Archéologie

Définition

Maisie Jewkes
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 juillet 2013
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, indonésien, italien
Archaeology (by Maisie Jewkes, CC BY-NC-ND)
L'archéologie
Maisie Jewkes (CC BY-NC-ND)

L'archéologie est un sujet vaste et les définitions peuvent varier, mais en gros, il s'agit de l'étude de la culture et de l'histoire des peuples passés et de leurs sociétés par la mise au jour et l'étude de leurs vestiges matériels, c'est-à-dire des outils, des ruines et des poteries. L'archéologie et l'histoire sont des disciplines différentes, mais elles ont des points communs et travaillent constamment l'une avec l'autre. Alors que les historiens étudient les livres, les tablettes et autres informations écrites pour connaître le passé, les archéologues découvrent, datent et retracent la source de ces objets, et se concentrent à leur tour sur l'apprentissage par la culture matérielle.

Comme une grande partie de l'histoire de l'humanité est préhistorique (avant les documents écrits), l'archéologie joue un rôle important dans la compréhension du passé. Différents environnements et climats favorisent ou entravent la survie des matériaux, par exemple, les papyrus peuvent survivre des milliers d'années dans le désert chaud et sec, mais ne survivraient pas dans des conditions humides. Les conditions humides, comme les tourbières, peuvent préserver les matériaux organiques, comme le bois, et les épaves sous-marines sont également fouillées à l'aide d'équipements de plongée. Qu'il s'agisse de creuser dans le sol ou de tester des échantillons en laboratoire, l'archéologie est une discipline très vaste qui compte de nombreuses sous-sections d'expertise. Deux domaines en rapide expansion sont l'archéologie expérimentale et l'ethnoarchéologie. L'archéologie expérimentale tente de recréer des techniques anciennes, comme la fabrication du verre ou le brassage de la bière égyptienne. L'ethnoarchéologie consiste à vivre parmi les communautés ethniques modernes, dans le but de comprendre comment elles chassent, travaillent et vivent. Grâce à ces informations, les archéologues espèrent mieux comprendre les communautés anciennes.

Supprimer la pub

Advertisement

L'archéologie du passé

LA PREMIÈRE FOUILLE SCIENTIFIQUE A ÉTÉ ATTRIBUÉE À THOMAS JEFFERSON EN VIRGINIE, AUX ÉTATS-UNIS.

L'archéologie en tant qu'étude académique, carrière et sujet universitaire est un développement assez récent. Néanmoins, l'intérêt pour le passé n'est pas nouveau. L'humanité s'est toujours intéressée à son histoire. La plupart des cultures ont un mythe ou une histoire qui explique leur fondation et leurs lointains ancêtres. Les anciens dirigeants ont parfois rassemblé des reliques anciennes ou reconstruit des monuments et des bâtiments. Cela peut souvent être considéré comme une stratégie politique - un dirigeant souhaitant être identifié à une grande figure ou civilisation du passé. D'un autre côté, les dirigeants de l'Antiquité étaient également connus pour leur curiosité et leurs connaissances. Le roi Nabonide de Babylone, par exemple, s'intéressait vivement au passé et étudia de nombreux sites et bâtiments. Dans un temple, il trouva la pierre de fondation datant de 2200 ans auparavant. Il conserva ses découvertes dans une sorte de musée dans sa capitale, Babylone. Les historiens romains et grecs ont écrit des livres sur le passé, et les histoires de héros et de dirigeants célèbres nous sont ainsi parvenues.

Cependant, l'archéologie moderne, ou du moins ses théories et sa pratique, est issue de la tradition des antiquaires. Aux 17e et 18e siècles, de riches érudits, ou "antiquaires" comme on les appellait aussi, ont commencé à collectionner des objets de l'ère classique. Poussés par leur intérêt, ils ont commencé à faire certaines des premières études de sites comme Pompéi et ont dessiné des monuments anciens en détail. La première fouille scientifique a été attribuée à Thomas Jefferson (troisième président des États-Unis d'Amérique), qui déterra certains tumulus sur sa propriété dans l'État de Virginie, aux États-Unis. Les débuts des techniques modernes de terrain furent inaugurés par le général Augustus Lane-Fox Pitt Rivers, qui fouilla des tumulus à Camborne Chase en utilisant des enregistrements et des procédures systématiques. Aux États-Unis, dans les années 1960, l'archéologie est passée par une phase de nouvelles théories, souvent appelée archéologie processuelle. Cette démarche a une approche scientifique des questions et conçoit des modèles pour suggérer des réponses et tester ses théories.

Supprimer la pub

Advertisement

Archéologues célèbres

L'archéologie est une étude qui prend du temps ; il faut souvent de nombreuses années de labeur avant qu'un archéologue ne fasse une percée ou ne découvre un site. Les archéologues célèbres sont souvent liés à leur découverte ou à leur théorie la plus célèbre. Il faudrait une centaine de pages pour nommer la multitude de personnes qui ont travaillé et fait évoluer l'archéologie ; en voici quelques-unes : Howard Carter, un Anglais, qui, en 1922, découvrit la tombe du pharaon Toutankhamon en Égypte ; Leonard Woolley passa des années à fouiller la ville antique d'Ur en Mésopotamie ; Heinrich Schliemann mit au jour ce que l'on croit être la ville mythique de Troie, en s'appuyant sur les travaux d'un archéologue amateur, Frank Calvert ; Sir Arthur Evans fouilla une grande partie de Knossos (sur l'île de Crète) et développa le concept de civilisation minoenne.

Grave Circle A, Mycenae
Cercle à tombes A, Mycènes
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Ces hommes sont tous connus pour leurs célèbres découvertes, mais ils ont également fait évoluer l'archéologie de terrain et les techniques, même si les méthodes de Heinrich Schliemann, qui consistaient à creuser très rapidement et à n'enregistrer que les niveaux antérieurs, sont aujourd'hui remises en question et fortement critiquées, tout comme les rapports selon lesquels il aurait fait sortir clandestinement des objets du pays. D'autres, comme Sir Mortimer Wheeler, Sir William Flinders Petrie et Gordon Childe, sont célèbres pour leurs méthodes de documentation, la précision de leurs fouilles et leurs approches de la théorie archéologique. Mary et Louis Leakey ont travaillé pendant de nombreuses années en Afrique de l'Est, transformant notre connaissance du développement humain et repoussant de plusieurs millions d'années la date des ancêtres de l'homme.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Il convient de mentionner le travail d'autres personnes, qui ne sont pas considérées archéologues mais plutôt comme savants, qui ont travaillé pendant des décennies sur l'étude des langues. Jean-Francois Champollion déchiffra les hiéroglyphes égyptiens en 1822. Tatiana Proskouriakoff a travaillé dans la seconde moitié du XXe siècle sur les problèmes de l'écriture hiéroglyphique maya et a contribué à la percée définitive. Dans les années 1850, Henry Rawlinson déchiffra l'écriture cunéiforme mésopotamienne.

Les techniques de l'archéologie moderne

L'archéologie moderne est un domaine diversifié, avec de nombreuses techniques utilisées. Cependant, il existe des techniques communes que la plupart des archéologues travaillant sur le terrain utilisent :

1. Prospection pédestre et étude de surface :

Il s'agit d'une équipe de personnes marchant à travers la campagne, à distance égale, chacune enregistrant les découvertes et les caractéristiques sur son chemin. Cette méthode est utilisée, par exemple, pour suivre les modèles de peuplement. Les relevés sont également effectués dans les airs, par des avions ou à l'aide de satellites. En Angleterre, les contours des forteresses ou des villas romaines sont facilement visibles sous le sol.

Supprimer la pub

Advertisement

2. Les fouilles :

Probablement l'aspect le plus connu de l'archéologie, (ça, et bien sûr, le trésor). Il existe trois types de fouilles (ou excavations) : la recherche, le sauvetage et la récupération. Le premier a généralement pour but de tester une théorie ou de répondre à une question. Les deux derniers types de fouilles sont ceux effectués sur des sites menacés de destruction ou après destruction. Les fouilles sont généralement menées selon un plan quadrillé et descendent par couches, en enregistrant soigneusement chaque couche et les découvertes avant de la dégager pour atteindre un niveau antérieur. C'est ce qu'on appelle la stratification. La question de savoir quand il est bon de creuser ou non fait débat, car les fouilles sont en soi destructrices. Cependant, elles restent la principale source de collecte des connaissances archéologiques

Excavation under the Acropolis Museum
Fouilles sous le musée de l'Acropole
Tomisti via Wiki Commons (CC BY-NC-SA)

3. Typologies :

Après avoir été nettoyées, les découvertes sont ensuite triées en groupes et classées en fonction du matériau, de la taille et de la décoration. Cela peut aider à donner une date approximative à un objet et fournir une base sur laquelle une étude plus approfondie peut être faite. L'étude de la décoration ou de la forme d'un objet peut nous renseigner sur les réseaux commerciaux, les compétences artisanales, les goûts et les valeurs artistiques des populations.

4. Les analyses de laboratoire :

L'observation d'un artefact au microscope ou les tests chimiques permettent d'acquérir de nombreuses connaissances. La datation au radiocarbone mesure le taux de désintégration du carbone 14 et peut être utilisée pour dater de nombreux types de matériaux organiques (à condition qu'ils aient moins de 60 000 ans). Ce procédé et d'autres procédés similaires peuvent contribuer à donner une date assez précise à un objet. Les sources de nourriture constituent une autre caractéristique des tests. Même après des milliers d'années, on peut retrouver des sédiments alimentaires sur des artefacts. Cela peut nous indiquer quels aliments les gens mangeaient et même comment ils les cuisinaient.

Supprimer la pub

Advertisement

En étudiant soigneusement un simple objet, en cartographiant une ville ancienne, en ouvrant une tombe oubliée ou en fouillant un galion coulé, le passé s'ouvre à nous et nous pouvons tous en apprendre davantage sur des peuples et des sociétés autrement hors de notre portée. C'est tout cela l'archéologie.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Citer cette ressource

Style APA

Jewkes, M. (2013, juillet 15). Archéologie [Archaeology]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-421/archeologie/

Style Chicago

Jewkes, Maisie. "Archéologie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 15, 2013. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-421/archeologie/.

Style MLA

Jewkes, Maisie. "Archéologie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 juil. 2013. Web. 18 mai 2022.

Adhésion