Conséquences des Guerres Civiles Anglaises

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 février 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

Les conséquences des guerres civiles anglaises (1642-1651) furent nombreuses et d'une grande portée. Charles Ier d'Angleterre (r. de 1625 à 1649) fut exécuté, et la monarchie abolie. Oliver Cromwell (1599-1658) prit alors la tête de la République en tant que Lord Protecteur de l'Angleterre, de l'Écosse et de l'Irlande. Pour de nombreux roturiers, leurs terres et leurs biens furent confisqués, les impôts plus élevés que jamais et ils furent victimes de maladies et moururent comme jamais auparavant. Enfin, l'incertitude quant à la manière de remplacer la monarchie donna naissance à de nouveaux groupes avec de nouvelles idées sur la manière de vivre, sur l'interprétation de la Bible et sur les obligations et responsabilités de ceux qui les gouvernaient.

Les principales conséquences des guerres civiles anglaises sont les suivantes :

Supprimer la pub

Advertisement

  • Exécution de Charles Ier
  • Exil de Charles II en France
  • Abolition de la monarchie en Angleterre
  • Abolition de la Chambre des Lords
  • Abolition de la Chambre étoilée
  • Réformes de l'Église anglicane
  • Augmentation des pouvoirs du Parlement anglais
  • Vague d'idées nouvelles et radicales concernant la religion et la politique
  • Essor de la presse écrite, notamment de divers groupes religieux
  • Imposition de taxes et des droits élevés pour payer les guerres
  • Confiscation des terres à de nombreux catholiques irlandais
  • Dissolution du Kirk écossais
  • Représentation de L'Écosse et de l'Irlande au Parlement de Westminster.
  • Création d'une armée permanente et professionnelle
  • Vente des domaines des royalistes et de l'Église
  • Destruction de châteaux, de bâtiments et de villes historiques dans les trois royaumes.
  • Environ 100 000 morts au combat
  • Environ 100 000 morts civils

The Execution of Charles I
L'exécution de Charles Ier
Jan Weesop (Public Domain)

De la monarchie à la république puis à la monarchie

Après avoir perdu sur le champ de bataille ce que l'on a appelé la première guerre civile anglaise (1642-1646) et la deuxième guerre civile anglaise (février-août 1648), le roi Charles Ier fut jugé et reconnu coupable de trahison envers son propre peuple et son gouvernement. Il fut exécuté le 30 janvier 1649, devenant ainsi le premier monarque anglais à être traité de la sorte, ce qui conduisit certains à qualifier l'événement de "révolution anglaise". Les institutions de la monarchie et de la Chambre des Lords furent abolies. Il en fut de même pour la Chambre étoilée médiévale qui était le Conseil privé du roi, et les deux juges en chef chargés de maintenir l'ordre public. Les domaines royaux, qui représentaient environ 10 % des terres d'Angleterre, furent vendus. Aucun de ces événements ne changea quoi que ce soit à la situation des roturiers ordinaires. Les institutions intermédiaires et inférieures du gouvernement central et local restèrent en place. Comme le dit l'historien J. Morrill, "il y a eu un déplacement du pouvoir au sein de la gentry, mais pas depuis la gentry" (377).

Supprimer la pub

Advertisement

L'Écosse eut le choix, et elle resta fidèle à la couronne. En conséquence, le fils aîné de Charles était, par droit de naissance, le nouveau roi d'Écosse, mais il finit par échapper aux Parlementaires et fut, pour le moment, obligé de vivre en exil en France. Remplaçant le monarque, Oliver Cromwell gouvernait désormais la République du "Commonwealth" en tant que Lord Protecteur. L'État était militaire, divisé en districts militaires, chacun dirigé par un major-général.

Le Seigneur a fait parmi nous des choses qui n'ont pas été vues dans le monde depuis mille ans. Oliver Cromwell en 1654 (Hunt, préface).

Le Kirk en Écosse, le centre de l'Église presbytérienne, et le Parlement écossais furent dissous et, à la place, 30 représentants furent envoyés au Parlement de Westminster. Après la répression brutale par Cromwell d'une rébellion en Irlande en 1650, ce royaume envoya également des représentants à Westminster. Des terres furent confisquées aux catholiques et données aux protestants, de sorte que ces derniers possédaient désormais plus de la moitié du territoire irlandais.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Bien que Cromwell ait lui-même dissous le Parlement en 1653, celui-ci n'avait cessé d'accroître son pouvoir pendant les années de guerre grâce aux lois adoptées par le Long Parlement de 1640 qui obligeait le monarque à convoquer un parlement au moins une fois tous les trois ans. Le roi ne pouvait pas dissoudre le Parlement, et ses ministres royaux devaient désormais être approuvés par le Parlement. Cromwell, frustré par le manque d'unité et de progrès dans la législation, remplaça le Parlement par lui-même et un petit Conseil d'État composé d'une poignée d'alliés et d'anciens membres de la Chambre des Lords partageant les mêmes idées que lui.

Cromwell avait peut-être créé une dictature militaire soutenue par la New Model Army professionnelle, mais à sa mort en 1658, le successeur qu'il avait choisi, son fils Richard Cromwell, n'était pas soutenu et, pour éviter une nouvelle guerre civile, il y eut la restauration de la monarchie en 1660. Charles revint de France pour devenir Charles II d'Angleterre (r. de 1660 à 1685). Tous les actes du Parlement d'Oliver Cromwell (à partir de mars 1642) furent annulés, mais le Parlement, grâce aux actes de 1641 adoptés pour mettre fin à la période de "règne personnel" de Charles Ier, était désormais beaucoup plus puissant, de sorte qu'à la fin du siècle, l'Angleterre et l'Écosse étaient unies dans un système qui était en passe de devenir une véritable démocratie parlementaire.

English Civil Wars Soldiers
Soldats des guerres civiles anglaises
Mike Searle (CC BY-SA)

Pertes militaires

L'historien P. Gaunt donne les chiffres suivants concernant la participation active aux guerres :

Supprimer la pub

Advertisement

Une grande partie de la population fut directement impliquée dans les combats : pendant chacune des saisons de campagne de 1643, 1644 et 1645, on estime que plus d'un homme sur 10 âgé de 16 à 60 ans était en armes et que pendant l'ensemble des guerres civiles, peut-être un homme adulte sur quatre en Angleterre et au Pays de Galles prit les armes à un moment donné. (8)

Avec plus de 600 batailles et sièges, il y eut bien évidemment un grand nombre de morts et de blessés graves à la suite de ces événements. Peut-être 100 000 soldats moururent pendant les guerres, bien qu'avec un tel nombre de batailles et d'escarmouches à petite échelle au cours de la décennie, il est très probable que beaucoup de décès ne furent pas enregistrés. Les chiffres concernant les batailles de grande envergure eux furent relevés, mais il y a souvent des divergences entre les chiffres donnés par chaque camp adverse. Il y eut environ 1 500 morts au total lors de la première grande bataille de la guerre, la bataille d'Edgehill en 1642. 4 500 royalistes perdirent la vie à la bataille de Marston Moor en 1644, et 3 000 Écossais furent tués à la bataille de Dunbar en 1650. Au total, environ 200 000 soldats et civils moururent pendant la guerre, ce qui, rapporté à la population, est supérieur au nombre de victimes de la Première Guerre mondiale (1914-1918).

Un civil sur dix dans les zones urbaines perdit sa maison pendant la guerre civile.

L'impact sur les civils

Il y eut ensuite les civils qui durent supporter de nombreuses épreuves, en supposant qu'ils échappent à la conscription dans l'armée, une méthode employée par les deux camps. Plus de 150 villes et villages, 100 villages et environ 200 manoirs furent directement impliqués dans des conflits armés allant de longs et terribles sièges à de simples escarmouches. Il y eut environ 300 sièges qui virent "environ 21 000 pertes, soit 31 % des effectifs des parlementaires et 21 % des effectifs des royalistes" (Barratt, 1).

Les troupes cantonnées dans une région saccageaient souvent les communautés locales et pillaient les réserves de nourriture. Si une garnison était établie, les habitants pouvaient s'attendre à être exploités pour de l'argent et des ressources en échange de leur "protection". Les civils étaient astreints au travail forcé afin de creuser d'énormes terrassements pour que les fortifications constituent un défi plus redoutable pour les unités d'artillerie. Ensuite, les habitants étaient très souvent employés à "abîmer" (détruire) ces mêmes défenses après leur capture. Les soldats apportèrent également violence et maladies aux communautés locales. Les armées confisquaient ce qui leur est utile, en particulier les chevaux, et bien que des promesses de paiement aient souvent été émises, elles furent rarement honorées. Le Parlement ayant pris le dessus dans le conflit, les personnes qui avaient soutenu les royalistes ou qui étaient catholiques perdirent souvent tous leurs biens. Tout au long du conflit et par la suite, les communautés étaient divisées, et même les familles individuelles se séparaient selon le camp qu'elles avaient choisi de soutenir.

Supprimer la pub

Advertisement

Castle Siege by Christian Sell
Castle Siege per Christian Sell
Christian Sell (Public Domain)

Le paysage physique changea lorsque les zones urbaines furent détruites. Des villes comme Bristol, Chester et Colchester furent particulièrement touchées par l'artillerie, et il leur fallut une génération pour s'en remettre. De nombreux châteaux, manoirs et églises subirent des épisodes destructeurs ou furent pillés, vandalisés et abandonnés. Le Parlement eut également pour politique délibérée de démolir de nombreux châteaux médiévaux afin qu'ils ne puissent plus jamais être utilisés en temps de guerre ; certains virent leurs tours exploser à la poudre à canon. Dans les zones urbaines, une personne sur dix perdit sa maison. Enfin, si les gens avaient réussit à éviter une des certitudes de la vie - la mort et la destruction - ils devaient faire face à la seconde. La grande majorité des gens devaient supporter de lourds impôts, imposés par les deux camps sur toutes les formes de revenus et payables chaque semaine, chaque quinzaine ou chaque mois.

Tolérance et répression religieuses

Pendant et après les guerres, les différentes branches du protestantisme bénéficièrent d'une plus grande liberté religieuse et les idées alternatives fleurirent maintenant que les piliers centraux de l'État et de l'Église s'étaient fissurés, voire effondrés. Nombre de ces idées n'étaient pas nouvelles, mais elles pouvaient désormais être discutées et diffusées plus ouvertement, notamment dans l'atmosphère de tolérance qui régnait pendant la guerre elle-même, à partir de 1642 environ. En outre, les nouvelles idées en matière de religion amenèrent les gens à réfléchir à leurs implications sur la politique et la société en général. De nombreux groupes différents proposèrent leur propre conception de la relation entre croyant, Église et Dieu, ce qui souleva d'autres questions telles que la relation entre un citoyen et son gouvernement et les responsabilités et obligations des riches envers les pauvres. En ce sens, "la guerre divisa le pays en terme de conscience à travers toutes les classes" (Morrill, 370), non seulement en pro- et anti-monarchistes mais aussi en d'innombrables groupes dissidents ayant leurs propres idées sur la manière de remplacer l'ancien régime et l'Église. La presse à imprimer, qui produisait des œuvres d'auteurs féminins aussi bien que masculins, propagea ces nouvelles idées à grande échelle, tandis que les divers schismes et sectes tentèrent de recruter de nouveaux adeptes, comme le note l'historien T. Hunt :

La quantité de matériel publié monta en flèche: 22 nouveaux titres parurent en 1640... en 1660, environ 3 nouveaux titres paraissaient chaque jour... des pamphlets et des journaux apparurent, écrits dans un anglais facile et accessible, souvent crié dans les rues pour la majorité analphabète. La guerre civile vit naître des journaux concurrents, souvent publiés chaque semaine, qui présentaient les séparatistes religieux à la fois comme des rebelles notoires contre Dieu et des champions de nouvelles formes de culte éclairées. (231)

Oliver Cromwell in Armour
Oliver Cromwell en armure
Unknown Artist (Public Domain)

L'élimination de la hiérarchie des évêques qui suivit la guerre fut, pour certains, un renversement du monde. Beaucoup craignaient l'anarchie, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Église anglicane, car le vide du pouvoir attirait les hérétiques de toutes sortes en marge de la société du XVIIe siècle. Il devint impossible de censurer efficacement les documents imprimés, tant ils étaient nombreux et parce que c'étaient les évêques qui étaient auparavant chargés de la censure.

Supprimer la pub

Advertisement

Parmi les groupes les plus importants, citons les indépendants ou congrégationalistes, qui voulaient la liberté religieuse pour permettre aux croyants individuels de suivre leur propre conscience sans être soumis à un organe directeur centralisé. Les presbytériens s'opposaient aux congrégationalistes car ils croyaient en une hiérarchie ecclésiastique, bien que moins stricte qu'auparavant, peut-être toujours avec des évêques mais avec des pouvoirs réduits, et certainement avec un ministre d'une congrégation qui rendait compte à une sorte de gouvernance supérieure de membres élus de l'église.

Les niveleurs (Levellers en anglais), qui jouaient un rôle important dans la New Model Army du Parlement, réclamaient des réformes radicales telles que l'élargissement du suffrage, l'égalisation des richesses, l'exploitation de terres communes et la création de communautés entièrement autosuffisantes. Ce dernier point était un projet des Diggers ou True-Levellers. Les Quakers demandaient aux croyants de ne regarder qu'en eux-mêmes pour trouver des conseils spirituels et critiquaient les riches qui ne faisaient pas assez pour aider les pauvres. Les Ranters prétendaient être inspirés par des visions divines, et certains d'entre eux affirmaient que le péché n'existait pas. Les Cinquièmes Monarchistes croyaient que le règne de Charles avait été le dernier de la "Quatrième Monarchie" et que la cinquième serait dirigée par un Jésus-Christ bientôt de retour, qui régnerait alors pendant 1 000 ans. Certains de ces groupes comportaient un autre élément radical pour l'époque puisqu'ils accordaient de plus grandes libertés aux femmes et, pour la première fois dans le domaine de la religion, la possibilité de participer aux processus de décision.

Cromwell réussit, par le biais de diverses lois du Parlement et de la répression (notamment des catholiques), à imposer ses politiques puritaines au pays, mais elles ne furent pas du tout populaires. Les tentatives malavisées d'interdire la célébration de Noël et la pratique du football le dimanche ne sont que deux exemples d'un pouvoir déconnecté de son peuple, une situation qui permit la possibilité d'une restauration de la monarchie en 1660. Par des moyens militaires, le Parlement puritain avait gagné des guerres dans trois royaumes, mais pas, semble-t-il, le cœur des gens qui y vivaient.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2022, février 09). Conséquences des Guerres Civiles Anglaises [Consequences of the English Civil Wars]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1944/consequences-des-guerres-civiles-anglaises/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Conséquences des Guerres Civiles Anglaises." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 09, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1944/consequences-des-guerres-civiles-anglaises/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Conséquences des Guerres Civiles Anglaises." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 févr. 2022. Web. 29 juin 2022.

Adhésion