Architecture Romaine Antique

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 14 mars 2018
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Capitolium, Thugga (by Dennis Jarvis, CC BY-SA)
Capitole de Dougga
Dennis Jarvis (CC BY-SA)

L'architecture romaine poursuivit l'héritage laissé par les architectes grecs et les ordres architecturaux établis, en particulier le Corinthien. Les Romains étaient également des innovateurs et ils combinèrent de nouvelles techniques de construction et de nouveaux matériaux avec un design créatif pour produire toute une série de structures architecturales entièrement nouvelles. Parmi les bâtiments romains typiquement novateurs, citons la basilique, l'arc de triomphe, l'aqueduc monumental, l'amphithéâtre et l'immeuble d'habitation.

La plupart des innovations architecturales romaines étaient une réponse à l'évolution des besoins pratiques de la société romaine, et ces projets étaient tous soutenus par un appareil d'État qui les finançait, les organisait et les diffusait dans le monde romain, garantissant ainsi leur pérennité, de sorte que nombre de ces grands édifices subsistent encore aujourd'hui.

Supprimer la pub

Advertisement

Les ordres architecturaux

Les architectes romains continuèrent à suivre les lignes directrices établies par les ordres classiques que les Grecs avaient d'abord façonnés : le dorique, l'ionique et le corinthien. Le corinthien était particulièrement apprécié et de nombreux bâtiments romains, même dans l'Antiquité tardive, avaient un aspect particulièrement grec. Les Romains y ajoutèrent toutefois leurs propres idées et leur version du chapiteau corinthien devint beaucoup plus décorative, tout comme la corniche - voir, par exemple, l'Arc de Septime Sévère à Rome (203 de notre ère). Les Romains créèrent également le chapiteau composite qui mélangeait la volute de l'ordre ionique et les feuilles d'acanthe de l'ordre corinthien. La colonne toscane était une autre adaptation d'une idée traditionnelle qui était une forme de colonne dorique mais avec un chapiteau plus petit, un fût plus élancé sans cannelures, et une base moulée. La colonne toscane (comme on l'appelait à la Renaissance) était surtout utilisée dans l'architecture domestique, comme les péristyles et les vérandas. Les Romains privilégiaient également les colonnes monolithiques plutôt que l'approche grecque consistant à utiliser plusieurs tambours empilés les uns sur les autres.

Tous les bâtiments doivent être exécutés de manière à tenir compte de la durabilité, de l'utilité et de la beauté. Vitruve

En outre, les colonnes continuèrent à être utilisées même lorsqu'elles n'étaient plus nécessaires sur le plan structurel. Cela permettait de donner aux bâtiments un aspect traditionnel et familier, par exemple la façade du Panthéon (c. 125 de notre ère) à Rome. Les colonnes pouvaient être détachées du bâtiment tout en restant attachées à la façade au niveau de la base et de l'entablement (colonnes autoportantes) ; voir, par exemple, la bibliothèque d'Hadrien à Athènes (132 de notre ère). Enfin, les colonnes pouvaient devenir une partie du mur lui-même (colonnes engagées) et fonctionner comme une pure décoration, par exemple, les étages supérieurs de l'extérieur du Colisée (dernier quart du 1er siècle de notre ère).

Supprimer la pub

Advertisement

L'influence grecque est également attestée par le fait que les innovations de la fin de la République, telles que les basiliques et les bâtiments de bains, se produisirent généralement en premier lieu dans le sud de l'Italie, en Campanie (voir notamment Pompéi), qui était plus proche des colonies grecques de Grande-Grèce établies de longue date. C'est de là que provient le plus ancien bâtiment à coupole conservé, le frigidarium (chambre froide) des thermes stabiens de Pompéi (IIe siècle avant notre ère). Comme dans beaucoup d'autres domaines, les Romains reprirent une idée et la poussèrent au maximum de ses possibilités, et les immenses complexes de bains impériaux comportaient des arcs flamboyants, des arcs jaillissant directement des chapiteaux des colonnes, et des dômes qui s'étendaient sur des distances apparemment impossibles.

Architectural Column Orders
Ordres architecturaux des colonnes
Sarah Woodward (CC BY-SA)

La période augustéenne fut marquée par un regain d'activité dans le domaine de la construction, par l'innovation dans la conception et par l'utilisation extravagante du marbre, symptômes d'une Rome qui commençait à montrer ses muscles et à se détacher avec confiance de la tradition rigide des civilisations précédentes. C'est également à cette époque que l'accroissement du mécénat impérial permit d'entreprendre des projets de construction toujours plus grands et plus impressionnants, non seulement à Rome même, mais dans tout l'Empire, où les bâtiments devinrent la propagande de la puissance et de la supériorité culturelle perçue du monde romain.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

À mesure que l'Empire s'étendait, les idées et même les artisans s'intégraient à l'industrie architecturale romaine, suivant souvent leurs matériaux familiers comme le marbre sur les sites de construction. Les preuves de l'influence orientale sont visibles dans des éléments tels que les feuilles de papyrus dans les chapiteaux, les piédestaux sculptés, les colonnades de rue et les nymphées (fontaine ornementale).

Matériaux et techniques

Le premier bâtiment construit entièrement en marbre fut le temple de Jupiter Stator à Rome (146 avant J.-C.), mais ce n'est que sous l'Empire que l'utilisation du marbre se répandit et devint la pierre de choix pour les projets de construction les plus impressionnants financés par l'État. Le marbre le plus couramment utilisé en Italie était le marbre de Carrare (ou Luna) de Toscane (voir, par exemple, le temple d'Apollon sur le Palatin, datant de 30 avant J.-C.). Le marbre était également facilement disponible dans tout l'empire ; le marbre de Paros, dans les Cyclades, et le marbre pentélique d'Athènes étaient particulièrement appréciés. Les variétés colorées étaient également très appréciées des architectes romains, par exemple le marbre jaune de Numidie d'Afrique du Nord, le pourpre phrygien de Turquie, le porphyre rouge d'Égypte et le marbre Carystien à veines vertes d'Eubée. Le marbre étranger était cependant principalement réservé à l'usage des colonnes et, en raison des coûts de transport, aux projets impériaux.

Columns of Hagia Sophia
Colonnes de Sainte-Sophie
Hagia Sophia Research Team (CC BY-NC-SA)

Outre le marbre, le travertin, pierre calcaire blanche, était également disponible dans les carrières près de Tivoli. Sa propension à être taillé avec précision et sa force portante inhérente en firent un substitut privilégié du marbre pour les architectes romains à partir du 1er siècle avant J.-C. Il était particulièrement utilisé pour le pavage, les cadres de portes et de fenêtres et les marches.

Supprimer la pub

Advertisement

Les Romains ne furent pas les inventeurs du mortier de chaux, mais ils furent les premiers à voir toutes les possibilités de l'utiliser pour produire du béton. Les moellons de béton étaient généralement réservés à une utilisation comme matériau de remplissage, mais les architectes romains réalisèrent que ce matériau pouvait supporter un poids important et pouvait donc, avec un peu d'imagination, être utilisé pour aider à couvrir l'espace et créer une toute nouvelle série de possibilités de construction. Ils appelèrent ce matériau opus caementicium à partir de l'agrégat de pierre (caementa) qui était mélangé au mortier de chaux. Le matériau avait une consistance épaisse lorsqu'il était préparé et était donc posé et non coulé comme le béton moderne. La première preuve documentée de son utilisation provient de Cosa, au IIIe siècle avant J.-C., et sa première utilisation à Rome semble avoir été un entrepôt du IIe siècle avant J.-C.. Toujours au IIe siècle avant J.-C., on découvrit qu'en utilisant de la pouzzolane (béton fabriqué à partir de sable volcanique, pulvis puteolanus), qui avait une forte teneur en silice, le béton pouvait prendre sous l'eau et était encore plus résistant que le béton normal. Au 1er siècle avant J.-C., son utilisation semblait répandue dans les fondations, les murs et les voûtes. Le meilleur exemple de ses possibilités en matière de construction est sans doute le sanctuaire de Fortuna Primigenia à Palestrina.

Outre les possibilités structurelles offertes par le béton, ce matériau était également beaucoup moins cher que la pierre massive.

Outre les possibilités structurelles offertes par le béton, le matériau était également beaucoup moins cher que la pierre massive et pouvait être doté d'une façade plus présentable à l'aide de stucs, de placages de marbre ou d'un autre matériau relativement bon marché : la brique cuite ou la terre cuite. Les briques de terre séchées au soleil étaient utilisées depuis des siècles et continuèrent à l'être pour des projets plus modestes jusqu'au 1er siècle de notre ère, mais les briques cuites avaient l'avantage de la durabilité et pouvaient être taillées comme la pierre pour ressembler à des éléments architecturaux standard tels que les chapiteaux et les denticules.

Les briques mesuraient généralement 59 cm de côté et 2,5 à 5 cm d'épaisseur. Non coupées, elles étaient utilisées pour les toitures et les drains, mais pour d'autres usages, elles étaient généralement coupées en 18 triangles. Il existait également des briques circulaires, généralement coupées en quatre, qui étaient utilisées pour les colonnes. Les briques pouvaient également être utilisées dans les dômes, comme celui du temple d'Asclépios Soter à Pergame, et devenaient même un élément décoratif en utilisant des briques de différentes couleurs (généralement jaune et orange) et en les posant pour créer des motifs.

Supprimer la pub

Advertisement

Pantheon, Rome
Panthéon, Rome
Jack G (CC BY-NC-SA)

Le stuc était utilisé pour recouvrir les murs de briques et pouvait être sculpté, comme les briques, pour reproduire les décorations architecturales qui n'étaient auparavant réalisées qu'en pierre. Le stuc était fabriqué à partir d'un mélange de sable, de gypse, et même de poussière de marbre dans les matériaux de la meilleure qualité.

Le tuf volcanique et la pierre ponce étaient utilisés dans les coupoles en raison de leur légèreté comme, par exemple, au Panthéon. Le basalte était souvent utilisé pour le pavage et les routes, posé en blocs polygonaux, et le granit gris et rose égyptien était populaire pour les obélisques et les colonnes. Enfin, la terre cuite était également utilisée pour l'ornementation moulée des bâtiments et devint un ornement courant des maisons privées et des tombes.

Architectes romains

Dans le monde romain, le mérite des bâtiments revenait en grande partie à la personne qui avait conçu et payé le projet plutôt qu'à l'architecte qui en avait supervisé la réalisation ; il reste donc souvent anonyme. Les architectes employés par l'empereur pour des projets spécifiques sont mieux connus. Nous connaissons l'architecte préféré de Trajan, Apollodore de Damas, célèbre pour ses compétences en matière de construction de ponts, par exemple, et qui fut responsable, entre autres, du Forum et des thermes de Trajan à Rome (104-109 de notre ère ). Severus et Celer sont les architectes responsables du toit tournant de la maison dorée de Néron qui a un son fantastique. En général, les architectes supervisaient les travaux, mais ce sont les entrepreneurs (redemptores) qui les réalisaient sur la base des plans mesurés par l'architecte.

Supprimer la pub

Advertisement

L'architecte romain le plus célèbre est certainement Vitruve, principalement parce que son ouvrage Sur l'architecture, une étude de l'architecture en dix volumes, est resté intact. En fait, nous ne savons pas grand-chose de son propre travail - seulement une basilique qu'il construisit à Fano et le fait qu'il travailla pour Jules César et Auguste. L'ouvrage traite de toutes les facettes de l'architecture, des types de bâtiments, des conseils aux futurs architectes et de bien d'autres choses encore. Un point intéressant de l'ouvrage est qu'il révèle que l'architecte de l'Antiquité devait posséder de nombreuses compétences qui, de nos jours, seraient séparées en différentes spécialisations. Vitruve résuma également l'éthique essentielle de l'architecture romaine : "Tous les bâtiments doivent être exécutés de manière à tenir compte de la durabilité, de l'utilité et de la beauté". (Sur l'architecture, Livre I, Ch. III)

Pont del Diable Aqueduct, Tarraco
Pont del Diable, Aqueduc de Tarragone
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Principaux bâtiments romains

Aqueducs et ponts - Ces structures parfois immenses, avec des arcs à un, deux ou trois niveaux, étaient conçues pour transporter l'eau douce vers les centres urbains à partir de sources parfois distantes de plusieurs kilomètres. Le plus ancien à Rome était l'Aqua Appia (312 avant J.-C.), mais l'exemple le plus impressionnant est sans aucun doute le Pont du Gard près de Nîmes (vers 14 de notre ère). Les ponts romains pouvaient faire un usage similaire de l'arc pour enjamber les rivières et les ravins. Construits avec une superstructure plate en bois sur des piliers ou des arches en pierre, des exemples subsistent encore aujourd'hui. L'un des mieux conservés est le pont du Tage en granit à Alcántara (106 de notre ère), dont les arches s'étendent sur plus de 30 mètres.

Basiliques - La basilique fut adoptée par l'église chrétienne mais fut conçue par les Romains comme un lieu de rassemblement important, l'usage le plus courant étant le tribunal. Elles étaient généralement construites le long d'un côté du forum, la place du marché de la ville qui était fermée de tous côtés par des colonnades. La longue salle et le toit de la basilique étaient soutenus par des colonnes et des piliers de tous les côtés. Les colonnes formaient une nef centrale flanquée de tous côtés d'une allée. Le premier étage était entouré d'une galerie et, plus tard, d'une abside à l'une ou aux deux extrémités. Un exemple typique est la basilique sévérienne de Lepcis Magna (216 de notre ère).

Plan of the Baths of Diocletian
Plan des thermes de Dioclétien
B. Fletcher (Public Domain)

Bains - Les bains romains montrent la capacité typique des Romains à créer des espaces intérieurs époustouflants en utilisant des arcs, des dômes, des voûtes et des contreforts. Les plus grands de ces complexes, souvent immenses, étaient construits symétriquement le long d'un axe unique et comprenaient des bassins, des salles froides et chaudes, des fontaines, des bibliothèques, un chauffage par le sol et parfois un chauffage entre les murs par des tuyaux en terre cuite. Leurs extérieurs étaient généralement sobres, mais leurs intérieurs étaient souvent somptueux, avec l'utilisation somptueuse de colonnes, de marbre, de statues et de mosaïques. Les thermes de Caracalla à Rome (achevés en 216 de notre ère) en sont l'un des plus beaux exemples, et certainement le meilleur qui subsiste.

Maisons privées - Peut-être plus célèbres pour leurs murs intérieurs richement décorés à l'aide de fresques et de stucs, les résidences privées romaines pouvaient également enchanter avec des atriums, des péristyles, des jardins et des fontaines, tous ordonnés dans une symétrie harmonieuse. Pour un exemple typique, voir la Maison des Vettii à Pompéi (1er siècle avant J.-C. - 79 de notre ère).

Les grands immeubles d'habitation (insula) destinés aux citadins moins fortunés étaient encore plus innovants. Construits en brique, en béton et en bois, ils étaient parfois dotés de balcons et comportaient souvent des boutiques au rez-de-chaussée. Apparus dès le IIIe siècle avant J.-C., les exemples pouvaient compter 12 étages au Ier siècle avant J.-C., mais les restrictions de hauteur imposées par l'État se traduisaient par des bâtiments de quatre à cinq étages en moyenne (du moins à l'avant, car il n'y avait pas de telles restrictions pour l'arrière du bâtiment). Certains des très rares exemples qui subsistent peuvent être vus à Ostie.

Temple of Baachus, Baalbek
Temple de Bacchus, Baalbek
Jerzy Strzelecki (CC BY-SA)

Temples - Le temple romain était une combinaison des modèles étrusques et grecs avec une cella intérieure à l'arrière du bâtiment entourée de colonnes et placée sur une plate-forme surélevée (jusqu'à 3,5 mètres de haut) avec une entrée en escalier et un porche à colonnes, le point central du bâtiment (contrairement aux temples grecs où les quatre côtés pouvaient avoir la même importance dans le paysage urbain). La Maison Carrée de Nîmes (16 av. J.-C.), qui subsiste pratiquement complète, en est un exemple typique. Les temples étaient généralement rectangulaires, mais ils pouvaient prendre d'autres formes, notamment circulaires ou polygonales, comme le temple de Vénus à Baalbeck (IIe-IIIe siècle de notre ère).

L'amphithéâtre entièrement clos était particulièrement apprécié des Romains.

Théâtres et amphithéâtres - Le théâtre romain s'inspira bien sûr de la version grecque, mais l'orchestre fut rendu semi-circulaire et l'ensemble réalisé en pierre. Les Romains ajoutèrent également un bâtiment de scène très décoratif (scaenae frons) qui incorporait différents niveaux de colonnes, de saillies, de frontons et de statues, comme on le trouve dans le théâtre d'Orange (27 avant J.-C. - 14 après J.-C.). Une approche similaire fut adoptée pour les façades des bibliothèques - voir, par exemple, la bibliothèque de Celsus à Éphèse (IIe siècle de notre ère). Les théâtres témoignent également de la passion des Romains pour la fermeture des espaces, d'autant plus qu'ils étaient souvent (partiellement ou totalement) couverts de bois ou utilisaient des auvents en toile.

L'amphithéâtre entièrement clos était particulièrement apprécié des Romains. Le Colisée est le plus grand et le plus célèbre, et c'est un exemple typique copié dans tout l'empire : un extérieur très décoratif, des sièges disposés sur un maillage de voûtes en berceau, et des salles souterraines sous le sol de l'arène pour cacher les personnes, les animaux et les accessoires jusqu'à ce qu'on ait besoin d'eux pour les spectacles.

Roman Amphitheatre, Verona
Amphithéâtre romain de Vérone
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Arcs de triomphe - L'arc de triomphe, avec une entrée simple, double ou triple, n'avait pas d'autre fonction pratique que de commémorer par des sculptures et des inscriptions des événements importants tels que des victoires militaires. Les premiers exemples se dressaient au-dessus des voies de circulation - les plus anciens étant les deux arcs érigés par L. Stertinius à Rome (196 avant J.-C.) - mais les exemples ultérieurs étaient souvent protégés par des marches. Surmontés d'un char de bronze à quatre chevaux, ils sont devenus d'imposants monuments de pierre témoignant de la vanité romaine. L'arc de Constantin (vers 315 de notre ère) à Rome est le plus grand exemple qui subsiste et est peut-être le dernier grand monument de la Rome impériale.

Roman Opus Mixtum Wall
Mur Roman Opus Mixtum
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Murs - En dehors des célèbres structures militaires telles que le mur d'Antonin et d'Hadrien (respectivement vers 142 et 122 de notre ère), les murs romains, même plus modestes, offrent un nombre surprenant de variations. La largeur des murs romains pouvait également varier énormément, de 18 cm pour les plus fins à 6 m pour les plus imposants. Le marbre et les blocs de pierre fine étaient rarement utilisés, car ils étaient trop chers. De grands blocs carrés étaient utilisés pour créer des murs en pierre de taille, c'est-à-dire des blocs bien ajustés sans mortier. Il était beaucoup plus courant d'utiliser des briques (généralement de forme triangulaire et fixées avec du mortier) et des petites pierres en face d'un noyau en béton. Les briques et les pierres pouvaient être disposées de différentes manières :

  • opus incertum - apparu pour la première fois au IIIe siècle avant J.-C., il utilisait de petits morceaux de pierre irréguliers lissés sur une face.
  • opus reticulatum - apparu au IIe siècle avant J.-C., il utilisait des blocs de forme pyramidale avec une base carrée de 6-12 cm et une hauteur de 8-14 cm. La pierre était posée avec la base tournée vers l'extérieur et disposée en diagonale.
  • opus mixtum - courant à partir du 1er siècle de notre ère, il s'agissait d'une combinaison d'opus reticulatum avec une couche (rang) de briques horizontales tous les quatre rangs et sur les bords du mur.
  • opus testaceum - courant à partir du 1er siècle de notre ère, il utilise uniquement des rangs de briques.
  • opus vittatum - il s'agit d'un autre type de brique avec deux rangées de blocs de tuf dont le côté rectangulaire est tourné vers l'extérieur et dont la taille diminue vers la surface intérieure. Il était particulièrement populaire à partir du IVe siècle de notre ère dans tout l'Empire.

Malgré l'effet décoratif de ces diverses dispositions de pierres et de briques, la plupart des murs étaient en fait recouverts, à l'intérieur comme à l'extérieur, d'un stuc de plâtre blanc pour les protéger de la chaleur et de la pluie à l'extérieur et pour fournir une surface lisse pour une fine peinture murale décorative à l'intérieur.

Conclusion

L'architecture romaine nous a donc fourni de magnifiques structures qui ont, littéralement, résisté à l'épreuve du temps. En combinant un large éventail de matériaux avec des conceptions audacieuses, les Romains ont pu repousser les limites de la physique et faire de l'architecture une forme d'art. L'architecture est ainsi devenue un outil impérial permettant de démontrer au monde que Rome était culturellement supérieure, car elle était la seule à posséder la richesse, les compétences et l'audace nécessaires pour produire de tels édifices. Plus important encore, l'utilisation par les Romains du béton, de la brique et des arcs, associée à des constructions telles que l'amphithéâtre et la basilique, a eu une influence considérable sur toute l'architecture occidentale jusqu'à nos jours.

Supprimer la pub

Publicité

Questions & Réponses

En quoi l'architecture romaine est-elle connue ?

L'architecture romaine est connue pour ses bâtiments à dôme en béton, l'utilisation innovante de l'arc, la conception de l'amphithéâtre, la basilique, l'arc de triomphe et les immeubles d'habitation.

Comment décrire l'architecture romaine ?

L'architecture romaine peut être décrite comme une combinaison innovante de conceptions et de matériaux qui a permis de créer de nouveaux types de bâtiments impressionnants, tant de l'extérieur que de l'intérieur. Les bâtiments romains sont souvent bien construits, pratiques et beaux.

Quels sont les bâtiments les plus célèbres de l'architecture romaine ?

Les bâtiments les plus célèbres qui subsistent de l'architecture romaine sont le Panthéon circulaire de Rome, le Colisée de Rome, l'aqueduc du Pont du Gard dans le sud de la France, le temple de la Maison Carrée à Nîmes, le mur d'Hadrien dans le nord de l'Angleterre et la maison de la villa Vettii à Pompéi.

Pourquoi le béton était-il important pour l'architecture romaine ?

Le béton était important dans l'architecture romaine car c'était un matériau léger mais solide qui permettait de construire de grands plafonds comme le toit en dôme du Panthéon à Rome. Le béton était également beaucoup moins cher que les blocs de pierre et était utilisé comme revêtement pour les murs dont l'intérieur était en moellons.

Quel est l'héritage de l'architecture romaine ?

L'héritage de l'architecture romaine est que les innovations dans les matériaux peuvent conduire à des innovations dans les conceptions qui testent les limites mêmes de la physique. Parmi les types particuliers de bâtiments romains qui influencent encore l'architecture d'aujourd'hui, citons l'amphithéâtre (stades de sport), la basilique (églises), les insulae (immeubles d'habitation) et les arcs (ponts).

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2018, mars 14). Architecture Romaine Antique [Roman Architecture]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11581/architecture-romaine-antique/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Architecture Romaine Antique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 14, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11581/architecture-romaine-antique/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Architecture Romaine Antique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 14 mars 2018. Web. 09 déc. 2022.

Adhésion