Henry Hudson

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2758 / $18000

Définition

Kim Martins
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 12 juillet 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X
Henry Hudson (by Unknown Artist, Public Domain)
Henry Hudson
Unknown Artist (Public Domain)

Henry Hudson (c. 1570-1611) était un navigateur et explorateur maritime anglais. Il est connu pour les quatre voyages qu'il effectua entre 1607 et 1610 à la recherche d'un passage nord-ouest vers l'Extrême-Orient via l'océan Arctique. L'attrait d'un passage par le nord-ouest était devenu une obsession au cours du XVIe siècle, car il aurait permis de contourner les eaux méridionales contrôlées par les Espagnols et les Portugais.

Une route maritime vers le nord de la Russie arctique ou du Canada aurait pu aider les Anglais à s'établir dans le commerce lucratif de la soie et des épices. Peter Plancius (1552-1662), un cartographe hollandais qui travaillerait plus tard avec Hudson, laissa entendre qu'il existait un climat polaire chaud et sans glace, car:

Supprimer la pub
Publicité

près du pôle, le soleil brille cinq mois continuellement; et bien que ses rayons soient faibles, ils ont suffisamment de force pour réchauffer le sol, le rendre tempéré et l'adapter à l'habitation des hommes [...].

(cité dans Johnson, 20).

Cette croyance alimenta les nombreuses tentatives infructueuses de trouver le légendaire passage du Nord-Ouest qui débutèrent avec le voyage de l'aventurier élisabéthain Martin Frobisher (1535-1594) en 1576, au cours duquel il atteignit le Labrador (côte est du Canada) et l'île de Baffin (entre le Groenland et la partie continentale du Canada).

Henry Hudson ne parvint pas à trouver le passage du Nord-Ouest, mais il découvrit le fleuve Hudson et cartographia la région arctique.

L'Angleterre continua à envoyer des explorateurs dans les étendues glacées de l'Arctique. Le capitaine James Cook (1728-1779) fut envoyé en 1776 et l'expédition malheureuse de Sir John Franklin (1786-1847) mit fin aux tentatives de l'Amirauté britannique de trouver une route plus courte entre l'océan Atlantique et l'océan Pacifique.

Supprimer la pub
Publicité

Le nom d'Henry Hudson figure sur la longue liste des navigateurs qui ne réussirent pas à trouver le passage du Nord-Ouest, mais il découvrit le fleuve Hudson, la baie d'Hudson et le détroit d'Hudson, cartographia la région arctique, ce qui jeta les bases des expéditions polaires des XVIIIe et XIXe siècles, et ses explorations du fleuve Hudson conduisirent à la colonisation hollandaise de New York.

Jeunesse

On sait très peu de choses sur les premières années de la vie d'Henry Hudson. Il vit probablement le jour dans la ville de Hoddesdon, dans le Hertfordshire, au nord-ouest de Londres, sous le règne de la reine Élisabeth Ire d'Angleterre (r. de 1558 à 1603). Le nom de ses parents n'est pas connu, mais les spécialistes pensent que son père était un marchand maritime et un échevin de Londres, et que son grand-père (également nommé Henry Hudson) était l'un des fondateurs de la Compagnie de Moscovie (Muscovy Company, une société commerciale anglaise créée en 1555).

Supprimer la pub
Publicité

Compte tenu des relations de son grand-père, Henry Hudson serait peut-être parti en mer en tant que garçon de cabine et travailla ensuite au bureau londonien de la compagnie. Il a été suggéré qu'il était membre de l'équipage du capitaine John Davis (c. 1550-1605), un marin anglais et l'un des principaux navigateurs de la reine Élisabeth, qui chercha le passage du Nord-Ouest entre 1585 et 1588. Hudson était également un ami du capitaine John Smith (1580-1631), l'un des fondateurs de la colonie anglaise de Jamestown, en Virginie. Lorsque Hudson entra dans l'histoire en 1607, alors qu'il avait une trentaine d'années, il possédait des compétences considérables en tant que navigateur et des années d'expérience en mer, en particulier dans la région arctique.

Au début des années 1590, Hudson épousa une femme nommée Katherine, avec qui il eut trois fils, Oliver, John et Richard, et ils vécurent dans le quartier de St. Katherine à Londres. John accompagnerait son père lors de ses quatre voyages.

Purchas His Pilgrimes
Purchas His Pilgrimes
Berger Collection (Public Domain)

Aucun portrait contemporain d'Henry Hudson n'est connu, bien qu'il ait été peint en 1620 par l'artiste flamand Paul van Somer (1577-1621). Les esquisses et les peintures à l'huile représentant Hudson dans un canoë en route vers le rivage pour y être accueilli par des peuples indigènes ou jeté à la dérive par un équipage mutin sont le fruit de l'imagination artistique. Ce que l'on sait d'Henry Hudson provient de la correspondance officielle, des journaux de bord de ses quatre voyages et d'un livre intitulé Purchas His Pilgrimes, publié en 1625. Le révérend Samuel Purchas (c. 1577-1626) compila des contrats, des lettres et des documents concernant d'importants navigateurs, dont Henry Hudson.

Supprimer la pub
Publicité

Premier voyage

Henry Hudson avait 37 ans en 1607 lorsque la Compagnie de Moscovie lui confia la mission de naviguer dans les eaux arctiques à la recherche d'une route passant par le pôle Nord et menant à l'Extrême-Orient. Le révérend Richard Hakluyt (1553-1616), un géographe réputé qui siégeait au conseil d'administration de la compagnie, recommanda Hudson. Ce serait le premier de quatre voyages, et Hudson quitta Gravesend, en Angleterre, le 1er mai 1607. Son navire, un trois-mâts de 40 tonnes, s'appelait le Hopewell et comptait douze membres d'équipage, dont le jeune fils de Hudson, John.

Hudson s'approcha à 928 kilomètres du pôle Nord; aucun explorateur européen n'avait atteint des latitudes aussi élevées auparavant.

Les îles Shetland (au nord de l'Écosse) furent aperçues le 26 mai et, le 13 juin, le Hopewell s'approcha de la côte est du Groenland. Le 22 juin, le Hopewell se trouvait au large d'une péninsule que Hudson nomma Hold-with-Hope, un nom toujours utilisé et l'un des plus anciens noms géographiques de l'est du Groenland.

Hudson suivit la théorie de Plancius sur les eaux chaudes de la région arctique, mais son navire rencontra une mer houleuse et les glaces entravèrent le voyage vers le nord. Des baleines et des dauphins de Risso entourèrent le navire alors qu'il fit route vers le Spitzberg, la plus grande île de l'archipel du Svalbard, où il arriva le 29 juillet. Hudson et son équipage s'approchèrent à 928 kilomètres du pôle Nord, mais furent contraints de faire demi-tour en raison des dangers posés par les icebergs. Aucun explorateur européen n'avait atteint de telles latitudes auparavant.

Supprimer la pub
Publicité

Henry Hudson retourna à Tilbury, en Angleterre, en face de Gravesend, le 15 septembre 1607, après s'être écarté de 800 kilomètres de sa route, probablement dans le cadre d'une recherche résolue d'un passage vers le nord-ouest. Alors que le Hopewell se dirigeait vers le sud, Hudson aurait découvert les Touches (l'île Jan Mayen) au nord de l'Islande.

Bien qu'il n'ait pas réussi à trouver une route plus courte vers l'Extrême-Orient au cours de son voyage de trois mois et demi, l'exploration de Hudson autour du Spitzberg et son observation d'une abondance de baleines dans les baies de l'archipel du Svalbard lancèrent l'industrie lucrative de la chasse à la baleine. Certains membres de son équipage tuèrent un ours polaire au Spitzberg et tombèrent malades après avoir consommé le foie toxique et riche en vitamine A. La Compagnie de Moscovie profita également des rapports d'Hudson sur les morses aux Touches; des milliers d'entre eux furent tués pour leurs défenses.

Dutch Whalers off Spitsbergen
Baleiniers néerlandais au large du Spitzberg
Abraham Storck (Public Domain)

Le premier voyage d'Henry Hudson permit de cartographier une partie de la région arctique inexplorée, mais ce voyage ardu et glacial mit également en évidence le manque de compétences en leadership d'Hudson - un problème qui s' avérerait fatal par la suite. Le premier lieutenant de Hudson était William Collins, avec lequel Hudson se disputa et qu'il rétrograda au rang de maître d'équipage, remplaçant Collins par le moins expérimenté John Colman. Les actions de Hudson provoquèrent le mécontentement de l'équipage, déjà préoccupé par ce qu'il considérait comme le "mauvais sort" jeté par le comportement erratique de la boussole de Hudson au nord magnétique.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Deuxième voyage

De retour en Angleterre, Hudson passa du temps avec Richard Hakluyt qui lui montra des cartes et la route suivie par le navigateur néerlandais Willem Barentsz (1550-1597), parti d'Amsterdam en 1594 à la recherche d'un passage nord-est vers Cathay, supposé exister au nord de la Russie. En 1608, la Compagnie de Moscovie confia à nouveau à Hudson la mission de suivre une route maritime passant par l'extrémité nord de Novaya Zemlya, en Russie, où Barentsz avait effectué ses explorations. Cette route devait mener à la mer de Kara, et Hudson avait l'intention de naviguer ensuite vers l'est le long de la côte sibérienne jusqu'à ce qu'il atteigne le passage menant à l'océan Pacifique. Cependant, aucun explorateur n'étant allé aussi loin au nord, les cartes et les graphiques contenaient des latitudes et des longitudes erronées. Hudson reprit la mer à bord du Hopewell en avril 1608, muni d'une carte de Peter Plancius de 1594, basée sur une carte de Mercator de 1569. Les deux cartes indiquaient des passages possibles (mais incorrects) vers le nord-est.

Hudson navigua avec un équipage de 15 personnes, dont son fils John et Robert Juet (1578-1611). Seuls trois hommes du premier équipage d'Hudson s'engagèrent pour ce second voyage. Juet était un marin anglais d'un certain âge qui accompagnerait Hudson lors d'autres voyages, et il tint un journal détaillé du voyage. Les notes de Hudson seraient publiées plus tard dans Purchas His Pilgrimes. Le Hopewell avait été renforcé par des planches pour le protéger des glaces de mer.

Map of the Two North American Voyages of Henry Hudson
Carte des deux voyages d'Henry Hudson en Amérique du Nord
Jon Platek (CC BY-NC-SA)

En mai 1608, Hudson atteignit la pointe nord de la Norvège et, à la fin du mois de juin, il aperçut Novaya Zemlya. Le voyage ne se déroula pas sans incident. Le Hopewell s'enfonça dans les glaces et l'équipage finit par le dégager au bout de quatre heures. Le journal de bord de Hudson du 15 juin 1608 fait état d'une sirène nageant à côté du navire (probablement un phoque).

Hudson tenta de naviguer vers le nord, mais d'épaisses couches de glace prouvèrent qu'un passage au nord-est vers Cathay n'était pas possible, et le navire fit donc demi-tour. N'ayant pas réussi à trouver un passage vers le nord-est pour la Compagnie de Moscovie, Hudson fit deux choses: il chassa les morses pour leurs défenses et leur graisse et modifia subtilement le cap afin que le Hopewell se dirige vers l'ouest. La première action serait profitable à la Compagnie de Moscovie, car son conseil d'administration n'apprécierait pas que son navigateur n'ait pas respecté les instructions de l'expédition. La seconde action découlait de la détermination de Hudson à trouver un passage vers le nord-ouest, et lorsque l'équipage, mené par Robert Juet, se rendit compte que l'Angleterre n'était pas leur destination, une mutinerie se profila. Hudson céda à la pression et le Hopewell arriva à Gravesend le 26 août 1608. Chaque membre de l'équipage reçut un certificat de libération avant de débarquer. Les mutins pouvaient être pendus, et la formulation du certificat exonérait l'équipage du Hopewell.

Le partenariat entre Hudson et la Compagnie de Moscovie prit fin car le conseil d'administration n'était pas disposé à financer d'autres expéditions et l'intérêt pour la recherche d'un passage nord-est s'estompait.

Troisième voyage: Capitaine à gages ou espion anglais ?

En novembre 1608, Henry Hudson reçut une lettre de la Verenigde Oostindische Compagnie (VOC), ou Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Les Néerlandais contrôlaient le commerce dans l'océan Indien, mais leurs navires devaient effectuer de longs voyages autour du cap de Bonne-Espérance ou à travers le détroit de Magellan (la pointe sud de l'Amérique du Sud). Tout comme les Anglais, la VOC souhaitait trouver une route plus courte et invita Hudson à Amsterdam. Cependant, les connaissances approfondies de Hudson sur la région arctique et sa renommée ne convainquirent pas les 17 membres du conseil d'administration, et il n'était pas prévu de parrainer une expédition.

À Amsterdam, Hudson rencontra Peter Plancius, dessina les cartes de ses deux voyages et tenta de le convaincre de l'existence d'un passage nord-ouest au nord du 60e parallèle (Plancius préconisait un passage nord-est). La VOC apprit alors que Hudson négociait secrètement avec Henri IV de France (1553-1610) et lui proposa rapidement un contrat qui fut signé en janvier 1609. Le contrat stipulait que Hudson chercherait un passage au nord ou au nord-est de Novaya Zemlya et continuerait vers l'Inde. Il stipulait également qu'il ne devait pas chercher d'autre route. On peut supposer que les Hollandais avaient appris que Hudson avait l'habitude de désobéir aux instructions, comme lors de son deuxième voyage lorsqu'il s'était dirigé vers l'ouest à bord du Hopewell plutôt que de retourner immédiatement en Angleterre.

Replica of the Dutch Vessel Halve Maen
Réplique du navire néerlandais Halve Maen
Library of Congress (Public Domain)

Hudson n'était pas le premier capitaine à naviguer sous pavillon étranger. Sebastian Cabot (1474-1557), un navigateur vénitien, naviguait pour l'Angleterre, et Giovanni da Verrazano (1485-1528) était un Italien au service de la France.

Les Hollandais mirent à la disposition de Hudson le trois-mâts à gréement carré Halve Maen (la Demi-Lune), un vieux navire incroyablement petit de 4,8 mètres de long et de 5,1 mètres de large. Hudson engagea un équipage de 20 personnes (bien que certains documents indiquent 16), dont son fils John et John Colman en tant que second. Robert Juet, un homme réputé pour son mauvais tempérament, fit monter la tension entre les équipages anglais et hollandais alors qu'ils faisaient route vers le nord en avril 1609, en longeant la côte norvégienne. Le mauvais temps et les vents violents contribuèrent peut-être à la suite des événements: Hudson ignora les instructions de la VOC, qui lui demandait de chercher une route orientale vers l'Extrême-Orient, et navigua vers l'ouest, à travers l'Atlantique, jusqu'à l'Amérique, le Nouveau Monde, en pensant que la route serait plus courte. L'ami de Hudson, le capitaine John Smith, avait passé plus de trois mois à explorer la baie de Chesapeake, à la recherche d'un passage nord-ouest vers le Pacifique, et la correspondance entre les deux amis avait peut-être convaincu Hudson que le succès se trouvait en Amérique du Nord. Il avait des cartes du Nouveau Monde à bord du Halve Maen. L'équipage en ayant assez des tempêtes violentes et du froid, Hudson leur promit peut-être un climat plus chaud pour ne pas avoir à affronter un navire rempli de mutins.

Landing of Henry Hudson
Débarquement d'Henry Hudson
Christie's (Public Domain)

Le Halve Maen débarqua à Terre-Neuve, au Canada, avant de se diriger vers le sud et d'explorer la baie de Penobscot (sud du Maine), le cap Cod, la baie de Chesapeake et la baie de Delaware. Il entra dans le port de New York le 3 septembre 1609, à l'embouchure de la large rivière qui porte aujourd'hui le nom d'Hudson. Il explora ensuite la côte de l'actuel New Jersey et jeta l'ancre au large de l'île de Manhattan, accueillant à son bord des indigènes pour échanger des fourrures et du tabac.

Le 4 octobre, Henry Hudson décida de retourner non pas en Hollande mais à Dartmouth, en Angleterre, où le roi Jacques Ier d'Angleterre (1566-1625) n'était pas disposé à permettre à Hudson de se conformer aux exigences de la VOC qui lui demandait, ainsi qu'à son équipage, de retourner en Hollande. L'historien néerlandais Hessel Gerritz (1581-1632) suggéra que la véritable raison de l'arrivée d'Hudson en Angleterre était de faire un rapport à ses véritables employeurs et qu'il s'était délibérément dirigé vers le Nouveau Monde plutôt que de trouver une route maritime plus courte vers l'Extrême-Orient qui aurait profité aux rivaux de son pays. Les journaux de bord d'Hudson furent finalement renvoyés en Hollande et le Halve Maen rentra chez lui en juillet 1610.

Quatrième et dernier voyage

La Company of Gentlemen Adventurers, un groupe indépendant d'investisseurs comprenant le diplomate Sir Dudley Digges (1583-1639) et le marchand Sir Thomas Smythe (1558-1625), soutint Hudson pour son quatrième voyage en avril 1610 avec un équipage de 21 personnes, dont John Hudson et Robert Juet. Le Discovery était un navire de 19,8 mètres (65 pieds) qui partit de St. Katherine's Dock, à Londres, à destination du Groenland.

Alors qu'il ne leur restait que 14 jours de vivres, le capitaine Henry Hudson, son fils John et les sept membres fidèles de l'équipage furent jetés à la dérive... ils ne furent plus jamais revus.

Les connaissances acquises au cours des trois voyages précédents avaient convaincu Hudson que le passage du Nord-Ouest se trouverait au nord du 60e parallèle nord, et le Discovery entra dans la baie James à l'extrémité sud de la baie d'Hudson, au Canada. Lorsque Hudson quitta l'Angleterre, il y avait assez de nourriture pour huit mois, mais les réserves s'amenuisèrent et le capitaine fut accusé de thésaurisation alimentaire.

Le Discovery explora la baie de James et une théorie intéressante fut proposée dans le Beaver Magazine en septembre 1999 par Carl Schuster (écrivain et explorateur). Schuster suggère que Hudson avait systématiquement exploré la baie de James, couvrant des bandes de 25 kilomètres à chaque passage, et qu'il ne cherchait pas un passage vers le nord-ouest, mais du cuivre, de l'or ou de l'argent - des richesses minérales que la baie d'Hudson possédait en abondance. Étant donné que les riches marchands qui constituaient la Company of Gentlemen Adventurers avaient tous des liens étroits avec la couronne et un monarque très endetté, cette théorie peut expliquer pourquoi Hudson choisit de rester dans la baie James plutôt que de se diriger plus au nord-ouest, où l'on pensait que se trouvait le légendaire passage vers l'Extrême-Orient.

The Last Voyage of Henry Hudson
Le dernier voyage d'Henry Hudson
John Collier (CC BY-NC-ND)

Alors que les températures chutèrent à -45 °C, Hudson décida d'hiverner dans la baie James, les eaux gelant autour de la coque du Discovery. L'équipage fut contraint de chasser pour se nourrir et le canonnier, John Williams, mourut, ce qui accrut la tension. En fin de compte, les hommes souffrirent du scorbut, de pourriture des pieds et d'engelures.

Lorsque le printemps arriva en 1611 et que Hudson décida de poursuivre l'exploration de la baie James, l'équipage, dirigé par Robert Juet, se mutina. Alors qu'il ne leur restait que 14 jours de vivres, le capitaine Henry Hudson, son fils John et sept membres fidèles de l'équipage furent jetés à la dérive le 23 juin dans une chaloupe, et ne seraient plus jamais revus. Juet prit le commandement et le Discovery fit route vers l'Angleterre, accostant à Londres avec seulement huit membres d'équipage, qui furent jugés par la Haute Cour de l'Amirauté. Juet mourut au cours du voyage de retour et son corps fut jeté à la mer au large de l'Irlande.

S'agissait-il d'une mutinerie meurtrière ? Des taches de sang furent retrouvées sur le navire, ainsi que des lettres suggérant un conflit entre Hudson et son équipage. Certains objets appartenant à Hudson avaient également disparu. Fut-il assassiné et son corps jeté à la mer ? Il est également possible qu'Henry Hudson ait survécu. En 1959, un ouvrier du bâtiment travaillant près de Chalk River (à environ une heure et demie de la baie James) a découvert l'inscription "HH 1612 CAPTIVE" gravée sur la surface d'un rocher - les initiales HH signifient-elles Henry Hudson ?

La chaloupe se trouvait à 75 kilomètres de la côte, et il est possible qu'Hudson et son équipage aient atteint la terre ferme avant d'être capturés par le peuple algonquin qui habitait la région. L'explorateur français Samuel de Champlain (1567-1635), qui remontait la rivière des Outaouais en 1613, entendit des rumeurs selon lesquelles les Algonquins auraient capturé un jeune Anglais (peut-être le fils adolescent d'Hudson).

La disparition d'Henry Hudson reste l'un des mystères les plus intrigants de l'histoire.

Les réalisations d'Hudson

Le nom d'Henry Hudson est peut-être resté dans les mémoires plus que ses réalisations. Après sa mort présumée en 1611, il fallut attendre deux siècles pour que ses voyages soient reconnus par la New York Historical Society en 1809 qui commémora la découverte de New York par Hudson et ses quatre voyages.

Les principales contributions d'Hudson sont les suivantes:

  • la découverte de la rivière Hudson, de la baie d'Hudson et du détroit d'Hudson
  • l'approfondissement des connaissances sur la géographie maritime de l'Arctique
  • l'expansion de l'influence néerlandaise et la création de la Nouvelle-Amsterdam (plus tard New York)
  • Contribution à la connaissance cartographique du Nouveau Monde

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui était Henry Hudson ?

Henry Hudson (v. 1570-1611) était un navigateur et explorateur maritime anglais. Il est connu pour ses quatre voyages entre 1607 et 1610 à la recherche d'un passage nord-ouest vers l'Extrême-Orient via l'océan Arctique.

Quelles sont les réalisations d'Henry Hudson ?

Henry Hudson explora ce que l'on appelle aujourd'hui le fleuve Hudson, la baie d'Hudson et le détroit d'Hudson. Il jeta également les bases de la colonie néerlandaise de New Amsterdam (New York). Ses voyages dans la région arctique, à la recherche d'un passage nord-ouest vers l'Extrême-Orient, permirent d'étendre les connaissances maritimes de la région et de préparer le terrain pour l'industrie de la chasse à la baleine.

Quel était l'objectif d'Henry Hudson ?

Henry Hudson effectua quatre voyages de découverte, trois pour les Anglais et un pour les Néerlandais. Il tenta de trouver une route maritime polaire au nord de la Russie arctique ou du Canada qui aiderait les Anglais à s'établir dans le commerce lucratif de la soie et des épices en Extrême-Orient.

Qu'est-il arrivé à Henry Hudson ?

L'histoire rapporte qu'il périt en 1611 lors de son quatrième et dernier voyage. À la baie James (Canada), après un hiver rigoureux, son équipage se mutina et non seulement jeta Hudson à la dérive, mais aussi son fils adolescent, John, et sept membres fidèles de l'équipage. On ne les revit jamais.

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Kim Martins
Kim est une écrivaine indépendante basée en Nouvelle-Zélande. Elle est titulaire d'une licence d'histoire et d'une maîtrise en sciences du chaos et de la complexité. Elle s'intéresse particulièrement aux fables et à la mythologie, ainsi qu'à l'exploration du monde antique.

Citer cette ressource

Style APA

Martins, K. (2023, juillet 12). Henry Hudson [Henry Hudson]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19287/henry-hudson/

Style Chicago

Martins, Kim. "Henry Hudson." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 12, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19287/henry-hudson/.

Style MLA

Martins, Kim. "Henry Hudson." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 12 juil. 2023. Web. 19 juil. 2024.

Adhésion