Empire Néo-Assyrien

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 30 juin 2014
Disponible dans ces autres langues: anglais, grec, espagnol
X
Assyrian Doorway Protective Spirit (by Mark Cartwright, CC BY-NC-SA)
Esprit protecteur de la porte assyrienne
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

L'Empire néo-assyrien (912-612 av. J.-C.) était la phase finale de l'Empire assyrien, qui s'étendait sur la Mésopotamie, le Levant, l'Égypte, l'Anatolie et certaines parties de la Perse et de l'Arabie. À partir du règne d'Adad-nerari II (912-891 av. J.-C.), les rois néo-assyriens réalisèrent de grandes expansions territoriales pour forger le plus grand empire du monde jusqu'alors.

Les Assyriens disposaient de la force de frappe la plus efficace au monde et furent les premiers à être armés d'armes en fer, leurs tactiques de combat les rendaient invincibles. Leurs politiques et leurs politiques militaires leur valurent également une réputation durable de cruauté et d'impitoyabilité, bien que cette réputation ait été remise en question ces dernières années, car on affirme aujourd'hui qu'ils n'étaient ni plus ni moins cruels que d'autres empires antiques tels que celui d'Alexandre le Grand ou de Rome.

Supprimer la pub
Publicité

Les rois de l'empire, tels que Tiglath-Phalazar II, Salmanazar V, Sargon II, Sennachérib et Assarhaddon, sont mentionnés à plusieurs reprises dans la Bible en tant qu'ennemis des Israélites, bien que les inscriptions des Assyriens et les livres de la Bible diffèrent, parfois de manière spectaculaire, sur la manière dont les événements se déroulèrent entre les deux nations. Ceci est particulièrement évident dans les inscriptions de Sennachérib concernant la conquête de Juda et le récit donné dans le livre biblique d'Isaïe 37, II Chroniques 32:21, et II Rois 18-19.

Pour garantir la paix, ASsarhaddon conclut des traités de vassalité avec les Perses et les Mèdes, exigeant d'eux une soumission préalable à son successeur, Assurbanipal.

Les Assyriens eux-mêmes ne qualifiaient pas cette phase de leur empire de néo-assyrienne, mais la considéraient simplement comme un autre développement de leur histoire. L'historienne Gwendolyn Leick écrit: "Selon la liste des rois assyriens, il n'y eut aucune rupture entre les souverains du milieu du deuxième millénaire et ceux du premier millénaire" (126). "Néo-assyrien" est une désignation moderne inventée par les historiens et basée sur l'interprétation d'anciennes inscriptions qui suggèrent un changement dans la manière dont l'empire était désormais gouverné.

Supprimer la pub
Publicité

La date du début de cette période est également contestée, certains chercheurs affirmant qu'elle commence avec "une nouvelle affirmation après les troubles politiques associés aux invasions araméennes des XIIe et XIe siècles" (attribuant les dates de 934 à 610 av. J.-C.), tandis que d'autres soutiennent qu'elle commence avec le règne d'Adad-nerari II en 912 avant notre ère (Leick, 126). D'autres encore affirment que la véritable fondation de l'empire commence avec Tiglath-Phalazar III en 745 avant notre ère. Il en va de même pour la fin de la période: certains chercheurs situent la fin de l'empire néo-assyrien en 612 avant notre ère, avec la chute d'Assur et de Ninive, tandis que d'autres affirment que 610 avant notre ère est la date finale, car, à ce mement précis, toutes les villes avaient été détruites.

Réputation de cruauté

L'empire néo-assyrien est le plus connu des étudiants en histoire ancienne, car c'est la période de la plus grande expansion de l'empire, et les rois de cette période sont ceux qui sont le plus souvent mentionnés dans la Bible. C'est aussi l'époque qui donne à l'Empire assyrien sa réputation d'impitoyabilité et de cruauté. L'e spécialiste Paul Kriwaczek écrit:

Supprimer la pub
Publicité

L'Assyrie doit certainement figurer parmi les pires articles de presse de tous les États de l'histoire. Babylone est peut-être synonyme de corruption, de décadence et de péché, mais les Assyriens et leurs célèbres dirigeants, avec des noms terrifiants comme Salmanazar, Tiglath-Phalazar, Sennachérib, Assarhaddon et Assurbanipal, se classent dans l'imagination populaire juste après Adolf Hitler et Gengis Khan pour ce qui est de la cruauté, de la violence et de la sauvagerie meurtrière pure et simple. (208)

Cette réputation est également soulignée par le chercheur Simon Anglim et d'autres. Anglim écrit:

Bien que les historiens aient tendance à éviter les analogies, il est tentant de considérer l'Empire assyrien, qui domina le Moyen-Orient de 900 à 612 av. J.-C., comme un précurseur historique de l'Allemagne nazie: un régime agressif, meurtrier et vindicatif, soutenu par une machine de guerre magnifique et performante. Comme l'armée allemande de la Seconde Guerre mondiale, l'armée assyrienne était la plus avancée de son époque sur le plan technologique et doctrinal et servit de modèle aux générations suivantes. Les Assyriens furent les premiers à faire un usage intensif des armes en fer [et] non seulement les armes en fer étaient supérieures à celles en bronze, mais elles pouvaient être produites en masse, ce qui permettait d'équiper de très grandes armées. (12)

A Groom and Horses from Western Assyria
Un marié et des chevaux de l'Assyrie occidentale
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Si la réputation de tactiques militaires décisives et impitoyables est compréhensible, la comparaison avec le régime nazi l'est moins. Contrairement aux nazis, les Assyriens traitaient bien les peuples conquis qu'ils déplaçaient et les considéraient comme des Assyriens une fois qu'ils s'étaient soumis à l'autorité centrale. La politique assyrienne ne reposait pas sur le concept de "race maîtresse"; chacun était considéré comme un atout pour l'empire, qu'il soit né Assyrien ou qu'il ait été assimilé à la culture assyrienne. Kriwaczek note:

En réalité, la guerre assyrienne n'était pas plus sauvage que celle des autres États contemporains. Les Assyriens n'étaient d'ailleurs pas plus cruels que les Romains qui se faisaient un point d'honneur de jalonner leurs routes des milliers de victimes crucifiées en agonie. (209)

La seule comparaison valable entre l'Allemagne nazie de la Seconde Guerre mondiale et les Assyriens est l'efficacité militaire et la taille de l'armée, et la même comparaison pourrait être faite avec la Rome antique.

Cependant, ces immenses armées étaient encore à venir lorsque le premier roi de l'empire néo-assyrien prit le pouvoir. L'avènement du roi Adad-nerari II (r. de 912 à 891 av. J.-C.) apporta à l'Assyrie le renouveau dont elle avait besoin à l'époque. Les Assyriens avaient perdu du territoire, du prestige et du pouvoir à la suite de l'effondrement de l'âge du bronze (c. 1200 av. J.-C.) et des invasions des Araméens, des Amorites et des Peuples de la mer. Adad-nerari II reconquit les terres perdues et sécurisa les frontières. Les Araméens vaincus furent exécutés ou déportés dans les régions situées au cœur de l'Assyrie et assimilés à la culture.

Supprimer la pub
Publicité

Il conquit également Babylone mais, tirant les leçons des erreurs du passé (comme lorsque le roi Tukulti-Ninurta Ier saccagea Babylone vers 1225 et fut assassiné pour cela), il refusa de piller la ville et, au lieu de cela, conclut un accord de paix avec le roi dans lequel ils épousèrent leurs filles respectives et s'engagèrent à une loyauté réciproque. Ce traité ferait de Babylone un allié puissant, plutôt qu'un problème permanent, pendant les 80 années suivantes.

Assyrian Siege
Siège assyrien
Jan van der Crabben (CC BY-NC-SA)

Expansion militaire et révision de Dieu

Les rois qui suivirent Adad-nerari II poursuivirent la même politique et l'expansion militaire. Tukulti Ninurta II (r. de 891 à 884 av. J.-C.) étendit l'empire au nord et gagna de nouveaux territoires vers le sud en Anatolie, tandis qu'Assurnasirpal II (r. de 884 à 859 av. J.-C.) consolida le pouvoir au Levant et étendit la domination assyrienne jusqu'en Canaan. Assurnasirpal II déplaça la capitale d'Assur à sa nouvelle ville de Kalhu, qu'il orna de plus de 41 espèces d'arbres ramenés de ses campagnes.

Kalhu fut construite grâce au travail des esclaves ramenés de ces campagnes, qui avaient permis d'assujettir une grande partie du territoire. Lors des batailles, il avait utilisé la méthode de conquête la plus courante des Assyriens: la guerre de siège, qui commença par un assaut brutal sur la ville. Anglim écrit:

Supprimer la pub
Publicité

Plus que toute autre chose, l'armée assyrienne excellait dans la guerre de siège et fut probablement la première force à disposer d'un corps d'ingénieurs distinct... L'assaut était leur principale tactique contre les villes lourdement fortifiées du Proche-Orient. Ils mirent au point une grande variété de méthodes pour ouvrir des brèches dans les murs ennemis: des sapeurs étaient employés pour saper les murs ou pour allumer des feux sous les portes en bois, et des rampes étaient construites pour permettre aux hommes de franchir les remparts ou de tenter une brèche dans la partie supérieure du mur, là où il était le moins épais. Des échelles mobiles permettaient aux assaillants de franchir les douves et d'attaquer rapidement n'importe quel point des défenses. Ces opérations étaient couvertes par des masses d'archers, qui constituaient le noyau de l'infanterie. Mais la fierté du train de siège assyrien résidait dans ses engins. Il s'agissait de tours en bois à plusieurs étages, dotées de quatre roues et d'une tourelle au sommet et d'un, ou parfois de deux, béliers à la base. (186)

Les progrès de la technologie militaire ne furent pas la seule, ni même la principale, contribution des Assyriens car, à la même époque, ils firent des progrès significatifs en médecine, en s'appuyant sur les fondements des Sumériens et en tirant parti des connaissances et des talents de ceux qui avaient été conquis et assimilés. Assurnasirpal II établit les premières listes systématiques de plantes et d'animaux dans l'empire et emmenait des scribes avec lui lors de ses campagnes pour enregistrer les nouvelles découvertes.

Des écoles furent créées dans tout l'empire, mais elles étaient réservées aux fils des riches et de la noblesse. Les femmes n'étaient pas autorisées à aller à l'école ou à occuper des postes à responsabilité, même si, auparavant, en Mésopotamie, elles jouissaient de droits presque égaux. Le déclin des droits des femmes correspond à la montée du monothéisme assyrien. Comme les armées assyriennes faisaient campagne dans tout le pays, leur dieu Assur (ou Assour) les accompagnait, mais comme Assur était auparavant lié au temple de cette ville et qu'il n'était vénéré que là, une nouvelle façon d'imaginer le dieu devint nécessaire pour continuer à le vénérer et à obtenir son aide dans d'autres lieux. Kriwaczek note:

On pouvait prier Assur non seulement dans son propre temple, dans sa propre ville, mais n'importe où. Au fur et à mesure que l'empire assyrien étendait ses frontières, on rencontrait Assur même dans les endroits les plus éloignés. De la foi en un dieu omniprésent à la croyance en un dieu unique, il n'y a qu'un pas. Puisqu'il était partout, les gens en vinrent à comprendre que, dans un certain sens, les divinités locales n'étaient que des manifestations différentes du même Assur. (231)

Cette unité de vision d'une divinité suprême contribua à unifier davantage les régions de l'empire. Les différents dieux des peuples conquis, et leurs diverses pratiques religieuses, furent absorbés dans le culte d'Assur; il fut reconnu comme le seul vrai dieu qui avait été appelé de différents noms par différents peuples dans le passé, mais qui était maintenant clairement connu et pouvait être correctement vénéré en tant que divinité universelle. À ce sujet, Kriwaczek commente:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La croyance en la transcendance plutôt qu'en l'immanence du divin eut des conséquences importantes. La nature fut désacralisée, déconsacrée. Puisque les dieux étaient à l'extérieur et au-dessus de la nature, l'humanité - selon la croyance mésopotamienne créée à la ressemblance des dieux et en tant que servante des dieux - devait également être à l'extérieur et au-dessus de la nature. Plutôt que de faire partie intégrante de la terre naturelle, la race humaine était désormais sa supérieure et sa souveraine. Cette nouvelle attitude fut résumée plus tard dans la Genèse 1:26 : "Et Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre". Mais pour les femmes, cela pose une difficulté insurmontable. Ce n'est pas un hasard si, même aujourd'hui, les religions qui mettent le plus l'accent sur la transcendance totale de Dieu et sur l'impossibilité même d'imaginer sa réalité relèguent les femmes à un échelon inférieur de l'existence, leur participation au culte religieux public n'étant autorisée qu'à contrecœur, si tant est qu'elle le soit. (229-230)

La culture assyrienne devint de plus en plus cohérente avec l'expansion de l'empire, la nouvelle compréhension de la divinité et l'assimilation des populations des régions conquises. Salmanazar III (r. de 859 à 824 av. J.-C.) étendit l'empire jusqu'à la côte méditerranéenne et reçut un tribut des riches villes phéniciennes de Tyr et Sidon.

Il vainquit également, du moins temporairement, le royaume arménien d'Urartu, qui s'était longtemps révélé être une nuisance importante pour les Assyriens. Après son règne, cependant, l'empire entra en guerre civile, le roi Shamshi-Adad V (r. de 824 à 811 av. J.-C.) se battant contre son frère pour le contrôle de l'empire. Bien que la rébellion ait été réprimée, l'expansion de l'empire s'arrêta après Salmanazar III.

La régente Sammuramat (également connue sous le nom de Sammu-ramat, inspiratrice de la reine légendaire Sémiramis) occupa le trône pour son jeune fils Adad-nerari III entre 811 et 806 avant notre ère. Pendant cette période, elle sécurisa les frontières de l'empire et organisa des campagnes victorieuses pour repousser les Mèdes et d'autres populations gênantes dans le nord du pays.

Lorsque son fils atteignit l'âge adulte, elle fut en mesure de lui léguer un empire stable et de grande taille, qu'Adad-nerari III ne cesserait d'étendre. Après son règne, cependant, ses successeurs préférèrent se reposer sur les réalisations des autres et l'empire entra dans une nouvelle période de stagnation. Cela fut particulièrement préjudiciable à l'armée qui dépérit sous des rois comme Assur-dan III et Assur-nerari V.

Neo-Assyrian Empire
L'Empire néo-assyrien
Ningyou (Public Domain)

Essor de l'empire néo-assyrien

L'empire fut revitalisé par Tiglath-Phalazasar III (r. de 745 à 727 av. J.-C.) qui réorganisa l'armée et restructura la bureaucratie du gouvernement. Selon Anglim:

Tiglath-Phalazasar III procéda à de vastes réformes de l'armée, réaffirma le contrôle central de l'empire, reconquit le littoral méditerranéen et subjugua même Babylone. Il remplaça la conscription [dans l'armée] par un prélèvement de main-d'œuvre imposé à chaque province et exigea également des contingents de la part des États vassaux. (14)

Il vainquit également le royaume d'Urartu, qui s'était à nouveau soulevé pour troubler les dirigeants assyriens, et soumit la région de la Syrie. Selon certains spécialistes, l'empire néo-assyrien commence vraiment avec Tiglath-Phalazasar III. Leick, par exemple, note:

Entre 745 et 705 avant J.-C., l'Empire assyrien prend forme. C'est le résultat non seulement d'une nouvelle expansion militaire, mais aussi de nouvelles structures administratives qui assurent un contrôle politique et fiscal beaucoup plus étroit. (127)

Sous le règne de Tiglath-Phalazasar III, l'armée assyrienne devint la force militaire la plus efficace de l'histoire jusqu'alors et servirait de modèle aux armées futures en matière d'organisation, de tactique, d'entraînement et d'efficacité.

Tiglath-Phalazasar III fut suivi par Salmanazar V (r. de 727 à 722 av. J.-C.) qui poursuivit la politique du roi mais ne fut pas aussi efficace dans les campagnes militaires. Son successeur, Sargon II (r. de 722 à 705 av. J.-C.), fut un brillant chef militaire et administrateur qui étendit l'empire plus loin que tout autre roi avant lui. Bien que le règne de Sargon II ait été contesté par des nobles qui prétendaient qu'il s'était emparé du trône illégalement, il maintint la cohésion de l'empire, élargit les frontières, améliora la législation et l'administration, et garda le trésor royal rempli grâce à ses conquêtes.

Suivant l'exemple de Tiglath-Phalazasar III, Sargon II réussit à porter l'empire à son apogée politique et militaire. Sargon II fonda la dynastie des Sargonides (722-612 av. J.-C.) qui régnerait sur l'empire assyrien jusqu'à sa chute.

La dynastie sargonide

Sargon II fut suivi par son fils Sennachérib (r. de 705 à 681 av. J.-C.) qui mena une campagne étendue et impitoyable, conquérant Israël, Juda et les provinces grecques d'Anatolie. Son siège de Jérusalem est décrit en détail sur le "Prisme de Taylor", un bloc cunéiforme décrivant les exploits militaires de Sennachérib, découvert en 1830 par le colonel britannique Taylor, dans lequel il affirme avoir capturé 46 villes et piégé les habitants de Jérusalem à l'intérieur de la ville jusqu'à ce qu'il ne les aient submergé.

Son récit est toutefois contesté par la version des événements décrits dans le livre biblique de II Rois, chapitres 18-19, II Chroniques 32:21, et Isaïe 37, où il est affirmé que Jérusalem aurait été sauvée par une intervention divine et que l'armée de Sennachérib aurait été chassée du champ de bataille. Le récit biblique relate cependant la conquête assyrienne de la région.

Sargon II and Sennacherib
Sargon II et Sennachérib
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Les victoires militaires de Sennachérib augmentèrent la richesse de l'empire au-delà de ce qu'avait accompli Sargon II, même si son règne fut entaché par des campagnes militaires persistantes contre Babylone et les Élamites. Il déplaça la capitale de la ville de Sargon, Dur-Sharrukin, à Ninive et fit construire ce que l'on appelle "le palais sans rival". Il embellit et améliora la structure originale de la ville, en plantant des vergers et des jardins. Le spécialiste Christopher Scarre écrit:

Le palais de Sennachérib possédait tous les attributs habituels d'une grande résidence assyrienne: de colossales figures de gardien et d'impressionnants reliefs de pierre sculptés (plus de 2 000 dalles sculptées dans 71 pièces). Ses jardins étaient également exceptionnels. Des recherches récentes menées par l'assyriologue britannique Stephanie Dalley ont suggéré qu'il s'agissait des célèbres jardins suspendus, l'une des sept merveilles du monde antique. Des auteurs ultérieurs ont placé les jardins suspendus à Babylone, mais des recherches approfondies n'ont pas permis d'en retrouver la trace. Le récit de Sennachérib, fier des jardins du palais qu'il avait créés à Ninive, correspond à celui des jardins suspendus par plusieurs détails significatifs. (231)

Babylone avait été un problème persistant tout au long du règne de Sennachérib qui finit par se lasser de s'en occuper. Ignorant les leçons du passé, et non content de sa grande richesse et du luxe de la ville, Sennachérib conduisit son armée contre Babylone, la saccagea et pilla les temples. Comme plus tôt dans l'histoire avec Tukulti-Ninurta Ier (r. de 1244 à 1208 av. J.-C.), le pillage et la destruction des temples de Babylone furent considérés comme le comble du sacrilège par les habitants de la région, mais aussi par les fils de Sennachérib qui l'assassinèrent dans son palais de Ninive afin d'apaiser la colère des dieux.

Sennachérib avait choisi son plus jeune fils, Assarhaddon, pour lui succéder en 683 avant notre ère, ce qui ne fut pas du goût de ses frères aînés. Bien que le meurtre de leur père ait pu être motivé par leur désir de pouvoir (et pour couper court aux espoirs de leur jeune frère d'accéder à la couronne), ils auraient eu besoin d'une justification pour cet acte, et le sac de Babylone par leur père leur aurait fourni cette rationalisation.

Assarhaddon (r. de 681 à 669 av. J.-C.) monta sur le trône, défit les factions de son frère au cours d'une guerre civile de six semaines, puis exécuta les familles de son frère, ses associés et tous ceux qui s'étaient joints à lui. Son règne désormais assuré, l'un de ses premiers projets fut de reconstruire Babylone. Il publia une proclamation officielle affirmant que Babylone avait été détruite par la volonté des dieux en raison de la méchanceté de la ville et de son manque de respect pour la divinité.

Cette proclamation ne mentionne nulle part Sennachérib ou son rôle dans la destruction de la ville, mais indique clairement que les dieux avaient choisi Assarhaddon comme moyen divin de restauration:

Une fois, pendant le règne d'un précédent souverain, il y eut de mauvais présages. La ville insulta ses dieux et fut détruite sur leur ordre. Ils m'ont choisi, moi, Assarhaddon, pour tout remettre à sa place, pour calmer leur colère et apaiser leur rage.

L'empire prospéra sous son règne. Il réussit à conquérir l'Égypte, ce que Sennachérib avait tenté de faire sans succès (parce que, selon Hérodote II.141, des mulots avaient mangé les cordes des arcs des archers de Sennachérib, leurs carquois et les courroies des boucliers des soldats la nuit précédant la bataille). Assarhaddon établit les frontières de l'empire jusqu'au nord des monts Zagros (l'Iran actuel) et jusqu'au sud de la Nubie (le Soudan actuel), avec une étendue comprenant le Levant (du Liban actuel à Israël) jusqu'à l'Anatolie (la Turquie).

Ses campagnes militaires victorieuses et le maintien attentif du gouvernement assurèrent la stabilité nécessaire aux progrès de la médecine, de l'alphabétisation, des mathématiques, de l'astronomie, de l'architecture et des arts. L'historien Will Durant écrit:

Dans le domaine de l'art, l'Assyrie égalait sa préceptrice, la Babylonie, et la surpassait en matière de bas-relief. Stimulés par l'afflux de richesses à Assur, Kalakh et Ninive, les artistes et les artisans commencèrent à produire - pour les nobles et leurs dames, pour les rois et leurs palais, pour les prêtres et les temples - des bijoux de toutes sortes, de la fonte de métal aussi habilement conçue et finement ouvragée que sur les grandes portes de Balawat, et des meubles luxueux en bois richement sculptés et coûteux renforcés de métal et incrustés d'or, d'argent, de bronze ou de pierres précieuses. (278)

Afin de garantir la paix, Assarhaddon conclut des traités de vassalité avec les Perses et les Mèdes, exigeant d'eux qu'ils se soumettent à l'avance à son successeur. De plus, la mère d'Assarhaddon, Zakutu (c. 728-v. 668 av. J.-C.), la puissante reine douairière, publia également son traité de loyauté de Naqi'a-Zakutu qui obligeait la cour assyrienne et les territoires soumis à accepter Assurbanipal comme roi et à soutenir son règne conformément aux souhaits d'Assarhaddon.

Ces mesures permirent une transition aisée du pouvoir lorsqu'Assarhaddon mourut en 669 avant notre ère lors d'une campagne en Égypte et que le pouvoir fut transmis au dernier grand roi assyrien, Assurbanipal (r. de 668 à 627 av. J.-C.). Assurbanipal était le plus lettré des souverains assyriens et est probablement mieux connu de nos jours pour la vaste bibliothèque qu'il rassembla dans son palais de Ninive.

Bien que grand mécène des arts et de la culture, Assurbanipal pouvait se montrer tout aussi impitoyable que ses prédécesseurs pour assurer la sécurité de l'empire et intimider ses ennemis. Kriwaczek commente:

Quel autre impérialiste aurait, comme Assurbanipal, commandé une sculpture pour son palais avec une décoration le montrant lui et sa femme en train de banqueter dans leur jardin, avec la tête et la main coupées du roi d'Élam se balançant aux arbres de chaque côté, comme d'horribles boules de Noël ou des fruits étranges? (208)

Assurbanipal vainquit de manière décisive les Élamites, acheva la conquête de l'Égypte par son père et étendit l'empire à l'est et au nord. Conscient de l'importance de préserver le passé, il envoya des émissaires dans toutes les régions qu'il contrôlait et leur demanda de récupérer ou de copier les livres de la ville ou du village en question, et de les rapporter à Ninive pour la bibliothèque royale. Bien qu'il n'ait pas été le premier roi à collectionner des livres, il fut le premier à faire de cette collection une priorité.

Assyrian Lion Hunt Relief
Bas-relief Assyrien, Chasse au Lion
Jan van der Crabben (Photographer) (Copyright)

Déclin et chute

Assurbanipal régna sur l'empire pendant 42 ans et, durant cette période, mena des campagnes fructueuses et gouverna efficacement. Cependant, l'empire s'était trop étendu et les régions étaient surtaxées. En outre, l'immensité du domaine assyrien rendait difficile la défense des frontières. Aussi nombreuse qu'ait été l'armée, il n'y avait pas assez d'hommes pour maintenir une garnison dans chaque fort ou avant-poste important.

À la mort d'Assurbanipal, en 627 avant notre ère, l'empire commença à s'effondrer. Ses successeurs, Assur-etli-Ilani, Sin-shar-ishkun et Assur-uballit II, ne parvinrent pas à maintenir l'unité des territoires et les régions commencèrent à se séparer. Le régime de l'empire assyrien était perçu comme trop dur par ses sujets, en dépit des progrès et du luxe que le statut de citoyen assyrien pouvait apporter, et d'anciens États vassaux se révoltèrent.

En 612 avant notre ère, Ninive fut pillée et brûlée par une coalition de Babyloniens, de Perses, de Mèdes et de Scythes, entre autres (tout comme Assur et les autres villes assyriennes). La destruction du palais fit tomber les murs enflammés sur la bibliothèque d'Assurbanipal et, loin de l'intention première, préserva la grande bibliothèque et l'histoire des Assyriens, en cuisant et en ensevelissant les tablettes d'argile des livres. Kriwaczek écrit:

C'est ainsi que les ennemis de l'Assyrie n'ont finalement pas atteint leur objectif lorsqu'ils ont rasé Assur et Ninive en 612 avant notre ère, quinze ans seulement après la mort d'Assurbanipal: l'effacement de la place de l'Assyrie dans l'histoire. (255)

Cependant, la destruction des grandes villes assyriennes fut si complète que, deux générations après la chute de l'empire, personne ne savait où elles se trouvaient. Les ruines de Ninive furent recouvertes par les sables et restèrent enfouies pendant les 2 000 ans qui suivirent.

Les Assyriens sont toutefois restés dans les mémoires grâce aux écrits des Grecs et des Romains, ainsi qu'à leur mention dans la Bible. L'intérêt archéologique pour la Mésopotamie fut alimenté au 19e siècle par le désir de corroborer les récits bibliques de l'Ancien Testament par des preuves historiques. Les Assyriens, qui avaient été les maîtres de la terre à leur époque, ont à nouveau joué un rôle important dans l'histoire en attirant l'attention des archéologues et des érudits sur la région mésopotamienne, où l'ensemble de la culture mésopotamienne a fini par être révélée.

Avant le XIXe siècle, les Sumériens étaient inconnus, tout comme bon nombre des mythes, légendes et événements historiques dont l'importance est aujourd'hui reconnue. Ces histoires sont accessibles aux lecteurs d'aujourd'hui grâce à la préservation des livres. Les tablettes d'argile découvertes sous les murs de Ninive et ailleurs ont révélé au monde moderne les mythes, les légendes et l'histoire des peuples de Mésopotamie et, grâce à leur découverte, ont permis une nouvelle compréhension de l'histoire et de la culture mondiales.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que l'empire néo-assyrien ?

L'Empire néo-assyrien (912-612 avant notre ère) est la dernière étape de l'Empire assyrien avant sa chute.

Pourquoi l'appelle-t-on l'empire néo-assyrien ?

Le terme "Empire néo-assyrien" est une désignation moderne pour différencier la dernière phase de l'Empire assyrien des phases précédentes. Il est appelé ainsi parce que les érudits pensent que les rois de cette période ont utilisé des méthodes de domination et de guerre plus modernes qu'auparavant.

Pourquoi l'empire néo-assyrien est-il célèbre ?

L'empire néo-assyrien est célèbre pour ses rois tels que Sargon II, Sennachérib, Assarhaddon et Assurbanipal, connus pour leurs victoires militaires, leurs projets de construction et leurs avancées culturelles, mais aussi pour leur cruauté et leur impitoyabilité à l'égard de leurs ennemis.

Pourquoi l'empire néo-assyrien s'est-il effondré ?

L'empire néo-assyrien s'est effondré parce qu'il était devenu trop grand pour être maintenu et parce que les successeurs d'Assurbanipal étaient des dirigeants inefficaces. Les États rebelles de l'empire se séparèrent après 627 avant notre ère et les villes assyriennes furent saccagées et brûlées en 612 avant notre ère.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2014, juin 30). Empire Néo-Assyrien [Neo-Assyrian Empire]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11225/empire-neo-assyrien/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Empire Néo-Assyrien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 30, 2014. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11225/empire-neo-assyrien/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Empire Néo-Assyrien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 30 juin 2014. Web. 26 mai 2024.

Adhésion