Empire Achéménide

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2758 / $18000

Définition

Jan van der Crabben
de Peter Davidson, traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 11 mai 2011
Disponible dans ces autres langues: anglais, allemand, italien, espagnol
X
The Achaemenid Persian Empire c. 500 BCE (by Simeon Netchev, CC BY-NC-ND)
L'Empire perse achéménide vers 500 avant notre ère
Simeon Netchev (CC BY-NC-ND)

À l'est des monts Zagros, un haut plateau s'étend vers l'Inde. Alors que l'Égypte se soulevait contre les Hyksôs, une vague de tribus pastorales venues du nord de la mer Caspienne descendait dans cette région et traversait l'Inde. Alors que les Assyriens avaient construit leur nouvel empire, une deuxième vague avait couvert toute la zone comprise entre les monts Zagros et l'Hindou Kouch. Certaines tribus choisirent de se sédentariser, d'autres conservèrent leur mode de vie semi-nomade. Il s'agissait des peuples iraniens.

Les tribus nomades

Comme tous les peuples nomades dépourvus de police et de tribunaux, les tribus iraniennes avaient un code d'honneur et leurs croyances religieuses différaient de celles des agriculteurs. Alors que les agriculteurs d'Égypte et de Mésopotamie avaient transformé les dieux de la nature en gardiens des villes, les Iraniens avaient commencé à les distiller en quelques principes universels. Zoroastre, qui vécut aux alentours de 1000 avant J.-C., avait été le moteur de ce processus. Pour lui, le seul dieu était le créateur, Ahura Mazda, qui apportait l'asha - la lumière, l'ordre, la vérité ; la loi ou la logique selon laquelle le monde était structuré. Même les personnes qui n'étaient pas zoroastriennes pratiquantes grandirent dans une culture qui valorisait des idées éthiques simples telles que dire la vérité.

Supprimer la pub
Publicité

Le multiculturalisme de Cyrus rendit possible une paix impériale durable et définit la manière dont les empires ultérieurs cherchèrent à instaurer un régime stable.

Dans certaines régions, une tribu parvenait à rassembler un ensemble d'autres tribus sous sa direction. Ce fut le cas des Mèdes. Ils construisirent une capitale à Ecbatane ("lieu de rencontre") dans l'est du Zagros d'où ils étendirent leur pouvoir. En 612 avant notre ère, Cyaxare, roi des Mèdes, prit d'assaut Ninive avec les Chaldéens, après quoi il poussa vers le nord-ouest. En 585 avant J.-C., les Mèdes se battaient contre les Lydiens sur la rivière Halys lorsqu'une éclipse solaire effraya les deux camps et les poussa à faire la paix. Peu de temps après, Cyaxare mourut en laissant une sorte d'empire à son fils Astyage (585-550 av. J.-C.).

Supprimer la pub
Publicité

L'une des régions dont les tribus payaient un tribut aux Mèdes était la Perse, qui se trouvait au sud-est d'Ecbatane, au-delà de l'Élam. Il y avait environ 10 ou 15 tribus en Perse, dont une était les Pasargades. Le chef des Pasargades était toujours issu du clan achéménide et, en 559 avant notre ère, un nouveau chef fut choisi: Cyrus II ("le Grand").

Cyrus II

On nous dit que Cyrus était le petit-fils d'Astyage du côté de sa mère, mais cela ne l'empêcha en rien de vouloir se défaire du joug des Mèdes. En 552 avant J.-C., il avait réuni les tribus perses en une fédération et lancé une série de soulèvements. Lorsque l'inévitable confrontation avec son grand-père se produisit en 550 avant Jésus-Christ, les Mèdes se mutinèrent et se joignirent à Cyrus pour marcher sur Ecbatane.

Supprimer la pub
Publicité

Cyrus prit le titre de "Shah ["roi"] de Perse" et construisit une capitale sur le site de sa victoire, qu'il appela Pasargades, du nom de sa tribu. La victoire sur les Mèdes avait cependant laissé à Cyrus un empire vague et tentaculaire composé d'innombrables peuples différents. Il était confronté à la diversité culturelle, à la suspicion et à une franche hostilité. La Lydie et la Babylone chaldéenne avaient conclu des accords avec les Mèdes; ni l'une ni l'autre ne se sentait à l'aise avec une prise de pouvoir par les Perses.

Tomb of Cyrus
Tombeau de Cyrus
Sebastià Giralt (CC BY-SA)

La Lydie fut gagnée parce que Cyrus ne respecta pas les règles du jeu. Après une bataille indécise près de la rivière Halys un automne, le roi Crésus (c. 560 - c. 546 av. J.-C.) retourna à Sardes, s'attendant à reprendre les combats au printemps selon la coutume. Mais Cyrus le suivit jusque chez lui et captura Sardes, la capitale de la Lydie et la plus riche des villes ioniennes. Un siècle plus tôt, la Lydie avait frappé les premières pièces de monnaie, faisant de l'Ionie une plaque tournante du commerce. Maintenant, tout cela tombait entre les mains de Cyrus.

Quant à Crésus, il semble que Cyrus ait épargné sa vie, là encore contre tout précédent. Cyrus acquit la réputation d'épargner les souverains conquis afin de pouvoir leur demander conseil sur la meilleure façon de gouverner leurs terres. Il est difficile de savoir dans quelle mesure cette réputation était justifiée, mais avant Cyrus, personne n'aurait voulu une telle réputation de toute façon; cela aurait été perçu comme un signe de faiblesse.

Supprimer la pub
Publicité

L'empire des nombreuses nations

Cyrus, en revanche, considérait la coopération comme une force, en particulier lorsqu'il s'agissait de garantir le principal trophée: Babylone. Plutôt que d'essayer de prendre la plus grande ville du monde par la force, Cyrus mena une campagne de propagande pour exploiter l'impopularité de son roi, Nabonide. Les traditions de Babylone seraient plus sûres avec Cyrus, tel était le message. Les portes furent ouvertes et des feuilles de palmier furent déposées devant lui lorsqu'il entra dans la ville.

Une fois à Babylone, Cyrus accomplit les cérémonies religieuses que Nabonide avait négligées et rendit les icônes confisquées à leurs temples dans tout le pays. Ces actes permirent à Cyrus de revendiquer un pouvoir légitime à Babylone, un pouvoir entériné par les dieux babyloniens. Il expliqua ensuite quelle place cela prendrait dans son empire; le sien serait un empire basé sur une sorte de contrat entre lui et les différents peuples dont il avait la charge. Ils paieraient leur tribut, et il veillerait à ce que tous soient libres d'adorer leurs propres dieux et de vivre selon leurs coutumes.

Empire of Cyrus the Great
Empire de Cyrus le Grand
SG (CC BY-SA)

Les Juifs exilés furent autorisés à rentrer chez eux et reçurent de l'argent pour la construction d'un nouveau temple à Jérusalem. Cela valut à Cyrus une mention élogieuse dans l'Ancien Testament et lui permit de disposer d'un État tampon utile contre l'Égypte. Le multiculturalisme de Cyrus rendit possible une paix impériale durable et définit la manière dont les empires ultérieurs s'efforceraient d'instaurer un régime stable. Il était évident pour Cyrus que c'était la seule façon pour lui d'espérer conserver ses conquêtes, mais sa vision n'était concevable que pour quelqu'un d'extérieur aux civilisations des vallées fluviales, avec leur attachement intense aux dieux locaux.

Supprimer la pub
Publicité

Le roi des rois

Cambyse II (529-522 av. J.-C.), fils et successeur de Cyrus, ajouta l'Égypte à l'Empire perse, mais une révolte éclata au pays, menée, semble-t-il, par un prêtre mède se faisant passer pour le frère de Cambyse, que ce dernier avait secrètement assassiné. Cambyse se hâta de rentrer mais mourut en chemin, laissant l'un de ses généraux, un parent éloigné, prendre la relève. Il s'appelait Darius. Darius Ier ("le Grand") tua le prétendant au trône, mais des soulèvements éclatèrent un peu partout, et il se retrouva à devoir remettre sur pied les conquêtes de Cyrus. Soutenu par l'armée et les nobles clans de Perse, enrichis par la domination impériale, Darius reconquit l'empire et l'étendit jusqu'à la vallée de l'Indus, une prise qui valait plusieurs fois plus en tribut que Babylone.

Darius se rendit compte que pour que l'empire fonctionne, il fallait une organisation efficace. Il le divisa en 20 satrapies, ou provinces, chacune payant un taux fixe de tribut à la Perse. Chaque satrapie était dirigée par un satrape, ou gouverneur, nommé par le pouvoir central et souvent apparenté à Darius. Afin d'éviter que le satrape ne se constitue une base de pouvoir, Darius nomma un commandant militaire distinct qui n'était responsable que devant lui. Des espions impériaux, connus sous le nom d'"oreilles du roi", surveillaient les uns et les autres et rendaient compte à Darius par le biais du service postal - l'empire était relié par un réseau de routes le long desquelles les coursiers pouvaient changer de chevaux dans des stations espacées d'une journée de voyage.

Darius reprit une grande partie de cette structure des Assyriens, l'appliquant simplement à une plus grande échelle, mais son utilisation du tribut était quelque chose de nouveau. Auparavant, le tribut était essentiellement une protection payée pour éviter les problèmes, mais Darius le traitait comme un impôt. Il l'utilisa pour construire une marine et se lança dans des programmes de dépenses publiques de grande envergure, injectant de l'argent dans des travaux d'irrigation, d'exploration minière, des routes et un canal entre le Nil et la mer Rouge.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Ranks of Immortals
Rangs des Immortels
dynamosquito (CC BY-SA)

Il établit également une monnaie commune, ce qui facilita le travail loin de chez soi. Darius réunit maintenant des équipes d'artisans de tout l'Empire pour construire, sous la direction d'architectes perses, une capitale impériale à Persépolis. Il put y conserver son or et son argent dans une voûte géante (qui devint vite trop petite) et montrer l'étendue multiethnique de son empire. Persépolis devint une vitrine pour les styles artistiques de presque toutes les cultures de l'empire, dans un cadre de conception perse. C'était une représentation de l'idée d'empire de Cyrus.

Mais Darius ne reconnut jamais Cyrus. Il semble avoir été aigri de ne pas appartenir à la branche du clan achéménide de Cyrus. Au fur et à mesure qu'il dépassait les réalisations de Cyrus, il commençait à se montrer de plus en plus exalté, abandonnant le titre de Shah pour celui, plus grand, de Shahanshah ("roi des rois"). Tout comme Persépolis, cependant, cela découlait directement de la vision de Cyrus. Cyrus avait joué le rôle du roi de Babylone lorsqu'il était entré dans la ville, mais sa conception de l'empire exigeait un souverain qui se tienne au-dessus de tous les rois liés aux intérêts d'une communauté donnée. Il fallait un roi des rois.

Humiliation et décadence

La fin du règne de Darius fut marquée par des troubles en Méditerranée. En 499 avant Jésus-Christ, une révolte grecque éclata en Ionie. Après l'avoir réprimée, la flotte de Darius partit pour punir Athènes d'avoir soutenu les rebelles, mais elle subit une défaite surprise. Pou que la machine administrative ne paraisse pas dangereusement faible, il fallait donner une leçon aux Grecs. Mais lorsque Darius augmenta les impôts pour financer une campagne de réarmement, il provoqua des troubles dans des régions plus importantes comme l'Égypte.

C'est au fils de Darius, Xerxès Ier (486-465 avant J.-C.), qu'il revint de rétablir l'ordre en Égypte et de s'occuper de la question grecque. Xerxès avait une attitude plus noble encore que Darius et, avec deux grands bâtisseurs d'empire à suivre, il avait encore plus à prouver. Mais il n'avait pas leur sensibilité culturelle. Lorsque des augmentations d'impôts provoquèrent des émeutes à Babylone en 482 avant Jésus-Christ, Xerxès mit la ville à sac, détruisit le temple et fit fondre la statue en or massif de Marduk, trois fois plus grande qu'un homme. Avec elle, la grandeur de Babylone s'evanouit.

L'or de Marduk permit à Xerxès de commencer à rassembler ses forces pour écraser les Grecs en 480 avant Jésus-Christ. Forcé de se battre trop tôt, il subit cependant une humiliation pire que celle de son père. Après cela, Xerxès semble s'être largement retiré dans le luxe de sa cour et de son harem. Lorsque Cyrus entra à Babylone, il avait adopté le comportement d'un roi mésopotamien en ce qui concernait sa consommation publique, mais désormais aussi la vie privée des souverains perses prenait une forme mésopotamienne. Enfermés dans un isolement opulent, les derniers Achéménides jouèrent une pantomime gagnant en mauvais goût, d'intrigues de harem et d'assassinats de palais.

Achaemenid Silver Drinking Bowl
Bol à boire en argent achéménide
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

L'empire que Cyrus et Darius avaient construit était assez solide pour résister à ce glissement vers la décadence pendant 200 ans, mais peu à peu, il fit des ravages. Les satrapes se taillèrent leurs propres îles de pouvoir. L'inflation commença à se faire sentir, les taxes ne cessèrent d'augmenter. Même le multiculturalisme de l'empire, qui était à l'origine sa grande force, avait ses inconvénients; l'immense armée était un ramassis déconcertant de troupes, toutes entraînées et équipées selon leurs propres traditions et parlant des langues différentes.

En 401 avant J.-C., Cyrus le Jeune, satrape de Lydie, de Phrygie et de Cappadoce, organisa un coup d'État contre son frère Artaxerxès II (404-358 av. J.-C.) avec l'aide de 10 000 mercenaires grecs qui rentrèrent chez eux lorsque le coup d'État échoua. Les informations qu'ils rapportèrent ouvrirent la voie à l'arrivée triomphale d'Alexandre le Grand en 334 avant Jésus-Christ.

La Perse avait été le premier véritable empire, un empire doté d'une structure organisationnelle élaborée à partir d'une idée réaliste de la manière de gouverner différents peuples sujets. Elle définit le rôle d'un empereur et servit de modèle aux empires futurs, des Romains aux Britanniques. Lorsqu'Alexandre voulut remplacer l'empire perse mourant par une vision qui lui était propre, il garda l'exemple de Cyrus à l'esprit.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Pour quoi l'empire achéménide était-il connu ?

L'empire perse achéménide est célèbre pour avoir créé un empire regroupant de nombreuses nations et cultures, en accordant à chaque culture conquise un degré raisonnable d'autonomie et d'auto-gouvernance sous la forme de provinces semi-indépendantes appelées satrapies. L'empire est également célèbre pour avoir combattu les cités-États grecques lors des guerres gréco-persanes et pour avoir été finalement conquis par Alexandre le Grand.

Qui vainquit l'empire achéménide ?

Alexandre le Grand vainquit l'empire achéménide en 330 avant J.-C. après une série de victoires macédoniennes décisives aux batailles d'Issos (333 avant J.-C.) et de Gaugamèle (331 avant J.-C.). Alexandre fut brièvement le roi des rois jusqu'à sa mort en 323 avant J.-C., où il fut remplacé par Séleucos I Nicator, fondateur de l'empire séleucide de Perse.

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Citer cette ressource

Style APA

Davidson, P. (2011, mai 11). Empire Achéménide [Achaemenid Empire]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-322/empire-achemenide/

Style Chicago

Davidson, Peter. "Empire Achéménide." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 11, 2011. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-322/empire-achemenide/.

Style MLA

Davidson, Peter. "Empire Achéménide." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 11 mai 2011. Web. 18 juil. 2024.

Adhésion