Bataille de Waxhaws

Article

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 avril 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

La bataille de Waxhaws (29 mai 1780) fut un petit engagement qui se déroula sur le théâtre sud de la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783), mais qui eut un impact psychologique important sur les Patriotes. Au cours de la bataille, le lieutenant-colonel Banastre Tarleton et sa tristement célèbre Légion britannique auraient massacré des soldats patriotes qui tentaient de se rendre, renforçant ainsi l'image d'impitoyabilité des soldats britanniques.

Battle of Waxhaws
Bataille de Waxhaws
New York Public Library (Public Domain)

Charleston attaquée

En mars 1780, le chaos et la destruction de la guerre d'Indépendance s'abattaient sur la Caroline du Sud. Plus de 10 000 soldats britanniques et allemands, sous le commandement de Sir Henry Clinton, débarquèrent à Drayton's Landing, à 19 km au nord de la ville de Charleston. Le 29 mars, l'armée traversa la rivière Ashley et se retrancha à l'extérieur des défenses terrestres de la ville, commençant ainsi à l'assiéger. Entre-temps, des navires de la Royal Navy entrèrent dans le port de Charleston, après avoir franchi le banc de sable censé empêcher un tel mouvement; le commodore américain chargé des défenses navales de la ville, pris de panique, décida de saborder ses huit navires plutôt que d'affronter la puissance de feu des vaisseaux de guerre de la Royal Navy. Au cours des semaines suivantes, les fortifications britanniques se rapprochèrent des murs de Charleston, sans se laisser décourager par les tirs incessants de l'artillerie américaine. Ce n'était qu'une question de temps, semblait-il, avant que l'Union Jack ne flotte au-dessus des murs de Charleston.

Supprimer la pub
Publicité
Si Charleston tombait, les Britanniques pourraient contrôler les flux commerciaux en provenance du Sud des États-Unis, paralysant ainsi l'économie américaine.

Le major général Benjamin Lincoln, responsable de l'armée américaine dans la ville, était conscient de la gravité de la situation. Charleston était, à l'époque, le joyau du Sud américain. Elle était non seulement la plus grande ville du Sud, mais aussi le centre économique de la région; l'indigo et le riz, deux des cultures les plus rentables des plantations de Caroline du Sud, étaient exportés depuis les quais de Charleston, et leur vente permettait de financer l'effort de guerre des États-Unis. Si la ville tombait, les Britanniques ne prendraient pas seulement pied en Caroline du Sud, mais pourraient aussi contrôler plus facilement le commerce sortant du Sud du pays, paralysant ainsi l'économie américaine. Les autorités civiles supplièrent le général Lincoln de ne pas céder la ville, peu importe le coût pour son armée. Lincoln fit de son mieux pour obtempérer, mais il savait que sa situation s'assombrissait de jour en jour. Le 14 avril, sa voie de retraite à travers la rivière Cooper voisine fut coupée lorsqu'un détachement de dragons britanniques, dirigé par le lieutenant-colonel Banastre Tarleton, surprit et défit l'avant-poste américain de Monck's Tavern. Quelques heures plus tard, l'énergique Tarleton s'empara de tous les principaux points de passage sur la Cooper dans un rayon de 10 km autour de Charleston. L'armée de Lincoln était désormais bel et bien prise au piège.

Bien que plus en plus affaiblie de jour en jour, la situation de Lincoln n'était pas totalement désespérée. Le général George Washington, commandant en chef des forces américaines, était occupé à diriger l'armée principale dans le New Jersey et ne pouvait venir en aide à Lincoln. Washington envoya cependant deux régiments continentaux sous les ordres du général d'origine bavaroise Johann de Kalb pour aider à la défense de Charleston. Au même moment, le colonel Abraham Buford et les 380 soldats du 3e régiment de Virginie descendirent de Virginie pour aider à protéger les Carolines des Britanniques. Le 5 mai, les hommes de Buford arrivèrent à Lenud's Ferry, sur la rive nord de la rivière Santee, à 64 km de Charleston. Les Virginiens y rencontrèrent un petit groupe de troupes américaines sous les ordres du colonel Anthony Walton White et du colonel William Washington (un petit-cousin du général). White et Washington avaient rassemblé les survivants des raids de Tarleton le long de la rivière Cooper et s'étaient regroupés à Lenud's Ferry.

Supprimer la pub
Publicité

Bataille de Lenud's Ferry

Lorsque Buford expliqua qu'il tentait d'atteindre Charleston, White et Washington décidèrent de l'aider. Le 6 mai, White dirigea une petite compagnie de dragons de Virginie sur la rivière, afin de vérifier si la voie était libre pour que Buford puisse se lancer à l'assaut de Charleston. Au départ, la mission de reconnaissance de White se déroula bien; un officier britannique et 17 fantassins légers furent faits prisonniers alors qu'ils cherchaient de la nourriture dans une plantation déserte. Satisfaits, White et ses dragons se mirent alors en route pour Lenud's Ferry afin de rejoindre Buford, mais ils n'y parviendraient jamais. Alors que les hommes de White tentaient de retraverser la rivière, ils furent attaqués par Tarleton et 150 dragons britanniques. L'attaque prit les Américains par surprise: 36 d'entre eux furent tués ou blessés, 60 autres furent faits prisonniers. Plusieurs Américains, dont White et Washington, s'échappèrent en sautant dans la Santee et en la traversant à la nage; White et Washington parvinrent à atteindre l'autre rive, mais quelques autres se noyèrent lors de leur tentative.

American War of Independence, 1775 - 1783
Guerre d'indépendance américaine, 1775 - 1783
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Les chevaux de Tarleton rôdant sur la rive sud de la Santee, Buford n'était pas en mesure de se porter au secours de Charleston. Même s'il avait pu le faire, il était arrivé bien trop tard pour changer quoi que ce soit. À ce stade, les fortifications britanniques avaient atteint les murs de Charleston, tandis que les lourds bombardements de l'artillerie britannique avaient mis le feu aux bâtiments en bois de la ville. Le 12 mai 1780, le général Lincoln finit par se rendre à la fois à la ville et à toute son armée. Les Britanniques déclarèrent avoir capturé 5 466 officiers et soldats continentaux, 5 316 mousquets, 15 drapeaux régimentaires et environ 33 000 cartouches d'armes légères. Il s'agissait sans doute de la pire défaite américaine de la guerre, ainsi que de la plus grande armée américaine à se rendre à une force ennemie avant la bataille de Harper's Ferry en 1862.

Supprimer la pub
Publicité

Poursuite

La fin du siège de Charleston et la reddition de l'armée de Lincoln laissèrent la petite force de Buford en tant que seule partie de l'armée continentale à rester en Caroline du Sud. Le détachement de De Kalb avait atteint la Caroline du Nord lorsqu'il apprit la chute de Charleston; plutôt que de continuer, de Kalb décida de rester à Greensboro en attendant de nouveaux ordres (pour le sort de de Kalb et de ses hommes, voir l'article sur la bataille de Camden). Buford, qui s'était soudainement retrouvé isolé en territoire ennemi, décida que la meilleure solution était de se replier en Caroline du Nord et de rejoindre peut-être la force de Kalb. Mais alors que la colonne de Virginiens commençait à remonter vers le nord, elle se retrouva poursuivie par une force qui s'était déjà forgé une réputation redoutable: la Légion britannique commandée par le jeune et impitoyable Banastre Tarleton.

Tarleton était le fils d'une famille prospère de Liverpool; son père était un marchand qui s'était enrichi grâce au commerce du sucre des Antilles et à la traite des esclaves, et qui était devenu maire de Liverpool. Tarleton avait fréquenté l'université d'Oxford avec l'intention d'étudier le droit, mais il avait changé d'avis quelque temps après la mort de son père en 1773. Au début de la guerre d'Indépendance, il acquit le grade de cornette dans l'armée britannique. Il participa à la bataille ratée de Sullivan's Island (28 juin 1776), première tentative britannique de prendre Charleston, et faisait partie de la patrouille qui captura le général Charles Lee, commandant en second de Washington, en décembre 1776. En 1780, Tarleton avait atteint le grade de lieutenant-colonel et fut placé à la tête d'une unité d'élite de combattants loyalistes appelée la Légion britannique. Tarleton se montra digne de ce commandement pendant le siège de Charleston, lorsqu'il prit le contrôle de la rivière Cooper et aida à piéger l'armée de Lincoln dans la ville. Tarleton n'avait alors que 25 ans.

Siege of Charleston
Siège de Charleston
Alonzo Chappel (Public Domain)

Maintenant que Charleston était sous son contrôle, Sir Henry Clinton souhaitait consolider la mainmise britannique sur la Caroline du Sud, ce qui impliquait de détruire les derniers éléments de l'armée continentale restés dans l'État. Clinton envoya son second, Lord Charles Cornwallis, à la poursuite des Virginiens de Buford le 18 mai. Cependant, Buford avait pris plusieurs jours d'avance et Cornwallis se rendit compte que ses fantassins seraient incapables de rattraper les Continentaux avant qu'ils ne traversent la Caroline du Nord en toute sécurité. Cornwallis confia donc la mission au colonel Tarleton, déjà réputé pour son énergie et sa rapidité. Conscient que c'était là une occasion de se faire un nom, Tarleton accepta volontiers la tâche et, le 27 mai, quitta l'armée principale de Cornwallis avec 130 cavaliers et 100 fantassins de sa Légion britannique, ainsi que 40 hommes du 17e régiment de dragons. Malgré la chaleur étouffante de l'été, Tarleton et ses hommes parvinrent à parcourir 96 km en une seule journée et arrivèrent à Camden, en Caroline du Sud, dans l'après-midi du 28.

Supprimer la pub
Publicité

En interrogeant les habitants, Tarleton apprit que la dernière position connue de Buford était Rugeley's Mill, à seulement 12 miles (19 km). Tarleton apprit également que John Rutledge, gouverneur patriote de Caroline du Sud, accompagnait la colonne de Buford. Cela réjouit le jeune colonel, qui avait désormais la perspective de capturer un gouverneur traître et de détruire un régiment continental. Il laissa ses hommes dormir le reste de la journée. Le 29 mai à 2 heures du matin, il réveilla ses troupes épuisées, les mit en selle et sortit de Camden. Au total, les hommes de Tarleton parcoururent 105 miles (169 km) en moins de 54 heures; de nombreux chevaux furent montés jusqu'à la mort et leurs cadavres poussiéreux furent laissés dans le sillage de Tarleton.

Préparatifs

À ce stade, Buford arriva à Waxhaws, une région située à cheval sur la frontière entre la Caroline du Nord et la Caroline du Sud. Buford et ses hommes avaient entendu des informations selon lesquelles les Britanniques les poursuivaient de près, ce qui amena le gouverneur Rutledge à décider de se séparer de la colonne et d'avancer seul; Buford décida également d'envoyer son train de bagages et ses canons de campagne en avant de sa colonne principale afin qu'ils ne tombent pas aux mains de l'ennemi. Buford et ses hommes restèrent à Waxhaws pour donner au gouverneur et aux approvisionnements le temps d'arriver en Caroline du Nord. Buford commençait à peine à remettre sa colonne en mouvement qu'elle fut abordée par un officier britannique à cheval, portant un drapeau blanc de trêve.

Buford arrêta ses hommes et leur ordonna de former une ligne de bataille pendant qu'il parlementait avec l'officier. L'officier remit à Buford une note écrite par Tarleton, dans laquelle le colonel britannique exigeait la reddition immédiate des Américains; cette offre, prévenait froidement Tarleton, ne serait pas renouvelée. On ne peut reprocher à Buford d'avoir envisagé cette proposition, car la plupart de ses 380 hommes étaient des recrues qui n'avaient jamais participé à une bataille; les troupes de Tarleton, en revanche, étaient essentiellement composées de loyalistes d'élite et de dragons britanniques. Buford refusa cependant de se rendre. Une fois que l'officier britannique s'était éloigné à cheval pour rapporter sa réponse à Tarleton, Buford examina sa propre ligne de bataille. Les Virginiens étaient installés dans un bois clairsemé, à droite de la route principale, et se tenaient côte à côte en une seule ligne de bataille. Les couleurs du régiment étaient placées au centre de la ligne, à la vue de tous. Pour rendre sa puissance de feu aussi efficace que possible, Buford ordonna à ses hommes de ne pas tirer tant que l'ennemi ne se trouvait pas à une "distance mortelle" de 10 yards (9 m).

Supprimer la pub
Publicité

Banastre Tarleton
Banastre Tarleton
Sir Joshua Reynolds (Public Domain)

Tarleton, quant à lui, forma ses hommes à seulement 300 yards (274 m) de la ligne américaine. Cette distance était suffisamment proche pour narguer les Américains par leur présence, mais suffisamment éloignée pour être hors de portée des mousquets. Après avoir examiné les positions américaines, Tarleton décida d'une attaque sur trois fronts. La première colonne, composée de 60 dragons de la Légion britannique et d'un nombre égal de fantassins montés, avança contre l'aile gauche des Américains pour "dégarnir le flanc de l'ennemi" (Boatner, 1173). Dans le même temps, Tarleton en personne dirigea 30 dragons sélectionnés contre le flanc droit des Américains, dans l'espoir de les contourner et de les frapper à l'arrière. La troisième colonne de Tarleton, composée du reste de l'infanterie et des dragons, chargea directement le centre américain; l'espoir était que les Virginiens seraient désorientés par cet assaut rapide et qu'ils céderaient sous la pression.

Bataille de Waxhaws

À 15 heures, Tarleton lança son attaque. Alors que les sabots des chevaux britanniques et loyalistes tonnaient en direction de la position patriote, les Continentaux se retinrent de tirer; les soldats britanniques entendirent les officiers continentaux rappeler à leurs hommes de ne pas tirer tant qu'ils ne se seraient pas rapprochés. Cependant, les Continentaux étaient pour la plupart des recrues inexpérimentées et n'avaient pas la discipline nécessaire pour exécuter cet ordre. En conséquence, les chevaux britanniques se retrouvèrent au milieu des Virginiens avant que la plupart d'entre eux n'aient eu l'occasion de tirer leurs mousquets. Les trois colonnes britanniques se heurtèrent rapidement à la ligne des Patriotes; le soleil éclairait les sabres des dragons qui se lèvaient et s'abaissaient, fauchant les soldats continentaux en contrebas.

La victoire de Tarleton à Waxhaws détruisit le dernier vestige du département sud de l'armée continentale.

Après avoir tourné autour de l'arrière des Patriotes, Tarleton remarqua les couleurs du régiment près du centre de la ligne et fonça droit dessus. Tarleton aurait coupé le bras d'un enseigne américain qui tentait de hisser un drapeau blanc, avant que son propre cheval ne soit abattu. Le colonel britannique fut violemment projeté de son cheval vers le sol; comme cela se passait au centre de la ligne, presque tout le monde put le voir. Les Britanniques et les Loyalistes crurent que leur colonel avait été tué, ce qui, selon le rapport ultérieur de Tarleton, explique la suite des événements. Les Britanniques furent remplis d'une "aspérité vindicative" et, pour tenter de venger leur colonel tombé au combat, commencèrent à massacrer les troupes patriotes (Boatner, 1174). Ceux qui tentèrent de se rendre furent abattus sur place, tandis que tous les appels au quartier (ou à la pitié) furent ignorés. Un témoin oculaire américain rapporte que, pendant 15 minutes après la fin de la bataille, les Britanniques "parcouraient le terrain en plongeant leurs baïonnettes dans chaque [corps] qui présentait le moindre signe de vie" (cité dans Boatner, 1174).

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La bataille de Waxhaws se termina en quelques minutes. Les Continentaux perdirent un nombre impressionnant de 113 tués et 203 blessés; parmi ces derniers, 150 étaient si gravement blessés que les Britanniques ne purent les transporter et les laissèrent mourir sur le champ de bataille. Les Britanniques, en revanche, ne perdirent que 5 tués et 14 blessés. Tarleton, malgré la chute de son cheval, sortit indemne de la bataille. Un débat subsiste sur la question de savoir si un tel massacre a réellement eu lieu; alors que les survivants patriotes soutiennent que les Continentaux furent tués même après avoir jeté leurs armes, certains Britanniques et Loyalistes nient que des troupes aient tenté de se rendre.

Monument at the Site of the Battle of Waxhaws
Monument sur le site de la bataille de Waxhaws
Roger Raymond Grogg (CC BY-SA)

Conséquences et héritage

La victoire de Tarleton à Waxhaws détruisit le dernier vestige du département sud de l'armée continentale. Tarleton, victorieux, rejoignit l'armée principale de Cornwallis à temps pour participer à la bataille de Camden trois mois plus tard. La nouvelle du "massacre" de Waxhaws se répandit rapidement dans les Carolines. Tarleton acquit rapidement une réputation de boucher impitoyable; il fut surnommé "Bloody Ban" par les Patriotes, et l'expression anglo-saxonne "Tarleton's Quarter" fut inventée pour désigner l'impitoyabilité des officiers britanniques comme Tarleton. Les Patriotes firent un grand usage propagandiste de la bataille, incitant de nombreux Sudistes à rejoindre les milices patriotes qui se développaient rapidement dans les Carolines.

Tarleton n'accepta jamais la responsabilité du massacre. Il a toujours déclaré que le massacre avait eu lieu après qu'il soit tombé de cheval et qu'il ait perdu le contrôle de ses hommes. Après la reddition de Cornwallis lors du siège de Yorktown (28 septembre - 19 octobre 1781), Tarleton fut le seul officier britannique à ne pas être invité à dîner avec les officiers continentaux. D'autre part, le public britannique félicita Tarleton pour ses actions à Waxhaws. Inconnu du grand public avant la bataille, Tarleton fut salué en Grande-Bretagne comme un héros de guerre et célébré dans sa ville natale de Liverpool; le public britannique accepta le récit selon lequel aucun massacre n'avait été commis. Quoi qu'il en soit, Waxhaws servit de cri de ralliement pour les Sud-Caroliniens, de la même manière que la bataille d'Alamo le fut pour les Texans 50 ans plus tard. La bataille galvanisa la résistance à l'occupation britannique dans le Sud et aida les Patriotes à remporter cette dernière phase de la guerre.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que la bataille de Waxhaws?

La bataille de Waxhaws fut menée par des soldats continentaux contre des dragons britanniques et loyalistes en Caroline du Sud pendant la Révolution américaine. Elle se solda par une victoire britannique et un possible massacre des troupes continentales qui tentaient de se rendre.

Quand la bataille de Waxhaws eut-elle lieu?

La bataille de Waxhaws se déroula le 29 mai 1780, pendant la campagne du sud de la guerre d'Indépendance américaine.

Pourquoi la bataille de Waxhaws fut-elle importante?

La bataille de Waxhaws fut importante car elle contribua à galvaniser la résistance à l'occupation britannique de la Caroline du Sud. Les Patriotes utilisèrent le prétendu massacre d'Américains qui tentaient de se rendre à Waxhaws comme propagande pour mettre en colère les Sud-Caroliniens et les inciter à rejoindre les milices patriotes.

Qui dirigeait les Britanniques lors de la bataille de Waxhaws?

Lors de la bataille de Waxhaws, les dragons britanniques et loyalistes étaient dirigés par le lieutenant-colonel Banastre Tarleton, qui acquit une réputation de boucher lors de la bataille et fut surnommé "Bloody Ban" par les Patriotes.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, avril 15). Bataille de Waxhaws [Battle of Waxhaws]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2424/bataille-de-waxhaws/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Bataille de Waxhaws." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 15, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2424/bataille-de-waxhaws/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Bataille de Waxhaws." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 avril 2024. Web. 27 mai 2024.

Adhésion