le premier symbolisme sexuel
  34. La première Mater Dolorosa
  35. La première berceuse
  36. Le premier portrait littéraire
  37. Les premières élégies
  38. La première victoire des travailleurs
  39. Le premier aquarium

Les Sumériens inventèrent également le concept de la ville et l'une des prétendantes au titre de "plus ancienne ville du monde" est Uruk. Les premières villes établies à Sumer étaient :

  • Eridu
  • Uruk
  • Ur
  • Larsa
  • Isin
  • Adab
  • Kullah
  • Nippur
  • Kish

Le cœur de la ville était le complexe de temples, marqué par les grandes ziggourats qui inspireraient plus tard le récit de la tour de Babel. Chaque ville avait sa propre divinité protectrice qui vivait dans le temple, protégeait et guidait les citoyens mais, pour les Sumériens, la ville d'Eridu - et son dieu Enki - occupait une place particulière.

La première ville

Bien que l'archéologie moderne ait établi qu'Uruk est la plus ancienne ville de Mésopotamie, les Sumériens eux pensaient que la première ville du monde était Eridu, présidée par leur dieu de la sagesse et de l'eau, Enki, qui l'avait fait sortir des marais aquatiques et avait établi le concept de royauté et d'ordre dans le pays. L'établissement d'Eridu par Enki était considéré comme une sorte d'âge d'or comparable au jardin d'Eden biblique en tant que demeure des dieux et lieu de naissance des règles régissant la civilisation (connues sous le nom de meh). L'experte Gwendolyn Leick note :

L'Éden mésopotamien n'est pas un jardin mais une ville, formée d'un morceau de terre sèche entouré par les eaux. Le premier bâtiment est un temple... C'est ainsi que la tradition mésopotamienne présente l'évolution et la fonction des villes, et Eridu en fournit le paradigme mythique. Contrairement à l'Éden biblique, dont l'homme a été banni à jamais après la chute, Eridu reste un lieu réel, empreint de sacré mais toujours accessible. (2)

La "chute" d'Eridu n'avait rien à voir avec les péchés de l'humanité, mais avec l'ingéniosité de l'une des déesses mésopotamiennes les plus populaires, Inanna. Dans le poème Inanna et le dieu de la sagesse, la déesse se rend de sa ville d'Uruk à Eridu, la maison de son père Enki, et invite ce dernier à s'asseoir et à boire quelques verres avec elle et à mesure qu'il boit et devient de plus en plus jovial, il cède de bon cœur les meh à sa fille. Une fois qu'elle les a tous rassemblés, elle court vers son navire et les emmène à Uruk, faisant ainsi de sa ville une cité prééminente et diminuant Eridu. Les spécialistes modernes pensent que ce mythe est né en réponse au passage d'une culture agraire (symbolisée par Eridu) au développement urbain incarné par Uruk, l'une des villes les plus puissantes de la région.

Supprimer la pub

Advertisement

Ur-Nammu
Ur-Nammu
Donald A. Mackenzie (Public Domain)

Gouvernement

La religion était pleinement intégrée à la vie des gens et influençait le gouvernement et la structure sociale. Les Sumériens croyaient que les dieux avaient créé l'ordre à partir du chaos et que le rôle de l'individu dans la vie était de travailler en collaboration avec les dieux pour s'assurer que le chaos ne reviendrait pas. Les dieux eux-mêmes, cependant, inverseraient plus tard leur propre travail - ramenant le monde au chaos - lorsque le bruit et les ennuis de l'humanité deviendraient trop lourds à supporter.

L'œuvre sumérienne connue sous le nom de Genèse d'Eridu est la plus ancienne version du récit du Grand Déluge.

L'œuvre sumérienne connue sous le nom de Genèse d'Eridu (composée vers 2300 av. J.-C. et retrouvée dans les ruines d'Eridu) est la première version du récit du grand déluge raconté plus tard dans les Atrahasis, l'Épopée de Gilgamesh et le Livre de la Genèse. Elle raconte comment les dieux ont détruit l'humanité par une inondation, à l'exception d'un homme, Ziusudra, qui est sauvé lorsque Enki lui demande de construire une arche et de sauver deux animaux de chaque espèce. Par la suite, les dieux ont lâché du lest et ont décidé de contrôler la population humaine et de limiter leurs pénibles habitudes en introduisant la mort et la maladie dans le monde, rétablissant ainsi l'ordre et fixant une limite à la vie et à l'ambition humaines.

Les dieux attendaient des êtres humains qu'ils utilisent leur vie pour aider à maintenir l'ordre, ce qui impliquait de trouver un moyen de travailler ensemble. Les Sumériens étaient très fiers de leur individualité, comme en témoigne l'élévation des divinités protectrices de chaque ville et les rivalités et conflits intermittents, mais les dieux leur demandaient de mettre cela de côté dans l'intérêt du bien commun. Kramer écrit :

Supprimer la pub

Advertisement

Même si les Sumériens accordaient une grande valeur à l'individu et à ses réalisations, un facteur primordial favorisait un fort esprit de coopération entre les individus et les communautés : la dépendance totale de Sumer à l'égard de l'irrigation pour son bien-être - voire pour son existence même. L'irrigation est un processus compliqué qui exige un effort collectif et une certaine organisation. Il fallait creuser des canaux et les entretenir en permanence. L'eau devait être divisée équitablement entre toutes les parties concernées. Pour garantir cela, un pouvoir plus fort que le propriétaire terrien individuel ou même que la communauté unique était nécessaire : d'où le développement d'institutions gouvernementales et la naissance de l'État sumérien. (Sumériens, 5)

La liste des rois sumériens, un document composé vers 2100 avant notre ère à Lagash, énumère tous les rois remontant au début du monde, lorsque les dieux avaient établi pour la première fois la royauté à Eridu. Le premier roi attesté par l'archéologie est Etana, décrit comme "celui qui a stabilisé toutes les terres" (Sumériens, 43) et la liste se poursuit chronologiquement - souvent avec des dates incroyablement longues pour les monarques - jusqu'au règne des rois vers 2100 avant notre ère.

Legend of the Hero Etana Inscription
La légende du héros : inscription sur Etana
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

La cité-état sumérienne était gouvernée par un roi, le Lugal (littéralement "grand homme") qui supervisait la culture de la terre, parmi de nombreuses autres responsabilités, et était lié aux dieux pour s'assurer que leur volonté était faite sur terre. Le Lugal était initialement à la tête d'une "maison" - une communauté très unie qui mettait ses ressources en commun - et le concept de maison restera la structure de pouvoir sous-jacente des villes. Avec l'essor des villes et le développement des innovations agricoles, les Sumériens changèrent la façon dont les êtres humains vivaient et vivraient à jamais. L'érudit Paul Kriwaczek commente :

Ce fut un moment révolutionnaire dans l'histoire de l'humanité. Les [Sumériens] avaient consciemment l'intention de changer le monde, rien de moins. Ils ont été les premiers à adopter le principe qui a été le moteur du progrès et de l'avancement tout au long de l'histoire, et qui motive encore la plupart d'entre nous à l'époque moderne : la conviction que c'est le droit de l'humanité, sa mission et son destin, de transformer et d'améliorer la nature et d'en devenir maître. (20)

Contributions et effondrement

Les villes des Sumériens prirent de l'ampleur, et lorsqu'ils eurent besoin de plus d'espace et de plus de ressources, ils les prirent aux autres. Pendant la période d'Uruk, la culture se développa rapidement, la plus grande invention étant sans doute l'apparition de l'écriture vers 3600-3500 avant notre ère. L'écriture primitive se développa en réponse au besoin de communication à longue distance pour le commerce et relayait des informations de base telles que "deux moutons - cinq chèvres - Kish", ce qui était suffisamment clair pour l'expéditeur à l'époque, mais ne permettait pas d'informer un destinataire si les deux moutons et les cinq chèvres venaient ou partaient de la ville de Kish, s'ils étaient vivants ou morts, et quel était leur usage. Ce système se développa au début de la période dynastique pour devenir le système d'écriture qui produisit des œuvres telles que l'Épopée de Gilgamesh, les Hymnes d'Enheduanna à Inanna et bien d'autres grandes œuvres littéraires.

Flood Tablet of the Epic of Gilgamesh
Tablette du déluge de l'Épopée de Gilgamesh
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Le sumérien devint la langue véhiculaire de la Mésopotamie et établit le système d'écriture connu sous le nom de cunéiforme qui serait plus tard utilisé pour enregistrer d'autres langues. Gwendolyn Leick commente :

L'horizon culturel plus homogène des plaines alluviales [de Sumer] se traduit par le développement de l'écriture dans un idiome particulier. On ne sait toujours pas pourquoi le sumérien est devenu la langue représentée par l'écriture. La Mésopotamie n'a jamais été linguistiquement ou ethniquement homogène et les noms de personnes dans les premiers textes montrent clairement que des langues autres que le sumérien étaient parlées à l'époque. (65)

Le sumérien était bien établi comme langue écrite à la fin du 4e siècle avant notre ère et la culture, la religion, l'architecture et d'autres aspects importants de la civilisation sumérienne l'étaient également. La littérature des Sumériens influença les auteurs ultérieurs, notamment les scribes qui écrivirent la Bible, puisque leurs récits du Mythe d'Adapa, de la Genèse d'Eridu et de l'Atrahasis inspirèrent les récits bibliques ultérieurs du Jardin d'Éden, de la Chute de l'Homme et du Grand Déluge. Les œuvres d'Enheduanna deviendront les modèles de la liturgie ultérieure, les fables animalières mésopotamiennes seront popularisées par Ésope et l'Épopée de Gilgamesh inspirera des œuvres telles que l'Iliade et l'Odyssée.

On pense que le concept des dieux vivant dans le temple de la ville, ainsi que la forme et la taille de la ziggourat sumérienne, influencèrent le développement de la pyramide et les croyances des Égyptiens concernant leurs propres dieux. Le concept sumérien du temps, ainsi que son système d'écriture, furent également adoptés par d'autres civilisations. Le sceau cylindrique sumérien - signe d'identification personnelle d'un individu - resta en usage en Mésopotamie jusqu'à environ 612 avant notre ère et la chute de l'empire assyrien. Il n'y a littéralement aucun domaine de la civilisation auquel les Sumériens n'ont pas apporté leur contribution mais, malgré tous leurs atouts, leur culture commença à décliner bien avant sa chute.

The Ziggurat at Kish
La Ziggourat à Kish
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

La civilisation sumérienne s'effondra vers 1750 avant notre ère avec l'invasion de la région par les Élamites. Shulgi d'Ur avait érigé un grand mur en 2083 av. J.-C. pour protéger son peuple d'une telle invasion, mais comme il n'était pas ancré à quoi que ce soit aux deux extrémités, il pouvait facilement être contourné - ce que les envahisseurs firent. En outre, la culture avait dû se battre pour conserver son autonomie depuis que les Amorites avaient pris le pouvoir à Babylone. La montée en puissance des Amorites sémites à Babylone et, surtout, le règne d'Hammourabi (r. de 1792 à 1750 av. J.-C.), qui inversa complètement le modèle théologique sumérien en élevant un dieu masculin suprême, Marduk, au-dessus de tous les autres, entraînèrent un changement d'influence culturelle, comme en témoigne le rapport hommes-femmes du panthéon mésopotamien. Les temples dédiés aux déesses furent remplacés par ceux des dieux et, même si les temples des déesses ne furent pas détruits, ils furent marginalisés.

À la même époque, les droits des femmes, qui étaient traditionnellement égaux à ceux des hommes, déclinèrent, tout comme les grandes villes sumériennes. La surexploitation des terres et l'expansion urbaine, associées à des conflits permanents, sont citées comme les principales raisons de la chute des cités. La corrélation entre le déclin du statut des divinités féminines et les droits des femmes n'a jamais été expliquée de manière adéquate - on ne sait pas lequel des deux est arrivé en premier - mais c'est un détail révélateur du déclin d'une culture qui avait toujours tenu les femmes en haute estime. Au moment de l'invasion des Élamites, vers 1750 av. J.-C., la culture sumérienne s'était déjà détériorée et les Élamites ne firent qu'achever le processus.

Découverte

Les Sumériens sont reconnus aujourd'hui pour leurs nombreuses contributions à la culture mondiale, mais il s'agit d'un développement assez récent. Leur histoire est restée enfouie sous les sables pendant des siècles, si bien que toute référence à eux dans les ouvrages anciens était mal comprise par les érudits puisqu'il n'y avait pas de référent connu pour ces allusions. Le pays de Shinar, dans le livre biblique de la Genèse, par exemple, était compris comme une allusion à une région de la Mésopotamie, mais la signification de cette référence ne pouvait être comprise tant que les chercheurs ignoraient qu'un endroit comme le pays de Sumer - le Shinar biblique - avait existé.

La situation a radicalement changé au milieu du 19e siècle de notre ère, lorsque les institutions et les sociétés occidentales ont commencé à envoyer des expéditions au Proche-Orient et au Moyen-Orient à la recherche de preuves physiques pour corroborer les récits bibliques. Si une terre telle que le Shinar avait existé, on pensait que ses ruines - ainsi que celles de toutes les autres structures et villes mentionnées dans la Bible - pourraient être découvertes.

À cette époque, la Bible (plus précisément les récits de l'Ancien Testament) était considérée comme le livre le plus ancien du monde et totalement original. L'histoire du jardin d'Éden, de la chute de l'Homme, du grand déluge étaient considérés comme des œuvres originales écrites directement, ou inspirées, par le seul vrai Dieu de la tradition judéo-chrétienne. Les archéologues et les érudits envoyés dans ces expéditions étaient censés trouver des preuves tangibles pour étayer cette affirmation mais, au lieu de cela, ils ont trouvé exactement le contraire : ils ont trouvé Sumer.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2019, octobre 09). Sumériens [Sumerians]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-428/sumeriens/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Sumériens." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 09, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-428/sumeriens/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Sumériens." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 oct. 2019. Web. 07 déc. 2022.

Adhésion