Éducation Mésopotamienne

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 27 mars 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais, polonais, espagnol
X

L'éducation mésopotamienne fut inventée par les Sumériens après la création de l'écriture vers 3500 avant notre ère. Les premières écoles étaient rattachées à des temples, mais elles furent ensuite installées dans des bâtiments séparés où les scribes de l'ancienne Mésopotamie apprenaient leur métier tout en créant et en conservant les premières œuvres écrites de l'histoire.

Terracotta Tablet from Nippur
Tablette en terre cuite de Nippur
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

L'école des scribes était connue sous le nom d' edubba ("Maison des tablettes"), car les étudiants écrivaient leurs travaux en écriture cunéiforme sur des tablettes d'argile. Les maisons de scribes furent découvertes pour la première fois au milieu du XIXe siècle, lorsque des archéologues européens et américains entreprirent des fouilles approfondies dans toute la région du Proche-Orient, en particulier en Irak.

Supprimer la pub
Publicité

D'après les informations tirées des tablettes découvertes dans les ruines de la ville de Nippur (principalement) et ailleurs, les élèves entraient à l'école avant l'âge de dix ans et obtenaient leur diplôme environ douze ans plus tard, après avoir maîtrisé l'écriture cunéiforme, le sumérien et l'akkadien, ainsi qu'un éventail de matières telles que l'agriculture, la conception architecturale, l'astronomie, la botanique, l'ingénierie, l'histoire, la littérature, la médecine, la philosophie, la religion et la zoologie.

La forme fondamentale de l'edubba fut conservée depuis sa création avant le début de la période dynastique (2900-2334 av.J.-C.) jusqu'à la chute de l'empire néo-assyrien (912-612 av. J.-C.). Un système éducatif existait dans la région après 612 av. J.-C., sur le modèle de l'edubba sumérien, mais les preuves les plus évidentes de l'existence des écoles et de leur fonctionnement remontent à la période dynastique ancienne, sous le règne du roi néo-assyrien Assurbanipal (668-627 av. J.-C.). Les ruines de la bibliothèque d'Assurbanipal à Ninive et celles de l'école de scribes de Nippur ont fourni aux chercheurs modernes une grande partie de ce que l'on sait de la littérature sumérienne et du système éducatif mésopotamien.

Supprimer la pub
Publicité

Écriture et premières écoles

Une fois le système d'écriture mis au point, il était nécessaire de le préserver et de former d'autres personnes à son utilisation, ce qui conduisit à la création des premières écoles.

Les Sumériens inventèrent l'écriture pendant la période d'Uruk (4100-2900 av. J.-C.), vers 3500 avant notre ère, comme moyen de communication pour le commerce à longue distance. À cette époque, le commerce dans l'ancienne Mésopotamie était passé d'un échange local à un commerce à longue distance, et les marchands avaient besoin de pouvoir communiquer clairement avec leurs représentants et leurs clients dans des régions éloignées. Les premières méthodes, telles que les boules d' argile appelées bullae, qui contenaient des jetons représentant des marchandises, furent remplacées par des pictogrammes, des phonogrammes et des logogrammes (signes représentant des mots) qui donnèrent naissance à l'écriture cunéiforme, modifiée vers 3200 avant notre ère pour en faciliter l'utilisation, mais dont la maîtrise nécessitait encore un apprentissage considérable.

Selon le poème sumérien Enmerkar et le Seigneur d'Aratta, tiré du cycle littéraire connu sous le nom de Matter of Aratta (daté de 2047-1750 av. J.-C.), l'écriture fut inventée par Enmerkar d'Uruk lorsque son serviteur trouva que son message au Seigneur d'Aratta était trop long à mémoriser. Enmerkar aurait saisi un morceau d'argile et un stylet en roseau pour écrire le message. Bien qu'il s'agisse d'une fiction, elle décrit ce qui fut sans aucun doute une motivation majeure dans l'élaboration de la communication écrite. Une fois le système d'écriture mis au point, il était nécessaire de le préserver et de former d'autres personnes à son utilisation, ce qui conduisit à la création des premières écoles. L'expert Stephen Bertman commente:

Supprimer la pub
Publicité

Les preuves les plus anciennes, des listes de mots de vocabulaire, proviennent des ruines de la ville d'Uruk et datent d'environ 3 000 ans avant notre ère, ce qui est proche de l'époque où l'écriture elle-même fut inventée. Les vestiges archéologiques des premières véritables écoles, dont deux au moins furent créées par décret royal, datent de 2500 avant notre ère. Entre 2500 et 2000 avant notre ère, il existe suffisamment de vestiges pour documenter le fonctionnement d'un véritable système scolaire. Des centaines de tablettes cunéiformes, véritables devoirs et exercices scolaires d'anciens élèves, du débutant au plus avancé, accompagnés de directives et de corrections de la part de leurs enseignants et même de vignettes littéraires sur la vie quotidienne dans une école mésopotamienne, constituent une preuve supplémentaire. Ces nombreuses preuves datent d'entre 2000 et 1500 avant notre ère et proviennent de toute une série de villes. (301)

Les premières écoles faisaient partie du complexe des temples d'une ville et étaient dirigées par des prêtres, mais vers 2900-2500 avant notre ère, les écoles fonctionnaient dans des maisons privées ou des bâtiments construits pour servir le système éducatif. Les bâtiments scolaires découverts à Mari, Nippur, Ur, Uruk et Sippar comportent des salles de classe avec des rangées de bancs en argile cuite pour les élèves et un espace à l'avant pour l'instructeur. Bertman notef:

Une salle de classe complète aurait probablement comporté des étagères sur lesquelles les travaux achevés étaient mis à sécher, des coffres de rangement pour les fournitures scolaires diverses et pour la conservation des "manuels", et peut-être un four pour cuire les tablettes d'argile sélectionnées afin de leur donner une certaine permanence. (301)

Les écoles disposaient également de grands récipients en céramique contenant l'argile humide qui serait moulée en tablettes d'écriture et d'autres remplis d'eau dans laquelle on laissait tomber les vieilles tablettes pour les ramollir afin de pouvoir les effacer, les reformer et les réutiliser. Les élèves semblent avoir commencé leur éducation dès l'âge de huit ans, assisté aux cours du lever au coucher du soleil pendant au moins 24 jours par mois (peut-être toute l'année) et obtenu leur diplôme de scribe au début de la vingtaine.

Corps étudiant et corps professoral

L'école était facultative et non obligatoire. Elle était financée par les parents des élèves sous forme de frais de scolarité. Seuls les enfants de la classe supérieure et de la noblesse pouvaient se permettre d'y aller, et la plupart des étudiants étaient des hommes. Les filles de nobles, de marchands ou de membres du clergé étaient autorisées à fréquenter l'école si elles se destinaient à la profession de leurs parents, mais les filles semblent être restées minoritaires tout au long de l'histoire de l'edubba. Les esclaves étaient aussi parfois envoyés à l'école, surtout ceux qui appartenaient à des marchands ou à des prêtres, afin qu'ils puissent aider leurs maîtres dans leurs tâches de scribes.

Supprimer la pub
Publicité
Les élèves devaient créer leurs propres tablettes d'écriture et apprendre à les graver à l'aide d'instruments fabriqués à la main.

Comme Enmerkar dans le poème, les étudiants commençaient leur formation en prenant un morceau d'argile et en y traçant des marques à l'aide d'un stylet en roseau. Vers 3200 avant notre ère, ces "marques" n'étaient pas des pictogrammes mais 600 caractères cunéiformes, chacun d'entre eux devant être réalisé avec précision. Les tablettes avaient également des formes et des tailles standard qui étaient imposées par les instructeurs et formées par les étudiants. Les étudiants devaient donc créer leurs propres tablettes d'écriture et apprendre à les graver à l'aide d'instruments fabriqués à la main.

Écrire en cunéiforme sur une tablette d'argile n'était pas aussi facile que de le faire aujourd'hui avec un stylo ou un crayon sur du papier. Pour écrire, il fallait tourner la tablette d'une main tout en pressant le stylet dans l'argile de l'autre, et chaque caractère devait être précis. L'élève qui échouait était battu par le professeur ou l'administrateur chargé de la discipline, ou les deux. La faculté était structurée sur le modèle de la famille où le père était le chef de famille. Le directeur d'une école mésopotamienne était en fait connu sous le nom de "père de la maison des tablettes" et correspondait au directeur d'école d'aujourd'hui. Tous les autres membres du corps enseignant étaient des experts dans leur discipline particulière et les étudiants plus âgés, appelés "grands frères", servaient d'assistants à l'enseignant pour guider les plus jeunes.

Le programme

Après avoir maîtrisé les bases de l'écriture cunéiforme, les élèves s'exerçaient à écrire des signes et des symboles, puis des mots, puis des listes de mots de vocabulaire qu'ils mémorisaient. Une fois ces listes simples maîtrisées, ils passaient à des mots de vocabulaire plus complexes dans diverses disciplines, de l'astronomie à la zoologie. Les élèves passaient par quatre étapes d'enseignement, et pour chacune d'entre elles, ils utilisaient un type différent de tablette d'écriture, présenté ici d'après l'expert A. Leo Oppenheim, par les assyriologues Megan Lewis et Joshua Bowen de Digital Hammurabi:

Supprimer la pub
Publicité
  • Type 1 : grandes tablettes à plusieurs colonnes
  • Type 2 : tablettes à deux colonnes pour les instructeurs et les étudiants
  • Type 3 : tablettes à une colonne avec environ 25% d'une composition
  • Type 4 : tablettes en forme de lentilles avec une écriture élémentaire

Les élèves commençaient avec le type 4 et progressaient vers le type 1 en passant par les quatre étapes:

  • Étape 1 : Tablette de type 4 - tablettes en forme de lentilles avec des exercices d'écriture simples conçus pour apprendre à l'élève à faire des coins et des signes corrects.
  • Étape 2 : Tablette de type 2 - L'instructeur écrivait sur le côté gauche de la tablette et l'élève copiait le texte sur le côté droit, souvent en effaçant les erreurs - c'est pourquoi le côté droit des tablettes retrouvées à l'époque moderne est généralement plus mince que le côté gauche en raison de la perte d'argile. Le verso de la tablette contenait les leçons précédentes déjà complétées et mémorisées.
  • Étape 3 : Tablette de type 3 - Ces tablettes contenaient un quart ou plus d'une longue composition achevée qui était mémorisée.
  • Étape 4 : Tablette de type 1 - Compositions complètes créées de mémoire et démontrant une maîtrise de l'écriture cunéiforme et du sujet.

Le programme d'études s'appuyait sur des proverbes, aux quatre stades, pour enseigner aux élèves le vocabulaire, la forme, la grammaire, le style et l'interprétation appropriés. La collection de proverbes sumériens et babyloniens d'Assurbanipal, trouvée dans sa bibliothèque à Ninive, comprend de nombreux proverbes qui apparaissent dans les devoirs des élèves des écoles de scribes. Les proverbes étaient particulièrement mis en valeur dans les premières années de l'éducation, en préparation des étapes avancées de la Tétrade (quatre compositions) et de la Décade (dix compositions) qu'il fallait maîtriser, ainsi que des travaux encore plus avancés, avant de pouvoir obtenir un diplôme.

Mesopotamian Tablet with Proverbs
Tablette mésopotamienne avec proverbes
The Trustees of the British Museum (CC BY-NC-SA)

Tétrade, de la Décade et compositions de la Maison F

Ces œuvres ont été découvertes en de nombreuses copies dans les ruines de l'école de scribes de Nippur, désignée par les archéologues sous le nom de Maison F. Le chercheur Jeremy Black commente:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les tablettes littéraires de la Maison F sont étonnamment représentatives de l'ensemble du corpus littéraire sumérien. Cela s'explique en partie par le fait qu'elles ont profondément influencé notre idée de ce qu'est ce corpus représentatif, et en partie par le fait qu'elles proviennent de Nippur, où les fouilles américaines du XIXe siècle avaient déjà mis au jour la plus grande partie de la littérature sumérienne connue... Nippur était également au cœur intellectuel de Sumer, en tant que résidence d'Enlil, le père des dieux, et géographiquement proche de son centre. (xliii-xliv)

Bien que, comme le note également Black, la littérature mésopotamienne ait été plus diversifiée que ne le suggère la collection trouvée à Nippur, le même noyau d'ouvrages de la Tétrade et de la Décade qui s'y trouve a été mis au jour ailleurs. Selon l'universitaire Eleanor Robson, ces ouvrages sont les suivants :

Tétrade :

  • Lipit-Estar Hymn B
  • Iddin-Dagan Hymne B
  • Hymne Enlil-bani A
  • Hymne à Nisaba (Nisaba A)

Décade :

  • Un poème à la gloire de Shulgi (Shulgi A)
  • Un poème à la gloire de Lipit-Estar (Lipit-Estar A)
  • Chant de la houe
  • Hymne à Inanna B (Exaltation d'Inanna)
  • Enlil dans l'E-kur (Enlil A)
  • Hymne du temple de Kesh
  • Le voyage d'Enki à Nippur
  • Inanna et Ebih
  • Hymne à Nungal (Nungal A)
  • Gilgamesh et Huwawa (Version A)

Les œuvres de la Tétrade étaient plus difficiles que les proverbes et autres pièces que les élèves avaient maîtrisés auparavant, et celles de la Décade étaient encore plus avancées. Les autres compositions de la Maison F (connues sous le nom de Maison F Quatorze) étaient encore plus complexes et constituaient les dernières œuvres que l'étudiant devait maîtriser avant d'obtenir son diplôme :

  • Edubba B
  • Edubba C (Conseils d'un superviseur à un jeune scribe)
  • Gilgamesh, Enkidu et l'Autre Monde
  • Les exploits de Ninurta
  • La malédiction d'Agadé
  • Hymne de Shulgi B
  • La complainte d'Ur
  • Les instructions de Shuruppag
  • Edubba A (jours d'école)
  • Mythe du bétail et des céréales
  • Le rêve de Dumuzid
  • Instructions du fermier
  • Dialogue Edubba I
  • Le débat entre la houe et la charrue

Une fois ces compositions maîtrisées - ce qui signifie copier, mémoriser et réciter chacune d'entre elles - l'étudiant était reconnu comme un scribe et se concentrait sur son domaine d'intérêt (comparable à la matière principale à l'université), puis commençait sa carrière. Bertman commente:

L'objectif de ce système éducatif était de faire d'un enfant un scribe. Une fois adulte, le diplômé du système scolaire mésopotamien pouvait servir la société en prenant sa place dans les mondes du temple, du palais et des affaires, en s'appuyant sur ses compétences en lecture et en calcul pour exceller dans son travail. Certains pouvaient devenir des scribes professionnels au service des besoins pratiques des autres, mais d'autres suivaient les professions de leur père en tant que fonctionnaires du gouvernement ou du temple, ou en tant qu'hommes d'affaires. (303)

La vie de l'étudiant qui poursuivait cet objectif n'était cependant pas facile. Le poème satirique Schooldays décrit cette vie qui consistait à se lever tôt et à arriver à l'heure à l'école, le travail que cela impliquait et les coups quotidiens que l'étudiant pouvait s'attendre à recevoir pour avoir enfreint les règles, notamment parler en classe, quitter les lieux sans permission, être en retard, se lever de sa place sans permission ou ne pas produire une copie propre (ne pas avoir une "bonne main"), parmi d'autres. Conseils d'un superviseur à un jeune scribe est une autre œuvre satirique sur la vie étudiante dans laquelle le jeune scribe est dépeint comme étant essentiellement l'esclave de son professeur jusqu'à l'obtention de son diplôme.

The Instructions of Shuruppag
Les instructions de Shuruppak
Daderot (Public Domain)

Emplois et travaux de scribes

Une fois diplômé, le scribe était reconnu comme un membre de l'élite de la société, connu sous le nom de dub.sar ("scripteur de tablettes") en sumérien et de tupshar (ou tupsharru) en akkadien. Les scribes ne manquaient pas d'opportunités, car le travail était garanti à tous les niveaux de la société. Les scribes étaient employés par le palais pour des tâches administratives et diplomatiques ainsi que pour la composition de chants, d'hymnes et d'inscriptions faisant l'éloge du roi et consignant ses réalisations. Le temple employait des scribes pour l'administration et la copie des textes sacrés, et les entreprises employaient des scribes pour tenir leur comptabilité et entretenir une correspondance avec les fournisseurs et les clients.

En dehors de ces possibilités, les scribes travaillaient comme architectes, dans la construction, comme ingénieurs, astronomes et astrologues, brasseurs, médecins, dentistes, géomètres, mathématiciens, musiciens, ou toute autre carrière exigeant l'alphabétisation et un haut niveau d'éducation. Les scribes pouvaient également travailler à leur compte en tant qu'écrivains indépendants au service de toute personne qui les rémunérait pour leur travail. Un scribe pouvait être engagé par toute personne ayant besoin de rédiger une lettre ou une plainte juridique.

Sumerian Scribe
Scribe sumérien
Osama Shukir Muhammed Amin (CC BY-SA)

Les scribes de l'ancienne Mésopotamie créèrent certaines des œuvres les plus importantes de la littérature mondiale, dont l'Épopée de Gilgamesh et la Descente d'Inanna aux enfers, et établirent des genres encore utilisés aujourd'hui, comme en témoignent les Instructions de Shuruppag (la plus ancienne œuvre philosophique existante), l'Hymne du temple de Kesh (la plus ancienne œuvre littéraire existante, vers 2600 av. J.-C.), les dialogues littéraires, tels que le dialogue entre les hommes, les femmes et les enfants. 2600 av. J.-C.), des dialogues littéraires comme Le débat entre l'oiseau et le poisson, des commentaires sociaux comme Le pauvre de Nippur et le Dialogue du pessimisme, des monologues dramatiques comme La maison du poisson, des œuvres didactiques comme Inanna et Su-kale-tuda, et des hymnes comme La péniche de Shulgi et Ninlil ou Hymne à Ninkasi , qui est à la fois un chant de louange et une recette pour brasser de la bière. On attribue également à ces scribes la création de la première fiction historique au monde, à travers le genre connu sous le nom de littérature mésopotamienne naru, ainsi que l'élaboration des premières lois, telles que le code d'Ur-Nammu et le code d'Hammurabi.

Conclusion

Le prêtresse-poète akkadienne Enheduanna (2285-2250 av. J.-C.), premier auteur au monde connu par son nom, apprit son métier à l'école des scribes mésopotamiens, tout comme le scribe babylonien Shin-Leqi-Unninni (1300-1000 av. J.-C.), qui s'inspira de poèmes sumériens antérieurs pour rédiger la version standard de l'Épopée de Gilgamesh. Les noms de la plupart des scribes sont toutefois inconnus, car leurs œuvres seraient aujourd'hui considérées comme des travaux faits sur commande, commandés par leur employeur dans un but précis, et non pour s'exprimer, et attribués à la personne qui les avait payés ou encore publiés anonymement.

Toutefois, ces scribes anonymes étaient en fin de compte responsables de la préservation des langues, de la religion et de la culture mésopotamiennes, et deux monarques célèbres - Shulgi d'Ur (r. de 2029 à 1982 av. J.-C.) de la dynastie Ur III et Assurbanipal de l'Empire néo-assyrien - l'avaient bien compris. Shulgi d'Ur non seulement encouragea la création d'écoles de scribes dans tout son royaume, mais il commanda également des ouvrages dans le seul but d'immortaliser son règne. Assurbanipal envoya des délégations dans toute la Mésopotamie pour rapporter des œuvres écrites destinées à la collection permanente de sa bibliothèque afin de préserver la culture "pour des jours lointains" - ce qu'il réussit d'ailleurs à faire - et cela ne fut possible que grâce à l'établissement et au développement de l'école de scribes mésopotamienne.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Quand l'éducation mésopotamienne a-t-elle commencé ?

Le système éducatif mésopotamien fut mis en place avant la première période dynastique, entre 2900 et 2334 avant notre ère. Il fonctionnait encore après la chute de l'empire néo-assyrien en 612 avant notre ère.

Comment s'appelait une école mésopotamienne ?

Une école mésopotamienne s'appelait edubba (ou eduba), ce qui signifie "Maison des tablettes", car les élèves écrivaient sur des tablettes d'argile.

Pendant combien de temps les élèves allaient-ils à l'école en Mésopotamie ?

Les élèves commençaient leur scolarité avant l'âge de 10 ans, assistaient aux cours du lever au coucher du soleil 24 jours sur 30 par mois (voire toute l'année) et obtenaient leur diplôme de scribe au début de la vingtaine.

L'éducation était-elle obligatoire en Mésopotamie ?

Non. En Mésopotamie, l'éducation était facultative et les frais de scolarité étaient élevés. Seuls les enfants de la classe supérieure pouvaient se permettre d'aller à l'école, et les élèves étaient essentiellement de sexe masculin.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2023, mars 27). Éducation Mésopotamienne [Mesopotamian Education]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2203/education-mesopotamienne/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Éducation Mésopotamienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 27, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2203/education-mesopotamienne/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Éducation Mésopotamienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 27 mars 2023. Web. 29 mai 2024.

Adhésion