Marie de Guise

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 22 avril 2021
X

Texte original en Anglais : Mary of Guise

Mary of Guise (by Google Cultural Institute, Public Domain)
Marie de Guise
Google Cultural Institute (Public Domain)

Marie de Guise (alias Marie de Lorraine, 1515-1560) est une noble française qui devint la deuxième épouse de Jacques V d'Écosse (r. 1513-1542). Avec la mort prématurée de son mari, sa fille Marie devint reine d'Écosse (r. 1542-1567). Marie était encore mineure et Marie de Guise fut régente de 1554 à 1560. Catholique ferme et partisane des intérêts français en Grande-Bretagne, Marie n'était pas toujours populaire auprès des nobles écossais plus traditionnels et des dirigeants protestants comme John Knox (vers 1514-1572). La fille de Marie finit par devenir reine à part entière, et son petit-fils, Jacques Ier d'Angleterre, unifia ensuite les trônes d'Écosse et d'Angleterre à partir de 1603.

Enfance

Marie de Guise est née le 22 novembre 1515 à Bar-le-Duc en Lorraine, France. Elle est née dans la puissante et la plus importante famille catholique de France. Marie était l'aînée de son père Claude, duc de Guise, et de sa mère Antoinette de Bourbon. Marie est décrite comme ayant une silhouette remarquable et belle allure, elle était très grande pour l'époque et avait des cheveux roux dorés. Son emblème personnel était le phénix, une indication de son caractère fort et ambitieux.

Supprimer la pub

Advertisement

Le 4 août 1534, Marie épousa Louis II d'Orléans, duc de Longueville, et le couple eut deux fils, François et Louis (seuls le premier vécut pour hériter du duché de son père). Louis II mourut en juin 1537, et le destin de Marie se trouvait maintenant à l'étranger. Le roi français, François Ier de France (r. 1515-1547), désirait sceller l'Auld Alliance entre son royaume et l'Écosse et il fit donc en sorte que Marie, qui n'avait que 21 ans, épouse le roi d'Écosse. Henri VIII d'Angleterre (r. 1509-1547) avait été un autre candidat possible, mais le bilan du monarque avec ses deux premières épouses n'était guère susceptible d'inspirer confiance ni à Marie, ni à François Ier.

Marie incita James V à prendre position contre les protestants luthérien, décision qui, par la suite, noircit la réputation du couple royal.

Reine Consort: Jacques V d'Écosse

Jacques V d'Écosse avait épousé Madeleine de Valois (1521-1537), fille de François Ier, le 1er janvier 1537 EC à la cathédrale Notre-Dame de Paris, mais, ayant toujours eu une santé fragile, Madeleine mourut de consomption six mois plus tard. Le 12 juin 1538, Jacques épousa Marie de Guise, les deux s'étaient probablement déjà rencontrés lorsqu'il avait séjourné en France pendant sept mois en 1536-1537. Marie était en fait une cousine de Jacques par la lignée des de Gueldre, mais surtout, elle apportait avec elle une belle dot. Le roi écossais était connu pour avoir eu beaucoup de maîtresses et avoir engendré au moins neuf enfants illégitimes, mais il avait surtout besoin d'un héritier légitime. Ce besoin était si pressant que Marie ne fut pas couronnée avant d'être enceinte. Leurs deux premiers enfants - deux garçons - moururent en 1541, mais Marie de Guise produisit une fille, Mary Stuart, née le 8 décembre 1542 au palais Linlithgow de Lothian.

Supprimer la pub

Advertisement

James V of Scotland & Mary of Guise
James V d'Écosse et Marie de Guise
Unknown Artist (Public Domain)

Marie incita son mari à prendre position contre les protestants luthériens, décision qui noircit la réputation du couple royal lorsque des écrivains protestants plus tard rédigèrent leur histoire d'Écosse. Le roi était impopulaire de son vivant aussi, à cause de ses lourdes taxes, de ses dépenses faramineuses en somptueuses rénovations pour ses châteaux et, du moins pour certains, à cause de ses relations trop étroites avec la France. Le château de Stirling fut un bénéficiaire particulier de l'attention du roi, et aujourd'hui les chambres de la reine ont été fidèlement restaurées pour que nous puissions découvrir à quoi elles ressemblaient quand Marie de Guise y résidait.

Une aide pratique à la régence de Marie fut l'arrivée de 700 troupes françaises affectées à plusieurs châteaux clés à travers le royaume.

Le roi Jacques mourut le 14 décembre 1542 d'une « fièvre » persistante (peut-être choléra ou dysenterie). Ce désastre survint un mois après la défaite militaire d'une armée anglaise à la bataille de Solway Moss. Jacques n'avait laissé aucun héritier mâle et, par conséquent, sa petite fille Marie, âgée de seulement six jours, hérita du trône et devint donc Marie, reine d'Écosse. La jeune Marie fut couronnée le 9 septembre 1543 au château de Stirling, et son régent, choisi par le Parlement écossais, était James Hamilton, comte d'Arran, arrière-petit-fils de Jacques II d'Écosse (r. 1437-1460). Marie de Guise remplaça Arran en avril 1554 et devint régente de sa fille avec James Hepburn, comte de Bothwell (c. 1535-1578), allié loyal et puissant. Une autre aide pratique à Marie fut l'arrivée de 700 troupes françaises, affectées à plusieurs châteaux clés à travers le royaume. Cependant, celles-ci n'étaient aucunement bon marché, et la régente fut obligée de vendre une partie de son argenterie et même des bijoux personnels afin de les payer.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La Régence: Guerre avec l'Angleterre

Henri VIII, comme ses prédécesseurs, avait pour ambition de contrôler l'Écosse. Le projet initial du roi d'Angleterre était d'utiliser la diplomatie et de faire épouser son fils Édouard, le prince de Galles, à la jeune reine Marie. Marie de Guise n'était pas contre cette idée, mais les Écossais n'étaient pas désireux de renoncer à leur indépendance, et le Parlement écossais rejeta l'offre. Henri insista avec le « Rough Wooing » (cour brutale) de 1544-1545, lorsque les Lowlands écossaises furent ravagées et Édimbourg attaquée en 1544. Sans surprise, cette politique ne fit que durcir la détermination écossaise, et les Écossais furent victorieux contre une armée anglaise lors de la bataille d'Ancrum Moore en 1545. Henri abandonna son projet jusqu'à ce qu'une autre armée ne fût envoyée en 1547 et ne remportât la bataille de Pinkie (près de Musselburgh) le 10 septembre. Cette campagne eut lieu sous le règne du successeur d'Henri Édouard VI d'Angleterre (r. 1547-1553), mais aucun avantage durable ne fut obtenu, et les garnisons anglaises nouvellement établies furent soumises à plusieurs attaques écossaises. L'Angleterre avait alors aussi des problèmes avec ses propres rébellions internes et défendait ses intérêts en France. En 1550, un traité de paix fut signé entre l'Angleterre, la France et l'Écosse.

Mary of Guise, Stirling Head
Marie de Guise, Stirling Head
Dun Deagh (CC BY-SA)

Au début de 1548, Marie de Guise avait envoyé sa fille en France afin qu'elle fût prise en charge par sa famille française et éduquée à la cour d'Henri II (r. 1547-1549). Marie de Guise elle-même passa 1550-1551 en France avec ses proches avant de retourner en Écosse. Le traité de Haddington fut signé, qui prévoyait que la reine Marie épousât le futur François II de France (r. 1559-1560). Le mariage eut lieu en avril 1558 et la reine Marie devint reine de France (r. 1559-1560) et d'Écosse.

Régente déposée

Pendant ce temps, Élisabeth I d'Angleterre avait commencé son règne en 1558 (elle régnera jusqu'en 1603). Élisabeth protestante envoya même de l'aide aux seigneurs protestants de la Congrégation en Écosse pour déstabiliser le trône, ce qui conduit à la déposition de Marie de Guise en tant que régente, ou « suspendue » comme les ennemis de Marie préféraient le dire en octobre 1559.

Supprimer la pub

Advertisement

Ce qui perdit Marie fut peut-être son soutien trop énergique au catholicisme et sa promotion des liens avec la France, situation qui était peut-être due à la pression du roi de France. Ces deux politiques réduisirent l'indépendance de l'Écosse aux yeux de nombreux nobles. Les barons nationalistes écossais s'opposèrent au nombre de fonctionnaires français à la cour royale. Il y avait aussi eu l'annexion inquiétante du duché de Bretagne par la Couronne française en 1532, et les Écossais ne voulaient pas voir le même sort leur arriver. Il y avait même eu une révolte en mai 1559, dirigée par le ministre calviniste John Knox. Knox promit hardiment à Marie que toute menace, légale ou autre, contre les protestants en Écosse les obligerait « à prendre l'épée de juste défense » (Brigden, 218). Knox était un adversaire ardent des femmes en tant que dirigeantes, et de Marie de Guise en particulier, comme l'exprime son First Blast of the Trumpet against the Monstrous Regiment of Women (1558). La position misogyne de Knox, cependant, était loin d'être utile à sa propre cause compte tenu du fait que son principal allié contre le catholicisme était la reine Élisabeth I d'Angleterre.

Queen's Inner Hall, Stirling Castle
Salle intérieure de la Reine, château de Stirling
Dun-deagh (CC BY-SA)

Marie cependant, ne fut pas si facilement éloignée de la politique écossaise. Avec le soutien militaire français, elle réussit à prendre le contrôle du château d'Édimbourg. Cependant, l'Écosse était devenue un simple pion dans le jeu de trônes d'Europe, et Élisabeth I répondit à l'ingérence française en envoyant une flotte anglaise pour bloquer la côte est de l'Écosse et une armée terrestre pour assiéger Leith en avril 1560.

Mort

Les forces fidèles à Marie de Guise avaient réussi à résister à l'assaut anglais de Leith avec succès, mais leur cause à cet endroit là et à travers l'Écosse reçut un coup fatal. Marie mourut de maladie - probablement d'hydropisie (œdème) - au château d'Édimbourg le 11 juin 1560; elle fut inhumée à Reims dans sa patrie française en mars 1561. Avec sa mort et la perte d'une flotte française dans une tempête en mer en route pour aider la reine douairière, la cause catholique en Écosse fut achevée. Les forces anti-catholique, anti-Marie et anti-Français avaient gagné. Le traité d'Édimbourg imposa le retrait de toutes les troupes françaises d'Écosse et, en juillet 1560, un Conseil protestant de régence fut créé pour gouverner le royaume.

Supprimer la pub

Advertisement

De retour en France et à la suite de la mort prématurée de François II en décembre 1560, la reine Marie décida enfin de retourner en Écosse et de revendiquer son droit de naissance en personne. Cependant, la croyance catholique, deux mariages et plusieurs intrigues meurtrières ne firent pas pencher la balance en faveur de Marie. En fin de compte, elle fut obligée d'abdiquer en juillet 1567. La reine Marie tenta même d'arracher le trône anglais à sa cousine, la reine Élisabeth, mais elle fut finalement exécutée pour cette tentative en 1587, après avoir fui l'Écosse en 1568. Le petit-fils de Marie de Guise devint Jacques VI d'Écosse (r. 1567-1625) à la suite de l'abdication de sa mère Marie. Puis, quand Élisabeth I d'Angleterre mourut sans héritier, Jacques VI fut invité à devenir roi d'Angleterre sous le nom de Jacques Ier (r. 1603-1625) et ainsi la ligne Stuart réussit à s'approprier les deux couronnes, unification que des siècles de guerre n'avaient pas réussi à mener à bien.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth enseigne l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2021, avril 22). Marie de Guise [Mary of Guise]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19386/marie-de-guise/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Marie de Guise." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 22, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19386/marie-de-guise/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Marie de Guise." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 22 avril 2021. Web. 17 oct. 2021.