Mur d'Antonin

Définition

Dr Darrell J. Rohl
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 14 janvier 2013
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Antonine Wall (by electropod, CC BY-NC-ND)
Mur d'Antonin
electropod (CC BY-NC-ND)

Le mur d'Antonin était la frontière nord-ouest de l'Empire romain. Situé au centre de l'Écosse, au nord d'Édimbourg et de Glasgow, le mur était une barrière linéaire qui s'étendait du Firth of Forth, près de Bo'ness, à l'estuaire de la Clyde, à Old Kilpatrick. Chronologiquement, le mur d'Antonin est postérieur à la construction initiale du mur d'Hadrien et fut probablement construit au début des années 140 de notre ère, sur ordre de l'empereur romain Antoninus Pius (alias Antonin le Pieux, r. de 138 à 161 de notre ère), qui monta sur le trône à la mort d'Hadrien.

Objectif

Le Mur fut une frontière impériale de courte durée, et la prépondérance des preuves suggère qu'il fut abandonné au début des années 160 de notre ère, lorsque le Mur d'Hadrien fut remis en service. Bien que des découvertes limitées - et non stratifiées - aient été datées de périodes ultérieures, et qu'il existe des preuves de la poursuite des activités romaines jusqu'au mur et au-delà (comme, par exemple, avec les courtes campagnes de Septime Sévère au début du IIIe siècle de notre ère), les preuves archéologiques plaident fortement en faveur de l'idée que le mur d'Antonin ne fut jamais remis en service ou réoccupé par l'armée romaine après le début des années 160. On peut donc considérer qu'il s'agit d'une frontière dont les origines, la vie fonctionnelle et la fin se situent probablement entièrement sous le règne d'Antonin qui dura environ deux décennies ; il est donc tout à fait approprié qu'il soit désormais connu en tant que "Mur d'Antonin".

Supprimer la pub

Advertisement

Architecture

Comme c'est le cas pour de nombreuses autres frontières, le mur d'Antonin était un complexe composé de plusieurs éléments interconnectés. On peut les classer soit comme des éléments linéaires qui s'étendent sur la plus grande partie de la longueur du mur, soit comme des installations supplémentaires se trouvant à des points spécifiques le long de cette ligne. Alors que la perception publique du terme "mur" tourne souvent autour d'une structure d'enceinte ou d'un rempart - généralement en bois, en pierre ou en brique -, le terme "mur d'Antonin" est utilisé par les chercheurs et les gestionnaires du patrimoine pour désigner un ensemble de caractéristiques interdépendantes dont le rempart ou le "mur" n'est qu'une partie. Ce terme est similaire à celui du mur d'Hadrien, où le monument est constitué de plus que le rideau de pierre, y compris le Vallum et les monticules associés, le fossé nord, la berme et le monticule, les forts, les châteaux kilométriques, les tours, les tourelles et d'autres installations encore.

Le Mur comportait également une série d'installations, dont au moins 17 forts.

Le Mur était composé de plusieurs éléments linéaires qui s'étendaient presque sans interruption d'une extrémité à l'autre, notamment la voie militaire (ou voie romaine), le rempart, la berme, le fossé et le monticule extérieur. Un calcul suggère que les travaux sur tous ces éléments linéaires purent être achevés en seulement huit mois environ, mais il est possible que les travaux aient été répartis sur plusieurs saisons. Contrairement au mur d'Hadrien, le rempart du mur d'Antonin n'était pas construit en pierre, mais plutôt en gazon ou en terre, recouvert de dunes d'argile ou de gazon, sur une base de pierre à encorbellement. Comme on pouvait s'y attendre, cette superstructure n'a pas très bien survécu et, sur la majeure partie de la longueur du mur, le rempart n'est plus visible en surface, le fossé représentant l'élément linéaire le plus identifiable. En raison de ce manque de préservation, la façon dont le sommet du Rempart était fini reste inconnue : il était probablement équarri et plat sur le dessus et pouvait comporter des piquets plantés dans le sommet, ou, " plus probablement, le sommet plat était recouvert d'une marche en caillebotis en bois, et le long du bord nord... il pouvait y avoir un rempart ou une palissade en bois " (Robertson 2001, 11). Bien qu'il y ait des preuves que le plan original ait pu être de construire (ou éventuellement de reconstruire) le rempart en pierre, cela ne fut jamais mis en œuvre.

Supprimer la pub

Advertisement

Map Indicating the Antonine & Hadrian Walls
Carte indiquant les murs d'Antonin et d'Hadrien
Norman Einstein (CC BY-SA)

Le mur comportait également une série d'installations, dont au moins 17 forts (sur un total supposé de 19) et un certain nombre de fortlets intermédiaires (dont neuf sont actuellement connus, mais qui pouvaient être situés à des intervalles d'un mile romain). On a découvert que la plupart des forts comprenaient un espace fortifié supplémentaire, appelé "annexe". L'objectif précis et la nature de ces annexes restent incertains ; dans certains cas, l'annexe est beaucoup plus grande en superficie que le fort lui-même, et il est probable qu'il s'agisse d'ajouts ultérieurs ; peu d'entre elles ont été fouillées, bien que plusieurs aient livré les vestiges de bains romains. Dans un nombre plus restreint d'endroits, il existe des preuves d'une activité ou d'un établissement supplémentaire en dehors du fort et de l'annexe, représentant probablement les établissements civils non militaires, ou vici, et il est possible que les annexes aient joué un double rôle, servant à la fois les communautés militaires et civiles.

Inscriptions

19 ou 20 tablettes de pierre inscrites, la plupart découvertes avant le 20e siècle et deux perdues par la suite, relatent les travaux de construction du mur. Connues sous le nom de "dalles de distance", ces pierres portent une inscription en l'honneur de l'empereur Antonin le Pieux, et enregistrent le nom de la légion responsable et la distance parcourue. Il a été suggéré qu'il pouvait y avoir jusqu'à 60 de ces inscriptions et, alors que les inscriptions de construction sont courantes dans tout le monde romain, les dalles de distance du mur sont dans une classe à part, étant non seulement des inscriptions mais souvent des sculptures élaborées. Les parallèles les plus proches sur le mur d'Hadrien ou le limes allemand sont beaucoup plus simples, enregistrant seulement l'empereur et l'unité militaire responsable sans les détails ornés ou les distances notées. Il est important de noter que deux des dalles font référence à la tâche commémorée en tant qu'opus valli, "l'œuvre du mur", ce qui suggère qu'elles peuvent faire référence spécifiquement à la construction du rempart lui-même. La construction totale du mur, de ses divers éléments linéaires, des forts et autres installations a pu prendre douze ans ou plus.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Le mur a également une riche histoire post-romaine, avec plusieurs châteaux médiévaux construits sur son tracé, et un canal côtier (le canal Forth and Clyde) construit parallèlement et en travers du mur pendant la révolution industrielle. Ces périodes ont reçu beaucoup moins d'attention de la part des historiens et des archéologues que la période d'environ 20 ans de la vie fonctionnelle du mur en tant que frontière dans la Grande-Bretagne romaine.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Citer cette ressource

Style APA

Rohl, D. D. J. (2013, janvier 14). Mur d'Antonin [Antonine Wall]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11459/mur-dantonin/

Style Chicago

Rohl, Dr Darrell J.. "Mur d'Antonin." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 14, 2013. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11459/mur-dantonin/.

Style MLA

Rohl, Dr Darrell J.. "Mur d'Antonin." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 14 janv. 2013. Web. 08 août 2022.

Adhésion