Marie II d'Angleterre

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 12 septembre 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Mary, Princess of Orange (by Peter Lely, Public Domain)
Marie, Princesse d'Orange
Peter Lely (Public Domain)

Marie II d'Angleterre (r. de 1689 à 1694) régna conjointement avec son mari Guillaume III d'Angleterre (r. de 1689 à 1702) jusqu'à sa mort des suites de la variole. Alors que Guillaume souffrait d'une réaction xénophobe à son règne, Marie représentait la continuité de la Maison royale des Stuart et était beaucoup plus populaire auprès du peuple que son mari néerlandais.

Enfance et famille

Marie vit le jour le 30 avril 1662 au palais de Saint-Jacques, à Londres. Le père de Marie était Jacques II d'Angleterre (r. de 1685 à 1688) de la Maison royale des Stuart. La mère de Marie est Anne Hyde, fille du comte de Clarendon et première épouse de Jacques. Anne mourut de maladie en mars 1671. Le roi Jacques hérita du trône de son frère Charles II d'Angleterre (r. de 1660 à 1685), mort en février 1685 sans enfant légitime. Cette succession ne fut pas simple, car du vivant de Charles, Jacques s'était converti au catholicisme (en 1668). Depuis la Réforme anglaise et des événements comme la Conspiration des Poudres de 1605 visant à faire sauter le roi et le Parlement, les catholiques étaient considérés avec suspicion en Angleterre. En 1679, un groupe de politiciens "whigs" réussit à convaincre le Parlement d'exclure Jacques de la succession en raison de sa foi, mais son frère Charles l'avait fait réintégrer. L'une des conditions de sa réintégration était que Jacques garantisse que Marie et sa jeune sœur Anne (née en 1665) soient élevées en protestants. Marie était une vraie beauté avec une silhouette gracieuse, de longs cheveux noirs, des yeux bruns et un teint blanc et lisse. Elle était un peu plus grande que la moyenne et dansait fort bien.

Supprimer la pub

Advertisement

Guillaume III et Marie II d'Angleterre furent couronnés dans l'abbaye de Westminster le 11 avril 1689.

Encouragée par Charles II de s'assurer de la bonne volonté de ses sujets protestants, Marie épousa son cousin Guillaume, prince d'Orange (né en 1650) le 4 novembre 1677. Guillaume, un protestant hollandais, n'était pas un bon parti en termes d'apparence ; il était petit (12 cm de moins que Marie), voûté, avait un nez crochu et des dents noires, et son caractère n'était pas meilleur, taciturne et sans humour. Marie pleura pendant un jour et demi en apprenant la nouvelle de son mariage arrangé. Le couple finit par tisser des liens solides, mais bien que Marie ait écrit des lettres affectueuses à son mari tout au long de leur mariage, William eut des maîtresses, et les rumeurs abondèrent sur son goût pour les jeunes hommes également.

William III of England
Guillaume III d'Angleterre
Willem Wissing (Public Domain)

Lorsque son père monta sur le trône, Marie devint son héritière et le resta car la seconde épouse de Jacques, Marie de Modène, se révéla malchanceuse à l'accouchement et tous les enfants du couple moururent jeunes. Puis la situation changea radicalement le 10 juin 1688. James et Marie eurent enfin un fils, Jacques François Edouard. Il serait sûrement élevé dans la religion catholique comme ses deux parents, ce qui inquiétait beaucoup de membres du Parlement. Des rumeurs circulèrent selon lesquelles Jacques projettait de ramener l'Angleterre au rang de pays catholique, et même s'il n'y avait pas beaucoup de preuves concrètes de cette intention, le roi alimentait certainement les soupçons en nommant des catholiques à de nombreux postes clés du pouvoir. Jacques était également trop autoritaire au goût de certains politiciens, ignorant les lois, en appliquant mal d'autres, et allant jusqu'à destituer le Parlement en novembre 1685. Alors que beaucoup s'étaient préparés à attendre que le roi meure de mort naturelle et soit remplacé par la protestante Marie, la naissance de Jacques François Édouard changea tout. Un groupe de sept protestants éminents partirent chercher une solution à l'étranger.

Supprimer la pub

Advertisement

La Glorieuse Révolution

Guillaume d'Orange était un choix évident pour remplacer Jacques II. Il était protestant, petit-fils de Charles Ier d'Angleterre et, bien sûr, il était marié à Marie. De plus, malgré les récentes guerres navales, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas étaient des alliés naturels contre la France catholique, qui dominait alors sur le continent. Peut-être plus motivé par les possibilités militaires qu'autre chose, Guillaume accepta l'invitation des protestants anglais et lança une invasion. Le Hollandais et une armée comptant jusqu'à 21 000 hommes débarquèrent dans le Devon, en Angleterre, le 5 novembre 1688. Déserté par certains de ses plus proches alliés et ne sachant que faire, Jacques tenta de fuir mais fut capturé. Guillaume permit alors à son beau-père de quitter l'Angleterre sans être inquiété et de rejoindre sa famille en France. Le trône était désormais vide, et le Parlement prit acte de l'abdication le 23 décembre 1688, lorsque Jacques quitta les côtes anglaises.

Une monarchie constitutionnelle

Les étapes suivantes furent plus complexes. Les "Whigs" de la Chambre des Communes (la chambre basse du Parlement) voulaient un gouvernement conjoint entre Guillaume et Marie. Pour Marie, Guillaume devait régner en tant que régent pour remplacer son père, elle n'avait pas l'intention de régner seule. Les "Tories" de la Chambre des Lords (la chambre haute) souhaitaient que Marie règne seule et préserve ainsi la ligne de succession naturelle. Cependant, Guillaume ne se serait pas contenté d'un rôle mineur et menaça de se retirer et de laisser le chaos s'installer. En conséquence, le 13 février 1689, le Parlement décréta que les deux époux règneraient conjointement, même si, dans la pratique, c'est Guillaume qui exerçait les pouvoirs souverains. Toutefois, Marie régna officiellement pendant les périodes où Guillaume était absent du royaume. Guillaume III d'Angleterre (également Guillaume II d'Écosse) et Marie II d'Angleterre furent couronnés dans l'abbaye de Westminster le 11 avril. Leur règne commun est souvent appelé "le règne de Guillaume et Marie", et les pièces de monnaie nouvellement frappées montrent les deux monarques ensemble. Ce fut une Révolution Glorieuse dans le sens où il y eut très peu de violence et où les traditions de gouvernance du royaume furent préservées.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Coin of William III & Mary II of England
Pièce de Guillaume III et Marie II d'Angleterre
Daderot (Public Domain)

C'était une révolution, ou plutôt le début d'une révolution, en termes de politique. Au cours des années suivantes, le Parlement s'assura d'avoir un rôle actif dans un nouveau système de gouvernement : une monarchie constitutionnelle. Ce système fut établi par la Déclaration des droits du 16 décembre 1689 et d'autres lois comme la loi sur la liste civile de 1697. Le Parlement disposait désormais de l'autorité suprême dans les domaines clés qu'étaient l'adoption des lois et la levée des impôts. Aucun monarque ne pouvait désormais détenir sa propre armée permanente, seul le Parlement pouvait déclarer la guerre, et tout nouveau monarque devait jurer de maintenir l'Église protestante lors de son couronnement. Enfin, aucun catholique ou individu marié à un catholique ne pouvait plus jamais devenir roi ou reine.

Après trois reines étrangères et catholiques successives, les Anglais avaient enfin une reine anglaise protestante à leur goût.

Les Jacobites

En 1689, Jacques II tenta en vain de revenir d'exil et de regagner son trône en envahissant l'Irlande catholique, mais il fut finalement vaincu par Guillaume à la bataille de Boyne en juillet 1690. Les jacobites (nom donné aux partisans de Jacques et de la Maison des Stuart) étaient forts dans les Highlands écossais, mais pas assez pour contester le pouvoir de Guillaume et Marie dans cette région. Après la mort de Jacques en 1701, les jacobites se rallièrent au frère cadet de Marie, Jacques, désormais connu sous le nom d'Ancien Prétendant. Une rébellion jacobite en Écosse fut écrasée en 1715, ainsi qu'une autre en 1745 qui visait à placer sur le trône le petit-fils de Jacques II, Charles Édouard Stuart (alias le Jeune Prétendant ou "Bonnie Prince Charlie", 1720-88). En fin de compte, la lignée royale des Stuart était sur le point de s'éteindre de toute façon.

Règne et intérêts

Guillaume montra ses véritables objectifs lorsqu'il engagea immédiatement l'Angleterre dans le conflit connu sous le nom de guerre de neuf ans (1688-1697) contre la France. La guerre n'apporta aucun gain particulier à l'une ou l'autre des parties. On se méfiait de Guillaume parce qu'il n'était pas anglais et que ses manières ne lui rendaient pas service. Pour ces raisons, Marie devint le monarque populaire. Après trois reines étrangères et catholiques successives, les Anglais avaient enfin une reine protestante anglaise à leur goût. Lorsque Guillaume revint de sa campagne, il dirigea à nouveau les affaires de l'État, et Marie passa au second plan. La reine fut félicitée d'avoir ainsi renoncé à ses pouvoirs de régence. Marie se cantonna alors à ses trois principaux centres d'intérêt : le jardinage, la collection et la promotion de la porcelaine hollandaise, et l'amélioration de l'état moral de ses sujets. Cette dernière activité consistait à réduire les niveaux de prostitution, d'ivresse, de jurons et de non-respect du dimanche, comme le fait de commercer ce jour-là par exemple. La reine soutint des initiatives telles que la création de la Société pour la réforme des mœurs en 1690. Marie veilla à ce que les sermons de la cour soient facilement accessibles au public par le biais de brochures imprimées. Elle joua également un rôle actif dans les nominations clés de l'Église anglicane, comme celle de John Tillotson en tant qu'archevêque de Canterbury. L'image de piété de Marie fonctionnait bien avec les protestants, mais les jacobites et les catholiques soulignèrent son péché d'avoir enfreint le cinquième commandement et d'être allée à l'encontre de la volonté de son père. Les ennemis de Marie suggérèrent que le fait qu'elle n'ait pas d'enfants était une punition de Dieu.

Supprimer la pub

Advertisement

Queen Mary II of England
Marie II d'Angleterre
The Royal Collection (Public Domain)

En 1689, Guillaume et Marie achetèrent Nottingham House dans la banlieue de Londres et la transformèrent en Kensington Palace. Ce palais devint la résidence royale préférée du couple. La reine supervisa également l'aménagement de nouveaux jardins paysagers dans leur résidence de campagne, Hampton Court, sur le modèle hollandais des jardins à la française. Une autre réalisation notable de la reine fut la fondation de l'immense hôpital royal de Greenwich en 1692. Il fut conçu pour soigner les marins blessés lors des batailles contre les Français et ceux qui avaient eu la chance d'atteindre l'âge de la retraite.

Le mariage royal dura et, bien qu'ils n'aient pas été très bien assortis sur le plan romantique, ils formaient une bonne équipe sur le plan politique. Marie représentait la continuité de la lignée des Stuart, l'Angleterre et la piété, tandis que Guillaume représentait la puissance militaire protestante. Comme le roi lui-même l'aurait déclaré : "Il devait conquérir des ennemis, et elle devait gagner des amis" (Starkey, 404). Il restait cependant le problème constant d'un héritier pour le couple qui perdit trois enfants mort-nés.

Successeurs

Marie contracta la variole en décembre 1694, et elle mourut au palais de Kensington le 28 de ce mois. La défunte reine fut enterrée dans l'abbaye de Westminster après une cérémonie impressionnante, marquée par une musique composée par Henry Purcell (d. 1695). Guillaume fut bouleversé par la mort de Marie, âgée de seulement 32 ans, et il refusa de se remarier. Lorsqu'on lui présenta officiellement les condoléances des députés au Parlement, le roi fut tellement submergé par l'émotion qu'il fut incapable de répondre.

Supprimer la pub

Advertisement

Après la mort de Guillaume III sans héritier en mars 1702, Anne, la sœur de Marie, devint reine et régna sur un royaume uni en tant que reine de Grande-Bretagne et d'Irlande de 1707 à 1714. Anne fut le dernier des monarques Stuart et George Ier d'Angleterre (r. de 1714 à 1727), de la Maison de Hanovre, lui succéda.

Supprimer la pub

Publicité

Questions & Réponses

Pour quoi la reine Marie II fut-elle connue ?

La reine Marie II d'Angleterre est connue pour avoir régné conjointement avec son mari Guillaume III d'Angleterre après la Glorieuse Révolution qui destitua Jacques II de façon pacifique.

Pourquoi Guillaume et Marie ont-ils régné conjointement ?

Guillaume et Marie ont régné conjointement car Marie était la fille et l'héritière du monarque précédent, Jacques II, tandis que son mari, Guillaume d'Orange, avait mené une armée d'invasion en Angleterre lors de la Glorieuse Révolution de 1688.

Qui succéda à Marie II d'Angleterre ?

N'ayant pas eu d'enfants, c'est sa jeune sœur Anne qui lui succéda (à la mort du mari de Marie, Guillaume III, en 1702).

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2022, septembre 12). Marie II d'Angleterre [Mary II of England]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21047/marie-ii-dangleterre/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Marie II d'Angleterre." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 12, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21047/marie-ii-dangleterre/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Marie II d'Angleterre." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 12 sept. 2022. Web. 29 nov. 2022.

Adhésion