Architecture Maya

Définition

Mark Cartwright
par , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié sur 20 septembre 2015
X
translations icon
Disponible dans d'autres langues: Anglais, Espagnol
Temple I, Tikal (by Dave Jimison, CC BY-SA)
Temple I de Tikal
Dave Jimison (CC BY-SA)

L'architecture maya est surtout caractérisée par les temples pyramidaux et les palais ornés qui furent construits dans tous les centres mayas de la Mésoamérique, d'El Tajin au nord à Copan au sud. La civilisation maya était formée de cités-états indépendantes et, par conséquent, il existe des variations régionales dans l'architecture, mais presque tous les bâtiments furent construits avec une attention précise à la position et à la disposition et un style général prévaut.

Les caractéristiques de l'architecture maya comprennent des plates-formes surélevées à plusieurs niveaux, d'immenses pyramides à degrés, des toitures en encorbellement et des escaliers monumentaux. Les extérieurs étaient décorés de sculptures et de moulures de glyphes mayas, de formes géométriques et d'iconographie religieuse comme les masques de serpents. Il est intéressant de noter que, contrairement à de nombreuses autres cultures, l'architecture maya ne fait pas de distinction particulière entre les bâtiments religieux et non religieux.

Influences et matériaux

Les Mayas étaient certainement conscients, et souvent admiratifs, des cultures mésoaméricaines qui les avaient précédés, en particulier les Olmèques et Teotihuacan. Ils s'inspirèrent donc de cet héritage mésoaméricain pour développer leur propre architecture.

Les architectes mayas utilisèrent des matériaux locaux facilement disponibles, comme le calcaire à Palenque et Tikal, le grès à Quiriguá et le tuf volcanique à Copan. Les blocs étaient taillés uniquement à l'aide d'outils en pierre. Le ciment de chaux brûlée était utilisé pour créer une forme de béton et était parfois utilisé comme mortier, tout comme la simple boue. Les surfaces extérieures étaient revêtues de stuc et décorées de sculptures en haut-relief ou de sculptures tridimensionnelles. Les murs pouvaient également être recouverts de fines plaques de pierre de taille placées sur un noyau de moellons, une caractéristique des bâtiments de la région de Puuc. Les murs des bâtiments mayas sont généralement droits et forment des angles aigus, mais on peut observer une particularité notable dans la Maison du Gouverneur d'Uxmal (Xe siècle), dont les murs extérieurs s'inclinent vers l'extérieur à mesure qu'ils s'élèvent. L'ensemble de l'extérieur était ensuite recouvert de stuc et peint de couleurs vives, notamment de rouge, de jaune, de vert et de bleu. Les murs intérieurs étaient souvent décorés de peintures murales représentant des batailles, des souverains et des scènes religieuses. Les toits à la Mansart étaient typiques et imitaient les toits de chaume inclinés des habitations plus modestes en bois et en torchis de la majorité de la population.

Les bâtiments mayas étaient positionnés de manière à pouvoir profiter des événements solaires et autres événements célestes ou des lignes de vue.

Les plus anciennes structures monumentales mayas proviennent de la région de Petén, comme la pyramide d'Uaxactun du Ier siècle de notre ère, connue sous le nom de E-VII-sub, et sont des pyramides basses avec des marches sur les quatre côtés s'élevant vers une plate-forme supérieure. Les trous de poteau dans les plates-formes indiquent que des superstructures en matériaux périssables s'y trouvaient autrefois. Les pyramides portent également une décoration sculpturale, des masques dans le cas de E-VII-sub. Même à ce stade précoce, les bâtiments étaient construits sur des plans précis en fonction d'événements tels que les solstices et équinoxes d'hiver et d'été. En outre, le contour des structures, vu d'en haut, était également délibéré et pouvait former ou ressembler à des glyphes mayas pour, par exemple, l'achèvement et le temps. En effet, de nombreuses structures avaient été construites pour commémorer spécifiquement l'achèvement de périodes de temps importantes, comme le katun de 20 ans.

Copan Site Plan
Plan du site de Copan
Arjuno3 (CC BY-SA)

Urbanisme

Les sites mayas présentent des preuves d'une planification urbaine délibérée et les monuments sont souvent disposés selon un modèle radial incorporant de larges places. La topographie déterminait généralement l'emplacement des grands bâtiments - voir, par exemple, Palenque où l'on utilisait les élévations rocheuses naturelles - mais ils pouvaient aussi être reliés par des chaussées surélevées et stuquées (bajos) au sein d'un même complexe sacré. Les bâtiments eux-mêmes étaient orientés, par exemple, selon un axe nord-sud, et étaient positionnés de manière à profiter des événements solaires et célestes ou des lignes de vue. Les bâtiments pouvaient également être placés de manière à profiter des panoramas naturels ou même à imiter la vue à proprement parler, comme dans le terrain de balle de Copan.

Pyramides

Les pyramides mayas qui s'élèvent au-dessus de la jungle environnante, comme le temple IV de 65 mètres de haut à Tikal (VIIIe siècle), font partie des images les plus célèbres des Amériques anciennes. Les pyramides servaient non seulement de temples et de points de convergence pour les pratiques religieuses des Mayas, où des offrandes étaient faites aux dieux, mais aussi de gigantesques tombes pour les souverains décédés, leurs partenaires, les victimes de sacrifices et les biens précieux. Les pyramides étaient aussi périodiquement agrandies, de sorte que leur intérieur, lorsqu'il est fouillé, révèle parfois une série de pyramides complètes mais de taille réduite, souvent encore dotées de leur décoration en stuc coloré d'origine. En outre, des sanctuaires individuels pouvaient être fusionnés en un seul complexe géant au fil du temps, les souverains mayas cherchant à impressionner leurs sujets et à laisser une trace durable de leur règne. Un bon exemple de ce développement peut être observé à l'acropole nord de Tikal.

Temple of the Inscriptions, Palenque
Temple des Inscriptions, Palenque
Jan Harenburg (CC BY)

Le temple des inscriptions de Palenque, construit vers 700, est un exemple modèle de structure de temple maya. Un seul escalier raide grimpe sur plusieurs niveaux pour atteindre une plate-forme supérieure surmontée d'une structure unique comportant plusieurs chambres. La pyramide est riche en signification symbolique, avec neuf niveaux extérieurs représentant les neuf niveaux de Xibalba, le monde souterrain maya, et un passage secret de 13 niveaux descendant vers la tombe du roi Pakal à l'intérieur, représentant les 13 niveaux du ciel maya. Contrairement à cette approche standard, la pyramide du magicien d'Uxmal (après 600) se distingue par ses angles arrondis qui lui donnent une forme presque ovale lorsqu'elle est vue d'en haut, ce qui en fait une pyramide unique dans l'architecture maya. Deux autres caractéristiques mayas communes aux pyramides sont un chanfrein ou une profonde rainure horizontale autour de chaque plate-forme et des coins arrondis. L'effet global de ces immenses monuments est celui d'une montagne, un élément du paysage que les Mayas considéraient comme sacré.

Palais

Les plus grands bâtiments mayas utilisés comme palais et centres administratifs, comme les temples, ont très souvent des sections avec une toiture en encorbellement - c'est-à-dire que les pierres plates étaient empilées les unes sur les autres, se chevauchant légèrement de façon à former un espace suffisamment étroit pour être couvert par une seule pierre de couverture. L'ajout de traverses en bois permettait de soutenir davantage ces voûtes instables. Cette technique fut affinée à Palenque où le mur central des passages parallèles en encorbellement pouvait soutenir des structures extérieures en peigne sur le toit qui présentaient un effet de treillis en pierre. L'utilisation de toits en encorbellement peut également être observée dans les chambres funéraires intérieures de certaines pyramides, notamment la tombe de Kink Pakal au cœur du Temple des Inscriptions à Palenque. Une autre innovation permettant d'accroître l'intégrité structurelle des toitures se trouve à Uxmal, notamment dans le bâtiment du Quadrilatère des Nonnes (antérieur à l'an 1000), dont les voûtes sont constituées de pierres en forme de bottes.

Nunnery Quadrangle, Uxmal
Quadrilatère des nonnes, Uxmal
Wikipedia User: HJPD (CC BY)

Le complexe du couvent d'Uxmal rappelle également que les résidences royales mayas avaient également des fonctions religieuses et étaient conçues, comme les pyramides des temples, pour représenter visuellement la vision maya du cosmos. Le bâtiment nord de la nonnerie compte 13 portes - les niveaux des cieux, le bâtiment sud en compte 9 - les niveaux de Xibalba, et le bâtiment ouest en compte 7 - le nombre mystique maya de la terre.

Les plus grands bâtiments mayas pouvaient avoir des colonnades (ou plus communément des piliers) et des tours. Le meilleur exemple qui subsiste est le palais de Palenque avec sa tour unique à trois étages. Les portes sont souvent multiples et de type poteau et linteau en bois (généralement sapotille) ou en pierre. Elles peuvent également présenter des sculptures en relief de souverains ; on en trouve de très beaux exemples à Yaxchilan. Les portes peuvent également être sculptées pour représenter, par exemple, la gueule d'un monstre féroce, comme dans la structure 22 de Copan et la pyramide du magicien d'Uxmal. Ces portails représentaient les bouches des grottes sacrées, traditionnellement considérées comme des portails vers un autre monde. Enfin, outre les salles, les chambres, les cuisines et les ateliers, certains palais, comme celui de Palenque, comportaient des éléments de luxe tels que des toilettes et des hammams.

Ball Court, Copan
Terrain de jeu de balle, Copan
Adalberto Hernandez Vega (CC BY)

Terrains de jeu de balle

Utilisés pour jouer au jeu de balle de Mésoamérique, qui impliquait deux équipes de joueurs essayant de faire rebondir une balle en caoutchouc à travers un anneau unique sans l'utilisation des mains ou des pieds, le plus splendide terrain de jeu maya classique se trouve à Copan. Construit vers 800, ses élégants côtés inclinés encadrent parfaitement la vue lointaine sur les collines. Le terrain de jeu de balle d'Uxmal est inhabituel car ses côtés sont verticaux et un exemple à Tikal présente un triple terrain unique. Le jeu de balle pouvait avoir une signification religieuse, les perdants étant sacrifiés aux dieux, et l'orientation du terrain est donc typiquement placée entre le nord et le sud - respectivement les mondes céleste et souterrain - et fait partie intégrante du complexe sacré de la ville.

Héritage

L'architecture maya a donc passé le témoin architectural de la Mésoamérique ancienne aux cultures suivantes, comme la civilisation toltèque et les Aztèques, en particulier dans les centres célèbres de Xochicalco, Chichen Itza, Mitla et Tenochtitlan. L'influence maya s'est même étendue jusqu'au XXe siècle, lorsque des architectes de renom comme Frank Lloyd Wright et Robert Stacy-Judd ont incorporé des éléments de l'architecture maya dans leurs bâtiments.

À propos du traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

A propos de l'auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer ce travail

Style APA

Cartwright, M. (2015, septembre 20). Architecture Maya [Maya Architecture]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Récupéré de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13270/architecture-maya/

Le style Chicago

Cartwright, Mark. "Architecture Maya." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. Dernière modification septembre 20, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13270/architecture-maya/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Architecture Maya." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 20 sept. 2015. Web. 24 avril 2024.

L'adhésion