Caracalla

Définition

Patrick Hurley
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 02 octobre 2011
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Caracalla, Capitoline Museums (by Mary Harrsch (Photographed at the Capotoline Museum, Rome), CC BY-NC-SA)
Caracalla, Musées du Capitole
Mary Harrsch (Photographed at the Capotoline Museum, Rome) (CC BY-NC-SA)

Caracalla fut empereur romain de 211 à 217 de notre ère. Né Lucius Septimius Bassianus, fils de Septimius Severus et Julia Domna, il devint co-dirigeant avec son père en l'an 198 et seul dirigeant après la mort de son père en 211 et de son frère Geta plus tard la même année. Dans son édit de 212, la Constitution Antonine, il accorda la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l'empire. Cela fonctionna bien en tant que propagande, et en même temps, cela augmenta les recettes fiscales de l'État. Suivant les conseils de son père, il chercha avant tout le soutien de l'armée romaine, partageant les difficultés avec ses soldats en campagne. Ses campagnes dans la partie occidentale de l'Empire romain permirent de sécuriser les frontières et le rendirent populaire auprès de l'armée, mais sa campagne contre la Parthie à l'est connut moins de succès. Il fut assassiné par son préfet prétorien, Macrin (r. de 217 à 218 de notre ère).

Jeunesse

Caracalla naquit Lucius Septimius Bassianus le 4 avril 188 de notre ère à Lugdunum (Lyon) où son père Septime Sévère (r. de 193 à 211 de notre ère) était gouverneur de Gallia Lugdunensis pendant les dernières années de l'empereur Commode (r. de 180 à 192 de notre ère). Lorsque Caracalla avait sept ans, son nom fut changé en Marcus Aurelius Antoninus. Son père, devenu empereur, souhaitait ainsi lier la nouvelle dynastie des Sévères à celle des Antonins. Le nom "Caracalla" était considéré comme un surnom et faisait référence à un type de cape que portait l'empereur (le surnom était à l'origine utilisé de manière péjorative et ne fut jamais le nom officiel de l'empereur). Au moment où son nom fut changé, Caracalla devint l'héritier officiel de son père, et en 198 de notre ère, à l'âge de dix ans, il fut désigné comme co-dirigeant aux côtés de Sévère (bien qu'un co-dirigeant très junior !).

Supprimer la pub

Advertisement

LA CAMPAGNE aux côtés de SON PÈRE RÉVÉLa UN CÔTÉ PLUS SOMBRE DE LA PERSONNALITÉ DE CARACALLA et SELON DIOn, IL ESSAYa DE TUER SON PÈRE POUR DEVENIR EMPEREUR.

Dès son plus jeune âge, Caracalla était constamment en conflit avec son frère Geta, qui n'avait que 11 mois de moins que lui. À l'âge de 14 ans, Caracalla épousa la fille de Plautianus, ami proche de Sévère, Fulvia Plautilla, mais ce mariage arrangé ne fut pas heureux et Caracalla méprisait sa nouvelle épouse (Dion 77.3.1 affirme qu'elle était une " créature sans vergogne "). Bien que le mariage ait donné naissance à une fille unique, il prit fin brutalement lorsqu'en 205 de notre ère, Plautianus fut accusé et condamné pour trahison et exécuté. Plautilla fut exilée puis mise à mort lors de l'accession de Caracalla (Dion 77.5.3).

En 208, Septime Sévère, ayant entendu parler des troubles en Grande-Bretagne, pensa que c'était une bonne occasion non seulement de faire campagne là-bas, mais aussi d'emmener avec lui ses deux fils qui menaient une vie libertine dans la ville de Rome. La campagne, pensait Sévère, permettrait aux deux garçons d'être exposés aux réalités du pouvoir, leur fournissant ainsi une expérience qu'ils pourraient utiliser pour succéder à leur père. En Grande-Bretagne, Geta aurait été chargé de l'administration civile, tandis que Caracalla et son père faisaient campagne en Écosse. Bien que Caracalla ait acquis une expérience précieuse dans le domaine militaire, il semble avoir révélé un côté encore plus sombre de sa personnalité et, selon Dion Cassius, il aurait tenté au moins une fois de tuer son père pour pouvoir devenir empereur. Bien qu'il ait échoué, Sévère admonesta son fils, laissant une épée à sa portée et le mettant au défi de terminer le travail qu'il avait bâclé auparavant (Dion Cassius 77.14.1-7). Caracalla recula, mais selon Hérodien, il essaya constamment de convaincre les médecins de Sévère de hâter la mort de l'empereur mourant (3.15.2). Quoi qu'il en soit, l'empereur mourut à Eboracum (l'actuelle York) en février 211 de notre ère. Le dernier conseil de Sévère à Caracalla et à Geta fut : "Soyez bons l'un envers l'autre, enrichissez les soldats et moquez-vous de tout le reste" (Dion Cassius 77.15.2).

Supprimer la pub

Advertisement

Caracalla devient empereur

En 211, Caracalla devint empereur avec son jeune frère Geta. La relation entre les deux frères ne ressemblait pas à la relation amoureuse de Marc Aurèle et Lucius Verus 50 ans plus tôt, et il semble que les deux frères conspiraient constamment l'un contre l'autre afin que l'un d'entre eux puisse devenir le seul empereur. Lorsque les deux frères essayaient de prendre des décisions ensemble, ils se chamaillaient constamment, étant en désaccord sur tout, des nominations politiques aux décisions juridiques. En effet, selon Hérodien, les choses s'envenimèrent tellement entre les deux frères qu'ils divisèrent entre eux non seulement le palais impérial, mais aussi essayèrent de convaincre les cuisiniers de l'autre de mettre du poison dans la nourriture, il fut également proposé de diviser l'empire entre eux: une partie orientale et une occidentale. Selon Hérodien, ce n'est que grâce à l'intervention de la mère des garçons, Julia Domna, que ce plan ne fut pas réalisé.

Family of Septimius Severus
Famille de Septime Sévère
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Néanmoins, Caracalla décida de se débarrasser de son frère. Dion Cassius décrit une tentative ratée d'assassinat de son frère lors des Saturnales, après quoi Caracalla organisa une rencontre avec son frère et sa mère dans les appartements impériaux, apparemment pour se réconcilier. Au lieu de cela, lorsqu'il se présenta dans la chambre de son frère avec des centurions, Caracalla demanda à ses hommes d'assassiner Geta qui tentait de se cacher dans les bras de sa mère. Malgré son choc et son chagrin, Caracalla interdit à sa mère pleurer Geta. Ainsi, en 212, Caracalla était seul empereur et, selon Dion Cassius, le meurtre de son frère fut suivi d'une purge des partisans de Geta totalisant environ 20 000 morts, dont l'ancien préfet prétorien Cilo et le juriste Papinian. Caracalla, lorsqu'il expliqua ses actions au Sénat, affirma qu'il se défendait contre Geta et rejeta l'idée que le concept de deux empereurs gouvernant l'Empire romain puisse fonctionner, déclarant que

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

...Votre devoir, sénateurs, est de rendre d'abord grâce aux dieux qui vous ont du moins conservé un de vos princes, et de bannir ensuite toute division, toute discorde, pour réunir sur un seul empereur vos affections et vos légitimes espérances. Jupiter, qui seul possède l'empire parmi les dieux, n'a aussi voulu donner à la terre qu'un seul maître. (Hérodien 4.5)

Le Sénat romain ne pouvait que trembler devant ses paroles. Geta fut dûment damné de la mémoire (damnatio memoriae), et toute référence à lui en public fut effacée; mentionner son nom était considéré comme un crime.

Caracalla et l'armée à l'ouest

Si Caracalla choisit de ne pas suivre le conseil de son père d'être bon envers son frère, il prit certainement pris très à cœur de satisfaire l'armée romaine. En effet, Caracalla déclara à ses soldats que,

Je suis l'un des vôtres, dit-il, et c'est grâce à vous seuls que je tiens à vivre, afin de pouvoir vous accorder de nombreuses faveurs, car tous les trésors sont à vous". Et il dit encore : "Je prie de vivre avec vous, si possible, mais sinon, en tout cas, de mourir avec vous. Car je ne crains la mort sous aucune forme, et c'est mon désir de finir mes jours dans la guerre. C'est là qu'un homme doit mourir, ou nulle part." (Dion Cassius 78.3.2).

Il joignit le geste à la parole en augmentant de 50 % la solde annuelle de l'armée, selon Hérodien. Afin de payer cette augmentation, Caracalla déprécia la monnaie romaine, dont la teneur en argent passa d'environ 58 à 50 %. Caracalla créa également une nouvelle pièce, l'antoninianus, qui était censée valoir 2 deniers pour aider à payer ces augmentations de solde (bien que la teneur en argent réelle ne valait que 1,5 denier). La question de savoir si l'avilissement de la monnaie conduisit directement à l'inflation a fait l'objet d'un grand débat au fil des ans. L'école la plus traditionaliste affirme que la dépréciation provoqua une inflation des prix qui commença à l'époque sévérienne. Une école plus "modérée" affirme que les avilissements de Sévère et de Caracalla ne provoquèrent aucune inflation, mais qu'en raison du précédent créé par les Sévères, cette pratique devint habituelle pour les empereurs successifs lorsqu'ils avaient besoin de monnaie, et que l'inflation s'installa donc sous le règne de Gordien III (r. de 238 à 244).

Supprimer la pub

Advertisement

Une troisième école de pensée affirme qu'il n'y a aucune preuve que l'inflation se soit produite au IIIe siècle de notre ère à la suite de l'avilissement, car l'empire n'était pas entièrement monétisé, en particulier dans les régions frontalières, et ce surplus de monnaie fut tout simplement absorbé dans ces régions non monétisées. En effet, tant que les utilisateurs de la monnaie étaient disposés à accepter la valeur nominale de la pièce, il n'y avait pas d'inflation due à l'avilissement. Lorsque l'inflation se produisait, c'était généralement à la suite de la tentative d'un empereur comme Aurélien ou Dioclétien de réformer la monnaie, ce qui provoquait une perte de confiance temporaire dans la monnaie et entraînait une forte fluctuation des prix à court terme. Ce débat est permanent et ne semble pas près d'être résolu.

Caracalla, Ny Carslberg Glyptotek
Caracalla, New York Carslberg Glyptotek
Carole Raddato (CC BY-SA)

En outre, il s'efforçait de se présenter comme un compagnon d'armes en campagne, partageant les travaux de l'armée, portant personnellement l'enseigne légionnaire romaine et allant jusqu'à moudre sa propre farine et cuire son propre pain, comme le faisaient tous les soldats romains. Ces actions le rendirent extrêmement populaire auprès de l'armée.

Pendant ce temps, l'activité militaire en Grande-Bretagne commençait à s'essouffler. Comme la campagne en Grande-Bretagne était au point mort à la fin du règne de Sévère, Caracalla jugea nécessaire de s'engager dans une manœuvre pour sauver la face et décida d'y mettre fin, mais pas avant d'avoir essentiellement créé un protectorat dans le sud de l'Écosse pour garder un œil sur les activités des autochtones. Cela permettait non seulement d'assurer l'héritage de son père en tant que propagator imperii sur l'île, mais aussi de justifier l'adoption par Caracalla du titre de Britannicus. Malgré tout, les indigènes au nord du mur d'Hadrien et du "protectorat" avaient probablement estimé à cette époque que la discrétion était la meilleure partie du courage, car créer des troubles ne faisait qu'inviter l'armée romaine sur leurs terres. Si tel est le cas, les campagnes sévériennes en Écosse maintinrent la paix dans cette région pendant près d'un siècle. La question de savoir si c'est Sévère ou Caracalla qui divisa la Grande-Bretagne en deux provinces afin d'empêcher les gouverneurs d'avoir accès à un grand nombre de légions et de les inciter à se porter candidats au trône impérial est également sujette à débat.

Supprimer la pub

Advertisement

Au lieu de cela, lorsqu'il quitta Rome en 213, Caracalla (qui passera le reste de son règne dans les provinces) décida de faire campagne en Rhétie et en Haute-Allemagne contre les Alamans. Bien qu'il ne soit pas clair si ces ennemis causaient des problèmes à l'empire, Caracalla prépara cette campagne de manière très minutieuse et il semble que cette campagne ait été une attaque préventive ou une chance pour Caracalla de gagner une gloire militaire à part entière. Il a été avancé que la menace posée par les Alamans au cours de leur existence en tant que fédération était assez minime, mais qu'elle fut néanmoins toujours exagérée par les empereurs romains qui utilisaient cette menace comme une excuse pour mener une campagne contre un ennemi afin de renforcer leur crédibilité militaire. En d'autres termes, la frontière rhénane et les guerres contre les Alamans étaient un terrain d'entraînement où les empereurs pouvaient améliorer leurs compétences militaires afin de savoir comment se battre lorsqu'une campagne plus importante se présenterait. Quoi qu'il en soit, la campagne fournit peut-être une bonne occasion d'entretenir cette frontière et il n'y eut pas d'activité ennemie sérieuse à cet endroit jusqu'à deux décennies plus tard, de sorte que l'empereur put avoir une revendication légitime au titre de Germanicus qu'il adopta après ces campagnes. Southern écrit que la politique frontalière de Caracalla dans cette région:

...semble avoir été une combinaison de guerre ouverte et de démonstrations de force, suivie d'une organisation des frontières elles-mêmes. Il se peut qu'il ait versé des subventions aux tribus après ses campagnes, et dans d'autres cas, il monta une tribu contre une autre pour les occuper et détourner leur attention du territoire romain (Southern 2001, 53).

La Constitutio Antoniniana

L'un des actes les plus remarquables (et les plus discutés) du règne de Caracalla fut son édit de l'an 212 (la Constitutio Antoniniana) qui accordait la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l'empire. Les motifs de cette action sont nombreux. Sur le plan de la propagande, cet édit permettait à Caracalla de se présenter comme un empereur plus égalitaire qui pensait que tous les habitants libres de l'empire devaient être citoyens, créant ainsi un sentiment plus fort d'identité romaine parmi eux.

LA PROPAGANDE DE L'ÉGALITÉ ÉTAIT ILLUSOIRE, CAR AU LIEU D'UNE HIÉRARCHIE DE CITOYENS ET DE NON-CITOYENS, L'ÉDIT CRÉa UNE NOUVELLE DIVISION DE CLASSE ENTRE LES CLASSES SUPÉRIEURES ET INFÉRIEURES.

Plus concrètement, cependant, cet édit permettait à Caracalla d'élargir la base à partir de laquelle il pouvait percevoir un impôt sur les successions plus important. En effet, Dion Cassius affirme qu'en raison de l'argent qu'il prodigua à l'armée, un déficit financier fut créé et l'empereur avait besoin d'argent, ce qui rendit nécessaire cet édit et la dévalorisation de la citoyenneté qui en résulta. En discutant de cet édit, Dion Cassius décrit comment Caracalla put créer une base fiscale plus large tout en augmentant les impôts à 5 % sur la manumission des esclaves et à 10 % sur les héritages. De plus, la propagande en faveur de l'égalité était illusoire, car au lieu d'une hiérarchie entre citoyens et non-citoyens dans l'empire, l'édit créait une nouvelle division en classes supérieures et inférieures (honestiores et humiliores) dans laquelle les honestiores avaient plus de droits et de privilèges légaux, tandis que les humiliores avaient moins de protection légale et étaient soumis à des punitions plus sévères.

Supprimer la pub

Advertisement

Caracalla en Orient

Caracalla idolâtrait Alexandre le Grand et cherchait à l'imiter. Par conséquent, il jugea bon de mener une campagne en Orient afin d'accomplir cette émulation. On peut se demander si de telles campagnes étaient nécessaires, car à cette époque, le grand rival de Rome, l'Empire parthe, était impliqué dans des conflits internes et la maison royale parthe se battait en son sein. Caracalla y vit cependant une excuse pour monter une campagne et réaliser des gains aux dépens des Parthes. De retour à Rome après ses activités en Allemagne, il convoqua Abgar, le roi d'Édesse, l'emprisonna dans l'espoir de transformer Édesse en colonie et de l'utiliser comme base pour lancer une invasion de la Parthie. Il semble avoir tenté de faire de même avec le roi d'Arménie, mais se heurta à la résistance de la population de ce pays.

Lorsqu'il arriva en Orient en 215 de notre ère, Caracalla avait peu de raisons pour justifier une invasion de la Parthie, car le roi de cet empire, Vologèse V, mit un point d'honneur à éviter toute action qui pourrait être interprétée comme une provocation. Laissant les préparatifs de la campagne contre la Parthie à son général Théocrite, Caracalla se rendit à Alexandrie, soi-disant pour se recueillir sur la tombe d'Alexandre le Grand. Il fut d'abord bien accueilli par les Alexandrins, mais lorsqu'il découvrit qu'ils plaisantaient sur les raisons qu'il avait données pour le meurtre de son frère Geta, il entra dans une colère noire et fit massacrer une grande partie de la population.

Baths of Caracalla
Thermes de Caracalla
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Caracalla se deplaça ensuite vers l'est, à la frontière, en 216 de notre ère, et constata que la situation n'était pas aussi avantageuse pour Rome qu'auparavant. Le frère de Vologèse, Artaban V, lui avait succédé et avait réussi à rétablir une certaine stabilité en Parthie. La meilleure option pour Caracalla dans ce cas aurait été une campagne rapide pour démontrer la force romaine, mais l'empereur choisit plutôt d'offrir sa propre main en mariage à l'une des filles d'Artaban. Artaban refusa, considérant qu'il s'agissait d'une tentative plutôt boiteuse de Caracalla de revendiquer la Parthie. Selon Hérodien, le comportement de Caracalla fut encore plus répréhensible que cela: l'empereur invita Artaban et sa maison à se réunir pour discuter d'une paix permanente. Lors de la rencontre avec le roi parthe et sa suite, qui avaient déposé leurs armes en signe de bonne volonté, Caracalla ordonna à ses forces de les massacrer. La plupart des Parthes présents furent tués, mais Artaban parvint à s'échapper avec quelques compagnons.

Caracalla fit ensuite campagne en Médie en 217 et planifiait une autre campagne lorsque son comportement perfide et irréfléchi le rattrapa. Il semble qu'il se soit amusé à ridiculiser son préfet prétorien M. Opellius Macrinus (Macrin), qui avait une grande expérience du droit romain mais pratiquement aucune des affaires militaires. Macrin commença à en souffrir, mais Caracalla commença à le craindre, surtout après avoir entendu parler d'une prophétie selon laquelle Macrin deviendrait empereur. Caracalla commença alors à agir contre son préfet, mais Macrin en eut vent et, réalisant qu'il était en grand danger, complota pour assassiner l'empereur. Il le fit sur la route de Carrhes (Harran), lorsque l'empereur arrêta ses troupes sur le bord de la route pour se soulager. De toute évidence, alors que Caracalla était en train d'uriner, un des hommes de Macrin lui tomba dessus, mettant fin à la vie de l'empereur. Caracalla avait 29 ans lorsqu'il est mourut. Lorsque l'armée apprit sa fin, elle fut enragée par le meurtre de l'empereur qu'elle aimait. En effet, l'incapacité de Macrin à apaiser les soldats contribua à sa propre disparition lorsque ses ennemis proposèrent Héliogabale, le cousin de Caracalla, comme empereur en 218 de notre ère.

Conclusion

Caracalla était l'un des individus les moins séduisants à avoir jamais été empereur de Rome. Il était cruel, capricieux, meurtrier, délibérément grossier et dépourvu de toute forme de loyauté filiale, à l'exception de celle de sa mère Julia Domna, qui mourut peu après son assassinat. Dion Cassius 79.23 affirme que Julia Domna, peut-être atteinte d'un cancer du sein et désespérée par la mort de son fils, se donna la mort. C'est certainement l'image que nous donnent Dion Cassius et Hérodien. Bien que certaines des informations contenues dans ces récits puissent être enjolivées, elles mettent néanmoins en lumière la tendance croissante des empereurs à dépendre davantage de l'armée, croyant qu'ils pouvaient agir comme bon leur semblait envers le reste de la population, à condition de satisfaire les soldats.

Ce n'est pas entièrement la faute de Caracalla qui suivait les conseils de son père et souhaitait sincèrement être considéré comme un soldat et un conquérant de la même veine qu'Alexandre le Grand plutôt que comme le "roi philosophe" incarné par Marc Aurèle (r. de 161 à 180). Si sa politique militaire dans l'empire d'Occident put contribuer à la sécurité de cette région pendant plusieurs années, sa politique orientale fut autodestructrice et inutile. Si Caracalla avait suivi la formule d'Auguste (r. de 27 av. J.-C. à 14 ap. J.-C.) et maintenu un équilibre entre l'armée et les échelons supérieurs de la société romaine, il aurait peut-être eu plus de succès. Quoi qu'il en soit, les décennies suivantes, une période connue sous le nom de Crise du IIIe siècle, verront se succéder de nombreux empereurs dits de caserne qui adoptèrent le tact de Caracalla et dépendirent trop du soutien de l'armée pour soutenir leur régime, et ce à leurs propres risques et périls.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Citer cette ressource

Style APA

Hurley, P. (2011, octobre 02). Caracalla [Caracalla]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10335/caracalla/

Style Chicago

Hurley, Patrick. "Caracalla." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 02, 2011. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10335/caracalla/.

Style MLA

Hurley, Patrick. "Caracalla." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 02 oct. 2011. Web. 30 sept. 2022.

Adhésion