Guerre

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2758 / $18000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 02 septembre 2009
Disponible dans ces autres langues: anglais, chinois, espagnol
X
Medieval Army Approaching a City Under Siege (by Mohawk Games, Copyright)
Armée médiévale approchant une ville assiégée
Mohawk Games (Copyright)

La guerre est généralement considérée comme la conduite contrôlée et systématique d'un conflit armé entre des nations ou des États souverains, utilisant la puissance et la stratégie militaires, jusqu'à ce que l'un des adversaires ne soit vaincu sur le terrain ou qu'il ne demande la paix face à la destruction inévitable et à la perte de vies humaines. La première guerre enregistrée dans l'histoire est celle qui opposa Sumer et l'Élam en Mésopotamie en 2700 avant notre ère et dont Sumer sortit vainqueur. Le premier traité de paix signé mettant fin à des hostilités entre nations fut conclu entre Ramsès II (le Grand) de l'Empire d'Égypte et Hattusili III de l'Empire hittite en 1258 avant notre ère.

Dans ces deux cas, la guerre fut menée et un traité fut signé pour résoudre des conflits politiques et culturels. La guerre fait partie de la condition humaine depuis toujours et résulte invariablement de la mentalité de tribu inhérente aux communautés humaines et de leur crainte ou de leur méfiance à l'égard d'une autre "tribu", différente, telle qu'elle se manifeste dans les populations d'une autre région, d'une autre culture ou d'une autre religion.

Supprimer la pub
Publicité

La guerre et l'unification de la Chine

Un exemple de la mentalité de tribu qui se traduit par des guerres peut être observé en Chine pendant la période des Royaumes combattants (476-221 av. J.-C.), où sept États tribaux se battirent pour le contrôle suprême du territoire. La dynastie Zhou (1046-226 av. J.-C.), qui avait été le siège de l'autorité politique en Chine (mais pas d'une Chine unifiée), était en déclin et chacun des États indépendants saisit l'occasion de gagner la suprématie.

Comme chaque État employait les mêmes tactiques et observait les mêmes politiques de guerre, aucun ne put prendre un avantage significatif sur les autres. L'historien chinois Sima Qian a écrit que le peuple chinois de cette période ne connaissait pas d'autre vie que celle de la guerre, et ce, génération après génération.

Supprimer la pub
Publicité
L'historien chinois Sima Qian a écrit que les Chinois de cette époque ne connaissaient pas d'autre vie que celle de la guerre, et ce, génération après génération.

Les premiers conflits militaires en Chine sont enregistrés avec l'avènement de la dynastie Xia (c. 2070-1600 av. J.-C.), mais une fois les différends politiques réglés, la paix prévalut. Toutefois, pendant la période des Royaumes combattants, le pays était en proie à des troubles constants. Cette situation fut résolue par le roi de Qin, Ying Zheng qui appliqua le concept de guerre totale dans ses campagnes avec une telle efficacité qu'entre 230 et 221 avant notre ère, il conquit complètement les autres États.

Ying Zheng unifia la Chine sous la dynastie Qin et revendiqua pour lui-même le titre de premier empereur ou Qin Shi Huangti, le titre par lequel il est le plus connu. Son recours à la guerre pour résoudre des conflits politiques de longue date sert de paradigme pour le recours à la guerre en général, que ce soit à grande ou à petite échelle.

Supprimer la pub
Publicité

Les vainqueurs et les vaincus

Dans l'Antiquité, les guerres étaient menées différemment de ce qui serait considéré comme acceptable selon les normes actuelles; les vaincus pouvaient être certains que l'esclavage ou l'exécution sommaire les attendaient. Lorsqu'Alexandre le Grand prit la ville phénicienne de Tyr en juillet 332 avant notre ère, il fit tuer la plus grande partie de la population et vendit le reste en esclavage. En septembre 52 avant notre ère, lorsque Jules César vainquit Vercingétorix et ses tribus gauloises à Alésia, la garnison fut vendue comme esclave et chaque homme des légions de César reçut en cadeau un Gaulois comme esclave personnel. Plus de 40 000 Gaulois furent pris comme esclaves par les seuls légionnaires, sans compter ceux qui furent vendus aux tribus qui avaient fait la paix avec César et formé des alliances après Alésia.

Lorsque Octave vainquit Marc-Antoine et Cléopâtre à la bataille d'Actium en 31 avant notre ère, un sort similaire attendait les vaincus qui n'avaient pas eu la chance de mourir au combat. Ce même modèle de guerre existe depuis Sargon le Grand d'Akkad (2334-2279 av. J.-C.), qui unifia la Mésopotamie sous l'empire akkadien, et fut perfectionné par l'empire assyrien pendant l'âge de fer (1000-500 av. J.-C.). Les Assyriens furent la première force politique à recourir à la déportation à grande échelle de la population conquise vers d'autres régions et à la réinstallation de la région par leur propre peuple. Les citoyens de la ville ou de l'État vaincu étaient soit vendus comme esclaves, soit forcés de se réinstaller dans une zone ou une région déterminée par leurs conquérants.

Battle of Pharsalus
Bataille de Pharsale
Wikipedia User: Kirill Lokshin (Public Domain)

Tactiques et formations

Les armées qui menaient la guerre sur le terrain étaient initialement composées d'unités d'infanterie qui engageaient une force ennemie et la combattaient à l'aide de lances, de boucliers et d'une forme ou d'une autre de gilet pare-balles et de casque. Avec le temps, les armées se développèrent pour inclure des troupes de choc (infanterie qui engageait les lignes adverses en formation serrée) et des peltastes (infanterie en formation plus lâche qui tirait des projectiles à longue portée sur l'ennemi et était plus mobile). La formation connue sous le nom de phalange était la norme dans pratiquement toutes les armées depuis son origine à Sumer en 3000 avant notre ère jusqu'à l'époque de l'Empire romain. La phalange fut modifiée à de nombreuses reprises à l'initiative d'hommes tels que Philippe II de Macédoine ou son fils Alexandre le Grand, mais la formation de base et son efficacité restèrent constantes.

Supprimer la pub
Publicité

Avec l'introduction du cheval au combat, des unités de cavalerie virent le jour et le char de guerre était fréquemment utilisé dans les batailles. Au fur et à mesure que les armées grandissaient et que l'histoire établissait peu à peu des empires, de plus en plus de ressources étaient mises à contribution dans les batailles, y compris l'utilisation d'animaux tels que les chameaux (que Cyrus le Grand utilisa brillamment lors de la bataille de Thymbrée en 546 av. J.-C.) ou les éléphants (célèbres pour leur utilisation par Hannibal lors de la deuxième guerre punique 218-201 av. J.-C.) ou même les chats, qui furent utilisés par Cambyse II de Perse pour vaincre l'Égypte lors de la bataille de Péluse en 525 avant notre ère.

Le roi perse, conscient de la vénération des Égyptiens pour les chats, avait demandé à son armée de peindre l'image du chat sur leurs boucliers et de chasser les chats et d'autres animaux sacrés pour les Égyptiens devant les lignes de front. Les Égyptiens, ne voulant pas risquer la colère de leurs dieux s'ils blessaient l'un des animaux, se rendirent à l'armée perse.

La première bataille navale répertoriée dans l'histoire opposa les navires du roi hittite Suppiluliuma II à une flotte d'invasion venue de l'île de Chypre vers 1210 avant notre ère. Il ne fait aucun doute que des navires avaient été utilisés dans les batailles avant cette date, et des documents indiquent que Sargon d'Akkad aurait utilisé des bateaux de guerre qui pouvaient être démontés et transportés sur la terre ferme.

Supprimer la pub
Publicité

Les unités de peltastes, capables d'infliger de graves dommages à l'ennemi à longue distance, finirent par inspirer les unités d'artillerie qui utilisaient des armes de grande taille dans le même but. Les exemples d'artillerie de l'armée romaine sont le Scorpion (une grande arbalète), la Baliste (semblable à une catapulte), l'Onagre (une petite baliste) et la Catapulte. Alors que les armées romaines étaient en train de conquérir le monde connu, toutes les tactiques et toutes les ressources disponibles au service de la guerre étaient utilisées par les légions.

Royal Lion Hunt on Chariot
Chasse royale au lion en char
Jan van der Crabben (Photographer) (Copyright)

Armées et armement antiques

Les stratégies de combat et les méthodes de guerre variaient selon les pays, les dirigeants et les époques. Dans l'Égypte ancienne, l'armée était équipée d'une simple lance et d'un bouclier en cuir, mais vers 1570 avant notre ère, lorsque les Égyptiens vainquirent les Hyksôs étrangers qui s'étaient emparés de la Basse-Égypte, ils utilisaient savamment le cheval et le char, le gilet pare-balles, l'arc composite ainsi que l'épée de bronze Khepesh.

Ironiquement, ce sont les Hyksôs qui avaient donné aux Égyptiens la technologie (en particulier l'arc composite, l'épée de bronze et le char) pour les vaincre. Avant l'arrivée des Hyksôs en Égypte, l'armée était largement équipée des mêmes types d'armes qu'à l'époque de l'Ancien Empire (c. 2613-2181 av. J.-C.). Les progrès de l'armement, dus d'abord aux Hyksôs puis aux Hittites, conduisirent au développement de la force de combat professionnelle du Nouvel Empire (c. 1570-1069 av. J.-C.) qui créa et assura la sécurité de l'Empire égyptien.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'Empire perse privilégiait la cavalerie blindée, l'infanterie lourde (dont l'élite était connue sous le nom des 10 000 Immortels perses ou Mélophores) et les archers qui faisaient pleuvoir des flèches sur les forces adverses afin de susciter l'admiration et l'émerveillement dans les rangs. Les Grecs de l'Antiquité s'appuyaient sur une infanterie cuirassée (les Hoplites) et sur la formation de la phalange, un groupement dense de soldats armés de longues lances et de boucliers entrecroisés. En Grèce, l'infanterie menait la plupart des combats, quelles que soient les cités-États impliquées, à l'exception notable de la bataille navale de Salamine en 480 avant notre ère.

Philippe II de Macédoine introduisit la sarisse (une longue lance) dans la phalange, ce qui améliora considérablement l'efficacité de la formation sur le terrain. Le fils de Philippe, Alexandre le Grand, utilisa la sarisse dans ses phalanges d'infanterie au cours de ses propres campagnes, mais il employa également la cavalerie légère et lourde et les chars pour obtenir des résultats. La légion à trois lignes de l'Empire romain, équipée d'une armure, d'une lance, d'un bouclier et d'une épée courte, remplaça la formation en phalange et, soutenue par la cavalerie, se révéla être la plus grande force de combat de l'Antiquité après Alexandre le Grand.

Toutes les cultures anciennes suivirent plus ou moins le même schéma de base, à savoir la mise au point d'armes rudimentaires (généralement basées sur les outils utilisés pour la chasse), qui furent ensuite améliorées au fur et à mesure que les membres des différentes tribus entraient en contact - et en conflit - les uns avec les autres. Au fur et à mesure que les tribus devinrent des cultures et des civilisations aux intérêts divergents, les conflits se multiplièrent et l'armement, ainsi que la guerre, devinrent plus sophistiqués afin d'obtenir de meilleurs résultats avec moins d'efforts. Quelle que soit la culture ou l'époque, les gouvernements ont toujours manifesté plus d'intérêt et déployé plus d'efforts pour la guerre que pour presque tous les autres aspects de la vie d'une nation.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2009, septembre 02). Guerre [Warfare]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-154/guerre/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Guerre." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 02, 2009. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-154/guerre/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Guerre." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 02 sept. 2009. Web. 18 juil. 2024.

Adhésion