Bataille de Germantown

Article

Harrison W. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 18 février 2024
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

La bataille de Germantown (4 octobre 1777) fut une bataille majeure de la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783) au cours de laquelle le général George Washington lança un assaut infructueux contre l'armée britannique en garnison à Germantown, en Pennsylvanie. Après l'échec de son attaque, Washington retira son armée dans ses quartiers d'hiver à Valley Forge pour reprendre l'entrainement des troupes et réorganiser ses forces.

Battle of Germantown
Bataille de Germantown
Christian Schussele (Public Domain)

La bataille faisait partie de la campagne de Philadelphie (juillet 1777 à juin 1778), lancée par le général britannique Sir William Howe pour capturer la capitale des États-Unis, Philadelphie. Après avoir vaincu l'armée continentale à la bataille de Brandywine (11 septembre 1777), Howe entra dans Philadelphie sans opposition le 26 septembre. Washington, espérant vaincre Howe et reprendre la capitale, décida de lancer une attaque surprise contre le corps principal de 9 000 soldats britanniques en garnison à Germantown, près de Philadelphie. L'attaque débuta dans un épais brouillard le matin du 4 octobre, les Américains utilisant l'effet de surprise pour chasser les sentinelles britanniques. Cependant, la coordination entre les différentes unités américaines fut rapidement perturbée par le brouillard, entraînant une perte de vitesse de l'assaut. Le chaos et le désordre prirent rapidement le dessus, entraînant des tirs amis entre les unités américaines, et l'armée continentale s'effondra et fuit lorsque les Britanniques contre-attaquèrent.

Supprimer la pub
Advertisement

L'attaque de Germantown échoua en partie à cause de la confusion causée par l'épais brouillard, mais aussi parce que les soldats n'étaient pas encore assez disciplinés pour effectuer les manœuvres complexes que le plan de Washington exigeait d'eux. Conscient de cette situation, Washington passa l'hiver suivant à Valley Forge pour réorganiser et entraîner ses soldats, les transformant en une armée plus disciplinée et plus efficace.

Contexte

Bien que Washington ait perdu environ un dixième de ses hommes à Brandywine, il garda l'armée continentale en état.

Le 25 août 1777, une armée britannique dirigée par Sir William Howe débarqua à Head of Elk, dans le Maryland. Son objectif était la capitale des États-Unis, Philadelphie, dont la capture devait mettre fin à la rébellion américaine. Alors que Howe entamait sa route vers Philadelphie, le général George Washington et l'armée continentale l'attendaient à Brandywine Creek, dans la municipalité de Chadd's Ford, en Pennsylvanie. Alors que Washington avait positionné ses troupes à la plupart des principaux points de passage de la Brandywine, il avait négligé de renforcer suffisamment son flanc droit, qui resta dangereusement exposé. Le 11 septembre 1777, les Britanniques lancèrent un bombardement d'artillerie sur le centre des Américains pour les distraire, tandis que 9 000 soldats britanniques contournaient la ligne américaine pour frapper leur flanc exposé. Bien que les Continentaux aient été pris au dépourvu, ils tinrent bon suffisamment longtemps pour que le reste de l'armée puisse entamer une retraite coordonnée jusqu'à la ville de Chester, située à quelque 22 km de là. La bataille de Brandywine se solda donc par une défaite américaine; mais, bien que Washington ait perdu environ un dixième de ses hommes, il maintint l'armée continentale intacte, privant ainsi Howe de la victoire décisive dont il avait désespérément besoin.

Supprimer la pub
Advertisement

Au cours des jours suivants, les armées britanniques et continentales s'affrontèrent, s'engageant dans un ballet de manœuvres maladroites au cours duquel Washington chercha à empêcher Howe d'atteindre Philadelphie. Le 16 septembre, une bataille majeure semblait prendre forme à Warren Tavern, entre Lancaster et Philadelphie, mais alors que les deux camps se préparaient au combat, un orage torrentiel éclata, détrempant les cartouches et la poudre à canon des deux armées (ce combat avorté serait appelé plus tard la "bataille des nuages"). L'orage se prolongea jusqu'au lendemain, permettant à Washington de se replier; Howe ne montra pas d'empressement particulier à le poursuivre, car cela nécessiterait de marcher sur des routes boueuses et défoncées. Washington se retira donc au-delà de la rivière Schuylkill le 19 septembre, laissant derrière lui une division de 1 500 hommes sous les ordres du général Anthony Wayne pour harceler l'arrière des Britanniques.

Le général Wayne, qui campait à Paoli Tavern à seulement 3 km du camp britannique, pensait ne pas être détecté par l'ennemi, surtout lorsque la principale force britannique commençait à se déplacer lentement vers la Schuylkill à la poursuite de Washington, mais il se trompait lourdement. À 22 heures, le 20 septembre 1777, un détachement de 1 200 soldats britanniques sous les ordres du major général Charles Grey s'approcha silencieusement du campement de Wayne. Pour conserver l'effet de surprise, Grey avait ordonné à ses hommes de retirer les pierres à fusil de leurs mousquets et de n'utiliser que la baïonnette, ce qui lui vaudrait par la suite le surnom de Grey "No Flint" (sans pierre à fusil). Alors que les soldats américains s'installaient dans leurs lits pour la nuit, les troupes de Grey pénétrèrent dans le camp, tuèrent les sentinelles à la baïonnette et se précipitèrent d'une tente à l'autre pour laisser leurs baïonnettes faire leur œuvre macabre. Les hommes de Wayne, bien qu'encore groggy par le sommeil, parvinrent à se regrouper et à tirer sur les intrus britanniques, mais l'assaut des hommes de Grey était trop brutal et Wayne ordonna la retraite dans les bois sombres. Pas moins de 200 Américains furent tués ou blessés lors de l'attaque nocturne, et une centaine d'autres furent faits prisonniers; les Britanniques ne déplorèrent que quatre tués et sept blessés.

Supprimer la pub
Advertisement

Battle of Paoli
Bataille de Paoli
Xavier della Gatta (Public Domain)

La bataille de Paoli (ou le massacre de Paoli, comme l'appelaient les Américains) perturba Washington, qui avait soigneusement manœuvré pour éviter un contact inutile avec l'ennemi. Howe remarqua la timidité soudaine de Washington et décida de profiter de la peur d'être débordé de son adversaire. Le 22 septembre, les Britanniques simulèrent un mouvement vers le nord, donnant l'impression qu'ils avaient l'intention de tomber sur le flanc américain. Washington mordit à l'hameçon et marcha 10 miles (16 km) vers le nord pour mieux se positionner. Les Britanniques firent alors demi-tour dans la direction opposée, vers Philadelphie qui n'était plus défendue. Le 26 septembre 1777, Lord Charles Cornwallis conduisit l'avant-garde de l'armée britannique dans la capitale des États-Unis qui venait d'être évacuée par le Congrès continental.

Préparatifs

Bien qu'il ait désormais eu le contrôle des deux villes les plus importantes des Treize Colonies (New York et Philadelphie), Howe ne se sentait pas en sécurité. D'une part, les Patriotes contrôlaient toujours l'accès à la rivière Delaware, qui était gardée par Fort Mifflin et Fort Mercer; ils pouvaient empêcher les approvisionnements vitaux et les renforts d'atteindre Howe à Philadelphie. En outre, l'armée continentale de Washington se reposait à seulement 40 km de là, à Skippack Creek, dangereusement près. La combinaison de l'armée de Washington, qui rôdait quelque part juste à l'abri des regards, et des forts patriotes qui se dressaient fermement le long du Delaware donnait à Howe le sentiment d'être isolé, au plus profond du territoire ennemi. Il craignait de garder son armée regroupée à Philadelphie, où elle pourrait être prise au piège si la ville devait être assiégée, et déplaça donc 9 000 hommes à Germantown, à 8 km au nord, sur la rive est de la rivière Schuylkill. Trois mille autres hommes furent envoyés à Elktown pour surveiller le transport des fournitures britanniques, ce qui laissa moins de trois mille hommes pour tenir la garnison de Philadelphie.

General George Washington
Général George Washington
Rembrandt Peale (Public Domain)

Lorsque Washington apprit que Howe avait autant dispersé ses forces, il en fut ravi. S'il pouvait seulement surprendre et vaincre le plus gros de l'armée britannique à Germantown, il pourrait vraisemblablement forcer Howe à se rendre. Combinée aux récents succès américains dans la campagne de Saratoga (du 20 juin au 19 octobre 1777), une victoire à Germantown pourrait très bien signifier la fin de la guerre à proprement parler. Washington, qui avait réussi une attaque surprise similaire lors de la bataille de Trenton (26 décembre 1776), n'avait aucun doute quant à sa capacité à récidiver. Il émit un ordre général dans lequel il fit appel à la fierté de ses hommes et encouragea une certaine concurrence avec l'armée nord-américaine, qui s'était si bien comportée à Saratoga:

Supprimer la pub
Advertisement

Cette armée, la principale armée américaine, ne se laissera certainement pas devancer par ses frères du Nord; elle ne supportera jamais une telle disgrâce; mais, avec l'ambition de devenir des hommes libres, de lutter pour la cause la plus juste, elle rivalisera avec l'esprit héroïque qui enflait dans son sein et qui, si noblement exercé, lui avait procuré une renommée éternelle. Convoitez! mes compatriotes, mes compagnons d'armes! Convoitez une part de la gloire due à l'héroïsme! Qu'il ne soit jamais dit qu'au jour de l'action, vous avez tourné le dos à l'ennemi; que l'ennemi ne triomphe plus! (Middlekauff, 397)

Après avoir inspiré ses hommes, Washington était prêt à se mettre en route. Pour éviter que Howe ne s'aperçoive de ses intentions, Washington attendit la tombée de la nuit du 3 octobre 1777 pour lever le camp. Il parcourut ensuite les 32 km qui le séparaient de Germantown à marche forcée avant de s'arrêter à 2 heures du matin, à 3 km à peine des sentinelles britanniques. Le plan consistait à lancer un assaut sur plusieurs fronts: La brigade du major général John Sullivan mènerait l'attaque principale sur Skippack Road (la route principale de Germantown), soutenue par la brigade de Wayne. Le général Nathanael Greene guiderait une attaque simultanée sur le flanc des Britanniques, tandis que la milice du général William Smallwood se placerait derrière les Britanniques et leur couperait la retraite. Par cette manœuvre, Washington espérait piéger la garnison britannique à Germantown pour la forcer à se rendre. Il laissa ses hommes se reposer en attendant les premières lueurs de l'aube, dans l'attente de la bataille qui permettrait de gagner la guerre - du moins l'espérait-il.

La bataille

À 5 heures du matin, le 4 octobre 1777, les Américains frappèrent; le soleil venait de se lever, mais une épaisse couche de brouillard empêchait de le distinguer. L'avant-garde de la division du général John Sullivan remonta la route de Skippack et, ignorant les ordres de Washington de n'utiliser que la baïonnette, tira sur les sentinelles britanniques de Mount Airy. Plusieurs sentinelles britanniques s'écroulèrent au sol, tandis que leurs camarades effrayés tentèrent de riposter, mais le brouillard obscurcit la visibilité, ce qui conduisit les Britanniques à tirer à l'aveuglette dans la direction où ils pensaient que l'ennemi arrivait. Le bruit des tirs de mousquet alerta le général Howe, qui se rendit à Mount Airy pour voir ce qui se passait. Il trouva ses sentinelles sur le point de battre en retraite, ce qui irrita le général; n'ayant aucune raison de croire que Washington avait quitté Skippack Creek, il pensa qu'ils étaient confrontés à un groupe de fourrageage américain ou, au pire, à quelques miliciens patriotes entêtés. "En formation! En formation!" s'écria Howe, reprochant à ses hommes d'avoir cédé à un groupe d'éclaireurs (Middlekauff, 400).

Battle of Germantown Map
Carte de la bataille de Germantown
U.S. Army Center of Military History (Public Domain)

C'est alors que l'air se remplit du grondement de l'artillerie américaine, les morceux de mitraille se brisant sur les troupes britanniques. L'infanterie de Sullivan sortit de l'épais brouillard, baïonnettes au clair, provoquant la fuite des soldats britanniques terrifiés; Howe et son état-major retournèrent à Germantown pour alerter le reste de la garnison. Alors que les Britanniques s'enfuyaient, un groupe d'environ 120 soldats du 40e régiment d'infanterie fut désorienté et bientôt coupé de la force principale. Entendant l'approche rapide des troupes américaines, ils décidèrent d'entrer et de barricader une vieille maison en pierre appelée Cliveden, appartenant au juge de Pennsylvanie Benjamin Chew (qui n'était pas chez lui). Les troupes de Sullivan prirent d'assaut Cliveden mais furent repoussées avec de lourdes pertes; les murs de pierre du manoir s'avérèrent trop difficiles à pénétrer. Frustrés, les hommes de Sullivan poursuivirent l'assaut de Cliveden pendant l'heure qui suivit, perdant un temps précieux, des munitions et des vies à attaquer une maison qu'ils auraient pu simplement contourner.

Supprimer la pub
Advertisement

Washington se rendit compte que le temps était compté, mais décida qu'il ne pouvait pas laisser un bâtiment rempli de troupes britanniques derrière ses lignes. Il ordonna à Sullivan de poursuivre son assaut, en faisant sortir la brigade du général William Maxwell de la réserve pour continuer l'assaut sur Cliveden. Maxwell, en collaboration avec le brigadier général Henry Knox, fit monter plusieurs pièces d'artillerie et bombarda la maison, mais les murs de pierre de Cliveden tinrent bon et le bombardement ne servit à rien. Maxwell ordonna alors un nouvel assaut sur le bâtiment, mené par le colonel John Laurens, un officier de l'état-major de Washington. L'attaque de Laurens fut repoussée dans le sang et les quelques troupes américaines qui parvinrent à pénétrer dans Cliveden furent tuées à la baïonnette.

Tandis que les troupes britanniques de Cliveden continuaient de frustrer les Américains, le général Sullivan poursuivit son avancée. Le brouillard ne s'était pas dissipé et les hommes de Sullivan furent rapidement désorientés alors qu'ils avançaient péniblement vers Germantown; pire encore, ils épuisèrent presque toutes leurs munitions lors des attaques initiales sur Mount Airy et de l'assaut de Cliveden qui dura une heure. Le temps que Sullivan atteigne Germantown, Howe eut le temps de former ses propres troupes et les deux camps commencèrent à échanger des coups de feu. C'est à ce moment-là que le général Greene apparut sur le champ de bataille, avec 45 minutes de retard sur l'horaire prévu; lui aussi avait été désorienté par le brouillard et n'avait pas pu se mettre en position de départ à temps. Greene, espérant combler l'écart entre ses forces et celles de Sullivan, envoya la division du général Adam Stephen prendre position sur son flanc droit. Alors que les hommes de Stephen s'approchaient de cette position, marchant à l'aveuglette dans le brouillard, les balles bourdonnant autour d'eux, ils remarquèrent un groupe d'hommes venant rapidement vers eux depuis la direction opposée. Supposant qu'il s'agissait de tuniques rouges, les troupes de Stephen, déjà très agitées, ouvrirent le feu.

Les Américains, qui espéraient gagner la guerre d'un seul coup, se révélèrent finalement incapables de s'emparer d'une seule maison en pierre.

Il se trouve que les hommes sur lesquels la division de Stephen avait tiré n'étaient pas des tuniques rouges, mais la brigade du général Wayne; Wayne, qui avait initialement été envoyé en soutien à Sullivan, s'était égaré et avait erré dans le brouillard. Surprises, les troupes de Wayne ripostèrent et les deux unités se séparèrent et s'enfuirent du champ de bataille, aucune ne se rendant compte qu'elle avait effectué un tir fratricide. Par chance, le général Howe choisit ce moment pour lancer une contre-attaque et lança trois régiments contre la ligne américaine. Les troupes britanniques s'engouffrèrent dans la brèche où Stephen et Wayne étaient censés se trouver et enveloppèrent ainsi la position américaine. Les troupes de Sullivan firent demi-tour et s'enfuirent dans les minutes qui suivirent la contre-attaque. Les hommes de Greene s'en sortirent un peu mieux; le 9e régiment de Virginie parvint à percer la ligne britannique et à faire 100 prisonniers. Cependant, les Virginiens se retrouvèrent rapidement encerclés et furent contraints de se rendre. Lorsque Greene se rendit compte que Sullivan avait déjà battu en retraite, il décida de réduire ses pertes et se retira à son tour. Pour le général Smallwood, à la tête de la milice américaine, le combat était terminé avant même qu'il n'ait été en position.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Pendant ce temps, le siège américain de Cliveden se poursuivait. Les deux assauts précédents ayant échoué, le colonel Laurens eut une idée: il ordonna à ses hommes d'empiler du bois devant la maison afin d'enfumer les Britanniques. Cependant, les flammes ne prirent pas et, pour comble de malheur, Laurens fut blessé à l'épaule en essayant de l'allumer. Alors que le général Maxwell réfléchissait à la suite des événements, il apprit que l'assaut principal avait échoué, ce qui l'incita à ordonner la retraite. Les Américains, qui étaient venus à Germantown avec l'espoir grandiose de gagner la guerre d'un seul coup, se révélèrent finalement incapables de s'emparer ne serait-ce que d'une seule maison en pierre.

Cliveden
Cliveden
Djmaschek (CC BY-SA)

Conséquences

Les Américains profitèrent du brouillard et de l'arrivée de l'obscurité pour couvrir leur retraite. À la fin de la journée, ils s'étaient repliés vers Pennybacker's Mill, à environ 12 miles (19 km) à l'ouest. Ce fut une défaite humiliante pour les Continentaux, qui déploraient environ 152 tués, 520 blessés et 400 autres capturés, contre 71 tués et 448 blessés pour les Britanniques. Cette expérience dut être frustrante pour Washington, compte tenu du bon déroulement de la bataille au début. Le plan, qui prévoyait un assaut sur plusieurs fronts, reposait sur une étroite coopération entre les troupes de Sullivan, Greene et Smallwood, coopération rendue impossible par le brouillard. De plus, il devint évident que les Continentaux n'étaient pas encore assez disciplinés pour effectuer les manœuvres complexes que Washington leur avait demandées ou pour tenir bon lors de combats chaotiques; il était clair qu'ils devraient être réentraînés.

Howe, quant à lui, ne profita pas de sa victoire pour poursuivre l'armée de Washington. Au lieu de cela, il envoya des troupes s'emparer des forts Mifflin et Mercer afin d'ouvrir le fleuve Delaware aux approvisionnements britanniques. Cet objectif fut atteint à la mi-novembre, mais au lieu de poursuivre Washington, Howe prit ses quartiers d'hiver. Il continua à se sentir isolé à Philadelphie et devint bientôt aigri, estimant que ses supérieurs à Londres ne l'avaient pas suffisamment soutenu pendant la campagne. Fin octobre, Howe écrivit à Londres pour présenter sa démission; celle-ci fut acceptée et il fut remplacé en avril 1778 par Sir Henry Clinton, un homme qu'il détestait.

Alors que les Britanniques occupaient Philadelphie, Washington installa sa propre armée dans ses quartiers d'hiver à Valley Forge, où elle passerait l'hiver brutal de 1777-78. À Valley Forge, de nombreux soldats continentaux moururent de la variole ou des intempéries, mais Washington parvint à entraîner et à réorganiser l'armée avec l'aide d'officiers étrangers comme le baron prussien Friedrich Wilhelm von Steuben. En février 1778, les États-Unis concluèrent officiellement une alliance avec la France, ce qui garantissait que les troupes et les navires français entreraient bientôt en guerre. Les Britanniques se rendirent compte qu'ils devaient consolider leurs forces face à une éventuelle attaque française. Le général Clinton reçut donc l'ordre d'abandonner Philadelphie et de retourner à New York. Au cours de sa marche vers Manhattan, Clinton fut attaqué par Washington lors de la bataille de Monmouth Court House (28 juin 1778), la dernière bataille de la campagne de Philadelphie. La bataille ne fut pas concluante et Clinton marcha vers New York, tandis que Washington prit position à White Plains, dans l'État de New York. Par conséquent, bien que la défaite américaine à Germantown ait été démoralisante, ses conséquences ne furent pas durables; à la fin de l'année 1778, les deux armées se trouvaient à peu près dans la même position qu'à la fin de l'année 1776, avant la campagne de Philadelphie.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que la bataille de Germantown ?

La bataille de Germantown fut une bataille majeure de la guerre d'Indépendance américaine (1775-1783) qui se déroula le 4 octobre 1777 à Germantown, en Pennsylvanie.

Qui a gagné la bataille de Germantown ?

Les Britanniques remportèrent la bataille de Germantown après avoir vaincu l'armée continentale américaine.

Pourquoi l'attaque américaine sur Germantown a-t-elle échoué ?

L'attaque américaine sur Germantown échoua principalement en raison d'un épais brouillard qui désorienta les Américains et empêcha les unités américaines de coopérer efficacement. En outre, la discipline et l'entraînement des troupes américaines n'étaient pas à la hauteur, ce à quoi Washington tenterait de remédier deux mois plus tard à Valley Forge.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Harrison W. Mark
Harrison Mark est diplômé de SUNY Oswego où il a étudié l'histoire et les sciences politiques.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, H. W. (2024, février 18). Bataille de Germantown [Battle of Germantown]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2380/bataille-de-germantown/

Style Chicago

Mark, Harrison W.. "Bataille de Germantown." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 18, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2380/bataille-de-germantown/.

Style MLA

Mark, Harrison W.. "Bataille de Germantown." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 févr. 2024. Web. 23 avril 2024.

Adhésion