Jacques II d'Angleterre

Coûts des serveurs - Collecte de fonds 2023

Faire fonctionner un site web qui accueille des millions de lecteurs chaque mois coûte extrêmement cher. Nous devons non seulement payer nos serveurs, mais aussi les services connexes tels que notre réseau de diffusion de contenu, Google Workspace, la messagerie électronique, etc. Nous préférerions utiliser cet argent pour produire davantage de contenu historique gratuit pour le monde entier. Merci de votre aide !
$256 / $21000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 02 septembre 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
James II of England (by Peter Lely School, Public Domain)
Jacques II d'Angleterre
Peter Lely School (Public Domain)

Jacques II d'Angleterre (r. de 1685 à 1688) régna brièvement en tant que roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande jusqu'à sa déposition par la Glorieuse Révolution de novembre 1688. Jacques, également connu sous le nom de Jacques VII d'Écosse, était le quatrième monarque Stuart. Sa politique pro-catholique ne fut pas populaire et son court règne prit fin lorsqu'il fut contraint à l'exil. Le roi Guillaume d'Orange, protestant, lui succéda et régna à égalité avec sa reine, Marie II d'Angleterre (r. de 1689 à 1694), la fille de Jacques en exil.

Une monarchie troublée

La monarchie britannique avait été officiellement abolie pendant les guerres civiles anglaises (1642-1651), lorsque le père de Jacques II, Charles Ier d'Angleterre (r. de 1625 à 1649), fut accusé de trahison et de faire la guerre à son propre peuple, reconnu coupable et exécuté le 30 janvier 1649. Au cours de ce conflit troublé, Charles Ier avait envoyé sa famille se réfugier en France. Charles avait épousé Henriette Marie (1609-1669), la jeune sœur de Louis XIII de France (1610-1643). Le couple eut neuf enfants, les deux fils aînés étant Charles (né en 1630) et Jacques, né le 14 octobre 1633 au palais de Saint-James à Londres. Jacques fut fait duc d'York en 1643, et il rentra en Angleterre.

Supprimer la pub

Advertisement

La victoire finale de la guerre civile revint aux parlementaires dirigés par Oliver Cromwell (1599-1658) qui gouverna la nouvelle république en tant que Lord Protecteur. Soutenant son père, Jacques avait été capturé pendant le conflit à Oxford en 1646. Le duc fut alors confiné au palais de Saint James mais, déguisé en jeune fille, il parvint à s'échapper vers les Pays-Bas en 1648. De là, il rendit visite à sa mère qui résidait à Paris, et en 1650, il rejoignit l'armée française.

Déjà sous le règne de Charles II, de nombreux nobles n'appréciaient pas le soutien de Jacques au catholicisme.

La monarchie britannique fut restaurée en 1660, peu après la mort d'Oliver Cromwell. La Restauration des Stuart vit le fils aîné de Charles Ier monter sur le trône en tant que Charles II d'Angleterre (r. de 1660 à 1685). Jacques accompagnea son frère en Angleterre et prit en charge la marine en tant que Lord High Admiral. Il s'agissait d'un rôle important compte tenu de la guerre maritime en cours avec les Pays-Bas, et James fut aux commandes d'une célèbre victoire au large de Lowestoft en 1665. Le duc est connu pour son amour de la chasse, des courses de chevaux à Newmarket et de son extravagante seconde cour au palais de Saint James. Il avait bien fait d'avoir d'autres occupations puisque le Parlement adopta le Test Act en 1673 qui interdisait effectivement à tout catholique d'occuper une fonction publique (le "test" consistait à communier dans une église anglicane et à renoncer à l'importance du pain et du vin en tant que manifestations du corps et du sang du Christ). James, qui s'était converti au catholicisme en 1668, fut obligé de démissionner de la marine. En 1680, le roi envoya son frère prendre en charge les affaires royales en Écosse, mais deux ans plus tard, il était de retour à Londres.

Supprimer la pub

Advertisement

Charles II of England
Charles II d'Angleterre
John Riley (Public Domain)

Le 6 février 1685, Charles II mourut sans héritier légitime, et le royaume fut divisé sur la question de savoir qui devait lui succéder. C'est James, le frère de Charles, qui fut finalement choisi pour poursuivre la monarchie. Ce choix n'était pas vraiment populaire. Déjà pendant le règne de Charles, de nombreux nobles avaient été mécontents du soutien apporté par Jacques au catholicisme. Certains politiciens, connus sous le nom de "Whigs", avaient demandé que Jacques soit exclu de la succession, et ils atteignirent leur objectif lorsque le Parlement le fit en 1679. Heureusement pour Jacques, son frère le rétablit dans ses fonctions, mettant ainsi fin à la crise des exclusions. Il y avait aussi le problème pratique de savoir qui pourrait assumer le rôle si Jacques n'était pas roi. Peu de gens souhaitent un retour à la règle austère de Cromwell et des puritains. Jacques bénéficiait du soutien de l'autre moitié du Parlement, les "Tories", qui ne voulaient pas bouleverser le statu quo et interférer une fois de plus dans la ligne de succession naturelle. Jacques II fut couronné dans l'abbaye de Westminster le 23 avril 1685. À 51 ans, James n'était pas un jeune monarque et il n'eut guère le temps de profiter de son règne; les choses commencèrent plutôt mal.

La rébellion de Monmouth

Le principal concurrent de Jacques II pour la couronne était James Scott, duc de Monmouth (né en 1649), le fils illégitime de Charles II. Monmouth tenta de prendre le trône par la force en juillet 1685. Pour renforcer ses prétentions à la légitimité, le protestant Monmouth prétendit que son père avait en fait épousé sa mère Lucy Walter, et que la preuve de ce mariage se trouvait dans une mystérieuse boîte noire. Le coup d'État de Monmouth, connu sous le nom de rébellion de Monmouth, échoua car il ne put rassembler que 3 à 4 000 hommes, et ce corps fut défait le 6 juillet à Sedgemoor dans le Somerset par des loyalistes menés par John Churchill, le futur duc de Marlborough. Monmouth fut exécuté lors de l'une des décapitations les plus maladroites jamais enregistrées qui nécessita cinq coups de hache (bien que Monmouth ait donné six guinées à son bourreau pour qu'il fasse un travail décent). De nombreux meneurs furent également condamnés à mort, environ 850 rebelles furent transportés pour une longue période de travaux forcés (servitude sous contrat) dans des plantations des Caraïbes, et toute personne ayant le moindre lien avec la rébellion fut condamnée à des peines moins sévères, comme le fouet. La sévérité des décisions de la cour fut telle que les affaires sont connues sous le nom d'"Assises sanglantes", ce qui n'améliora en rien la popularité du roi.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Famille et catholicisme

James avait épousé Anne Hyde, la fille du comte de Clarendon le 3 septembre 1660, mais elle mourut de maladie en mars 1671. Il se remaria le 30 septembre 1673, cette fois avec Marie (décédée en 1718), la fille du Duc de Modène. Avec Anne, Jacques eut huit enfants, mais seuls deux survécurent jusqu'à l'âge adulte: Marie (née en 1662) et Anne (née en 1665), qui deviendraient toutes deux reines un jour. Le roi eut de nombreux enfants illégitimes et un autre grand nombre de descendants avec sa seconde épouse Marie, mais un seul vécut au-delà de l'âge de 19 ans : Jacques François Édouard Stuart (né le 10 juin 1688).

James Scott, Duke of Monmouth
James Scott, duc de Monmouth
Peter Lely (Public Domain)

Le roi minimisa ses sympathies catholiques au début de son règne - il avait éliminé la partie communion de son couronnement et, même avant sa succession, il avait dû accepter l'insistance de son frère Charles pour qu'il élève ses deux propres filles en tant que protestantes. Marie de Modène, sa seconde épouse, était une catholique convaincue, et les anciennes tensions recommencèrent à apparaître dans le royaume entre protestants et catholiques, avec des rumeurs abondantes sur les intentions du roi pour l'Église d'Angleterre et des affirmations folles selon lesquelles la reine était en fait la fille d'un pape.

Les protestants commencèrent à craindre que le roi ne soit en passe de ramener le pays au rang d'État catholique.

Jacques fit la sourde oreille si typique des rois Stuart, et ignorant les signes avant-coureurs de la rébellion de Monmouth et les rumeurs, il nomma allègrement des catholiques aux postes clés du gouvernement, des tribunaux, de la marine et de l'armée, et même les nominations à l'université eurent un net penchant catholique. Le roi ignora également les lois, en étendit d'autres et renonça à des condamnations lorsqu'elles s'appliquaient à des individus catholiques qu'il favorisait, ce que l'on appelle ses pouvoirs de dispense et de suspension. Le Parlement protesta contre ces politiques, et le roi réagit en renvoyant la Chambre en novembre 1685 ; elle ne serait pas rappelée avant qu'un nouveau monarque ne monte sur le trône.

Supprimer la pub

Advertisement

Des mesures officielles sont prises pour améliorer le statut des catholiques, comme la Déclaration d'indulgence d'avril 1687 (également appelée Déclaration de la liberté de conscience), qui améliorait effectivement la tolérance religieuse pour toutes les confessions, mais les protestants commencèrent à craindre que le roi ne fût en passe de ramener le pays au rang d'État catholique. Ces craintes semblaient confirmées lorsque Jacques publia pour la deuxième fois sa Déclaration d'indulgence en 1688 et insista pour qu'elle soit lue dans toutes les églises. Lorsque l'archevêque de Canterbury protesta, lui et six autres évêques furent enfermés dans la Tour de Londres en attendant leur procès. Les ecclésiastiques furent acquittés, les foules exultèrent et des feux de joie furent allumés en signe de célébration. Un groupe d'éminents protestants commença alors à étudier la possibilité d'un remplacement du monarque.

Un autre important coup de théâtre fut la naissance du prince James en juin 1688. Un fils remplacerait les deux filles protestantes du roi sur le trône, et il serait certainement élevé en tant que catholique. Cet événement tombait si bien pour le roi que beaucoup soupçonnèrent que l'enfant n'était pas le sien mais qu'il avait été amené dans le seul but de perpétuer le catholicisme en Angleterre. Le fait que le parrain du prince Jacques ait été le pape Innocent XI fut une autre provocation gratuite. Certains historiens modernes se sont demandé si Jacques avait vraiment l'intention de ramener l'Angleterre au catholicisme et ont suggéré qu'il était simplement politiquement naïf dans ses méthodes en vue d'obtenir la tolérance religieuse pour les catholiques.

James II of England as Commander of the Army
Jacques II d'Angleterre en tant que commandant de l'armée
Benedetto Gennari II (Public Domain)

La Glorieuse Révolution

De nombreux protestants éminents estimaient qu'il fallait agir maintenant ou jamais. Les ducs de Devonshire et de Shrewsbury, l'évêque de Londres et d'autres se réunirent et contactèrent le prince protestant Guillaume d'Orange par l'intermédiaire de l'ambassadeur néerlandais en Angleterre, l'invitant à devenir roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande. Guillaume avait des liens étroits avec la Grande-Bretagne, il était le petit-fils de Charles Ier d'Angleterre et avait épousé la fille de Jacques II, Marie, en 1677. Guillaume répondit favorablement à l'invitation - il avait déjà planifié une invasion depuis le printemps mais attendait ce qu'il appelait un "vent protestant" favorable. Guillaume était peut-être surtout motivé par le danger de voir une Angleterre de plus en plus pro-catholique s'allier aux Français catholiques et attaquer la marine néerlandaise. Guillaume avait déjà préparé une flotte de 60 navires pour son objectif, permettant aux Anglais de penser qu'il s'agissait de préparer la défense contre une invasion française des Pays-Bas.

Supprimer la pub

Advertisement

Le Prince d'Orange débarqua avec une armée de 15 à 21 000 hommes à Torbay puis à Brixham dans le Devon en novembre 1688. Cette importante force marcha lentement vers l'est en direction de Londres par un temps défavorable. Pendant ce temps, Jacques se retrouva isolé, déserté par ses anciens partisans comme John Churchill et même sa propre fille Anne. La reine quitta l'Angleterre pour la sécurité de la France en décembre, et après avoir subi des désertions à grande échelle et une série bizarre de saignements de nez, le roi abandonna le champ de bataille pour suivre sa femme. La reine Marie réussit à traverser la Manche, mais pas le roi, malgré son déguisement en femme. Il fut repéré par des pêcheurs et fut fait prisonnier dans le Kent. Guillaume était maintenant à Londres, et il décida que la meilleure chose à faire avec son rival et beau-père était de lui permettre de partir en France comme il l'avait souhaité. Une fois de plus, un roi Stuart avait choisi d'ignorer l'opinion publique et avait été chassé de son trône. La ligne officielle est que Jacques abdiqua, et le Parlement enregistra la destitution du monarque comme ayant eu lieu le 23 décembre 1688, le jour où Jacques quitta les côtes anglaises. L'attitude arrogante du roi en exil et son manque d'empathie à l'égard de toute autre opinion que la sienne furent bien décrits par un courtisan en France qui dit de lui : "quand on l'écoute, on comprend pourquoi il est ici" (Cannon, 301).

Les progrès de la science

Le règne de Jacques fut court, mais ses événements furent monumentaux en termes d'histoire. Jamais plus un monarque britannique ne jouirait des pouvoirs que James avait eu. Son règne fut marqué par un deuxième événement, tout aussi spectaculaire dans ses effets à long terme, cette fois dans le domaine de la science et de la physique, en particulier. Sir Isaac Newton (1642-1727) s'était suffisamment remis du choc d'une pomme tombée sur sa tête pour présenter ses théories de la gravité dans ses Principia de 1687. L'année précédente avait été marquée par un autre événement important pour la science, la création de la première carte météorologique des systèmes météorologiques par Edmond Halley (1656-1742).

Battle of the Boyne
Bataille de la Boyne
Jan van Huchtenburg (Public Domain)

Successeurs et Irlande

Guillaume d'Orange devient Guillaume III d'Angleterre (également Guillaume II d'Ecosse, r. de 1689 à 1702) par un décret du Parlement le 13 février 1689. C'était la première fois dans l'histoire de l'Angleterre que le Parlement supervisait le passage d'un monarque à un autre sans effusion de sang ni simple convention héréditaire. L'événement et ses suites furent appelés la Glorieuse Révolution, même si ce nom est trompeur puisqu'il n'y eut aucun soulèvement populaire pour soutenir Jacques ou Guillaume. Si les événements de 1688 étaient relatés aujourd'hui, les médias utiliseraient probablement l'expression "changement de régime".

Supprimer la pub

Advertisement

Couronné le 11 avril dans l'abbaye de Westminster, Guillaume régna conjointement avec sa reine, Marie II d'Angleterre (r. de 1689 à 1694). Leur règne commun est souvent appelé simplement "le règne de Guillaume et Marie". Certains Tories souhaitaient que Marie règne seule afin de préserver la pureté d'une monarchie héréditaire, mais les Whigs obtinrent gain de cause, en grande partie grâce à l'insistance de Guillaume à ne pas accepter une position inférieure à celle de sa femme. Mais cette couronne avaiat un prix. Le Parlement était désormais déterminé à jouer un rôle plus important que jamais dans la gouvernance des royaumes des îles britanniques. Ce qui est devenu une monarchie constitutionnelle, où le Parlement et le monarque gouvernent à l'unisson, fut établi par une Déclaration des droits le 16 décembre 1689. Le Parlement obtint l'autorité suprême dans les domaines clés de l'adoption des lois et de la perception des impôts. Aucun monarque ne pouvait désormais entretenir sa propre armée permanente, seul le Parlement pouvait déclarer la guerre et tout nouveau monarque devait jurer de soutenir l'Église protestante lors de son couronnement. Enfin, aucun catholique ou individu marié à un catholique ne pouvait plus jamais devenir roi ou reine.

Pendant ce temps, Jacques II vivait dans un exil confortable en France, à Saint-Germain-en-Laye, près de Paris. Mais les choses ne s'arrêtèrent pas là. Louis XIV (r. de 1643 à 1715) encouragea Jacques à faire un peu plus d'efforts pour récupérer son trône. La meilleure façon de le faire semble avoir été de passer par l'Irlande où le roi déchu pouvait compter sur un fort soutien catholique. Jacques débarqua donc dans le comté de Cork avec une armée française le 12 mars 1689. Les habitants de l'Ulster, la majorité protestante, s'opposa à un tel retour. Les "hommes d'Orange" protestants, connus pour leur soutien au roi Guillaume, se levèrent pour rencontrer les partisans de Jacques sur le champ de bataille. Les protestants survécurent au long siège de Londonderry (ou Derry) en 1689 et, en juillet 1690, à la bataille de la Boyne, ils furent renforcés par une armée dirigée par Guillaume en personne et remportèrent une célèbre victoire. Jacques fut obligé de fuir en France pour la troisième fois de sa vie. En Écosse, où la Maison des Stuart bénéficiait d'un fort soutien, le roi en exil perdit le soutien du clan MacDonald en février 1692, lorsque 38 membres éminents furent massacrés par les Campbells à Glencoe. La porte était désormais solidement fermée à un retour dans l'un des trois royaumes. Jacques II mourut à Saint-Germain-en-Laye en septembre 1701. Il fut enterré à l'église bénédictine de Saint Edmond à Paris.

Après la mort de Guillaume III sans héritier, la seconde fille de Jacques II, Anne, devint reine en 1702, puis régna sur un royaume uni en tant que reine de Grande-Bretagne et d'Irlande de 1707 à 1714. Anne fut le dernier des monarques Stuart et George Ier d'Angleterre (r. de 1714 à 1727), le plus proche parent d'Anne de confession protestante et le premier monarque de la Maison de Hanovre, lui succéda. Jacques, le frère cadet d'Anne, surnommé le Vieux Prétendant car il était catholique, revendiqua le trône et fut soutenu par la France et les Jacobites (partisans des Stuart). La rébellion jacobite échoua cependant en 1715. Une autre rébellion jacobite, menée cette fois par le fils du Vieux Prétendant, Charles Edouard Stuart (alias le Jeune Prétendant ou Bonnie Prince Charlie, 1720-88) en 1745, échoua également, et la monarchie britannique resta donc protestante.

Supprimer la pub

Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-il arrivé à Jacques II d'Angleterre ?

Jacques II d'Angleterre était impopulaire en raison de sa politique pro-catholique et fut contraint de vivre en exil en France à la suite d'une invasion de l'Angleterre menée par le prince protestant Guillaume d'Orange.

Pour quoi James II était-il connu ?

Jacques II d'Angleterre est connu pour avoir été un roi Stuart qui devint impopulaire car la population pensait qu'il voulait que l'Angleterre redevienne un pays catholique. Obligé d'abdiquer, sa tentative ultérieure d'envahir l'Irlande se solda par un échec.

Qu'a fait James II au Parlement ?

Jacques II prorogea (suspendit) le Parlement parce qu'il n'était pas d'accord avec sa politique pro-catholique.

Pourquoi Guillaume d'Orange fut-il invité à remplacer Jacques II d'Angleterre ?

Guillaume d'Orange fut invité à devenir le roi d'Angleterre parce qu'il était protestant et marié à Marie, la fille de Jacques II. Guillaume et Marie régnèrent sur un pied d'égalité.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2022, septembre 02). Jacques II d'Angleterre [James II of England]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19350/jacques-ii-dangleterre/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Jacques II d'Angleterre." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 02, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19350/jacques-ii-dangleterre/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Jacques II d'Angleterre." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 02 sept. 2022. Web. 05 févr. 2023.

Adhésion