Mythologie

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 31 octobre 2018
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, Turc, arabe
Bronze head of Hypnos (by Carole Raddato, CC BY-SA)
Tête en bronze d'Hypnos
Carole Raddato (CC BY-SA)

Les mythes font partie de toutes les cultures du monde et sont utilisés pour expliquer les phénomènes naturels, l'origine d'un peuple et le développement de sa civilisation, ainsi que le pourquoi des choses. À leur niveau le plus élémentaire, les mythes réconfortent en donnant un sens et un ordre à ce qui peut parfois sembler un monde chaotique.

La mythologie (du grec mythos pour histoire du peuple, et logos pour mot ou discours, donc l'histoire parlée d'un peuple) est l'étude et l'interprétation de contes souvent sacrés ou de fables d'une culture (connus sous le nom de mythes) ou de recueils de ces histoires qui traitent de divers aspects de la condition humaine : le bien et le mal, le sens de la souffrance, les origines humaines, l'origine des noms de lieux, des animaux, des valeurs culturelles et des traditions, le sens de la vie et de la mort, l'au-delà et les histoires célestes des dieux ou d'un dieu. Les mythes expriment les croyances et les valeurs d'une certaine culture sur ces sujets.

Supprimer la pub

Advertisement

Les mythes racontent l'histoire des ancêtres et l'origine des humains et du monde, des dieux, des êtres surnaturels (satyres, nymphes, sirènes) et des héros dotés de pouvoirs surhumains, généralement donnés par un dieu (comme dans le cas du mythe grec d'Héraclès ou de Persée). Les mythes décrivent également les origines ou les nuances de coutumes ancestrales ou expliquent des événements naturels tels que le lever et le coucher du soleil, le cycle de la lune et des saisons, ou les orages et les éclairs. Les universitaires Maria Leach et Jerome Fried définissent la mythologie de la manière suivante :

[Un mythe est] une histoire, présentée comme ayant réellement eu lieu à une époque antérieure, expliquant les traditions cosmologiques et surnaturelles d'un peuple, ses dieux, ses héros, ses traits culturels, ses croyances religieuses, etc. Le but du mythe est d'expliquer et, comme l'a dit Sir G.L. Gomme, les mythes expliquent les choses dans "la science d'un âge pré-scientifique". Ainsi, les mythes racontent la création de l'homme, des animaux, des points de repère ; ils disent pourquoi un certain animal a ses caractéristiques (par exemple, pourquoi la chauve-souris est aveugle ou ne vole que la nuit), pourquoi ou comment certains phénomènes naturels apparurent (par exemple, pourquoi l'arc-en-ciel apparaît ou comment la constellation d'Orion apparut dans le ciel), comment et pourquoi les rituels et les cérémonies commencèrent et pourquoi ils continuent. (778)

SELON LE PSYCHIATRE CARL JUNG, LE MYTHE EST UN ASPECT NÉCESSAIRE DE LA PSYCHÉ HUMAINE QUI A BESOIN DE TROUVER UN SENS ET UN ORDRE DANS LE MONDE.

La mythologie a joué un rôle essentiel dans toutes les civilisations du monde. Les peintures rupestres préhistoriques, les gravures sur pierre, les tombes et les monuments suggèrent tous que, bien avant que les êtres humains n'écrivent leurs mythes, ils avaient déjà développé une structure de croyance correspondant à la définition du "mythe" fournie par Leach et Fried. Selon le psychiatre du vingtième siècle Carl Jung, le mythe est un aspect nécessaire de la psyché humaine qui a besoin de trouver un sens et un ordre dans un monde qui se présente souvent comme chaotique et dénué de sens. Jung écrit :

Supprimer la pub

Advertisement

La psyché, en tant que reflet du monde et de l'homme, est une chose d'une complexité si infinie qu'elle peut être observée et étudiée sous de très nombreux aspects. Elle nous confronte au même problème que le monde : comme une étude systématique du monde est hors de notre portée, nous devons nous contenter de simples règles empiriques et d'aspects qui nous intéressent particulièrement. Chacun se fait son propre segment du monde et construit son propre système privé, souvent avec des compartiments hermétiques, de sorte qu'après un certain temps, il lui semble avoir saisi le sens et la structure de l'ensemble. Mais le fini ne sera jamais capable de saisir l'infini. (23-24)

L'infini auquel Jung fait référence est la qualité numineuse du mystérieux, du sacré et du puissant qui fournit l'attrait sous-jacent des contes et des thèmes mythologiques parce qu'il donne un sens final à l'existence humaine. Le concept de quelque chose de plus grand et de plus puissant que soi donne l'espoir d'une direction et d'une protection dans un monde incertain. Selon Leach et Fried, le mystérieux, le saint et le puissant est "un concept de l'esprit humain depuis les temps les plus reculés : la réaction psychologique de base à l'univers et à l'environnement qui sous-tend toute religion" (777).

Ra Travelling Through the Underworld
Rê voyageant dans les enfers
Unknown Artist (Public Domain)

Ce que l'on appelle aujourd'hui "mythologie", il faut le rappeler, était la religion de l'Antiquité. Les récits qui constituent le corpus de la mythologie antique servaient le même objectif pour les gens de l'époque que les récits des écritures acceptées pour les gens d'aujourd'hui : ils expliquaient, réconfortaient et dirigeaient un public et, en outre, fournissaient un sentiment d'unité, de cohésion et de protection à une communauté de croyants partageant les mêmes idées.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Types de mythes

L'expert Joseph Campbell, qui s'est fait le défenseur de l'étude des mythes, note que la mythologie est la forme sous-jacente de toute civilisation et le fondement de la conscience de chaque individu. Dans son ouvrage fondamental, Le héros aux mille et un visages, il évoque ce qu'il appelle le "monomythe", c'est-à-dire les similitudes entre le thème, les personnages, le but et la progression narrative des mythes de différentes cultures, à différentes époques, dans le monde entier et à travers l'histoire. Campbell écrit :

Quel est le secret de la vision intemporelle ? De quelle profondeur de l'esprit dérive-t-elle ? Pourquoi la mythologie est-elle partout la même, sous ses différents costumes ? Et qu'enseigne-t-elle ? (4)

La réponse de Campbell, finalement, est que les mythes enseignent le sens. La mythologie explique, donne du pouvoir, stabilise et élève la vie d'un croyant d'une existence mondaine à une existence imprégnée d'un sens éternel. Au niveau le plus élémentaire, un mythe explique un phénomène, une tradition, un nom de lieu ou une formation géologique, mais il peut aussi élever un événement passé à une signification épique, voire surnaturelle, et, surtout, fournir un modèle pour le voyage individuel dans la vie.

Il existe de nombreux types de mythes mais, pour l'essentiel, ils peuvent être regroupés en trois catégories :

Supprimer la pub

Advertisement

  • Mythes étiologiques
  • Mythes historiques
  • Mythes psychologiques

Les mythes étiologiques (du grec aetion qui signifie "raison") expliquent pourquoi une certaine chose est telle qu'elle est ou comment elle est apparue. Ce type de mythe est généralement défini comme une histoire d'origine. Par exemple, dans la mythologie égyptienne, le sycomore a l'apparence qu'il a parce qu'il abrite la déesse Hathor, la dame du sycomore. Dans la mythologie nordique, le tonnerre est reconnu comme le char de Thor qui court dans les cieux. Les mythes étiologiques peuvent expliquer pourquoi le monde est tel qu'il est - comme dans l'histoire de la boîte de Pandore de la mythologie grecque, qui explique comment le mal et la souffrance ont été libérés dans le monde - ou comment une certaine institution a vu le jour - comme dans le mythe chinois de la déesse Nuwa qui a créé des êtres humains encore et encore et encore jusqu'à ce qu'elle se lasse et institue la pratique du mariage pour que les humains puissent se reproduire. Les personnages des mythes ont toujours un but précis, qu'il s'agisse d'expliquer le mariage, une mission épique ou une bataille décisive.

Pandora About to Open Her Box
Pandora s'apprête à ouvrir sa boîte
Lawrence Alma-Tadema (Public Domain)

Les mythes historiques relatent un événement du passé mais lui confèrent une signification plus grande que l'événement réel (s'il s'est même produit). Un exemple de ceci est l'histoire de la bataille de Kurukshetra telle que décrite dans l'épopée indienne Mahabharata dans laquelle les frères Pandava symbolisent différentes valeurs et fournissent des modèles, même s'ils sont parfois imparfaits. Kurukshetra est ensuite présenté en microcosme dans la Bhagavad Gita, où l'un des Pandavas, Arjuna, reçoit sur le champ de bataille la visite du dieu Krishna, avatar de Vishnu, qui lui explique le but de sa vie. Que la bataille de Kurukshetra ait jamais eu lieu n'a aucune importance pour le pouvoir de ces deux histoires sur le plan mythologique. On peut en dire autant des mythes religieux des récits abrahamiques de la Bible, du siège de Troie et de sa chute décrits dans l'Iliade d'Homère, du voyage de retour d'Ulysse dans l'Odyssée ou des aventures d'Énée dans l'œuvre de Virgile.

Les mythes psychologiques nous présentent un voyage du connu vers l'inconnu qui, selon Jung et Campbell, représente un besoin psychologique d'équilibrer le monde extérieur avec la conscience interne de celui-ci. Quoi qu'il en soit, l'histoire du mythe elle-même implique généralement un héros ou une héroïne dans un voyage au cours duquel ils découvrent leur véritable identité ou leur destin et, ce faisant, résolvent une crise tout en offrant au public une valeur culturelle importante.

Supprimer la pub

Advertisement

Le mythe classique le plus connu de ce type est probablement celui du prince Œdipe qui, cherchant à éviter la prédiction selon laquelle il finirait par tuer son père, laissa sa vie derrière lui et partit voyager dans une autre région où il finit par tuer, sans le savoir, l'homme qui était son véritable père et qui l'avait abandonné à la naissance dans une vaine tentative de contourner cette même prédiction.

Oedipus & the Sphinx of Thebes
Œdipe et le Sphinx de Thèbes
Carole Raddato (CC BY-SA)

Le conte d'Œdipe aurait fait comprendre au public de la Grèce antique qu'il était vain d'essayer d'échapper ou de changer son destin tel qu'il a été décrété par les dieux et aurait inspiré au peuple une crainte révérentielle de ces dieux, lui conférant ainsi une valeur culturelle souhaitable. Sur le plan personnel, l'histoire pouvait également encourager l'auditeur à accepter les épreuves qu'il endurait à l'époque, puisque même un personnage royal comme Œdipe avait souffert et que, de plus, ce à quoi il était confronté n'était probablement pas aussi grave que de tuer son père et d'épouser sa mère par inadvertance.

POUR LES ANCIENS, LE SENS DE L'HISTOIRE ÉTAIT LE PLUS IMPORTANT ET NON LA VÉRITÉ LITTÉRALE DES DÉTAILS D'UNE CERTAINE VERSION D'UN CONTE.

Mythes célèbres de ce type

L'un des mythes étiologiques les plus connus nous vient de Grèce sous la forme du conte de Déméter, déesse du grain et de la moisson, et de sa fille Perséphone, devenue reine des morts. Dans cette histoire, Perséphone est enlevée par Hadès, dieu des enfers, et emmenée dans son sombre royaume. Déméter cherche désespérément la jeune fille partout, mais ne la trouve pas. Pendant cette période de tristesse pour Déméter, les récoltes sont mauvaises, les gens meurent de faim et les dieux ne reçoivent pas leur dû. Zeus, le roi des dieux, ordonne à Hadès de rendre Perséphone à sa mère et Hadès s'exécute mais, comme Perséphone a mangé un certain nombre de graines de grenade dans les enfers, elle doit passer la moitié de l'année sous terre mais peut profiter de l'autre moitié avec sa mère dans le monde du dessus.

Supprimer la pub

Advertisement

Cette histoire explique les changements de saisons en Grèce. Lorsqu'il faisait chaud et que les champs étaient abondants, Perséphone était avec sa mère et Déméter était heureuse et faisait fleurir le monde ; à la saison froide et pluvieuse, lorsque Perséphone était sous terre avec Hadès, Déméter se lamentait et la terre était stérile. Puisque, au cours du récit, Déméter enseigne aux habitants d'Éleusis les secrets de l'agriculture, le mythe servirait également à expliquer comment les hommes ont appris à cultiver la terre et, de plus, comme elle leur enseigne également la manière correcte de la reconnaître et de l'adorer, la vénération appropriée des dieux.

Le mythe historique le plus célèbre en Occident est l'Iliade, récit épique d'Homère datant du 8e siècle avant notre ère, qui raconte le siège et la chute de la ville de Troie. Hélène, l'épouse du roi achéen Ménélas, s'enfuit avec le prince troyen Pâris et Ménélas, jurant de la ramener chez elle, demande l'aide de son frère Agamemnon, qui appelle ensuite à l'aide les rois et princes des différentes cités-États qui partent à l'assaut de Troie. Le grand héros achéen Achille, invincible au combat, se sent insulté par Agamemnon et refuse de se battre, ce qui entraîne la mort de son bien-aimé Patrocle et de nombreux autres membres de l'armée achéenne. Bien qu'il y ait de nombreuses histoires différentes racontées dans l'Iliade, ce thème central des dangers de l'orgueil est souligné comme une valeur culturelle. Un certain degré d'orgueil était considéré comme une vertu, mais un excès entraînait le désastre.

En Chine, ce thème fut exploré d'une autre manière à travers le conte de Fuxi (foo-shee), le dieu du feu. En tant que dieu, Fuxi avait de nombreuses responsabilités mais lorsque son amie, la déesse Nuwa, lui demanda son aide, il ne refusa pas. Nuwa avait créé des êtres humains, mais elle s'était aperçue qu'ils ne savaient rien faire et elle n'avait pas la patience de leur apprendre. Fuxi apporta aux humains le feu, leur apprit à le contrôler et à l'utiliser pour cuire la nourriture et se réchauffer. Il leur apprit ensuite à tisser des filets de pêche et à tirer de la nourriture de la mer, puis leur donna les arts de la divination, de la musique et de l'écriture. On pense que Fuxi est inspiré d'un roi historique qui vécut entre 2953 et 2736 av. J.-C. et qui donna peut-être l'ordre nécessaire à l'avènement de la dynastie Xia (vers 2070-1600 av. J.-C.), la première dynastie historique de Chine. Dans cette histoire, Fuxi met de côté sa fierté de dieu et se rabaisse pour se mettre au service de son ami Nuwa et de l'humanité.

Le plus vieux mythe du monde est, sans surprise, un mythe psychologique relatif à l'inévitabilité de la mort et à la tentative de l'individu de trouver un sens à sa vie. L'épopée de Gilgamesh (écrite entre 2150 et 1400 av. J.-C.) se développa en Mésopotamie à partir de poèmes sumériens relatifs à l'historique Gilgamesh, roi d'Uruk, élevé par la suite au statut de demi-dieu. Dans l'histoire, Gilgamesh est un roi fier, si hautain que les dieux estiment qu'il a besoin d'une leçon d'humilité. Ils préparent l'homme sauvage Enkidu pour qu'il devienne un adversaire digne du roi et les deux se battent, mais comme aucun des deux ne parvient à prendre le dessus sur l'autre, ils deviennent les meilleurs amis du monde. Enkidu est ensuite tué par les dieux pour les avoir offensés et Gilgamesh, accablé de chagrin, se lance dans une quête du sens de la vie, incarné par le concept d'immortalité. Bien qu'il ne parvienne pas à obtenir la vie éternelle, son voyage l'enrichit et il retourne dans son royaume en tant qu'homme et roi plus sage et meilleur.

Flood Tablet of the Epic of Gilgamesh
Tablette du déluge de l'Épopée de Gilgamesh
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Joseph Campbell a appelé le type de mythe psychologique le plus connu "le voyage du héros". L'histoire commence avec un héros ou une héroïne, généralement de naissance royale, séparé de sa véritable identité et vivant dans un monde ou royaume chaotique. Le héros passe par différentes étapes de l'histoire, qui prend généralement la forme d'un voyage, jusqu'à ce qu'il ne découvre qui il est vraiment et qu'il soit capable de réparer un grand tort qui rétablit l'ordre. Cette progression narrative est surtout connue de nos jours sous la forme de l'intrigue de la Guerre des étoiles, et l'immense succès de cette franchise cinématographique atteste de la puissance durable des thèmes et symboles mythologiques.

Conclusion

Toutes les cultures du monde ont eu, et ont encore, un certain type de mythologie. La mythologie classique des Grecs et des Romains de l'Antiquité est la plus familière aux Occidentaux, mais les motifs que l'on retrouve dans ces histoires sont repris dans d'autres cultures du monde entier. Le conte grec de Prométhée, le porteur de feu et le maître de l'humanité, trouve un écho dans le conte chinois de Fuxi. L'histoire de Nuwa et de sa création d'êtres humains en Chine résonne avec une autre histoire de l'autre côté du monde : l'histoire de la création du Popol-Vuh des Mayas, dans laquelle des humains sont créés, qui ne peuvent rien faire et s'avèrent inutiles, mais qui, dans l'histoire maya, sont détruits et les dieux font une deuxième tentative. Ce même motif apparaît dans la mythologie de la Mésopotamie, où les dieux s'efforcent de créer des humains mais le résultat final est toujours médiocre.

LE BUT D'UN MYTHE ÉTAIT DE FOURNIR À L'AUDITEUR UNE VÉRITÉ QUE CELUI-CI INTERPRÉTAIT ENSUITE POUR LUI-MÊME DANS LE CADRE DU SYSTÈME DE VALEURS DE SA propre CULTURE.

Les mêmes types d'histoires, et souvent la même histoire, peuvent être trouvés dans les mythes de différentes parties du monde. Le mythe africain, le mythe amérindien, le mythe chinois ou européen ont tous la même fonction d'explication, de réconfort et de signification. L'histoire de la création telle qu'elle est relatée dans le livre biblique de la Genèse, par exemple, où un grand dieu donne l'existence à la création, est assez similaire aux récits de création de la Sumérie, de l'Égypte, de la Phénicie et de la Chine antiques.

L'histoire du grand déluge se retrouve dans la mythologie de pratiquement toutes les cultures de la planète, mais elle prend sa forme biblique dans le mythe d'Atrahasis, en Mésopotamie. La figure du Dieu qui meurt et qui revit (une divinité qui meurt pour le bien ou pour racheter les péchés de son peuple, descend dans la terre et revient à la vie) remonte à la Sumérie antique dans les contes de Gilgamesh, le poème La descente d'Inanna aux enfers et d'autres, le mythe égyptien d'Osiris, les histoires grecques de Dionysos, d'Adonis et de Perséphone, le cycle phénicien de Baal et le Krishna hindou (parmi beaucoup d'autres), jusqu'à la plus célèbre de ces figures, Jésus-Christ. Le livre biblique de l'Ecclésiaste 1:9 affirme qu'"il n'y a rien de nouveau sous le soleil" et ceci est aussi vrai des systèmes, symboles et personnages religieux-mythologiques que de toute autre chose. Joseph Campbell note :

Partout dans le monde habité, à toutes les époques et dans toutes les circonstances, les mythes des hommes ont fleuri ; et ils ont été l'inspiration vivante de tout ce qui a pu apparaître des activités du corps et de l'esprit humains. Il ne serait pas exagéré de dire que le mythe est l'ouverture secrète par laquelle les énergies inépuisables du cosmos se déversent dans la manifestation culturelle humaine. Les religions, les philosophies, les arts, les formes sociales de l'homme primitif et historique, les découvertes primordiales de la science et de la technologie, les rêves mêmes qui hantent le sommeil, jaillissent de l'anneau fondamental et magique du mythe. (3)

La mythologie tente de répondre aux questions les plus difficiles et les plus fondamentales de l'existence humaine : Qui suis-je ? D'où est-ce que je viens ? Pourquoi suis-je ici ? Où vais-je ? Pour les anciens, le sens de l'histoire était le plus important et non la vérité littérale des détails d'une certaine version d'un conte. Il existe de nombreuses variations sur la naissance et la vie de la déesse Hathor d'Égypte, par exemple, et aucun ancien Égyptien n'aurait rejeté l'une d'entre elles comme "fausse" et choisi une autre comme "vraie". Le message du mythe contenait la vérité, et non les détails spécifiques de l'histoire, ce qui est évident dans le genre connu sous le nom de littérature mésopotamienne Naru, dans lequel les personnages historiques sont présentés hors de leur contexte historique.

Dans le monde antique, il était entendu que le but d'un mythe était de fournir à l'auditeur une vérité qu'il interprétait ensuite pour lui-même dans le cadre du système de valeurs de sa culture. L'appréhension de la réalité était laissée à l'interprétation de l'individu qui rencontrait les valeurs exprimées dans les mythes, au lieu que cette réalité ne soit interprétée pour lui par une figure d'autorité.

Cela reste la différence essentielle entre un sermon et une expérience individuelle de la mythologie religieuse ; au sein du système de croyances culturelles d'une personne, un sermon ne peut qu'encourager ou renforcer la croyance commune, tandis qu'un mythe, même s'il peut faire la même chose, a le potentiel d'élever et de transformer la compréhension individuelle grâce à la puissance du paysage symbolique, du personnage, de l'image et du thème. Les mythes anciens trouvent encore un écho auprès d'un public moderne, précisément parce que les auteurs anciens les ont conçus en vue d'une interprétation individuelle, laissant à chaque personne qui a entendu l'histoire le soin de reconnaître la signification du conte pour elle-même et d'y répondre en conséquence.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2018, octobre 31). Mythologie [Mythology]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-427/mythologie/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Mythologie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 31, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-427/mythologie/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Mythologie." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 31 oct. 2018. Web. 28 nov. 2022.

Adhésion