Campagne de New York et du New Jersey

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3389 / $18000

Article

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 01 février 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

La campagne de New York et du New Jersey (du 3 juillet 1776 au 3 janvier 1777) fut une campagne cruciale menée pendant la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783) pour le contrôle de la ville de New York, du fleuve Hudson et de l'État du New Jersey, riche en ressources. Bien que les Britanniques aient occupé Manhattan, ils ne réussirent pas à s'emparer du New Jersey ni à détruire l'armée continentale américaine.

Washington Crossing the Delaware
Washington traverse le Delaware
Emanuel Leutze (Copyright)

Depuis le début de la guerre, le ministère britannique et le deuxième Congrès continental considéraient New York comme la clé de la victoire ou de la défaite; si les Britanniques s'emparaient de Manhattan, ils pourraient faire remonter une armée le long de l'Hudson et pénétrer à l'intérieur des terres américaines. En avril 1776, le général George Washington commença à préparer la défense de la ville de New York, mais il fut vaincu par le général britannique William Howe quatre mois plus tard, lors de la bataille de Long Island (27 août). L'armée continentale évita la destruction en se repliant sur Manhattan, mais le débarquement britannique à Kip's Bay (15 septembre) l'obligea à évacuer New York. Bien que les Américains aient remporté une petite victoire à la bataille de Harlem Heights (16 septembre), ils furent rapidement chassés de Manhattan et furent battus à White Plains (28 octobre) et à Fort Washington (16 novembre).

Supprimer la pub
Publicité

Les Britanniques contrôlant désormais entièrement Manhattan, Washington battit en retraite dans le New Jersey, où il fut poursuivi par Lord Charles Cornwallis. Les Britanniques poursuivirent l'armée continentale à travers le New Jersey et jusqu'en Pennsylvanie, une armée qui se trouvait désormais dans une situation critique. Atteints par la variole, les soldats continentaux manquaient de chaussures et de manteaux et désertèrent bientôt en masse. Conscient de la nécessité de remporter rapidement une victoire, Washington traversa le fleuve Delaware le jour de Noël et remporta une victoire surprise sur une garnison hessoise lors de la bataille de Trenton (26 décembre). Il enchaîna avec une autre victoire à Princeton (3 janvier), qui força les Britanniques à quitter le New Jersey. La campagne s'acheva donc sur le contrôle de Manhattan et du port de New York par les Britanniques, mais sur le contrôle du New Jersey par les Américains. Plus important encore, l'armée continentale rassembla assez de force pour poursuivre la guerre.

Mouvements préliminaires

Washington considérait la ville de New York et les précieuses voies navigables qu'elle contrôlait comme la clé de la victoire américaine.

Depuis que le Congrès l'avait nommé commandant de l'armée continentale nouvellement formée au cours de l'été 1775, George Washington considérait la ville de New York et les précieuses voies d'eau qu'elle contrôlait comme la clé d'une victoire américaine. Entièrement confinée à la partie supérieure de l'île de Manhattan, New York était la deuxième ville des Treize Colonies, derrière Philadelphie, avec une population de 20 000 habitants en temps de paix. Son port en faisait un centre animé de commerce et de construction navale, tandis que ses rues bordées d'arbres et ses grandes maisons de briques lui conféraient une élégance rarement vue dans les autres villes coloniales. Aussi importante qu'ait été la ville à proprement parler, sa valeur stratégique était accrue par le vaste système de voies navigables qu'elle contrôlait. Grâce au fleuve Hudson et à son affluent, le Mohawk, une voie navigable s'étendait presque sans interruption du port de New York jusqu'au Canada. Par conséquent, si les Britanniques s'emparaient de Manhattan, ils pourraient faire remonter une armée le long de l'Hudson et s'enfoncer dans l'intérieur des États-Unis. La crainte était que la perte de l'Hudson ne coupe les communications et n'entrave la coopération militaire entre les colonies du nord et du sud.

Supprimer la pub
Publicité

En février 1776, Washington envoya son second, le général Charles Lee, à Manhattan pour commencer à évaluer les défenses de la ville. Lorsque Washington arriva, le 13 avril, Lee était convaincu que New York ne pourrait être tenue sans une supériorité navale, un problème majeur puisque les Américains ne possédaient pas encore de marine. John Adams avait dit à Washington qu'"aucun effort pour sécuriser [l'Hudson] ne devait être omis" et il était catégorique sur le fait de ne pas abandonner la ville sans combattre (Daughan, 5). Lee fournit donc à Washington une liste d'emplacements clés à fortifier, en particulier les hauteurs de Brooklyn sur Long Island; Lee pensait que les Britanniques ne pourraient pas tenir Manhattan sans d'abord prendre Long Island et ne pourraient pas prendre Long Island sans s'emparer des hauteurs de Brooklyn.

George Washington, 1776
George Washington, 1776
Charles Willson Peale (Public Domain)

Washington était d'accord et fit passer des hommes à Long Island. Les Américains passèrent les deux mois suivants à fortifier les hauteurs, construisant quatre solides forteresses reliées par une série de tranchées. Dans l'espoir d'empêcher les Britanniques d'accéder à l'East River, les Américains placèrent des canons sur Governors Island, au large de Manhattan, et construisirent un fort sur Red Hook, une petite bande de terre qui s'étend dans l'East River à partir de Brooklyn. À l'extrémité nord de l'île de Manhattan, les Américains construisirent le fort Washington pour garder l'entrée orientale de l'Hudson; de l'autre côté du fleuve, ils construisirent le fort Lee au sommet des New Jersey Palisades, espérant que les tirs croisés des deux forts empêcheraient les Britanniques de remonter l'Hudson. Dans la ville, les hommes de Washington éventrèrent les rues pour construire des tranchées et des barricades. Chaque jour, les soldats continentaux se préparaient à un débarquement britannique: ils dormaient avec leurs mousquets chargés, s'entraînaient à courir de leur camp aux fortifications et tiraient deux coups de feu pour se familiariser avec leurs armes.

Supprimer la pub
Publicité

Le 29 juin, le jour tant redouté arriva: une frégate britannique, le HMS Greyhound, entra dans le port de New York et jeta l'ancre au large de Staten Island, avec à son bord le commandant des forces britanniques en Amérique du Nord, le général William Howe. Au cours des semaines suivantes, le Greyhound fut rejoint par plus de 400 navires britanniques qui commencèrent à décharger sur Staten Island des soldats britanniques et leurs troupes auxiliaires allemandes, communément appelées Hessois. Au début du mois d'août, l'armée du général Howe comptait 32 000 hommes, ce qui en faisait la plus grande force expéditionnaire jamais envoyée par la Grande-Bretagne dans n'importe quelle partie du monde. Comme le craignaient Washington et le Congrès continental, le plan de Howe consistait à s'emparer de Manhattan et du précieux port de New York avant de remonter vers le nord pour sécuriser le fleuve Hudson. Les Britanniques espéraient faire descendre une armée secondaire du Canada, qui pourrait faire la jonction avec Howe et isoler les colonies de Nouvelle-Angleterre, toujours considérées comme le cœur de la rébellion américaine.

American War of Independence, 1775 - 1783
Guerre d'Indépendance des États-Unis, 1775-1783
Simeon Netchev (CC BY-NC-ND)

La population de Staten Island, majoritairement loyaliste, veillait au confort des troupes britanniques et hessoises en leur fournissant nourriture et abri, mais de l'autre côté du port, à Manhattan, les Patriotes commençaient à prendre le dessus. Le 9 juillet, après que Washington eut lu à haute voix la Déclaration d'indépendance des États-Unis à ses hommes, une foule de Fils de la Liberté démolit la statue en plomb doré du roi George III de Grande-Bretagne (r. de 1760 à 1820) sur Bowling Green et la fit fondre pour en faire des balles.

Combat pour Long Island

À la mi-juillet, les Britanniques furent rejoints par l'amiral Lord Richard Howe, le frère aîné du général, qui reçut l'autorisation de négocier avec les Américains. Contrairement au ministre du roi, qui cherchait à s'assurer une victoire complète pour pouvoir dicter ses conditions, les frères Howe pensaient que la réconciliation était la meilleure politique. Ils envoyèrent un messager à Washington, proposant d'accorder le pardon si les Continentaux acceptaient de déposer les armes et de renoncer à l'indépendance des États-Unis. Washington refusa catégoriquement, déclarant au messager que "ceux qui n'ont commis aucune faute ne veulent pas de pardon. Nous ne faisons que défendre ce que nous estimons être nos droits indiscutables" (McCullough, 146). Leurs offres de paix écartées, les Howes débarquèrent 15 000 soldats britanniques et hessois dans la baie de Gravesend à Long Island le 22 août. Non seulement les troupes débarquèrent sans opposition, mais elles furent également accueillies par de grandes foules de loyalistes en liesse venus de Brooklyn et des autres hameaux de l'île.

Supprimer la pub
Publicité
La bataille de Long Island fut une défaite catastrophique pour les Américains.

Le débarquement prit Washington au dépourvu et il lui fallut une journée entière pour réagir. Il déplaça 4 000 hommes des Brooklyn Heights et leur demanda de former une ligne de défense préliminaire sur les Guan Heights, une crête densément boisée qui se trouve juste en face de Brooklyn. Les Guan Heights étaient traversées par trois passages principaux, chacun défendu par un corps de troupes américaines. Cependant, il existait un quatrième chemin, moins connu, connu sous le nom de "Jamaica Pass", qui s'étendait à travers les bois à l'extrême gauche des hauteurs. Les Américains avaient laissé ce col sans surveillance, à l'exception de cinq officiers de la milice qui y étaient stationnés. Dans la nuit du 26 août, trois loyalistes de Brooklyn guidèrent une colonne de troupes britanniques sous les ordres de Sir Henry Clinton jusqu'au Jamaica Pass, où ils attendirent l'aube. Puis, alors que les troupes continentales sur les Guan Heights étaient bloquées par une série d'assauts frontaux de diversion britanniques, Clinton déjoua le piège et prit les Américains de flanc. Se retrouvant encerclés, les Américains paniquèrent et furent chassés des hauteurs.

La bataille de Long Island fut une défaite catastrophique pour les Américains, qui perdirent près de 1 000 hommes tués ou blessés, et 1 000 autres capturés; la plupart de ces prisonniers mourraient de maladie ou de malnutrition à bord des tristement célèbres navires-prisons britanniques qui seraient bientôt ancrés au large de Brooklyn. Les Britanniques et les Hessois, en revanche, ne perdirent que 64 tués et environ 300 blessés. Le général Howe avait la possibilité de prendre d'assaut les dernières fortifications américaines sur les Brooklyn Heights, mais il hésita. Puis, après une journée entière d'inaction, il finit par ordonner à ses hommes de commencer à creuser des brise-lames au pied des hauteurs, en préparation d'un siège.

Continental Army Retreats From Long Island
L'armée continentale se retire de Long Island
The Werner Company (Public Domain)

Les historiens ont longtemps spéculé sur les raisons pour lesquelles Howe choisit de ne pas prendre d'assaut les hauteurs; peut-être ne voulait-il pas risquer la vie de ses hommes dans un assaut frontal inutile, ou peut-être ne voulait-il pas détruire complètement l'armée continentale. Quoi qu'il en soit, son retard permit aux Continentaux de lui glisser entre les doigts; au cours d'une tempête dans la nuit du 29 au 30 août, l'armée continentale quitta les Brooklyn Heights et se retira à Manhattan. Bien que Long Island ait désormais été sous contrôle britannique, l'armée continentale était toujours intacte.

Supprimer la pub
Publicité

Les Britanniques occupent Manhattan

Au cours des premiers jours de septembre, l'armée meurtrie de Washington panse+a ses plaies à New York tandis que les frères Howe réclamaient à nouveau la paix. Le 11 septembre, ils rencontrèrent à Staten Island une délégation du Congrès comprenant Benjamin Franklin, John Adams et Edward Rutledge; les Américains n'étant pas disposés à renoncer à leur indépendance, les pourparlers de paix furent rapidement rompus. Le 15 septembre, cinq navires de guerre britanniques remontèrent l'East River et ouvrirent le feu sur Kip's Bay, sur la rive de Manhattan, où 500 miliciens du Connecticut se cachaient dans leurs tranchées. Après des heures de bombardement continu, les canons britanniques se turent alors que 4 000 soldats britanniques et hessois se dirigaient vers le rivage à bord de bateaux plats. Les miliciens paniquèrent et commencèrent à s'enfuir; dans l'un des seuls cas où Washington, habituellement stoïque, perdit son sang-froid, le général jeta son chapeau par terre et commença à fouetter les soldats en fuite à l'aide de sa cravache. La rage l'aveugla à un tel point qu'il dut être emmené par ses officiers, de peur qu'il ne soit capturé par les troupes britanniques qui approchaient.

Le même jour, Washington évacua la ville de New York et retira son armée plus loin dans Manhattan jusqu'à Harlem Heights (aujourd'hui Morningside Heights). Le 16 septembre, un assaut britannique fut repoussé lors de la bataille de Harlem Heights, et les deux armées s'installèrent sur leurs positions, sans bouger pendant le mois suivant. Washington fut contraint de regarder les soldats de Howe, vêtus de rouge, investir la ville de New York; il voulait la réduire en cendres plutôt que de la voir tomber aux mains des Britanniques, mais le Congrès lui avait ordonné de ne pas le faire. Cependant, le 21 septembre, moins d'une semaine après son occupation par les Britanniques, la ville de New York prit feu et 10 à 25 % de ses bâtiments furent détruits. Les Britanniques accusèrent les Américains, certains soldats britanniques affirmant avoir pris sur le fait des incendiaires patriotes. Washington nia publiquement toute responsabilité, bien qu'il ait manifestement considéré l'incendie comme une bonne nouvelle. Il écrirait plus tard à son cousin que "la Providence, ou un honnête homme, a fait plus pour nous que nous n'étions disposés à faire pour nous-mêmes" (McCullough, 223).

Le 18 octobre, le général Howe débarqua 4 000 soldats à Pelham, dans le Bronx, avec l'intention de déborder la position de Washington. Comprenant que son armée serait détruite si les Britanniques parvenaient à l'encercler, Washington se retira de Harlem Heights et décida d'évacuer Manhattan. Mais avant cela, son subordonné le plus fidèle, le général Nathanael Greene, le persuada de laisser une garnison à Fort Washington, situé à l'extrême nord de Manhattan, à côté de l'Hudson; le fort pourrait permettre aux Américains de garder un point d'appui sur Manhattan et d'immobiliser les troupes britanniques qui pourraient être utilisées pour envahir New York ou le New Jersey. Washington accepta et laissa 3 000 hommes dans le fort sous les ordres du colonel Robert Magaw avant de conduire le reste de son armée hors de Manhattan et dans le comté de Westchester à New York.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Map of the Battle of Fort Washington, 16 November 1776
Carte de la bataille de Fort Washington, 16 novembre 1776
Oneam (CC BY-SA)

Howe poursuivit d'abord son action et battit Washington lors de la petite bataille de White Plains (28 octobre). Cependant, plutôt que de poursuivre l'armée continentale qui battait en retraite, Howe pivota vers le sud pour s'occuper de Fort Washington, le dernier obstacle au contrôle total de Manhattan par les Britanniques. Le 15 novembre, il envoya un messager au fort sous un drapeau de trêve avec un message: rendez-vous ou toute la garnison sera passée au fil de l'épée. Le colonel Magaw refusa, déclarant au messager que puisqu'il était "poussé par la cause la plus glorieuse que l'humanité ait jamais combattue, je suis déterminé à défendre ce poste jusqu'au bout" (Middlekauff, 359). Le lendemain, Howe lança un assaut sur trois fronts contre Fort Washington, repoussant les défenseurs de leurs défenses extérieures dès la première heure de combat. En peu de temps, Magaw changea d'avis et rendit le fort et sa garnison de 2 800 hommes; seuls 800 de ces prisonniers survivraient aux conditions exécrables des navires-prisons britanniques. La bataille de Fort Washington fut l'une des pires défaites subies par l'armée continentale et assura aux Britanniques le contrôle de Manhattan, qu'ils occuperaient jusqu'à la fin de la guerre.

Retraite et contre-attaque

Entre-temps, le général Washington avait divisé son armée; il mena 3 500 soldats à travers l'Hudson et dans le New Jersey, laissant 5 500 soldats sous les ordres du général Charles Lee à North Castle, dans l'État de New York, pour empêcher les Britanniques de se diriger vers Albany au nord. Le 20 novembre, le général britannique Lord Charles Cornwallis traversa l'Hudson et s'empara de Fort Lee dans le New Jersey, que les Américains avaient abandonné quelques heures auparavant. Espérant capturer l'armée de Washington de la même manière qu'"un chasseur ensache un renard" (McCullough, 253), Cornwallis mena une colonne de 10 000 hommes à la poursuite de l'armée continentale, qui se désagrégeait rapidement. Ravagés par la variole et contraints de marcher dans la pluie et la boue sans chaussures ni manteaux, les soldats américains désertèrent en masse. Si rien n'était fait, l'armée risquait de disparaître avant la fin de l'année.

Washington arriva à Newark le 22 novembre et se reposa pendant cinq jours avant de pousser vers le sud en direction du Nouveau-Brunswick, avec Cornwallis à sa poursuite. Il supplia le général Lee de le rejoindre, mais ce dernier, qui n'appréciait pas ce qu'il considérait comme une erreur stratégique de la part de Washington, tarda à se mettre en route. Début décembre, Lee entra enfin dans le New Jersey, mais décida imprudemment de passer la nuit dans une taverne et fut capturé. Le général John Sullivan prit le commandement de son armée et marcha pour rejoindre Washington qui, à ce moment-là, était sorti du New Jersey et avait traversé le fleuve Delaware pour entrer en Pennsylvanie. À ce moment-là, Cornwallis cessa ses poursuites et les Britanniques prirent leurs quartiers d'hiver. Il semblait que la rébellion américaine était sur le point de s'effondrer; l'armée de Washington, rongée par la maladie, était sur le point d'être détruite et le Congrès continental avait évacué sa capitale, Philadelphie, pour s'installer dans la ville plus sûre de Baltimore, dans le Maryland. En outre, le New Jersey, riche en ressources, était tombé aux mains des Britanniques; des centaines d'habitants de l'État affluaient chaque jour vers les camps britanniques pour déclarer leur loyauté au roi. Il semblait que les États-Unis, qui n'avaient pas encore un an et demi d'existence, allaient bientôt être détruits.

Washington savait qu'il devait agir sans perdre de temps. L'engagement de la plupart de ses hommes devant expirer au cours de la nouvelle année, même une défaite serait préférable à l'inaction. Son seul espoir était de surprendre l'ennemi alors qu'il se trouvait dans ses quartiers d'hiver. En effet, les armées européennes traditionnelles ne combattaient généralement pas en hiver, sauf en cas d'absolue nécessité, ce qui donnerait à Washington l'avantage de la surprise. Dans la nuit du 25 décembre, il traversa le fleuve Delaware glacé et rentra dans le New Jersey avec 2 500 hommes; le lendemain matin, il attaqua la garnison hessoise de Trenton. Les Hessois, éprouvés par les célébrations de Noël de la nuit précédente (bien qu'ils n'aient pas eu la gueule de bois, comme certains l'ont prétendu plus tard), furent pris au dépourvu et furent défaits. Washington captura 900 Hessois sans perdre une seule vie américaine.

The Capture of the Hessians at Trenton
La capture des Hessois à Trenton
John Trumbull (Public Domain)

La bataille de Trenton remonta considérablement le moral des Américains et galvanisa le soutien à la Révolution américaine; de nombreux hommes de Washington s'engagèrent à nouveau, tandis que d'autres Américains furent incités à s'enrôler pour la première fois. La bataille attira également Cornwallis hors de ses quartiers d'hiver. Le 2 janvier 1777, il attaqua la position de Washington à la bataille d'Assunpink Creek, mais ses assauts furent repoussés. Pendant la nuit, Washington utilisa à nouveau la furtivité pour contourner l'armée de Cornwallis et frapper l'arrière-garde britannique à Princeton. Lors de la bataille de Princeton (3 janvier), Washington surprit et battit l'arrière-garde britannique, remportant une nouvelle victoire, petite mais significative.

Ces défaites convainquirent le général Howe de retirer la majeure partie de l'armée britannique du New Jersey, tandis que Washington prit ses quartiers d'hiver à Morristown. À l'exception d'escarmouches mineures, mais sanglantes, entre les groupes de fourrageage américains et britanniques, les combats de la campagne de New York et du New Jersey étaient terminés; après avoir été sur le point de s'effondrer quelques semaines auparavant, l'armée continentale avait empêché le New Jersey de tomber sous le contrôle des Britanniques et, surtout, avait survécu pour poursuivre le combat.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que la campagne de New York et du New Jersey ?

Pendant la guerre d'Indépendance américaine, la campagne de New York et du New Jersey fut une opération militaire qui se déroula de juillet 1776 à janvier 1777 et qui visait à prendre le contrôle de Manhattan, du fleuve Hudson et de l'État du New Jersey, riche en ressources.

Quelles furent les principales batailles de la campagne de New York et du New Jersey ?

La campagne de New York et du New Jersey donna lieu à certaines des batailles les plus célèbres de la guerre d'Indépendance américaine, notamment les batailles de Long Island (27 août 1776), de Fort Washington (16 novembre 1776), de Trenton (26 décembre 1776) et de Princeton (3 janvier 1777).

Qui participa à la campagne de New York et du New Jersey ?

La campagne de New York et du New Jersey fut menée par l'armée continentale américaine sous les ordres du général George Washington contre une armée britannique et hessoise dirigée par le général Sir William Howe.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, février 01). Campagne de New York et du New Jersey [New York and New Jersey Campaign]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2364/campagne-de-new-york-et-du-new-jersey/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Campagne de New York et du New Jersey." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 01, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2364/campagne-de-new-york-et-du-new-jersey/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Campagne de New York et du New Jersey." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 01 févr. 2024. Web. 22 juil. 2024.

Adhésion