Inscription de Behistun

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 28 novembre 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
The Behistun Inscription (by dynamosquito, CC BY-SA)
L'inscription de Behistun
dynamosquito (CC BY-SA)

L'inscription de Behistun est un relief accompagné d'un texte sculpté à 100 mètres du sommet d'une falaise dans la province de Kermanshah, en Iran occidental. L'œuvre raconte l'histoire de la victoire du roi perse Darius Ier (le Grand, r. de 522 à 486 av. J.-C.) sur ses satrapes rebelles lorsqu'il monta sur le trône de l'empire achéménide (c. 550-330 av. J.-C.) en 522 avant J.-C..

Le relief est accompagné d'un texte en trois langues - vieux persan, élamite et akkadien - relatant l'autobiographie de Darius Ier, son accession au pouvoir par la grâce divine et son triomphe sur ceux qui s'opposaient à son accession au pouvoir. Il avait été commandé quelque temps après la répression des révoltes (vers 520 avant J.-C.), mais on ignore quand il fut achevé.

Supprimer la pub

Advertisement

Le relief mesure 25 mètres de long et 15 mètres de haut. Le texte est écrit en colonnes au-dessus d'une scène dans laquelle Darius Ier, suivi de deux escortes, piétine le corps du roi qu'il a renversé et fait face à une file de neuf prisonniers (les principaux satrapes qui s'étaient rebellés contre lui) attachés et conduits par une corde. La figure de Darius Ier semble regarder vers le haut l'image du Faravahar, un symbole perse de la divinité (représentant une figure royale masculine assise sur un disque ailé) qui, dans ce cas, représente le dieu suprême Ahura Mazda.

L'inscription de Behistun est devenue le moyen par lequel les érudits pouvaient traduire les langues du Proche-Orient.

Il est généralement admis que le relief s'inspira d'un relief beaucoup plus ancien et très similaire situé dans la même région (toujours existant), le relief de Sar-e Pol-e Zahab (également connu sous le nom de relief de Sarpol-e Zahab et de relief d'Anubanini), qui représente le roi Anubanini du royaume de Lullubi (r. vers 2300 av. J.-C.) dans une pose similaire, vainquant ses ennemis et remerciant ses dieux, en particulier la déesse de la guerre, Ishtar.

Supprimer la pub

Advertisement

Le relief fut remarqué pour la première fois par des Européens au XVIIIe siècle et fut copié par le savant Sir Henry C. Rawlinson (1810-1895) en 1835 et 1843. La copie de Rawlinson des trois textes cunéiformes lui permit, ainsi qu'à d'autres érudits de l'époque, de les déchiffrer car, une fois le cunéiforme de la vieille Perse compris, celui des Élamites et des Akkadiens le furent également. L'inscription de Behistun est ainsi devenue le moyen par lequel les érudits pouvaient traduire les langues du Proche-Orient. Le relief est encore visible aujourd'hui et a été déclaré site du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2006.

L'ascension de Darius le Grand

Cyrus II (le Grand, r. vers 550-530 av. J.-C.) fonda l'empire achéménide et, à sa mort, son fils Cambyse II (r. de 530 à 522 av. J.-C.) lui succéda. Cambyse II se lança dans une campagne de conquête de l'Égypte et, pendant son séjour, quelqu'un d'autre (prétendument son frère Bardiya, également connu sous le nom de Smerdis) usurpa le trône et se proclama roi. L'usurpateur n'était cependant pas Bardiya, car Cambyse avait assassiné Bardiya avant de partir pour l'Égypte afin d'éviter cette situation. Le nouveau roi était en fait un sosie de Bardiya nommé Gaumata (r. 522 av. J.-C.), l'un des magi (classe sacerdotale) de la cour.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Cambyse II était sur le chemin du retour d'Égypte pour régler le problème lorsqu'il mourut - apparemment d'une blessure qu'il s'était lui-même infligée - et Darius Ier, un cousin éloigné qui faisait partie de l'entourage de Cambyse II, prit sur lui - avec l'aide de co-conspirateurs - d'assassiner l'usurpateur et de se proclamer roi. En tant que parent du défunt Cambyse II, Darius revendiqua d'être légitimiser car l'usurpateur n'était pas un membre de la famille royale. Sa légitimité fut prouvée par sa victoire sur ses ennemis, démontrant ainsi que le dieu suprême Ahura Mazda était de son côté et approuvait ses actions.

Darius Trampling Gaumata
Darius piétinant Gaumata
Patrick C. (dynamomosquito) (CC BY-SA)

Ce récit provient de Darius Ier lui-même dans l'inscription de Behistun, mais sa véracité a été remise en question par un certain nombre d'experts modernes. Il a été suggéré que le soi-disant "usurpateur" était, en fait, le frère cadet de Cambyse II, Bardiya/Smerdis, qui soit avait pris le trône en l'absence de son frère sans permission, soit avait été placé en charge par celui-ci et avait ensuite outrepassé son autorité. Les satrapes (gouverneurs de province) de l'empire semblent avoir accepté le règne de Bardiya comme légitime alors que, lorsque Darius Ier revint pour l'assassiner, au moins 19 provinces se révoltèrent. L'histoire de Cambyse II tuant son frère avant de partir pour l'Égypte ne provient que de Darius I, et il aurait dû faire une telle affirmation afin d'établir sa légitimité : il n'avait pas, prétendit-il, tué le roi légitime mais un imposteur et un usurpateur.

Le texte de Behistun

Comme nous l'avons vu, le texte du relief fut gravé sur la falaise en trois langues. L'inscription en vieux persan comprend 414 lignes sur cinq colonnes, celle en élamite 593 lignes sur huit colonnes et celle en akkadien 112 lignes. Voici une traduction de la colonne I du texte en vieux persan réalisée par Grillot-Susini et Herrenschmidt de 1993. Les autres colonnes sont résumées à la suite de la colonne I, mais le texte intégral, fourni en ligne par Bruce J. Butterfield (en anglais), figure dans la bibliographie qui suit cet article.

Supprimer la pub

Advertisement

Colonne I

[1.1] Moi Darius , Je suis le grand roi, le roi des rois, le roi en Perse, le roi des peuples, le his d'Hystaspes, le petit-Ms d'Arsames, l'Acheme- nide.

[1.2] Et Darius, le roi, declare: «Mon père (est) Hystaspès, et le père de Hystaspès Arsamès, e[t] le père d'Arsamès Ariaramnès, et le père d'Ariaramnès Teispès, et le père de T[eispès] Achéménès».

[1.3] Et Darius, le roi, déclare: «Pour cette raison, nous nous proclamons effectivement la lignée ac[héméni]de ; depuis l'ori[gi]ne la (plus) reculée nous sommes nobles et depuis l'origine la (plus) reculee notre lignee (est constituee) [de rois]»

Supprimer la pub

Advertisement

[1.4] Et Dari[u]s, le roi, déclare: «Huit rois de ma lignée ont auparavant pris possession de la royauté; moi, le neuvi[ème], j'exerce [la royauté]; nous sommes rois par voie de succession (directe?)».

[1.5] Et Darius, le roi, déclare: «Par le fait d'[U]ra[mazda], j'exerce [la royajute: Uramazda m'a remis la royauté».

[1.6] Et Darius, le roi, déclare: «[Voici les (habitants des) pa]ys [qui] ont dit (etre) les miens — par le fait d'Uramazda j'exerce la royaute sur eux" — les Perses, et les Élamites, et les Babyloniens, et les Assyriens, et les Arabes et les Égyptiens, et les gens (du Pays-)de-la-Mer, et les Sardiens, et les Ioniens, et les Mèdes, et les Arméniens, et les Cappado- ciens, et les Parthes, et les Drangiens, et les Ariens, et les Chorasmiens, et la Bactriane, et les Sogdiens, et la [...] sanna, et les Saces, et la Sattagydiane, et l'Arachosie et le Makka, (soit) un total global [de 23] pays».

Supprimer la pub

Advertisement

[1.7] Et Dari[u]s, [le r]oi, déclare: «Ces (habitants des) pays qui ont proclamé (être) les miens, par le fait d'[Uramazda, ...] ils accomplissent mon service, ils apportent mon [tribut; ce que je leur dis, que ce soit de nuit ou de [jour], ils l'accomp[lissent]».

[1.8] Et Dar[i]us, le roi, déclare: «Dans ces pays, 1'homme [...] 101 , celui-la je le protège; celui qui (est) [nuisible], celui-la je l'écrase avec force: par le fait d'Uramazda, ma loi est observée dans ces pays: quoi que je leur dise, ils l'accomp[lissent]».

[1.9] Et Darius, le roi, déclare: « Uramazda m'a remis cette royaute et Uramazda [m'a prêté aide jusqu'a ce que j'aie etabli cette royauté. Et par le fait d'[U]ramazda, j'ai pris possession de la royauté».

[1.10] [E]t Dari[us, le roi, [déclare]: «Voici ce que j'ai accompli [par le fait d'Uramaz]da depuis que j'ai recu la royauté: un nom[me] Cambyse, [fils de Cyrus], de notre [lignée], detenait la royauté [...]. Cambyse avait de fait un frère [nomme Smerdis] et ils (etaient) de [même]s parents. Et Cambyse tua Smerdis. [Lo]rsqu[e Cambyjse tua Smerdis, les gens ne surent pas que Smerdis avait été tué. Puis Cambyse partit en Ég[ypte]. Alors les gens furent mal[fais]ants et le Mensonge [se developpa] grandement dans les pays [...] en Perse ainsi qu'en Médie et dans les autres pays.

[ex 11] Et [alors (il y eut) un homme, un mage nomme Gammatta (qui) se souleva a Nasifrma, (dans) la region montagneuse nominee Harak- katarris. [Lors du 14 ème jour du mois de] Miyakannas, il se souleva [ain]si; il declara mensongèrement aux troupes: Je (suis) Smer[dis, fils de Cyrus], frè[re] de Cambyse'. Alors, tous les gens se revol[tèrent] contre Cambyse et se rallièrent a [lui], les Perses, ainsi que les Mèdes et les aut[res] peuples. II prit possession de la royaute, lors du 9 ème jour du mois de Garmapadas, [ils se revoltèrent] ainsi envers Cambyse. [E]t alors Cambyse mourut de mort naturelle».

[1.11] (ex 12) Et Darius, le roi, déclare: « [Cette] royauté [do]nt Gam- m[a]tta, le m[ag]e, s'était emparé (en l'enlevant) a Cambyse, cette royauté-là appartenait depuis l'origine à no[tre lignee]; or Gammatta, le mage, s('en) empara au detriment de Cambyse, il s'empara des Perses ain[sique des Mèdes et aussi des autres peuples, et (en) fit son bien. [II pr]it possession de la royauté».

[1.12] (ex 13) Et Darius, le roi, déclare: «I1 n'y eut personne [pour agir, ni] Perse, ni Mède, ni quiconque de notre lignée qui enl[evat] la royauté au mage Gammatta. Les gens le craignaient [fo]rt: il tuait en grand nombre les gens, qui avaient auparavant connu Smerdis. II tuait des gens en grand nombre pour cette [raison]: qu'à mon sujet ils ne sachent pas que je ne suis pas Smerdis, le fils de Cyrus'. Et personne ne manifesta quoi que ce fut envers le mage Gammatta jusqu'a ce que j'arrive. [Alors] j'implorai Uramazda; Uramazda me prêta aide: par le fait d'Uramazda, lors du 10 ème jour du [mois de] Bagiyadis, avec peu d'hommes, je tuai ainsi Gammatta, le m[age], avec lui les hommes en condition d'alliance qui l'avaient fidelement suivi: je le tuai (a) une localité nommée Sikkiumatis, dans une contrée nommée Nussaya, en Médie et pr[is] la royauté. [Par le fjait d'Uramazda, j'exerce la royauté: U[ra]mazda m'a remis la royauté».

[1.13] (ex 14) Et Da[rius], le roi, déclare: «La royauté qui avait été usurpée sur [no]tre lignée, je l'ai ramenée et [retablie [en sa place] tout comme il en était antérieurement; j'ai (re)fait les temples des dieux que [Gammatta], le mage, avait detruits et les champs, les troupeaux, les ouvriers et les [domain]es? [...] des [ge]ns, dont Gammatta, le mage, s'etait emparé à leur detriment 122 , je (les) leur ai conservés. J'ai rétabli les gen[s en leur place], les Perses ainsi que les Mèdes et [tous les au]tres peuples ainsi qu'il en (était) antérieurement. Ce qui avait été usurpé, je l'ai ramené; par le fa[it d'Uramazda], voilà ce que j'ai fait. Et j'ai mis en [oeu]vre mes efforts jusqu'a ce que j'aie rétabli notre Maison en sa place [ainsi q]u'il en était antérieurement. Par le [fa]it d'Uramazda, j'ai mis en oeufvre] des efforts (tels) que Gammatta, le [ma]ge, n'a pas usurpé, sur notre Maison [...]».

[1.14] (ex 15) Et Darius, le roi, déclare: « voilà 1'état (des choses) résultant de mon action: (il est) comme jadis avant que je prenne possession de la royauté».

[1.15] (ex 16) Et Darius, le roi, déclare: «lorsque j'ai tué Gammatta, le mage, alors un nommé Hassina, un Élamite, fils de Ukba[tar]ranma, se souleva en Élam, declarant: 'j'exerce la royauté pour les Élamites'. [Alors les Élamites se revoltèrent contre moi et se rallièrent à Hassina. Alors, il exerca la royau[té] des Élamites. Et (il y eut) aussi un homme nommé Nutitbel, un Babylonien, fils de Hanara, (qui) se souleva à Babylone: il mentit ainsi à ses troupes, déclarant: 'Je (suis) Nabuchodonosor, fils de Nabonide'. [Al]ors toutes les troupes babylo- niennes se rallièrent à Nutitbel; alors les Babyloniens se revoltèrent; il prit possession de la royauté des Babyloniens ».

[1.16] (ex 17) Et Darius, le roi, déclare: «Alors j'ai dépêché un emissaire en Élam. Hassina, pris, enchainé, me fut envoyé; alors je le tuai».

[1.17] (ex 18) Et Darius, le roi, déclare: « Alors je partis pour Babylone, contre Nutitbel qui declarait 'je (suis) Nabuchodonosor'. Les troupes de Nutitbel avaient été postées là-bas, (sur) le fleuve nommé Tigre; elles tenaient le passage du Tigre. Et le fleuve [necessit]ait des embarcations: alors j'installai des troupes sur des peaux que j'attachai sur des chameaux, qui se rattachaient a un cheval. Uramazda me prêta aide: par le fait d'Uramazda, (après que) nous avons traversé le Tigre, j'ai massacré les troupes de Nutitbel; lors du 26 ème jour du mois de Hasiyatis, nous avons ainsi livré bataille et j'y ai fait un grand massacre de troupes »

[1.18] (ex 19) Et Darius, le roi, déclare: «Alors [je] fis route vers Babylone. [Comme] je n'y étais pas arrivé, Nutitbel, qui disait 'Je (suis) Nabuchodonosor', marcha avec ses troupes contre moi à la ville nominée Zazzan, située sur l'Euphrate: il voulait livrer bataille; nous avons alors livré bataille. Uramazda me prêta aide: par le fait d'Ura[maz]da, je[ fis] là-bas [un massacre] des troupes de Nutitbel. Lors du 2 ème jour du mois de Hanamakas, nous avons ainsi livré bataille. Je fis un grand massacre des troupes de Nutitbel et ceux qui s'enfuyaient dans le fleuve furent emportés dans ce fleuve ».

Les colonnes II et III continuent la liste des satrapies qui se rebellèrent et comment Darius Ier réprima les révoltes et tua les chefs. La colonne IV commence par répéter le récit de la victoire de Darius Ier sur Gaumata, puis demande au lecteur d'accepter sa version des faits, insiste sur le fait que ses actions et le règne qui s'ensuit sont conformes aux souhaits d'Ahura Mazda et avertit ceux qui voudraient défigurer ou détruire son inscription de la colère qu'ils subiraient de la part du dieu suprême. La colonne V relate une bataille finale et se termine par une ligne de remerciement à Ahura Mazda.

Interprétations

Il est impossible de savoir si Darius Ier dit la vérité ou non dans son inscription, malgré les affirmations contraires de plusieurs experts modernes. Le célèbre spécialiste de l'histoire perse, A. T. Olmstead, affirme sans aucun doute que Darius Ier était le véritable usurpateur et Bardiya/Smerdis le roi légitime, en se basant principalement sur le fait qu'il n'y a aucune preuve de troubles ou de rébellion sous le règne de Bardiya, mais une révolte généralisée lorsque Darius Ier prit le pouvoir.

Selon ce point de vue, l'inscription de Behistun relèverait du genre de la littérature mésopotamienne Naru dans laquelle un certain événement historique (ou un roi) est présenté dans un conte avec des éléments fictifs pour atteindre un certain but - non pas pour tromper, mais pour éclairer ou donner une raison aux événements et encourager une valeur culturelle centrale (dans ce cas, la grâce divine qui légitimisait un roi). Le monarque akkadien Sargon d'Akkad (r. de 2334 à 2279 av. J.-C.), légendaire à l'époque de Darius Ier, avait utilisé la même technique dans sa propre autobiographie des siècles auparavant en se présentant comme un homme du peuple afin de gagner des soutiens.

Persepolis Ruins
Ruines de Persépolis
Blondinrikard Fröberg (CC BY)

Olmstead, et d'autres, pourraient bien avoir raison, mais il est tout aussi probable que les satrapes se soient révoltés, l'un après l'autre, pour tenter de s'imposer en tant que roi légitime - comme Darius I le prétend - que l'homme que Darius I renversa ait été le "vrai" Bardiya ou l'usurpateur Gaumata. Les États-nations sujets de tout empire, de l'Akkadien à l'Empire romain, ont souvent profité d'un changement de monarque pour affirmer leurs droits à des degrés divers, que ce soit par des demandes diplomatiques ou par une rébellion pure et simple. Il n'est pas rare de voir des peuples soumis, quelle que soit la façon dont ils étaient traités, vouloir leur liberté et affirmer leur désir d'autodétermination par la rébellion.

On ne saura jamais quel genre de monarque Bardiya/Gaumata aurait été, mais Darius Ier n'est pas connu comme "le Grand" pour rien. Il lança de grands projets de construction (comme son complexe de Persépolis), fit construire des routes dans tout l'empire (y compris la grande route royale de Persépolis à Sardes), inventa le système postal, normalisa la monnaie en introduisant sa propre monnaie (le Daric), augmenta et organisa le commerce (en construisant à cette fin un canal en Égypte reliant le Nil à la mer Rouge), et poursuivit les politiques du gouvernement perse de ses prédécesseurs en matière de tolérance et d'acceptation des valeurs religieuses et culturelles de toutes les nations soumises à son empire. À tous égards, Darius Ier était un roi impressionnant et, finalement, peu importe qu'il ait embelli son autobiographie ; il prouva qu'il était le souverain légitime par son règne exemplaire.

Découverte et importance

Bien que l'inscription de Behistun ait été remarquée auparavant par d'autres Européens, qui avaient également fait des copies du texte en vieux persan, le premier à faire des efforts importants pour comprendre la pièce fut Rawlinson en 1835, alors qu'il servait en Iran avec les forces de la British East India Company. Bien que Darius Ier ait clairement indiqué dans l'œuvre qu'il voulait que les gens lisent ses mots, et bien qu'il les ait placés sur une route très fréquentée entre Babylone et Ecbatana (deux des principaux centres administratifs de l'empire), il les avait placés si haut sur la falaise que personne sur la route n'aurait pu lire les inscriptions ou voir les images clairement. De plus, une fois le relief sculpté et les inscriptions terminées, il fit enlever le rebord sur lequel se tenaient les ouvriers afin que personne ne puisse s'approcher suffisamment pour défigurer l'œuvre. Cependant, l'enlèvement du rebord signifiait également que personne ne pouvait s'approcher suffisamment pour lire les inscriptions.

Behistun Inscription,  Column 1
Inscription de Behistun, colonne 1
Friedrich von Spiegel (Public Domain)

Afin de copier l'inscription, Rawlinson demanda l'aide d'un jeune de la région et, ensemble, ils transportèrent et posèrent des planches sur la falaise afin que Rawlinson puisse écrire le texte en vieux persan. Il se mit ensuite au travail pour le traduire, en s'appuyant sur les efforts précédents de l'explorateur allemand Karsten Niebuhr (1733-1815), qui avait été le premier à faire connaître l'existence du site après sa visite en 1764, et sur les travaux ultérieurs de Georg Friedrich Grotefend (1775-1853), qui s'àètait basé sur les efforts de Niebuhr. En 1843, Rawlinson y retourna et réussit à copier les inscriptions élamites et akkadiennes, toujours avec l'aide d'un jeune de la région, grâce à des cordes qui le suspendaient à la falaise.

Ensuite, en travaillant avec les brillants assyriologues Révérend Edward Hicks (1792-1866), Edwin Norris (1795-1872), Julius Oppert (1825-1905), et William Henry Fox Talbot (1800-1877), les inscriptions furent entièrement traduites, en utilisant le vieux persan comme base pour comprendre les deux autres. L'inscription de Behistun est ainsi devenue, pour les orientalistes et les assyriologues, ce que la pierre de Rosette avait été pour les égyptologues dans la découverte des langues des anciennes civilisations du Proche-Orient. Cette découverte fit suite aux travaux de George Smith (1840-1876) qui avait déjà traduit le cunéiforme mésopotamien et, ensemble, ils firent découvrir au monde moderne les impressionnantes cultures du Proche-Orient.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2019, novembre 28). Inscription de Behistun [Behistun Inscription]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18607/inscription-de-behistun/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Inscription de Behistun." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 28, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18607/inscription-de-behistun/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Inscription de Behistun." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 nov. 2019. Web. 18 août 2022.

Adhésion