Darius Ier

Définition

Radu Cristian
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 10 avril 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Relief of Darius I from Persepolis (by درفش کاویانی, CC BY-SA)
Relief de Darius Ier de Persépolis
درفش کاویانی (CC BY-SA)

Darius Ier (c. 550-486 av. J.-C., r. de 522 à 486 av. J.-C.), également connu sous le nom de Darius le Grand, fut le troisième roi perse de l'Empire achéménide. Son règne dura 36 ans, de 522 à 486 avant notre ère; c'est à cette époque que l'Empire perse atteignit son apogée. Darius mena des campagnes militaires en Europe, en Grèce et même dans la vallée de l'Indus, conquérant des territoires et étendant son empire. Non content de renouer avec les prouesses militaires, Darius améliora également le système juridique et économique et mena d'impressionnants projets de construction dans tout l'empire perse.

Ascension au pouvoir

Les sources primaires les plus importantes qui nous renseignent sur sa vie et son règne sont ses inscriptions, dont l'exemple le plus célèbre est l'inscription trilingue, en akkadien ou babylonien, élamite et vieux-perse, gravée sur le relief de Behistun (ou Behistoun) dans le village du même nom et dans son palais de Persépolis. L'historien grec Hérodote relata également son règne.

Supprimer la pub
Advertisement

Darius vit le jour vers 550 avant notre ère, fils aîné d'Hystape et de Rhodogune. L'inscription de Behistun mentionne que son père occupa le poste de satrape (gouverneur perse) de Bactriane et de Perse sous le règne de Cyrus le Grand (559-530 av. J.-C.) et de son fils Cambyse (530-522 av. J.-C.). Sous le règne de Cambyse, Darius occupa le poste de lancier (doryphoros) et accompagna le roi dans sa campagne d'Égypte entre 528 et 525 avant notre ère. Avant de partir pour l'Égypte, Cambyse nomma Patizithès gardien du palais royal en son absence. Patizithès vit dans cette situation une occasion de prendre le pouvoir. Il fit de son propre frère, Gaumata, un faux roi sous le nom de Bardiya ou Smerdis, le frère de Cambyse, et devint le nouveau souverain en 522 avant notre ère. Cambyse II retourna dans son pays sept mois plus tard pour constater qu'il ne pouvait pas reprendre son trône. Certaines sources historiques affirment qu'il se serait suicidé parce qu'il n'avait pas réussi à vaincre le roi imposteur et ses partisans, tandis que d'autres racontent qu'il serait tombé pendant sa traversée d'Ecbatane ou de Damas.

Ranks of Immortals
Rangs des Immortels
dynamosquito (CC BY-SA)

Le règne du faux roi ne dura pas longtemps. Hérodote raconte que Phaidimè, la fille de l'oncle de Cambyse, Otanès, découvrit que le souverain n'était pas le frère de Cambyse. Son père, après avoir appris la vérité, rassembla très vite un groupe de conspirateurs comprenant Hydarnes, Intapherne, Mégabyze et Darius, qui était à l'époque encore le lancier du roi. Gaumata finit par être assassiné, laissant l'empire perse sans chef; les conspirateurs durent décider de l'avenir de l'empire. Otanès se retira, ne souhaitant recevoir que des privilèges spéciaux pour sa famille, Megabyze suggéra de créer une oligarchie, tandis que Darius vota pour une monarchie. Incapables de régler la question, tous se mirent d'accord pour organiser un concours dont le vainqueur monterait sur le trône. Ils se retrouvèrent tous le lendemain matin, chacun sur son cheval, et le premier cheval à hennir au lever du soleil serait nommé nouveau roi. Hérodote nous apprend que Darius aurait triché: c'est son serviteur Oebares qui aurait fait hennir le cheval en lui faisant sentir sa main qu'il avait préalablement frottée sur les parties génitales d'une jument. Quoi qu'il en soit, le hennissement du cheval, accompagné des éclairs et du tonnerre d'un orage, convainquit les autres d'accepter Darius en tant que nouveau roi en 522 avant notre ère.

Supprimer la pub
Advertisement

Même si Gaumata était un faux souverain, seule une partie des satrapies reconnut Darius comme leur roi, après son couronnement, en 522 avant notre ère; ce fut le cas de la Bactriane et l'Arachosie. D'autres virent dans la mort du faux roi une chance d'indépendance. Des révoltes éclatèrent dans de nombreuses régions de l'empire, notamment en Perse, en Médie, en Parthie, en Assyrie, à Babylone et en Égypte, et ce n'est qu'avec l'aide de son armée et de son entourage personnel que Darius parvint à réprimer ces conflits. Ces événements furent relatés avec force détails dans ses inscriptions, traduites par Herbert Cushing, qui servent également d'avertissement aux futurs rois :

Dit le roi Darius : Ô toi qui seras roi à l'avenir
à l'avenir, protège-toi fortement de la tromperie ; tout homme qui sera un trompeur, celui qui méritera d'être châtié, châtie-le, si tu penses ainsi " que mon pays soit en sécurité." (30)

[...]
dit le roi Darius : Ô toi qui seras
roi dans l'avenir, tout homme qui sera un trompeur ou un malfaiteur, n'est pas l'ami de ces gens-là. punissez (-les) d'un châtiment sévère. (33)

Supprimer la pub
Advertisement

Campagnes militaires

Le règne de Darius fut marqué par de vastes expéditions militaires. Après avoir consolidé son pouvoir à l'intérieur du pays, il se lança à la conquête des terres égyptiennes, conquises auparavant par Cambyse, et en 519 avant notre ère, il incorpora une grande partie de l'Égypte à son empire. L'année suivante, en 518 avant notre ère, il conquit une partie de l'Inde, à savoir le nord du Punjab, comme en témoignent ses inscriptions. Hérodote ajoute que l'Inde était la vingtième satrapie de l'empire et que certaines parties de la vallée de l'Indus furent également victimes de la guerre perse.

La campagne importante suivante eut lieu en Scythie européenne en 513 avant notre ère. Les historiens ont proposé plusieurs théories pour tenter de clarifier l'objectif de cette campagne. Elles vont de la simple conquête militaire à un motif plus propagandiste, la vengeance d'un conflit antérieur sous le règne de Cyrus où les Scythes avaient attaqué les Mèdes. Une autre raison possible est que Darius voulait conquérir les terres grecques occidentales et que la campagne scythe était censée menacer les Grecs pour qu'ils se rendent.

Achaemenid Empire Map
Carte de l'Empire Achéménide
Fabienkhan (CC BY-SA)

Cependant, Darius se heurta à des difficultés imprévues. Les Scythes échappèrent à l'armée perse, en utilisant des feintes et en battant en retraite vers l'est, tout en ravageant la campagne. L'armée du roi poursuivit l'ennemi jusque dans les terres scythes où il envoya un message à leur chef, exhortant Idanthyrse à se battre ou à se rendre. Idanthyrse refusa l'une et l'autre des options et la poursuite reprit. Finalement, la campagne s'arrêta au bout de quelques semaines, lorsque la maladie et les privations eurent raison de l'armée perse. La marche s'arrêta sur les rives de la Volga, puis se dirigea vers la Thrace, où Darius ordonna à son général Megabyze de soumettre la région.

Supprimer la pub
Advertisement

En plus de soumettre la Thrace à l'influence perse, Mégabyze conquit les cités grecques voisines. Il envoya des émissaires en Macédoine où Amyntas, le roi de Macédoine, devint un vassal de l'empire. Pendant ce temps, Darius consolida son emprise sur l'Ionie et les îles de la mer Égée en nommant des Grecs à la tête des cités ou en les nommant tyrans.

Guerres médiques

En 499 avant notre ère, Aristagoras, le tyran de Milet, convainquit le satrape Artapherne de financer une campagne contre Naxos. Darius donna son accord et nomma Megabatès, le cousin d'Artapherne, commandant de l'armée perse. Ils devaient être soutenus et approvisionnés par Aristagoras, mais une querelle entre Megabatès et Aristagoras amena le premier à les trahir et à informer les Naxiens de leurs plans, sabotant ainsi la campagne. Se retrouvant sans aide, Aristagoras décida de se révolter contre les Perses. À la recherche d'autres alliés, il ne réussit pas à obtenir le soutien de Sparte, mais il réussit à s'assurer l'aide d'Athènes et d'Érétrie, qui lui fournirent toutes deux des troupes et des navires.

Après six années de conflit, au cours desquelles Sardes, Chypre et l'Hellespont furent attaqués, l'armée perse vainquit les rebelles à la bataille de Ladé en 494 avant notre ère, où la majeure partie de la flotte athénienne fut détruite. Sans se décourager, Darius rassembla son armée et projeta de conquérir Athènes. Son armée se composait d'infanterie et de cavalerie, dirigée par le général Datis. Ils marchèrent de Suse à la Cilicie, où des navires les transportèrent à travers la mer Égée jusqu'à l'île de Samos. Là, ils rejoignirent une force armée venue d'Ionie et naviguèrent vers le nord, jusqu'à Athènes.

Supprimer la pub
Advertisement

Persian Archers
Archers Perses
mshamma (CC BY)

Pendant ce temps, les Athéniens commençaient à se préparer à la guerre. Des envoyés furent mandatés à Sparte, mais après avoir rassemblé des alliés, la force grecque ne comptait que 10 000 hommes face à 100 000 Perses. En infériorité numérique, les généraux grecs avaient besoin d'une brillante stratégie. Deux d'entre eux conseillèrent d'affronter l'ennemi à l'abri des portes de la ville, mais Miltiades les convainquit qu'une attaque directe serait un meilleur choix. Ils acceptèrent, à condition que Miltiade mène l'armée à la bataille.

Les deux armées opposées se rencontrèrent sur les champs de Marathon en 490 avant notre ère. L'armée perse, bien que très supérieure en nombre à l'armée grecque, était lente et trop confiante. Les Grecs tirèrent parti de cette situation: alors que les deux armées s'approchaient l'une de l'autre à une allure décontractée, les Grecs se lancèrent soudain dans un sprint. Les Perses furent pris au dépourvu et, avant même qu'ils ne s'en rendent compte, ils furent contraints de se battre au corps à corps. Après quelques heures de combat, les rangs perses se rompirent, beaucoup d'entre eux s'enfuirent vers la sécurité des navires ou les montagnes avoisinantes. 6 000 Perses tombèrent, tandis que l'armée grecque ne perdit que 200 hommes. Les blocs de marbre que les Perses avaient l'intention d'utiliser pour le monument qu'ils allaient ériger après la bataille, furent utilisés par les Grecs victorieux pour construire un monument à la mémoire de leurs camarades tombés au combat. Ce coup dur fut perçu comme une insulte par Darius qui choisit de continuer à se battre et se prépara à une nouvelle invasion. Ce plan n'aboutit cependant jamais en raison de sa mort en 486 avant notre ère.

Gouvernement

L'Empire perse connut de nombreuses améliorations sous le règne de Darius. Il établit 20 provinces ou satrapies, avec un archonte ou un satrape pour chacune d'entre elles. Les régions voisines payaient un tribut fixe dont le montant était fixé par une commission composée de fonctionnaires de confiance de Darius.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Darius attribuait son succès à Ahura Mazda et toutes ses lois étaient rédigées au nom du dieu zoroastrien.

Il améliora également le système juridique du gouvernement perse, en utilisant le Babylonien Hammurabi comme modèle et en copiant complètement certaines de ses lois. Les lois étaient appliquées par les juges de l'empire qui devaient être incorruptibles. Darius destitua les anciens fonctionnaires locaux et les remplaça par de nouvelles personnes qui lui étaient fidèles. Si les châtiments peuvent sembler brutaux aujourd'hui, allant de la mutilation à l'aveuglement, l'équité n'était pas omise car la punition dépendait de la nature et de la gravité du crime. Le nouveau système s'avéra populaire, et même longtemps après la mort de Darius, certaines lois étaient encore en vigueur en 218 avant notre ère.

En matière de religion, il est bien connu que Darius était un adepte du zoroastrisme ou du moins un fervent croyant en Ahura Mazda. Cela se voit dans ses inscriptions, où il attribue son succès à Ahura Mazda, et dans son système juridique, où toutes les lois étaient créées au nom du dieu zoroastrien. Dans les pays sous contrôle perse, toutes les autres religions étaient tolérées tant qu'elles restaient soumises et pacifiques.

Économie et projets de construction

Pendant son règne, Darius entreprit d'impressionnants projets de construction dans tout l'empire. À Suse, il fit construire un complexe palatial dans la partie nord de la ville qui devint sa résidence préférée. Un projet grandiose suivit à Persépolis; le complexe palatial comprenait un quartier militaire, un trésor, les quartiers du roi et une maison d'hôtes. Outre les palais, Darius acheva également les projets de construction de Cyrus à Pasargades, qui étaient restés inachevés. En Égypte, il fit construire de nombreux temples et restaura ceux qui avaient été détruits.

Darius I Inscribed Stone Weight
Poids en pierre gravé au nom de Darius Ier
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Darius introduisit une nouvelle monnaie universelle, le darayaka, quelque temps avant 500 avant notre ère. Cette innovation facilita la collecte des impôts sur les terres, le bétail et les marchés, ce qui permit d'augmenter les revenus de l'empire. Pour améliorer encore l'économie et aider les commerçants, un nouveau système normalisé de poids et mesures fut introduit.

Mort et héritage

Après la défaite de Marathon, Darius ne voulut pas renoncer à son rêve de conquérir la Grèce. Il se promit de rassembler une armée encore plus nombreuse, qu'il dirigerait cette fois en personne, afin de combattre les Grecs. Après trois années de préparation, au cours desquelles il tomba malade, une révolte éclata en Égypte, ce qui ne fit qu'aggraver son état. Darius mourut en octobre 486 avant notre ère; son corps fut inhumé à Naqsh-e Rustam dans un tombeau qu'il avait préparé à l'avance, une coutume des rois perses. Après sa mort, son fils aîné, issu de son mariage avec Atossa, Xerxès, hérita du trône.

Tomb of Darius I, Naqsh-e Rustam
Tombe de Darius I, Naqsh-e Rustam
درفش کاویانی (CC BY-SA)

Le règne de Darius est l'un des épisodes les plus importants de l'histoire de l'Empire perse. Ses conquêtes militaires élargirent les frontières de la Perse et, sur le plan intérieur, ses réformes améliorèrent la vitalité de l'empire. Certaines de ses améliorations ont survécu jusqu'à aujourd'hui, comme ses lois, qui constituent la base de l'actuel droit iranien.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Radu Cristian
I always had a passion for the past, I started with dinosaurs at a very young age and followed up to history by the time I finished high school. I wrote essays for school and participated in several projects when I was finishing my bachelor's degree.

Citer cette ressource

Style APA

Cristian, R. (2017, avril 10). Darius Ier [Darius I]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-357/darius-ier/

Style Chicago

Cristian, Radu. "Darius Ier." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 10, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-357/darius-ier/.

Style MLA

Cristian, Radu. "Darius Ier." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 10 avril 2017. Web. 27 févr. 2024.

Adhésion