Siège de Charleston

Article

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 27 mars 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Le siège de Charleston (du 29 mars au 12 mai 1780) fut une opération militaire majeure de la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783). Dans l'espoir de prendre pied dans le sud des États-Unis, le commandant en chef britannique Sir Henry Clinton mena une attaque sur Charleston, en Caroline du Sud, et s'empara de la ville après un siège de six semaines. Ce fut l'une des pires défaites américaines de la guerre.

Siege of Charleston
Siège de Charleston
Alonzo Chappel (Public Domain)

Contexte: La Grande-Bretagne envahit le Sud

Pendant les trois premières années de la guerre, la stratégie britannique s'était concentrée sur le nord des États-Unis, la plupart des combats se déroulant dans les colonies de la Nouvelle-Angleterre et les Middle Colonies. Mais après l'échec de plusieurs campagnes britanniques dans le nord, la Grande-Bretagne se tourna vers le sud des États-Unis. Le Sud était censé regorger de loyalistes qui attendaient l'arrivée d'une armée britannique pour se révolter en masse et se débarrasser de leurs gouvernements révolutionnaires. En outre, le Sud produisait la plupart des cultures commerciales rentables des États-Unis, notamment l'indigo, le riz et le tabac. Les Américains utilisaient les revenus de ces cultures pour acheter des fournitures de guerre. Si le Sud tombait sous le contrôle des Britanniques, les Américains seraient donc moins en mesure de financer leur effort de guerre.

Supprimer la pub
Publicité
90 navires de transport et 14 navires de guerre de la Royal Navy, sous le commandement du vice-amiral Marriot Arbuthnot, mirent le cap sur Charleston.

Sir Henry Clinton, commandant en chef de l'armée britannique en Amérique du Nord, décida de sonder les défenses américaines dans le sud avant de s'engager dans une invasion de grande envergure. En novembre 1778, il envoya un petit corps expéditionnaire de 3 500 hommes pour prendre le contrôle de Savannah, en Géorgie. Le 29 décembre, après une brève escarmouche avec les Américains, les Britanniques s'emparèrent de Savannah avant de consolider leur position dans le sud en occupant les villes environnantes. Mais leur contrôle de la Géorgie ne resterait pas sans réponse, car le major général Benjamin Lincoln, commandant du département sud de l'armée continentale, était déterminé à empêcher l'État de retomber sous la sujétion des Britanniques. Après avoir joint ses forces à celles de 4 000 soldats français commandés par Charles Henri Hector, comte d'Estaing, Lincoln assiégea Savannah le 16 septembre 1779. Mais le siège dura plus longtemps que prévu et d'Estaing, inquiet de voir sa flotte vulnérable aux attaques britanniques, perdit patience et ordonna un assaut direct. L'assaut franco-américain sur Savannah, qui eut lieu le 9 octobre 1779, fut repoussé dans le sang. Les alliés, découragés, abandonnèrent le siège de Savannah peu après, laissant la Géorgie aux mains des Britanniques.

Lorsque Clinton apprit la nouvelle de la victoire britannique à Savannah, il fut ravi et parla de "l'événement le plus important de toute la guerre" (Boatner, 988). L'expérience de Savannah s'étant avérée fructueuse, Clinton tourna immédiatement son attention vers une prise plus importante: Charleston, en Caroline du Sud. Avec une population de 12 000 habitants, Charleston était l'une des quatre villes britanniques les plus importantes d'Amérique du Nord (les autres étant New York, Boston et Philadelphie). C'était la plus grande ville du Sud, son port animé étant le centre d'une grande partie de la richesse de la région. Clinton en personne avait tenté de s'en emparer trois ans plus tôt, mais avait été vaincu lors de la bataille de Sullivan's Island (28 juin 1776); il n'était pas prêt à laisser la ville le vaincre une seconde fois. Le 26 décembre 1779, Clinton confia au général allemand Wilhelm von Knyphausen le commandement de la ville de New York occupée par les Britanniques, lui laissant 10 000 hommes. Clinton, son commandant en second Lord Charles Cornwallis et les 8 500 soldats britanniques et allemands restants montèrent alors à bord d'une flotte de 90 navires de transport stationnés dans le port de New York. Escortés par 14 navires de guerre de la Royal Navy commandés par le vice-amiral Marriot Arbuthnot, les transports levèrent l'ancre et mirent le cap sur Charleston.

Supprimer la pub
Publicité

Sir Henry Clinton
Sir Henry Clinton
Andrea Soldi (Public Domain)

Une expédition houleuse

Le voyage fut désagréable. Un officier allemand, Johann Hinrichs du Jaeger Corps, raconte que chaque jour, le temps était froid et misérable et qu'il suivait souvent le même schéma: "tempête, pluie, grêle, neige et vagues déferlant sur la cabine" (cité dans Middlekauff, 444). En effet, le vent mordant de l'hiver soulevait de hautes vagues qui secouaient violemment les navires et inondaient souvent les ponts. Un navire de transport, l'Anna, fut emporté au milieu de l'Atlantique, emportant avec lui 200 fantassins allemands. Un autre navire de transport, le George, fit naufrage; si la plupart des soldats à bord furent sauvés, une grande partie du précieux matériel de guerre, y compris la plupart des chevaux du navire, fut entraînée au fond de la mer. À la fin du mois de janvier 1780, le pénible voyage s'acheva, les navires britanniques faisant escale à Tybee Island, à l'embouchure de la rivière Savannah, pour se regrouper. Clinton attendit que les navires retardataires ne le rattrapent avant de remonter vers le nord, longeant la côte jusqu'à ce qu'ils n'atteignent Edisto Island, en Caroline du Sud, le 11 février.

Le général Lincoln prévoyait que la principale attaque britannique viendrait de la mer et envoya rapidement des hommes réparer les forts.

Après de vifs désaccords avec l'amiral Arbuthnot sur le lieu de débarquement de l'armée - Clinton, bien que fin stratège, était paranoïaque et pensait que ses pairs militaires cherchaient toujours à lui nuire, ce qui l'amenait à se brouiller avec presque tout le monde - le commandant en chef décida de débarquer ses hommes sur Simmons Island (l'actuelle Seabrook Island), à une trentaine de kilomètres au sud de Charleston. Clinton choisit d'attendre là que des renforts n'arrivent de Géorgie et de New York, portant ses effectifs à environ 10 000 hommes. Il établit des dépôts de ravitaillement et des poudrières dans les environs et écrit aux avant-postes militaires britanniques de Floride et des Bahamas pour leur demander d'expédier aux Carolines tous les canons inutilisés.

Supprimer la pub
Publicité

Les défenses de Charleston

Les Patriotes ne pouvaient manquer de voir l'imposante expédition britannique qui se rassemblait sur l'île de Simmons et devinèrent rapidement sa cible. Le général Lincoln se tourna immédiatement vers la défense de Charleston. Son armée n'était pas très nombreuse: il disposait d'environ 1 200 Continentaux (soldats réguliers) de Virginie et de Caroline du Sud, d'environ 2 000 miliciens de Caroline du Sud et de 380 hommes de la Légion de Pulaski. Une petite flottille de la marine continentale, dirigée par le commodore Abraham Whipple, stationna dans le port. Whipple disposait de huit navires, dont plusieurs avaient été achetés aux Français. L'entrée du port de Charleston était défendue par le fort Moultrie à l'est et le fort Johnson à l'ouest, bien que ces deux forts aient été en piteux état. Lincoln prévoyait que la principale attaque britannique viendrait de la mer et envoya rapidement des hommes pour réparer les forts. Le port était également défendu par un banc de sable qui, du moins l'espérait-il, empêcherait le passage de tout navire de guerre lourd.

Charleston Fortifications, 1780
Fortifications de Charleston, 1780
Unknown Artist (Public Domain)

Comme Lincoln s'attendait à ce que les Britanniques attaquent par le port, il négligea les défenses du côté terrestre de Charleston. Au cœur des défenses terrestres se trouvait une citadelle de 18 canons construite en "tappy", un matériau composé de coquilles d'huîtres, de chaux, de sable et d'eau. La citadelle comportait des redoutes de part et d'autre, mais celles-ci étaient restées inachevées. La péninsule sur laquelle se trouvait Charleston était située au confluent des rivières Ashley et Cooper; six petits forts étaient situés le long de la rivière Ashley, gardant les passages terrestres vers la ville, et sept forts étaient situés le long de la rivière Cooper.

Début du siège

Le 20 mars 1780, la flotte de l'amiral Arbuthnot arriva en vue du port de Charleston. Malgré la prudence naturelle de l'amiral, il réussit néanmoins à faire passer six petites frégates par-dessus le banc de sable et à les faire entrer dans le port. Le commodore Whipple, qui ne s'attendait pas à ce que les navires de la Royal Navy entrent dans le port si tôt, décida de ne pas attaquer; au lieu de cela, il fit naviguer ses navires jusqu'à l'embouchure de la rivière Cooper et les saborda, créant une barrière avec les épaves. Ses marins furent ensuite envoyés à Charleston pour aider à la mise en place des canons. Le 8 avril, Arbuthnot réussit à faire passer ses 14 navires de guerre au-delà du banc de sable et à les faire entrer dans le port, en passant devant les canons pratiquement inutiles du fort Moultrie.

Supprimer la pub
Publicité

Le général Clinton, quant à lui, avait débarqué son armée sur le continent de Caroline du Sud, à Drayton's Landing, à 12 miles au-dessus de Charleston. Le 29 mars, les hommes de Clinton traversèrent la rivière Ashley et, le 1er avril, s'approchèrent à moins de 800 mètres des défenses terrestres de Charleston. Lincoln était désormais encerclé, pris en étau par les Britanniques, tant sur terre que sur mer. Du côté de la terre, les Britanniques se retranchèrent. Ils créèrent une parallèle, une série de tranchées et de redoutes qui reflétaient les fortifications américaines. Le sol sablonneux de la péninsule de Charleston permit de creuser facilement et, en l'espace de dix jours, la première parallèle britannique fut achevée. Clinton et Arbuthnot demandèrent à Lincoln de se rendre, mais le général américain refusa, et les travaux commencèrent pour une seconde ligne parallèle, encore plus proche de la ligne américaine.

La construction des parallèles fut supervisée par le major James Moncrieff, ingénieur en chef britannique, qui organisa les troupes en groupes de travail comptant parfois jusqu'à 500 hommes. L'une des caractéristiques des tranchées de Moncrieff était l'utilisation de mantelets, de lourdes structures en bois de trois mètres de haut, de trois mètres de long et reposant sur trois pieds. Seize de ces mantelets étaient assemblés pour former les murs d'une redoute, les ouvriers empilant du sable ou de la terre contre l'extérieur du mur. Le travail n'était pas facile: l'air de la Caroline du Sud était chaud et impitoyable, et de vicieuses puces de sable mordaient les chevilles, les bras et le visage des ouvriers.

General Benjamin Lincoln
Général Benjamin Lincoln
Charles Willson Peale (Public Domain)

Mais ces problèmes furent vite oubliés lorsque les tranchées britanniques arrivèrent à portée de l'artillerie américaine. De temps à autre, les canons des Patriots se mettaient à rugir, les soldats britanniques et allemands s'arc-boutaient tandis que le sol autour d'eux était rongé par les tirs des canons. Le terrain plat de la péninsule faisait des Britanniques des cibles faciles pour les artilleurs américains, qui ne tiraient pas d'obus conventionnels. A court de munitions, les Américains tirèrent des bidons remplis de divers projectiles: pelles, pioches, hachettes, fers à repasser, et même des éclats de verre. Les blessures infligées par ces bidons étaient dévastatrices: des membres arrachés et des os brisés. L'artillerie britannique riposta dès qu'elle s'approcha suffisamment, en tirant ses propres bidons de 100 balles chacun.

Supprimer la pub
Publicité

Les Britanniques se rapprochent

Alors que les tranchées britanniques se rapprochaient de Charleston, Clinton craignait que les Américains ne puissent encore s'échapper par la rivière Cooper. Le 14 avril, il envoya le colonel Banastre Tarleton et l'unité d'élite loyaliste connue sous le nom de British Legion pour s'emparer de Monck's Corner, l'un des principaux passages sur la rivière Cooper. Tarleton surprit les troupes américaines qui gardaient Monck's Corner et les chassa après une brève escarmouche; à la fin du jour suivant, tous les principaux passages sur la Cooper dans un rayon de six miles autour de Charleston étaient contrôlés par les Britanniques. L'armée américaine dans la ville était désormais bel et bien prise au piège.

Le 19 avril, les Britanniques terminèrent leur deuxième parallèle et s'attaquèrent à la troisième; ils étaient désormais à moins de 250 mètres des murs de Charleston. Le général Lincoln, voyant que la fin était proche, convoqua un conseil de guerre au cours duquel il suggéra la reddition. Le lieutenant-gouverneur Christopher Gadsden, qui assistait au conseil malgré son statut de civil, ne voulut rien entendre et réprimanda Lincoln pour avoir même envisagé d'abandonner Charleston. Le lendemain, Gadsden retourna au quartier général de Lincoln avec un groupe d'autres dirigeants civils, qui supplièrent tous Lincoln de ne pas les abandonner aux Britanniques. Le général s'inclina à contrecœur et le siège se poursuivit.

British Grenadier, 40th Regiment of Foot, 1767
Grenadier britannique, 40e régiment d'infanterie, 1767
R. H. Raymond Smythies (Public Domain)

Le 24 avril à l'aube, 200 Virginiens et Caroliniens effectuèrent une sortie contre les troupes britanniques qui travaillaient sur la troisième parallèle. Les Britanniques furent pris par surprise et s'enfuirent vers la deuxième ligne de tranchées; 50 soldats britanniques furent tués ou blessés lors de l'attaque, et 12 autres furent faits prisonniers. L'attaque inattendue rendit les Britanniques nerveux; la nuit suivante, les travaux sur la troisième parallèle furent à nouveau interrompus lorsqu'un bruit soudain convainquit les assiégeants que les Américains lançaieent une nouvelle sortie, ce qui les fit paniquer et abandonner leurs postes. Ce n'est qu'après avoir constaté qu'aucune attaque n'était imminente qu'ils reprirent leurs travaux.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Fin du siège

À la fin de la première semaine de mai, les sapeurs britanniques avaient creusé jusqu'à la base des fortifications américaines. Les tirs d'artillerie s'intensifièrent de part et d'autre et, en peu de temps, la péninsule se transforma en un véritable enfer, rempli de cratères et jonché de cadavres. Le 9 mai, l'artillerie britannique s'approcha suffisamment pour tirer sur les maisons en bois de Charleston, les engloutissant dans les flammes. Un officier britannique se souvint de façon obsédante que les cris des femmes et des enfants accompagnaient chaque salve de canon britannique tirée sur la ville (Fleming, 111). Plusieurs officiers britanniques poussèrent des cris de joie lorsque Charleston prit feu, mais ils furent rapidement réprimandés par Clinton, qui leur dit qu'il était "absurde, impoli et inhumain de brûler une ville que l'on a l'intention d'occuper" (Middlekauff, 450).

Le 11 mai, Gadsden et les autres principaux habitants de Charleston s'adressèrent à Lincoln, lui demandant de leur permettre de livrer la ville dans les meilleures conditions possibles. Lincoln rencontra Clinton dans le cadre d'un pourparler, demandant que son armée soit autorisée à quitter la ville avec tous les honneurs de la guerre. Clinton refusa catégoriquement, déclarant qu'il n'accepterait rien d'autre qu'une reddition inconditionnelle. Lincoln accepta et, à 11 heures du matin le 12 mai 1780, les soldats continentaux quittèrent la ville et se retrouvèrent en captivité chez les Britanniques. Les officiers américains furent tout d'abord autorisés à conserver leurs épées, mais après que plusieurs d'entre eux eurent été entendus en train de crier "Vive le Congrès", cet honneur fut révoqué. La milice, contrairement aux Continentaux, fut autorisée à rentrer chez elle sur parole. En fin de compte, les Britanniques enregistrèrent la capture de 7 généraux américains, de 5 466 officiers et soldats continentaux (dont beaucoup étaient trop âgés ou malades pour participer au siège), de 5 316 mousquets, de 15 drapeaux régimentaires et d'environ 33 000 cartouches d'armes légères. Il s'agissait de la plus grande force américaine à se rendre à une armée ennemie avant la bataille de Harper's Ferry en 1862.

Infantry of the Continental Army, c. 1779-1783
Infanterie de l'armée continentale, vers 1779-1783
Henry Alexander Ogden, IV (Public Domain)

Trois jours après la reddition de Lincoln, un mousquet chargé fut jeté sans précaution dans un entrepôt où étaient stockés de nombreux fûts de poudre à canon. Le mousquet se déclencha, provoquant une énorme explosion. Six bâtiments voisins, dont une maison close et un hospice, s'embrasèrent, entraînant des heures de chaos et de destruction supplémentaires. Lorsque les flammes s'éteignirent, on dénombra environ 200 morts, tués dans l'explosion initiale ou dans l'incendie qui s'ensuivit; parmi les victimes figuraient des soldats et des civils, britanniques, américains et allemands. Un officier allemand décrit l'horreur, notant dans son journal que les hommes et les femmes gravement brûlés "se tordaient comme des vers sur le sol", certains de leurs corps "tellement mutilés qu'on ne pouvait distinguer une figure humaine" (cité dans Middlekauff, 212). Naturellement, les occupants britanniques accusèrent un saboteur américain, tandis que les Américains imputèrent la tragédie à la négligence britannique. Quel qu'ait été le véritable responsable, l'explosion de l'entrepôt marqua la fin horrible d'un siège cauchemardesque.

Pertes et conséquences

Le siège de Charleston fut sans aucun doute l'une des plus importantes victoires britanniques de la guerre. Clinton s'était emparé de la ville la plus importante du Sud américain et avait forcé une armée patriote entière à se rendre. Outre les victimes de l'explosion de l'entrepôt, les Américains déplorèrent environ 90 tués et 140 blessés au cours du siège, contre 76 tués et 189 blessés pour les assiégeants britanniques et allemands. Si l'on ajoute les pertes civiles inconnues et les prisonniers de guerre américains qui mourraient plus tard des conditions épouvantables des prisons britanniques, le nombre total de morts fut probablement beaucoup plus élevé.

Clinton resta à Charleston suffisamment longtemps pour publier une proclamation offrant le pardon à tous les rebelles qui juraient fidélité au roi. Puis, le 5 juin, il prit 4 000 hommes et retourna à New York, estimant qu'il devait s'y rendre pour défendre la ville contre une éventuelle attaque franco-américaine. Son second, Lord Cornwallis, fut laissé à la tête de l'armée du Sud, avec l'ordre d'achever la soumission des Carolines. Après la perte de l'armée de Lincoln, les patriotes du Sud mirent en place à la hâte une autre armée pour se défendre contre Cornwallis, mais cette force subit également un désastre à la bataille de Camden (16 août 1780).

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que le siège de Charleston?

Le siège de Charleston fait référence à une attaque britannique sur Charleston, en Caroline du Sud, pendant la guerre d'Indépendance américaine. Les Britanniques finirent par capturer Charleston ainsi que l'armée américaine qui défendait la ville.

Pourquoi le siège de Charleston fut-il important?

Le siège de Charleston fut important car il permit aux Britanniques de prendre pied dans les Carolines et d'entamer leur campagne méridionale. Il conduisit également à la reddition d'une armée américaine entière, l'une des pires défaites patriotes de la Révolution américaine.

Quand le siège de Charleston eut-il lieu?

Le siège de Charleston eut lieu entre le 29 mars et le 12 mai 1780, pendant la guerre d'Indépendance américaine.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, mars 27). Siège de Charleston [Siege of Charleston]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2406/siege-de-charleston/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Siège de Charleston." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 27, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2406/siege-de-charleston/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Siège de Charleston." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 27 mars 2024. Web. 26 mai 2024.

Adhésion