Mur

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 02 septembre 2009
Disponible dans ces autres langues: anglais, Turc
X
Hadrian's Wall (by zoonabar, CC BY)
Mur d'Hadrien
zoonabar (CC BY)

Le mot anglais "wall" (mur) est dérivé du latin vallus qui signifie "un pieu" ou "un poteau" et désigne la palissade de bois et de terre qui formait le bord extérieur d'une fortification. Les palissades furent utilisées très tôt et sont mentionnées par Homère au 8e siècle avant notre ère, puis par l'historien grec Polybe (c. 200-118 av. J.-C.) et l'historien chinois Sima Qian (145-86 av. J.-C.), entre autres. Les murs étaient traditionnellement construits à des fins de défense, d'intimité et de protection des habitants d'une région donnée contre l'influence ou le danger perçu des étrangers.

Les murs des différentes cultures avaient tous le même objectif principal, mais ils étaient construits de différentes manières et avec différents matériaux, en fonction de la culture et de l'époque. Dans l'ancienne Mésopotamie, les murs étaient en briques crues séchées au soleil, comme dans les zones rurales de l'ancienne Égypte. En Égypte, les murs entourant les sites sacrés ou cérémoniels finirent par être construits en pierre. Le travail de la pierre était également pratiqué par les Grecs et les Romains, dont le meilleur exemple est le mur d'Hadrien, dans l'Écosse d'aujourd'hui, qui fut construit à partir de 122 de notre ère. Depuis l'époque de l'Empire romain, la pierre a été le matériau de prédilection pour la construction des murs jusqu'à l'ère moderne.

Supprimer la pub
Publicité

Les anciens murs de Mésopotamie

Les plus anciens murs découverts à ce jour sont ceux du temple de Gobekli Tepe à Urfa, dans le sud-est de la Turquie, qui datent d'il y a 11 500 ans. Les murs des villes, qui étaient devenus courants à des fins de défense, apparurent pour la première fois autour de la ville de Jéricho (aujourd'hui en Cisjordanie) vers le 10e siècle avant notre ère et de la ville sumérienne d'Uruk qui fut fondée un peu plus tard (bien que les deux villes revendiquent l'honneur de la "première ville du monde"). On pense que les murs d'Uruk furent construits par le grand roi Gilgamesh, qui y fit inscrire ses exploits héroïques, lesquels servirent de base à l'épopée qu'il écrivit plus tard et qui le rendit célèbre.

Les murs commencèrent à s'élever autour des villes de Mésopotamie peu après le début de l'urbanisation de la région, vers 4500 avant notre ère.

Des murs commencèrent à s'élever autour des villes de Mésopotamie peu après le début de l'urbanisation de la région vers 4500 avant notre ère. Les murs des villes étaient construits de manière à inclure des portes et des tours de guet, et généralement un fossé entourant le périmètre extérieur du mur, qui pouvait être rempli d'eau. Le roi Hammurabi (r. de 1792 à 1750 av. J.-C.) entoura sa ville de Babylone de murs plus impressionnants que ceux habituellement construits peu après son accession au trône en 1792 av. J.-C., mais c'est au roi Nabuchodonosor II que revient le mérite d'avoir transformé la ville de Babylone en une impressionnante merveille.

Supprimer la pub
Publicité

Nabuchodonosor II (r. de 605 à 562 av. J.-C.) fit construire trois murailles autour de Babylone, hautes de 40 pieds (plus de 12m) et si larges à leur sommet que des chars pouvaient les contourner. La porte d'Ishtar, située dans le mur de Babylone de Nabuchodonosor II, a été considérée par certains comme plus grande que toutes les autres merveilles du monde antique. L'historien grec Hérodote affirme que "Babylone surpasse en merveilles toutes les villes du monde connu" et loue en particulier les murs qui, selon lui, mesuraient 56 miles (90 kilomètres) de long, 80 pieds (24 mètres) d'épaisseur et 320 pieds (97 mètres) de haut. Bien que l'on pense généralement qu'Hérodote a fortement exagéré la majesté de Babylone, d'autres auteurs anciens ont également noté la magnificence de ces murs.

The Great Wall of China in Snow
La Grande Muraille de Chine sous la neige
Steve Webel (CC BY-NC-SA)

Murs défensifs

On pense que le tout premier mur non construit autour d'une ville aurait été érigé par le roi sumérien Shulgi d'Ur (r. de 2029 à 1982 av. J.-C.) vers 2038. Le mur de Shulgi mesurait 250 kilomètres de long et fut construit entre le Tigre et l'Euphrate pour empêcher les Amorites d'envahir les terres sumériennes. Ce mur était inhabituel en ce sens qu'il n'entourait pas une ville, mais marquait plutôt une frontière territoriale, nationale (plutôt que privée) et, à ce titre, était le premier de son genre.

Supprimer la pub
Publicité

Le fils de Shulgi, Shu-Sin, son petit-fils et son arrière-petit-fils essayèrent tous de maintenir ce mur mais, comme il n'était ancré à aucune extrémité, il s'avéra inefficace (on pouvait simplement faire marcher une armée autour des deux extrémités du mur) et finit par être franchi par les Élamites vers 1750 avant notre ère, ce qui entraîna la chute d'Ur et de la région de Sumer. Un autre mur de ce type, toujours existant, est la grande muraille de Gorgan (connue sous le nom de "serpent rouge" en raison de la couleur rouge des briques), dans l'Iran d'aujourd'hui. Construite par l'Empire parthe (247 av. J.-C. - 224 av. J.-C.), elle fut restaurée et rénovée par les Perses sassanides au Ve ou au VIe siècle de notre ère. La muraille s'étend sur 195 kilomètres et comprenait plus de trente forts sur son tracé.

Ce mur avait été construit à la fois comme une construction défensive et comme un moyen stratégique d'observer le déploiement de l'ennemi. Il était beaucoup plus efficace que le mur de Shulgi et on pense que les Perses sassanides avaient tiré la leçon du mur de Shulgi et avaient amélioré le leur. La Grande Muraille de Gorgan est plus de 1 000 ans plus ancienne, bien que beaucoup moins célèbre, que la Grande Muraille de Chine qui, bien que commencée sous le règne de Shi Huangti (221-210 av. J.-C.), ne fut achevée dans son état actuel qu'à l'époque de la dynastie Ming (1368-1644). Comme la Grande Muraille de Gorgan, la Grande Muraille de Chine fut construite en tant que structure autonome pour la défense d'une région, tout comme le Mur d'Anastase (également connu sous le nom de Longs Murs de Thrace) de l'Empire byzantin (commencé vers 469 de notre ère) situé dans l'actuelle Turquie.

Murs dans les maisons et les villes

Le village néolithique de Banpo en Chine (habité vers 4500-3750 av. J.-C.) se composait de maisons circulaires aux murs de pierre soutenus par des poutres en bois et au toit de chaume, tandis que le village de Skara Brae (dans les Orcades, en Écosse) fut construit en 3100 avant notre ère avec des murs et des maisons en pierre pour protéger les habitants des intempéries et leur offrir de l'intimité. Il est intéressant de noter que les deux villages sont similaires dans leur construction. La forme de base de ces villages et l'utilisation de murs se retrouvent dans d'autres cultures.

Supprimer la pub
Publicité

Dans l'Égypte ancienne, la plupart des maisons privées étaient entourées de murs afin de dissuader les voleurs ou simplement les voisins indésirables et non invités (les rouleaux de papyrus et les inscriptions sur les tombes montrent que les êtres humains pouvaient être aussi insupportablement agaçants les uns envers les autres dans l'Antiquité qu'ils le sont aujourd'hui). Toutes les villes de l'Égypte ancienne étaient entourées de murailles et les grands palais possédaient des murs peints élaborés à des fins de défense, mais aussi d'ornementation.

Ce même modèle de construction se retrouvait dans la Grèce antique, où les citoyens d'Athènes construisaient de petits murs décoratifs autour de leurs cours et de leurs patios. Les Athéniens avaient également entouré leur ville de murs épais qui durèrent jusqu'à la fin des guerres du Péloponnèse contre Sparte, lorsque les Spartiates victorieux les firent démolir. Les longs murs d'Athènes, deux structures de pierre parallèles qui s'étendaient de l'Acropole jusqu'au port du Pirée et protégeaient le centre de la ville, sont également remarquables.

Les murs de la légendaire ville de Troie, décrite dans l'Iliade d'Homère, ont été découverts par l'archéologue Heinrich Schliemann lors de fouilles menées entre 1871 et 1874 et avaient la même fonction défensive. Les fortifications de la ville chinoise de Xi'an (construite vers 194 av. J.-C.) furent également construites à des fins défensives et survécurent quatre ans avant de s'effondrer. Les murs actuels de Xi'an, comme la Grande Muraille de Chine, furent reconstruits et restaurés par la dynastie Ming.

Supprimer la pub
Publicité

South Tower, Tiryns
Tour sud, Tyrinthe
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Murailles en Europe et mur d'Hadrien

En Europe, la coutume de la ville fortifiée se perpétua, comme en témoignent des sites tels que l'Oppidum de Manching (situé près de l'actuelle Ingolstadt, en Allemagne), qui était une communauté celtique de la tribu des Vendéliques datant du IIIe siècle avant notre ère. La ville romaine de Lugo, en Galice (Espagne), était entourée de murs extrêmement épais, considérés imprenables. Le mur le plus célèbre de l'Antiquité en Europe est cependant le mur d'Hadrien en Grande-Bretagne.

L'empereur romain Hadrien (r. de 117 à 138), lassé des incursions dans les provinces romaines de Grande-Bretagne, entreprit en 122 de notre ère la construction d'un mur à la frontière nord de la Grande-Bretagne romaine pour la séparer des tribus calédoniennes envahissantes, de la même manière que Shulgi avait construit son mur près de deux mille ans plus tôt pour repousser les Amorites (comme la Grande Muraille de Chine et le Mur d'Anastasie). Il fallut six ans pour le construire, il s'étendait sur 80 miles (128 kilomètres) à travers le pays et mesurait, à certains endroits, plus de neuf pieds de large (2,7 mètres) et vingt pieds (6 mètres) de haut. Il était fortifié par des tours tout au long de son parcours et servait de symbole de la puissance militaire et du pouvoir romain.

Le mur d'Antonin (commencé en 142 de notre ère sous le règne de l'empereur romain Antonin le Pieux) s'étendait sur 63 kilomètres entre le Firth of Forth et le Firth of Clyde et fut construit pour la même raison que d'autres murs de ce type: protéger la région connue des habitants contre les incursions des "autres" qu'ils considéraient comme de dangereux barbares.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Conclusion

Les murs, comme nous l'avons vu, ont toujours servi le même objectif de base et, en même temps, ont toujours partagé la même faiblesse: quiconque veut vraiment passer outre un mur trouvera un moyen de creuser un tunnel, de passer par-dessus ou d'en faire le tour. La Grande Muraille de Chine fut inutile pour arrêter la cavalerie nomade des Xiongnu et ne devint la formidable structure qu'elle est aujourd'hui que plusieurs siècles plus tard. Comme on l'a vu, le mur de Shulgi of Ur fut facilement franchi par les Élamites qui se contentèrent de le contourner, et le mur d'Hadrien n'empêcha guère l'immigration clandestine, comme en témoignent les artefacts calédoniens trouvés au milieu de pièces romaines, qui suggèrent que des marchands pictes faisaient du commerce avec les soldats romains (ou les soudoyaient).

Aussi inutile qu'un mur puisse être en termes de défense ou de limitation de l'accès de "l'autre" à ses terres, les murs ont continué à être construits, et souvent fortifiés, depuis l'époque romaine dans le but de donner à la population un sentiment de plus grande sécurité. À l'instar du mur d'Hadrien, les murs sont en général symboliques, car ils marquent l'espace d'une personne comme étant le sien et en limitent l'accès aux autres, par une déclaration physique, afin de se sentir plus en sécurité. Il n'est jamais venu à l'esprit des gens que ce qu'ils excluent pourrait leur être plus bénéfique que nuisible à long terme, mais les êtres humains manquent notoirement de vision et sont largement motivés par la peur, de sorte qu'il est presque certain que des murs continueront d'être construits, séparant les nations les unes des autres et les voisins les uns des autres, à l'avenir infini.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2009, septembre 02). Mur [Wall]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-83/mur/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Mur." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 02, 2009. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-83/mur/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Mur." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 02 sept. 2009. Web. 30 mai 2024.

Adhésion