Aurélien

Définition

Patrick Hurley
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 20 mars 2011
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Roman Emperor Claudius II (by Ronan.guilloux, CC BY-SA)
Empereur romain Claude II
Ronan.guilloux (CC BY-SA)

Aurélien fut empereur romain de 270 à 275 de notre ère. Il fut l'un des empereurs dits de caserne (ou empereurs-soldats), choisis par l'armée romaine pendant la période turbulente connue sous le nom de crise du IIIe siècle (235-284 de notre ère). Outre ses victoires contre diverses tribus d'envahisseurs, il réussit à restaurer l'Empire romain en ramenant sous son contrôle les territoires dissidents de Gaule et Palmyre, ce qui lui valut le titre de restitutor orbis ("restaurateur du monde"). Afin de défendre Rome, il ordonna la construction d'un mur (mur d'Aurélien) tout autour de la ville, et de nombreuses parties sont remarquablement bien conservées grâce à leur utilisation continue comme structure défensive jusqu'au 19e siècle.

L'ascension au pouvoir

Lucius Domitius Aurelianus vit le jour le 9 septembre 214/215 de notre ère à Sardica ou Sirmium, dans la province de Moésie (plus tard Dacia Ripensis). Nous savons peu de choses sur ses débuts, si ce n'est qu'il était d'origine modeste, son père étant le colonus d'un sénateur nommé Aurelius. Il fit une belle carrière sous le règne de Gallien (r. de 253 à 268 de notre ère), mais malgré cela, Aurélien fit néanmoins partie de la conspiration qui finit par l'assassiner. Avec l'accession de l'usurpateur Claude II, Aurélien fut nommé commandant de la cavalerie (dux equitium). Malgré des succès contre les divers envahisseurs barbares tels que les Goths, les Vandales et les Juthunges à la frontière du Danube, le règne de Claude fut écourté lorsqu'il succomba à la peste qui s'était déclarée en 270 de notre ère. Dans un premier temps, le frère de Claude, Quintillus, lui succéda en tant qu'empereur, mais il semble n'avoir régné que quelques mois. Aurélien devint rapidement le rival de Quintillus et lorsqu'il fut acclamé empereur par les troupes, il se débarrassa de son rival (septembre ou novembre 270 de notre ère).

Supprimer la pub

Advertisement

Coin Depicting Roman Emperor Aurelian
Pièce de monnaie représentant l'empereur romain Aurélien
Wikipedia User: CNG (CC BY-SA)

Débuts de règne

Une fois empereur, Aurélien prit immédiatement le contrôle de l'hôtel des monnaies impérial de Siscia (dans l'actuelle Croatie) et y frappa des pièces d'or afin de les distribuer à ses soldats et de garantir ainsi leur loyauté. Il se consacra ensuite aux guerres contre les Juthunges et les Vandales qui n'avaient pas encore été terminées par Claude II. En ce qui concerne les Juthunges, cette tribu avait réussi à envahir l'Italie et, après avoir pillé le nord du pays, elle rentrait chez elle avec un butin si conséquent que le poids ralentit leur voyage de retour vers leurs terres. Selon les fragments de l'historien Dexippe du IIIe siècle de notre ère, après qu'Aurélien les eut rattrapés, ils lui promirent la contribution de 40 000 de leurs cavaliers ainsi que de 80 000 soldats pour servir dans l'armée romaine. L'empereur porta ensuite son attention sur les Vandales en Pannonie. Après avoir localisé leur principale armée, plutôt que de les attaquer directement, Aurélien entama une politique de terre brûlée tout autour d'eux, les privant ainsi d'accès à la nourriture. Cette tactique fonctionna et les Vandales demandèrent rapidement la paix, promettant à Aurélien le service de 2 000 de leurs cavaliers avant de recevoir de la nourriture des Romains afin de ne pas mourir de faim pendant le voyage de retour.

Aurélien fit de son mieux pour gagner le soutien du peuple, annulant les dettes envers le trésor public et faisant un bûcher public des documents en question.

Une fois ces questions résolues et une paix éphémère restaurée, Aurélien se rendit à Rome. À son arrivée dans la ville, il dut faire face au problème immédiat d'une révolte des ouvriers de la Monnaie impériale. Il semble que les ouvriers de l'hôtel des monnaies aient développé, en l'absence de l'empereur, un sentiment excessif d'indépendance qui dépassait les limites de l'insubordination. Ce comportement entraîna la corruption des ouvriers, qui, semble-t-il, se remplissaient les poches avec la monnaie impériale. L'origine de la révolte est toutefois sujette à débat. On suppose que les efforts d'Aurélien pour s'attaquer au problème de la monnaie au début de son règne ont pu mettre les employés de la Monnaie mal à l'aise ; la perspective d'un empereur connu pour sa discipline et sa possible curiosité pour toute activité illégale put pousser les employés à la révolte. Une autre cause possible de la révolte pourrait résider dans le fait que son chef, le rationalis (chef des impôts) Felicissimus, aurait été l'instrument des intérêts sénatoriaux et équestres qui se sentaient menacés par le règne d'Aurélien. Quoi qu'il en soit, la révolte ne dura que très peu de temps avant d'être réprimée par Aurélien qui ferma alors l'hôtel des monnaies de Rome. Parmi les autres menaces intérieures qui pesèrent sur le règne d'Aurélien, citons quatre tentatives distinctes d'usurpation par Septiminus (également appelé Septimius), Domitianus, Firmus (en Égypte pendant la guerre contre Palmyre, bien que son existence soit contestée) et Urbanus, toutes furent rapidement découvertes et réprimées.

Supprimer la pub

Advertisement

Pendant qu'il était à Rome, Aurélien fit de son mieux pour gagner le soutien du peuple, annulant les dettes envers le trésor et faisant un bûcher public des documents en question. Cette tendance populiste, selon l'historien Ammien Marcellin, l'amena à s'abattre sur les riches "tel un torrent" et à les taxer de manière punitive. Le Sénat se méfiait de l'empereur-soldat mais, se rendant compte qu'il n'y avait pas grand-chose à faire pour lui résister, il lui accorda son approbation.

La défense de l'Empire

En 271 de notre ère, Aurélien se retrouva à devoir défendre l'empire contre de nouvelles incursions des Juthunges, des Alamans et des Marcomans. Aurélien trouva ce que l'on pense être des envahisseurs Juthunges et Alamans faisant des incursions en Italie. Alors qu'il pensait avoir fait la paix avec les Juthunges lors de leur rencontre à Milan en 271, cette tribu revint très vite sur sa parole et attaqua les Romains par surprise, infligeant une défaite majeure aux forces impériales. Il triompha des envahisseurs en trois endroits différents : à Fanum Fortunae (Fano), au Métaure et à Ticinum (près de l'actuelle Pavie). Cela ne résolvait pas complètement le problème, car les envahisseurs se regroupaient simplement et poursuivaient leurs attaques en d'autres lieux. Tout ce qu'Aurélien pouvait faire était anticiper les mouvements de l'ennemi, le dénicher et le vaincre au combat et même le mettre à terre. Aurélien y parvint et rentra à Rome tout en sachant peut-être que ses victoires n'avaient apporté qu'un bref répit.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Aurelian Wall
Mur d'Aurélien
Jens-Olaf Walter (CC BY-NC-SA)

De retour à Rome, Aurélien proclama sa victoire mais savait que cela n'apaiserait pas les craintes des habitants de la ville d'une nouvelle attaque barbare. Réunissant le Sénat romain, l'empereur proposa la construction d'un mur autour de la ville pour sa défense. Des ouvriers civils furent mobilisés pour accomplir cette tâche et un mur d'une hauteur de plus de 6 m et d'une longueur de près de 20 km fut construit. Il poursuivit cette action par une marche vers les Balkans avec son armée, battant les forces gothiques de la région et tuant Cannabaudes, leur chef. Malgré cette victoire, Aurélien se rendit compte que la province de Dacie, de l'autre côté du Danube, était trop difficile et trop coûteuse à défendre. Il organisa l'évacuation des habitants de la province de l'autre côté du fleuve, les réinstallant dans la nouvelle province de Dacia Aureliana, partiellement découpée dans l'ancienne province de Moésie.

Le restaurateur du monde

Aurélien s'attaqua ensuite à l'empire dissident de Palmyre qui avait arraché une grande partie des possessions orientales de l'empire au contrôle impérial pour les remettre entre les mains de la reine de Palmyre, Zénobie, et de son fils mineur, Vaballath (ou Wahballat). Aurélien commença sa campagne contre Palmyre en 272 de notre ère, et marcha à travers l'Asie Mineure, rencontrant peu de résistance et la reconquérant au nom de Rome. Lorsque Aurélien offrit sa clémence à des villes résistantes telles que Tyane et n'exerça aucune représaille contre elle une fois reprise par Rome, d'autres villes eurent vent de cette politique conciliante et lui ouvrirent leurs portes sans la moindre résistance. Après ces victoires pacifiques, Aurélien remporta des victoires militaires en battant les forces de Zénobie à la bataille d'Immae et à Émèse. Six mois après le début de sa campagne, Aurélien et son armée se trouvaient aux portes de Palmyre qui choisit de se rendre. Zénobie tenta de s'enfuir avec son fils dans l'empire perse sassanide, mais ils furent rapidement capturés et forcés de marcher dans les rues de Rome lors du triomphe qu'Aurélien finit par célébrer. Aurélien repartit vers l'ouest et battit les Carpiens sur le Danube. Palmyre tenta de se révolter peu après, ce qui obligea Aurélien à retourner vers l'est et à saccager la ville en 273 de notre ère. Palmyre ne retrouverait jamais le pouvoir ni l'influence dont elle jouissait auparavant.

Zenobia in Chains
Zénobie enchaînée
Sowlos (CC BY-SA)

Après cela, Aurélien porta son attention sur l'Empire des Gaules dissident à l'Ouest qui contrôlait à cette époque les provinces gauloises et britanniques. Il vainquit ces rebelles à la bataille des Champs Catalauniques (Châlons-sur-Marne), amenant l'empereur gaulois Tetricus à déserter ses propres forces et à demander la paix. Aurélien accorda sa clémence à Tetricus et l'ancien rebelle marcha aux côtés de Zénobie lors du triomphe d'Aurélien qui célébrait la réintégration de la Gaule et de Palmyre dans la sphère de contrôle romaine. Pour célébrer cette occasion, Aurélien s'auto-proclama restitutor orbis ("restaurateur du monde").

Supprimer la pub

Advertisement

Aurélien est connu pour avoir encouragé le culte d'Invictus Sol ("Dieu du soleil invaincu"), créé un sacerdoce officiel et construit un temple à cette divinité sur le Champ de Mars. Bien qu'Aurélien n'ait pas cherché à diminuer le rôle des dieux traditionnels de l'État romain en adoptant ces mesures, il espérait utiliser Invictus Sol comme un moyen de progresser vers un certain degré d'unité religieuse au sein de l'empire.

Mort et héritage

En 275 de notre ère, Aurélien préparait une grande campagne contre l'Empire sassanide, profitant peut-être de la faiblesse des dirigeants qui avaient accédé au trône perse après la mort de Chapour Ier vers 272 de notre ère. Mais avant d'y parvenir, il fut assassiné dans un complot à Caenophrurium, près de la ville de Byzance.

Aurélien a presque toujours été décrit comme un empereur impitoyable avec une prédisposition à la cruauté (son surnom, manu ad ferrum "main sur la poignée" implique qu'il résolvait peut-être les problèmes avec l'épée plutôt qu'avec les mots). Cette image est cependant en contradiction avec le fait qu'il offrit sa miséricorde à plusieurs reprises (à la ville de Tyane, à Zénobie et à Tetricus) et pourrait impliquer un parti pris contre lui de la part des historiens ultérieurs.

Supprimer la pub

Advertisement

La mort d'Aurélien fit beaucoup pour éliminer les menaces existantes, mais elle ne mit pas fin à l'incertitude que l'empire allait connaître jusqu'en 284 de notre ère, date de l'accession de Dioclétien.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Citer cette ressource

Style APA

Hurley, P. (2011, mars 20). Aurélien [Aurelian]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10197/aurelien/

Style Chicago

Hurley, Patrick. "Aurélien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 20, 2011. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10197/aurelien/.

Style MLA

Hurley, Patrick. "Aurélien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 20 mars 2011. Web. 05 juil. 2022.

Adhésion