Bataille de Fort Washington

Article

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 29 janvier 2024
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

La bataille de Fort Washington (16 novembre 1776) se déroula pendant la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783) dans le cadre des efforts déployés par les Britanniques pour prendre le contrôle de l'île de Manhattan. Une force britannique et hessoise s'empara du fort Washington, près de l'extrémité nord de Manhattan, à l'endroit où se trouve aujourd'hui Washington Heights, ce qui constitua l'une des pires défaites américaines de la guerre.

British Warships Forcing a Passage of the Hudson Between Forts Washington and Lee
Navires de guerre britanniques forçant le passage de l'Hudson entre Fort Washington et Fort Lee
Thomas Mitchell after Dominic Serres (Public Domain)

Le fort Washington avait été construit au cours de l'été 1776 dans le cadre du plan du général George Washington visant à défendre Manhattan contre les Britanniques. Lorsque l'armée continentale fut finalement repoussée hors de Manhattan pendant la campagne de New York et du New Jersey (juillet 1776 à janvier 1777), Washington laissa une garnison de troupes dans le fort pour maintenir une emprise sur l'île. Le 16 novembre 1776, le fort fut attaqué par l'armée britannique du général William Howe, l'assaut principal étant mené par les Hessois, des mercenaires professionnels allemands combattant aux côtés des Britanniques. Après avoir été repoussés de leurs défenses extérieures, les Américains capitulèrent, livrant le fort Washington et sa garnison de 2 800 hommes, qui furent faits prisonniers; les trois quarts de ces prisonniers mourraient à bord des tristement célèbres navires-prisons britanniques ancrés au large de Brooklyn. La bataille de Fort Washington fut une coûteuse défaite américaine qui priva l'armée continentale d'hommes et de matériel à un moment où elle en manquait dangereusement.

Supprimer la pub
Advertisement

Construction du fort

Le 13 avril 1776, le général George Washington arriva à Manhattan à la tête de son armée continentale de 19 000 hommes. Il craignait depuis longtemps que la ville de New York ne soit la prochaine cible des Britanniques; sa prise permettrait à ces derniers d'accéder librement au fleuve Hudson, ce qui leur permettrait d'envoyer une armée à l'intérieur des terres américaines. Washington décida de construire une série de fortifications près du hameau de Brooklyn sur Long Island, anticipant le fait que les Britanniques devraient prendre Long Island avant d'avancer vers New York City, qui était à l'époque entièrement confinée à la partie supérieure de l'île de Manhattan.

Avec Le fort Washington gardant la rive est de l'Hudson et le fort Lee la rive ouest, il semblait que le fleuve, d'une grande valeur stratégique, était bien gardé.

Pour pallier un éventuel échec de la défense de Long Island, Washington souhaitait fortifier l'Hudson à proprement parler afin d'entraver la progression des Britanniques sur le fleuve. En juin, Washington envoya le général Nathanael Greene, l'un de ses subordonnés les plus fiables, en reconnaissance des positions potentielles pour la construction d'un fort. Après avoir étudié le terrain, Greene opta pour une colline située au sommet de Manhattan, près du point le plus septentrional de l'île; selon Greene, la position serait facile à défendre si elle était fortifiée correctement. Washington donna son accord, convenant que le lieu était idéal pour défendre l'Hudson, et un régiment de Pennsylvanie se mit immédiatement au travail pour construire le fort, sous la supervision du général Greene. À la fin du mois de juillet, le fort était terminé et fut baptisé Fort Washington.

Supprimer la pub
Advertisement

Greene supervisa également la construction d'une fortification secondaire sur la rive opposée du fleuve, au sommet des palissades du New Jersey. Initialement nommé Fort Constitution, le fort du New Jersey finit par être rebaptisé Fort Lee en l'honneur du commandant en second de Washington, le général Charles Lee. Le fort Washington gardant la rive est de l'Hudson et le fort Lee la rive ouest, il semblait que le fleuve, d'une grande valeur stratégique, serait à l'abri du contrôle britannique, l'idée étant que les deux forts pourraient déclencher un bombardement croisé dévastateur sur tout navire britannique qui tenterait de naviguer sur le fleuve. Pour empêcher les navires britanniques de passer à toute allure devant les forts, les Américains coulèrent au milieu de l'Hudson des carcasses de navires chargées de blocs de pierre, créant ainsi une barrière qui bloquerait les navires britanniques et les rendrait plus vulnérables aux canons des forts. Ce type de barrière est connu sous le nom de "cheval de frise".

Nathanael Greene
Nathanaël Greene
Charles Willson Peale (Public Domain)

En ce qui concerne la conception du fort Washington à proprement parler, il s'agissait d'une fortification en terre en forme de pentagone couvrant quatre acres de terrain, dont les murs étaient faits de roches et de terre entassée. Spectacle imposant situé sur une colline de 250 pieds de haut (76 m), le fort n'était pas aussi sûr qu'il pouvait le sembler. Il n'avait pas de baraquements pour les hommes, pas de fossés ni de palissades pour une défense supplémentaire et, surtout, pas d'approvisionnement en eau. Bien que la garnison ait pu hisser de l'eau depuis le bas, l'absence de stockage d'eau aurait été désastreuse dans l'éventualité d'un siège. Le général Greene, qui fut temporairement frappé par la maladie pendant la construction de Fort Washington, ne remarqua pas ces défauts critiques.

Supprimer la pub
Advertisement

Les Britanniques envahissent New York

Au début du mois de juillet 1776, alors que le deuxième Congrès continental de Philadelphie déclarait l'indépendance des États-Unis, un corps expéditionnaire britannique et hessois, sous les ordres du général William Howe, débarqua à Staten Island, dans le port de New York. Au début du mois d'août, cette force comptait 32 000 hommes, ce qui en faisait la plus grande armée expéditionnaire que la Grande-Bretagne ait jamais envoyée dans n'importe quelle partie du monde; par contraste, l'armée de Washington, en haillons et rongée par la maladie, comptait moins de 10 000 hommes. Le 22 août, le général Howe débarqua 15 000 hommes sur Long Island et attaqua la position américaine sur les Guan Heights cinq jours plus tard; la bataille de Long Island qui s'ensuivit fut une catastrophe pour les Américains qui perdirent près de 3 000 hommes, tués, blessés ou capturés. Suite à cette défaite, Washington décida prudemment d'évacuer Long Island dans la nuit du 29 au 30 août, repliant toute son armée sur New York City; désormais, la défense de l'île de Manhattan serait la principale préoccupation de Washington.

Le 15 septembre, les Britanniques et les Hessois effectuèrent un débarquement amphibie à Kip's Bay sur Manhattan, ne rencontrant qu'une faible résistance. Le même jour, Washington abandonna la ville de New York et positionna ses troupes au sommet de Harlem Heights (aujourd'hui Morningside Heights), dans la partie nord-ouest de l'île de Manhattan. Le général Howe occupa la ville de New York avant de tenter de forcer Washington à quitter les hauteurs, mais les troupes britanniques, trop confiantes, furent mises en échec lors de la bataille de Harlem Heights (16 septembre). L'armée continentale maintint sa position sur les hauteurs pendant le mois suivant, avec relativement peu de combats. Cependant, le 18 octobre, les Britanniques débarquèrent 4 000 soldats à Pelham, dans le Bronx, avec l'intention de flanquer l'armée continentale et de la piéger. Plutôt que de risquer d'être encerclé et de voir son armée détruite, Washington décida de se retirer encore plus loin dans le comté de Westchester, même si cela l'obligeait à abandonner Manhattan.

Sir William Howe
Sir William Howe
Richard Purcell (Public Domain)

Avant que Washington ne donne l'ordre de se retirer, il fut approché par le général Greene, qui croyait toujours que Fort Washington était pratiquement impénétrable. Greene implora son supérieur de maintenir le fort en garnison; de cette façon, les Américains pourraient conserver une emprise sur Manhattan et bloquer les troupes britanniques qui pourraient être utilisées pour attaquer le New Jersey. Plus important encore, Greene affirma que si les Britanniques souhaitaient prendre le fort Washington, ils devraient l'attaquer en montée, ce qui pourrait conduire à une répétition du massacre des troupes britanniques survenu un an plus tôt lors de la bataille de Bunker Hill, dans des circonstances similaires. Washington était sceptique face à ces arguments, mais sa confiance en Greene le poussa à faire abstraction de ses propres convictions. Alors que la majeure partie de l'armée continentale se retirait à White Plains, Washington ordonna à 2 000 soldats, sous les ordres du colonel Robert Magaw, de rester à Fort Washington qui, avec Fort Lee, était désormais le seul obstacle entre les Britanniques et le contrôle de la rivière Hudson.

Supprimer la pub
Advertisement

Préparatifs

Dans un premier temps, les Britanniques choisirent d'ignorer la garnison de Fort Washington, préférant poursuivre l'armée continentale dans le comté de Westchester. Après avoir vaincu Washington lors de la bataille relativement mineure de White Plains (28 octobre), le général britannique Howe décida qu'il était temps d'achever l'occupation de Manhattan; Howe commença à marcher vers le sud le 5 novembre. Deux jours plus tard, Howe avait établi son quartier général à 10 km au-dessus de King's Bridge et préparait une attaque contre Fort Washington. C'est alors que Howe fut approché par William Demont, un officier américain devenu traître, qui fournit aux Britanniques les plans du fort ainsi que l'emplacement de ses canons. De plus, Demont dit à Howe que les soldats de l'armée continentale étaient malheureuses et mécontentes.

Le plan de bataille britannique prévoyait un assaut sur trois fronts contre Fort Washington.

Le 15 novembre, le général Howe envoya un officier à Fort Washington sous un drapeau de trêve avec un message simple: rendez-vous maintenant, ou toute la garnison sera passée au fil de l'épée. Informé qu'il disposait de deux heures pour prendre une décision, le colonel Magaw répondit qu'il n'avait pas besoin de temps pour réfléchir, déclarant à l'officier britannique: "Permettez-moi d'informer son Excellence que, activé par la cause la plus glorieuse que l'humanité ait jamais défendue, je suis déterminé à défendre ce poste jusqu'au bout" (Middlekauff, 359). La réponse audacieuse de Magaw avait été faite dans un esprit de confiance; le colonel était convaincu que sa garnison pouvait tenir pendant au moins un mois et que les Britanniques paieraient cher en sang s'ils essayaient d'attaquer le fort avant cette date. L'officier transmit la réponse de Magaw au général Howe qui commença à préparer une attaque.

Pendant ce temps, Washington, inquiet, était arrivé à Fort Lee, de l'autre côté du fleuve, après avoir laissé son armée camper à Hackensack, dans le New Jersey. Après avoir pris connaissance de l'ultimatum de Howe et de la réponse de Magaw, Washington apprit également que Nathanael Greene avait déjà évalué la situation à Fort Washington et avait envoyé 900 hommes supplémentaires pour aider à la défense de la garnison. Selon le rapport ultérieur de Greene, la garnison était "de bonne humeur et ferait une bonne défense" (McCullough, 240). Washington, cependant, se sentait toujours inquiet; la perte de Fort Washington entraînerait la perte d'une bonne partie de son armée. Son armée se réduisant de jour en jour à cause des désertions et des maladies, il ne pouvait plus perdre un seul homme.

Supprimer la pub
Advertisement

George Washington, 1776
George Washington, 1776
Charles Willson Peale (Public Domain)

Washington et Greene décidèrent de passer la nuit à Fort Lee et de décider au matin de ce qu'il convenait de faire à Fort Washington. Lorsque le soleil se leva le samedi 16 novembre, Washington monta dans un petit bateau, avec l'intention de traverser l'Hudson et de rendre visite en personne à la garnison de Fort Washington; il était accompagné de trois de ses généraux, dont Greene, Israel Putnam et Hugh Mercer. Leur bateau avait presque traversé le fleuve lorsque le grondement des canons retentit en direction de Fort Washington, les avertissant que l'assaut britannique avait commencé. Les généraux débarquèrent juste en aval du fort, s'abritant dans un bâtiment appelé Morris house.

Attaque britannique

Le plan de bataille britannique prévoyait un assaut sur trois fronts contre le fort Washington. Le général allemand Wilhelm von Knyphausen dirigeait 4 000 soldats hessois dans une attaque depuis le nord par le King's Bridge; il s'agissait de l'attaque principale, que Knyphausen avait demandé à avoir l'honneur de diriger en personne. Un deuxième bataillon de Hessois, dirigé par le général britannique Lord Hugh Percy, avançait simultanément depuis le sud, tandis qu'une troisième force d'infanterie légère britannique, dirigée par Lord Charles Cornwallis, frappait depuis l'est, traversant la rivière Harlem à bord de bateaux à fond plat. Pendant ce temps, le 42e Highlanders, le tristement célèbre régiment d'infanterie écossais plus connu sous le nom de Black Watch, lança une attaque feinte depuis la Harlem River, dans l'espoir d'attirer certains Américains vers le rivage et de les éloigner des autres points d'assaut. Au total, les Britanniques et les Hessois disposaient d'environ 8 900 hommes pour l'attaque; la garnison de Magaw en comptait environ 2 800.

Vers 7 heures du matin le 16 novembre, l'artillerie britannique et hessoise commença à bombarder Fort Washington depuis plusieurs directions, y compris depuis les navires britanniques dans la rivière Harlem. Le Black Watch tarda cependant à traverser la Harlem, ce qui signifie que les Britanniques ne purent lancer leur assaut terrestre avant midi; les Américains eurent alors plusieurs heures pour se préparer. Lorsque les Hessois du général Knyphausen atteignirent les défenses extérieures du fort, ils furent accueillis par les tirs des régiments du Maryland et de Virginie, sous les ordres du lieutenant-colonel Moses Rawlings. Tandis que les fusiliers américains leur tiraient dessus derrière les arbres, les Hessois luttaient pour escalader les pentes abruptes et rocailleuses. Ils commencèrent rapidement à subir des pertes et furent repoussés à deux reprises, mais les Hessois étaient des soldats professionnels et leur discipline tint bon. Lors de leur troisième charge, ils atteignirent le sommet de la pente; un soldat hessois, John Reuber, raconta:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Enfin, nous sommes arrivés au sommet de la colline où il y avait des arbres et de grosses pierres. Nous avons eu du mal à nous en sortir tous ensemble. Comme ils n'avaient pas l'intention de céder, le colonel [hessois] Rall donna le mot d'ordre suivant: Tous ceux qui sont mes grenadiers, marchez en avant! Tous les tambours se mirent en marche, les hautboïstes soufflèrent. Aussitôt, tous ceux qui étaient encore en vie crièrent: "Hourra! Immédiatement, tous se mêlèrent, Américains et Hessois. Il n'y a plus eu de tirs, mais tous ont couru en avant, pêle-mêle, vers la forteresse (McCullough, 241-242).

Tandis que les Américains et les Hessois s'attaquaient aux défenses septentrionales du fort, les hommes de Lord Percy progressaient depuis le sud. Percy arriva à 200 mètres des défenses sud du fort, tenues par un régiment de Pennsylvanie sous les ordres du lieutenant-colonel Lambert Cadwalader, lorsqu'il s'arrêta; Percy attendait que les Highlanders aient traversé la Harlem River pour lancer leur feinte d'attaque. Lorsque Cadwalader aperçut le célèbre Black Watch en train de traverser la rivière, il envoya des hommes sur la rive pour s'y opposer, affaiblissant ainsi sa propre ligne. La feinte ayant réussi, Percy reprit son attaque, repoussant les Pennsylvaniens de Cadwalader hors de leurs défenses extérieures et à l'intérieur du fort Washinton. Les hommes envoyés pour faire face au débarquement des Highlanders furent également repoussés dans le fort. Lord Percy s'empara de la maison Morris; heureusement pour les Américains, Washington et ses officiers avaient été convaincus de fuir la maison seulement 15 minutes avant qu'elle ne tombe entre les mains de Percy. Washington, Greene et les autres furent bientôt ramenés à Fort Lee en traversant l'Hudson à la rame.

Map of the Battle of Fort Washington, 16 November 1776
Carte de la bataille de Fort Washington, 16 novembre 1776
Oneam (CC BY-SA)

Une fois les défenses du sud et de l'est effondrées, les fusiliers de Rawlings commencèrent à s'effondrer à leur tour; ils furent bientôt repoussés dans le fort Washington. Alors que l'avant-garde hessoise, sous les ordres du colonel Johann Rall, avançait, un canonnier pennsylvanien nommé John Corbin fut tué. Plutôt que de voir le canon tomber aux mains des Hessois, la femme de John, Margaret Corbin, s'empara du canon, le chargea et fit feu. Margaret fut blessée au bras, à la poitrine et à la mâchoire avant d'abandonner son poste, ce qui lui valut le respect de ses compatriotes américains et des Hessois. Malgré la gravité de ses blessures, Margaret Corbin survécut; elle fut plus tard la première femme à recevoir une pension militaire du Congrès des États-Unis et fut également reconnue comme la première femme victime d'une bataille pendant la guerre d'indépendance américaine.

Le fort tombe

À 13 heures, les Américains avaient été chassés des défenses extérieures et avaient pénétré dans le fort Washington, un espace bien trop petit pour accueillir la garnison de plus de 2 000 hommes. Avec peu d'espace pour bouger, et encore moins pour se battre, les défenseurs américains étaient confus, fatigués et au bord de la panique; il devint vite évident pour le colonel Magaw que, si les Hessois franchissaient le mur, un massacre s'ensuivrait. Le colonel Rall et son avant-garde de Hessois avaient subi de nombreuses pertes et voulaient se venger des Américains. Ils ne furent retenus que par les efforts du supérieur de Rall, le général Knyphausen, qui leur interdit d'entrer dans le fort sans ordre. Si Rall n'avait pas été retenu, écrit un officier britannique, "le carnage aurait alors été épouvantable, car les rebelles étaient si nombreux qu'ils n'avaient pas la place de se défendre efficacement, et si effrayés qu'ils n'en avaient pas la capacité" (McCullough, 244).

À 14 heures, le général Knyphausen exigea la reddition inconditionnelle du fort. Devant les hésitations de Magaw, le général Howe arriva en personne et réitéra ses exigences, promettant la vie sauve aux Américains s'ils se rendaient. À 15 heures, Magaw capitula officiellement et fit sortir ses hommes du fort; passant entre deux lignes de Hessois, les Américains dépos+rent leurs armes et devinrent prisonniers de guerre. Au cours de la bataille, les Américains déplorèrent 59 tués, 96 blessés et 2 837 prisonniers. La plupart de ces prisonniers finiraient sur les tristement célèbres navires-prisons britanniques ancrés au large de Brooklyn, où les trois quarts d'entre eux mourraient à cause des conditions difficiles; seuls 800 survivraient assez longtemps pour être libérés lors d'un échange de prisonniers 18 mois plus tard. Les Britanniques, quant à eux, déplorèrent 28 tués et une centaine de blessés lors de la bataille de Fort Washington, tandis que les Hessois perdirent 58 tués et plus de 250 blessés.

Battle of Fort Washington
Bataille de Fort Washington
Thomas Davies (Public Domain)

Conséquences

La perte de Fort Washington fut un coup dévastateur pour les Américains. Washington aurait pleuré en regardant le fort tomber depuis l'autre côté de la rivière, tandis que le général Greene écrivait: "Je me sens en colère, bouleversé, malade et abattu... c'est un événement des plus terribles. Ses conséquences sont à redouter à juste titre" (McCullough, 244). En plus d'avoir été repoussés hors de Manhattan, les Américains perdirent près de 3 000 soldats qui ne pourraient pas être facilement remplacés; en effet, le taux de désertion ne fit qu'augmenter après la triste nouvelle de la chute de Fort Washington. Le 20 novembre, Lord Cornwallis conduisit 4 000 soldats britanniques à travers l'Hudson, débarquant à 10 km au-dessus de Fort Lee. Plutôt que de risquer un nouveau désastre, Washington ordonna à la garnison d'évacuer; Cornwallis s'empara du fort abandonné quelques heures seulement après la fuite des derniers Américains.

Cornwallis poursuivit Washington à travers le New Jersey et finit par lui faire traverser le fleuve Delaware et entrer en Pennsylvanie en décembre. Les Britanniques et les Hessois s'installèrent alors dans leurs quartiers d'hiver, laissant à Washington le temps de se ressaisir et de réévaluer la situation. Conscient qu'il devait remporter une victoire sous peine de voir son armée se désintégrer, Washington retraversa le Delaware le jour de Noël 1776 et battit les Hessois à la bataille de Trenton le lendemain; il remporterait une nouvelle victoire à la bataille de Princeton le 3 janvier 1777. Ces victoires permirent à l'armée continentale de renverser la vapeur, même si la bataille de Fort Washington resterait l'une des pires défaites américaines de cette guerre.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que la bataille de Fort Washington ?

La bataille de Fort Washington fut une bataille importante de la guerre d'Indépendance américaine. Elle vit la défaite de la garnison américaine de Fort Washington et permit aux Britanniques d'achever l'occupation de Manhattan.

Où se trouvait Fort Washington ?

Fort Washington était situé à l'extrémité nord de l'île de Manhattan, sur ce qui est aujourd'hui Washington Heights.

Quand Fort Washington a-t-il été attaqué ?

Fort Washington fut attaqué par les Britanniques et les Hessois le 16 novembre 1776.

Pourquoi la bataille de Fort Washington fut-elle importante ?

La bataille de Fort Washington fut importante car elle permit aux Britanniques de prendre le contrôle de Manhattan, qu'ils allaient occuper jusqu'à la fin de la guerre. Elle réduisit également considérablement l'armée continentale à un moment où elle luttait pour rester intègre.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, janvier 29). Bataille de Fort Washington [Battle of Fort Washington]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2362/bataille-de-fort-washington/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Bataille de Fort Washington." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 29, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2362/bataille-de-fort-washington/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Bataille de Fort Washington." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 29 janv. 2024. Web. 12 avril 2024.

Adhésion