Patrick Henry

Définition

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 18 janvier 2024
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Patrick Henry (by George Bagby Matthews, Public Domain)
Patrick Henry
George Bagby Matthews (Public Domain)

Patrick Henry (1736-1799) était un avocat et un homme politique de Virginie qui joua un rôle clé dans la révolution américaine (c. 1765-1789). Connu pour ses brillants discours, dont le célèbre "Donnez-moi la liberté ou donnez-moi la mort", Patrick Henry fut le premier et le sixième gouverneur du Commonwealth de Virginie et est considéré comme l'un des pères fondateurs des États-Unis.

Jeunesse

Patrick Henry vit le jour le 29 mai 1736 à la Plantation Studley, la ferme de la famille Henry, dans le comté de Hanover, dans la colonie britannique de Virginie. Son père, John Henry, était un immigrant écossais originaire de l'Aberdeenshire, qui était arrivé en Virginie dans les années 1720 et s'était installé dans le comté de Hanover en 1732. John Henry était rapidement devenu un membre respecté de la communauté, travaillant comme planteur et cartographe, servant comme colonel de la milice et devenant finalement juge de paix pour le comté de Hanover. Il épousa Sarah Winston Syme, une jeune veuve issue d'une importante famille virginienne, avec laquelle il aurait neuf enfants; Patrick était le deuxième enfant du couple.

Supprimer la pub
Advertisement

Henry fut scolarisé dans une école locale jusqu'à l'âge de 10 ans, âge auquel il fut retiré de l'école pour être pris en charge par son père, qui avait lui-même reçu une bonne éducation au King's College. Henry fut également suivi par son oncle et homonyme, le révérend Patrick Henry, pasteur anglican et recteur de la paroisse St Paul de Hanover. Auprès de son oncle, le jeune Henry apprit à être un anglican pieux et dévoué, ce qu'il serait toute sa vie, même si ses convictions franches l'amèneraient plus tard à entrer en conflit avec l'Église anglicane (une fois que la révolution aurait rompu les liens entre les États-Unis et l'Église anglicane, Henry deviendrait épiscopalien, le nouvel équivalent américain). Henry assistait parfois aux offices presbytériens avec sa mère, où il fut exposé aux puissants sermons du pasteur évangélique Samuel Davies; on pense que les discours passionnés de Davies, enracinés dans les idéaux religieux du Grand Réveil, auraient influencé le développement d'Henry en tant qu'orateur.

HENRY PROUVA SON RADICALISME NON SEULEMENT EN S'OPPOSANT AU STAMP ACT, MAIS AUSSI EN CONTESTANT LE FAIT QUE LE PARLEMENT AIT LA MOINDRE AUTORITÉ POUR TAXER LES COLONIES.

Henry devint un charmant et beau jeune homme qui aimait la musique et la danse et qui n'avait jamais de mal à attirer l'attention des jeunes filles. Malgré ces qualités, Henry avait un problème: n'étant pas le fils aîné de son père, il n'avait pas le droit d'hériter du domaine familial en vertu des lois de primogéniture de la Virginie et devait donc se frayer son propre chemin dans le monde. À l'âge de 15 ans, Henry travailla pour un marchand local et, un an plus tard, ouvrit son propre magasin avec son frère aîné William, nourrissant l'ambition de devenir lui-même marchand. Ces ambitions furent toutefois de courte durée, car le magasin fit rapidement faillite. En octobre 1754, Henry, âgé de 18 ans, épousa Sarah Shelton, 16 ans, dont la dot comprenait une ferme de 600 acres appelée Pine Slash ainsi que six personnes réduites en esclavage. Bien que cela semble avoir été une occasion en or, la carrière d'Henry en tant que planteur ne s'avéra guère plus fructueuse que son entreprise de propriétaire de magasin. Les champs de Pine Slash avaient été épuisés par les cultures précédentes, et les efforts d'Henry pour défricher de nouveaux champs restèrent vains. Après l'incendie de la maison principale de la plantation, Henry, découragé, abandonna la ferme.

Supprimer la pub
Advertisement

L'infortuné jeune Henry trouva bientôt un emploi d'hôte à la Hanover Tavern, propriété de son beau-père. Henry était un hôte populaire qui amusait les clients de la taverne en jouant du violon; c'est à ce titre qu'il rencontra et se lia d'amitié avec Thomas Jefferson, âgé de 17 ans, qui séjourna plusieurs fois à la taverne. Mais le coût de l'entretien de sa famille qui s'agrandit rapidement - Sarah et lui auraient finalement six enfants ensemble - obligea Henry à chercher une source de revenus plus substantielle. Tout en continuant à travailler à la taverne, Henry commença à étudier le droit et, en avril 1760, il passa son examen d'avocat. Pendant les trois années qui suivirent, il travailla comme avocat au tribunal du comté de Hanover, sans jamais se douter qu'il serait bientôt propulsé sous le feu des projecteurs.

Avocat et débuts révolutionnaires

Henry accéda à la célébrité grâce à une controverse juridique et politique connue sous le nom de "la Parson's Cause". L'affaire tournait autour du Two Penny Act, une politique fiscale adoptée par la Chambre des bourgeois de Virginie qui fixait temporairement le prix du tabac à deux pennies par livre. Cette mesure avait été prise parce qu'une sécheresse avait fortement augmenté le prix du tabac, laissant de nombreux Virginiens, qui utilisaient souvent des billets de tabac au lieu d'une monnaie forte, dans l'incapacité de payer leurs dettes. Cet acte suscita la colère d'une minorité de ministres anglicans de Virginie (dont l'oncle d'Henry), dont les salaires étaient exprimés en tabac et qui estimaient que la fixation du prix les privait de leur salaire intégral (l'inflation avait fait grimper le prix du tabac à six pence la livre). Les ministres demandèrent au Conseil privé du roi à Londres d'opposer son veto au Two Penny Act, ce qui fut fait. Plusieurs ministres intentèrent alors des procès pour obtenir les arriérés de salaire qu'ils estimaient leur être dus.

Supprimer la pub
Advertisement

Patrick Henry Arguing the Parson's Cause
Oraison de Patrick Henry lors de la Parson's Cause
George Cooke (Public Domain)

L'un de ces procès, intenté par le révérend James Maury, aboutit et un jury se réunit au palais de justice du comté de Hanover le 1er décembre 1763 pour déterminer le montant des dommages-intérêts à verser à Maury. L'accusé était représenté par Patrick Henry, âgé de 27 ans, qui était encore un avocat relativement nouveau, inconnu en dehors du comté de Hanover. Plutôt que de marchander le prix avec les avocats de Maury, comme on aurait pu s'y attendre, Henry se lança dans un discours passionné dénonçant la cupidité des ministres anglicans et condamnant le Conseil privé du roi pour avoir opposé son veto au Two Penny Act; étant donné que la constitution britannique, ainsi que la charte coloniale de la Virginie, garantissaient le droit à l'auto-taxation, Henry soutint que la décision du Conseil privé d'opposer son veto à une loi fiscale coloniale était anticonstitutionnelle. Henry alla même plus loin en reprochant au roi de ne pas être intervenu pour protéger les droits de ses sujets; tout roi qui refuse de protéger les libertés de ses sujets, selon Henry, "dégénère en tyran et perd tout droit à l'obéissance de ses sujets" (Middlekauff, 83).

Les témoins présents dans la salle d'audience commencèrent alors à accuser Henri de trahison, mais comme le père d'Henri était le président du tribunal, il ne fut pas puni. Au contraire, Henry fut autorisé à terminer son discours qui émut tellement le jury qu'il décida d'accorder à Maury la somme la plus basse possible, à savoir un penny. L'affaire affermit considérablement la réputation d'Henry, lui valut 164 nouveaux clients dans les semaines qui suivirent et lui permit d'être élu à la Chambre des bourgeois en 1764. Sa diatribe contre la tyrannie du roi fit de lui l'un des membres les plus radicaux de la Chambre, une position qui lui permettrait de jouer un rôle de premier plan dans la protestation coloniale contre le Stamp Act en 1765. Le Stamp Act était une politique adoptée par le Parlement britannique qui taxait directement tous les documents papier dans les colonies. Tout comme Henry avait soutenu que le roi avait porté atteinte aux droits des colonies en autorisant le veto sur le Two Penny Act, des dirigeants coloniaux comme Samuel Adams soutenaient que le Parlement faisait la même chose en taxant les colonies sans leur consentement; le slogan "pas de taxation sans représentation" devint un cri de guerre dans toutes les colonies.

Lors de sa première session législative en mai 1765, Henry prouva une fois de plus son radicalisme en s'opposant non seulement au Stamp Act, mais aussi en niant que le Parlement ait la moindre autorité pour taxer les colonies. Le 29 mai, Henry fut à l'origine de l'adoption de cinq résolutions par la Chambre des bourgeois, qui déclarèrent essentiellement que seule la Virginie avait le droit de taxer les Virginiens et que les tentatives du Parlement en ce sens étaient anticonstitutionnelles. Les "Résolutions de Virginie" furent largement publiées dans les colonies et en Grande-Bretagne et propulsèrent la Virginie au premier rang de la résistance coloniale, aux côtés du Massachusetts. Dans le discours dans lequel il avait proposé les résolutions, Henry avait suggéré de manière traître que le roi George III de Grande-Bretagne (r. de 1760 à 1820) risquait de partager le sort de Jules César s'il continuait à fouler aux pieds les libertés américaines.

Supprimer la pub
Advertisement

Patrick Henry Before the Virginia House of Burgesses
Patrick Henry devant la Chambre des Bourgeois de Virginie
Peter F. Rothermel (Public Domain)

Lutte pour l'indépendance

Bien que le Parlement ait abrogé le Stamp Act en 1766, il mit en place une nouvelle série de taxes que les Américains jugèrent tout aussi oppressives. L'aggravation des tensions conduisit à des conflits, tels que le massacre de Boston (1770), l'affaire du Gaspée (1772) et la Boston Tea Party (1773). C'est en réponse à la Boston Tea Party que le Parlement promulgua en 1774 les lois intolérables, qui visaient à faire du Massachusetts un exemple en fermant le port de Boston au commerce, en installant un gouverneur militaire et en remplaçant plusieurs fonctionnaires par des personnes nommées par la royauté. La Chambre des bourgeois fut l'une des premières à condamner officiellement les lois intolérables, ce qui conduisit le gouverneur de Virginie, Lord Dunmore, à dissoudre la Chambre; par la suite, d'autres colonies annoncèrent leur soutien au Massachusetts. En septembre 1774, le premier Congrès continental se réunit à Philadelphie pour discuter d'une réponse coloniale coordonnée. Henry y participa en tant que délégué de la Virginie.

En mars 1775, la guerre semblait inévitable; les milices du Massachusetts s'entraînaient déjà en vue d'un conflit avec les soldats britanniques, et Henry pensait que la Virginie devait faire de même. Le 23 mars, il prononça un discours devant la deuxième convention de Virginie (une assemblée qui se réunit à la place de la Chambre des bourgeois dissoute) dans lequel il plaida en faveur de la création d'une milice virginienne qui ne serait pas soumise aux autorités royales. Henry soutint que la Grande-Bretagne avait déjà provoqué un conflit, d'abord en promulguant des lois injustes, puis en ignorant les protestations pacifiques des Américains, et enfin en envoyant des soldats pour réprimer la dissidence coloniale. Le seul moyen de défendre les libertés américaines, selon Henry, était la guerre. À la fin de son discours, l'un des plus célèbres de la révolution américaine, Henry proclama:

Certains hommes peuvent crier "Paix, Paix", mais il n'y a pas de paix. La guerre a bel et bien commencé! Le prochain coup de vent qui viendra du nord fera retentir à nos oreilles le fracas des armes! Nos frères sont déjà sur le terrain! Pourquoi restons-nous ici à ne rien faire? Que souhaitent ces messieurs? Qu'est-ce qu'ils veulent? La vie est-elle si chère, ou la paix si douce, qu'on les achète au prix des chaînes et de l'esclavage? Que Dieu tout-puissant nous l'interdise! Je ne sais pas ce que les autres peuvent faire, mais quant à moi, donnez-moi la liberté ou donnez-moi la mort! (Campbell, 130)

Le discours d'Henry séduisit ses collègues délégués, qui autorisèrent un comité à superviser la création d'une milice virginienne. Pour Henry, cette décision arrivait à point nommé. Le 20 avril 1775, Lord Dunmore ordonna à un détachement de marines britanniques de s'emparer de la poudrière publique de Williamsburg, afin de la soustraire aux mains de la milice d'Henry. En réponse, Henry dirigea personnellement un petit groupe de sa milice à Williamsburg, ce qui conduisit à un affrontement avec les troupes de Dunmore. La crise fut évitée au début du mois de mai lorsque le gouverneur accepta de payer 330 livres sterling de compensation pour la poudre à canon "volée". Bien que cet "incident de la poudre à canon" se soit terminé pacifiquement, la Virginie apprit rapidement que le sang avait déjà coulé dans le Massachusetts lors des batailles de Lexington et Concord (19 avril). La guerre d'Indépendance américaine (1775-1783) avait commencé.

Supprimer la pub
Advertisement

Give Me Liberty or Give Me Death!
Donnez-moi la liberté ou donnez-moi la mort!
Library of Congress (Public Domain)

Politique

En mai 1775, Henry se rendit à nouveau à Philadelphie pour assister au deuxième Congrès continental, qui commença à gérer l'effort de guerre colonial. Parallèlement, Henry continua de superviser l'organisation de la milice virginienne et obtint même le grade de colonel lorsque deux de ses régiments de milice furent incorporés dans l'armée continentale; cependant, après avoir appris que ce poste le rendrait subordonné à plusieurs de ses rivaux politiques, Henry démissionna de son commandement. À la fin de sa brève carrière militaire, il revint à la politique. Il participa à la rédaction de la constitution de la Virginie et de la Déclaration des droits de la Virginie, qui servirait d'inspiration à la future Bill of Rights (Déclaration des droits américaine). Il était partisan de l'indépendance et, après l'adoption par le Congrès continental de la Déclaration d'indépendance des États-Unis le 4 juillet 1776, il devint le premier gouverneur du Commonwealth de Virginie.

Henry dénonça publiquement l'institution de l'esclavage, bien qu'il n'ait jamais proposé de législation pour la combattre et qu'il n'ait pas non plus libéré ses propres esclaves.

En tant que gouverneur, Henry se préoccupait principalement des questions militaires. Il travailla en étroite collaboration avec le général George Washington pour fournir des hommes et du matériel à l'armée continentale et envoya George Rogers Clark défendre la frontière de l'Ohio contre les Britanniques. Il effectua deux mandats d'un an avant de quitter son poste en 1779, remplacé par Thomas Jefferson. Il retourna à la Plantation Leatherwood, la propriété de 10 000 acres du comté d'Henry qu'il avait achetée peu après avoir épousé sa seconde femme, Dorothea Spotswood Henry, en 1777; Sarah Shelton Henry était décédée des suites d'une maladie au début de l'année 1775. Avec Dorothea, Henry aurait onze enfants, en plus des six qu'il avait eus avec Sarah. À ce moment-là, Henry possédait également 42 esclaves, ayant été propriétaire d'esclaves depuis l'âge de 18 ans. Henry dénonça publiquement l'institution de l'esclavage, bien qu'il n'ait jamais proposé de législation pour la combattre pendant son mandat et qu'il n'ait pas non plus libéré ses propres esclaves.

En 1780, Henry fut élu à la Chambre des délégués de Virginie, dont il fut l'un des membres les plus influents. Alors que la fin de la guerre d'Indépendance se profilait à l'horizon, les hommes politiques américains commencèrent à s'intéresser à la forme que prendrait le gouvernement des États-Unis après la guerre. Ces discussions créèrent des fractures au sein de la Chambre des délégués de Virginie, où Henry se retrouva souvent opposé à James Madison. L'un des principaux points de discorde entre les deux hommes était la question de la séparation de l'Église et de l'État. Si Henry était favorable à la liberté religieuse, il estimait néanmoins que les impôts publics devaient contribuer à soutenir les institutions religieuses, alors que Madison, et son allié Jefferson, étaient partisans d'une séparation totale entre l'Église et l'État. Henry finit par être battu sur cette question en 1784, lorsque Madison et Jefferson firent adopter leur projet de loi pour l'établissement de la liberté religieuse.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Opposition à la Constitution et vie ultérieure

En 1784, Henry fut élu pour la deuxième fois au poste de gouverneur de Virginie, dont il devint à la fois le premier et le sixième gouverneur. À ce moment-là, la guerre d'Indépendance était terminée et deux factions avaient éclaté: les fédéralistes, dont Madison, le rival d'Henry, souhaitaient un gouvernement fédéral plus fort, tandis que les anti-fédéralistes, dont Henry, estimaient qu'un gouvernement fédéral fort aurait pour conséquence que certains États exerceraient une influence indue sur les autres. En 1785, Henry annonça qu'il était favorable au renforcement des articles de la Confédération existants, après s'être de plus en plus inquiété de la montée du soutien des fédéralistes. En 1786, il quitta ses fonctions et retourna à la Chambre des délégués où il continua à soutenir le programme anti-fédéraliste.

En 1787, la Convention constitutionnelle se réunit pour réviser les articles de la Confédération, que de nombreux Américains considéraient comme rompus. Henry avait été élu à la Convention mais avait refusé d'y assister après avoir examiné une copie du projet de Constitution qui lui avait été envoyée par George Washington. "Je dois me plaindre", déclara Henry, "car je ne peux pas mettre mon esprit en accord avec la constitution proposée" (Encylopedia Virginia). Madison avait prédit que Henry deviendrait le principal obstacle à la ratification de la constitution par la Virginie, ce qui se réalisa en 1788 lorsque Henry fut élu à la convention de ratification de l'État. Henry devint le principal anti-fédéraliste de la convention; usant de son éloquence caractéristique et de son style oratoire enflammé, il déclara que la constitution détruirait les pouvoirs des États. Il dénonça la Constitution comme étant "extrêmement pernicieuse, impolitique et dangereuse" et prévint que son adoption constituerait "une révolution aussi radicale que celle qui nous a séparés de la Grande-Bretagne" (Patrick Henry's Red Hill). Il perdit finalement l'argument et la Virginie ratifia la constitution par un vote de 89 à 79.

American War of Independence, 1775 - 1783
Guerre d'indépendance américaine, 1775 - 1783
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Après sa défaite, Patrick Henry se retira de la vie politique et retourna à la pratique du droit. Malgré son anti-fédéralisme farouche, son attitude à l'égard de la Constitution s'adoucit au cours des années suivantes, en particulier après que l'adoption de la Déclaration des droits eut apaisé bon nombre de ses inquiétudes concernant un gouvernement central fort. Henry devint réceptif au nouveau parti fédéraliste dirigé par Alexander Hamilton, surtout lorsque le parti démocrate-républicain de Madison et Jefferson manifesta son soutien à la Révolution française (1789-1799); comme beaucoup de fédéralistes, Henry était dégoûté par le radicalisme et les effusions de sang de la Révolution française. Après avoir changé d'allégeance politique, Henry semblait prêt à revenir sur la scène politique, bien que sa santé défaillante l'ait obligé à refuser les postes de secrétaire d'État et de juge à la Cour suprême des États-Unis.

Henry revint finalement en politique en 1799, persuadé par l'ancien président Washington de le faire après une montée de l'influence démocrate-républicaine. Il fut à nouveau élu à la Chambre des délégués de Virginie le 4 mars 1799, représentant cette fois le comté de Charlotte (il y avait acheté une maison, Red Hill, en 1794). Son dernier discours public fut prononcé au palais de justice du comté de Charlotte le jour de l'élection, dans lequel il appela à l'unité nationale. Avant qu'une session législative puisse se tenir, Henry tomba malade et retourna à Red Hill, où il mourut d'une intussusception le 6 juin 1799, à l'âge de 63 ans. Au moment de sa mort, il possédait 67 esclaves; aucun ne fut libéré dans son testament.

La mort d'Henry fut déplorée dans tous les États-Unis, même par ses rivaux politiques. Aujourd'hui, on se souvient surtout de lui pour ses oraisons révolutionnaires passionnées, en particulier son discours Donnez-moi la liberté ou donnez-moi la mort, qui a été cité à de nombreuses reprises par des hommes politiques et des mouvements révolutionnaires depuis. Il est souvent célébré comme l'un des pères fondateurs des États-Unis.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui était Patrick Henry ?

Patrick Henry était un avocat et un homme politique de Virginie qui joua un rôle essentiel dans la révolution américaine. Il est surtout connu pour son discours Donnez-moi la liberté ou donnez-moi la mort et fut le premier et le sixième gouverneur de Virginie.

Combien d'esclaves Patrick Henry possédait-il ?

Patrick Henry devint propriétaire d'esclaves pour la première fois à l'âge de 18 ans, lorsqu'il reçut six esclaves en guise de dot pour sa femme. Depuis lors, il posséda de nombreux esclaves au cours de sa vie, jusqu'à en posséder 67 au moment de sa mort en juin 1799. Aucun ne fut affranchi dans son testament.

Pour quelle raison Patrick Henry est-il célèbre ?

Aujourd'hui, Patrick Henry est surtout connu pour avoir dit "donnez-moi la liberté ou donnez-moi la mort" dans un discours prônant la guerre contre la Grande-Bretagne. Il est également connu pour avoir été le premier gouverneur de Virginie et pour avoir été l'un des pères fondateurs des États-Unis.

Où est mort Patrick Henry ?

Patrick Henry mourut dans sa maison de Red Hill, dans le comté de Charlotte, en Virginie.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, janvier 18). Patrick Henry [Patrick Henry]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22359/patrick-henry/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Patrick Henry." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 18, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-22359/patrick-henry/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Patrick Henry." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 janv. 2024. Web. 24 avril 2024.

Adhésion