Bataille de Princeton

Article

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 05 février 2024
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, Turc

La bataille de Princeton (3 janvier 1777) fut une courte mais importante bataille de la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783) au cours de laquelle l'armée continentale américaine surprit et vainquit une force britannique à Princeton, dans le New Jersey. Cette bataille sauva le New Jersey de l'occupation britannique et, avec la victoire américaine précédente à Trenton, contribua à galvaniser le soutien renouvelé à la Révolution américaine (1765-1789).

Death of General Mercer at the Battle of Princeton
Mort du général Mercer à la bataille de Princeton
John Trumbull (Public Domain)

Contexte: La victoire de Trenton

Dans la nuit froide et orageuse du 25 décembre 1776, le général George Washington conduisit 2 400 soldats et miliciens continentaux à travers les eaux glacées du fleuve Delaware, dans une tentative désespérée de surprendre la garnison hessoise de Trenton et de sauver la Révolution américaine. Jusqu'à présent, la campagne avait été décourageante pour l'armée continentale, qui avait presque constamment battu en retraite depuis sa défaite initiale à la bataille de Long Island, quatre mois plus tôt. Après avoir été chassés de la ville de New York, puis de Manhattan, les Américains avaient été chassés du New Jersey par une force britannique dirigée par Lord Charles Cornwallis, qui s'était engagé à attraper Washington comme un "chasseur attrape un renard" (McCullough, 253).

Supprimer la pub
Advertisement
Il y avait de fortes chances que l'armée continentale s'évapore au cours de la nouvelle année, laissant les États-Unis nouvellement indépendants sans défense.

Déjà démoralisées par la retraite, les troupes américaines étaient contraintes de marcher sous la neige fondue et la pluie battante, sans chaussures ni manteaux adéquats, et souffraient de malnutrition et de maladies. L'engagement de la plupart des hommes qui n'avaient pas encore déserté devait expirer au cours de la nouvelle année et, compte tenu de l'état misérable de l'armée, Washington avait peu de chances de persuader un grand nombre d'entre eux de s'enrôler à nouveau. Il y avait de fortes chances que l'armée continentale s'évapore simplement au cours de la nouvelle année, laissant les États-Unis nouvellement indépendants sans défense face à l'asservissement britannique.

Il était donc impératif que Washington remporte rapidement une victoire substantielle, afin de convaincre la nation et ses propres soldats que l'armée continentale était encore capable de réussir. L'armée britannique avait déjà pris ses quartiers d'hiver, partant du double principe que la saison des combats était terminée et que l'armée continentale était trop faible pour représenter une menace. Un bataillon d'environ 1 500 Hessois, des soldats allemands professionnels engagés par la Grande-Bretagne, était stationné dans la ville de Trenton, dans le New Jersey. En planifiant son attaque pour le matin après Noël, moment que les Allemands avaient l'habitude de fêter avec un enthousiasme particulier, Washington espérait prendre la garnison par surprise. Après avoir traversé le Delaware au milieu d'une tempête hivernale hurlante, les Américains s'embarquèrent pour une marche harassante de 9 miles (15 km) vers Trenton; deux hommes moururent de froid. Le 26 décembre, à 8 heures du matin, les Américains étaient en position devant Trenton. Hors de vue des sentinelles hessoises grâce à la tempête qui n'avait pas encore cessé, Washington donna l'ordre d'attaquer.

Supprimer la pub
Advertisement

Immédiatement, une colonne américaine sous les ordres du général Nathanael Greene sortit des bois, déversa une volée de mousquets sur les sentinelles hessoises et les repoussa dans la ville. Le battement des tambours attira le reste des Hessois hors de leurs quartiers, à moitié vêtus et désorientés, juste à temps pour qu'une deuxième colonne américaine, sous les ordres du général John Sullivan, ne leur fonce dessus et ne les transperce de ses baïonnettes gelées. Au cours de la mêlée, le commandant hessois, le colonel Johann Rall, fut mortellement blessé et le canon de campagne hessois fut capturé, ce qui poussa la plupart des Allemands à cesser le combat et à déposer les armes. Après moins de 45 minutes, la bataille de Trenton était terminée: 21 Hessois avaient été tués, 90 avaient été blessés et environ 900 avaient été faits prisonniers. Les Américains n'avaient eu que quatre blessés et aucun mort, à l'exception des deux hommes qui étaient morts de froid avant la bataille. Ce fut une victoire stupéfiante pour les Américains, exactement le genre de bataille que Washington avait souhaité. Les vainqueurs rassemblèrent leurs prisonniers et les armes et munitions capturées avant de retraverser le Delaware et de rentrer en Pennsylvanie. Mais il restait encore un dernier chapitre de la campagne de New York et du New Jersey à jouer.

Battle of Trenton
Bataille de Trenton
Hugh Charles McBarron, Jr (Public Domain)

Réaction américaine et britannique

Dans les jours qui suivirent Trenton, les journaux patriotes diffusèrent largement la nouvelle de l'improbable victoire américaine. Très vite, tous les Américains furent au courant de l'audacieuse traversée du Delaware par Washington et de l'assaut surprise contre les Hessois. Le deuxième Congrès continental loua la conduite de l'armée continentale et couvrit d'éloges son commandant; dans une adresse à Washington écrite au nom de tout le Congrès, John Hancock dit au général que la victoire était d'autant plus "extraordinaire" qu'elle avait été remportée par des soldats qui avaient été "brisés par la fatigue et la malchance" et il ajouta: "les États-Unis sont redevables du succès récent de vos armes" (McCullough, 284). La victoire impressionna même le ministère français des Affaires étrangères, qui apportait déjà un soutien financier aux Américains et suivait la guerre de près.

Supprimer la pub
Advertisement

Les Britanniques, pour leur part, ne virent dans cette affaire qu'une escarmouche mineure et rejetèrent la responsabilité sur le colonel Rall, décédé lors de la bataille et qui n'était pas là pour se défendre, mais les riches et influents Tories (ou loyalistes) de New York étaient furieux, incapables de comprendre pourquoi les Britanniques n'avaient pas déjà vaincu Washington de manière décisive. Sir William Howe, commandant en chef de l'armée britannique, était également furieux; il annula le départ de Lord Cornwallis pour l'Angleterre, lui ordonnant de retourner dans le New Jersey et de s'occuper de l'armée continentale une fois pour toutes. Réveillant ses hommes de leurs quartiers d'hiver, Cornwallis se mit en route pour Trenton, dernière position connue de l'armée de Washington, avec 8 000 soldats. Pour les Britanniques, la dernière victoire américaine n'avait été qu'un coup de chance et l'heure des comptes avait sonné.

Lord Charles Cornwallis
Lord Charles Cornwallis
John Singleton Copley (Public Domain)

Bataille d'Assunpink Creek

Washington, quant à lui, ne resta pas longtemps sur la rive pennsylvanienne du fleuve Delaware. Après être resté juste assez longtemps pour déposer les prisonniers et rassembler des forces supplémentaires, Washington traversa le Delaware pour la troisième fois le 29 décembre et ordonna la construction d'une ligne défensive à Assunpink Creek, juste au sud de Trenton. Washington fut alors confronté à un problème: dans trois jours seulement, l'engagement de la quasi-totalité de ses soldats arrivait à expiration. Le 30 décembre, il réunit ses 7 000 soldats et prononça un discours passionné dans lequel il les supplia de se réengager pour au moins un mois supplémentaire:

Mes braves, vous avez fait tout ce que je vous ai demandé, et même plus que ce que l'on pouvait raisonnablement attendre de vous, mais votre pays est en jeu, vos femmes, vos maisons et tout ce qui vous est cher. Vous vous êtes épuisés à force de fatigues et de privations, mais nous ne savons pas comment vous épargner. Si vous acceptez de rester un mois de plus, vous rendrez à la cause de la liberté et à votre pays un service que vous ne pourrez probablement jamais rendre dans d'autres circonstances.

(McCullough, 286)

6 000 soldats continentaux acceptèrent de se réengager; leur sens du patriotisme fut certainement renforcé par la prime de dix dollars que Washington promit de verser à tout homme qui se réengagerait (leur solde habituelle était de six dollars par mois). Ayant une fois de plus sauvé l'armée continentale de l'anéantissement, Washington pouvait désormais tourner son attention vers les Britanniques qui approchaient. Le 1er janvier 1777, Lord Cornwallis atteignit la ville de Princeton, dans le New Jersey, où il passa la nuit. Le lendemain, Cornwallis laissa une partie de ses troupes en garnison à Princeton, tandis qu'il conduisait les 5 500 soldats restants sur la route de 10 miles menant à Trenton. Washington avait anticipé cette situation et avait envoyé des miliciens pour transformer la route de Princeton en boue afin de ralentir l'avancée des Britanniques. Alors que les Britanniques avançaient lentement dans la boue, ils étaint la cible de tirs de troupes de Pennsylvanie et de Virginie, ce qui ralentit encore leur progression. En conséquence, Cornwallis n'atteignit Trenton qu'en fin d'après-midi, alors que l'armée continentale s'était solidement retranchée le long de la crête d'Assunpink Creek.

Supprimer la pub
Advertisement

Espérant profiter des quelques lueurs du jour, Cornwallis ordonna un assaut immédiat. Un bataillon de grenadiers hessois fut envoyé pour prendre le pont de pierre qui enjambait l'Assunpink, défendu par une brigade de Virginiens; les Virginiens avaient pour ordre de viser les jambes des Hessois afin que ces derniers soient contraints de perdre encore plus de temps en évacuant leurs camarades blessés vers un lieu sûr. Lorsque cette première vague de grenadiers hessois fut repoussée, Cornwallis envoya les troupes régulières britanniques. À trois reprises, les Britanniques attaquèrent le pont, mais ils furent à chaque fois repoussés par les tirs de mousquets et de canons américains; un témoin américain se souvient que "le pont était rouge comme le sang, avec leurs morts et leurs blessés et leurs manteaux rouges" (mountvernon.org, Second Trenton). Les combats s'arrêtèrent à la tombée de la nuit, mais malgré les revers de la journée, Cornwallis restait convaincu que Washington n'avait nulle part où aller. Invoquant à nouveau l'image d'une chasse au renard, Cornwallis dit à ses officiers qu'ils "[mettraient] Washington dans le sac" au matin (McCullough, 287).

American War of Independence, 1775 - 1783
Guerre d'indépendance américaine, 1775 - 1783
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

La description que Cornwallis fait de lui-même comme chasseur de renards est peut-être pertinente, car Washington se révéla rapidement aussi rusé qu'un renard. Le commandant en chef américain attendit que la plupart des soldats britanniques soient endormis pour s'éclipser sur une route récemment construite avec 5 500 de ses hommes; il laissa derrière lui plusieurs centaines d'hommes pour entretenir les feux de camp et faire beaucoup de bruit afin de maintenir l'illusion d'un camp d'armée animé. Ces hommes s'éclipsèrent eux aussi à l'approche de l'aube, et lorsque le soleil se leva, Cornwallis fut accueilli par le spectacle d'un camp vide de l'autre côté de l'Assunpink. Washington, ce renard rusé, avait une fois de plus échappé à l'emprise du chasseur.

La bataille de Princeton

Washington avait encore un autre tour dans son sac. Au lieu de battre en retraite plus au sud, comme on aurait pu s'y attendre, il avait contourné l'armée de Cornwallis, prévoyant de frapper l'arrière-garde britannique à Princeton, coupant ainsi la ligne de communication de Cornwallis vers le quartier général britannique à New York City. Il s'agissait d'une nouvelle manœuvre audacieuse, qui semble s'être parfaitement déroulée; à l'aube du 3 janvier 1777, l'armée continentale s'approcha des faubourgs de Princeton. Dans l'espoir d'empêcher Cornwallis d'apprendre l'imminence de l'attaque avant qu'il ne soit trop tard, Washington envoya un détachement de 350 soldats sous les ordres du brigadier général Hugh Mercer pour détruire le pont de Stony Brook, sur la route de Trenton. Le reste de l'armée se dirigea vers Princeton, la division du général Sullivan en tête.

Supprimer la pub
Advertisement

Princeton était occupé par 1 200 soldats réguliers britanniques des 17e, 40e et 55e régiments d'infanterie, ainsi que par quelques dragons légers. La nuit précédente, Cornwallis avait écrit au commandant de la garnison de Princeton, le lieutenant-colonel Charles Mawhood, lui ordonnant de se rendre à Trenton aux premières lueurs du jour pour rejoindre l'armée principale en vue de l'assaut sur Assunpink Creek. Par conséquent, au moment où le détachement de Mercer avançait sur Saw Mill Road en direction du pont de Stony Brook, le colonel Mawhood quittait Princeton et marche dans la même direction. Mawhood repéra les Américains avant qu'ils ne puissent le repérer; réfléchissant rapidement, Mawhood ordonna à la 4ème Brigade de retourner en ville et envoya ses tirailleurs légers en avant pour maintenir les Américains en place. Les tirailleurs britanniques prirent position derrière une clôture dans le verger de William Clarke et tirèrent une volée sur les troupes de Mercer lorsqu'elles passèrent à proximité.

Battle of Princeton
Bataille de Princeton
James Peale (CC BY-NC)

La volée britannique fut cependant trop haute, ce qui permit aux hommes de Mercer de faire demi-tour et de faire face à l'ennemi. Les deux camps échangèrent des coups de feu tandis que d'autres troupes britanniques se précipitèrent vers le verger de Clarke, baïonnettes au canon; le colonel Mawhood mena le 17e régiment dans la mêlée, son couple de springer spaniels courant à ses côtés. Les Américains, bien qu'en infériorité numérique, tinrent bon pendant plus de dix minutes, jusqu'à ce qu'ils ne soient submergés par une charge à la baïonnette des Britanniques. Mercer lui-même fut bientôt encerclé, mais refusa plusieurs fois de déposer les armes; il reçut alors sept coups de baïonnette avant d'être laissé pour mort. Comme Mercer était manifestement un officier expérimenté et qu'il était bien habillé, les Britanniques crurent qu'ils venaient de tuer Washington en personne. Le colonel John Haslett, commandant en second de Mercer, tenta de rallier les Américains, mais il fut tué d'une balle dans la tête.

Alors que les troupes de Mercer, désormais sans chef, étaient sur le point de s'effondrer, elles furent renforcées par 1 100 miliciens de la brigade du général John Cadwalader; Washington avait remarqué que la bataille du verger de Clarke était en cours et avait envoyé Cadwalader pour contenir les Britanniques. En peu de temps, plus de 2 000 soldats américains se joignirent à la bataille et descendirent sur les flancs des Britanniques. Washington lui-même ne tarda pas à entrer en scène, montant et descendant la ligne de bataille, agitant son chapeau et criant des encouragements; la vue de leur commandant en chef s'exposant au danger impressionna les Américains et les incita à continuer à se battre. En peu de temps, les Britanniques firent demi-tour et s'enfuirent en direction de Princeton. Washington éperonna son cheval et se lança à leur poursuite, criant à ses hommes : "C'est une belle chasse au renard, mes garçons !". (McCullough, 289). Le chassé était en effet devenu le chasseur.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La bataille de Princeton eut un effet considérable et disproportionné par rapport à sa taille.

Lorsque l'armée continentale pénétra dans Princeton, la plupart des soldats britanniques, dont le colonel Mawhood, s'étaient échappés. Cependant, environ 200 soldats britanniques tenaces étaient restés en arrière, retranchés à l'intérieur de Nassau Hall, le bâtiment principal en pierre au centre de ce qui était alors le New Jersey College (l'actuelle université de Princeton). Les Britanniques espéraient occuper les Américains suffisamment longtemps pour permettre à Cornwallis d'arriver et de piéger les Américains dans la ville. Washington, cependant, n'était pas prêt à leur donner cette chance. Il ordonna au capitaine Alexander Hamilton de pointer quelques canons de campagne sur le bâtiment et, après plusieurs tirs, les Britanniques décidèrent qu'ils en avaient assez et hissèrent un drapeau blanc par l'une des fenêtres (les dégâts causés à Nassau Hall par le bref bombardement d'Hamilton sont encore visibles aujourd'hui). Les 194 soldats britanniques survivants sortirent du bâtiment et rendirent leurs armes.

Les Américains comptaient une trentaine de morts (dont le colonel Haslett et le général Mercer, qui succomberait à ses blessures le 12 janvier) et environ 45 blessés. Les pertes britanniques furent plus difficiles à déterminer; dans son rapport officiel, Washington affirme que les Britanniques avaient perdu 100 tués et 300 capturés, tandis que le général britannique Howe fait état de 18 tués, 58 blessés et 200 disparus.

Suites de la bataille

Washington ne s'attarda pas longtemps à Princeton, car il savait que Cornwallis était en route. Après s'être arrêtée juste assez longtemps pour piller les chariots de ravitaillement britanniques, l'armée continentale se dirigea vers Somserset Courthouse, où elle passa la nuit. Deux jours plus tard, elle campait sur le terrain vallonné et boisé près de Morristown, dans le New Jersey, où elle passerait le reste de l'hiver. Plutôt que d'essayer d'attaquer la solide position défensive de Washington à Morristown, le général Howe décida de réduire considérablement la présence britannique dans le New Jersey et ramena la plupart de ses hommes dans l'État de New York. À l'exception de quelques escarmouches à petite échelle mais brutales entre les groupes de fourrage américains et britanniques, les combats entre les deux armées ne reprirent pas avant l'été. La campagne de New York et du New Jersey (juillet 1776 à janvier 1777), qui avait un temps semblé si sombre pour la cause américaine, était terminée.

George Washington at Princeton
George Washington à Princeton
Charles Willson Peale (CC BY-NC-SA)

Bien que la victoire américaine à la bataille de Princeton n'ait pas été aussi complète que celle de Trenton, elle eut un effet considérable et disproportionné par rapport à sa taille. Elle galvanisa le soutien renouvelé à la Révolution américaine, les journaux patriotes la citant comme la preuve que la guerre était, après tout, gagnable. Des centaines d'hommes furent incités à s'enrôler dans l'armée continentale, ce qui lui permit d'être suffisamment forte pour participer à la campagne de Philadelphie de 1777-78. En outre, les batailles de Trenton et de Princeton ramenèrent le New Jersey sous le contrôle des Patriotes; quelques semaines auparavant, nombreux étaient ceux qui prédisaient que le New Jersey deviendrait le premier État à se soumettre à nouveau à l'Empire britannique. Princeton fut donc l'une des batailles les plus importantes de la guerre, contribuant à la victoire américaine six ans plus tard.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que la bataille de Princeton ?

La bataille de Princeton fut une courte mais importante bataille de la guerre d'Indépendance américaine au cours de laquelle l'armée continentale américaine sous les ordres de George Washington a battu les forces britanniques à Princeton, dans le New Jersey.

Pourquoi la bataille de Princeton fut-elle importante ?

La bataille de Princeton contribua à renouveler la confiance dans l'armée continentale américaine, à galvaniser un nouveau soutien à la révolution américaine et à empêcher le New Jersey de tomber sous l'occupation britannique permanente.

Quand la bataille de Princeton a-t-elle eu lieu ?

La bataille de Princeton s'est déroulé le 3 janvier 1777, pendant la guerre d'indépendance américaine.

Où s'est déroulée la bataille de Princeton ?

La bataille de Princeton s'est déroulée à Princeton, dans le New Jersey, où se trouve aujourd'hui l'université de Princeton.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, février 05). Bataille de Princeton [Battle of Princeton]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2367/bataille-de-princeton/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Bataille de Princeton." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 05, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2367/bataille-de-princeton/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Bataille de Princeton." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 05 févr. 2024. Web. 01 mars 2024.

Adhésion