Flann Sinna

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3389 / $18000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 16 mars 2018
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Flann Sinna (by The Creative Assembly, Copyright)
Flann Sinna
The Creative Assembly (Copyright)

Flann Sinna (r. de 879 à 916) était un haut roi d'Irlande du Royaume de Mide (Meath) et un membre du Clann Cholmáin, une branche de la dynastie des Uí Néill du Sud. Son nom se prononce "Flane Shinna" et signifie "Flann du Shannon". Il est surtout connu comme un haut roi d'Irlande efficace qui consolida le pouvoir du royaume de Meath tout en honorant ses obligations envers les autres royaumes, célèbre pour sa victoire à la bataille de Belach Mugna en 908, et qui érigea des monuments pour commémorer ses exploits, notamment la Croix des Écritures au monastère de Clonmacnoise.

Patron important de cette communauté religieuse, il fut également à l'origine de la cathédrale (également connue sous le nom de Temple McDermot) et peut-être de la Croix du Sud qui subsiste encore sur le site. Ce patronage semble en contradiction avec les Annales du Royaume d'Irlande (également connues sous le nom d'Annales des Quatre Maîtres, vers 1616) qui rapportent que Flann Sinna fut responsable du sac de plusieurs églises et monastères à travers l'Irlande, ce qui conduisit à de sévères critiques de son règne par des écrivains ultérieurs.

Supprimer la pub
Publicité

Le patronage de Clonmacnoise était sans doute dû à sa mère qui s'y était retirée et y fut enterrée. Bien que les sources anciennes fournissent un compte rendu plus ou moins favorable de son règne, Flann Sinna fut manifestement confronté à des oppositions et dut réprimer à deux reprises la rébellion de l'un de ses fils, les révoltes d'autres royaumes et d'autres oppositions à son règne.

Supprimer la pub
Publicité

Les Uí Néill et les royaumes d'Irlande

Flann Sinna régnait en tant que roi de la dynastie Connachta, qui revendiquait sa descendance du légendaire héros celte Conn aux Cent Batailles. La dynastie Connachta est synonyme de la dynastie Uí Néill, cette dernière désignation ne prenant de l'importance que plus tard, une fois que les Uí Néill s'établirent pour de bon. La généalogie Connachta fait remonter l'ascendance de Conn au roi historique ou semi-historique Niall Noigiallach (Niall aux neuf otages), dont descendent tous les autres rois Uí Néill.

Selon la légende, Niall et ses frères chassaient un jour lorsqu'ils rencontrèrent une vieille femme près d'un puits. Elle refusa de leur donner de l'eau à moins qu'ils ne l'embrassent. Trois des frères refusèrent et l'un d'eux ne lui donna qu'un rapide coup de bec sur la joue, mais Niall l'embrassa à pleine bouche et la trouva transformée en une magnifique déesse. Elle le récompensa en lui accordant la royauté de l'Irlande, qui serait transmise à ses descendants pendant des générations.

Supprimer la pub
Publicité

Ireland c. 900 CE
Irlande vers 900
Erigena (Public Domain)

S'il ne fait aucun doute que les Uí Néill, qui descendaient de Niall, constituaient une puissante dynastie, il est inexact de dire qu'ils régnèrent sur l'Irlande en tant que rois traditionnels au cours des siècles suivants. Les Uí Néill se partageaient le territoire entre les Uí Néill du Nord et les Uí Néill du Sud, chaque branche envoyant à tour de rôle un roi pour régner depuis Tara, mais il existait à l'époque de nombreux petits royaumes autonomes ou semi-autonomes dans toute l'Irlande.

Lorsqu'un roi accédait au pouvoir, il demandait des otages aux autres royaumes - en Irlande et à l'étranger - afin de se faire obéir. Un roi capable de commander un grand nombre de ces otages était considéré comme beaucoup plus puissant qu'un roi qui n'en recevait que quelques-uns. Le nom de Niall indique qu'il était l'un des plus puissants car il détenait un otage de chacune des cinq provinces d'Irlande (Connacht, Leinster, Meath, Munster et Ulster) et un otage de chacune des provinces bretonnes, franques, saxonnes et écossaises.

Il n'est pas certain que Niall ait jamais détenu de tels otages - ni même qu'il ait vraiment existé - mais l'histoire, telle qu'elle fut relatée par les auteurs Uí Néill ultérieurs, vise à mettre en évidence l'importance de l'héritage et du pouvoir de la dynastie: tout comme Niall Noigiallach pouvait obtenir l'assentiment de tant d'autres, ses descendants pouvaient en faire autant.

Supprimer la pub
Publicité

Le Haut Roi d'Irlande

Le terme "otages" ne doit pas être compris au sens moderne du terme. Dans l'Antiquité, un otage était un membre important de la famille ou de la cour d'un souverain qui était envoyé à un autre monarque pour ratifier un traité. L'otage était bien soigné, éduqué dans la culture du pays où il était envoyé et finissait par revenir sain et sauf, à moins que le monarque de l'otage ne rompe les termes de la paix ou ne respecte pas un accord. Les petits royaumes envoyaient des otages aux royaumes plus puissants, non seulement pour conclure une paix, mais aussi lorsqu'un nouveau roi accédait au trône.

Les petits royaumes envoyaient des otages aux plus puissants, non seulement pour conclure la paix, mais aussi lorsqu'un nouveau roi accédait au trône.

Le concept de "roi" doit également être compris différemment que dans le sens moderne du terme. Il y avait de nombreux "rois" dans toute l'Irlande au 9e siècle, mais la plupart d'entre eux régnaient sur de petites régions et n'avaient qu'un pouvoir limité. Les petites communautés rurales étaient appelées raths (huttes en bois regroupées autour d'un lieu de réunion central et entourées de murs en terre), tandis que les communautés fortifiées plus importantes étaient appelées cashels (forts en pierre). Les raths se soumettaient au seigneur du royaume dans lequel ils se trouvaient, qui régnait depuis un cashel, et ces rois les protégeaient, les dirigeaient en temps de guerre et participaient aux rituels religieux publics.

Les chercheurs Peter et Fiona Somerset Fry développent ce point:

L'Irlande était divisée en de nombreux petits royaumes qui appartenaient vaguement à l'un ou l'autre des cinq grands royaumes provinciaux de Connact, Leinster, Meath, Munster et Ulster. Il est probable qu'il y ait eu plus de 100 petits royaumes au cours de la période antérieure et jusqu'à 150 environ au septième siècle. Ils étaient connus sous le nom de Tuatha (Tuatha = tribu, peuple ou clan) et chacun était dirigé par un ri, ou roi, qui pouvait, si son tuath était très petit, être le sous-roi d'un ri plus grand... Cette vassalité était généralement marquée par le don d'un ou plusieurs otages au roi supérieur et était souvent tout à fait volontaire, car elle offrait une protection au tuath plus petit. (29-30)

Le concept de roi évolua, passant des chefs de tribus aux seigneurs d'une région, puis à un seigneur unique regroupant les rois et les princes de moindre importance. Ce seigneur, qui aurait régné sur toute l'Irlande, était le haut ring.. Ce roi était l'incarnation du peuple et son couronnement aurait comporté un accouplement rituel avec la déesse de la terre afin de garantir la fertilité et la prospérité.

Supprimer la pub
Publicité

Le roi de n'importe quelle région d'Irlande était censé s'occuper de son peuple; le haut roi était censé s'occuper de tout le peuple et lui commander une allégeance inconditionnelle. Le haut roi d'Irlande ne contrôlait que son propre territoire et devait conclure les mêmes types de traités avec les autres royaumes que les rois inférieurs entre eux. La différence, semble-t-il, est que le haut roi jouissait d'un plus grand respect en raison de son couronnement sur la colline de Tara.

La colline de Tara

Tara était le site sacré associé à la légende des frères Éber et Érimón des Milésiens qui, dans l'Antiquité, s'étaient partagé pacifiquement la domination de l'Irlande, Éber prenant le sud et Érimón le nord. La paix régna jusqu'à ce que la femme d'Éber n'ait voulu s'approprier les trois plus belles collines d'Irlande, au premier rang desquelles la colline de Tara, qui appartenait à Érimón. Tea, la femme d'Érimón, devint furieuse à cette demande et les deux frères entrèrent en guerre. Éber fut tué et Érimón fut couronné roi de toute l'Irlande à Tara, initiant ainsi la tradition du couronnement du haut roi sur ce site.

Mound of the Hostages, Hill of Tara
Butte des otages, colline de Tara
Joshua J. Mark (CC BY-NC-SA)

C'est sous le règne de Cormac Mac Airt (vers le IIIe siècle), considéré comme le plus grand des rois irlandais et auteur de la loi des Brehons, que Tara se développa en tant que lieu de rassemblement pour la promulgation et la lecture des lois et pour les fêtes religieuses, mais il est clair que le site était un centre religieux et politique important bien avant. Le monument le plus ancien de Tara est le Monticule des Otages, une tombe de passage néolithique datant d'environ 3000 ans avant notre ère et ainsi nommée parce que c'est là que les otages étaient échangés entre les rois.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La montée au pouvoir de Flann Sinna

Flann Sinna vit le jour vers 848, fils de l'un de ces rois, Mael Sechnaill mac Maele Ruanaid (r. d'environ 846 à 862) des Uí Néill du Sud et de la reine Land ingen Dúngaile (+ 890) du royaume d'Osraige. Mael Sechnaill (également connu sous le nom de Mael Sechnaill I) assassina tous ceux qui s'étaient opposés à son accession au pouvoir et fut couronné roi de Tara en 846.

Il passa la majeure partie de son règne à combattre les pilleurs vikings, tout en s'alliant à des chefs nordiques pour faire la guerre à d'autres royaumes irlandais, puis en recourant à la diplomatie et à la menace de nouvelles violences pour consolider son pouvoir. Les initiatives de Mael Sechnaill furent si fructueuses qu'à sa mort, il fut salué comme le Haut Roi de toute l'Irlande.

Áed Findliath (r. de 862 à 879) lui succéda et épousa Land ingen Dúngaile, conformément à la tradition qui voulait qu'un successeur épouse la veuve du roi. Peu après, Land ingen Dúngaile choisit de se consacrer à une vie de piété et alla vivre à Clonmacnoise. Áed Findliath épousa ensuite Máel Muire ingen Cináeda (+ 913), fille de Kenneth MacAlpin, roi des Écossais. Áed Findliath s'était opposé à Mael Sechnaill et l'avait rencontré au combat alors qu'il était allié aux rois nordiques de Dublin. Il est possible que Flann ait participé à ces guerres, mais il n'y a aucune preuve, et on ne sait rien de la jeunesse de Flann jusqu'à ce qu'il ne prenne les premières mesures pour s'assurer la royauté.

Clonmacnoise
Monastère de Clonmacnoise
Steven Isaacson (CC BY-SA)

Flann épousa la princesse Gormlaith ingen Flann mac Conaing, fille du roi de Brega, vers 870. Le royaume de Brega était important car il détenait la colline de Tara, et le père de Gormlaith, Flann mac Conaing, était un roi puissant. Après s'être établi dans la maison royale de Brega, Flann aurait pu être satisfait, mais son ambition était de régner en tant que haut roi, comme l'avait fait son père.

Comme nous l'avons vu, la tradition à cette époque voulait que les Uí Néill alternent l'honneur du haut roi entre les branches du nord et du sud. Après Áed Findliath du nord, un roi serait choisi dans le sud. Le choix probable aurait été le second cousin de Flann Sinna, Donnchad, fils d'Aedacán, roi de Mide, mais Flann avait d'autres projets. Il divorça de Gormlaith et épousa la princesse Eithne (+ 917), fille d'Áed Findliath, s'établissant ainsi dans la maison du haut roi, puis assassina Donnchad. À la mort d'Áed Findliath en 879, Flann fut choisi comme haut roi d'Irlande et couronné à Tara.

Règne de Flann Sinna

La première mesure prise par Flann en tant que haut roi fut de divorcer d'Eithne et d'épouser sa belle-mère Máel Muire; la seconde fut de demander des otages aux autres royaumes. Lorsque certains d'entre eux refusèrent cette demande, il suivit l'exemple de son père et s'allia aux Vikings-Gaëls et à d'autres chefs nordiques et attaqua la région d'Armagh dans une démonstration de force; les autres royaumes obtempérèrent alors et envoyèrent des otages à Tara.

Tout au long des 20 années suivantes de son règne, Flann répéterait cette tactique à plusieurs reprises en soutenant les revendications d'un royaume contre un autre avec l'aide d'alliés nordiques de Dublin. Il combattit également les Nordiques en Irlande et fut vaincu par eux sous la direction de Sichfrith mac Ímair fils d'Imar (frère et successeur de Bárid mac Ímair), roi de Dublin (vers 883-888), à la bataille du Pèlerin vers 887.

Flann soutenait les revendications d'un royaume contre un autre avec l'aide d'alliés nordiques de Dublin.

Bien que vaincu, le pouvoir de Flann en tant que roi était évident à cette époque, car il fut capable de lever une armée de plusieurs royaumes différents. L'expert N. J. Higham note que "le fait qu'Áed, fils de Conchobar, roi de Connact, et Lergus, fils de Cruinnén, évêque de Kildare, figurent parmi les morts irlandais de cette bataille indique que la seigneurie [de Flann] était reconnue bien au-delà des frontières du seul Mide" (93). Flann régnait manifestement en tant que grand roi d'un pays uni, mais il ne pouvait pas contrôler sa propre maison.

En 901, son fils Donnchad Donn (issu de son mariage avec Gormlaith) se rebela. Flann blâma les associés de son fils et les traqua jusqu'à l'abbaye de Kells, où il les massacra. Donnchad fut épargné et semble avoir repris son rôle de fils dévoué. Le règne de Flann se poursuivit sans contestation, mais il est intéressant de noter que le festival annuel connu sous le nom de Foire de Tailtiu, en l'honneur de la déesse de la fertilité Tailtiu, n'eut lieu que deux fois pendant son règne.

L'importance de ce fait réside dans le fait que la foire (également connue sous le nom de Jeux de Tailteann) était une célébration de l'unité, et le fait qu'elle n'ait pas été célébrée suggère de fortes objections à la politique de Flann en tant que haut roi, qui aurait pu marginaliser certains royaumes. Même lorsque Flann semble avoir fait de son mieux pour maintenir les royaumes en paix et dans un certain degré d'égalité, ceux-ci trouvèrent toujours des raisons de se battre entre eux.

Bataille de Belach Mughna

En 908, le roi de Munster, Cormac mac Cuilennáin (r. de 902 à 908), fut encouragé par son conseiller Flaithbertach mac Inmainén (+ 944) à faire la guerre au royaume de Leinster. Flaithbertach prétendait que le Leinster devait de l'argent au Munster au titre de la rente de chef, car il occupait une partie des terres du Munster. Le roi de Leinster, Cerball mac Muirecáin, était le gendre de Flann Sinna et, après avoir refusé tout paiement à Munster, il demanda à Flann de l'aider à se défendre.

Cormac mac Cuilennáin était un roi très respecté, réputé pour son érudition et sa piété. Flann n'avait aucune envie d'entrer en guerre contre lui, et Cormac lui-même ne voulait pas de guerre du tout. Les augures avaient prédit qu'il mourrait au combat s'il lançait l'attaque contre le Leinster, mais cela mis à part, il n'était tout simplement pas dans sa nature d'être l'agresseur. L'instigateur était Flaithbertach, qui semble avoir cru sincèrement que l'honneur de Cormac en tant que roi était bafoué par le Leinster.

Stone of Destiny, Hill of Tara
Pierre du destin, colline de Tara
Germán Póo-Caamaño (CC BY)

Les présages étaient mauvais pour le Munster dès le début car Flaithbertach fut désarçonné alors que les troupes se rassemblaient. Cela fut interprété comme un signe par un certain nombre d'hommes qui refusèrent de suivre leur roi dans la bataille. Une fois les deux armées engagées, Cormac lui aussi tomba de son cheval; il se brisa la nuque et mourut sur le champ de bataille.

Un soldat du Leinster trouva son corps et lui coupa la tête; il la présenta plus tard à Flann. L'expert Martin Haverty, citant les Annales d'Irlande, écrit que, loin d'être satisfait, Flann "ne fit que déplorer la mort d'un homme si bon et si érudit et blâmer l'indignité avec laquelle sa dépouille avait été traitée" (122). Plus de 6 000 hommes de Munster furent tués à Belach Mughna, mais cela ne dissuada pas d'autres royaumes de faire valoir leurs revendications, qui devaient elles aussi être prouvées au combat.

Rébellion et déclin

Le royaume de Bréifne se rebela en 910 et fut vaincu. L'ancien royaume de Flann, le royaume de Brega, se révolte en 913, et il réagit en rasant un certain nombre de communautés. C'est de cette période qu'il tient sa réputation de destructeur d'églises. On ne sait pas si ces églises et abbayes furent détruites dans le cadre d'une campagne plus large ou si elles furent choisies pour leur résonance particulière dans la communauté ou si elles furent à l'origine de la révolte.

En 915, Donnchad Donn se rebela à nouveau, cette fois de concert avec son frère Conchobar. Ils furent vaincus, non par Flann, mais par son vassal Niall Glúndub (r. de 916 à 919), fils de Máel Muire et d'Áed Findlaith des Uí Néill du nord. Flann avait vaincu Niall lors de la bataille de Crossakiel des années auparavant et les deux hommes avaient formé une alliance en mariant la fille de Flann, Gormlaith ingen Flann Sinna, à Niall.

En 914, Niall tua le fils de Flann, Oengus, lors d'une bataille qui faisait peut-être partie de la rébellion des autres frères en 915. Flann était certainement un homme plus âgé à cette époque, mais il semble avoir été en mesure de réprimer efficacement les rébellions de Bréifne et de Brega. Il est probable qu'il n'ait pas pu faire face à la rébellion de ses propres fils et qu'il l'ait laissée à Niall Glúndub.

Flann Sinna mourut de causes naturelles en mai 916 et Niall Glúndub lui succéda en tant que haut roi. Niall poursuivrait la politique de Flann, mais avec moins de succès. Il fit marcher ses armées contre les Nordiques de Dublin en 919 et fut tué au combat. Donnchad Donn lui succéda, mais il était loin d'être le roi que son père avait été. Malgré tous ses défauts, on se souvient de Flann Sinna comme d'un souverain efficace qui essaya de faire de son mieux pour son peuple, et à sa mort, il fut pleuré en tant que haut roi d'une Irlande unie.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2018, mars 16). Flann Sinna [Flann Sinna]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16870/flann-sinna/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Flann Sinna." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 16, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16870/flann-sinna/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Flann Sinna." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 16 mars 2018. Web. 22 juil. 2024.

Adhésion