Oliver Cromwell

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 02 février 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Oliver Cromwell (by Samuel Cooper, Public Domain)
Olivier Cromwell
Samuel Cooper (Public Domain)

Oliver Cromwell (1599-1658) était un commandant de cavalerie accompli, puis le chef de la New Model Army du Parlement, et enfin Lord Protecteur d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande. Ce dernier titre lui fut attribué à vie après la conclusion sanglante des guerres civiles anglaises (1642-1651) et l'exécution du roi Charles Ier d'Angleterre (r. de 1625 à 1649).

Cromwell était un puritain et un radical dont la longue série de victoires sur les champs de bataille des îles britanniques l'amena à croire qu'il avait été chargé par Dieu de débarrasser le peuple d'un roi cruel. Cromwell reste un personnage qui divise, considéré tour à tour comme un visionnaire politique, un génie militaire, un fanatique religieux, un envahisseur impitoyable et un despote régicide. Quoi qu'il en soit, lorsque son règne de Lord Protecteur s'acheva par sa mort en 1658, le paysage politique, religieux et militaire de l'Angleterre avait changé à tout jamais.

Supprimer la pub

Advertisement

En tant que puritain convaincu, Cromwell vivait simplement, s'habillait sobrement et pratiquait des activités modestes.

Jeunesse

Oliver Cromwell naquit le 25 avril 1599, son père était Robert Cromwell, un modeste gentilhomme de campagne, et sa mère était Elizabeth Steward. Oliver passa son enfance à Huntingdon avant de fréquenter l'université de Cambridge pendant un an. Cromwell épousa Elizabeth Bourchier le 22 août 1620, et ils auront sept enfants, dont le plus célèbre est l'aîné, Richard (né en 1626). En 1628, il représenta un bourg du Cambridgeshire en tant que membre du Parlement. Dans les années 1630, Cromwell, qui gagnait sa vie comme fermier près de St. Ives en East Anglia, se convertit à la religion. Par la suite, il était rare qu'il parle ou écrive sans assaisonner généreusement son discours souvent fervent avec le langage religieux typique d'un indépendant ou d'un congrégationaliste zélé, c'est-à-dire quelqu'un qui demandait une plus grande inclusion dans l'Église et une plus grande liberté pour les congrégations "indépendantes" qui se réunissaient selon la conscience de chaque croyant.

En tant que puritain convaincu, Cromwell vivait simplement, s'habillait sobrement et s'adonnait à des activités modestes et traditionnelles comme la chasse et la chasse au faucon. Au milieu des années 1630, sa fortune s'accrut à la suite du décès d'un oncle et de l'héritage d'un domaine près d'Ely, dans le Cambridgeshire. En 1640, Cromwell était de retour au Parlement en tant que député de Cambridge.

Supprimer la pub

Advertisement

Cromwell at Marston Moor
Cromwell à Marston Moor
Ernest Crofts (Public Domain)

L'historien R. Starkey donne le résumé suivant du caractère de Cromwell:

C'était un homme grand, osseux, pratique, plutôt maladroit - pratique, sportif, peu érudit malgré ses études à Cambridge, mais avec le don de la parole et un don pour le leadership populaire. Sans peur, sans respect pour les personnes, aussi grandes soient-elles, ni pour les institutions, aussi vénérables soient-elles, Cromwell était un homme qui attendait que Dieu se révèle à lui dans les actes.

(342)

Commandant de cavalerie

En juillet 1642, l'Angleterre sombra dans la guerre civile après des années de querelles politiques et de promesses creuses entre le Parlement et le roi Charles Ier. Les deux camps étaient en désaccord sur l'argent, la religion et la répartition du pouvoir politique. Les camps opposés sont connus sous le nom de "Roundheads" (ou Têtes-rondes, les parlementaires) et de "Cavaliers" (les royalistes). Pendant les premières années de la guerre, la plupart des parlementaires voulaient simplement forcer le roi à voir l'erreur de ses méthodes et à faire limiter certains de ses pouvoirs par le Parlement. L'objectif n'était pas encore d'abolir la monarchie.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

À partir de 1642, Cromwell était capitaine dans la cavalerie de l'Eastern Association Army du Parlement, dirigée par Edward Montagu, comte de Manchester (1602-1671). Il commandait sa propre troupe, qu'il augmenta grâce à la richesse de ses domaines d'Ely.

Oliver Cromwell in Armour
Oliver Cromwell en armure
Unknown Artist (Public Domain)

Cromwell s'éleva au rang de commandant de cavalerie grâce à ses succès en tant que chef et aux victoires qu'il remporta sur le champ de bataille. Cromwell était un disciplinaire strict, et il croyait être l'instrument de Dieu contre un roi cruel. Comme le note l'historien T. Hunt:

Son littéralisme biblique se doublait d'un tempérament terriblement ardent, qui se manifestait dans ses lettres et ses discours. Il mettait en garde ses collègues commandants Têtes-rondes : "Je préfère avoir un simple capitaine vêtu de rouge qui sait pourquoi il se bat et aime ce qu'il sait, plutôt que celui que vous appelez un gentleman et qui n'est rien d'autre".

(xiii).

Le régiment personnel de cavalerie lourde de Cromwell, exceptionnellement fort de 14 hommes, était connu sous le nom de "Ironsides" (hommes de fer) , d'après le surnom donné à Cromwell par le commandant de cavalerie royaliste, le Prince Rupert, Comte Palatin du Rhin et Duc de Bavière (1619-1682).

Supprimer la pub

Advertisement

Cromwell demanda une armée plus professionnelle et une approche générale à la guerre civile en décembre 1644.

De Marston Moor à Preston

Le résultat du premier engagement majeur de la guerre civile, à la bataille d'Edgehill dans le Warwickshire en octobre 1642, fut indécis, un manque de progrès qui deviendra typique de ce conflit de longue haleine. La première bataille de Newbury, dans le Berkshire, en septembre 1643, se termina par un autre match nul. Le Parlement disposait de l'essentiel des ressources et du contrôle de la capitale et de la Royal Navy, l'absence de progrès était donc pour le moins décevante. Les Têtes-rondes remportèrent la bataille de Marston Moor près de York en juillet 1644, la plus grande bataille de tout le conflit et celle qui vit pour la première fois l'apparition d'Oliver Cromwell. À Marston Moor, une aile de la cavalerie parlementaire fut dirigée avec aplomb par Cromwell et Sir David Leslie (c. 1600-1682), bien que Cromwell ait été blessé au cou et ait dû quitter le champ de bataille pendant un certain temps. Leslie et Cromwell avaient mis en déroute la cavalerie adverse et s'étaient retournés contre l'infanterie de façon redoutable. Commander la cavalerie et maintenir les troupes montées en formation après une attaque pour en lancer une seconde dans une autre partie du champ de bataille était extrêmement difficile à réaliser en pratique. C'était une tactique que Cromwell allait répéter encore et encore à mesure que la guerre progressait.

Malgré la perte de Marston Moor, le roi Charles continua à se battre, et ce fut la deuxième bataille indécise de Newbury en octobre 1644 qui persuada le Parlement qu'il devait apporter des changements à ses armées s'il voulait obtenir la victoire finale. À Newbury, les royalistes étaient en infériorité numérique de 2 contre 1, mais un manque de coordination entre les commandants du Parlement rendit nécessaire un changement. Même Cromwell n'avait pas bénéficié de son succès habituel à Newbury. Le Parlement mena une enquête officielle sur la débâcle qui aurait dû permettre de gagner la guerre. Le comte de Manchester fut critiqué pour son manque d'initiative dans la bataille, bien qu'il ait accusé Cromwell de déloyauté dans une prise de bec très publique entre les deux hommes.

Oliver Cromwell at Marston Moor
Oliver Cromwell à Marston Moor
Unknown Artist (Public Domain)

Au Parlement, Cromwell demanda une armée plus professionnelle et une approche plus générale à la guerre en décembre 1644. Février 1645 vit la formation de la New Model Army, financée par les impôts. Il s'agissait d'une armée professionnelle en termes de personnel rémunéré, d'entraînement et d'une hiérarchie de commandement définie. Les troupes reçurent des bibles et des catéchismes imprimés, qui décrivaient la cause pour laquelle elles se battaient. Tous les régiments avaient des aumôniers, et des sermons et des réunions de prière étaient régulièrement organisés.

Supprimer la pub

Advertisement

En avril, le Parlement adopta l'ordonnance sur l'abnégation, une motion interdisant à l'un de ses membres d'être commandant militaire. Le but était d'écarter les commandants qui étaient politiquement puissants mais n'avaient aucune compétence militaire. Manchester fut l'une des victimes de cette politique. Le commandement général de la Model Army fut confié à un militant talentueux et expérimenté, Sir Thomas Fairfax (1612-1671). Son commandant en second fut nommé sur sa propre insistance, sans tenir compte de l'Ordonnance: Cromwell. Avec une armée permanente qui pouvait se rendre sur le terrain là où ses commandants le jugeaient le plus approprié et pour le temps qu'il fallait pour remporter la victoire, les parlementaires avaient pris l'une des décisions les plus importantes de toute la guerre.

Le premier test de la New Model Army eut lieu à la bataille de Naseby, dans le Northamptonshire, en juin 1645. Le roi Charles conduisait son armée en personne, mais l'armée modèle était supérieure en nombre et en tactique, la cavalerie de Cromwell se distingua une fois de plus - le commandant perdit même son casque dans la mêlée. L'infanterie royaliste fut détruite, des milliers de prisonniers furent faits et, peut-être le plus important, l'écritoire personnel de Charles fut pris. La correspondance du roi prouvait sans aucun doute qu'il n'avait aucune intention de négocier la fin de la guerre et qu'il était prêt à conclure un accord avec les rebelles irlandais pour que son armée soit renforcée par des troupes catholiques. Le roi lui-même, pendant ce temps, s'échappa. Il se réfugia d'abord dans le nord de l'Angleterre, puis, après avoir été livré au Parlement par une armée écossaise, il échappa à son emprisonnement pour s'établir sur l'île de Wight. De là, il complota l'extension de la guerre.

La République

La bataille de Preston dans le Lancashire (17-20 août 1648) fut une autre grande victoire parlementaire. Cromwell dirigea la Model Army contre une armée écossaise plus nombreuse qui espérait que la restauration de Charles favoriserait l'Église presbytérienne en Écosse et en Angleterre. Cromwell reprit ensuite Berwick, Carlisle et Pontefract, sécurisant ainsi le nord de l'Angleterre pour le Parlement. Pour beaucoup, Charles ne pouvait plus être toléré. C'était un "homme de sang", un roi qui avait fait la guerre à son propre peuple.

Supprimer la pub

Advertisement

Cromwell & the Dead King Charles
Cromwell et le roi mort Charles
Bridgemanart (Public Domain)

La création du "Rump Parliament" (Parlement tronqué) en décembre 1648 vit le nombre de députés réduit à seulement 150 membres plus dociles. Il s'agissait en fait d'un coup d'État militaire, la toute puissante New Model Army purgeant la Chambre des communes de tous ceux qui s'opposaient à elle. Le roi Charles fut jugé, reconnu coupable et exécuté le 30 janvier 1649. La signature de Cromwell figurait en troisième place sur l'arrêt de mort. En mars, le Parlement abolit officiellement la monarchie en tant qu'institution et la Chambre des lords avec elle. L'Église anglicane fut réformée et les joyaux de la couronne britannique furent vendus. L'Angleterre devint une république, connue sous le nom de Commonwealth d'Angleterre.

Il est important de noter que la monarchie ne fut pas abolie en Écosse, où, en février 1649, le fils aîné du défunt roi Charles devint automatiquement Charles II d'Écosse. Les Écossais soutenaient Charles pour défendre l'Église presbytérienne d'Écosse, et l'une des conditions de leur soutien militaire était que le roi promette de promouvoir cette Église en Angleterre s'il y était fait roi. Il y avait également des irréductibles en Angleterre qui considéraient Charles comme leur souverain légitime, même s'il était en exil en France. Les guerres civiles n'étaient pas encore terminées. Le troisième round commença, et ce fut la menace écossaise qui mobilisa à nouveau la Model Army.

Irlande et Écosse

Avant de pouvoir s'occuper des Écossais, Cromwell conduisit d'abord une armée de 12 000 hommes en Irlande en 1650 pour y écraser sans pitié une rébellion royaliste. La Model Army remporta des victoires écrasantes à Wexford et Drogheda. Les accusations d'extrême violence à l'égard des soldats capturés et les centaines de morts inutiles parmi les civils au cours de la campagne irlandaise entachèrent la réputation de Cromwell par la suite.

Les Écossais, quant à eux, continuèrent de se rallier à Charles II et disposaient désormais d'une armée importante à Édimbourg, sous le commandement de David Leslie (l'ancien collègue de cavalerie de Cromwell à Marston Moor). Le Parlement décida d'envoyer la Model Army en Écosse et d'éliminer cette menace une fois pour toutes. Fairfax n'approuva pas une telle mesure et démissionna de sa commission. Cromwell prit la relève en tant que commandant en chef et dirigea l'armée en personne. Il tenta à deux reprises de prendre Édimbourg en juillet-août 1650. Se repliant sur sa base de Dunbar, il fut poursuivi par Leslie qui pensait pouvoir écraser les Anglais piégés contre la côte. Il s'avéra que le choix du terrain de Leslie était mauvais et Cromwell transforma ce qui semblait être un désastre probable en une victoire glorieuse, mettant en déroute la cavalerie et l'infanterie écossaises lors de la bataille de Dunbar en 1650. Cromwell prit ensuite le château d'Édimbourg la veille de Noël.

Warrant for the Execution of Charles I
Mandat pour l'exécution de Charles Ier
National Archives (Public Domain)

Les Écossais s'obstinèrent et couronnèrent officiellement Charles II à Scone le jour de l'an 1651. Dans un dernier coup de dés désespéré, Charles envoya Leslie avec les restes de son armée pour envahir l'Angleterre, mais le soutien royaliste local ne vint pas et, une fois de plus, Cromwell fut là pour le vaincre à Worcester le 3 septembre 1651. Le Kirk d'Écosse fut dissous et, à la place, des représentants (comme en Irlande) furent envoyés au Parlement de Westminster. Cromwell réussit ce qu'aucun autre roi anglais n'avait jamais réussi à faire. Il unifia la Grande-Bretagne en une seule entité politique. Les guerres civiles étaient terminées.

Lord-Protecteur

Il restait de sérieuses fissures dans cette unité forcée de la Grande-Bretagne. Le Parlement et l'armée étaient toujours en désaccord, et peu de gens s'accordaient sur la façon de procéder sans monarchie. Le 20 avril 1653, Cromwell entra au Parlement et informa ses membres qu'ils n'étaient pas aptes à gouverner, déclarant de façon célèbre : "Vous avez siégé ici trop longtemps pour le bien que vous faites. Au nom de Dieu, partez !" (Phillips, 150). Le "Rump Parliament" fut fermé. Le 16 décembre 1653, Cromwell fut nommé Lord-Protecteur de l'Angleterre, de l'Écosse et de l'Irlande par un nouveau Parlement, beaucoup plus petit, surnommé de manière désobligeante le "Barebones Parliament" (ou Parlement Dépouillé, un jeu de mots de l'un de ses membres), qui vota ensuite sa propre dissolution et laissa l'autorité exécutive entre les mains de Cromwell et du Conseil d'État. Ironiquement, Lord-Protecteur était l'ancien titre du régent d'un monarque, ce qui signifiait que Cromwell était le dictateur militaire de la Grande-Bretagne, un roi qui n'en portait pas le nom.

La République fut divisée en districts militaires, chacun dirigé par un major-général, mais le militarisme et le puritanisme de Cromwell étaient loin d'être populaires. Bien qu'il y ait une plus grande tolérance religieuse (les catholiques en étaient exclus), il y eut quelques développements radicaux non désirés. Les célébrations de Noël et de Pâques furent abolies, et certains sports interdits le dimanche. Les vêtements, les jurons et d'autres domaines de la vie étaient contrôlés, ce à quoi les gens n'étaient pas du tout habitués. Il y avait encore également ceux qui sympathisaient avec le système de la monarchie, comme la société secrète le Sealed Knot et des groupes radicaux comme les Levellers qui cherchaient à égaliser les richesses et à étendre le suffrage. De temps en temps, il y avait des soulèvements mineurs comme celui mené par le major-général Desborough dans le Devon en mars 1655, mais ils étaient impitoyablement réprimés.

Gold Coin of Oliver Cromwell
Pièce d'or d'Oliver Cromwell
cngcoins.com (CC BY-SA)

Le Parlement voulait faire de Cromwell un roi, non pas pour s'attirer ses faveurs mais parce qu'il pouvait alors mieux le contrôler en tant que monarque constitutionnel. Tout était mieux qu'un dictateur qui inventait les règles au fur et à mesure. L'armée était catégorique : elle ne soutiendrait pas un nouveau roi alors qu'elle avait passé tant de temps à se débarrasser de l'ancien. Cromwell lui-même n'accepta pas non plus le titre, mais il accepta d'être inauguré une seconde fois en tant que Lord-Protecteur, cette fois en grande pompe à Westminster Hall. Cette investiture fit suite à la découverte d'un complot d'assassinat par un Leveller en janvier 1657, qui souleva la question de savoir qui remplacerait Cromwell après sa mort. La solution consista à permettre au Lord-Protecteur de nommer son successeur. À bien des égards, ce jour du 26 juin 1657 ressemblait à tant de couronnements qui l'avaient précédé. Cromwell était assis sur le traditionnel fauteuil du couronnement et reçut une robe impériale pourpre, une épée et un sceptre. Les dignitaires réunis s'écrièrent "God Save the Lord Protector". La seule chose qui manquait était une couronne, mais celle-ci ne fut omise ni sur les pièces de monnaie de Cromwell ni sur son Grand Sceau.

La politique étrangère

Les souverains étrangers observèrent avec horreur les événements sanglants qui se déroulaient en Angleterre et l'exécution d'un roi, mais aucun n'offrit d'aide concrète à la cause royaliste après la mort de Charles. Le manque d'harmonie dans le gouvernement de l'Angleterre au cours des années 1650 n'était en rien aidé par les guerres avec les Hollandais puis les Espagnols, bien que Cromwell ait gagné le respect, sinon l'approbation, des autres puissances européennes pour son autorité et le pouvoir qu'il exerçait à la tête de sa formidable armée.

La politique de Cromwell consistant à attaquer l'empire espagnol dans les Caraïbes en 1654-1655 ne fut pas un succès, mais elle permit au moins de sécuriser la Jamaïque. En 1658, l'infanterie de la Model Army de Cromwell se joignit aux Français pour attaquer les Pays-Bas espagnols, et c'est ainsi que Dunkerque fut acquise à la bataille des Dunes le 14 juin 1658. Ce résultat devait être doublement satisfaisant puisque le frère cadet de Charles II, James, dirigeait une force royaliste du côté espagnol. La politique étrangère du Lord-Protecteur donna des résultats mitigés dans le meilleur des cas, mais son investissement dans la Royal Navy sera fondamental pour faire de la Grande-Bretagne l'une des grandes puissances mondiales au siècle suivant.

Death Mask of Oliver Cromwell
Masque mortuaire d'Oliver Cromwell
Chris Nyborg (CC BY-SA)

Mort

Au sommet de ses pouvoirs, plus haut que n'importe quel monarque avant lui, Cromwell souffrait de ce que même lui ne pouvait contrôler : une mauvaise santé. Il mourut d'une pneumonie au palais de Whitehall le 3 septembre 1658 (date de ses victoires à Dunbar et Worcester). Cromwell reçut des funérailles d'État dignes d'un roi. En effet, près du corps du Lord-Protecteur dans l'abbaye de Westminster se trouvait une couronne impériale tandis que dans ses mains sans vie se trouvaient son orbe et son sceptre.

L'armée s'était farouchement opposée à toute initiative de Cromwell visant à désigner un héritier et à rendre sa fonction héréditaire, mais sur son lit de mort, c'est ce qu'il fit. Son fils Richard fut choisi comme Lord-Protecteur, mais il n'avait pas la personnalité nécessaire pour dompter les deux tigres rugissants de l'État : l'armée et le Parlement. En mai 1659, un certain nombre d'officiers subalternes rompirent les rangs et se rangèrent du côté du Parlement en votant pour l'abolition du Protectorat. L'armée ne put pas faire grand-chose parce qu'elle était divisée et qu'il n'y avait pas de figure autoritaire unique qui puisse rassembler les factions. L'année suivante, confronté à un choix difficile entre une monarchie ou une nouvelle guerre civile, le Parlement vota pour la restauration de la monarchie sous la pression du général George Monck (1608-1670). Charles revint en mai 1660 pour être couronné Charles II d'Angleterre (r. de 1660 à 1685), et il fut invité à gouverner aux côtés de la Chambre des lords et de la Chambre des communes. Tous les actes du Parlement d'Oliver Cromwell furent annulés ; la République était morte. Pour en être doublement sûr, les restes de Cromwell furent exhumés de l'abbaye de Westminster en 1661 pour être traités comme s'il avait été exécuté en tant que traître, c'est-à-dire que le cadavre fut pendu et décapité, et les restes furent exposés en public comme un avertissement pour ceux qui auraient l'ambition de se faire roi sans couronne.

Supprimer la pub

Publicité

Questions et réponses

Pour quoi Oliver Cromwell est-il surtout connu?

Oliver Cromwell était Lord Protecteur ou dictateur militaire de l'Angleterre et de l'Irlande après les guerres civiles anglaises. Le Parlement, sous son autorité, a exécuté Charles Ier d'Angleterre en 1649.

Oliver Cromwell était-il un type bien ?

Oliver Cromwell était populaire auprès de certaines personnes et impopulaire auprès d'autres. Puritain convaincu et commandant militaire impitoyable, il pensait que Dieu voulait punir un roi méchant (Charles Ier) et que le Parlement devait avoir plus de pouvoir politique que toute autre institution ou personne.

De qui Oliver Cromwell était-il le chef ?

Oliver Cromwell dirigeait la faction puritaine du Parlement anglais. Il a également été commandant de cavalerie, puis commandant en chef de la New Model Army du Parlement. Après la guerre civile anglaise, il a dirigé le pays en tant que Lord Protecteur.

Qui a interdit Noël en Angleterre ?

Le puritain Oliver Cromwell, qui était Lord Protecteur, a interdit la célébration de Noël en Angleterre dans les années 1650. Cette décision était très impopulaire, mais Cromwell voulait simplifier les services et réduire le pouvoir de l'Église anglicane traditionnelle.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2022, février 02). Oliver Cromwell [Oliver Cromwell]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19697/oliver-cromwell/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Oliver Cromwell." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 02, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19697/oliver-cromwell/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Oliver Cromwell." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 02 févr. 2022. Web. 01 juil. 2022.

Adhésion