Campagne de Philadelphie

Article

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 mars 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

La campagne de Philadelphie (juillet 1777 à juin 1778) fut une opération militaire majeure de la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783), au cours de laquelle l'armée britannique, sous les ordres de Sir William Howe, tenta de capturer la capitale révolutionnaire de Philadelphie et, ce faisant, d'entraîner l'armée continentale dans une bataille décisive. Bien que les Britanniques se soient emparés de Philadelphie, leur campagne finit par se solder par un échec.

Battle of Monmouth
Bataille de Monmouth
Robert Hinshelwood after Alonzo Chappel (CC BY-NC-SA)

Contexte: L'année du pendu

À l'aube de la nouvelle année 1777, Sir William Howe, commandant en chef de l'armée britannique en Amérique du Nord, faisait les cent pas dans son quartier général de New York. L'année précédente, la victoire avait été à sa portée: il avait vaincu les Américains lors de la bataille de Long Island (27 août 1776), capturé la ville de New York et chassé l'armée continentale en lambeaux de Manhattan et du New Jersey. Pour ces succès, Howe avait été célébré à Londres en tant que héros de guerre et avait même été anobli par le roi. Mais la victoire qu'il recherchait avait fini par lui échapper, en partie à cause de sa propre prudence et en partie à cause de l'obstination du commandant américain, le général George Washington. En décembre 1776, Howe avait décidé d'installer son armée dans ses quartiers d'hiver plutôt que de poursuivre l'armée de Washington, rongée par la maladie; avec moins de 3 000 hommes, l'armée continentale ne devait pas survivre à l'hiver. Cependant, l'obstiné Washington traversa le fleuve Delaware pendant une tempête le jour de Noël et remporta deux victoires surprises à la bataille de Trenton (26 décembre) et à la bataille de Princeton (3 janvier 1777) qui galvanisèrent le soutien à la Révolution américaine et assurèrent la survie de l'Armée continentale.

Supprimer la pub
Publicité
Si Howe pouvait détruire l'armée continentale et s'emparer de Philadelphie, il pensait que la rébellion américaine s'effondrerait.

À présent, l'armée continentale était perchée sur les hauteurs de Morristown, dans le New Jersey, où elle gagnait chaque jour en nouvelles recrues. Mais Howe ne se laissait pas décourager. Sa confiance fut renforcée par le grand nombre de Tories (ou loyalistes) à New York, qui qualifiaient avec optimisme l'année 1777 d'"année du pendu", car les triples 7 ressemblaient à la potence à laquelle les traîtres patriotes seraient bientôt pendus. Loin d'être connu pour sa précipitation, Howe n'était pas pressé d'entamer la prochaine saison de campagne; on le trouvait souvent dans des bals ou des pièces de théâtre pour la haute société, toujours en compagnie de sa jolie maîtresse américaine, Mme Elizabeth Loring. Pourtant, lorsqu'il ne fréquentait pas la haute société new-yorkaise, Howe rêvait de Philadelphie. Cette ville, qui n'était pas seulement le siège du deuxième Congrès continental, mais aussi la plus grande ville des États-Unis, se trouvait à peu de distance au sud de la position actuelle de Howe. Il imaginait qu'en menaçant la capitale révolutionnaire, il pourrait faire sortir l'armée de Washington de sa cachette et combattre les Américains sur un terrain de son choix. Si Howe pouvait à la fois détruire l'armée continentale et s'emparer de Philadelphie en une seule saison de campagne, il pensait que la rébellion américaine s'effondrerait. À la fin de l'année, les Patriotes seraient effectivement pendus à des potences et les foules de Londres acclameraient le nom de Howe.

Sir William Howe
Sir William Howe
Richard Purcell (Public Domain)

En février, Howe écrivit au sujet de ce plan à Lord George Germain, le secrétaire d'État aux colonies. Germain envoya une réponse dans laquelle il décrivit une stratégie différente que le ministère britannique avait préparée pour 1777: Le général John Burgoyne allait mener une armée depuis le Canada et marcher vers le sud le long de la rivière Hudson, isolant ainsi les colonies de Nouvelle-Angleterre et coupant les États-Unis en deux. Germain demanda si Howe serait en mesure de marcher vers le nord à partir de New York et de rejoindre Burgoyne à Albany. Le commandant en chef britannique fut un peu frustré par cette requête; il ne voulait pas soutenir une campagne dont l'essentiel de la gloire reviendrait à son rival, Burgoyne, et il ne voulait pas non plus renoncer à l'occasion en or de s'emparer de Philadelphie. Howe répondit à Germain en soulignant l'importance de s'emparer de Philadelphie maintenant et en promettant qu'il marcherait pour soutenir Burgoyne une fois que la capitale américaine serait tombée. Germain acquiesça et donna le feu vert à Howe, bien qu'il ne lui ait pas fourni les renforts et les approvisionnements qu'il avait demandés. Exaspéré, Howe commença néanmoins à préparer l'expédition de Philadelphie censée lui permettre de gagner la guerre.

Supprimer la pub
Publicité

Début de l'expédition

L'armée continentale, quant à elle, était restée à Morristown, où elle observait les mouvements britanniques avec perplexité. De nombreux navires britanniques étaient entrés dans le port de New York et il semblait que l'armée se préparait à embarquer: les Britanniques se prépareraient-ils à évacuer la ville de New York? Non, ce serait trop beau pour être vrai. Ils devaient avoir l'intention d'attaquer ailleurs. Mais où? Pour le savoir, Washington déplaça son armée hors de Morristown et occupa les hauteurs de Middlebrook, dans le New Jersey, qui lui permettraient de mieux observer les mouvements britanniques. Howe remarqua ce changement de position et l'interpréta comme un signe d'agitation de la part de Washington. Le 13 juillet 1777, dans l'espoir d'inquiéter Washington, Howe fit entrer 18 000 soldats dans le New Jersey et les fit marcher, fifres et tambours à l'appui, en direction du fleuve Delaware, afin d'imiter une marche sur Philadelphie. Washington refusa de mordre à l'hameçon: ses éclaireurs avaient signalé que les Britanniques n'avaient pas pris leurs bagages, ce qui signifiait qu'ils n'avaient pas l'intention de marcher jusqu'à Philadelphie. Washington ne montrant aucun signe d'agitation, les Britanniques firent demi-tour et retournèrent à Manhattan, avant d'embarquer sur les navires du port et de prendre le large le 24 juillet.

Howe avait décidé d'emprunter la mer plutôt que de marcher vers Philadelphie par voie terrestre; la route terrestre aurait obligé les Britanniques à passer par le fleuve Delaware, qui était lourdement fortifié par les Patriotes, avec Fort Mercer et Fort Mifflin qui gardaient l'embouchure du fleuve. Après un mois de mer éprouvant, la flotte britannique entra dans la baie de Chesapeake et les soldats furent débarqués le 25 août à Head of Elk, dans le Maryland. Après quelques jours de repos pour se remettre du mal de mer, l'armée britannique se dirigea vers la Pennsylvanie. Le général Washington l'attendait à Brandywine Creek avec environ 16 000 Continentaux et miliciens. Les Américains jouissaient d'une position défensive solide, couvrant la plupart des principaux gués sur la Brandywine; cependant, deux gués situés loin sur le flanc droit des Américains avaient été négligés. Joseph Galloway, un éminent loyaliste de Philadelphie, parla à Howe de ces gués et lui proposa de lui fournir des guides. Le 11 septembre 1777, Howe ordonna donc à 5 000 hommes, sous les ordres du général allemand Wilhelm von Knyphausen, d'attaquer le centre américain, tandis que 9 000 soldats britanniques et allemands suivirent les guides tories autour du flanc droit américain.

Supprimer la pub
Publicité

American War of Independence, 1775 - 1783
Guerre d'indépendance américaine, 1775 - 1783
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Les Britanniques prirent les Américains par surprise et Washington ne parvint que difficilement à faire rentrer suffisamment de troupes pour empêcher son flanc droit de s'effondrer. En fin d'après-midi, Knyphausen avait percé le centre américain et la droite était sur le point de s'effondrer, obligeant Washington à ordonner une retraite vers Chester, une ville située sur le fleuve Delaware à quelque 22 km de là. Tandis qu'une brigade du général Nathanael Greene résistait à l'assaut britannique, le reste de l'armée s'enfuit, aidée par l'obscurité qui s'installait. Au lever du soleil, le 12 septembre, les Américains atteignirent la sécurité de Chester. Bien que Howe ait remporté la bataille de Brandywine, il ne réussit pas à obtenir une victoire décisive en détruisant l'armée continentale. Mettant de côté ses frustrations, il poursuivit sa progression vers Philadelphie.

Chute de Philadelphie

Washington était toujours réticent à l'idée de laisser Philadelphie tomber sans combattre et, au cours de la semaine suivante, il tenta d'empêcher Howe d'entrer dans la ville tout en évitant une autre bataille majeure qui pourrait s'avérer désastreuse pour son armée. Le moment de crise fut presque atteint lorsque, le 16 septembre, les Britanniques rattrapèrent les Américains à Warren Tavern, entre Lancaster et Philadelphie. Les deux camps se préparèrent au combat lorsqu'un orage torrentiel éclata, détrempant la poudre et les cartouches et rendant la bataille impossible (cet événement serait plus tard appelée la "bataille des nuages"). Sous le couvert de la tempête, Washington échappa une fois de plus à l'emprise de Howe et se retira au-delà de la rivière Schuylkill le 19 septembre. Cependant, alors que la majeure partie de l'armée traversa la rivière, Washington laissa derrière lui une division de 1 500 hommes sous les ordres du général Anthony Wayne pour surveiller les Britanniques et, si possible, harceler leurs arrières.

Alors que Howe se préparait à marcher à la poursuite de Washington, Wayne resta campé à Paoli Tavern, à seulement 3 km du camp britannique. Wayne était persuadé que sa petite force n'avait pas été détectée par les Britanniques, mais il se trompait lourdement. Tard dans la nuit du 20 septembre, un détachement de 1 200 soldats britanniques sous les ordres du major général Charles Grey s'approcha silencieusement du camp de Wayne; pour conserver l'élément de surprise, Grey leur ordonna de retirer les silex de leurs mousquets et de ne se fier qu'à la baïonnette. Lorsque Grey donna le signal, les Britanniques se précipitèrent dans le camp américain, attaquant à la baïonnette les troupes américaines groggy qui sortirent de leurs tentes en titubant. Wayne réussit à former ses hommes pour tirer une volée sur les troupes britanniques, mais les Américains furent rapidement submergés et furent expédiés au pas de course vers les bois sombres. Pas moins de 200 Américains furent tués ou blessés lors de l'attaque, et 100 autres furent faits prisonniers. La bataille de Paoli fut qualifiée de massacre par les Américains.

Supprimer la pub
Publicité

Battle of Paoli
Bataille de Paoli
Xavier della Gatta (Public Domain)

Washington fut très perturbé lorsqu'il apprit la nouvelle de Paoli, ce qui le poussa à devenir encore plus prudent que d'habitude. Howe, décidant de profiter de la timidité de Washington, frappa vers le nord le 22 septembre, donnant l'impression qu'il avait l'intention de contourner et frapper le flanc de Washington. L'armée continentale marcha 16 km vers le nord pour mieux se positionner, ce qui permit à Howe de faire demi-tour et d'entrer dans Philadelphie sans rencontrer d'opposition. Le 26 septembre 1777, Lord Charles Cornwallis conduisit l'avant-garde de l'armée britannique à Philadelphie. Au grand dam des Britanniques, le Congrès avait déjà évacué la ville et s'était installé temporairement dans la ville de York, en Pennsylvanie.

Sécurisation du Delaware

Bien que Howe ait atteint l'un de ses principaux objectifs, il était loin de se sentir en sécurité; l'armée de Washington se tenait à l'écart à Skippack Creek, à quelque 40 km de là, tandis que les Patriotes contrôlaient toujours l'accès au fleuve Delaware, ce qui signifiait que Howe ne pouvait pas facilement acheminer du matériel à Philadelphie par voie d'eau. Pour éviter que toute son armée ne soit piégée dans Philadelphie même, Howe décida de se disperser; ne gardant que 3 000 hommes dans la ville, il envoya le gros de son armée, soit 9 000 hommes, en garnison dans la ville voisine de Germantown. Washington y vit l'occasion de prendre les Britanniques au dépourvu; après avoir parcouru les 23 miles qui les séparaient de Germantown en une seule nuit, les Américains attaquèrent tôt le matin du 4 octobre.

Après la bataille de Germantown, Howe chercha à renforcer son emprise sur Philadelphie en s'assurant le contrôle du fleuve Delaware.

L'assaut démarra sur les chapeaux de roue: les sentinelles britanniques furent prises par surprise et repoussées. Mais alors que les Américains avançaient vers le camp ennemi, ils furent rapidement désorientés par un épais brouillard. La communication entre les unités américaines fut rompue et deux brigades américaines se tirèrent dessus par accident. Cette confusion donna aux Britanniques un temps précieux pour se rassembler et lancer une contre-attaque qui suffit à briser les Américains. À la fin de la journée, l'armée continentale battait à nouveau en retraite, mais les soldats gardaient le moral, croyant (à tort) qu'ils avaient presque réussi à vaincre les Britanniques.

Supprimer la pub
Publicité

Après la bataille de Germantown, Howe chercha à renforcer son emprise sur Philadelphie en s'assurant le contrôle de la rivière Delaware. La rivière était défendue par deux forts patriotes: Fort Mifflin, situé sur une île au milieu de la rivière, et Fort Mercer, situé sur la rive est. Les forts étaient soutenus par une flottille de navires pennsylvaniens sous les ordres du commodore John Hazelwood. Début octobre, Howe envoya des détachements de troupes pour capturer les forts, soutenus par une escadre de navires de la Royal Navy commandée par son frère aîné, l'amiral Lord Richard Howe. Le 11 octobre, l'amiral Howe bombarda Fort Mifflin par mer, tandis que le 22 octobre, un détachement de 1 200 Allemands, sous les ordres du colonel Carl von Donop, prit d'assaut Fort Mercer. Fort Mercer était défendu par 400 soldats patriotes sous les ordres du colonel Christopher Greene, dont le remarquable 1st Rhode Island Regiment (célèbre pour avoir été le premier régiment majoritairement noir de l'armée américaine). L'assaut allemand, connu sous le nom de bataille de Red Bank, se solda par un échec; plus de 300 Allemands furent tués, blessés ou capturés, y compris Donop, qui fut mortellement blessé.

Fort Mifflin
Fort Mifflin
Seth Eastman (Public Domain)

Malgré l'échec de Red Bank, les Britanniques continuèrent de faire pression sur les deux forts. Le 10 novembre, l'amiral Howe déclencha un bombardement à grande échelle sur Fort Mifflin, qui capitula cinq jours plus tard. Le 20 novembre, Lord Cornwallis débarqua à cinq kilomètres (trois miles) au sud de Fort Mercer avec 2 000 hommes; plutôt que de risquer la vie de ses hommes, le colonel Greene décida d'abandonner le fort, que les Britanniques occupèrent le lendemain. Fin novembre, le général Howe contrôlait donc l'accès au fleuve Delaware, ce qui était essentiel pour assurer le ravitaillement de son armée à Philadelphie pour l'hiver.

L'hiver s'installe

Entre le 5 et le 8 décembre, les forces britanniques et patriotes s'engagèrent dans une série d'escarmouches connues sous le nom de bataille de White Marsh. Après ce combat peu concluant, les deux armées s'installèrent dans leurs quartiers d'hiver: les Britanniques à Philadelphie et l'armée continentale à Valley Forge, à environ 32 km de là. À ce stade, Howe était devenu très frustré; bien qu'il ait réussi à capturer Philadelphie, il n'avait pas réussi à capturer le Congrès ni à détruire l'armée continentale. La chute de la capitale révolutionnaire n'avait pas eu l'effet démoralisant sur le public américain sur lequel Howe comptait, ce qui signifiait que la guerre n'était pas près d'être terminée; en effet, la reddition de l'homologue de Howe, Burgoyne, lors des batailles de Saratoga ne fit qu'électriser davantage le mouvement patriote (sans le soutien de Howe, la campagne de Burgoyne s'était effondrée). Howe imputa son incapacité à obtenir une victoire plus complète au ministère britannique, qu'il accusa de ne pas avoir suffisamment soutenu sa campagne. Fin octobre, Howe présenta sa démission. Il passa l'hiver à s'amuser à Philadelphie avec sa maîtresse, Mme Loring, jusqu'en avril 1778, date à laquelle il apprit que sa démission avait été acceptée. Ses officiers, désolés de le voir partir, lui organisèrent une fête extravagante, appelée Mischianza, pour marquer son départ le 18 mai 1778.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Surrender of General Burgoyne at Saratoga
Reddition du général Burgoyne à Saratoga
Architect of the Capitol (Public Domain)

Pendant ce temps, à Valley Forge, l'armée continentale souffrait. De nombreux soldats n'avaient ni chaussures ni manteaux et étaient obligés de subsister avec de maigres rations. Au final, le froid, la famine et la maladie tueraient jusqu'à 2 500 soldats à Valley Forge. Washington travailla sans relâche pour remédier à cette situation. Il réorganisa le service d'approvisionnement de l'armée et nomma son subordonné préféré, Nathanael Greene, au poste de quartier-maître général. Il envoya des patrouilles parcourir la campagne à la recherche de provisions et ordonna à tous les soldats qui ne s'étaient pas encore vaccinés contre la variole de le faire. Il repoussa même la "cabale de Conway", une tentative peu convaincante d'officiers militaires privés de leurs droits et de membres du Congrès de le destituer de son commandement. Mais la réalisation la plus importante de Valley Forge fut de loin le nouvel entraînement de l'armée continentale. Sous la supervision de l'officier prussien Baron Friedrich Wilhelm von Steuben, les soldats continentaux furent soumis à des exercices incessants, apprirent de nouvelles formations et techniques de combat, et s'exercèrent à la marche standardisée. L'armée continentale qui émergea de Valley Forge était donc une force de combat beaucoup plus disciplinée et bien plus efficace.

Evacuation des Britanniques

En février 1778, les États-Unis signèrent un traité d'alliance avec le royaume de France. Peu de temps après, une flotte française fut repérée quittant le port de Toulon et faisant route vers les Amériques. Alarmé, le ministère britannique se rendit compte qu'il devait adopter une stratégie plus défensive. Sir Henry Clinton, le remplaçant de Howe, reçut l'ordre d'évacuer Philadelphie et de se diriger vers la défense de la ville de New York, jugée plus précieuse pour l'effort de guerre britannique. Le 15 juin 1778, Clinton entama une retraite par voie terrestre, les dernières troupes britanniques traversant le Delaware pour entrer dans le New Jersey trois jours plus tard. Washington le poursuivit, désireux de restaurer sa réputation martiale après les défaites de l'année précédente. Le 28 juin, les Américains attaquèrent les Britanniques à la bataille de Monmouth. Le second de Washington, le général Charles Lee, commandait l'avant-garde américaine mais ordonna une retraite prématurée, donnant à Clinton le temps de rallier ses forces. Washington arriva sur les lieux et parvint à placer ses hommes dans une position suffisamment favorable pour résister à une contre-attaque britannique. La bataille se termina sans résultat net, mais la discipline dont firent preuve les soldats continentaux prouvait que leur entraînement à Valley Forge avait porté ses fruits.

Sir Henry Clinton
Sir Henry Clinton
Andrea Soldi (Public Domain)

En juillet, l'armée de Clinton était de retour à New York, tandis que Washington établissait son propre quartier général à White Plains, dans l'État de New York. Les deux armées se trouvaient à peu près dans la même position que deux ans plus tôt, en octobre 1776. Comme Philadelphie était retombée aux mains des Patriotes, la grande campagne de Philadelphie de Howe n'avait pas connu de succès durable. En raison des échecs de la campagne de Philadelphie et de la campagne simultanée de Burgoyne à Saratoga (juin à octobre 1777), le ministère britannique décida de détourner son attention du nord et de se tourner vers le sud des États-Unis; selon les rumeurs, le sud regorgeait de Tories et semblait offrir une meilleure chance de victoire britannique durable. La prochaine grande offensive britannique n'aurait lieu qu'en 1780, lorsque le siège de Charleston par Clinton (du 29 mars au 21 mai 1780) déclencherait l'invasion britannique des Carolines. Cette campagne méridionale, qui culmina avec la capitulation britannique lors du siège de Yorktown, marqua la phase finale de la guerre.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que la campagne de Philadelphie dans la guerre d'Indépendance américaine?

Pendant la guerre d'Indépendance américaine, la campagne de Philadelphie fut une tentative des Britanniques de s'emparer de Philadelphie, alors capitale des États-Unis. Les Britanniques réussirent à s'emparer de la ville le 26 septembre 1777, mais furent contraints de l'abandonner neuf mois plus tard; la campagne n'eut donc pas de succès durable.

Quelles sont les principales batailles qui eurent lieu pendant la campagne de Philadelphie?

Au cours de la campagne de Philadelphie se déroulèrent les batailles de Brandywine et de Germantown et toutes deux aboutirent à des victoires britanniques. En juin 1778, alors que les Britanniques évacuaient Philadelphie, les Américains attaquèrent à la bataille de Monmouth, qui ne fut pas concluante.

Qui a gagné la campagne de Philadelphie ?

Bien que les Britanniques aient réussi à capturer Philadelphie, ils ne furent pas en mesure de détruire l'armée continentale; en outre, le peuple américain ne fut pas aussi démoralisé par la perte de leur capitale que les Britanniques l'espéraient. Les Britanniques ayant évacué Philadelphie en juin 1778, on peut raisonnablement affirmer qu'ils perdirent la campagne.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, mars 15). Campagne de Philadelphie [Philadelphia Campaign]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2399/campagne-de-philadelphie/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Campagne de Philadelphie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 15, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2399/campagne-de-philadelphie/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Campagne de Philadelphie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 mars 2024. Web. 23 mai 2024.

Adhésion