Tenochtitlan

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 25 septembre 2013
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais, espagnol
X
Sacred Precinct, Tenochtitlan (by Steve Cadman, CC BY-SA)
Enceinte sacrée, Tenochtitlan
Steve Cadman (CC BY-SA)

Tenochtitlan, située sur une île près de la rive occidentale du lac Texcoco, dans le centre du Mexique, était la capitale et le centre religieux de la civilisation aztèque. La date traditionnelle de fondation de la ville est 1345 et elle resta le centre aztèque le plus important jusqu'à sa destruction par les conquérants espagnols menés par Hernán Cortés en 1521, ce qui conduisit à l'effondrement final de l'empire aztèque. Au cœur de la ville se trouvait une grande enceinte sacrée dominée par l'immense pyramide, connue sous le nom de Temple Mayor, qui honorait les dieux Huitzilopochtli et Tlaloc. Le site, aujourd'hui Mexico, continue de faire l'objet de fouilles et a livré certains des plus grands trésors de l'art aztèque, comme la célèbre pierre du soleil, ainsi que des objets d'art que les Aztèques eux-mêmes ont collectés auprès des autres grandes civilisations de la Mésoamérique.

Dans la mythologie

Dans la mythologie aztèque, les fondateurs de la ville avaient migré depuis la légendaire grotte d'Aztlán, dans le désert du nord-ouest, au terme d'un long périple qui les mena jusqu'au lac Texcoco. Au cours de cette migration, les prêtres avaient transporté une énorme idole du dieu Huitzilopochtli, qui chuchotait des indications, donna leur nom aux Méxica et promit de grandes richesses et une grande prospérité s'il était vénéré comme il se devait. En cours de route, les Méxica s'installèrent à différents endroits, dont aucun ne correspondait vraiment à ce qu'ils souhaitaient. La rébellion de Copil, fils de Malinalxochitl, la sœur de Huitzilopochtli, fut un événement décisif. Il s'agissait de se venger de l'abandon de la déesse par les Méxica, mais Copil fut tué avec l'aide de Huitzilopochtli. Le grand dieu de la guerre ordonna que le cœur du rebelle soit jeté le plus loin possible dans le lac Texcoco et que l'endroit où il atterrirait indiquerait l'endroit où les Méxica devraient construire leur nouvelle maison, l'endroit précis étant marqué par un aigle dévorant un serpent, assis sur un cactus de figue de Barbarie (nopal). C'est exactement ce qui se passa et la nouvelle capitale, Tenochtitlan, fut construite, la date traditionnelle étant 1345.

Supprimer la pub
Publicité

Le nom de la ville dérive de tetl , qui signifie rocher, de nochtli, le cactus à figues de Barbarie, et de tlan, le suffixe locatif. Le terme Tenocha, que les Méxica utilisaient parfois pour se nommer eux-mêmes, et le nom de leur prêtre-chef quasi-légendaire Tenoch, ont une origine similaire.

TenochtitlAn était l'une des plus grandes villes de MésoAmérique, avec plus de 200 000 habitants.

La ville

Bien que la ville ait été détruite et largement reconstruite au cours des siècles suivants, les chroniqueurs du XVIe siècle ont heureusement consigné dans les moindres détails les bâtiments et les œuvres d'art qui avaient fait de Tenochtitlan l'une des plus grandes villes de Mésoamérique et, avec plus de 200 000 habitants, certainement la plus peuplée. Grâce à ces documents et aux fouilles archéologiques approfondies qui se poursuivent sur le site, nous en savons plus sur Tenochtitlan que sur n'importe quelle autre ville des grandes civilisations mésoaméricaines.

Supprimer la pub
Publicité

Selon Bernal Diaz del Castillo, l'un des hommes de Cortés, lorsqu'il vit la ville pour la première fois :

Elle ressemblait aux enchantements du livre d'Amadis, en raison des hautes tours, des rues [pyramides] et des autres bâtiments, tous en maçonnerie, qui s'élevaient au-dessus de l'eau. Certains soldats demandèrent si ce qu'ils voyaient n'était pas un rêve.
(Miller, 239)

Tenochtitlan s'étendait, dans sa plus grande partie, sur 12 à 14 km² et était reliée à la rive occidentale du lac et à la campagne environnante par trois chaussées (nord, est et ouest) qui comportaient des brèches traversées par des ponts amovibles permettant le passage des bateaux et pouvant être démontés en cas d'attaque de la ville (ce qui ne s'était jamais produit jusqu'à l'arrivée des Espagnols). Il y avait également un aqueduc en pierre qui amenait de l'eau douce à la ville depuis des sources situées près de la colline de Chapultepec. Le lac constituait une source importante de nourriture, mais les bonnes terres agricoles étaient rares, ce qui nécessitait la récupération des terres du lac et, éventuellement, des conquêtes militaires pour prendre des terres par la force aux États voisins. Les chinampa ou "jardins flottants" (radeaux de boue sécurisés par des saules) des voisins immédiats ont donc été saisis et développés pour répondre aux besoins de la population croissante de la ville.

Supprimer la pub
Publicité

La ville à proprement dit fut aménagée selon un plan quadrillé et était traversée par de nombreux canaux. Outre les quatre artères principales qui divisaient la ville selon les points cardinaux, la plupart des rues et des canaux étaient étroits, d'autant plus qu'il n'y avait pas de véhicules à roues ou de bêtes de somme, de sorte que les marchandises étaient transportées par porteur ou par de petites embarcations et des canoës. Les canaux, ainsi que les nombreux saules, les jardins fleuris et les monuments en plâtre blanc qui brillaient au soleil, devaient constituer une ville pittoresque. Comme le décrit un poème en nahuatl :

La ville s'étend en cercles de jade,
rayonnant d'éclats de lumière comme des panaches de quetzal,
A côté d'elle, les seigneurs sont portés par des bateaux :
au-dessus d'eux s'étend une brume fleurie.
(Coe, 192)

Le cœur de la ville était l'enceinte cérémonielle fortifiée avec ses trois entrées, ses temples impressionnants et ses pyramides, à partir desquels la ville s'étendait en quatre quartiers résidentiels principaux. Ceux-ci comprenaient parfois de vastes palais tels que l'ancienne résidence de Motecuhzoma Ier et le palais d'Axayacatl, de plus petites résidences en pierre à toit plat pour les nobles et les fonctionnaires, d'immenses places de marché (où l'on pouvait acheter toutes sortes de produits de base et de luxe tels que le jade, le chocolat et la vanille), des chambres judiciaires, des maisons du trésor, des salles de stockage, des structures telles que la salle des fêtes et la salle de réception, des salles d'exposition et des salles de réunion, des salles d'entrepôt, des structures telles que la Maison de la danse et la Volière, et des zones très serrées d'ateliers (travaillant surtout le métal et l'obsidienne, mais aussi la vannerie avec les roseaux locaux) et de petites maisons en briques d'adobe et en roseaux où vivaient les classes inférieures, bien qu'elles puissent aussi être entrecoupées de petits jardins.

Tenochtitlan
Tenochtitlan
HJPD (CC BY-SA)

L'enceinte sacrée

L'enceinte sacrée au cœur de Tenochtitlan contenait, selon un témoin oculaire, 78 structures distinctes. Parmi les plus importantes, le Temple Mayor de Tlaloc et Huitzilopochtli, flanqué d'un côté de la Maison de l'Aigle (nommée d'après sa décoration en pierre) et de l'autre de la pyramide de Tezcatlipoca. Devant le Temple Mayor se trouvaient la pierre des gladiateurs (où les victimes des sacrifices étaient attachées et attaquées par des "chevaliers"), un tzompantli (râtelier à crânes) en pierre et un terrain de jeu de balle en forme de "I". Dans l'angle sud-ouest se trouvaient le temple du soleil de Tonatiuh et un temple de Quetzalcoatl.

Supprimer la pub
Publicité

Il y avait également un temple à la déesse de la terre Tonantzin et le bâtiment Coateocalli qui abritait, et en quelque sorte capturait spirituellement, les statues des dieux et diverses autres œuvres d'art capturées sur les ennemis conquis. Enfin, du côté Tlaloc du Temple Mayor, les fouilles ont révélé une montagne artificielle faite d'offrandes et de dépôts, conçue pour imiter la montagne sacrée de Tlaloc.

Le Temple Mayor

Le Grand Temple ou Temple Mayor (appelé Hueteocalli par les Aztèques) occupe une place centrale dans l'enceinte sacrée. Au sommet de la plate-forme pyramidale de 60 m de haut, à laquelle on accède par deux volées de marches, se trouvaient deux temples jumeaux. Celui du côté nord était dédié à Tlaloc, le dieu de la pluie, et l'autre, du côté sud, à Huitzilopochtli, le dieu de la guerre. Le temple de Tlaloc marquait le solstice d'été (symbole de la saison des pluies) tandis que celui de Huitzilopochtli marquait le solstice d'hiver (symbole de la saison sèche et de la guerre). Les marches monumentales menant au temple de Tlaloc étaient peintes en bleu et blanc, la première couleur représentant l'eau, l'élément si fortement associé au dieu. En revanche, les marches menant au temple de Huitzilopochtli étaient peintes en rouge vif pour symboliser le sang et la guerre.

Temple Mayor, Tenochtitlan
Templo Mayor, Tenochtitlan
Wolfgang Sauber (CC BY-SA)

Des sacrifices, y compris des sacrifices humains, étaient effectués dans les deux temples pour nourrir et honorer les dieux. Un sacrifice typique consistait à arracher le cœur de la victime, à l'écorcher, à la décapiter et à la démembrer. Après tout cela, le cadavre était jeté en bas des marches de la pyramide pour atterrir à la base où une pierre ronde massive représentait Coyolxauhqui, la déesse qui avait été traitée de la même manière par Huitzilopochtli dans la mythologie.

Supprimer la pub
Publicité

Destruction

Lorsque les Espagnols arrivèrent à Tenochtitlan, leur chef Cortés ne disposait que de 500 hommes et de moins de 20 chevaux. Cependant, en recrutant des alliés comme les Tlaxcalans, il put assiéger la ville qui tomba le 13 août 1521. Les grands monuments furent saccagés et pillés, les œuvres d'art et les objets précieux furent fondus et la civilisation aztèque s'effondra. Ce qui restait de la ville devint la capitale de la Nouvelle-Espagne, nom donné par les Espagnols à leur nouvelle colonie.

Archéologie

Les fouilles dans les temples et les bâtiments de Tenochtitlan ont commencé au 20e siècle et ont révélé la véritable complexité de l'histoire du site. Il est prouvé, par exemple, que l'enceinte sacrée avait été construite sur des structures beaucoup plus anciennes, que les temples eux-mêmes avaient été reconstruits et complétés à de nombreuses reprises et que des offrandes y avaient été enterrées, comme le corail, les coquillages et les animaux marins enterrés dans les profondeurs du Temple Mayor.

Aztec Empire Map
Carte de l'empire aztèque
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)


La ville fut dépouillée de tout ce qui avait de la valeur après son effondrement, mais plusieurs œuvres d'art étonnantes ont néanmoins été retrouvées, presque miraculeusement, à Tenochtitlan. Il s'agit notamment de l'emblématique pierre du soleil (ou pierre du calendrier), de la grande sculpture en pierre de Coatlicue, de la pierre de Tizoc, de l'énorme pierre ronde représentant Coyolxauhqui qui reposait au pied du Temple Mayor, de la pierre du temple - un trône en pierre probablement utilisé par Motecuhzoma II et décoré de dieux et d'un disque solaire - et, enfin, du récipient anthropomorphe en céramique bleue représentant Tlaloc.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Outre ces magnifiques œuvres d'art aztèque, les fouilles des temples ont révélé des caches d'œuvres d'art provenant de nombreuses civilisations mésoaméricaines antérieures, jusqu'aux Olmèques, ce qui montre que les Aztèques étaient des collectionneurs d'art appréciant et même vénérant les œuvres d'art. De nombreux récipients en céramique richement décorés et finement fabriqués ont également été mis au jour, ce qui montre que les artistes aztèques étaient peut-être plus habiles qu'on ne l'avait d'abord cru. La grande majorité de ces découvertes font partie de l'époustouflante collection du Musée national d'anthropologie de Mexico, qui a été construit sur l'ancien site de Tenochtitlan.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2013, septembre 25). Tenochtitlan [Tenochtitlan]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12114/tenochtitlan/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Tenochtitlan." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 25, 2013. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12114/tenochtitlan/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Tenochtitlan." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 25 sept. 2013. Web. 24 mai 2024.

Adhésion