Dacie

Définition

Adrian Dumitru
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 28 avril 2011
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, ukrainien, Turc
Map of Roman Dacia (by Andrei nacu, CC BY-SA)
Carte de la Dacie romaine
Andrei nacu (CC BY-SA)

La Dacie était une région habitée par les Daces au nord du Danube (Roumanie moderne). Le royaume de Dacie est la création de Burebista (c. 80-44 av. J.-C.), qui conquit et unit plusieurs autres principautés daciennes. Burebista détruisit pratiquement les tribus celtes des Scordisques et soumit, ou s'allia avec, les cités grecques de la côte occidentale de la mer Noire, d'Odessos (l'actuelle Varna) à Olbia (près de l'actuelle Odessa). Pendant la guerre civile romaine, les Daces seraient probablement venus soutenir Pompée. Burebista fut finalement tué la même année que Jules César qui aurait préparé une expédition contre les Daces et les Parthes.

Le royaume dace s'effondra en quatre (ou cinq) principautés, avant de réapparaître sous le règne de Décébale (c. 87-106 de notre ère). Il combattit victorieusement le général de Domitien, Cornelius Fuscus, mais il fut finalement vaincu et contraint de signer un traité de paix qui fit du royaume de Dacie un client de Rome, recevant en retour l'argent et le soutien technique de Rome. Cette situation dura jusqu'à ce que Trajan ne mène deux grandes guerres (101-102 et 105-106 de notre ère) afin d'écraser le royaume dace et de raser toutes ses forteresses.

Supprimer la pub

Advertisement

La Dacie Trajane (alias Dacia Felix) fut une province romaine pendant près de 170 ans, jusqu'aux règnes de Gallien et d'Aurélien, lorsqu'elle fut abandonnée (vers 271 de notre ère), et la réduction progressive de la présence des légions impériales aboutit au retrait de l'administration romaine locale en faveur de la création de la Dacia Aureliana au sud du Danube, dans l'actuelle Serbie.

Cette mesure visait en partie à donner l'illusion que le pouvoir impérial romain persistait dans la région, même si les signes de tensions sociopolitiques étaient très apparents. Plus tard, la Dacia Aureliana fut divisée en deux provinces distinctes : Dacia Mediterranea, avec sa capitale à Serdica, et Dacia Ripensis, avec sa capitale à Ratiaria. Après 275 de notre ère, la Dacie au nord du Danube fut envahie par diverses hordes de Goths, de Huns et d'Avars au cours des invasions barbares de l'"ère des migrations". Toutefois, la Dacie fut brièvement "reconquise" par Rome sous le règne de Constantin le Grand.

Supprimer la pub

Advertisement

La culture matérielle de la Dacie post-romaine continua à afficher un fort sentiment de "romanité".

Il est intéressant de noter que la culture matérielle de la Dacie post-romaine continua à afficher un fort sentiment de "romanité". Par exemple, une sépulture dace du Ve siècle de notre ère contenait une broche de type romain qui aurait appartenu à un membre bien placé de la société. Et à Napoca, la datation croisée à partir de restes de poterie indique une date post-romaine pour la construction d'un portique de style romain. De même, à Porolissum, de la céramique à glaçure rouge (terra sigillata Porolissensis) a été trouvée dans une phase de (re)construction post-romaine du forum. Si les dates de la céramique sont confirmées, on peut affirmer que les Daces ont continué à utiliser des foyers spatiaux et certains modèles architecturaux caractéristiques de Rome. Quoi qu'il en soit, l'ensemble des preuves matérielles souligne la centralisation de la vie romaine dans la Dacie post-romaine.

En ce qui concerne l'identité religieuse des Daciens de la période post-romaine, à Porolissum, un Chi-Rho de style constantinien (symbolisant Jésus-Christ) a été trouvé inscrit sur un récipient. Cette inscription, ainsi qu'une colombe en bronze - symbole du Saint-Esprit - ont été trouvées au hasard dans des contextes inconnus (voir Évangile de Luc 3:22 ; Évangile de Jean 1:32). Il est intéressant de noter qu'un cruciforme a également été trouvé dans le forum de Porolissum. La présence d'artefacts chrétiens provenant de contextes post-romains suggère une christianisation parallèle de la province correspondant à des événements contemporains se déroulant dans le monde romain au sens large.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Dacian Altar Piece
Pièce d'autel dace
UBB Contrib (CC BY-SA)

En outre, les sépultures des 4ème et 5ème siècles de notre ère montrent également une plus grande richesse et une plus grande diversité culturelle dans la Dacia Porolissensis post-romaine par rapport à la période romaine, ce qui suggère un changement du statut urbain de la communauté locale. Par exemple, à Potaissa, des sépultures contenant des boucles en fer, de l'acier à silex, des bijoux en or et en argent, de l'ambre et des perles à broder ont été mises au jour. Il convient de noter que les sépultures proportionnellement "riches" ne représentent qu'un petit segment de la société daco-romaine. À l'époque, comme aujourd'hui, la plupart des membres de la société n'étaient pas riches.

La notion de " prospérité urbaine " pendant un " âge des ténèbres " peut sembler contre-intuitive par rapport aux modèles plus traditionnels du début du Moyen Âge pour cette période. Toutefois, cela peut s'expliquer par le commerce continu entre l'Empire d'Orient et la Potaissa. Par exemple, les preuves numismatiques révèlent qu'à la fin du IIIe et au début du IVe siècle de notre ère, la monnaie impériale occidentale cessa d'être utilisée dans les transactions (vers 262 de notre ère à Porolissum) et fut remplacée par la monnaie byzantine. En outre, les preuves d'inhumation de Moigrad et de Napoca suggèrent une transition culturelle au sein des hiérarchies sociales, peut-être liée à l'ascension de la noblesse ostrogothique, dont une grande partie peut être attribuée à l'intégration romano-gothique post-constantinienne.

En outre, les estimations de population en déclin à Napoca - fondées en grande partie sur des preuves céramiques - suggèrent qu'une catastrophe modérée suivit immédiatement le retrait de la Legio V Macedonica de Dacie. Peut-être s'agit-il d'une preuve naissante de l'éventuelle fragmentation du réseau commercial de la Méditerranée occidentale ? D'un point de vue chronologique, si l'on examine l'ensemble de la culture matérielle, il est clair qu'une crise toucha certaines parties de la société dacienne immédiatement après le retrait de Rome, suivie d'une augmentation de l'activité socio-économique dans les périodes ultérieures. Quoi qu'il en soit, la Dacia Traiana post-romaine continua à maintenir son statut hiérarchique urbain dans la région d'une manière qui intéressa sans cesse les classes impériales et marchandes de la Méditerranée.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Citer cette ressource

Style APA

Dumitru, A. (2011, avril 28). Dacie [Dacia]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-676/dacie/

Style Chicago

Dumitru, Adrian. "Dacie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 28, 2011. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-676/dacie/.

Style MLA

Dumitru, Adrian. "Dacie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 avril 2011. Web. 05 déc. 2022.

Adhésion