Saint Patrick

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Anas Layachi
publié le 06 septembre 2015
X

Texte original en Anglais : Saint Patrick

Saint Patrick (by Nheyob, CC BY-SA)
Saint Patrick
Nheyob (CC BY-SA)

Saint Patrick (5ème siècle EC) est le saint patron de l'Irlande et l'un des missionnaires chrétiens ayant eu le plus de succès dans l'Histoire. Il était un citoyen romain de la Bretagne (connu sous le nom de Patricius) qui fut capturé par des pirates à l'âge de seize ans puis vendu en tant qu'esclave en Irlande. Il réussit à s'échapper et retourner en Bretagne, fut ordonné évêque , et retourna à la terre où il fut captif en tant que missionnaire vers 432/433 EC. On lui attribut l'expansion de l'alphabétisation en Irlande à travers les ordres monastiques qu'il établit, révisant et codifiant les Brehon Laws ("lois des juges"), et convertit le pays au Christianisme. Il ne fut pas le premier missionnaire chrétien en Irlande mais il est le plus célèbre. Son influence sur les lois et la culture de l'Irlande fut énorme puisqu'il défendit la cause des femmes, des pauvres et des esclaves tout en dialoguant avec les rois et les nobles. La date de sa mort est célébrée le 17 mars mais l'année exact de sa mort, tout comme celle de sa naissance, est inconnue.

Jeunesse et captivité

Nous en savons très peu au sujet de la jeunesse de Patrick hormis ce qu'il mentionne dans Confession (Confessio). Il y écrit qu'il est né à Bannaven Taberniae mais le lieu en question n'a jamais pu être identifié avec certitude. Certains académiciens ont avancé la théorie qu'il s'agirait de Dumbarton ou Ravenglass en Bretagne insulaire, ou une région en Bretagne, Écosse ou Pays de Galles. Son père était un magistrat nommé Calpurnius et, selon la légende, sa mère était Concessa, une nièce du célèbre Saint Martin de Tours (316 - 397 EC). Quand il avait seize ans, Patrick fut capturé par des pirates et vendu en tant qu'esclave en Irlande. Certains récits, comme celui de l'écrivain Probus, font mention de deux femmes qui furent capturées avec lui, Tigris et Lupait, et qui auraient été ses soeurs mais Patrick lui-même ne les mentionne pas et Probus doute également qu'il y ait eu des liens de sang entre eux. Si elles ont existé, avance Probus, elles furent des "soeurs" de foi.

Supprimer la pub

Advertisement

En Irlande, Patrick fut vendu à un chef de clan local nommé Miliue d'Antrim (également connu en tant que Miliucc) qui l'envoya s'occuper des troupeaux dans la Vallée de la Braid avoisinante. Pendant six ans il servit Miliue, gardant les troupeaux souvent presque nu par tous les temps. L'écrivain Thomas Cahill décrit ses conditions de vie comme suit :

La vie d'un esclave-berger n'était pas une vie emplie de joie. Arraché à la civilisation, Patricius n'avait pour seul protecteur qu'un homme qui ne tenait pas sa propre vie en haute estime, encore moins celle d'un autre. Le travail de ces bergers était amèrement isolé, plusieurs mois à la fois passés seul dans les collines. Les contacts occasionnels, qu'une personne pourrait chercher, apportaient leur lot de difficultés... Comme beaucoup d'autres en ces circonstances impossibles, il commença à prier. Il n'avait jamais auparavant prêté attention aux enseignements de sa religion : il nous dit qu'il ne croyait pas véritablement en Dieu et qu'il trouvait les prêtres insensés. Mais à présent, il n'y avait personne vers qui se tourner en dehors du Dieu de ses parents (101-102).

La croyance de Patrick en Dieu et sa dépendance de celle-ci devint plus forte jour après jour. Il écrit que "l'amour et la peur de Dieu enflamment mon coeur de plus en plus; ma foie élargie, mon esprit augmenté, de façon que je récitai cent prières par jour et presque autant chaque nuit. Je me réveille avant le lever du jour qu'il neige, qu'il gèle ou qu'il pleuve, pourtant je ne souffre d'aucun mal, ni ne souffre de paresse. Dès lors l'esprit de Dieu me réchauffait de l'intérieur". Il continua sur cette voie jusqu'à la nuit où il reçu un message dans un rêve.

Supprimer la pub

Advertisement

Quoi qu'il en soit, durant le temps qu'il vécut en Irlande, Saint Patrick changea la vie et le futur des gens qu'il avait par le passé cotoyés en tant qu'esclave.

Une voie lui adressa la parole et lui dit, "ta faim est récompensée. Tu vas partir chez toi. Regarde, ton bateau est prêt." Patrick partit immédiatement à pied vers la mer, traversant plus de 300 kilomètres en tant qu'esclave fugitif vers la côte, très certainement Wexford. Il essaya d'obtenir un passage à bord d'un navire marchand qui partait pour la Bretagne mais fut rejeté. Il raconte alors comment il se mit à prier pour recevoir de l'aide et alors le capitaine du navire l'envoya chercher pour l'amener à bord. Trois jours plus tard ils accostèrent en Bretagne.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'ordination de Patrick et le retour

Le lieu où Patrick accosta en Bretagne est incertain mais il décrit une terre de désolation lors de son débarquement aux côtés des matelots irlandais. Il leur fallut deux semaines pour traverser un environnement semblable à un désert au cours desquelles Patrick les sauva de la famine. Lorsqu'ils se moquèrent de sa foi en indiquant qu'elle ne leur serait d'aucune utilité pour trouver de la nourriture et de l'eau il les encouragea à prier et à s'en remettre à Dieu; et peu de temps après un troupeau de porcs apparut pour pourvoir à leurs besoins. Il voyagea avec les matelots jusqu'à ce qu'ils atteignent une ville, à partir de là il fit cavalier seul et arriva enfin chez lui où il fut accueilli par ses parents. Cahill écrit, "mais Patricius n'est plus un adolescent romain insouciant. Endurci physiquement et psychologiquement par des expériences impossibles à partager, son éducation étant fatalement en retard par rapport à ses contemporains, il ne put pas s'intégrer" (105). Malgré cela, il resta chez ses parents jusqu'à ce qu'un autre rêve visionnaire le pousse à partir.

Il rêva qu'un homme qu'il avait connu en Irlande nommé Victor venait à lui portant de lettres :

Et là j'eus un vision pendant la nuit, un homme venant de l'Ouest; son nom était Victorious, et il avait avec lui de nombreuses lettres; il m'en donna une pour que je la lise, et au début il en sortit une voix provenant d'Irlande. Je crus alors qu'il s'agissait de la voix des habitants de Focluit Wood, jouxtant la mer occidentale; ils m'apparurent criant d'une seule voix, disant 'vient à nous, Ô jeune saint, et marche parmi nous.' Après cela j'étais profondément touché et ne pouvais plus lire. Je me suis alors réveillé.

Patrick quitta sa famille, malgré leurs objections, et voyagea en Gaule où, après des années d'études, il fut ordonné évêque à Auxerre. Il aurait pu rester en Gaule ou retourner auprès de sa famille en Bretagne mais Patrick croyait qu'il avait une mission auprès des gens qu'il avait laissés derrière; il retourna donc en Irlande. Avant de quitter, il fit une confession auprès d'un autre évêque à Auxerre au sujet d'un pêché qu'il portait sur sa conscience depuis sa jeunesse. La nature de ce pêché n'est jamais mentionnée mais son confesseur apporta des précisions plus tard, ce qui obligea Patrick à se défendre ayant pour résultat son fameux Confession.

Supprimer la pub

Advertisement

Quand il arriva en Irlande il fut accueilli brusquement. Il écrivit comment, quand il débarqua (probablement à Wicklow) les gens lui étaient si hostiles qu'il prit rapidement la direction du nord. Patrick connaissait la langue des Irlandais grâce à ses années de captivité et, tout aussi crucial, il connaissait leurs croyances. Il semble qu'il ait été doué et partageait le message chrétien de telle façon qu'il était mieux compris et mieux reçu. Il y a bien des écrits au sujet du fameux épisode dans lequel Patrick explique la Trinité en utilisant un trèfle, par exemple; les historiens, les académiciens et les théologiens ont débattu pour savoir si cet évènement à réellement eu lieu. Savoir si cet évènement est bien réel n'est pas aussi important que de comprendre ce que cette histoire nous révèle au sujet des méthodes utilisées par Patrick pour atteindre les gens. Le concept d'une triple divinité, un être surnaturel représenté sous trois aspects, était très connu en Irlande. Les anciennes déesses Ériu, Fòdla et Banbha, bien qu'elles n'aient pas d'écrits qui leur soit dédiés avant le 11ème/12ème siècle EC, étaient connues grâce à la tradition orale pendant des siècles comme les trois soeurs qui donnèrent leurs noms à l'Irlande. Elles étaient, en effet, trois aspects de l'esprit de la terre. La déesse Brigit, de même, était représentée sous la forme de trois soeurs qui personnifiaient la force de vie à travers la guérison, la créativité et la productivité. L'histoire de Saint Patrick et du trèfle refléterait comment Saint Patrick s'inspira du monde physique et spirituel que les irlandais connaissaient afin d'expliquer l'évangile en des termes familiers.

Statue of St. Patrick, Hill of Tara
Statue de Saint-Patrick, colline de Tara
Karen Barrett-Wilt (CC BY-NC-SA)

La mission de Patrick

Saint Patrick n'était pas le premier missionaire en Irlande et l'Irlande n'était pas une terre de paganisme non plus quand il y arriva. Palladius fut le premier missionaire chrétien en Irlande et le premier évêque. Il y avait déjà des chrétiens en Irlande à l'arrivée de Patrick et les communautés chrétiennes étaient bien établies. Patrick n'apporta pas le Christianisme à cette île mais le popularisa et, selon la légende, il commença avec une fleur ce qui devint l'un des récits les plus connus à son sujet.

Il arriva soit en 432 ou en 433 EC et annonça de façon dramatique l'arrivée du Christianisme. Le festival païen d'Ostara allait être célébré et le Grand Roi de Tara avait décrété qu'aucun feu ne devait être allumé dans le pays avant le grand feu sur la Colline de Tara qui ouvrait les festivités. Patrick et ses disciples grimpèrent sur la Colline de Slane, juste en face de Tara, et allumèrent un feu. Quand le roi vit les flammes, au mépris de ses ordres, il envoya des soldats pour l'éteindre et arrêter quiconque était impliqué. En psalmodiant le poème aujourd'hui connu sous le nom de Cuirasse de Saint Patrick (ou Faed Fiada ou encore Le cri du daim) Patrick et ses disciples furent en mesure de passer inaperçus parmi les soldats, comme s'ils étaient un troupeau de daims.

Supprimer la pub

Advertisement

Ils allèrent à Tara où Patrick vaincut les druides dans un débat et gagna le droit de prêcher à la cour du Roi Laoghaire, de sa Reine et de ses chefs de clan. Au même moment les soldats qui furent envoyés pour arrêter Patrick apparurent, rapportant qu'ils n'arrivaient pas à éteindre le feu de Patrick. L'histoire s'achève avec la conversion de plusieurs des membres de la cour du Roi au Christianisme tandis que le Roi, qui refusa de se convertir, finit par respecter Patrick suffisament pour le libérer afin que ce dernier puisse continuer sa mission.

Slane Abbey
Abbaye de Slane
Fergal Jennings (CC BY-NC-SA)

La théorie suggérée par l'académicien T.F. O'Rahilly indiquant qu'il y aurait deux Saint Patrick - l'un Palladius et l'autre Patrick dont les histoires auraient été combinées - est improbable puisque la mission de Palladius ne généra jamais le genre d'histoires et de légendes qui naquirent suite à la mission de Patrick. Palladius arriva en tant que représentant de l'Église Chrétienne pour convertir les païens; Patrick arriva en tant qu'ami du peuple pour leur présenter un ami qui l'avait aidé quand il en avait eu le plus besoin. Cahill commente que Patrick "transmuta les vertues païennes [du peuple irlandais] de loyauté, courage et générosité en leurs équivalents chrétiens de foi, espoir et charité. Mais, bien que cette singulière présentation de vertue aurait créé des amitiés, elle n'aurait pas nécessairement aidé à convertir les gens - du moins, pas au sein d'un peuple aussi têtu que les irlandais" (124). Saint Patrick eut du succès en tant que missionaire car il toucha les gens grâce à son respect et son amour pour eux et leur culture qu'il avait finit par embrasser. Cahill écrit :

En devenant irlandais, Patrick unit son monde au leur, sa foi à leur vie... Patrick trouva le moyen de plonger dans les profondeurs de la psyché irlandaise et de transformer l'imaginaire irlandais - le rendant plus humain et plus noble tout en conservant ses racines irlandaises. Il n'était plus question de signifier une nouvelle vie en Dieu uniquement par le rituel du baptême. La nouvelle vie était partout en abondance et toutes kes créations de Dieu étaient bonnes (115)

Bell of St. Patrick, Ireland
Cloche de Saint-Patrick, Irlande
Osama Shukir Muhammed Amin (CC BY-NC-SA)

Postérité et héritage

Patrick fonda des communautés chrétiennes à travers l'Irlande, notamment l'Église de Armagh qui devint la capital ecclésiastique des Églises d'Irlande et où Patrick allait écrire Confession, codifier les Brehon Laws ("lois des juges"), pour enfin se retirer. L'Église Celte qu'il fonda, comme celle du missionaire Colomba d'Iona en Écosse après lui, différait en plusieurs points de l'Église de Rome, notamment le fait qu'elle incluait les femmes dans la hiérarchie de l'Église, la datation de Pâques, la tonsure des moines et la liturgie. Les académiciens sont partagés sur l'importance que revêtent ces différences dans les faits mais la plupart rejettent l'affirmation selon laquelle l'Église Celte aurait eu une vision très différente de celle de l'Église Catholique.

Supprimer la pub

Advertisement

Quoi qu'il en soit, durant le temps qu'il vécut en Irlande, Saint Patrick changea la vie et le futur des gens qu'il avait par le passé cotoyés en tant qu'esclave. Quels que soient les succès remportés par les premiers missionnaires tels que Palladius, Alibe, Declan, Ibar et Ciaran, aucun ne fit avancer les causes de l'alphabétisation, de la spiritualité et de la dignité de l'individu comme le fit Patrick. L'historien Murray Pittock cite l'académicien du 19ème/20ème siècle EC Eoin MacNeill et son opinion au sujet des Irlandais, qui seraient "des descendants d'une civilisation guerrière païenne qui, qand elle se convertit au Christianisme, transforma l'Irlande en une île unique de sainteté et d'apprentissage" ce qui remodela les celtes et la société celtique (76). Les monastères qu'il fonda ou encouragea devinrent des centres d'alphabétisation et d'apprentissage, engendrant des universités consacrées au savoir, ce qui servirait au fil du temps à collecter et préserver les documents écrits de la civilisation occidentale après la chute de Rome. L'Empire Romain n'avait jamais envahi l'Irlande et de ce fait cette terre ne se vit pas affectée par la chute de l'Empire. Dans les monastères chrétiens d'Irlande, les grandes oeuvres littéraires du passé étaient copiées et préservées pour les générations futures. À travers sa vision et sa mission, Saint Patrick changea non seulement l'Irlande mais le monde entier.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Anas Layachi
I am a History enthusiast and try to contribute as much as I can (on this particular website by translating). I have become fluent in 4 different languages through different long term travels and I am always trying to improve my knowledge.

Auteur

Joshua J. Mark
Écrivain indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau licence.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2015, septembre 06). Saint Patrick [Saint Patrick]. (A. Layachi, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13953/saint-patrick/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Saint Patrick." Traduit par Anas Layachi. World History Encyclopedia. modifié le septembre 06, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13953/saint-patrick/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Saint Patrick." Traduit par Anas Layachi. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 06 sept. 2015. Web. 10 mai 2021.