Interview de John Lee sur John Wesley Gilbert

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3411 / $18000

Article

Kelly Macquire
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 25 février 2022
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

World History Encyclopedia reçoit John Lee afin qu'il nous parle de son nouveau livre, The First Black Archaeologist : A Life of John Wesley Gilbert

Kelly (WHE) : Merci beaucoup d'avboir accepté notre invitation! Commençons par parler du sujet du livre et de l'identité de John Wesley Gilbert.

Supprimer la pub
Publicité

John Lee (auteur) : Bien sûr! John Wesley Gilbert est né dans une région rurale de la Géorgie en 1863. Il est né dans l'esclavage et a surmonté ces débuts difficiles pour se faire connaître au niveau national en tant qu'érudit, éducateur, dirigeant de communauté et missionnaire. L'une de ses grandes réalisations a été d'être le premier universitaire afro-américain à se rendre en Grèce en 1890 pour y mener des travaux archéologiques professionnels, d'où le titre du livre, mais sa vie a englobé un large éventail d'activités qui vont au-delà de ses travaux archéologiques.

Supprimer la pub
Publicité

Mon livre raconte l'histoire d'un garçon qui avait grandi dans la pauvreté, avait été confronté au racisme et à la violence, un garçon qui semblait ne pas avoir d'opportunités. Mais grâce à des enseignants dévoués - noirs et blancs -, à sa volonté incessante d'apprendre et aux opportunités qui se sont présentées à lui de manière inattendue, il a pu s'élever au-dessus de ces humbles débuts et réussir dans de nombreux domaines. Mon livre raconte cette histoire depuis son enfance à Augusta, en Géorgie, jusqu'à ses premières années d'études en Géorgie. Il l'emmène ensuite à l'université Brown de Providence, dans le Rhode Island, où il n'était que le troisième diplômé afro-américain. Il se rend ensuite à Athènes, en Grèce, où il a été l'un des tout premiers étudiants de la nouvelle école américaine d'études classiques d'Athènes. Il s'agit de la première institution de recherche que les États-Unis aient jamais implantée à l'étranger. Il est devenu l'un des 50 premiers Américains, toutes races, ethnies et origines confondues, à effectuer un travail archéologique professionnel en Grèce.

John Wesley Gilbert a fait partie de l'une des toutes premières équipes de fouilles américaines en Grèce.

Il a voyagé dans toute la Grèce. Il a rédigé une thèse à l'American School qui lui a permis d'obtenir un diplôme d'études supérieures à Brown. Il est ainsi devenu le premier Afro-Américain à obtenir un diplôme d'études supérieures à Brown et l'un des premiers Afro-Américains aux États-Unis à obtenir un diplôme d'études supérieures en études classiques. Il a ensuite effectué des fouilles sur l'île d'Eubée, sur le site antique d'Eretria, au nord d'Athènes. Il a fait partie de l'une des toutes premières équipes de fouilles américaines en Grèce. C'est le cœur de l'histoire, mais je suis aussi sa vie après la Grèce. Dans les années qui ont suivi son retour de Grèce, en 1891, il a été professeur de grec, d'anglais et d'allemand au Paine College, un petit établissement d'Augusta, en Géorgie, qui avait été fondé pour éduquer les étudiants noirs dans le cadre d'une coopération entre les méthodistes noirs et blancs du Sud. Il s'agissait d'une institution unique dans le Sud, gérée en coopération par un conseil d'administration interracial, et il y a consacré sa vie à bien des égards. Il est également devenu un leader dans sa ville natale d'Augusta, au sein de l'Église, de la communauté et dans le domaine des droits civiques.

Supprimer la pub
Publicité

En 1911, le professeur Gilbert a rejoint un évêque blanc, Walter Russell Lambuth, de l'Église épiscopale méthodiste du Sud, une dénomination méthodiste dominée par les Blancs. Ensemble, l'évêque Lambuth et le professeur Gilbert ont entrepris un voyage de huit mois dans ce qui était alors le Congo belge, afin d'y établir une mission méthodiste. Ils sont entrés en contact avec le responsable local d'un lieu appelé Wamboniyama et ont jeté les bases d'une mission qui existe encore aujourd'hui.. Le professeur Gilbert a eu une vie très mouvementée, que je retrace depuis son enfance jusqu'à sa mort. J'essaie également de le replacer dans le contexte plus large de son époque et de parler un peu de son héritage.

Kelly : Il a l'air d'avoir été un homme extraordinaire. Tant de choses différentes au cours d'une seule vie ! Qu'est-ce qui vous a donné envie d'écrire l'histoire de John Wesley Gilbert ? Pourquoi ce livre ?

John : Ce qui est amusant, c'est que je n'avais pas prévu au départ d'écrire un livre sur John Wesley Gilbert. Comme vous le savez, mon domaine de prédilection est la Grèce antique et l'empire achéménide, le premier empire perse. La majeure partie de ma carrière a été consacrée à la publication d'ouvrages sur ces sujets, et c'est en fait par accident que je suis entré dans la vie du professeur Gilbert. Je cherchais un projet parallèle parce que j'étais embourbé dans un autre projet sur le monde antique, et je me suis dit qu'il y avait quelque chose que je ne connaissais pas du tout, et j'ai été curieux. La raison de ma curiosité est que le professeur Gilbert a travaillé à l'École américaine d'études classiques d'Athènes de 1890 à 1891, et que j'y ai étudié de 1996 à 1997. Je ne le savais pas à l'époque, mais j'étais assis dans la même salle de bibliothèque que lui. J'ai visité un grand nombre des mêmes sites archéologiques que lui. En fait, j'ai marché dans ses pas avant même d'avoir entendu parler de lui.

Supprimer la pub
Publicité

Kelly : Vous avez donc un lien personnel avec le professeur Gilbert. Êtes-vous déjà tombé sur son nom dans le cadre de vos travaux sur la Grèce ?

John : Non, je ne l'ai pas rencontré. Cela fait également partie de mon histoire. J'ai mentionné la mission du professeur Gilbert au Congo; en raison de cette mission, il était bien connu tout au long du 20e siècle dans la tradition méthodiste, à la fois dans sa dénomination, la Christian Methodist Episcopal, ou CME Church, qui est une dénomination afro-américaine, et dans l'Église méthodiste unie, qui a absorbé la dénomination de l'évêque Lambuth. Ces églises vénèrent depuis longtemps Gilbert pour son rôle dans la mission au Congo. Cela fait partie de l'héritage commun de ces groupes. En ce qui concerne l'archéologie, je pense que les archéologues américains travaillant en Grèce n'ont pas beaucoup réfléchi à leur propre histoire jusqu'à récemment. Ils l'ont étudiée, mais de manière plus institutionnelle que personnelle.

Kelly : Est-il le seul à avoir été oublié dans l'histoire archéologique de la Grèce, ou y en a-t-il d'autres qui gagnent peu à peu l'attention qu'ils méritent ?

Supprimer la pub
Publicité
Gilbert a été le premier Afro-Américain à se rendre en Grèce pour étudier l'archéologie.

John : Il y a beaucoup d'autres chercheurs classiques afro-américains dont la vie commence à être mieux connue. Bien sûr, il y a des spécialistes africains des lettres classiques dès le début de la période moderne qui travaillent en Europe, mais pour ce qui est des États-Unis de l'après-guerre de Sécession, on s'intéresse de plus en plus à ces personnalités, hommes et femmes, dont beaucoup ont poursuivi leur carrière dans le Sud, où régnait la ségrégation. D'autres se sont imposés sur la scène nationale. L'exemple le plus célèbre est celui de William Sanders Scarborough, également originaire de Géorgie. Il avait une dizaine d'années de plus que Gilbert, et il est devenu célèbre dans tout le pays. Il est peut-être le plus célèbre des classiques noirs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Cependant, Gilbert a été le premier Afro-Américain à se rendre en Grèce pour y étudier l'archéologie. Au début du XXe siècle, Gilbert était vraiment le premier et, pendant longtemps, le seul archéologue afro-américain.

The First Black Archaeologist: A Life of John Wesley Gilbert
Le premier archéologue noir : une vie de John Wesley Gilbert
John Lee (Copyright)

Kelly : Cela a dû être fascinant de lire sur son illustre carrière et sa vie passionnante. Quelle est la chose la plus intéressante que vous ayez apprise sur lui en écrivant ce livre?

John : L'une des choses les plus intéressantes est que j'ai dû reconstituer la vie de Gilbert à partir de fragments, parce qu'il avait quatre enfants, dont trois ont survécu jusqu'à l'âge adulte et se sont mariés, mais ils n'ont jamais eu d'enfants. Il n'a pas eu de petits-enfants, et ses papiers, lettres de famille et autres biens ont donc tous été perdus. Les archives du Paine College, l'école où il enseignait, ont été tragiquement détruites dans un incendie en 1968. À première vue, j'avais l'impression de n'avoir rien du tout puisque tout avait été détruit ou perdu, mais je suis un historien de l'Antiquité, j'ai l'habitude de travailler avec des fragments du passé. C'est peut-être une autre raison pour laquelle j'ai été attiré par le projet. Ce qui est le plus passionnant, ce sont les propres écrits de Gilbert; des fragments de ses écrits subsistent en Grèce et au Congo, et ils sont repris sous forme de citations dans d'autres sources. J'ai pu trouver ces documents et entendre l'histoire de Gilbert avec ses propres mots. C'était très intéressant.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Kelly : C'est vraiment cool. Cela vous a-t-il pris un certain temps pour rassembler tous les éléments dont vous disposiez? Y a-t-il d'autres sources secondaires dont vous disposiez pour vous aider à reconstituer sa vie ?

John : Oui. J'ai commencé à travailler sur ce projet en 2015. Dans le domaine des sciences humaines, il n'est pas inhabituel de consacrer la majeure partie d'une décennie à l'écriture d'un livre. J'ai bénéficié d'un bon timing. J'ai visité la Géorgie, le Rhode Island, la Caroline du Sud, la Caroline du Nord, et je suis allé en Grèce. Dans certains endroits, j'ai pu trouver des documents qui parlaient du professeur Gilbert et qui provenaient du réseau d'érudits qui l'entouraient. J'ai pu trouver ce type de preuves avant la fin de l'année 2019. Je n'ai pas besoin de vous dire que si cela avait été quelques mois plus tard, le livre n'aurait pas été terminé. Gilbert aurait probablement dit que c'était providentiel que cela se produise. Ensuite, au moment où je travaillais sur le Congo et où j'avais besoin de documents provenant des archives des États du Sud des États-Unis, beaucoup de ces archives étaient à nouveau ouvertes dans le Mississippi et le Tennessee, et j'ai pu commander des documents auprès des archives. Si je m'étais trompé de quelques mois, je serais encore en train de me battre. Je dis cela en partie parce que je sais qu'il y a d'autres chercheurs qui ont été confrontés à ces difficultés. Je suis profondément compatissant parce que j'ai eu le temps de terminer mon livre à temps.

The American School of Classical Studies in Athens
L'École américaine d'études classiques d'Athènes
Konstantinos Tzortzinis and the ASCSA (CC BY-NC-SA)

Kelly : Quelle est, selon vous, la chose que tout le monde devrait savoir sur la vie de John Wesley Gilbert ou sur votre livre en général?

John : Tout d'abord, le professeur Gilbert en tant que personne. C'était un linguiste hors pair. Il maîtrisait le grec et le latin classiques, qui étaient la norme en matière d'éducation à l'époque. Il parlait très bien le français et le grec moderne. Il parlait correctement l'allemand, suffisamment bien pour l'enseigner dans son école. Il a étudié l'hébreu biblique dans le cadre de son travail. Puis, lorsqu'il s'est rendu en Afrique, il a maîtrisé les bases de la conversation dans deux langues africaines. Ces langues sont parlées dans ce qui est aujourd'hui le Congo. Voilà donc quelqu'un d'intellectuellement doué, capable de maîtriser ces langues et de les enseigner. Il s'agit d'un livre sur un érudit, mais l'une des choses les plus frappantes à son sujet est qu'il était doué avec les enfants. Il savait comment interagir avec eux, et les enfants l'aimaient, ils venaient vers lui et lui parlaient. C'est un autre aspect de sa vie qui, selon moi, est tout aussi important. Le fait d'être père, d'une certaine manière, vous donne un aperçu tout aussi important de son caractère: il avait la gentillesse et la patience nécessaires pour être bon avec les enfants, tout en étant intellectuellement brillant et doué pour l'enseignement.

Kelly : Ce n'est pas le genre d'informations que l'on obtient normalement sur une personne à partir de l'histoire; c'est une chose très personnelle. Si vous obtenez des sources sur une personne, vous n'avez pas tendance à découvrir comment elle se comporte avec sa famille ou ses enfants. C'est une chose très intime à savoir sur lui.

John : J'ai mentionné ses enfants: sa troisième fille est décédée à l'âge de 18 ans, très soudainement, probablement d'une infection ou d'une appendicite, alors qu'elle était sur le point d'entrer à l'université. Tous ses enfants ont accompli des choses dans leur propre domaine, mais elle semble avoir été celle qui était destinée à un avenir très brillant. Mais sa vie a été tragiquement interrompue. Dans sa propre vie, il a donc été confronté à ce type de tragédie personnelle. Ce sont là des façons de dire qu'il s'agit d'une personne complexe et aux multiples facettes, qui n'est pas simplement une figure abstraite que l'on va mettre sur un piédestal. Dans mon livre, j'essaie de faire ressortir les différentes facettes de sa vie autant que possible à partir des sources fragmentaires et de révéler comment les gens le voyaient en tant que personne.

Gilbert fait partie de l'ascension des Afro-Américains pendant et après la guerre civile, qui ont accédé à la liberté puis à l'éducation.

Si vous me demandez ce que les gens devraient savoir sur le professeur Gilbert dans un contexte plus large, je dirais que Gilbert n'est pas inhabituel à un certain égard. Il a participé à l'une des plus grandes réussites de l'histoire des États-Unis, à savoir l'ascension des Afro-Américains pendant et après la guerre civile, qui ont accédé à la liberté puis à l'éducation. Gilbert n'était pas le seul à poursuivre l'apprentissage avec un tel enthousiasme. Nous disposons de nombreuses sources datant des années 1860, 1870 et 1880 qui parlent de jeunes gens, de personnes âgées, d'hommes, de femmes, de garçons, de filles, qui s'efforcent tous d'apprendre. Si l'on considère la vitesse à laquelle le taux d'analphabétisme des Noirs a diminué aux États-Unis au XIXe siècle, essentiellement vers 1870, je me trompe peut-être dans les chiffres, mais il était égal à la moyenne internationale. 80 % des Afro-Américains, voire plus, étaient analphabètes. En l'espace d'une génération, ce taux est tombé à moins de 20 %. Je pense que c'est tout simplement incroyable. C'est une histoire que tous ceux qui connaissent l'histoire des collèges et universités historiquement noirs connaissent, mais qui n'est pas aussi bien connue dans nos conversations plus larges aux États-Unis. C'est une grande source d'inspiration.

Kelly : Aujourd'hui, les gens peuvent en savoir beaucoup plus en lisant votre livre et en découvrant sa vie et ses réalisations. Avez-vous eu des contacts avec la communauté d'Augusta, en Géorgie, pendant que vous faisiez vos recherches et que vous travailliez sur ce livre ?

John : Oui. J'ai mentionné que j'avais étudié en Grèce et que je m'y étais donc rendu à de nombreuses reprises, et j'y suis retourné au cours de mes recherches, mais je n'étais jamais allé à Augusta, en Géorgie. J'y ai fait plusieurs voyages et j'ai bénéficié d'un mentorat, de conseils et d'une aide inestimables de la part de nombreuses personnes de la communauté. Mallory Millender, qui a enseigné le français et le journalisme au Paine College pendant de nombreuses années, et qui est l'historien de l'établissement. Nous nous sommes rencontrés pour la première fois en ligne. Nous avons été présentés par un ami du Dr Millender, le révérend Ashley Calhoun, dont le père avait été président du Paine College des années 1950 aux années 1970. Lorsque je suis allée à Augusta, le Dr Millender m'a emmenée partout, m'a aidée à rencontrer des gens, m'a montré les lieux importants liés à la vie de Gilbert. Il m'a présenté à de nombreux autres membres de la communauté d'Augusta, des personnes qui travaillaient pour des groupes de préservation historique, des personnes impliquées dans le Lucy Craft Laney Museum of Black History, Historic Augusta, de nombreuses autres organisations, et bien sûr, à Paine College, dont le docteur Millender était lui-même un ancien élève.

John Lee
John Lee
John Lee (Copyright)

Ce livre est le fruit de mes échanges avec la communauté locale. J'aime à dire, chaque fois que je donne une conférence, que c'est l'histoire du Paine College et l'histoire des habitants d'Augusta, en particulier de sa communauté afro-américaine. Je ne suis en fait que le messager. Il m'a été donné de raconter cette histoire et de la partager avec le monde entier. J'ai reçu l'aide de nombreuses personnes à Augusta, et j'aimerais mentionner Mme Alana Lewis, l'archiviste du Paine College. J'ai mentionné que les archives de Paine avaient été détruites, mais des morceaux ont survécu, et d'autres ont continué à arriver. Mme Lewis a joué un rôle crucial dans l'organisation, la préservation et le rassemblement de ce matériel afin qu'il soit disponible pour un chercheur comme moi. Elle et son personnel et, en fait, toutes les personnes avec lesquelles j'ai eu des contacts à Augusta ont toujours été très accueillantes, obligeantes et bienveillantes.

L'un des aspects très particuliers de ce livre a été de pouvoir interagir de cette manière, car si vous faites de l'histoire ancienne, les personnes que vous étudiez sont mortes depuis longtemps. Il était très significatif de faire la différence en contribuant à l'histoire de cette communauté.

Kelly : Cela me fait penser au type d'archéologie auquel les archéologues australiens travaillent actuellement. Il s'agit d'une archéologie très communautaire, qui travaille avec la communauté pour connaître son histoire.

John : Vous avez parlé de l'évolution de l'archéologie en Australie. J'ai écrit un livre sur un pionnier d'il y a environ un siècle, et il est important que nous reconnaissions son héritage et ses réalisations, ainsi que les nombreuses autres personnes qui sont restées dans l'ombre. J'espère que ce livre incitera les gens à penser aux étudiants qui sont jeunes et qui ont des difficultés à s'instruire, qui n'ont pas d'opportunités, qui ne sont pas attirés par un domaine scientifique ou un autre. J'espère que mon livre incitera également tous ceux qui le liront à réfléchir à la manière dont ils peuvent créer des opportunités pour les autres. Les livres académiques n'ont pas tendance à se vendre beaucoup, mais si la lecture de cette histoire du passé incite quelqu'un à réfléchir à ce qui peut être fait aujourd'hui et à l'avenir, je pense que ce sera une autre façon d'honorer l'héritage du professeur Gilbert.

Kelly : L'histoire et la vie du professeur Gilbert dépassent le cadre de sa vie.

John : Je pense aux luttes qu'il a menées et à la façon dont il a persévéré, et je pense que nous pouvons nous en inspirer et ne pas nous contenter de dire que c'était une belle histoire du passé, mais réfléchir à la façon dont nous pouvons insuffler ce genre d'esprit dans notre présent.

Kelly : Merci beaucoup de vous être joint à moi aujourd'hui pour parler de votre nouveau livre, The First Black Archaeologist : A Life of John Wesley Gilbert.

John : Merci beaucoup.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Kelly Macquire
Kelly is a graduate from Monash University who has completed her BA (Honours) in Ancient History and Archaeology, focussing on iconography and status in Pylos burials. She has a passion for mythology and the Aegean Bronze Age.

Citer cette ressource

Style APA

Macquire, K. (2022, février 25). Interview de John Lee sur John Wesley Gilbert [Interview: The First Black Archaeologist: A Life of John Wesley Gilbert by John Lee]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1951/interview-de-john-lee-sur-john-wesley-gilbert/

Style Chicago

Macquire, Kelly. "Interview de John Lee sur John Wesley Gilbert." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 25, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1951/interview-de-john-lee-sur-john-wesley-gilbert/.

Style MLA

Macquire, Kelly. "Interview de John Lee sur John Wesley Gilbert." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 25 févr. 2022. Web. 23 juil. 2024.

Adhésion