Batailles de Saratoga

Article

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 27 février 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Les batailles de Saratoga (19 septembre et 7 octobre 1777) marquèrent la fin de la campagne de Saratoga pendant la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783). Ces batailles, qui se soldèrent par la reddition d'une armée britannique entière, convainquirent la France d'entrer en guerre en tant qu'alliée des États-Unis et sont donc considérées comme un tournant majeur de la Révolution américaine.

Surrender of General Burgoyne at Saratoga
Reddition du général Burgoyne à Saratoga
Architect of the Capitol (Public Domain)

Contexte

Le 20 juin 1777, le général John Burgoyne quitta le Canada à la tête d'une armée britannique de 8 300 hommes, avec l'intention de s'emparer de la vallée de l'Hudson et de capturer Albany, dans l'État de New York. Le fleuve Hudson était considéré par beaucoup comme la clé du continent américain, et Burgoyne pensait que sa capture lui permettrait d'isoler et de supprimer les colonies de Nouvelle-Angleterre, coupant ainsi en deux les jeunes États-Unis. Burgoyne mena son armée le long du lac Champlain jusqu'au fort Ticonderoga, place forte vitale, que les Britanniques prirent sans difficulté le 6 juillet. Après avoir vaincu la garnison en fuite de Ticonderoga lors de la bataille de Hubbardton (7 juillet), les Britanniques arrivèrent à Fort Edward, sur l'Hudson. Burgoyne était alors suffisamment confiant pour écrire à Lord George Germain, le secrétaire britannique aux colonies, qu'il s'attendait à ce que la Nouvelle-Angleterre tombe en quelques semaines.

Supprimer la pub
Publicité
Burgoyne refusait d'envisager la possibilité d'une retraite et continua à avancer vers Albany.

Pendant ce temps, le département nord de l'armée continentale américaine se démenait pour mettre en place une défense. Le général Philip Schuyler, qui avait précédemment supervisé le département du Nord, avait été blâmé pour la perte de Ticonderoga et avait été relevé de son commandement. Il avait été remplacé par le général Horatio Gates, un officier ambitieux qui aspirait depuis longtemps à la gloire d'un commandement indépendant. Le 3 août, Gates arriva à Stillwater, une petite ville située le long de l'Hudson, où les unités hétéroclites de l'armée nord-américaine avaient commencé à se regrouper. Plusieurs officiers et unités envoyés au nord par le commandant en chef américain, le général George Washington, pour aider à la défense de l'Hudson, se joignirent à Gates à Stillwater. Il s'agissait du général Benedict Arnold, un soldat du Connecticut au tempérament fougueux, du populaire général Benjamin Lincoln, originaire de la Nouvelle-Angleterre, et du colonel virginien Daniel Morgan, dont le corps de fusiliers était déjà réputé pour ses prouesses en matière de tir d'élite. Au total, Gates trouva environ 8 500 soldats à Stillwater.

Alors que l'armée de Gates continuait de se rassembler, l'expédition britannique commençait à vaciller. Le 15 août, près de 1 000 soldats allemands de Burgoyne furent tués, blessés ou capturés par une milice du Vermont lors de la bataille de Bennington. Entre-temps, une seconde armée britannique ne réussit pas à capturer le fort Stanwix sur la rivière Mohawk et se replia au Canada, isolant ainsi la première force de Burgoyne. Malgré ces revers, et même si ses réserves diminuaient rapidement, Burgoyne refusait d'envisager la possibilité d'une retraite et continua à avancer vers Albany. Gates, peut-être à l'instigation de Benedict Arnold, décida de faire face à cette menace et fit marcher son armée sur 10 miles vers le nord, en direction de la ville de Saratoga. Le 7 septembre, l'armée de Gates occupa les hauteurs de Bemis, une falaise située à environ 200 pieds au-dessus de la rivière, un terrain accidenté couvert de forêts denses. L'ingénieur polonais Tadeusz Kościuszko supervisa la construction d'une série de fortifications sur les hauteurs, à l'abri desquelles s'abritèrent les soldats de Gates.

Supprimer la pub
Publicité

Horatio Gates
Horatio Gates
Gilbert Stuart (Copyright)

Préparatifs

Le 13 septembre, les troupes de Burgoyne commencèrent à traverser la rive occidentale de l'Hudson près de Saratoga, ce qui prit deux jours à l'armée de 7 000 hommes. Les Britanniques savaient que le gros de l'armée américaine était proche, mais comme Burgoyne venait d'être abandonné par ses précieux éclaireurs iroquois, il n'avait aucun moyen de savoir exactement à quel point les forces de Gates étaient proches. Une fois la rivière traversée, l'armée de Burgoyne reprit donc prudemment sa marche vers le sud en direction d'Albany, en continuant à avancer lentement pour éviter de tomber directement sur l'armée américaine cachée. Mais les Patriotes ne tardèrent pas à se révéler. Vers midi, le 18 septembre, un groupe de soldats britanniques était en train de chercher des pommes de terre dans une ferme abandonnée lorsqu'il fut pris pour cible par une patrouille de soldats continentaux. L'escarmouche, bien que brève, fit une vingtaine de victimes (tuées ou blessées) parmi les soldats britanniques et alerta Burgoyne sur le fait que les Continentaux étaient plus proches qu'il ne le pensait. Après une enquête plus approfondie, les éclaireurs britanniques furent en mesure d'identifier approximativement la position américaine au sommet de Bemis Heights; réalisant qu'il ne pourrait pas contourner l'armée américaine, Burgoyne se prépara à une attaque qui aurait lieu le lendemain matin.

Le plan d'attaque de Burgoyne prévoyait que son armée soit divisée en trois colonnes. La première, composée d'environ 1 100 hommes et dirigée par le général allemand Baron Friedrich Adolf von Riedesel, avancerait le long de la rivière contre le flanc droit américain, tandis qu'une deuxième colonne britannique de 1 100 hommes, sous les ordres du général James Hamilton, s'attaquerait au centre de l'armée américaine. Mais il ne s'agirait là que de simples diversions; la principale poussée britannique serait menée par le général Simon Fraser, qui conduirait 2 000 hommes dans une manœuvre de flanc contre la gauche américaine. L'attaque de Fraser devait, avec un peu de chance, prendre les Américains au dépourvu, les faire tomber des hauteurs et les coincer contre la rivière, où ils seraient éliminés. Le 19 septembre à 10 heures du matin, le tir d'un seul canon signala aux trois colonnes britanniques qu'elles devaient commencer à avancer.

Supprimer la pub
Publicité

General John Burgoyne
Général John Burgoyne
Sir Joshua Reynolds (Public Domain)

Pendant ce temps, sur les hauteurs de Bemis, le général Benedict Arnold était de plus en plus inquiet. Il savait que la position américaine était plutôt solide; le flanc droit était ancré par la rivière elle-même, tandis que le centre était protégé par les bois denses et l'escarpement de la falaise. Mais le flanc gauche américain était relativement vulnérable et Arnold prévoyait à juste titre que c'était là que les Britanniques concentreraient leur attaque; si les Britanniques parvenaient à flanquer la position américaine par la gauche, Arnold prévoyait que les Continentaux seraient pris au piège dans leurs propres fortifications, impuissants face aux assauts de l'artillerie britannique et aux tirs de mousquet. Pour éviter que les remblais ne deviennent leur tombeau, Arnold demanda à Gates l'autorisation de conduire une force avancée à la ferme Freeman (Freeman's Farm), à environ un mile au nord-ouest des hauteurs de Bemis. Cette position, au cœur des bois, rendrait l'artillerie britannique inutile et donnerait aux Américains un avantage sur les soldats britanniques puisqu'ils excellaient dans les combats en forêt.

Dans un premier temps, Gates refusa la demande d'Arnold; il ne voyait pas l'intérêt stratégique de diviser son armée et préférait rester sur la défensive. Mais au cours des trois heures suivantes, les rapports des éclaireurs patriotes montrèrent clairement qu'Arnold avait raison et que les Britanniques tentaient de déborder la gauche américaine. Vers midi, Arnold demanda à nouveau l'autorisation de créer une position avancée à Freeman's Farm et, cette fois, Gates accepta à contrecœur. Accompagné des fusiliers de Daniel Morgan et de l'infanterie légère d'Henry Dearborn, Arnold se mit en route pour Freeman's farm.

Première bataille: Freeman's farm

Le colonel Morgan arriva le premier à la ferme et plaça ses tireurs d'élite à des positions stratégiques de sorte que, lorsque les Britanniques commencèrent à émerger des arbres, ils avaient des tirs dégagés; les fusiliers de Morgan visèrent les officiers britanniques, marqués par leurs manteaux écarlates resplendissants. L'avant-garde des troupes britanniques se retrouva bientôt sous le feu des tirailleurs patriotes et, une fois que presque tous les officiers eurent été touchés, commença à battre en retraite; enthousiasmés par ce succès, les tirailleurs de Morgan poursuivirent, fonçant droit sur les mousquets de la colonne principale du général Fraser. Une volée de mousquets britanniques faucha les tirailleurs américains, les renvoyant en courant dans les bois.

Supprimer la pub
Publicité

Troop Movements at the First Battle of Saratoga, 19 September 1777
Mouvements de troupes lors de la première bataille de Saratoga, 19 septembre 1777
United States Military Academy (Public Domain)

Après cette escarmouche, une accalmie s'installa dans la bataille, les deux camps attendant des renforts; du côté américain, Arnold et Dearborn arrivèrent pour renforcer Morgan, tandis que la colonne du général britannique Hamilton changea de cap pour venir en aide à Fraser. Vers 13 heures, la bataille reprit. Elle se déroula presque entièrement dans l'espace d'une clairière de 350 mètres de long; les troupes britanniques étaient positionnées le long du bord nord de la clairière, tandis que les troupes d'Arnold étaient alignées le long du bord sud. Pendant le reste de l'après-midi, chaque camp chargeait à tour de rôle à travers le champ ouvert, baïonnettes au canon, en direction des lignes ennemies. À un moment donné, un assaut américain, mené par Arnold en personne, repoussa les Britanniques et réussit à capturer plusieurs canons de campagne. Cependant, Hamilton rallia ses troupes et lança une contre-attaque, repoussant Arnold à sa position initiale. La bataille se poursuivit ainsi jusqu'à la tombée de la nuit; il ne fallut pas longtemps pour que le petit champ de bataille soit jonché de cadavres.

En milieu d'après-midi, Hamilton subit de lourdes pertes; l'un de ses régiments, le 62e, qui avait commencé la journée avec 350 hommes, n'en comptait plus que 60. Le gros de la colonne de Fraser n'avait pas réussi à se frayer un chemin sur le champ de bataille et Hamilton savait qu'il ne pourrait résister qu'à un ou deux assauts supplémentaires des Patriotes avant que sa ligne ne s'effondre. Le général Burgoyne, qui était arrivé sur les lieux, écrivit au baron Riedesel pour lui demander son aide immédiate; le général allemand changea de cap, marchant sur la falaise depuis le bord de la rivière. Riedesel arriva juste à temps, renforçant Hamilton au moment où sa ligne était sur le point de s'effondrer. Cela aurait pu suffire à faire basculer la bataille et à submerger les forces d'Arnold; mais, heureusement pour les Américains, l'arrivée de la nuit mit fin aux combats, permettant aux troupes d'Arnold de se replier tranquillement vers la sécurité des hauteurs de Bemis. Bien que les Britanniques aient contrôlé le champ de bataille à la fin de la nuit, on ne peut guère parler de victoire pour eux, car leur assaut sur les hauteurs de Bemis fut stoppé net. Ils avaient perdu 556 hommes tués ou blessés, contre 319 pour les Américains.

Intermède

La bataille de Freeman's Farm (ou première bataille de Saratoga) fut une impasse, aucun des deux camps ne parvenant à prendre l'avantage. Burgoyne, après avoir consulté ses officiers, décida de ne pas attaquer le lendemain et d'établir son camp à seulement un kilomètre de la ligne américaine. Cette décision fut motivée par une lettre que Burgoyne avait reçue le 13 septembre de Sir Henry Clinton, commandant de la garnison britannique de New York. Dans l'espoir de soulager Burgoyne, Clinton proposait de remonter l'Hudson et de s'emparer des forts patriotes situés sur les hauts plateaux de New York. Il espérait ainsi attirer l'armée de Gates sur les hauteurs de Bemis et permettre à Burgoyne de poursuivre sa marche vers Albany. Burgoyne décida de faire confiance au plan de Clinton plutôt que de risquer son armée dans une nouvelle bataille et s'installa dans l'attente.

Supprimer la pub
Publicité
Les Patriotes n'étaient pas mécontents de laisser Burgoyne attendre, car chaque jour qui passait voyait arriver de nouveaux Américains qui rejoignaient leurs rangs.

Au cours des semaines suivantes, les patrouilles britanniques et américaines s'affrontèrent presque tous les jours, mais aucune bataille majeure ne fut livrée; les Patriotes n'étaient pas mécontents de laisser Burgoyne attendre, car chaque jour qui passait voyait arriver de nouveaux Américains qui rejoignaient leurs rangs. Au début du mois d'octobre, Gates disposait d'au moins 12 000 hommes, tandis que les effectifs de Burgoyne continuaient de diminuer, car les soldats britanniques mouraient de leurs blessures ou désertaient tout simplement. C'est à ce moment-là que Burgoyne reçut de mauvaises nouvelles: Le général américain Benjamin Lincoln et 2 000 miliciens patriotes avaient repris le fort Ticonderoga, coupant ainsi la voie de retraite des Britanniques vers le Canada, avant de rejoindre Gates sur les hauteurs de Bemis. Tous les espoirs de Burgoyne reposaient désormais sur Clinton, l'expédition quittant New York le 3 octobre. Les débuts de Clinton furent prometteurs: il s'empara des forts patriotes Montgomery et Clinton le 6 octobre et coupa la chaîne de l'Hudson, une partie de ses forces avançant suffisamment pour brûler Kingston, la capitale provisoire de l'État de New York. Au fil des jours, Burgoyne se rendit compte que Clinton ne venait pas à son secours et qu'il était vraiment seul.

Pendant ce temps, sur les hauteurs de Bemis, les relations entre Arnold et Gates s'étaient rapidement détériorées. Arnold reprochait à Gates de ne pas avoir réussi à faire de Freeman's Farm une victoire complète, estimant que Gates ne lui avait pas fourni suffisamment de troupes. Gates, qui était jaloux de l'adoration qu'Arnold recevait de ses hommes, négligea de mentionner le nom d'Arnold dans son rapport officiel de la bataille au Congrès. Arnold se rendit dans la tente de Gates pour le confronter à ce sujet, ce qui provoqua une altercation entre les deux officiers; après qu'Arnold fut parti en trombe, Gates lui retira son commandement et le confia au général Lincoln.

Deuxième bataille: Les hauteurs de Bemis

Le 6 octobre, Burgoyne savait qu'il n'avait pas d'autre choix que d'attaquer: chaque jour qui passait, son armée s'affaiblissait tandis que celle de Gates se renforçait, et il devenait de plus en plus improbable que Clinton puisse venir à son secours. Burgoyne décida d'envoyer l'avant-garde du général Fraser sonder le flanc gauche américain à la recherche de faiblesses; si Fraser découvrait ne serait-ce qu'une seule faille dans la ligne américaine, Burgoyne prévoyait de l'attaquer avec toute son armée, dans une dernière tentative désespérée de faire tomber des hauteurs l'armée de Gates. Le matin du 7 octobre, Fraser se mit en route, son détachement organisé en trois colonnes bien ordonnées et soutenu par dix pièces d'artillerie. Il avança de trois quarts de mile (1200 m) avant de s'arrêter, attendant que Fraser envoie ses éclaireurs recueillir des renseignements sur la position américaine.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les Américains, eux, étaient au courant des mouvements britanniques et se lancèrent à leur rencontre. Les fusiliers de Morgan furent envoyés à l'extrême gauche de la position britannique, tandis que les réguliers du New Hampshire d'Enoch Poor se déplacèrent vers la droite et que le général Ebenezer Learned s'installa au centre. À 14h30, les grenadiers de Fraser aperçurent les Américains à travers la ligne d'arbres et tirèrent une volée, mais celle-ci fut inefficace car les grenadiers étaient hors de portée. Le major John Acland dirigea alors les grenadiers vers l'avant dans une charge à la baïonnette, pensant que la simple vue des imposants grenadiers suffirait à faire fuir les Américains. Acland se trompait; la brigade de Poor attendit que les grenadiers soient à proximité avant de déclencher une volée meurtrière. De nombreux grenadiers s'écroulèrent sur le sol, y compris Acland, qui reçut une balle dans les deux jambes. Les grenadiers se retournèrent et s'enfuirent, poursuivis de près par les hurlements des soldats de Poor.

Troop Movements at the Second Battle of Saratoga, 7 October 1777
Mouvements de troupes lors de la deuxième bataille de Saratoga, le 7 octobre 1777
United States Military Academy (Public Domain)

Sur la gauche, les hommes de Morgan firent volte-face et commencèrent à tirer sur l'arrière des Britanniques; alors que les tuniques rouges commençaient à essuyer des tirs de toutes parts, la ligne britannique commença à se désintégrer. La seule chose qui empêchait la ligne de se rompre était Fraser lui-même, qui allait et venait sur son cheval gris en ralliant ses hommes. Burgoyne, en entendant le grondement de la bataille, envoya son aide Sir Francis Clarke avec un message pour que Fraser se retire immédiatement dans le camp britannique. Mais Clarke fut tué presque aussitôt qu'il posa le pied sur le champ de bataille, avant d'avoir pu délivrer son message, et les hommes de Fraser restèrent en place.

C'est à ce moment-là que Benedict Arnold arriva sur les lieux; bien qu'il ait été démis de son commandement, Arnold était resté à ruminer dans sa tente et s'était précipité pour rejoindre l'attaque lorsqu'il avait appris qu'elle avait lieu. La seule présence d'Arnold sur le champ de bataille suffit à rallier les Patriotes qui se lancèrent à l'assaut. Arnold remarqua l'effet similaire que Fraser avait sur les Britanniques et dit à Morgan que "l'homme au cheval gris... doit être éliminé" (Fleming, 67). Morgan accepta et demanda à plusieurs de ses meilleurs tireurs d'élite de viser Fraser, qui fut bientôt mortellement blessé d'une balle dans l'estomac. Dès que Fraser glissa de son cheval, les Britanniques rompirent les rangs et s'enfuirent, poursuivis de près par les Américains.

Arnold en tête, les Américains poursuivirent les Britanniques jusqu'à la droite de leur camp, défendu par deux redoutes: la première était défendue par 300 soldats britanniques sous les ordres du colonel allemand Heinrich von Breymann, tandis que la seconde était commandée par Lord Balcarres. Les Patriotes attaquèrent d'abord la redoute de Lord Balcarres, mais cette fortification était bien défendue et la redoute tint bon. Arnold, inquiet de voir l'attaque s'essouffler, changea rapidement d'objectif et mena les Patriotes à la charge contre la redoute de Breymann. Cette charge s'avéra plus fructueuse, car les troupes américaines s'engouffrèrent dans la fortification, ce qui donna lieu à des combats sanglants au corps à corps au cours desquels Breymann fut tué. Alors que la redoute était sur le point de tomber aux mains des Américains, Arnold fut blessé à la jambe par une balle et ramené au quartier général sur une civière. La chute de la redoute de Breymann exposa le principal camp britannique aux Américains, mais l'arrivée de la nuit mit fin à la bataille. Les Britanniques avaient perdu environ 900 hommes soit tués, blessés ou capturés au cours de cette deuxième bataille, tandis que les Américains n'avaient perdu que 150 hommes.

General Arnold is Wounded at Saratoga
Le général Arnold est blessé à Saratoga
Alonzo Chappel (Public Domain)

Reddition de Burgoyne

Le lendemain, Burgoyne tenta une retraite vers le nord, mais il fut arrêté par une tempête soudaine. Il décida alors de se retrancher dans la ville de Saratoga, espérant toujours l'arrivée de Clinton. Très vite, il devint évident que ce ne serait pas le cas et il entama des négociations avec Gates en vue d'une reddition. Gates, qui venait d'apprendre les succès de Clinton sur les hauts plateaux de New York, craignait que Burgoyne ne change d'avis et était désireux d'obtenir une reddition rapide; pour cette raison, ses conditions étaient étonnamment clémentes, autorisant les soldats britanniques à retourner en Angleterre en échange d'un engagement à ne pas prendre les armes contre les Américains pour le reste de la guerre. Burgoyne accepta et, le 17 octobre 1777, livra son armée de 5 800 soldats ainsi que ses 27 canons de campagne et toutes ses autres armes et munitions. Cependant, le Congrès jugea les conditions de Gates inacceptables et ordonna à l'armée britannique de se rendre en Virginie, où elle resterait en captivité jusqu'à la fin de la guerre.

Les batailles de Saratoga ont longtemps été considérées comme le tournant de la guerre. C'était la première fois qu'une armée britannique entière se rendait aux Américains, prouvant au monde entier que les États-Unis avaient une chance réelle de gagner la guerre. La bataille persuada le Royaume de France, qui cherchait depuis longtemps un prétexte pour attaquer la Grande-Bretagne afin de se venger de la guerre de Sept Ans (1756-1763), d'entamer des pourparlers avec le Congrès en vue d'une alliance; au début de l'année 1778, la France était officiellement entrée en guerre en tant qu'alliée des États-Unis, faisant basculer l'équilibre de la guerre en faveur de ces derniers.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Combien de batailles de Saratoga y a-t-il eu ?

La première bataille de Saratoga, ou bataille de Freeman's Farm, se déroula le 19 septembre 1777, tandis que la seconde, également connue sous le nom de bataille de Bemis Heights, se déroula le 7 octobre 1777.

Que sont les batailles de Saratoga ?

Les batailles de Saratoga sont deux engagements menés par l'armée britannique du général John Burgoyne et l'armée américaine du général Horatio Gates près de la ville de Saratoga, dans l'État de New York, au cours de la Révolution américaine. Les batailles se sont soldées par une victoire américaine et la reddition des troupes britanniques de Burgoyne.

Pourquoi les batailles de Saratoga sont-elles importantes ?

Les batailles de Saratoga furent importantes car c'était la première fois qu'une armée britannique entière se rendait aux Américains, prouvant ainsi que les États-Unis avaient une chance de gagner la guerre. Les batailles convainquirent également la France de se joindre à la guerre en tant qu'alliée des États-Unis.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, février 27). Batailles de Saratoga [Battles of Saratoga]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2386/batailles-de-saratoga/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Batailles de Saratoga." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 27, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2386/batailles-de-saratoga/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Batailles de Saratoga." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 27 févr. 2024. Web. 23 mai 2024.

Adhésion