Skara Brae

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 18 octobre 2012
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais
X
Skara Brae, Orkney (by Yellow Book, CC BY-NC-SA)
Skara Brae, Orcades
Yellow Book (CC BY-NC-SA)

Skara Brae est un site du Néolithique, composé de dix structures en pierre, situé près de la baie de Skaill, dans les Orcades, en Écosse. Aujourd'hui, le village est situé sur le rivage, mais à l'époque où il était habité (vers 3100-2500 av. J.-C.), il se trouvait plus à l'intérieur des terres. L'érosion constante des terres au cours des siècles a considérablement modifié le paysage et les interprétations du site, basées sur son emplacement actuel, ont dû être réévaluées à la lumière de cette évolution. Le nom "Skara Brae" est une corruption de l'ancien nom du site, "Skerrabra" ou "Styerrabrae", qui désignait le monticule qui enterrait (et donc préservait) les bâtiments du village. Le nom donné au site par ses premiers habitants est inconnu. Skara Brae est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

La tradition veut que Skara Brae ait été découvert en 1850, lorsqu'une énorme tempête frappa les Orcades et dispersa le sable et la terre qui avaient enseveli le site. Le propriétaire du terrain, William Watt, remarqua les murs de pierre apparents et commença à creuser, découvrant quatre maisons en pierre. Conscient de l'importance de sa découverte, il contacta l'antiquaire orcadien George Petrie. Petrie commença à travailler sur le site et, en 1868, avait documenté d'importantes découvertes et avait commencé les fouilles (il présenta ses progrès lors de la réunion d'avril 1867 de la Society of Antiquaries of Scotland). L'écrivain et historien orcadien Ernest Marwick (1915-1977) a affirmé que l'histoire de la "découverte" de Skara Brae était "une fiction complète" (Orkeyjar, 1) et que l'existence d'un site antique à cet endroit avait été établie depuis longtemps. Dans un article publié en 1967, Marwick cite un certain James Robertson qui, en 1769, consigna le site dans un journal relatant sa visite des Orcades et affirma avoir trouvé un squelette "avec une épée dans une main et une hache danoise dans l'autre" (Orkeyjar, 2). On ne sait pas si William Watt ou George Petrie firent des découvertes similaires lors de leurs fouilles. Petrie dressa un catalogue exhaustif de toutes les perles, outils en pierre et ornements trouvés sur le site et ne répertoria ni épées ni haches danoises. En fait, aucune arme autre que des couteaux néolithiques ne fut trouvée sur le site et l'on pense que ceux-ci étaient utilisés comme outils dans la vie quotidienne plutôt que pour une quelconque forme de guerre. Petrie abandonna ses travaux peu après 1868, mais d'autres intervenants continuèrent à étudier le site.

Supprimer la pub
Publicité
Les fouilles menées sur le site à partir de 1927 ont permis de mettre au jour et de stabiliser le village néolithique le mieux conservé d'Europe.

Après un certain nombre d'autres archéologues à Skara Brae, W. Balfour Stewart poursuivit les fouilles sur le site en 1913 et, à ce moment-là, le site fut visité par des inconnus qui, apparemment en un week-end, creusèrent frénétiquement et on pense qu'ils emportèrent de nombreux artefacts importants. La nature de ces objets n'est pas connue et on ne sait pas non plus si les voleurs présumés avaient quelque chose à voir avec l'équipe de Stewart ou non. En 1924, le site fut placé sous la tutelle des commissaires aux travaux de Sa Majesté par les administrateurs de la succession Watt qui s'engagèrent à protéger les bâtiments contre l'exposition à la mer. Cette même année, une nouvelle tempête endommagea les bâtiments excavés et détruisit l'une des maisons en pierre. Afin de préserver le site et de le soumettre à des fouilles professionnelles, l'archéologue et professeur d'Édimbourg Vere Gordon Childe fut appelé et arriva à Skaill avec son associé J. Wilson Paterson. Pour préserver le site, une grande digue fut construite pendant les étés 1925 et 1926, et ce n'est qu'en 1927 que Childe et Paterson purent commencer à travailler sérieusement. Dans son rapport du 11 février 1929 à la Society of Antiquaries of Scotland sur les travaux de Skara Brae, J. Wilson Paterson mentionne l'histoire traditionnelle selon laquelle le site aurait été découvert par une tempête en 1850 et cite également M. Watt comme propriétaire du terrain. Il ne mentionne pas que l'ancien village ait été connu avant 1850, Stewart non plus d'ailleurs. Les fouilles menées sur le site à partir de 1927 ont permis de mettre au jour et de stabiliser le village néolithique le mieux préservé d'Europe, qui a été déclaré site du patrimoine mondial en 1999 par l'UNESCO. Aujourd'hui, le village est administré par Historic Scotland.

Skara Brae
Skara Bräe
N/A (CC BY-SA)

Les bâtisseurs de Skara Brae construirent leurs maisons avec des dalles de pierre qu'ils enfoncèrent dans la terre pour mieux les soutenir, en remplissant l'espace entre les murs et la terre de terre pour assurer une isolation naturelle. Tous les meubles des maisons, des commodes aux armoires en passant par les chaises et les lits, avaient été fabriqués en pierre. Les foyers indiquent que les maisons étaient chauffées par le feu et chaque maison devait à l'origine avoir un toit, peut-être en gazon, qui, on le suppose, avait une sorte d'ouverture pour servir de cheminée. Malgré cela, on pense que les maisons, qui n'avaient pas de fenêtres, devaient être assez enfumées et certainement sombres. Le bois étant rare dans la région, on ne sait pas ce qui alimentait le foyer. La théorie selon laquelle les habitants de Skara Brae attendaient sur le rivage du bois flottant en provenance d'Amérique du Nord semble insoutenable car, d'une part, le village n'était pas situé à l'origine au bord de la mer et, d'autre part, le bois étant si précieux, il semble peu probable qu'il ait été brûlé. Un manche en bois découvert sur le site prouve que le bois était probablement utilisé pour fabriquer des outils plutôt que comme combustible. Chaque maison fut construite sur le même modèle et beaucoup ont le même type de mobilier et la même disposition des pièces. Le village disposait d'un système de drainage et même de toilettes intérieures.

Supprimer la pub
Publicité

Les artefacts découverts sur le site prouvent que les habitants fabriquaient de la céramique rainurée, un style de poterie qui produisit des récipients à fond plat et à parois droites, décorés de rainures, et qui était indigène aux Orcades. Ce type de céramique conduisit à désigner les habitants de Skara Brae comme des Grooved Ware People (Peuple de la céramique à cannelures) et des preuves de poterie similaire ont été trouvées sur d'autres sites des Orcades, tels que Maeshowe. Les Grooved Ware People élevaient des bovins et des ovins, cultivaient la terre, chassaient et pêchaient pour se nourrir. Ils fabriquaient également des outils, des dés de jeu, des bijoux et d'autres ornements à partir d'os, de pierres précieuses et de pierres. Selon Stewart, les fouilles menées en 1867 par M. Samuel Laing permirent de découvrir tant de couteaux et de grattoirs que Laing pensait avoir découvert "une manufacture de tels articles" (Stewart, 349). L'archéoastronome Euan MacKie a affirmé que Skara Brae était une communauté d'astronomes et de sages qui cartographiaient les cieux et il fonde cette affirmation en partie sur les boules de pierre trouvées sur le site et gravées de motifs rectilignes. Stewart mentionne des artefacts en pierre et en os qu'il interprète comme étant utilisés pour le jeu et peut-être que ces boules étaient utilisées dans le même but. Personne ne sait à quoi servaient ces boules et toute affirmation ne peut être que spéculative. Il n'y a cependant aucune preuve sur le site qui permette d'affirmer que Skara Brae était une communauté d'astronomes, alors que la prépondérance des preuves suggère un village pastoral et agricole.

Stone furnishings of a house
Mobilier en pierre d'une maison
N/A (CC BY-SA)

En cohérence avec l'histoire de la découverte spectaculaire de Skara Brae lors de la tempête de 1850, il a été affirmé que les conditions météorologiques étaient également responsables de l'abandon du village. Une théorie populaire depuis des décennies affirme que le site fut enseveli sous le sable par une grande tempête qui força la population à abandonner ses maisons et à s'enfuir rapidement. Cette théorie prétend également que c'est grâce à cela que Skara Brae fut si parfaitement préservé, car, comme Pompéi, il fut très rapidement et complètement enseveli. Dans son rapport de 1929, J. Wilson Paterson mentionne des perles parmi les objets découverts. Il écrit que des perles étaient "éparpillées sur la surface du sol". Un groupe de perles et d'ornements a été trouvé groupé sur le seuil intérieur de la porte très étroite. Ils ont été enfilés ensemble et forment un collier. Il semblerait que le collier soit tombé de la personne qui le portait en passant par la porte basse" (Paterson, 228). Bien que rien dans ce rapport, ni aucune preuve sur le site, ne semble indiquer qu'une tempête catastrophique ait chassé les habitants, Evan Hadingham, dans son ouvrage populaire Circles and Standing Stones, suggère justement cela, en écrivant : "C'est une tempête de ce type et une dune de sable mouvante qui ont effacé le village après une période d'occupation inconnue. Comme cela fut le cas à Pompéi, les habitants semblent avoir été pris par surprise et semblent avoir fui en toute hâte, car nombre de leurs biens précieux... furent laissés sur place. Une femme était si pressée que son collier se brisa alors qu'elle se faufilait par la porte étroite de sa maison, éparpillant un flot de perles le long du passage extérieur alors qu'elle fuyait le sable qui avançait" (p. 66). Les perles mentionnées par Paterson n'étayent en rien un tel scénario et l'absence de restes humains - ou de toute autre preuve d'un cataclysme - suggère une autre raison pour l'abandon du village. Les preuves recueillies sur le site lors des fouilles archéologiques menées par Graham et Anna Ritchie dans les années 1970 ont réfuté la théorie du cataclysme qui repose en grande partie sur la supposition que Skara Brae se trouvait sur le rivage dans l'Antiquité, comme c'est le cas aujourd'hui. La théorie de Ritchie, partagée par la plupart des chercheurs et des archéologues, est que le village fut abandonné pour des raisons inconnues et qu'il fut peu à peu enseveli par le sable et la terre au cours de la progression naturelle du temps.

Supprimer la pub
Publicité

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2012, octobre 18). Skara Brae [Skara Brae]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11449/skara-brae/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Skara Brae." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 18, 2012. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11449/skara-brae/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Skara Brae." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 oct. 2012. Web. 23 juin 2024.

Adhésion