Siège de Savannah

Article

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 26 mars 2024
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

Le siège de Savannah (du 16 septembre au 20 octobre 1779) fut un engagement important de la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783). Dans l'espoir de reprendre Savannah, en Géorgie, tombée aux mains des Britanniques l'année précédente, une force franco-américaine assiégea la ville. Leurs efforts aboutirent à un assaut raté le 9 octobre, après quoi les alliés abandonnèrent le siège.

Attack on Savannah, 1779
Attaque de Savannah, 1779
A. I. Keller (Public Domain)

Contexte: Les Britanniques changent de stratégie

Pendant les trois premières années de la guerre, la stratégie militaire britannique s'était concentrée sur le nord des États-Unis. Les Britanniques pensaient que les colonies de la Nouvelle-Angleterre et les "Middle Colonies" constituaient le cœur de la rébellion américaine et pensaient pouvoir mettre fin à la guerre en les supprimant. Cependant, les campagnes menées au cours des dernières années n'avaient pas été très satisfaisantes: quels qu'aient pu être les progrès réalisés par les armées britanniques, elles n'avaient jamais réussi à vaincre de manière décisive le général George Washington et l'armée continentale. Cela s'expliquait en partie par l'obstination de Washington et sa réticence à mener une bataille risquée. Mais c'était aussi parce que le Nord était un bastion du patriotisme (à quelques exceptions notables près, comme la ville de New York, qui était l'un des bastions loyalistes les plus puissants du pays). Chaque fois qu'elle était menacée de destruction, l'armée de Washington trouvait toujours le soutien des gouvernements patriotes voisins et était fréquemment renforcée par des recrues fraîches et des milices d'État. Tant que l'armée continentale survivrait, la guerre continuerait, et tant que le mouvement patriote resterait fort dans le nord, l'armée continentale survivrait.

Supprimer la pub
Advertisement
La plupart des cultures commerciales des États-Unis étaient cultivées dans le sud, comme l'indigo, le riz et le tabac.

Les Britanniques furent donc contraints d'adopter une nouvelle stratégie et décidèrent de se concentrer sur le Sud des États-Unis. Cette décision fut prise pour plusieurs raisons. Les Britanniques pensaient que s'ils pouvaient débarquer une armée sur les côtes du sud, les loyalistes du Sud se révolteraient en masse, proclameraient leur allégeance au roi et contribueraient à renverser leurs gouvernements révolutionnaires. La plupart des cultures commerciales des États-Unis, comme l'indigo, le riz et le tabac, étaient cultivées dans le Sud, ce qui constituait une motivation supplémentaire. Les bénéfices tirés de la vente de ces cultures étaient utilisés par les Américains pour acheter des fournitures de guerre. Si les Britanniques parvenaient à occuper les États du sud, ils pourraient donc supprimer l'une des principales sources de revenus des États-Unis, ce qui perturberait l'économie américaine et paralyserait son effort de guerre. La chute du Sud, pensait-on, entraînerait la suppression du Nord et mettrait fin à une guerre longue et acharnée.

Prise de Savannah: Décembre 1778

Fort de cette stratégie, Sir Henry Clinton, commandant en chef de l'armée britannique en Amérique du Nord, décida d'envoyer un corps expéditionnaire dans l'État de Géorgie, afin d'y sonder la situation avant de lancer une invasion plus importante. Le 27 novembre 1778, une petite force britannique de 3 500 hommes, sous les ordres du lieutenant-colonel Archibald Campbell, partit de New York. Escortée par une escadre de navires de guerre, la force britannique longea la côte et débarqua finalement sur l'île de Tybee, près de l'embouchure de la rivière Savannah, le 23 décembre. Le débarquement britannique fut remarqué par la ville de Savannah, qui alerta le département sud de l'armée continentale, dirigé par le major général Robert Howe (aucun lien avec l'éminente famille militaire britannique qui porte également le nom de Howe).

Supprimer la pub
Advertisement

Sir Henry Clinton
Sir Henry Clinton
Andrea Soldi (Public Domain)

Howe, qui se trouvait à 30 miles de là, à Sunbury, se précipita à Savannah avec une armée de 700 Continentaux (ou réguliers) et 150 miliciens. Il arriva le jour de Noël et fut consterné de constater que les anciennes fortifications de Savannah étaient tombées en ruine. Le général Howe décida de ne pas prendre le risque de s'appuyer sur ces fortifications et d'établir sa principale ligne de défense à un demi-mile au sud-est de la ville, couvrant la route principale qui menait au site de débarquement britannique. C'était une position forte; l'armée de Howe était flanquée d'un côté par la rivière Savannah ainsi que par plusieurs rizières, et de l'autre par des marais boisés. Se sentant en sécurité, Howe décida de tenir cette position, même s'il était en infériorité numérique à quatre contre un et que la plupart de ses soldats n'avaient pas encore participé à une seule bataille.

LA GÉORGIE SEMBLAIT ÊTRE devenue LE PREMIER ÉTAT À RETOMBER SOUS L'emprise BRITANNIQUE.

Campbell, quant à lui, avait débarqué à Girardeau's Plantation sur le continent et avait entamé sa marche vers Savannah. Vers 14 heures, le 29 décembre, l'avant-garde britannique repéra la position américaine et fit son rapport à Campbell, qui ordonna à son armée de s'arrêter pendant qu'il évaluait les formations ennemies. Alors qu'il était parti en reconnaissance de la ligne ennemie, Campbell fut approché par un esclave nommé Quamino Dolly, qui proposa d'indiquer aux Britanniques un chemin à travers les marécages et de contourner la ligne américaine (les Britanniques avaient offert la liberté à tous les esclaves du Sud qui les aideraient, ce qui poussa beaucoup d'entre eux à se rallier à la cause des Loyalistes). Campbell décida de faire confiance à Dolly, qui conduisit les Britanniques sur un chemin à travers les marécages, émergeant juste derrière le flanc gauche américain.

Supprimer la pub
Advertisement

Alors que les Britanniques sortaient du marais, un officier grimpa sur un arbre voisin pour guetter les Américains. Une fois les Britanniques en formation, l'officier dans l'arbre donna un signal en agitant son chapeau, et Campbell ordonna à ses hommes de charger. Howe fut choqué de trouver les Britanniques sur sa gauche, lui qui pensait être protégé des manœuvres de flanc par les marécages. Confronté à des attaques sur son front et son flanc, Howe ordonna la retraite; les Américains, paniqués, s'enfuirent par le Musgrove Swamp Causeway vers l'ouest, plusieurs d'entre eux se noyant au passage. La bataille n'avait pas duré longtemps; les Américains déploraient 83 morts et 453 prisonniers, les Britanniques, eux, 3 tués et 10 blessés. Campbell poursuivit ensuite sa marche et s'empara de Savannah sans autre combat. Savannah fut donc la première ville du sud à tomber aux mains des Britanniques, donnant ainsi le coup d'envoi de leur stratégie méridionale.

Intermède: Janvier - septembre 1779

Le 19 janvier 1779, le général britannique Augustin Prévost arriva à Savannah en provenance de Floride et prit le commandement général. Le colonel Campbell prit le contrôle d'Augusta, en Géorgie, tandis qu'un autre détachement de troupes britanniques remontait la côte pour occuper Beaufort, en Caroline du Sud, sur l'île de Port Royal. En juillet, les Britanniques se sentirent suffisamment confiants dans leur contrôle pour inviter Sir James Wright, le gouverneur royal de la Géorgie avant la guerre, à reprendre la direction de la colonie. La Géorgie semblait être devenue le premier État à retomber sous l'emprise britannique.

Charles Henri Hector, Comte d'Estaing
Charles Henri Hector, comte d'Estaing
Jean-Baptiste Le Brun (Public Domain)

Pendant ce temps, Robert Howe passait en cour martiale pour la perte de Savannah. Bien qu'il ait finalement été exonéré de toute faute, il fut tout de même démis de son commandement et remplacé par le major général Benjamin Lincoln. Lincoln, qui avait fait ses preuves sur le théâtre nord lors de la campagne de Saratoga (juin à octobre 1777), était déterminé à reprendre Savannah et passa le printemps et l'été 1779 à renforcer ses forces. En juillet, il disposait d'environ 6 000 hommes à son quartier général de Charleston, en Caroline du Sud. Mais cela ne suffisait pas: si Lincoln voulait reprendre Savannah, il avait besoin d'un soutien naval. Il écrivit donc une lettre à Charles Henri Hector, comte d'Estaing, commandant de la flotte française, pour lui demander son soutien.

Supprimer la pub
Advertisement

D'Estaing était arrivé en Amérique du Nord l'été précédent, peu après l'entrée en guerre de la France en tant qu'allié des États-Unis. Il avait tenté d'aider les Américains lors du siège de Newport (Rhode Island), mais après que sa flotte eut été endommagée par une tempête, il s'était embarqué pour Boston afin d'y effectuer des réparations, obligeant les Américains à se débrouiller seuls lors de la bataille de Rhode Island (29 août 1778) qui suivit. Cela avait provoqué des frictions au sein de la nouvelle alliance franco-américaine, ce qui conduisit d'Estaing, frustré, à naviguer vers les Antilles pour tenter de vaincre les navires de guerre britanniques qui s'y trouvaient. D'Estaing venait de s'emparer de la Grenade lorsque, en juillet 1779, il reçut les appels à l'aide de Lincoln. Espérant sans doute laver son honneur après le fiasco de Rhode Island, d'Estaing envoya cinq navires à Charleston pour annoncer sa coopération et fit naviguer le reste de sa flotte - dont 33 navires, plus de 2 000 canons et plus de 4 000 soldats français - vers la Géorgie. Lorsque, le 3 septembre, le général Lincoln fut informé des intentions de d'Estaing, il quitta immédiatement Charleston et fit marcher son armée vers le sud, en direction de Savannah.

Le siège commence: 12 septembre - 8 octobre 1779

Au début du mois de septembre 1779, la flotte française de d'Estaing s'approchait de la côte de Géorgie. Son arrivée fut si soudaine et inattendue qu'elle parvint à dépasser et à capturer deux navires britanniques, l'Experiment (50 canons) et la frégate Ariel; parmi le butin pris à ces navires se trouvait la paie de 30 000 livres sterling de la garnison de Savannah. Le 12 septembre, d'Estaing atteignit la rivière Savannah et commença à débarquer des troupes à Beaulieu, à environ 14 miles au sud de Savannah. Après avoir débarqué environ 1 500 hommes, le mauvais temps l'empêcha d'en débarquer d'autres jusqu'au 16 septembre, date à laquelle le ciel s'éclaircit suffisamment pour qu'il puisse terminer le débarquement de ses troupes. À ce stade, d'Estaing fut rejoint par les unités américaines avancées, qui comprenaient une brigade de miliciens sous les ordres du brigadier général Lachlan McIntosh, et 200 cavaliers sous les ordres du comte Casimir Pulaski, un noble polonais.

Death of Pulaski
Mort de Pulaski
Henry Davenport Northrop (Public Domain)

Le 16 septembre, d'Estaing s'approcha de Savannah avec son armée, exigeant que la garnison britannique se rende "aux armes du roi de France" (Boatner, 984). Prévost demanda 24 heures pour réfléchir, ce qui lui fut dûment accordé. À l'insu des alliés, Prévost ne faisait que gagner du temps, car il attendait le retour du lieutenant-colonel John Maitland de Beaufort, en Caroline du Sud. Lorsque Maitland rentra à Savannah avec environ 800 hommes, Prévost était suffisamment confiant pour refuser la reddition exigée par d'Estaing; il disposait de plus de 3 200 soldats britanniques, ainsi que d'un certain nombre de civils loyalistes et d'esclaves en fuite qui l'aideraient. Après avoir reçu le refus des Britanniques, d'Estaing commença à mettre le siège.

Supprimer la pub
Advertisement

Le 16 au soir, le général Lincoln arriva avec le gros de son armée. La décision de d'Estaing d'appeler à la reddition sans attendre l'arrivée de Lincoln ne fut pas du goût des officiers américains, tandis que d'Estaing estimait que son rang et sa noblesse le dispensaient d'avoir à s'incliner devant les Américains. Selon un officier britannique, Lincoln était "méprisé par les Français au point de ne pas être autorisé à entrer dans leur camp" (Boatner, 984). Lincoln accepta néanmoins de soutenir le siège et, dans la nuit du 24 septembre, les canons américains furent amenés et mis en place. Dans la soirée du 3 octobre, l'artillerie alliée commença à bombarder Savannah, et la canonnade se poursuivit pendant cinq jours.

Pendant ce temps, d'Estaing perdait patience. Les capitaines de sa flotte le pressaient d'abandonner le siège: la flotte avait grand besoin de réparations, sa position au large de la Géorgie la rendait vulnérable aux dommages causés par les ouragans ou à l'attaque d'une flotte britannique, et les marins français étaient affligés par le scorbut et la dysenterie, si bien qu'ils mouraient au rythme de 35 hommes par jour. D'Estaing avait d'abord accepté de ne rester à terre que dix jours, ce que ses ingénieurs lui avaient assuré comme suffisant pour terminer le siège. Mais lorsque trois semaines s'étaient écoulées et que Savannah ne semblait pas près de tomber, d'Estaing décida qu'il en avait assez. Le 8 octobre, il convoqua un conseil de guerre, à l'issue duquel il décida qu'un assaut serait donné sur les positions britanniques avant l'aube du lendemain.

Map of the Siege of Savannah
Carte du siège de Savannah
British Library (Public Domain)

L'assaut: 9 octobre 1779

Prévost avait passé les semaines précédentes à se préparer à une attaque alliée. Il avait construit une série de remblais en demi-cercle pour couvrir les approches terrestres de Savannah; alors que le bombardement de l'artillerie franco-américaine avait fait beaucoup de dégâts à Savannah et avait tué de nombreux civils, les soldats à l'intérieur de ces remblais étaient pour la plupart restés indemnes. Prévost avait également construit une redoute au sommet de Spring Hill, la hauteur qui commandait les approches de Savannah, la garnissant initialement avec seulement des dragons à pied et une compagnie de miliciens loyalistes; Prévost décida finalement de renforcer cette garnison, en envoyant des compagnies de réguliers britanniques, y compris des grenadiers d'élite et des fusiliers marins. Dans les bois à l'extrême droite de sa ligne, Prévost établit ce qu'on appelle la "batterie des marins", qui consistait en plusieurs canons de 9 livres armés par des marins. D'autres redoutes furent construites pour colmater les brèches dans la ligne de tranchées britannique.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les alliés planifièrent leur attaque de manière à se concentrer sur Spring Hill, comme Prévost l'avait prévu. Bien que d'Estaing ait été au courant de l'existence de la redoute située au sommet de la colline, il la croyait peu défendue par des loyalistes non entraînés et pensait qu'elle pouvait facilement être prise d'assaut. Le 9 octobre à 4 heures du matin, l'attaque alliée commença, avec 4 500 soldats français et américains marchant en une seule colonne. Un épais brouillard couvrait le champ de bataille, ce qui désorienta les soldats alliés, certains se perdant dans les marécages devant Spring Hill. Finalement, les troupes alliées atteignirent la colline et lancèrent l'assaut. Le colonel John Laurens conduisit le 2e régiment de Caroline du Sud jusqu'à la colline, sous le feu nourri des Britanniques. Les Continentaux de Laurens parvinrent à pénétrer dans les ouvrages extérieurs de la redoute, plantant le drapeau à croissant de la Caroline du Sud et le drapeau français sur les parapets.

Mais à peine les alliés avaient-ils hissé ces drapeaux qu'ils furent frappés par une volée dévastatrice des troupes qui se trouvaient dans la partie principale de la redoute; il ne s'agissait pas des loyalistes non entraînés auxquels d'Estaing s'attendait, mais des réguliers britanniques qui avaient été envoyés pour renforcer la redoute pendant la nuit. Plusieurs officiers américains et français tombèrent, ce qui provoqua un début de panique dans le reste des troupes. Remarquant cela, le major britannique Beamsley Glazier fit sortir de la redoute un détachement de grenadiers et de marines, qui se jeta sur les troupes hésitantes de Laurens. Alors que les soldats alliés étaient lentement poussés hors de la colline, d'autres troupes britanniques sortirent en courant pour se joindre à la contre-attaque de Glazier. Après une heure de combats au corps à corps confus et sanglants dans l'obscurité de l'aube, les Français et les Américains furent finalement repoussés de Spring Hill et renvoyés en courant vers leur camp.

Americans Raise the South Carolina Flag over the Spring Hill Redoubt
Les Américains hissent le drapeau de la Caroline du Sud au-dessus de la redoute de Spring Hill
Unknown (Public Domain)

Alors que le combat faisait rage à Spring Hill, Casimir Pulaski menait sa cavalerie le long de la ligne britannique, essayant de trouver une ouverture dans leurs fortifications qu'il pourrait exploiter. Ce faisant, la cavalerie s'enlisa sous les tirs britanniques et Pulaski fut mortellement blessé. Considéré comme le père de la cavalerie américaine, sa perte fut un coup dur pour la cause patriote. La cavalerie battit en retraite après la chute de son commandant, tombant directement sur les troupes en fuite de Laurens, ce qui ne fit qu'ajouter à la confusion. D'Estaing, qui tentait de rallier les soldats français en retraite, fut blessé à deux reprises et dut être transporté hors du champ de bataille. Le général McIntosh, dont la brigade continentale était encore fraîche, tenta de traverser le marais de Yamacraw pour atteindre le flanc droit de l'ennemi. Cependant, les hommes de McIntosh s'enlisèrent dans le marais, devenant des cibles faciles pour l'artillerie britannique qui les réduisit en miettes.

Le soleil se leva à 6 heures du matin, éclairant un champ de bataille dévasté, jonché de morts et de mourants. Les alliés avaient perdu 244 tués, 584 blessés et 120 capturés; sur un total de près de 1 000 victimes, environ 650 étaient françaises. Les Britanniques, quant à eux, avaient perdu environ 40 tués, 63 blessés et 52 disparus. Bien que les combats aient duré moins de deux heures, il s'agit de l'une des batailles les plus sanglantes de la guerre.

Suites

Après leur retraite initiale, les alliés refusèrent de renouveler l'assaut; le brouillard rendant toujours la visibilité faible et les pertes considérables subies par les Français et les Américains ne permettant pas d'envisager un second assaut. Lincoln pressa d'Estaing de poursuivre le siège, mais l'amiral français, conscient des problèmes auxquels sa flotte était confrontée, refusa. Le 20 octobre, les Français regagnèrent leurs navires et s'éloignèrent. Lincoln, incapable de poursuivre seul le siège, entama le même jour sa retraite vers Charleston. Les Américains en voulurent aux Français de les avoir abandonnés une seconde fois, et beaucoup commencèrent à s'interroger sur l'utilité de l'alliance française. Plusieurs officiers et hommes américains en vinrent à l'amère conclusion que s'ils voulaient l'indépendance, ils devraient la gagner eux-mêmes.

Lorsque le général britannique Clinton reçut la nouvelle de la victoire de Savannah, il fut ravi et parla de "l'événement le plus important de toute la guerre" (Boatner, 988). Cette victoire lui prouvait que la stratégie britannique proposée était effectivement possible, et il commença à préparer une invasion à grande échelle du Sud américain. L'année suivante, Clinton se rendit en Caroline du Sud et entama le siège de Charleston (du 29 mars au 12 mai 1780), qui s'avéra être l'une des plus grandes victoires britanniques de la guerre. La guerre qui s'ensuivit dans le Sud, menée principalement dans les Carolines et en Virginie, constitua la dernière étape de la guerre d'Indépendance active, qui se termina par une victoire franco-américaine lors du siège de Yorktown (du 28 septembre au 19 octobre 1781).

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que le siège de Savannah?

Le siège de Savannah est un engagement qui se déroula pendant la guerre d'Indépendance américaine, au cours duquel une force combinée française et américaine assiégea les troupes britanniques à Savannah, en Géorgie. Après que les Britanniques eurent repoussé un assaut allié, le siège fut abandonné, laissant Savannah aux mains des Britanniques.

Quel important officier américain fut tué lors de la bataille de Savannah?

Casimir Pulaski, noble polonais servant dans l'armée continentale, fut tué lors de l'assaut de Savannah le 9 octobre 1779. Pulaski est souvent considéré comme le père de la cavalerie américaine.

Quand eut lieu le siège de Savannah?

Le siège de Savannah, en Géorgie, dura du 16 septembre au 20 octobre 1779 pendant la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783). Il a marqué le début de l'invasion du Sud américain par la Grande-Bretagne, la dernière phase de la guerre.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, mars 26). Siège de Savannah [Siege of Savannah]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2405/siege-de-savannah/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Siège de Savannah." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 26, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2405/siege-de-savannah/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Siège de Savannah." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 26 mars 2024. Web. 21 avril 2024.

Adhésion