Cunéiforme

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Jerome Couturier
publié le 17 novembre 2022
Disponible dans ces autres langues: anglais, persan, serbe, espagnol, suédois
X
Neo-Assyrian Cuneiform Lexical List (by The Trustees of the British Museum, Copyright)
Liste lexicale cunéiforme néo-assyrienne
The Trustees of the British Museum (Copyright)

Le cunéiforme est un système d'écriture développé pour la première fois par les anciens Sumériens de Mésopotamie vers 3500-3000 av. J.-C. Il est considéré comme la plus significative des nombreuses contributions culturelles des Sumériens, et de la ville d'Uruk en particulier, qui fit progresser l'écriture cunéiforme vers 3200 avant notre ère.

Le nom vient du mot latin cuneus pour 'coin', en raison des signes en forme de coin. Un instrument d'écriture soigneusement taillé, le stylet ou le calame, était pressé dans l'argile molle de tablettes pour produire des impressions en forme de coin qui représentent des signes-mots (pictogrammes) et, plus tard, des phonogrammes ou des 'signes-concepts' (plus proche de la compréhension moderne d'un 'mot'). Toutes les grandes civilisations mésopotamiennes utilisaient le cunéiforme jusqu'à ce qu'il soit abandonné au profit de l'écriture alphabétique après 100 av. J.-C.:

Supprimer la pub
Advertisement

Lorsque les anciennes tablettes cunéiformes de Mésopotamie furent découvertes et déchiffrées à la fin du 19e siècle, elles transformèrent littéralement la compréhension de l'histoire. Avant leur découverte, la Bible était considérée comme le livre le plus ancien et le plus fiable au monde et l'on ne savait rien de l'ancienne civilisation sumérienne.

LA TRADUCTION DE L'ÉPOPÉE DE GILGAMESH PERMIT D'INTERPRÉTER PLUS PRÉCISÉMENT LES TABLETTES CUNÉIFORMES.

Le philologue allemand Georg Friedrich Grotefend (1775-1853) fut le premier à déchiffrer le cunéiforme avant 1823, et ses travaux furent poursuivis par Henry Creswicke Rawlinson (1810-1895), qui déchiffra l'inscription de Behistun en 1837, ainsi que par les travaux du révérend Edward Hincks (1792-1866) et de Jules Oppert (1825-1905). Le brillant érudit et traducteur George Smith (1840-1876) contribua cependant de manière significative à la compréhension du cunéiforme avec sa traduction de l'Épopée de Gilgamesh en 1872. Cette traduction permit d'interpréter plus précisément d'autres tablettes cunéiformes, ce qui bouleversa la compréhension traditionnelle de la version biblique de l'histoire de l'époque et ouvrit la voie à des explorations savantes et objectives de l'histoire du Proche-Orient.

Supprimer la pub
Advertisement

Cuneiform Writing
Écriture cunéiforme
Jan van der Crabben (CC BY-NC-SA)

Cunéiforme Primitif

Les premières tablettes cunéiformes, connues sous le nom de proto-cunéiformes, étaient illustrées, car les sujets qu'elles traitaient étaient plus concrets et visibles (un roi, une bataille, une inondation) et avaient été développées en réponse au besoin de communication à longue distance dans le domaine du commerce. Les compositions sophistiquées n'étaient pas nécessaires, puisqu'il suffisait de connaître le type et la quantité de marchandises expédiées, leur prix, ainsi que le nom et la localisation du vendeur. L'expert Jeremy Black commente le cunéiforme primitif :

Pendant des siècles, après la première apparition de l'écriture dans le sud de l'Irak à la fin du quatrième millénaire avant notre ère, l'écriture avait une fonction exclusivement administrative. Le cunéiforme était un moyen mnémotechnique conçu pour aider les comptables et les bureaucrates, plutôt qu'un véhicule pour le grand art. (xlix)

Ces premiers pictogrammes furent remplacés par des phonogrammes (symboles représentant des sons) dans la ville d'Uruk vers 3200 avant notre ère. Le cunéiforme se complexifia au début de la période dynastique (2900-2334 avant J.-C.) car, une fois l'art de l'écriture compris, les gens trouvèrent d'autres concepts qu'ils voulaient exprimer et préserver pour l'avenir. Une fois l'écriture découverte, les anciens Sumériens cherchèrent à enregistrer la quasi-totalité de l'expérience humaine.

Supprimer la pub
Advertisement

Mesopotamian Beer Rations Tablet
Tablette de rations de bière mésopotamienne
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Une partie de cette expérience toucha naturellement à l'origine de l'humanité, ce qui suggéra ensuite l'origine de tous les aspects de l'expérience humaine. La déesse Nisaba, qui était auparavant une divinité agricole, devint la déesse de l'écriture et des comptes - voire la scribe divine des dieux - en réponse au développement de l'écrit. Au fur et à mesure que les sujets devenaient plus intangibles (la volonté des dieux, la création, l'au-delà, la quête de l'immortalité), l'écriture se complexifiait au point de nécessiter, avant 3000 ans avant notre ère, une rationalisation de l'écriture.

Les représentations sur les tablettes furent simplifiées et les coups de stylet transmirent des mots-concepts (l'honneur) plutôt que des mots-signes (un homme honorable). La langue écrite s'affina davantage grâce au rébus, qui isolait la valeur phonétique d'un signe donné afin d'exprimer les relations grammaticales et la syntaxe pour en déterminer le sens. L'experte Ira Spar clarifie ce point:

Cette nouvelle façon d'interpréter les signes s'appelle le principe du rébus. On dispose seulement de quelques exemples de son utilisation dans les premiers stades du cunéiforme, entre 3200 et 3000 av. J.-C. L'utilisation constante de ce type d'écriture phonétique ne devient apparente qu'après 2600 av. JC. Elle constitue le début d'un véritable système d'écriture caractérisé par une combinaison complexe de signes-mots et de phonogrammes - signes pour voyelles et syllabes - qui permettait au scribe d'exprimer des idées. Au milieu du troisième millénaire av. JC, le cunéiforme, initialement écrit sur des tablettes d'argile, fut utilisé pour une vaste gamme de documents économiques, religieux, politiques, littéraires et savants. (1)

Développement du Cunéiforme

On n'avait plus à se battre avec la signification d'un pictogramme; on lisait maintenant un signe-concept qui exprimait plus clairement l'idée du rédacteur. Le nombre de caractères utilisés dans l'écriture fut également réduit, de plus de 1 000 à 600, afin de simplifier et de clarifier le mot écrit. Le meilleur exemple en est donné par l'historien Paul Kriwaczek qui note à propos du proto-cunéiforme:

Supprimer la pub
Advertisement

Tout ce qui avait été conçu jusqu'à présent était une technique pour noter des choses, des articles et des objets, mais n'était pas un système d'écriture. Une inscription "Deux Moutons Temple Dieu Inanna" ne nous dit rien sur la question de savoir si les moutons sont livrés ou reçus du temple, s'il s'agit de carcasses, de bêtes sur pied ou de quoi que ce soit d'autre à leur sujet. (63)

Le cunéiforme se développa au point qu'il était possible de savoir, pour reprendre l'exemple de Kriwaczek, si les moutons venaient du temple ou s'y rendaient, dans quel but, et s'ils étaient vivants ou morts. Au cours de la première période dynastique, des écoles de scribes furent créées afin de préserver, d'enseigner et de développer l'art de l'écriture. Ces écoles étaient connues sous le nom d'edubba ("Maison des tablettes") et étaient initialement établies et gérées dans des maisons privées. Au début, l'enseignant (superviseur) établissait les règles pour chaque edubba, et ces règles étaient strictement appliquées. Par la suite, les edubba se développèrent et se répandirent dans tout Sumer et, semble-t-il, fonctionnaient dans des bâtiments expressément destinés à l'éducation.

Les garçons de la classe supérieure (et parfois les filles) entraient dans l'edubba vers l'âge de huit ans et poursuivaient leurs études pendant les douze années suivantes. Le programme d'études allait de la simple manipulation d'une tablette d'argile humide et d'un stylet à la formation de mots, puis de phrases. L'acte d'écrire en cunéiforme n'était pas aussi simple que de tenir un morceau d'argile et d'y faire des empreintes. Il fallait constamment tourner la tablette pendant que l'on écrivait pour faire les marques correctement.

Les élèves apprenaient d'abord à tracer clairement les marques de coin verticales, horizontales et obliques, et s'exerçaient à cet exercice jusqu'à ce qu'ils maîtrisent la profondeur et la dimension correctes de ces marques. Une fois la manipulation de la tablette d'argile et du stylet maîtrisée, les élèves passaient à l'apprentissage des caractères porteurs de sens, puis à la production de phrases. Tout en maîtrisant l'art de l'écriture, les élèves apprenaient également les mathématiques, la comptabilité, l'histoire, la religion et les valeurs de leur culture. Le spécialiste Samuel Noah Kramer commente :

Supprimer la pub
Advertisement

Pour répondre à ce besoin pédagogique, les scribes sumériens conçurent un système d'enseignement qui consistait principalement en une classification linguistique, c'est-à-dire qu'ils classaient la langue sumérienne en groupes de mots et de phrases apparentés et demandaient aux étudiants de les mémoriser et de les copier jusqu'à ce qu'ils puissent les reproduire avec facilité. Au cours du troisième millénaire avant notre ère, ces "manuels" devinrent de plus en plus complets et, peu à peu, plus ou moins stéréotypés et standardisés pour toutes les écoles de Sumer. On y trouve de longues listes de noms d'arbres et de roseaux, d'animaux de toutes sortes, y compris d'insectes et d'oiseaux, de pays, de villes et de villages, de pierres et de minéraux. Ces compilations révèlent une connaissance considérable de ce que l'on pourrait appeler la botanique, la zoologie, la géographie et la minéralogie - un fait dont les historiens des sciences commencent seulement à prendre conscience. (Histoire, 6)

Les élèves progressaient à travers les étapes de leur éducation jusqu'à ce qu'ils atteignent le niveau de la Tétrade (compositions de quatre) et de la Décade (compositions de dix), qui étaient étudiées, mémorisées et copiées de manière répétée. La Tétrade était composée de textes simples, dont l'Hymne à Nisaba, tandis que les textes de la Décade étaient plus complexes, tant dans leur composition que dans leur signification. Après la décade, l'étudiant devait maîtriser des compositions encore plus complexes, telles que Conseils d'un superviseur à un jeune scribe ou La malédiction d'Akkad, avant d'obtenir son diplôme. Les compositions se terminaient généralement par des louanges à Nisaba, en remerciement de son inspiration et de ses encouragements.

Babylonian Cuneiform Lexical List
Liste lexicale cunéiforme babylonienne
The Trustees of the British Museum (Copyright)

Grâce à cette progression, la littérature non seulement se développa, mais fut mise à la disposition des commentateurs et des critiques sous forme écrite, tout en préservant l'histoire de la civilisation et de la culture mésopotamiennes, à toutes les époques. À l'époque du prêtre-poète Enheduanna (2285-2250 av. J.-C.), qui écrivit ses célèbres hymnes à Inanna dans la ville sumérienne d'Ur, le cunéiforme était suffisamment sophistiqué pour exprimer des états émotionnels tels que l'amour et l'adoration, la trahison et la peur, le désir et l'espoir, ainsi que les raisons précises pour lesquelles l'auteur pouvait éprouver de tels états.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'écriture cunéiforme pouvait également exprimer la peur de la mort et l'espoir d'une vie au-delà, les récits de la création du monde, la relation entre les hommes et leurs dieux, et la dévastation du désespoir existentiel lorsqu'il semblait que les dieux avaient déçu les espoirs et les attentes de chacun. L'écriture cunéiforme exprimait sous une forme tangible l'ensemble de l'expérience humaine pour la première fois dans l'histoire. L'écriture cunéiforme peut être considérée, en fait, comme le début de la documentation historique de l'humanité.

Déchiffrement et impact du cunéiforme

Les grandes œuvres littéraires de Mésopotamie, telles que l'Atrahasis, la Descente d'Inanna, le Mythe d'Etana, l'Enuma Elish et la célèbre Épopée de Gilgamesh, furent toutes écrites en cunéiforme et restèrent totalement inconnues jusqu'au milieu du XIXe siècle, lorsque des hommes comme George Smith, le révérend Edward Hincks, Jules Oppert et Rawlinson déchiffrèrent la langue et la traduisirent. Kramer écrit:

Les documents littéraires sumériens sont de taille variable, allant de grandes tablettes de douze colonnes portant des centaines de lignes de texte écrites de façon compacte à de minuscules fragments de plusieurs centaines de lignes, et de longueur variable, allant d'hymnes de moins de cinquante lignes à des mythes de près d'un millier de lignes. En tant que produits littéraires, les belles-lettres sumériennes occupent une place de choix parmi les créations esthétiques de l'homme civilisé. Elles ne se comparent pas trop mal aux chefs-d'oeuvre de la Grèce antique et de l'Hébraïque et, comme eux, elles reflètent la vie spirituelle et intellectuelle d'une culture ancienne qui, autrement, serait restée largement inconnue. Leur importance pour une évaluation correcte du développement culturel et spirituel de l'ensemble du Proche-Orient ancien ne peut être surestimée. (Sumériens, 166)

Malgré cela, comme nous l'avons indiqué, ces ouvrages restèrent totalement inconnus jusqu'au milieu du XIXe siècle. Les traductions de Rawlinson des textes mésopotamiens furent présentées pour la première fois à la Royal Asiatic Society de Londres en 1837, puis à nouveau en 1839. En 1846, il travailla avec l'archéologue Austin Henry Layard lors de ses fouilles à Ninive et fut responsable des premières traductions de la bibliothèque d'Assurbanipal découverte sur ce site.

Flood Tablet of the Epic of Gilgamesh
Tablette du déluge de l'Épopée de Gilgamesh
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Edward Hincks s'est concentré sur le cunéiforme persan, établissant ses modèles et identifiant les voyelles parmi ses autres contributions. Jules Oppert a identifié les origines du cunéiforme et établi la grammaire du cunéiforme assyrien. George Smith a déchiffré l'Épopée de Gilgamesh et, en 1872, la célèbre version mésopotamienne de l'histoire du déluge, que l'on croyait jusque-là originale du livre biblique de la Genèse.

De nombreux textes bibliques étaient considérés comme originaux jusqu'à ce que le cunéiforme ne soit déchiffré. La chute de l'homme et le grand déluge étaient considérés comme des événements littéraux de l'histoire humaine dictés par Dieu à l'auteur (ou aux auteurs) de la Genèse, mais ils étaient désormais reconnus comme des mythes mésopotamiens que les scribes hébreux avaient embellis à partir du mythe d'Etana et de l'Atrahasis. L'histoire biblique du jardin d'Eden peut désormais être considérée comme un mythe dérivé de l'Enuma Elish et d'autres œuvres mésopotamiennes. Le livre de Job, loin d'être un récit historique réel des souffrances injustes d'un individu, pourrait désormais être reconnu comme un motif littéraire appartenant à une tradition mésopotamienne, suite à la découverte du texte antérieur de Ludlul-Bel-Nemeqi qui relate une histoire similaire.

LORSQUE GEORGE SMITH DÉCHIFFRA LE CUNÉIFORME, IL CHANGEA RADICALEMENT LA FAÇON DONT LES ÊTRES HUMAINS ALLAIENT COMPRENDRE LEUR HISTOIRE.

Le concept d'un dieu qui meurt et ressuscite, qui descend aux enfers puis revient à la vie, présenté comme un concept nouveau dans les évangiles du Nouveau Testament, était désormais considéré comme un paradigme ancien, exprimé pour la première fois dans la littérature mésopotamienne dans le poème La descente d'Inanna. Le modèle même de nombreux récits de la Bible, y compris les évangiles, pouvait désormais être lu à la lumière de la découverte de la littérature mésopotamienne naru, qui prenait un personnage de l'histoire et embellissait ses réalisations afin de transmettre un message moral et culturel important.

Avant cette époque, comme nous l'avons vu, la Bible était considérée comme le plus vieux livre du monde et le Cantique des Cantiques comme le plus vieux poème d'amour, mais tout cela changea avec la découverte et le déchiffrement du cunéiforme. Le plus ancien poème d'amour au monde est désormais reconnu comme étant le Chant d'amour de Shu-Sin, daté de 2000 avant notre ère, bien avant la rédaction du Cantique de Salomon. Ces progrès dans la connaissance ont tous été réalisés par les archéologues et les chercheurs du XIXe siècle envoyés en Mésopotamie pour étayer les récits bibliques par des preuves matérielles, mais, en fait, ce qu'ils ont découvert était précisément le contraire de ce qu'ils avaient été envoyés chercher.

Conclusion

Avec d'autres assyriologues (parmi eux, TG Pinches et Edwin Norris), Rawlinson mena le développement des études des langues mésopotamiennes, et son Cuneiform Inscriptions of Ancient Babylon and Assyria, ainsi que ses autres ouvrages, sont devenus la référence standard sur le sujet après leur publication dans les années 1860, et ils restent des œuvres savantes respectées jusqu'à nos jours.

George Smith, considéré comme un esprit de premier ordre, mourut lors d'une expédition sur le terrain à Ninive en 1876 à l'âge de 36 ans. Smith, un traducteur autodidacte de cunéiforme, fit ses premières contributions au déchiffrement de l'écriture ancienne alors qu'il n'avait qu'une vingtaine d'années, sa mort fut longtemps considérée comme une perte importante pour l'avancement des traductions de cunéiforme au 19ème siècle.

Part of Tablet V, the Epic of Gilgamesh
Partie de la Tablette V, l'Epopée de Gilgamesh
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

La littérature de Mésopotamie inspira tous les travaux écrits qui suivirent. Des thèmes mésopotamiens peuvent être décelés dans des œuvres égyptiennes, grecques et romaines, et ils résonnent encore aujourd'hui dans les récits bibliques qu'ils ont inspiré. Lorsque George Smith déchiffra le cunéiforme, il changea radicalement la façon dont l'homme comprendrait son histoire.

La version classique de la création du monde, le péché originel et de nombreux préceptes selon lesquels les gens vivaient furent tous remis en question par la révélation de la littérature mésopotamienne, pour l'essentiel, sumérienne. Depuis la découverte et le déchiffrement du cunéiforme, l'histoire de la civilisation et du progrès humain a été radicalement révisée par rapport à ce qu'elle était il y a seulement 200 ans, et d'autres révisions sont attendues à mesure que d'autres tablettes cunéiformes seront découvertes et traduites.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Le cunéiforme est-il la première langue écrite ?

Oui. Le cunéiforme est antérieur à toute autre langue écrite, y compris les hiéroglyphes égyptiens ou l'écriture chinoise. Il est possible que l'écriture de la civilisation de la vallée de l'Indus soit antérieure au cunéiforme, mais elle n'a pas été déchiffrée.

Que signifie cunéiforme ?

Le mot cunéiforme vient du latin "cuneus", qui signifie "coin", et a été inventé en référence à la forme cunéiforme des caractères du système d'écriture.

Quand le cunéiforme a-t-il été déchiffré pour la première fois ?

Le cunéiforme a été déchiffré pour la première fois vers 1823.

Pourquoi le cunéiforme est-il important ?

Le cunéiforme est important parce qu'il a ouvert l'histoire de la Mésopotamie ancienne à l'ère moderne, de la même manière que le déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens a révélé l'histoire de l'Égypte. Avant le déchiffrement du cunéiforme, l'histoire du monde était comprise de manière très différente.

Traducteur

Jerome Couturier
Je suis médecin, spécialisé en Génétique. J'aime l'Histoire et l'Antiquité depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours eu un interêt pour la recherche dans divers domaines scientifiques, dont l'archéologie.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2022, novembre 17). Cunéiforme [Cuneiform]. (J. Couturier, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-105/cuneiforme/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Cunéiforme." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. modifié le novembre 17, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-105/cuneiforme/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Cunéiforme." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 17 nov. 2022. Web. 22 mai 2024.

Adhésion