Bataille de Monmouth

Article

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 mars 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

La bataille de Monmouth (28 juin 1778) fut la dernière bataille de la campagne de Philadelphie pendant la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783). Après avoir abandonné le contrôle de Philadelphie, l'armée britannique de Sir Henry Clinton fut attaquée par l'armée continentale du général George Washington, qui venait de finir leur entraînement à Valley Forge. La bataille ne fut pas concluante sur le plan tactique.

Washington Rallying his Troops at the Battle of Monmouth
Washington rallie ses troupes à la bataille de Monmouth
Emanuel Leutze (Public Domain)

La campagne, qui avait débuté l'année précédente, s'était d'abord déroulée de manière désastreuse pour les Américains. Les Britanniques avaient infligé à Washington deux défaites, d'abord à la bataille de Brandywine (11 septembre 1777), puis à la bataille de Germantown (4 octobre 1777), et s'étaient emparés de la capitale révolutionnaire américaine, Philadelphie. La campagne s'était arrêtée en décembre, les deux armées ayant pris leurs quartiers d'hiver, les Britanniques à Philadelphie et les Américains à Valley Forge, à environ 32 km de là. Le général Washington passa l'hiver à reconstruire et à réentraîner son armée, qui émergerait au printemps suivant sous la forme d'une force de combat plus efficace et plus disciplinée.

Supprimer la pub
Advertisement

L'entrée en guerre de la France en tant qu'alliée des Américains obligea l'armée britannique à abandonner Philadelphie, afin de consolider ses forces ailleurs. Alors que les Britanniques traversaient le fleuve Delaware pour entrer dans le New Jersey, ils furent poursuivis par Washington, qui espérait rétablir sa réputation après les défaites de l'année précédente. Le 28 juin 1778, l'arrière-garde britannique fut attaquée par un détachement américain sous les ordres du général Charles Lee, commandant en second de Washington, à Monmouth Court House (aujourd'hui Freehold Borough, New Jersey). Lee bâcla son attaque et ordonna une retraite prématurée, donnant aux Britanniques l'occasion de contre-attaquer. Heureusement pour les Américains, Washington arriva avec le gros de l'armée et prit une position défensive solide, obligeant les Britanniques à interrompre leur attaque. Bien que la bataille se soit terminée sans résultat, aucun des deux camps ne prenant l'avantage, l'armée continentale resista sous le feu et garda le contrôle du champ de bataille, ce qui témoigne de l'efficacité de son entraînement à Valley Forge.

Clinton abandonne Philadelphie

Clinton, commandant en chef de l'armée britannique, reçut l'ordre d'évacuer Philadelphie et de se retirer dans la ville de New York, occupée par les Britanniques.

En février 1778, un traité d'alliance fut signé entre les États-Unis et le Royaume de France. Un mois plus tard, les Français déclarèrent officiellement la guerre à la Grande-Bretagne et une flotte française quitta le port de Toulon en direction des Amériques. Alarmé, le ministère britannique fut contraint d'abandonner ses plans de guerre offensifs et d'adopter une stratégie plus défensive. Les Britanniques s'inquiétaient avant tout pour leurs lucratives colonies des Antilles, considérées comme l'une des cibles les plus vulnérables sur lesquelles les Français pourraient frapper. En mai 1778, Sir Henry Clinton, récemment nommé commandant en chef de l'armée britannique en Amérique du Nord, reçut l'ordre d'évacuer Philadelphie et de se retirer dans la ville de New York, occupée par les Britanniques. Une fois sur place, il devait redéployer 8 000 soldats dans les Antilles et en Floride et rester à New York avec le reste de l'armée pour se défendre contre une éventuelle attaque française. Clinton, qui avait toujours pensé que l'expédition de Philadelphie était une folie mal conçue, ne fut que trop heureux d'obtempérer et commença à préparer son armée pour la marche.

Supprimer la pub
Advertisement

Le 15 juin 1778, l'évacuation britannique commença. Une petite flottille sur le fleuve Delaware fut chargée de l'équipement lourd de l'armée, de ses troupes malades ou invalides, ainsi que de 3 000 loyalistes de Philadelphie et de leurs familles, qui préféraient quitter la ville plutôt que de la voir retomber entre les mains des Patriotes. L'armée, forte d'environ 17 500 hommes, prit la route terrestre vers New York, en passant par le New Jersey. Pour le voyage, Clinton divisa son armée en deux divisions: la première, dirigée par Lord Charles Cornwallis, comptait 10 000 hommes, tandis que la seconde, forte de 7 500 hommes, était commandée par le général allemand Wilhelm von Knyphausen. Ils étaient suivis par un train de bagages encombrant de 1 500 wagons qui comprenait les biens personnels des officiers et des hommes, ainsi que les blanchisseries, les boulangeries et les équipements médicaux nécessaires à l'armée. Les Britanniques traversèrent le fleuve Delaware sur des bateaux à fond plat, ce qui prit trois jours, avant d'entamer leur marche à travers le New Jersey. La chaleur étouffante de l'été, qui descendait rarement en dessous de 32 °C, provoqua des coups de chaleur chez de nombreux soldats britanniques et allemands et ralentit la progression de l'armée. L'armée britannique mit six jours à parcourir les 56 km qui la séparaient d'Allentown, dans le New Jersey, où elle s'arrêta pour se reposer le 24 juin.

Sir Henry Clinton
Sir Henry Clinton
Andrea Soldi (Public Domain)

Pendant ce temps, l'armée continentale surveillait les mouvements britanniques depuis Valley Forge. Washington soupçonnait depuis longtemps les Britanniques de vouloir quitter Philadelphie, et lorsque ces soupçons furent confirmés le 17 juin, il tint immédiatement un conseil de guerre. Washington lui-même était favorable à une attaque immédiate. Il était impatient de tester son armée revitalisée après ses mois d'entraînement à Valley Forge et, de plus, il souhaitait rétablir sa réputation militaire après les défaites de l'année précédente. Ses généraux, cependant, n'étaient pas aussi enclins à forcer la bataille, arguant que même après tout leur entraînement, les Continentaux n'étaient pas prêts à affronter les troupes régulières britanniques.

Supprimer la pub
Advertisement

Cette opposition était menée par le major général Charles Lee, qui venait de réintégrer l'armée après avoir passé un an et demi comme prisonnier de guerre britannique; la réputation de Lee en tant que général expérimenté et compétent incita la plupart des officiers moins expérimentés de Washington à se ranger de son côté. Washington recula, acceptant de ne pas s'engager dans une bataille rangée, mais ne put s'empêcher de poursuivre au moins l'armée britannique. Le 18 juin, l'armée continentale, forte de 13 500 hommes, quitta Valley Forge et, le 23 juin, atteignit Hopewell, dans le New Jersey, à moins de 40 km de la position britannique d'Allentown. La rapidité avec laquelle les Américains marchèrent, surtout comparée à la lenteur des Britanniques, témoigne de la réussite de leur entraînement.

Autre conseil de guerre

Le 25 juin, les Britanniques quittèrent Allentown et marchèrent sur le comté de Monmouth, dans le New Jersey. Le comté de Monmouth était depuis longtemps le théâtre d'une guerre civile brutale entre les Patriotes et les guérilleros loyalistes. Tout au long de la matinée, la division du général Knyphausen essuya des tirs incessants de partisans patriotes, qui firent plus de 40 victimes parmi les Britanniques. Lorsque la division de Knyphausen atteignit le tribunal de Monmouth dans l'après-midi, les troupes britanniques enragées évacuèrent leurs frustrations en saccageant et en vandalisant les maisons environnantes, leurs officiers fermant les yeux. Les Britanniques décidèrent de rester sur place quelques jours pour permettre au reste de l'armée de rattraper son retard. Dans leur campement de Monmouth, les Britanniques furent rejoints par plusieurs milices locales tories (loyalistes), dont les redoutables Queen's Rangers.

Le 24 juin, à Hopewell, Washington convoqua un nouveau conseil de guerre et posa à nouveau la question: attaquer ou renoncer? Washington se prononça à nouveau en faveur d'un assaut, mais il fut de nouveau contesté par le général Lee, qui insistait pour que l'on attende l'arrivée de l'armée française pour forcer un engagement majeur, arguant que toute attaque avant cela serait "criminelle". Lee affirma que c'était une bonne chose que les Britanniques retournent à New York où ils pourraient être contenus, ajoutant qu'il aimerait pouvoir "construire un pont d'or" pour aider les Britanniques à s'y rendre le plus rapidement possible (Fleming, 86). Le lieutenant-colonel Alexander Hamilton, qui assistait à la réunion en tant qu'assistant de Washington, fut dégoûté par le soutien inconditionnel des généraux à Lee et déclara plus tard que le conseil "aurait fait honneur à la plus honorable des sociétés de sages-femmes, et à elle seule" (Chernow, 113).

Supprimer la pub
Advertisement

General Charles Lee
Général Charles Lee
Library of Congress (Public Domain)

Washington hésitait encore à laisser les Britanniques se retirer à New York indemnes et proposa un compromis: une avant-garde serait envoyée pour harceler les arrières britanniques et attaquer si l'occasion se présentait, mais aucune bataille rangée ne serait livrée. Les généraux tombèrent d'accord et il fut décidé que cette avant-garde serait composée de 1 500 hommes. Le commandement de l'avant-garde fut d'abord proposé à Lee, le plus ancien des généraux de Washington, mais celui-ci estimait que cela allait trop loin et déclina l'offre. Le commandement fut alors confié au général français Gilbert du Motier, marquis de Lafayette, âgé de 20 ans. Après l'acceptation de Lafayette, le nombre de soldats de l'avant-garde fut porté à 4 500 hommes; à cette nouvelle, Lee changea d'avis et exigea le commandement de l'avant-garde, estimant qu'il serait déshonoré si la rumeur se répandait qu'il avait refusé de diriger un détachement aussi important. Exaspéré, Washington accepta de laisser Lee diriger l'avant-garde, et Lafayette se retira gracieusement.

Attaque de Lee

Le 27 juin 1778, Lee mena son avant-garde à Englishtown, à environ 10 km de la position britannique du tribunal de Monmouth. Washington se trouvait avec le corps principal de 7 800 hommes à 6 km derrière Lee, prêt à marcher en soutien si nécessaire. Le major général Philemon Dickinson était arrivé avec 1 200 miliciens du New Jersey et était positionné sur le flanc britannique, prêt à faire son rapport à Washington dès que l'ennemi commencerait à bouger. À ce moment-là, Lee était censé frapper l'arrière-garde britannique et causer autant de dégâts que possible. Mais alors que l'après-midi faisait place au crépuscule, Lee n'avait pas encore informé les généraux sous son commandement - Lafayette, Anthony Wayne et Charles Scott - de son plan de bataille. En fait, il n'était pas évident qu'il en ait eu un.

Lee décida d'attaquer, pensant pouvoir détruire l'arrière-garde en une action rapide.

Le lendemain matin, à 4 heures, les Britanniques se mirent en mouvement. La division de Knyphausen se mit en route vers le nord en direction de Middletown, dans le New Jersey, tandis que la division de Cornwallis s'attardait à Monmouth pour protéger le train de bagages. Le général Dickinson nota immédiatement le mouvement et envoya des rapports à Washington et à Lee, avant de déplacer sa milice pour voir de plus près. Vers 8 heures du matin, les hommes de Dickinson se déplaçaient sur le terrain marécageux d'une gorge connue sous le nom de West Ravine lorsqu'ils rencontrèrent les Queen's Rangers; il s'ensuivit une escarmouche sanglante et tout à fait américaine le long du ravin, qui se termina lorsque les Tories se retirèrent. Environ une heure plus tard, le gros du détachement de Lee arriva à la position de Dickinson. Après s'être entretenu avec le général de milice, Lee supposa que la majeure partie de l'armée britannique avait déjà quitté Monmouth, laissant derrière elle une petite arrière-garde de seulement 500 soldats d'infanterie légère et de dragons.

Supprimer la pub
Advertisement

Lee décida d'attaquer, pensant pouvoir détruire l'arrière-garde en une action rapide. Rédigeant une lettre à Washington dans laquelle il exprimait sa confiance en une victoire, il ordonna au général Wayne de prendre 550 hommes et de frapper le centre britannique pour le maintenir en place, tandis que le reste de l'avant-garde tournerait en rond pour attaquer l'arrière de l'ennemi. Wayne obéit consciencieusement et engagea l'arrière-garde britannique à la jonction des routes de Middletown et de Shrewsbury - pour découvrir qu'elle était en fait composée de 2 000 hommes, bien plus nombreux que prévu. Les hommes de Wayne échangèrent des coups de feu avec les Britanniques, qui perdirent peu à peu du terrain. Pendant ce temps, Lee arriva en position avec le reste de l'avant-garde et découvrit qu'un autre détachement de 3 000 tuniques rouges avait fait demi-tour et marchait pour soutenir l'arrière-garde. Les troupes de Lafayette, sur la droite de la ligne de Lee, commencèrent à vaciller et à reculer; réalisant qu'il perdait rapidement le contrôle de la situation et que la communication était rompue, Lee ordonna la retraite. À 10 heures du matin, l'avant-garde de Lee s'enfuit sur la route d'Englishtown, avec le gros de la division de 10 000 hommes de Cornwallis qui la poursuivait de près.

Arrivée de Washington

Dès qu'il apprit que Lee s'engageait dans une attaque, Washington commença à marcher vers Monmouth pour le soutenir. Mais à quelques kilomètres de la ville, Washington était confus: alors qu'il s'attendait à entendre le tonnerre de la bataille, il fut accueilli par un silence inquiétant. Très vite, des centaines de soldats continentaux en fuite commencèrent à passer devant lui, et il devint évident que l'attaque de Lee avait échoué. Vers 12 h 45, le général Lee en personne arriva enfin à cheval. Incapable de contenir sa rage, Washington, d'ordinaire d'humeur égale, s'acharna sur son second, exigeant de savoir ce qui s'était passé. Lee, surpris par la fureur de son commandant, ne put d'abord que balbutier: "Monsieur? Monsieur?". Il énuméra alors une série d'excuses: ses généraux avaient désobéi à ses ordres, la communication avait été rompue, il n'avait pas voulu livrer de bataille. "Tout cela est peut-être vrai, monsieur, s'écria Washington, mais vous n'auriez pas dû entreprendre [l'attaque] si vous n'aviez pas eu l'intention d'aller jusqu'au bout! (Fleming, 90). Le commandant en chef américain se lança alors dans une telle tirade que, selon le général Charles Scott, "les feuilles des arbres en ont tremblé" (ibid).

General George Washington
Général George Washington
Rembrandt Peale (Public Domain)

La colère de Washington ne fut contenue que par l'arrivée d'un courrier qui annonça, à bout de souffle, que les Britanniques n'étaient plus qu'à un quart d'heure de l'assaut. Ne perdant pas de temps, Washington passa à l'action. Avec l'aide d'un officier, le colonel David Rhea, qui connaîssait bien la région, Washington décida d'établir une ligne de défense à Perrine Ridge, la hauteur située juste derrière le West Ravine. Envoyant plusieurs bataillons en avant dans une "Pointe des Bois" pour retarder l'avancée britannique, Washington plaça la division du général Nathanael Greene sur le côté droit des Perrine Heights, avec le général William Alexander "Lord Stirling" au commandement sur le côté gauche; les deux flancs étaient soutenus par l'artillerie. Le général Anthony Wayne se vit confier le commandement de cinq régiments de l'avant-garde de Lee et se positionna juste devant le centre américain, dissimulé dans les arbres.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Contre-attaque britannique

Les Américains eurent à peine le temps de se mettre en position que les troupes britanniques de Cornwallis entrèeent en scène. Après une brève escarmouche, les Britanniques balayèrent les bataillons américains avancés à la "Pointe des Bois", bien que les Américains aient tenu suffisamment longtemps pour que l'armée principale se forme sur les hauteurs de Perrine. Alors que les Britanniques se rapprochaient de la crête, le brigadier général Henry Knox ordonna à l'artillerie continentale d'ouvrir le feu; les canons britanniques répondirent, entamant un duel d'artillerie tonitruant qui durerait toute la journée. Le général Clinton, faisant des allers-retours sur son cheval, exhorta ses hommes à continuer et ordonna une charge contre le flanc gauche américain.

Une nuée d'infanterie britannique, dont le redoutable 42e régiment royal des Highlands, le "Black Watch", fonça sur la division de Lord Stirling. Pendant l'heure qui suivit, les Britanniques tentèrent de percer ou d'envelopper la ligne de Stirling, mais la discipline militaire américaine inculquée à Valley Forge porta ses fruits. Des volées de mousquets furent échangées, remplissant l'air d'une fumée blanche et âcre, et les baïonnettes brillaient au soleil lorsque les Britanniques chargèrent encore et encore, mais les Continentaux tinrent bon. Finalement, une contre-charge menée par un régiment du New Hampshire et un régiment de Virginie repoussa les Britanniques, mettant fin à la menace qui pesait sur le flanc de Stirling. Clinton ordonna ensuite une attaque contre le flanc droit américain; menée par Lord Cornwallis en personne, cette attaque se composait de l'élite des Coldstream Guards, ainsi que de bataillons de grenadiers britanniques et hessois. Mais le flanc du général Greene résista lui aussi, ses canons perchés au sommet de la colline voisine de Comb's Hill déchiquetant le flanc britannique par des tirs d'enfilade. En peu de temps, cette attaque britannique se désintégra également.

Battle of Monmouth
Bataille de Monmouth
Robert Hinshelwood after Alonzo Chappel (CC BY-NC-SA)

Légèrement en avance sur le centre américain, les troupes de Wayne restèrent cachées dans les bois, jusqu'à ce qu'un détachement d'infanterie légère et de grenadiers britanniques ne passe, en route pour rejoindre l'assaut contre Greene. Wayne attendit qu'ils passent à proximité avant d'ordonner à ses hommes de tirer; à si courte distance, une quarantaine de tuniques rouges tombèrent au sol. Les Britanniques tentèrent à deux reprises de déloger Wayne de sa position, mais ils furent à chaque fois repoussés avec des pertes dévastatrices. Après l'échec de la deuxième charge, les Britanniques furent ralliés par le lieutenant-colonel Henry Monckton, qui les exhorta à continuer en disant: "En avant pour la charge, mes braves grenadiers!". (Boatner, 724). Mais la charge de Monckton connut le même sort que les deux premières tentatives: les "braves grenadiers" furent taillés en pièces par les mousquets de Wayne et les canons de Stirling. Monckton lui-même fut mortellement blessé et son corps fut capturé par les Américains tandis que ses hommes, découragés, s'enfuirent dans les bois.

À 17 heures, le général Clinton annula toute nouvelle attaque d'infanterie, bien que les canons britanniques et américains aient continué d'échanger leurs tirs jusqu'au crépuscule. La bataille avait été brutale et s'était déroulée sous une chaleur étouffante qui approchait les 38°C; une partie non négligeable des pertes avait été causée par l'épuisement dû à la chaleur. À la tombée de la nuit, les Américains maintenaient leurs positions, s'attendant à ce que les Britanniques ne reprennent l'attaque le lendemain matin. Cependant, lorsque le soleil se leva le 29 juin, ils constatèrent que l'armée britannique s'était éclipsée pendant la nuit; Clinton ne vit pas l'intérêt de continuer à attaquer la forte position américaine, préférant poursuivre sa marche vers New York. La bataille de Monmouth était terminée. Selon les estimations officielles, les Américains avaient perdu 356 hommes et les Britanniques 358. Cependant, certaines estimations placent les pertes des deux armées à un niveau nettement plus élevé, estimant les pertes américaines à 500 et les pertes britanniques à 1 200.

Suites

Clinton atteignit la sécurité de New York au début du mois de juillet, Washington prenant position à White Plains, dans l'État de New York, ce qui mit fin à la campagne. Lee, qui fut immédiatement critiqué pour ses échecs à Monmouth, exigea une cour martiale pour laver son nom. Il obtint la cour martiale qu'il souhaitait, mais fut reconnu coupable d'avoir désobéi aux ordres, d'avoir effectué une retraite "inutile" et d'avoir manqué de respect au commandant en chef. Il fut suspendu de l'armée pendant un an et n'occuperait plus jamais de commandement important. La bataille de Monmouth, bien que tactiquement peu concluante, est présentée comme une victoire pour l'armée continentale qui avait prouvé qu'elle avait bénéficié de l'entraînement à Valley Forge et qu'elle pouvait effectivement tenir tête aux troupes régulières britanniques.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que la bataille de Monmouth?

La bataille de Monmouth, qui se déroula le 28 juin 1778, fut une bataille majeure de la guerre d'Indépendance américaine. Combattue dans le comté de Monmouth, dans le New Jersey, c'est la première bataille que l'armée continentale livra après son entraïnement à Valley Forge.

Où se déroula la bataille de Monmouth?

La bataille de Monmouth se déroula dans l'actuel Freehold Borough, dans le New Jersey.

Pourquoi la bataille de Monmouth fut-elle importante?

La bataille de Monmouth fut importante car elle prouva que l'armée continentale était devenue plus disciplinée et plus efficace depuis son entraînement à Valley Forge l'hiver précédent.

Que fit Charles Lee à la bataille de Monmouth?

Le général Charles Lee dirigea l'avant-garde américaine mais ordonna une retraite prématurée avant que la bataille n'ait réellement commencé, obligeant Washington à se démener pour organiser une défense. Lee fut plus tard traduit en cour martiale et fut renvoyé de l'armée.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, mars 19). Bataille de Monmouth [Battle of Monmouth]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2400/bataille-de-monmouth/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Bataille de Monmouth." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 19, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2400/bataille-de-monmouth/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Bataille de Monmouth." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 mars 2024. Web. 20 mai 2024.

Adhésion