Jacques Ier d'Angleterre

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 28 avril 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
James I of England (by after John de Critz, Public Domain)
Jacques Ier d'Angleterre
after John de Critz (Public Domain)

Jacques Ier d'Angleterre (r. de 1603 à 1625), qui était aussi Jacques VI d'Écosse (r. de 1567 à 1625), était le fils de Marie, reine d'Écosse (alias Marie Stuart), et il unifia les trônes d'Écosse et d'Angleterre à la suite du décès de la reine Élisabeth Ire d'Angleterre (r. de 1558 à 1603) qui ne laissa pas d'héritier. Pour la première fois, il y avait un seul monarque pour l'Angleterre, l'Écosse et l'Irlande.

Le règne mouvementé du roi vit l'adoption du drapeau Union Jack en 1606, l'échec de la conspiration des poudres en 1605, la publication de la version autorisée de la Bible en 1611 et le voyage du Mayflower en Amérique du Nord en 1620. Jacques était convaincu de son droit divin au pouvoir absolu, ce qui, avec ses dépenses élevées, l'amenait à entrer fréquemment en conflit avec le Parlement anglais. Membre de la maison royale des Stuart, Jacques régnerait jusqu'à sa mort en 1625; son fils Charles Ier d'Angleterre (r. de 1625 à 1649) lui succéda.

Supprimer la pub
Advertisement

Famille et règne en Écosse

Jacques vit le jour au château d'Édimbourg le 19 juin 1566 ; son père était Henry Stewart, Lord Darnley (1545-1567), et sa mère Marie, reine d'Écosse (r. de 1542 à 1567). Le règne de Marie fut loin d'être sans heurts, avec des scandales liés à deux mariages et deux complots d'assassinat, dont celui qui conduisit à la mort de Lord Darnley en février 1567. Marie ne fut nullement aidée par sa promotion inébranlable du catholicisme dans un royaume qui s'était nettement orienté vers le protestantisme. En bref, Marie fut obligée d'abdiquer le 24 juillet 1567 en faveur de son fils, qui devint Jacques VI d'Écosse. Jacques fut couronné le 29 juillet 1567 dans l'église de la Sainte Croix à Stirling. Jacques n'avait qu'un an, et donc, avec une éducation protestante, il put être facilement manipulé par les barons qui gouvernaient en son nom, une situation qui verrait quatre régents successifs avant que Jacques n'atteigne l'âge adulte.

James fut enlevé par des seigneurs anglais protestants en août 1582, un événement connu sous le nom de Raid de Ruthven.

James Stewart, comte de Moray (1531-1570), fut régent de 1567 à 1570. Deux autres régents suivirent rapidement, puis un quatrième, James Douglas, comte de Morton, prit la relève en 1572. À partir de 1578, Jacques commença à régner de plein droit, du moins nominalement puisqu'il n'avait encore que 12 ans. Le jeune roi devint un pion dans le champ de bataille religieux de la Grande-Bretagne où les monarques catholiques français soutenaient les catholiques d'Écosse, tandis que la reine protestante d'Angleterre, Élisabeth Ire, soutenait les adeptes de sa foi de l'autre côté de la frontière. Jacques fut même enlevé par des seigneurs protestants anglais en août 1582, un événement connu sous le nom d'Attaque de Ruthven, d'après son meneur William Ruthven, comte de Gowrie. La prise de pouvoir fut cependant de courte durée et le roi fut libéré au bout de dix mois. Ruthven fut pendu. Pendant ce temps, les conspirateurs protestants anglais poursuivaient leurs efforts et, soutenus par une population de plus en plus protestante, en octobre 1585, la cause catholique était définitivement enterrée en Écosse. Un traité de paix, le traité de Berwick, fut signé entre l'Angleterre et l'Écosse en juillet 1586. Jacques lui-même semble avoir été favorable à la paix et ne se rangea du côté d'aucun des deux camps religieux.

Supprimer la pub
Advertisement

Mary, Queen of Scots & James I of England
Marie, reine d'Écosse et Jacques Ier d'Angleterre
Unknown Artist (Public Domain)

Le 23 novembre 1589, Jacques épousa Anne de Danemark (née en 1574), la fille de Frédéric II de Danemark et de Norvège (r. de 1559 à 1588). Cette union était un bon moyen de renforcer les importants liens commerciaux entre l'Écosse et les États baltes. Anne mourut en mars 1619, mais le couple eut sept enfants, dont trois seulement survécurent à leur enfance: Henri (né en 1594), Élisabeth (née en 1596) et Charles (né en 1600). Malheureusement, Henri mourut de la fièvre typhoïde en 1612 ; il n'avait que 18 ans et c'est donc Charles, moins prometteur, qui devint l'héritier du trône. Élisabeth, quant à elle, épousa le roi de Bohème et son petit-fils régna sur l'Angleterre sous le nom de George Ier d'Angleterre (r. de 1714 à 1727), le premier de la dynastie de la maison de Hanovre.

Le roi Jacques soutint fermement l'idée du droit divin des rois.

Le règne de Jacques en Écosse se stabilisa, car il chercha à trouver un juste milieu et à faire en sorte que les catholiques et les protestants soient satisfaits et à l'abri des persécutions. Fait important pour la suite des événements, le roi écrivit La vraie loi des monarchies libres (1598) et Basilikon Doron (1599), qui soutenaient tous deux fermement l'idée du droit divin des rois, selon laquelle les monarques ne sont responsables que devant Dieu et ne peuvent être démis de leurs fonctions. James était un érudit et un écrivain passionné, et il travailla également sur des poèmes, des commentaires ecclésiastiques, une traduction du Livre des Psaumes, et des traités contre la sorcellerie et le tabagisme.

Supprimer la pub
Advertisement

Au cours des années 1590, il y eut des querelles avec les nobles les plus puissants du roi, mais aucun défi significatif ne vint remettre en cause son règne, et 1598 vit finalement la noblesse acquiescer à la justice royale dans les affaires de litige entre eux. La seule pomme de discorde restait le coût et la dette croissante de la bourse royale, mais ce problème était sur le point d'être résolu par le transfert de toute la cour de Jacques à Londres.

La succession à la couronne d'Angleterre

Marie, reine d'Écosse, avait fui l'Écosse pour se réfugier en Angleterre et bénéficier de la protection de sa cousine Élisabeth Ire. La reine d'Angleterre, cependant, ne faisait pas confiance à sa cousine et, en fin de compte, elle avait peut-être raison car, pendant ses 19 années d'emprisonnement dans diverses maisons de campagne anglaises, Marie fut reconnue coupable de trahison envers Élisabeth et de conspiration avec la Couronne espagnole. Marie fut exécutée le 8 février 1587. Jacques déposa une plainte officielle auprès d'Élisabeth concernant la mort de sa mère, mais ne fit rien de plus, et ses tentatives pour se faire nommer héritier d'Élisabeth n'aboutirent à rien. Bénéficiant d'une généreuse rente annuelle et satisfait de rester roi et en paix avec l'Angleterre, Jacques attendit son heure et s'adonna à sa grande passion, la chasse. L'Angleterre allait avoir à faire face à une invasion espagnole de grande envergure : la flotte de l'Armada espagnole de 1588.

Elizabeth I Armada Portrait
Élisabeth Ire, le portrait de l'Armada
George Gower (Public Domain)

La marine d'Élisabeth repoussa l'Armada espagnole et son trône resta intact. Cependant, sans enfant et sans avoir désigné d'héritier, la mort d'Élisabeth le 24 mars 1603 déclencha une crise de succession. En tant que parent le plus proche, Jacques fut invité à devenir le prochain roi d'Angleterre sous le nom de Jacques Ier. Il avait du sang royal anglais dans les veines, car Jacques est l'arrière-arrière-petit-fils d'Henri VII d'Angleterre (r. de 1485 à 1509). Par conséquent, c'était la fin de la Maison des Tudor et le début de la Maison des Stuart en Angleterre (la mère de Jacques, Marie, avait changé l'orthographe de Stewart). Il semble qu'il y ait eu très peu d'opposition à Jacques en tant que premier choix, et il se peut qu'Élisabeth l'ait désigné comme héritier sur son lit de mort, bien que les spécialistes ne soient pas d'accord sur ce point. Il est certain que les plus importants conseillers d'Élisabeth soutenaient Jacques.

Supprimer la pub
Advertisement

Jacques fut couronné roi d'Angleterre et d'Irlande le 25 juillet 1603 à l'abbaye de Westminster. Il fut alors le premier monarque à régner à la fois sur l'Angleterre, l'Écosse, le Pays de Galles et l'Irlande. À la suite d'une proclamation le 20 octobre, Jacques se fit appeler "roi de Grande-Bretagne". Pour marquer une dernière fois le début d'un nouvel ordre, Jacques déplaça la dépouille de sa mère de Peterborough vers un nouveau tombeau magnifique dans l'abbaye de Westminster. Il s'installa alors à sa nouvelle cour en Angleterre et ne reviendrait qu'une seule fois en Écosse, en 1617. Les institutions gouvernementales au nord de la frontière restèrent inchangées, et Jacques gouverna par l'intermédiaire du Conseil privé et du Parlement écossais par correspondance, comme il le dit lui-même, il gouverna par la plume et non par l'épée.

Il semble que le changement de dynastie au pouvoir n'ait suscité aucune objection de la part du peuple anglais, et le nouveau roi fut même acclamé lors de sa procession vers Londres. Un petit groupe de nobles anglais cependant résista. Ce groupe de rebelles était dirigé par Sir Walter Raleigh (vers 1552-1618) et Lord Cobham, et leur objectif était de placer sur le trône Lady Arabella Stuart, la cousine de Jacques. Les meneurs furent arrêtés et le complot échoua.

James I of England by Mytens
Jacques I d'Angleterre par Mytens
Daniel Mytens (Public Domain)

Affaires européennes

L'accession au trône d'un roi écossais mit finalement fin aux raids transfrontaliers qui s'étaient déroulés pendant des siècles entre le nord de l'Angleterre et le sud de l'Écosse. Le règne de Jacques vit également la fin de la guerre coûteuse et impopulaire contre l'Espagne qui avait gâché le règne d'Élisabeth. Un traité de paix fut signé par les deux pays à Londres le 18 août 1604. Les relations avec la France étaient pacifiques, mais le monarque écossais, plutôt rustre, ne jouissait pas d'un grand respect. Henri IV de France (r. de 1589 à 1610) décrivit un jour Jacques comme "l'imbécile le plus sage de la chrétienté" (Philips, 140) à propos du paradoxe apparent d'un roi sans tact ni manières qui semblait pourtant gérer assez bien sa propre position de monarque. Le fils de Jacques, Charles, gagna tout de même la faveur des Français, et un mariage fut arrangé pour lui en 1624 avec Henriette Marie, la jeune sœur du nouveau roi, Louis XIII de France (r. de 1610 à 1643). Pendant ce temps, des protestants furent envoyés en Irlande pour établir des "colonies" dans ce pays catholique, en particulier dans le nord de l'île, mais pas seulement. Le processus de "plantation", comme on l'appela, commença avec l'approbation du roi en 1608, entraîna la confiscation des domaines des propriétaires terriens catholiques et provoqua un ressentiment indicible et durable entre l'Angleterre et l'Irlande.

Supprimer la pub
Advertisement

Le Parlement

Le règne de Jacques en Angleterre se caractérisa par un manque de formalité en termes d'étiquette et de protocole de la cour, ce que les nobles anglais trouvaient étrange. Par exemple, tout visiteur pouvait voir le roi à l'heure des repas, un privilège que n'avaient jamais accordé ses prédécesseurs Tudor. Le discours écossais du roi était souvent source de confusion et il était également considéré comme un peu rustre, même si ses manières n'étaient probablement pas aussi mauvaises que les auteurs ultérieurs les ont parfois décrites. Le roi a été décrit comme ayant des jambes faibles, une démarche bizarre et une tendance à baver à cause d'une langue large ou relâchée. Toutes ces caractéristiques peuvent laisser penser à un léger cas d'infirmité motrice cérébrale.

D'autres habitudes qui ne l'ont pas fait aimer des nobles anglais étaient l'amour de Jacques pour les dépenses et la poursuite non déguisée de beaux jeunes hommes qui acquéraient alors un pouvoir indu à la cour. Le meilleur exemple d'un tel favori est George Villiers, un noble très mineur que Jacques nomma comte de Buckingham en 1617 (il devint ensuite marquis puis duc) et qui contrôlait très souvent l'accès au roi au cours de sa dernière décennie de règne.

Malgré le choc culturel, le règne de Jacques fut au moins modéré en termes de gestion des factions religieuses mixtes dans son royaume, à savoir les protestants, les puritains, les catholiques et ceux qui ne se souciaient d'aucun d'entre eux. Le véritable problème du roi était la politique. Jacques était totalement convaincu de son droit divin à diriger son royaume avec une autorité absolue, et cette position l'amena à entrer fréquemment en conflit avec le Parlement anglais, même si, dans la pratique, il faisait parfois preuve d'un sens du compromis avec ses nobles. Les prédécesseurs Tudor de Jacques avaient bien compris la nécessité d'accommoder les nobles puissants par le biais du Parlement, mais Jacques, habitué à une institution communale plus faible en Écosse, ne saisit peut-être pas les différences entre les deux systèmes de gouvernement écossais et anglais. Les questions financières furent une source particulière de problèmes, Jacques dissolvant un Parlement en 1611 et un autre en 1621. Le Parlement de 1614 ne parvint pas à sortir d'une impasse sur la question de l'argent et ne vota aucune loi. En outre, la tentative du roi d'unifier politiquement l'Écosse et l'Angleterre fut rejetée par le Parlement, bien que le drapeau de l'Union Jack, qui combinait les drapeaux des deux nations, ait été adopté par les navires à partir du 12 avril 1606. La nécessité pour le roi de trouver des fonds pour financer son style de vie somptueux donna également lieu à de longues querelles, la levée des impôts étant du ressort du Parlement.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La conspiration des poudres

Bien que le Parlement et le roi ne se soient que très rarement entendus, il existait un groupe de conspirateurs qui n'appréciait ni l'un ni l'autre. Au début de son règne, vers 1605, un groupe de rebelles catholiques, furieux d'une nouvelle vague de lois de l'Église anglicane contre les catholiques pratiquants, décida de prendre des mesures drastiques. Les conspirateurs, dirigés par Sir Robert Catesby, étaient certainement ambitieux et ils commencèrent à creuser un tunnel sous le palais de Westminster, où le Parlement se réunissait. Ce tunnel fut abandonné lorsque les conspirateurs réalisèrent qu'il était assez facile de louer une salle vide, en fait une cave à charbon, sous la partie du bâtiment dont ils avaient besoin. Dans cette salle, ils déposèrent une immense quantité de poudre à canon dans l'intention expresse de faire exploser le bâtiment lorsque le roi ouvrirait le Parlement le 5 novembre. Tous les nobles les plus puissants seraient présents, et leur mort aurait provoqué le chaos en Angleterre, une situation que les forces pro-catholiques pourraient alors exploiter à leur avantage.

Heureusement, le complot fut découvert avant qu'il ne soit trop tard après que l'un des conspirateurs, Francis Tresham, ait envoyé une lettre anonyme à son beau-frère, Lord Mounteagle, qui aurait été présent le jour fatidique et qui était un pair catholique réputé ; Mounteagle transmit dûment la nouvelle du complot et le roi finit par en être informé. Lorsque la salle située sous le palais fut inspectée à minuit le 4 novembre, un homme fut appréhendé, un certain Guy Fawkes, qui gardait 35 barils de poudre à canon. Fawkes était un soldat de fortune catholique et un expert en explosifs qui était récemment arrivé en Angleterre. Fawkes fut emmené à la Tour de Londres où, après de nombreuses tortures, il révéla les noms des conspirateurs qui finirent par être pendus, tirés et écartelés, le terrible châtiment réservé aux traîtres.

The Gunpowder Plot Conspirators
Les conspirateurs
Unknown Artist (Public Domain)

Pour célébrer la mise en échec de ce qui fut connu sous le nom de Conspiration des Poudres, les autorités encouragèrent les roturiers à allumer des feux de joie le soir du 5 novembre, ce qu'ils firent, lançant ainsi une tradition qui se poursuit encore aujourd'hui.

La Bible, les Amériques et d'autres événements

Le règne mouvementé de Jacques se poursuivit, et 1611 vit la publication de la première version autorisée de la Bible, connue par la suite sous le nom de King James Version ou Authorised Version (version autorisée) parce que le roi avait autorisé cette entreprise. Cette version était le fruit d'une conférence réunissant anglicans et puritains à Hampton Court en 1605, tenue pour décider d'une version définitive du livre sacré. À l'époque, il existait trois grandes versions : la Grande Bible de 1539 de William Tyndale, la Bible de Genève de 1560 et la Bible des Évêques de 1572. La version de Jacques, compilée par une équipe de 47 érudits, traducteurs et évêques pendant sept ans, s'est avérée durable et est devenue l'interprétation standard pendant les siècles suivants dans les pays anglophones.

En 1606, le roi accorda une charte royale pour fonder des colonies sur la côte est de l'Amérique du Nord. En mai 1607, Jamestown, nommée en l'honneur du roi, fut fondée en Virginie, et en 1616, Pocahontas (c. 1596-1617), la célèbre fille du chef Powhatan (1547 - c. 1618) se rendit en Angleterre et rencontra Jacques Ier à la cour. En 1620, le Mayflower s'embarqua pour l'Amérique du Nord avec les pèlerins puritains qui fondèrent la colonie de Plymouth. Curieusement, le Mayflower avait reçu le soutien royal malgré la position de Jacques Ier contre les libertés religieuses qui avaient provoqué le départ des pèlerins. Le roi avait déclaré de façon célèbre que sa politique à l'égard de toute personne n'obéissant pas aux pratiques standard de l'Église serait sévère : "Je les obligerai à se conformer ou je les chasserai du pays ou je ferai pire" (Philips, 137). En 1624, la Virginie devint la colonie royale du roi.

L'épanouissement des arts se poursuivit comme sous Élisabeth Ire. Jacques honora la troupe de William Shakespeare en lui accordant le titre d'"hommes du roi", et un nombre important d'œuvres du célèbre dramaturge, comme Le Roi Lear, Macbeth et La Tempête, furent jouées à la cour royale. Un autre événement aux répercussions durables fut l'invention du jeu de golf.

Mort et successeur

Jacques souffrit de diverses maladies au cours de ses dernières années, notamment d'arthrite, de problèmes rénaux et de goutte. Le roi mourut, probablement d'une attaque cérébrale, à l'âge de 58 ans le 27 mars 1625 à Theobalds Park dans le Hertfordshire. Le roi fut enterré dans l'abbaye de Westminster aux côtés de son prédécesseur Tudor Henri VII. Jacques fut remplacé par son fils aîné Charles, qui régna jusqu'en 1649. Malheureusement pour tout le monde, y compris lui-même, Charles se montra encore moins conciliant avec ses nobles et les institutions politiques que son père ne l'avait été, et une crise de la monarchie se transforma en une véritable guerre civile. Charles fut exécuté en 1649 et remplacé par un système républicain dirigé par Oliver Cromwell (1599-1658). La monarchie fut finalement restaurée en 1660 lorsque le fils de Charles devint Charles II d'Angleterre (r. de 1660 à 1685). Les Stuarts continueraient à régner jusqu'en 1714.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Pour quoi Jacques Ier d'Angleterre est-il connu ?

Jacques Ier d'Angleterre est connu pour avoir unifié les trônes d'Écosse et d'Angleterre. Il fut le premier roi Stuart et régna de 1603 à 1625.

Pourquoi Jacques Ier fut-il couronné roi d'Angleterre ?

Jacques VI d'Écosse fut couronné Jacques Ier d'Angleterre car Élisabeth Ire d'Angleterre mourut sans héritier. La mère de Jacques, Marie, reine d'Écosse, était la cousine d'Élisabeth.

Jacques Ier d'Angleterre était-il un bon roi ?

Jacques Ier n'était pas un choix impopulaire pour succéder à Elisabeth Ier auprès du peuple et il apporta la paix entre l'Angleterre et l'Ecosse. Le roi n'était pas populaire auprès de la noblesse en raison de ses mauvaises manières et de ses dépenses élevées.

Quel était le désaccord fondamental entre Jacques Ier et le Parlement anglais ?

Jacques Ier était en désaccord avec le Parlement sur les finances et la croyance du roi en son droit divin de régner, ce qui signifie qu'il ne voulait pas faire de compromis.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2021, avril 28). Jacques Ier d'Angleterre [James I of England]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19014/jacques-ier-dangleterre/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Jacques Ier d'Angleterre." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 28, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19014/jacques-ier-dangleterre/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Jacques Ier d'Angleterre." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 avril 2021. Web. 21 avril 2024.

Adhésion