Hammurabi

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Jerome Couturier
publié le 16 avril 2018
X

Texte original en Anglais : Hammurabi

Hammurabi and Shamash (by Mbzt, CC BY-SA)
Hammurabi et Shamash
Mbzt (CC BY-SA)

Hammurabi (ou Hammurapi, r. 1792-1750 AEC) fut le sixième roi de la Première Dynastie Amorrite de Babylone. Il monta sur le trône à la suite de son père, Sin-Muballit, et élargit le royaume pour conquérir toute l'ancienne Mésopotamie. Le royaume de Babylone ne comprenait que les cités de Babylone, Kish, Sippar et Borsippa lorsque Hammurabi fut intronisé, mais à travers une succession de campagnes militaires, de prudentes alliances, conclues puis rompues si nécessaire, et des manœuvres politiques, il en vint à tenir la totalité de la région sous contrôle babylonien en 1750 AEC.

Selon ses propres inscriptions, les lettres et documents administratifs de son règne, il cherchait à améliorer la vie de ses sujets. Il est connu de nos jours surtout pour son code de droit qui, bien que n'étant pas le premier, en vint à servir de modèle pour d'autres cultures, et l'on pense qu'il influença les lois édictées par les scribes hébreux, y compris celles du Livre de l'Exode dans la Bible.

Supprimer la pub

Advertisement

LES CITÉS CONQUISES FURENT ABSORBÉES DANS LE ROYAUME DE HAMMURABI PUIS RESTAURÉES & DEVELOPPÉES.

Contexte et montée vers le pouvoir

Les Amorrites étaient un peuple nomade qui migra à travers la Mésopotamie depuis la région côtière d'Eber Nari (Syrie actuelle) avant le 3ème millénaire AEC, et dont un prince régna à Babylone à partir de 1894 AEC. Le cinquième roi de la dynastie, Sin-Muballit (r. 1812-1793 AEC), réalisa de nombreux projets de travaux publics, mais ne fut pas en mesure d'étendre le royaume ou de se confronter avec la cité rivale de Larsa, au sud.

Larsa était le centre de commerce le plus profitable du golfe Persique et les bénéfices de ce commerce enrichissaient la cité et encouragaient l'expansion, si bien que la plupart des cités du sud passèrent sous le contrôle de Larsa. Sin-Muballit dirigea des forces contre Larsa, mais fut vaincu par leur roi, Rim-Sin I. À ce moment, on ne sait pas exactement ce qui s'est passé, mais il semble que Sin-Muballit ait été contraint d'abdiquer en faveur de son fils Hammurabi. Il est possible que Rim Sin ait pensé que Hammurabi serait moins une menace pour Larsa, mais si tel était le cas, il devait s'avérer qu'il avait tort. L'historien Durant écrit:

Supprimer la pub

Advertisement

Au début de [l'histoire babylonienne] se dresse la puissante figure de Hammurabi, conquérant et législateur au cours d'un règne de 43 ans. Les premiers sceaux et les inscriptions nous renseignent sur lui partiellement - un jeune plein de fougue et de génie, un tourbillon dans les batailles, écrasant tous les rebelles, coupant ses ennemis en morceaux, marchant sur des montagnes inaccessibles et ne perdant jamais un combat. Sous lui, les petits états belliqueux de la basse vallée furent contraints à l'unité et à la paix, et furent disciplinés dans l'ordre et la sécurité par un code de lois historique. (219)

Initialement, Hammurabi ne donna à Rim Sin I aucune raison de s'alarmer. Il commença son règne en centralisant et en rationalisant son administration, en poursuivant les programmes de construction de son père, et en agrandissant et rehaussant les murs de la cité. Il institua son célèbre code (c. 1772 AEC), prêtait une attention particulière aux besoins du peuple, améliorait l'irrigation des champs et l'entretien des infrastructures des cités sous son contrôle, tout en construisant aux dieux des temples somptueux. En même temps, il mettait ses troupes en ordre et planifiait sa campagne vers la région méridionale de la Mésopotamie.

Ancient Syro-Mesopotamia ca. 1764 BCE
Syrie-Mésopotamie antique vers 1764 av. JC
Attar-Aram syria, using a modified map originally made by Sémhur. (CC BY-SA)

Conquérant de la Mésopotamie

Le chercheur Stephen Bertman note comment le caractère personnel de Hammurabi fut à son avantage au début du règne:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Hammurabi fut un administrateur habile, un diplomate adroit et un impérialiste avisé, patient dans la réalisation de ses objectifs. En prenant le trône, il publia une proclamation effaçant les dettes du peuple, et pendant les cinq premières années de son règne, il améliora encore sa popularité en rénovant pieusement les sanctuaires des dieux, en particulier celui de Marduk, patron de Babylone. Puis, ayant un pouvoir solide chez lui et des forces militaires préparées, il se lança dans une série de cinq ans de campagnes contre des états rivaux au sud et à l'est, et élargit son territoire. (87)

Lorsque les Elamites envahirent les plaines centrales de la Mésopotamie par l'est, Hammurabi s'allia à Larsa pour les vaincre. Une fois ceci accompli, il rompit l'alliance et prit rapidement les cités d'Uruk et d'Isin, détenues auparavant par Larsa, en formant des alliances avec d'autres cités-états telles que Nippur et Lagash. Les alliances qu'il conclut avec d'autres états seraient rompues à plusieurs reprises quand le roi jugeait nécessaire de le faire. Des souverains continuaient cependant à conclure des pactes avec Hammurabi, mais il ne semble pas qu’il ait fait à ceux-là ce qu’il l’avait fait aux autres.

Une fois Uruk et Isin prises, il se tourna vers Nippur et Lagash, puis Larsa et les conquit. Une technique qu'il semble avoir utilisée en priorité dans ces combats, et qui devait devenir sa méthode de choix aussi pour d'autres lorsque les circonstances le permettaient, était celle-ci: il s'agissait de barrer les sources d'eau de la cité, les retenant jusqu'à la reddition, ou éventuellement, les retenant puis libérant le barrage pour inonder la cité avant de monter alors une attaque. La méthode avait été utilisée precédemment par le père de Hammurabi, mais avec beaucoup moins d'efficacité. Larsa était le dernier bastion de Rim Sin et, avec sa chute, il ne lui restait aucune autre force pour se dresser contre le roi de Babylone dans le sud.

HAMMURABI mena UNE FRAPPE ÉCLAIR sur MARI EN 1761 AEC et LA DÉTRUISIT AU LIEU DE SIMPLEMENT LA CONQUÉRIR.

Avec la partie sud de la Mésopotamie sous contrôle, Hammurabi se tourna alors vers le nord et l'ouest. Le royaume amorrite de Mari (Syrie actuelle) était depuis longtemps un allié de la Babylone amorrite, et Hammurabi maintenait des relations amicales avec le roi Zimri-Lim (r. 1755-1761 AEC). Zimri-Lim avait mené avec succès des campagnes militaires à travers le nord de la Mésopotamie et, du fait de la richesse générée par ces victoires, Mari, qui possédait l'un des palais les plus grands et les plus riches de la région, attirait la convoitise d'autres cités.

Supprimer la pub

Advertisement

Les chercheurs ont longtemps débattu de la raison pour laquelle Hammurabi rompit son alliance avec Zimri-Lim, mais la raison semble assez claire: Mari était un centre de commerce important sur l'Euphrate, luxueux et prospère. Il possédait de grandes richesses et, bien sûr, des droits sur l'eau. Tenir la cité directement au lieu d'avoir à en négocier les ressources, devait être préférable pour n'importe quel souverain, et c'était certainement le cas pour Hammurabi. Il mena une frappe éclair sur Mari en 1761 AEC, et la détrusitit au lieu de simplement la conquérir.

Pourquoi il s'en prit à Mari reste encore un mystère. D'autres cités conquises furent d'abord absorbées dans le royaume, puis restaurées et développées. La raison pour laquelle Mari fut une telle exception à la règle de Hammurabi est encore débattue par les chercheurs, mais cela pourrait être aussi simple que le fait qu'il voulait que Babylone soit la plus grande des cités mésopotamiennes, et Mari était clairement une rivale pour obtenir cet honneur.

Du fait que Zimri-Lim disparaît des archives historiques la même année, on pense qu'il fut tué dans ce combat. Depuis Mari, Hammurabi marcha sur Assur et prit la région d'Assyrie, et finalement Eshnunna (à 50 km de Bagdad) par la stratégie de la retenue des eaux, de sorte que, vers 1755 AEC, il régnait sur toute la Mésopotamie .

Supprimer la pub

Advertisement

Law Code Tablet of King Hammurabi from Nippur
Tablette du Roi Hammurabi de Nippur
Osama Shukir Muhammed Amin (CC BY-NC-SA)

Le code de Hammurabi et le souci du peuple

Bien que Hammurabi ait passé beaucoup de temps en campagnes, il s'assurait de subvenir aux besoins des peuples sur les pays desquels il régnait. Un titre populaire qui lui était appliqué de son vivant était bani matim, 'bâtisseur du pays', en raison des nombreux projets de construction et des canaux qu'il ordonna de construire dans toute la région.

Des documents de l'époque attestent de l'efficacité du règne d'Hammurabi et de son désir sincère d'améliorer la vie des habitants de la Mésopotamie. Ces lettres et travaux administratifs (tels que des directives pour la construction de canaux, pour la distribution de nourriture, les projets d'embellissement et de construction, les questions juridiques) appuient la vision que Hammurabi avait de lui-même. Le prologue de son fameux code commence ainsi:

Quand le noble Anu, Roi des Anunnaki (le panthéon mésopotamien), et Bel, Seigneur du Ciel et de la Terre, celui qui décrète le destin du pays, confièrent à Marduk la domination sur l’humanité, quand ils prononcèrent le noble nom de Babylone, quand ils le rendirent fameux dans toutes les parties du monde, et quand ils établirent au milieu un royaume éternel dont les fondations étaient solides comme le Ciel et la Terre - à ce moment-là, Anu et Bel m'appelèrent, moi Hammurabi, le prince exalté, l'adorateur des dieux, pour faire régner la justice sur le pays, pour détruire les mauvais et les malfaisants, pour empêcher les forts d'opprimer les faibles, pour éclairer le pays et pour favoriser le bien-être du peuple. Je suis Hammurabi, le gouverneur nommé par Bel, qui apporta l'abondance et la richesse. (Durant, 219)

Hammurabi's Law Code
Code de droit d'Hammurabi
James Blake Wiener (CC BY-NC-SA)

Son code n'est pas le premier de ce type dans l'histoire (bien qu'il soit souvent considéré ainsi) mais il est certainement le plus célèbre de l'antiquité, avant le code inscrit dans la Bible. Le Code d'Ur-Nammu (roi d'Ur, c. 2100-2050 AEC), qui vient de lui ou de son fils Shulgi, est le plus ancien code de lois au monde (il figure sur des fragments de tablettes retrouvées à Nippur et à Ur). Le code de Hammurabi différait des lois antérieures de manière significative. L'historien Kriwaczek l'explique:

Supprimer la pub

Advertisement

Les lois de Hammurabi reflètent le choc d'un environnement social sans précédent, le monde babylonien multi-ethnique et multi-tribal. Au début de l'époque sumérienne-akkadienne, toutes les communautés se sentaient membres d'une même famille, toutes également soumises sous les yeux des dieux. Dans de telles circonstances, les différends pouvaient être réglés en recourant à un système de valeurs collectivement accepté, où les liens du sang étaient les plus forts, et où une juste restitution était plus souhaitable que la vengeance. Maintenant, lorsque les citadins côtoyèrent couramment des nomades avec un mode de vie complètement différent, lorsque les locuteurs de plusieurs langues sémitiques Amurru (Syrie méditerranéenne), ainsi que d'autres, se retrouvaient avec des Akkadiens qui ne les comprenaient pas, la confrontation devait très facilement tourner au conflit. Les vendettas et les querelles sanglantes devaient souvent menacer la cohésion de l'empire. (180)

Le Code d'Ur-Nammu repose certainement sur le concept de "membres unis d'une même famille" en ce sens qu’il implique la compréhension et l'acceptation par le peuple d'un comportement approprié en société. On attendait de chacun, sous la loi, qu'il sache ce que les dieux exigeaient de lui, et on attendait simplement du roi qu'il administre selon la volonté du dieu. L'historienne Karen Rhea Nemet-Najat écrit:

Le roi était directement responsable de l'administration de la justice au nom des dieux, lesquels avaient établi la loi et l'ordre dans l'univers. (221)

Le code de Hammurabi fut écrit plus tard, lorsque la compréhension de la volonté des dieux par une tribu ou une cité pouvait être différente de celle d'une autre. Afin de simplifier les choses, le code d'Hammurabi visait à empêcher les vendettas et les querelles sanglantes en énonçant clairement le crime - et la punition qui serait administrée par l'état pour l'avoir commis - sans impliquer une compréhension commune de la volonté du dieu sur ces sujets:

Si un homme enlève l'œil d'un autre homme, son œil sera enlevé.

S'il brise un os d'un autre homme, il aura un os brisé.

Si un homme casse les dents de son égal, ses dents seront cassées.

Si un entrepreneur construit une maison pour quelqu'un et ne le fait pas correctement, et que la maison qu'il a bâtie s’effondre et tue son propriétaire, cet entrepreneur sera mis à mort.

Si cela tue le fils du propriétaire de la maison, le fils de cet entrepreneur sera mis à mort.

Cuneiform Tablet Listing the Names of Old Babylonian Kings
Tablette cunéiforme listant les noms des vieux rois babyloniens
Osama Shukir Muhammed Amin (CC BY-NC-SA)

Contrairement au Code antérieur d'Ur-Nammu, qui imposait des amendes ou des peines foncières, le code de Hammurabi illustrait parfaitement le principe connu comme la Loi du Talion, loi de justice rétributive, dans laquelle la punition correspond directement au crime, mieux connu sous le concept de ‘œil pour œil, dent pour dent’, rendu fameux par le code de loi de l'Ancien Testament, dont voici un exemple dans livre de l'Exode:

Si des gens se battent et frappent une femme enceinte et qu'elle accouche prématurément sans qu'il y ait de blessure grave, l'agresseur doit être condamné à une amende du montant que le mari de la femme demande et que le tribunal permet. Mais s'il y a blessure grave, vous devrez prendre vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, contusion pour contusion. (Exode 21:22-25)

LE CODE DE HAMMURABI ÉTABLIT LA NORME POUR LES CODES FUTURS EN SE BASANT STRICTEMENT SUR LES PREUVES DU CRIME et EN FIXANT UNE PEINE SPÉCIFIQUE.

Le code de Hammurabi établit ainsi la norme pour les futurs codes en se basant strictement sur les preuves du crime et en fixant une peine spécifique pour ce crime. Cependant, ce qui décidait de la culpabilité ou de l'innocence de chacun, c'était la méthode beaucoup plus ancienne de l'épreuve, dans laquelle l’accusé était condamné à effectuer une certaine tâche (généralement être jeté dans une rivière ou avoir à la traverser à la nage sur une certaine distance). S'il réussissait, il était innocent, sinon, il était coupable. Le code de Hammurabi stipule que:

Si la femme d'un homme a été pointée du doigt à cause d'un autre homme, même si elle n'a pas été prise sur le fait avec lui, pour son mari, elle doit se jeter dans le fleuve divin.

La femme qui l’ayant fait aurait survécu à l'épreuve serait reconnue innocente, mais son accusateur serait alors reconnu coupable de faux témoignage et puni de mort. L'épreuve était régulièrement utilisée dans ce qui était considéré comme les crimes les plus graves, l'adultère et la sorcellerie, car on pensait que ces deux infractions étaient les plus susceptibles de porter atteinte à la stabilité sociale. La sorcellerie pour un mésopotamien n'avait pas exactement la même définition que de nos jours, mais c'était le genre d'acte qui allait à l'encontre de la volonté connue des dieux - des actes qui reportaient sur soi-même le genre de pouvoir et de prestige auquel seuls les dieux pouvaient prétendre. Des contes de sorciers et de sorcières maléfiques se retrouvent à travers de nombreuses périodes de l'histoire de la Mésopotamie et les auteurs de ces contes ont toujours trouvé une mauvaise fin, de même, semble-t-il, que lorsqu'ils ont été soumis à l'épreuve.

King Hammurapi at Worship
Le roi Hammurapi au culte
Osama Shukir Muhammed Amin (CC BY-NC-SA)

Mort & Héritage d'Hammurabi

En 1755 AEC, alors qu'il était maître incontesté de la Mésopotamie, Hammurabi était vieux et malade. Dans les dernières années de sa vie, son fils, Samsu-Iluna, reprit les responsabilités du trône, et il assuma le pouvoir complet en 1749 AEC. La conquête d'Eshnunna avait supprimé une barrière à l'est qui avait protégé la région contre les incursions de peuples tels que les Hittites et les Kassites. Une fois cette barrière tombée, et que la nouvelle de l'affaiblissement du grand roi se répandit, les armées des tribus orientales se préparèrent à envahir le pays. Hammurabi mourut en 1750 AEC, et il revint à Samsu-Iluna de tenir le royaume de son père contre les forces d'invasion tout en gardant les diverses régions de Babylonie sous le contrôle de la ville; c'était une tâche formidable dont il n'était pas capable.

LE VASTE ROYAUME QUE HAMMURABI AVAIT CONSTRUIT DURANT SA VIE COMMENCA A S’EFFONDRER MOINS D’UN AN APRèS SA MORT.

Le vaste royaume qu'Hammourabi avait construit durant sa vie commença à s'effondrer moins d'un an après sa mort, et les cités qui avaient fait partie d'états vassaux sécurisèrent leurs frontières et annoncèrent leur autonomie. Aucun des successeurs d'Hammourabi ne put reconstituer le royaume, et les Hittites (en 1595 AEC), puis les Kassites l'envahirent.

Les Hittites pillèrent Babylone, et les Kassites l'habitèrent et la renommèrent sous le nom de Karanduniash (Pays des Kassites). Les Élamites, qui avaient été si complètement vaincus par Hammurabi des décennies auparavant, envahirent le pays et emportèrent la stèle du code de Hammurabi, que l’on découvrit dans la cité élamite de Suse en 1902 EC.

On se souvient aujourd'hui d'Hammurabi comme le législateur dont le code servit de norme pour les lois ultérieures, mais, à son époque, il était surtout connu comme le souverain qui unit la Mésopotamie sous un seul corps de gouvernement, de la même manière que Sargon le Grand d'Akkad l'avait fait des siècles auparavant. Il s'associait lui-même avec de grands impérialistes comme Sargon, se proclamant "le puissant roi, roi de Babylone, roi des quatre régions du monde, roi de Sumer et d'Akkad, celui auquel le dieu Bel donna le pouvoir sur le pays et le peuple, aux mains de qui il donna les rênes du gouvernement" et qui, tout comme Sargon (et d'autres), proclama qu’il tenait son règne légitime de la volonté des dieux.

Contrairement à Sargon le Grand, cependant, dont l'empire multi-ethnique était continuellement déchiré par des conflits fratricides, Hammurabi régna sur un royaume dont le peuple jouissait d'une paix relative après sa conquête. Le chercheur Gwendolyn Leick écrit:

Hammurabi reste l'un des grands rois de Mésopotamie, un diplomate et négociateur hors pair qui a été assez patient pour attendre le bon moment, puis assez impitoyable pour atteindre ses objectifs sans trop épuiser ses ressources. (83)

Un témoignage de sa gouvernance est que, à la différence de Sargon ou de son petit-fils Naram-Sin dans les temps anciens, Hammurabi n'a pas eu à reconquérir les cités et les régions à plusieurs reprises; après les avoir amenées sous domination babylonienne, il cherchait, pour l’essentiel, à les embellir et à améliorer le niveau de vie des habitants (une exception notable étant Mari, bien sûr). Son héritage de législateur reflète sa véritable préoccupation pour la justice sociale et l'amélioration de la vie de son peuple.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Jerome Couturier
Je suis médecin, spécialisé en Génétique. J'aime l'Histoire et l'Antiquité depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours eu un interêt pour la recherche dans divers domaines scientifiques, dont l'archéologie.

Auteur

Joshua J. Mark
Écrivain indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2018, avril 16). Hammurabi [Hammurabi]. (J. Couturier, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-150/hammurabi/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Hammurabi." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. modifié le avril 16, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-150/hammurabi/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Hammurabi." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 16 avril 2018. Web. 18 oct. 2021.