Marduk

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 décembre 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Dragon of the Ishtar Gate (by Jan van der Crabben, CC BY-NC-SA)
Dragon de la porte d'Ishtar
Jan van der Crabben (CC BY-NC-SA)

Marduk (alias Mardouk) était le dieu patron de Babylone qui présidait à la justice, à la compassion, à la guérison, à la régénération, à la magie et à l'équité, bien qu'il soit aussi parfois mentionné comme un dieu de l'orage et une divinité agricole. Son temple, la célèbre ziggourat décrite par Hérodote, est considéré comme le modèle pour la Tour de Babel biblique.

Les Grecs l'associaient à Zeus et les Romains à Jupiter, car il était connu comme le roi des dieux de Babylone. Il est représenté comme un humain en robe royale, portant un dragon-serpent et une bêche. Marduk semble être issu d'une divinité locale connue sous le nom d'Asarluhi, un dieu fermier symbolisé par la bêche, appelée marru, qui a continué à faire partie de son iconographie. Le nom de Marduk, bien que lié au marru, se traduit par " taureau-veau ", bien qu'il soit communément appelé Bel (Seigneur). Loin de la divinité locale dont il est issu, Marduk deviendra l'un des dieux les plus prestigieux du panthéon mésopotamien.

Supprimer la pub
Advertisement

Il était le fils du dieu de la sagesse Enki (également connu sous le nom de Ea, considéré comme un dieu créateur dans certains mythes) qui était également associé à l'eau fraîche et vivifiante. L'association de Marduk avec Enki est sans doute liée à la divinité régionale antérieure Asarluhi qui avait la même relation et partageait de nombreuses caractéristiques de Marduk. L'épouse de Marduk était la déesse de la fertilité Ṣarpanitu (bien que dans certains mythes son épouse soit Nanaya), et leur fils était Nabû, le dieu patron des scribes, de l'alphabétisation et de la sagesse.

D'une divinité agricole régionale, Marduk prit une importance croissante pour la ville de Babylone (et plus tard pour l'empire assyrien et néo-assyrien), devenant finalement le dieu le plus important et le plus puissant du panthéon babylonien et plus largement mésopotamien et atteignant un niveau de culte proche du monothéisme. Il était considéré comme le créateur des cieux et de la terre, le co-créateur avec Enki des êtres humains et l'initiateur de l'ordre divin après sa victoire sur les forces du chaos menées par la déesse Tiamat, comme le raconte l'Enuma Elish. Une fois qu'il légitima son règne, il confia aux autres dieux leurs diverses tâches et responsabilités et organisa le monde et le monde souterrain.

Supprimer la pub
Advertisement

Marduk dans l'Enuma Elish

Le mythe babylonien de la création, Enuma Elish, raconte l'histoire de la montée en puissance de Marduk. Au commencement des temps, l'univers n'était qu'un chaos tourbillonnant indifférencié qui se sépara en une eau douce, connue sous le nom d'Apsû (le principe masculin) et une eau amère et salée, connue sous le nom de Tiamat (le principe féminin). Ces deux divinités donnèrent ensuite naissance aux autres dieux.

D'une divinité agricole régionale, Marduk devint le dieu le plus important et le plus puissant du panthéon babylonien, atteignant un niveau de culte proche du monothéisme.

Tiamat aimait ses enfants, mais Apsû se plaignait car ils étaient trop bruyants et l'empêchaient de dormir la nuit tout en le distrayant de son travail le jour. Finalement, il décida de les tuer et Tiamat, horrifiée, fit part de son plan à son fils aîné Enki. Enki réfléchit alors au meilleur plan d'action possible, plongea son père dans un profond sommeil et le tua.

Supprimer la pub
Advertisement

À partir des restes d'Apsû, il créa sa maison, la terre, dans la région marécageuse d'Eridu. Tiamat ne s'attendait pas à ce que son fils tue son père et déclara donc la guerre à ses enfants, levant une armée du chaos pour l'aider. À la tête de ses forces, elle plaça le dieu Kingu, son nouveau compagnon, qui remporta la victoire sur les jeunes dieux à chaque bataille.

Enki et ses frères et sœurs commencèrent à désespérer lorsque le jeune dieu Marduk s'avança et dit qu'il les mènerait à la victoire s'ils le proclamaient roi. Une fois cela accompli, Marduk battit Kingu en combat singulier puis tua Tiamat en lui décochant une flèche qui la sépara en deux ; de ses yeux coulèrent le Tigre et l'Euphrate et, de son cadavre, Marduk forma les cieux et acheva la création de la terre commencée par Enki (dans certains mythes, Enki n'est pas mentionné et Marduk est le seul créateur du monde). En consultation avec Enki, Marduk créa ensuite des êtres humains à partir des restes des dieux vaincus qui avaient encouragé Tiamat à faire la guerre à ses enfants. Le vaincu Kingu fut exécuté, et ses restes furent utilisés pour créer le premier homme, Lullu.

Mesopotamian Epic of Creation Tablet
Tablette Mésopotamienne de l'Épopée de la Création
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Marduk régit alors le fonctionnement du monde qui inclut l'humanité en tant que coéquipière des dieux contre les forces du chaos. Marduk décréta que désormais les humains feraient le travail que les dieux n'avaient pas le temps de faire, libérant les divins pour qu'ils se concentrent sur des objectifs plus élevés et s'occupent des besoins des humains. Comme les dieux prendront soin des humains et répondront à tous leurs besoins, les humains respecteront la volonté des dieux et Marduk régnera sur tous avec bienveillance.

Supprimer la pub
Advertisement

Le règne de Marduk à Babylone

Ce règne était centré, non pas dans les cieux, mais dans le temple - l'Esagila - de Babylone. Dans l'ancienne Mésopotamie, en Égypte et ailleurs, on pensait que les divinités résidaient littéralement dans le temple construit pour elles, et cela était aussi vrai pour Marduk que pour toute autre divinité. Marduk se fit connaître à Babylone sous le règne de Hammourabi (1792-1750 avant J.-C.). Avant l'avènement de Marduk, Inanna - déesse de la sexualité et de la guerre - était la principale divinité adorée à Babylone et dans toute la Mésopotamie. Par la suite, bien qu'Inanna ait continué à être largement vénérée, Marduk était la divinité suprême de la ville et son culte se répandit à mesure que Babylone conquérait d'autres régions. L'expert Jeremy Black écrit:

L'essor du culte de Marduk est étroitement lié à l'ascension politique de Babylone, de cité-état à capitale d'un empire. À partir de la période kassite, Marduk a pris de plus en plus d'importance jusqu'à ce que l'auteur de l'Épopée babylonienne de la création puisse affirmer que non seulement Marduk était le roi de tous les dieux, mais que beaucoup de ces derniers n'étaient que des aspects de sa personnalité. (128)

La statue d'or de Marduk, logée dans le sanctuaire intérieur de son temple, était considérée comme un aspect essentiel du couronnement des rois. Un nouveau roi devait "prendre les mains de Marduk" pour légitimer son règne, une pratique qui semble avoir été initiée pendant la période kassite (1595-1155 avant J.-C.) lorsque les Kassites avaient fait de Babylone leur capitale après avoir chassé les Hittites.

Certains chercheurs affirment que le nouveau roi devait littéralement prendre les mains de la statue - ce qui semble être corroboré par les textes anciens sur le sujet - tandis que d'autres pensent que "prendre les mains de Marduk" était une déclaration symbolique faisant référence à la soumission aux conseils du dieu. Il semble toutefois probable, d'après les anciennes preuves écrites, que la statue devait être présente lors de la succession d'un nouveau souverain et que le roi devait effectivement toucher les mains de la statue.

Supprimer la pub
Advertisement

Votive Plaque Dedicating a Property to Nabu's Temple
Plaque votive consacrant une propriété au temple de Nabu
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

La prophétie de Marduk

L'importance de la statue est attestée par l'ouvrage ancien connu sous le nom de Chronique d'Akitu, qui relate une période de guerre civile au cours de laquelle le festival d'Akitu (fête du Nouvel An) n'avait pu être observé parce que la statue de Marduk avait quitté la ville. Le jour de l'an, la coutume voulait que les gens transportent la statue de Marduk à travers la ville, jusqu'à une petite maison au-delà des murs où il pourrait se détendre et profiter d'un paysage différent.

À l'époque où la statue avait été emportée par des nations hostiles, la fête d'Akitu ne pouvait être observée car le dieu patron de la ville n'était pas présent. De plus, on pensait que le désastre était imminent lorsque le dieu n'était pas dans la ville, car il n'y avait personne pour s'interposer entre le peuple et les forces du chaos. Cette situation est clairement décrite dans le document connu sous le nom de "Prophétie de Marduk " (vers 713-612 avant J.-C., bien que l'histoire soit probablement plus ancienne) qui relate les "voyages" de Marduk lorsque sa statue est volée à différentes époques. L'expert Marc van de Mieroop commente :

L'absence de la divinité protectrice de sa ville provoquait de grandes perturbations dans le culte [de cette divinité et de la ville en général]. L'absence de la divinité n'était pas toujours métaphorique, mais résultait souvent du vol de la statue du culte par des ennemis qui faisaient des raids. Les statues divines étaient souvent emportées par les vainqueurs lors des guerres afin d'affaiblir le pouvoir des cités vaincues. Les conséquences étaient si graves que la perte de la statue méritait d'être consignée dans les textes historiographiques. Lorsque la statue de Marduk n'était pas présente à Babylone, la fête du Nouvel An, cruciale pour toute l'année cultuelle, ne pouvait être célébrée. (48)

La prophétie de Marduk raconte comment les Hittites, les Assyriens et les Élamites avaient tous capturé la statue de Marduk à un moment ou à un autre et comment elle finit par être rendue à la ville lorsque le roi Nabuchodonosor I (r. de 1121 à 1100 avant J.-C.) vainquit les Élamites. Le document est écrit comme si Marduk en personne avait choisi de visiter ces terres étrangères - à l'exception de l'Élam - et comment il avait été prophétisé qu'un grand roi babylonien se lèverait et ramènerait le dieu des Élamites.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La prophétie de Marduk a très probablement été rédigée à des fins de propagande sous le règne de Nabuchodonosor Ier, bien que la seule copie existante soit une copie assyrienne beaucoup plus tardive. Cette œuvre, ainsi que la Chronique d'Akitu et d'autres, montrent clairement à quel point la présence de Marduk dans la ville était vitale pour le peuple. Sans leur protecteur divin, les gens se sentaient impuissants, sachant qu'eux et leur ville étaient vulnérables aux attaques généralisées et aussi personnelles.

Marduk le protecteur

Bien que Marduk soit mentionné dans de nombreux ouvrages de la littérature mésopotamienne, deux d'entre eux montrent clairement à quel point la vie était dangereuse pour une personne ou une ville en l'absence de son dieu. Le Ludlul bēl nēmeqi (vers 1700 avant J.-C.) et L'Épopée d'Erra (vers 800 avant J.-C.) traitent respectivement du problème d'un individu et de la souffrance d'une ville, tous deux mettant en évidence la nécessité d'une divinité protectrice.

Le Ludlul bēl nēmeqi est un traité sur la souffrance, sur la raison pour laquelle une bonne personne devrait apparemment être punie sans raison, formulé comme une longue plainte de Tabu-utu-bel, un fonctionnaire de la ville de Nippur, une autre ville dans laquelle Marduk était adoré. L'orateur raconte qu'il a appelé sa déesse à l'aide, mais qu'elle ne lui a pas répondu. Marduk, de loin, essaie de lui envoyer de l'aide mais rien ne peut soulager la souffrance.

L'orateur énumère tous les bons cadeaux que Marduk essaie de lui offrir, mais aucun d'entre eux n'est utile, peut-être parce que Marduk n'est pas à portée de main. Le Ludlul bēl nēmeqi a souvent été comparé au livre biblique de Job dans son examen du problème de la souffrance et de l'absence apparente de son dieu. L'œuvre n'affirme jamais explicitement que Marduk a quitté la personne, mais implique certainement que Marduk est "loin" et ne peut envoyer que la maigre aide disponible.

Stela from Babylonian Marduk Temple
Stèle du Temple de Marduk à Babylone
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

L'Épopée d'Erra est une œuvre très différente dans laquelle le dieu de la guerre Erra (également connu sous le nom d'Irra ou de Nergal) s'ennuie et tombe dans une léthargie qui, selon lui, ne peut être soignée qu'en attaquant Babylone. D'autres dieux le pressent d'abandonner son projet, mais il les ignore. Il se rend à Babylone où il distrait Marduk en lui disant que ses vêtements sont devenus minables et qu'il devrait vraiment s'occuper de sa garde-robe.

Marduk proteste qu'il est trop occupé, mais Erra lui assure que tout ira bien et que lui, Erra, veillera sur la ville. Une fois que Marduk est parti se faire faire un nouveau costume, Erra détruit la ville, tuant les gens sans discernement jusqu'à ce qu'il ne soit arrêté par les autres dieux et qu'il doive rendre des comptes (dans certaines versions, il est arrêté par le retour de Marduk). La pièce se termine par un éloge d'Erra, dieu de la guerre, qui a décidé d'épargner un reste de la ville afin qu'elle puisse être repeuplée.

Le protecteur Marduk était si important pour le sentiment de sécurité et l'identité personnelle de Babylone que lorsque la ville se révolta contre la domination perse vers 485 avant J.-C., le roi perse Xerxès Ier (r. de 486 à 465 avant J.-C.) fit détruire la statue lorsqu'il mit la ville à sac. Après avoir vaincu les Perses de l'empire achéménide en 330 avant J.-C., Alexandre le Grand fit de Babylone sa capitale et s'efforça de redonner à la ville sa gloire d'antan, mais il mourut avant d'y parvenir. Le culte de Marduk déclina à mesure que la ville perdit de son prestige et de sa puissance. Lorsque les Parthes gouvernaient la région en 141 avant J.-C., Babylone n'était plus qu'une ruine déserte et Marduk avait été oublié.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui était Marduk ?

Marduk était le roi des dieux babyloniens qui présidait à la justice, la compassion, la guérison, la régénération, la magie et l'équité.

Pourquoi Marduk était-il important ?

Marduk vainquit les forces du chaos et créa l'ordre. Il créa également les premiers humains et décréta le bon fonctionnement de la vie humaine. À Babylone, sa présence (sous la forme de sa statue) était considérée comme nécessaire pour la sécurité, la prospérité et la succession des rois de la ville.

Où se trouve l'histoire de la victoire de Marduk sur le chaos ?

La victoire de Marduk sur le chaos est détaillée dans l'Enuma Elish, le récit babylonien de la création.

Qu'est-il arrivé à Marduk ?

Le culte de Marduk déclina après la mort d'Alexandre le Grand en 323 avant J.-C., Babylone ayant perdu son ancien prestige.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2016, décembre 09). Marduk [Marduk]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-919/marduk/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Marduk." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le décembre 09, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-919/marduk/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Marduk." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 déc. 2016. Web. 02 mars 2024.

Adhésion