Campagne de Saratoga

Article

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 22 février 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

La campagne de Saratoga (du 20 juin au 17 octobre 1777) fut l'une des plus importantes campagnes militaires de la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783), au cours de laquelle une armée britannique dirigée par le général John Burgoyne envahit la vallée du fleuve Hudson, mais fut vaincue par une force américaine lors des batailles de Saratoga. La reddition de l'armée de Burgoyne convainquit la France d'entrer en guerre.

Herkimer at the Battle of Oriskany
Herkimer à la bataille d'Oriskany
Frederick Coffay Yohn (Public Domain)

Plans britanniques

Au début de l'année 1777, alors que la guerre d'Indépendance américaine entrait dans sa troisième année, le secrétaire britannique aux colonies, Lord George Germain, se creusait la tête pour trouver de nouvelles stratégies afin d'écraser la rébellion américaine. Le chemin de la victoire n'était pas aussi clair qu'il n'y paraissait. En effet, malgré les grands succès britanniques de l'année précédente - notamment la bataille de Long Island et la prise de la ville de New York - la guerre ne semblait pas près d'être terminée. L'armée continentale américaine dirigée par George Washington était toujours là, meurtrie par la campagne de l'année précédente mais toujours prête à se battre, tandis que le deuxième Congrès continental continuait de se moquer de l'autorité royale depuis Philadelphie. Pour gagner la guerre, Lord Germain décida qu'il fallait étouffer les jeunes États-Unis, et il y avait déjà un homme à Londres qui avait un plan pour une telle action.

Supprimer la pub
Publicité
Burgoyne esquissa le plan d'une campagne décisive qui, selon lui, permettrait de gagner la guerre.

Le général John Burgoyne était un homme aux multiples talents. Dramaturge de renom, c'était aussi un aristocrate bien élevé qui nourrissait des ambitions politiques; d'ailleurs, son comportement aristocratique charmant conduisit ses soldats à le surnommer affectueusement "Gentleman Johnny". Ayant servi au cours des deux dernières années en tant qu'un des principaux commandants de campagne britanniques en Amérique, Burgoyne aspirait désormais à un commandement indépendant. Au cours de déjeuners avec Lord Germain et de promenades à cheval avec le roi George III de Grande-Bretagne (r. de 1760 à 1820), Burgoyne esquissa un plan pour une campagne décisive qui, selon lui, permettrait de gagner la guerre. Il s'agissait d'une offensive sur deux fronts: une armée britannique marcherait vers le sud depuis le Canada, s'emparerait de l'important fort Ticonderoga avant de continuer le long de l'Hudson pour capturer Albany, dans l'État de New York. Une seconde force britannique, également partie du Canada, avancerait le long de l'ouest de la rivière Mohawk avant de rejoindre l'armée principale à Albany. La prise de l'Hudson permettrait, du moins en théorie, de couper la communication entre les colonies du nord et du sud et d'isoler la Nouvelle-Angleterre, considérée comme le cœur et l'âme de la rébellion.

L'agressivité du plan séduisit le roi et Lord Germain, qui s'étaient tous deux lassés de la timidité des autres généraux britanniques. Non seulement ils approuvèrent l'expédition, mais ils nommèrent Burgoyne à sa tête. Lord Germain écrivit alors à Sir William Howe, commandant de la principale armée britannique à New York, pour lui demander de soutenir l'expédition en poussant vers le nord et en rejoignant Burgoyne à Albany. Howe n'avait guère envie de soutenir une campagne dans laquelle Burgoyne se taillerait la part du lion de la gloire. Au lieu de cela, il planifiait sa propre campagne, dans laquelle il espérait capturer la capitale des États-Unis, Philadelphie, et vaincre l'armée de George Washington, ce qui ferait de Howe, et non de Burgoyne, le héros de la guerre. Howe veilla toutefois à apaiser les inquiétudes de Germain en promettant de marcher au secours de Burgoyne dès qu'il se serait emparé de Philadelphie, ce qui amena le secrétaire aux colonies à accepter son plan.

Supprimer la pub
Publicité

General John Burgoyne
Général John Burgoyne
Sir Joshua Reynolds (Public Domain)

Prise de Fort Ticonderoga

Le 6 mai 1777, le général Burgoyne rentra au Canada et découvrit que son armée de 8 300 hommes avait déjà été rassemblée. Il s'agissait d'une formidable force d'invasion composée de 3 700 réguliers britanniques, de 3 000 soldats professionnels allemands, de 650 miliciens canadiens, de 400 Iroquois et de 138 pièces d'artillerie montées par 600 artilleurs. Son corps d'officiers était lui aussi tout à fait respectable: le major général William Phillips étaitt son commandant en second (Thomas Jefferson le décrivit comme l'homme le plus fier de la nation la plus fière du monde), le brigadier général Simon Fraser était le commandant de l'avant-garde et le baron Friedrich Adolf von Riedesel était en charge des Allemands. Le 20 juin, l'expédition de Burgoyne descendit le lac Champlain à bord de bateaux, tandis qu'une seconde expédition de 1 800 hommes, commandée par le colonel Barry St. Leger, débarquait à Oswego, dans l'État de New York, pour entamer la conquête de la vallée de la rivière Mohawk.

Burgoyne débarqua son armée à Crown Point, à 13 km au nord de son premier objectif, le fort Ticonderoga. Malgré la réputation du fort en tant que clé du nord, les Américains avaient laissé ses principales fortifications se délabrer. Le fort était mal approvisionné et sa garnison de 2 700 hommes diminuait rapidement en raison des maladies et des désertions. Le commandant américain, le général Arthur St. Clair, savait qu'il n'avait pas assez de ressources pour défendre à la fois Ticonderoga et les fortifications secondaires de Mount Independence, juste de l'autre côté du lac. Lorsque l'armée de Burgoyne entra en scène le 1er juillet, St. Clair fut donc confronté à un dilemme désagréable: défendre le fort dans ce qui était certainement une bataille perdue d'avance ou l'abandonner pour sauver ses hommes. La décision fut plus facile à prendre le 5 juillet, lorsque les Britanniques placèrent des canons au sommet de Sugar Loaf Hill (230 m), qui surplombait à la fois Ticonderoga et Mount Independence. Ne voulant pas soumettre ses hommes à un bombardement d'artillerie, St. Clair évacua.

Supprimer la pub
Publicité

Hubbardton et Fort Anne

Cette nuit-là, les Américains embarquèrent leurs munitions, leurs provisions et la plupart de leurs malades dans des bateaux et mirent le cap sur Skenesborough (aujourd'hui Whitehall), à l'extrémité sud du lac Champlain. Clair mena les 2 000 hommes restants dans une retraite vers l'est, dans le territoire connu sous le nom de New Hampshire Grants (l'actuel Vermont). Lorsque les Britanniques se réveillèrent le matin du 6 juillet, ils furent surpris de trouver le fort Ticonderoga vide. Burgoyne, ravi, occupa immédiatement le fort et envoya son avant-garde, sous les ordres du général Fraser, à la poursuite de la garnison de Saint-Clair qui battait en retraite. Les 850 hommes de Fraser passèrent la journée à marcher rapidement, ce qui leur permit de rattraper l'arrière-garde américaine dans la petite ville de Hubbardton tôt le lendemain matin. L'arrière-garde américaine de 1 000 hommes, commandée par le colonel Seth Warner, résista, ce qui donna lieu à une fusillade acharnée de trois heures. Pendant un certain temps, aucun des deux camps ne parvint à prendre le dessus, jusqu'à ce que la sonnerie soudaine d'une fanfare militaire annonce l'arrivée du baron Riedesel et de 1 200 soldats allemands. Les Allemands, armés de leurs fusils courts et précis, parvinrent à envelopper le flanc des Américains et à les faire courir dans les bois.

Saratoga Campaign Map
Carte de la campagne de Saratoga
Hoodinski (CC BY-SA)

Pendant que Fraser et Riedesel affrontaient l'arrière-garde de St. Clair à Hubbardton, les bateaux américains traversaient le lac Champlain à la rame, poursuivis par le gros des troupes de Burgoyne. Les Américains, menés par le colonel Pierse Long, débarquèrent finalement à Skenesborough avant de s'abriter dans le Fort Anne tout proche, où ils furent rejoints par 400 miliciens new-yorkais sous les ordres d'Henry Van Rensselaer. Burgoyne envoya un détachement de troupes britanniques à la poursuite de Long et de Van Rensselaer, ce qui donna lieu à une nouvelle bataille sanglante le 8 juillet à Fort Anne. Les Américains résistèrent jusqu'à la tombée de la nuit, brûlèrent le fort avant de s'enfuir dans la nuit. Le 12 juillet, le colonel Long rejoignit le gros de l'armée américaine de St. Clair à Fort Edward, au bord de l'Hudson, tandis que Burgoyne installa son quartier général à Skenesborough.

Burgoyne n'était pas pressé de partir. Il fut accueilli par le principal citoyen de la ville, le loyaliste Philip Skene, qui ferma gracieusement les yeux sur l'amourette entre Burgoyne et sa propre femme. "Gentleman Johnny" avait manifestement pris trop d'assurance à la suite de ses récents succès, écrivant une lettre à Lord Germain dans laquelle il prédisait allègrement la chute de la Nouvelle-Angleterre avant la fin de l'été. C'est à cette époque que Burgoyne apprit que Howe n'était même pas encore parti pour Philadelphie, ce qui rendait peu probable qu'il puisse soutenir l'expédition de Burgoyne; tant mieux pour Burgoyne, qui n'aurait pas à partager la gloire de sa victoire imminente.

Supprimer la pub
Publicité

Expédition de Saint-Léger

La bataille d'Oriskany déclencha une guerre civile chez les Iroquois.

Le 26 juillet, la seconde expédition britannique du colonel Barry St Leger se mit en route. Sur les 1 800 hommes qui marchaient avec St. Leger, environ 800 étaient des Iroquois dirigés par les chefs iroquois Joseph Brant, Cornplanter et Sayenqueraghta, des guerriers des nations Mohawk, Seneca, Cayuga et Onondaga. Guidée par des éclaireurs iroquois, l'expédition de Saint-Léger se dirigea vers le fort Stanwix, sur la rivière Mohawk, qu'elle assiégea le 2 août. Le fort Stanwix était défendu par 750 miliciens sous les ordres du colonel Peter Gansevoort, déterminé à tenir le fort coûte que coûte. Gansevoort appela à l'aide la milice du comté de Tryon. Le brigadier général Nicholas Herkimer répondit à son appel, rassembla 800 hommes et partit à la rescousse de Fort Stanwix; la force de Herkimer comprenait une centaine de guerriers Oneida.

Le 6 août, Herkimer traversa le village d'Oriskany, à seulement 16 km au sud-est de Fort Stanwix, lorsqu'il tomba dans une embuscade tendue par un groupe de loyalistes et d'Iroquois menés par Joseph Brant. La bataille qui s'ensuivit dura plusieurs heures exténuantes avant que les guerriers de Brant ne se retirent dans les bois. À ce moment-là, près de la moitié de la force patriote avait été tuée ou blessée, y compris Herkimer en personne, qui avait reçu une blessure mortelle, et la colonne patriote avait été éliminée en tant que force de combat. Les guerriers iroquois de Brant avaient également subi de lourdes pertes au cours de la bataille et avaient, en outre, été contraints de combattre et de tuer leurs frères Oneida (les Oneida étaient l'une des six nations des Iroquois). En représailles de cette trahison, Brant mena bientôt ses Mohawks dans un raid contre le village Oneida d'Oriska, ce qui conduisit les Oneidas à attaquer plusieurs établissements Mohawks; la bataille d'Oriskany avait donc déclenché une guerre civile parmi les Iroquois.

Battle of Oriskany
Bataille d'Oriskany
John R. Chapin (Public Domain)

Entre-temps, bien que Saint-Léger ait poursuivi son siège, il se sentait très exposé, anxieux à l'idée qu'une autre force patriote puisse surgir des bois d'un jour à l'autre. Ses pires craintes semblèrent se réaliser à la mi-août lorsque plusieurs éclaireurs loyalistes signalèrent que le général patriote Benedict Arnold marchait vers Fort Stanwix avec une importante force de secours; le 22 août, ne voulant pas être pris entre la force d'Arnold et le fort, St-Léger décida de lever le siège et de se retirer au Canada. Plusieurs jours après le départ des Britanniques, Arnold arriva et salua le colonel Gansevoort, reconnaissant, qui fut surpris de constater que le général américain disposait de moins de 100 hommes. En souriant, Arnold expliqua qu'il avait semé de faux indices pour faire croire aux éclaireurs loyalistes qu'il disposait d'une force beaucoup plus importante. C'est donc par la ruse qu'Arnold avait sauvé Fort Stanwix.

Supprimer la pub
Publicité

Bennington

À la mi-juillet, le général Burgoyne partit de Skenesborough, mais trouva la route de Fort Edward obstruée; les milices patriotes avaient détruit les ponts et bloqué les routes avec des rochers et des arbres abattus, ralentissant ainsi l'avancée britannique. Clair et ses troupes patriotes avaient depuis longtemps évacué les lieux. Il n'y avait pas de provisions, mais Burgoyne avait réussi à atteindre le fleuve Hudson. Cependant, tout sentiment de réussite fut très vite assombri par le meurtre de Jane McCrea, l'épouse américaine de l'un des officiers loyalistes de Burgoyne. Le cadavre scalpé de Jane McCrea fut découvert juste à l'extérieur de Fort Edward, et la rumeur se répandit rapidement qu'elle avait été tuée par un guerrier autochtone au service des Britanniques. Pour Burgoyne, qui espérait galvaniser le soutien des loyalistes dans la région, il s'agissait d'un cauchemar en termes de relations publiques. Les Patriotes ne tardèrent pas à faire de la propagande autour de ce meurtre, l'utilisant comme preuve que Burgoyne n'était pas en mesure de contrôler ses alliés indigènes, qu'il avait soi-disant l'intention de lâcher sur les colonies américaines.

Death of Jane McCrea
Décès de Jane McCrea
John Vanderlyn (Public Domain)

Avant que Burgoyne ne puisse s'occuper des conséquences de la mort de McCrea, il fut confronté à un problème bien plus urgent: l'armée britannique manquait dangereusement de tout type de provisions, à l'exception de la poudre à canon. Le 11 août, Burgoyne envoya 600 Allemands sous les ordres du lieutenant-colonel Friederich Baum parcourir la campagne à la recherche de nourriture. Baum conduisit ses troupes jusqu'à la ville de Bennington (dans l'actuel Vermont), où ils s'attendaient à trouver un grand nombre de sympathisants loyalistes; au lieu de cela, les Allemands tombèrent directement sur une force de milice patriote sous les ordres du général John Stark, qui les enserra rapidement. Lors de la bataille de Bennington (15 août), Baum fut tué et toute sa force fut éliminée; lorsqu'une deuxième force allemande de 600 hommes arriva sur le champ de bataille pour renforcer Baum, elle fut elle aussi sévèrement malmenée par les forces patriotes. Au total, près de 1 000 Allemands furent tués, blessés ou faits prisonniers.

Burgoyne apprit la défaite de Bennington le 17 août, à peu près en même temps qu'il apprit l'échec de Saint-Léger lors de sa tentative de prise du Fort Stanwix. De plus, les alliés indigènes de Burgoyne étaient devenus furieux du traitement qu'ils avaient reçu après le meurtre de McCrea et avaient commencé à déserter en masse, privant les Britanniques d'éclaireurs dont ils avaient cruellement besoin. À ce point, la voie de la retraite de Burgoyne restait ouverte, mais le général n'osa pas envisager cette option. Au lieu de cela, il continua à pousser vers le sud le long de l'Hudson, espérant trouver le ravitaillement dont il avait désespérément besoin lorsqu'il atteindrait Albany.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Saratoga

Entre le 13 et le 15 septembre, Burgoyne passa sur la rive ouest de l'Hudson à Saratoga; l'armée britannique comptait alors environ 7 000 hommes. Burgoyne apprit alors que le département nord de l'armée continentale, commandé par le général Horatio Gates, occupait les hauteurs de Bemis (alias Bemis Heights), qui s'élevaient à 60 mètres au-dessus du fleuve, un terrain accidenté recouvert d'une forêt dense. Au sommet, les Américains s'abritaient derrière une série de fortifications en terre construites par l'ingénieur polonais Tadeusz Kościuszko. Au total, les Continentaux disposaient d'environ 8 500 hommes prêts au combat.

Burgoyne savait qu'il devait déloger les Américains des hauteurs pour poursuivre sa poussée vers Albany. Le matin du 19 septembre, il ordonna une attaque, comptant sur un détachement de troupes sous les ordres du général Fraser pour contourner le flanc gauche américain et pousser l'armée de Gates dans la rivière. Alors que les Britanniques commençaient leur marche, Benedict Arnold, qui venait de rejoindre le gros de l'armée américaine depuis Fort Stanwix, reconnut le danger d'une manœuvre de flanc britannique. Accompagné des fusiliers de Virginie de Daniel Morgan et de l'infanterie légère d'Henry Dearborn, Arnold occupa la ferme de Freeman (Freman's farm) où il attendit l'avancée britannique. Lorsque la colonne de Fraser s'approcha de leur position, les Patriotes ouvrirent le feu, déclenchant la bataille de Freeman's Farm (ou première bataille de Saratoga). Les troupes d'Arnold résistèrent pendant des heures aux volées de mousquets et aux charges à la baïonnette; ce n'est qu'après la tombée de la nuit qu'elles se retirèrent pour se mettre à l'abri sur les hauteurs de Bemis Heights. L'attaque britannique fut bloquée, au prix de 556 victimes britanniques et 319 victimes américaines.

General Arnold is Wounded at Saratoga
Le général Arnold est blessé à Saratoga
Alonzo Chappel (Public Domain)

Au cours des semaines suivantes, aucune des deux armées ne bougea, Burgoyne et Gates attendant que l'autre fasse le premier pas. Le temps ne jouait pas en faveur des Britanniques; des milliers de Patriotes, inspirés par les récentes victoires de Bennington et de Freeman's Farm, arrivaient sur les hauteurs de Bemis Heights pour s'enrôler dans l'armée de Gates. En revanche, Burgoyne perdait des hommes chaque jour, les troupes britanniques mourant de leurs blessures ou désertant. Pour ne rien arranger, le général patriote Benjamin Lincoln avait rassemblé 2 000 miliciens de Nouvelle-Angleterre et avait repris le fort Ticonderoga le 18 septembre, coupant ainsi la route de retraite des tuniques rouges. Burgoyne n'avait plus d'autre choix que d'atteindre Albany.

Il restait une dernière lueur d'espoir pour l'expédition britannique vacillante. Le 3 octobre, Sir Henry Clinton, commandant de la garnison britannique de New York, remontait l'Hudson avec 3 000 hommes. Le 6 octobre, Clinton s'empara des deux forts patriotes Montgomery et Clinton dans les hautes terres de New York, avant de démanteler la chaîne qui traversait l'Hudson et d'incendier la ville de Kingston, capitale provisoire de l'État de New York. On espérait que le général Clinton ferait suffisamment de bruit pour que l'armée de Gates quitte les hauteurs de Bemis Heights et permette à Burgoyne de poursuivre sa route vers Albany; mais Gates refusa de mordre à l'hameçon et resta sur place. La seule solution pour Burgoyne fut d'attaquer.

Le 7 octobre, Burgoyne envoya le général Fraser avec une force de reconnaissance pour sonder la gauche américaine; s'il détectait la moindre faiblesse, Burgoyne attaquerait avec toute son armée. Le détachement britannique fut intercepté par les Américains, ce qui conduisit à la bataille de Bemis Heights (ou deuxième Saratoga). Au cours du combat qui s'ensuivit, Fraser fut tué et les Britanniques furent repoussés dans leurs redoutes. Arnold en tête, les Patriotes prirent d'assaut la position britannique; Arnold fut blessé à la jambe, mais ses hommes parvinrent à s'emparer d'une des redoutes britanniques. À la tombée de la nuit, environ 900 Britanniques avaient été tués, blessés ou capturés, contre seulement 150 pertes américaines.

Reddition

Le 8 octobre, l'armée britannique tenta une retraite vers le nord, mais une tempête soudaine l'empêcha de s'échapper. Burgoyne ordonna alors à son armée fatiguée et affamée de se retrancher près de la ville de Saratoga, dans l'espoir désespéré que l'armée de Clinton vienne à son secours. Cependant, il était devenu évident que cela ne se produirait pas et Burgoyne entama des négociations avec le général Gates. Ce dernier, désireux d'en finir, accorda aux Britanniques des conditions étonnamment clémentes, leur promettant qu'en échange de leur reddition, ils seraient autorisés à partir pour l'Angleterre. Burgoyne accepta et livra son armée le 17 octobre 1777, avec tous les honneurs de la guerre, tandis que les fanfares militaires jouaient "Yankee Doodle" et "The British Grenadiers". Lorsque le Congrès continental prit connaissance des conditions trop clémentes accordées à Burgoyne, il les annula. Au lieu de partir pour l'Angleterre, l'armée britannique fut emprisonnée en Virginie, où elle resterait jusqu'à la fin de la guerre.

Surrender of General Burgoyne at Saratoga
Reddition du général Burgoyne à Saratoga
Architect of the Capitol (Public Domain)

Pour la première fois, à l'issue de la campagne de Saratoga, une armée britannique entière s'était rendue aux Américains. En outre, cette campagne impressionna le ministère français des Affaires étrangères, qui suivait la guerre de près. La France entama immédiatement des pourparlers avec le Congrès au sujet d'une alliance potentielle et entra officiellement en guerre au début de l'année 1778.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que la campagne de Saratoga?

La campagne de Saratoga fut une opération militaire entreprise par les Britanniques pendant la Révolution américaine. Une armée britannique marcha vers le sud depuis le Canada pour s'emparer de la vallée vitale du fleuve Hudson, mais elle fut vaincue à la bataille de Saratoga.

Qui dirigeait l'armée britannique pendant la campagne de Saratoga?

Pendant la campagne de Saratoga, l'armée britannique était dirigée par le général John Burgoyne.

Pourquoi la campagne de Saratoga fut-elle le tournant de la guerre?

La campagne de Saratoga est parfois considérée comme le tournant de la guerre d'Indépendance américaine, car c'est la première fois qu'une armée britannique entière se rendait aux Américains. Elle convainquit également la France de se joindre à la guerre en tant qu'alliée des États-Unis.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, février 22). Campagne de Saratoga [Saratoga Campaign]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2384/campagne-de-saratoga/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Campagne de Saratoga." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 22, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2384/campagne-de-saratoga/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Campagne de Saratoga." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 22 févr. 2024. Web. 27 mai 2024.

Adhésion