Thor

Coûts des serveurs - Collecte de fonds 2023

Faire fonctionner un site web qui accueille des millions de lecteurs chaque mois coûte extrêmement cher. Nous devons non seulement payer nos serveurs, mais aussi les services connexes tels que notre réseau de diffusion de contenu, Google Workspace, la messagerie électronique, etc. Nous préférerions utiliser cet argent pour produire davantage de contenu historique gratuit pour le monde entier. Merci de votre aide !
$129 / $21000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Yves Palisse
publié le 17 décembre 2018
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais, espagnol
Thor Fighting Jörmungandr (by Rannveig, CC BY)
Thor aux prises avec Jörmungandr
Rannveig (CC BY)

Thor (en vieux norrois : Þórr) est le dieu scandinave du tonnerre, du ciel et de l'agriculture. Il est le fils d'Odin, le roi des dieux, et de Jord (la Terre), l'épouse d'Odin, et l'époux de la déesse de la fertilité Sif, mère de son fils Modi et de sa fille Thrud. Il a un autre fils, Magni, peut-être issu d'une union avec la géante Jarnsaxa.

Thor était à la fois le défenseur d'Asgard, le royaume des dieux, et de Midgard, le royaume des humains. Il s'est principalement illustré dans la protection de ces deux royaumes par de hauts faits d'armes consistant principalement à tuer des géants. La majorité des récits mettant en scène Thor le décrivent d'ailleurs en conflit avec un géant ou avec son ennemi juré, le serpent de Midgard (Jörmungandr, le 'monstre énorme'), un serpent monstrueux encerclant le monde. Comme presque tous les dieux nordiques, Thor est destiné à mourir lors du Ragnarök, la fin du monde et le crépuscule des dieux, mais ne succombera au poison du serpent géant qu'après l'avoir tué avec son puissant marteau Mjollnir. Ses fils Magni et Modi survivent au Ragnarök en compagnie d'un petit nombre d'autres dieux et héritent de son marteau, dont ils se servent pour rétablir l'ordre.

Supprimer la pub

Advertisement

Il s'est développé à partir du dieu germanique Donar jusqu'à devenir la divinité la plus connue du panthéon scandinave. Thor reste d'ailleurs un dieu en vogue de nos jours, et les mots anglais et allemands modernes pour le cinquième jour de la semaine - Thursday et Donnerstag - sont tous deux dérivés de Thor/Donar ("Thor's Day"/"Donar's Day"). On pense qu'il régnait sur le ciel depuis son pays de Þrúðvangr ("Champ de force" ou "Plaines de force") où il s'était fait ériger une résidence magnifique nommée Bilskírnir, un palais de 540 pièces.

THOR SurgissAIT DE SA vaste demeure DANS un CHAR TIRÉ PAR DEUX boucs POUVANT ÊTRE TUÉS ET MANGÉS, PUIS RESSUSCITÉS Dès LE LENDEMAIN tant que LEURS OS N'ÉTAIENT PAS BRISÉS.


La renommée de Thor atteignit son apogée durant l'ère viking (vers 790-1100), époque à laquelle il était considéré comme le plus grand rival du Christ jusqu'au moment où, à partir du Xe siècle environ, le christianisme fut introduit en Scandinavie. Le nombre d'amulettes et de talismans représentant le marteau de Thor n'a jamais été aussi élevé qu'à cette période où le christianisme et la religion scandinave se disputaient le territoire. Le christianisme finirait par l'emporter, et au XIIe siècle le culte de Thor avait déjà été progressivement remplacé par la nouvelle religion.

Supprimer la pub

Advertisement

Fonctions

Thor était avant tout un dieu protecteur, bien que certains récits le concernant expliquent également la création de phénomènes naturels, se rattachant ainsi aux mythes étiologiques (qui expliquent l'origine de certains phénomènes). On dit qu'il surgissait de sa vaste demeure dans un char tiré par deux boucs - Tanngnjóstr (qui fait grincer ses dents) et Tanngrísnir (qui montre ses dents) - pouvant être tués et mangés par le dieu, puis ressuscités dès le lendemain tant que leurs os n'étaient pas brisés. Le roulement sourd du tonnerre était produit par le grondement des roues du char de Thor résonnant à travers la voûte céleste. De plus, un autre récit lui attribue la responsabilité de la création du phénomène des marées.

Dans la plupart des cas, cependant, on l'invoquait pour son rôle de protection et de résolution de problèmes. L'écrivain Preben Meulengracht Sørensen nous explique que Thor 'était le maître du tonnerre et des éclairs, de la tempête et de la pluie, du beau temps et des récoltes. Les païens lui offraient des sacrifices avant tout lorsqu'ils se sentaient menacés par la faim ou la maladie' (Sawyer, 203). Il possédait trois objets magiques qui l'aidaient à défendre Asgard et Midgard : son marteau Mjollnir, sa ceinture de force Megingjörð (qui doublait sa force lorsqu'il la portait), et ses puissants gantelets de fer, dont il avait besoin pour manier son marteau.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Thor Battling Giants
Thor combattant des géants
Mårten Eskil Winge (Public Domain)

On invoquait en particulier Thor pour sceller un contrat commercial, consacrer un mariage, solliciter l'abondance de la production agricole, assurer la protection des voyageurs (surtout en mer) et pour la victoire au combat. Il semble cependant que l'on ait fait appel à lui chaque fois que le besoin s'en faisait sentir. Sørensen note :

La relation avec les dieux païens reposait sur une sorte de pacte d'amitié, un contrat par lequel l'homme sacrifiait aux dieux et avait droit à leur protection en retour... Le Landnamabok islandais (le livre de la colonisation de l'Islande) rapporte que Helgi inn Magri, installé en Islande vers 900, croyait au Christ mais invoquait Thor en cas de détresse en mer. Il avait également demandé à Thor de lui montrer où construire sa nouvelle ferme, qu'il a toutefois baptisée au nom du Christ. (Sawyer, 223)

L'introduction du christianisme en Scandinavie n'a, dans un premier temps, rien fait pour diminuer l'importance de Thor dans la vie des populations locales. Le dieu continua à être invoqué pendant la majeure partie de l'âge viking, comme en témoignent non seulement les amulettes et les charmes mentionnés ci-dessus, mais aussi les gravures, les images, les statues et les histoires que l'on continuait à se raconter à son sujet.

Attributs et traits de caractère

THOR N'ÉTAIT PAS SEULEMENT LE DIEU PRÉFÉRÉ des vikings. En effet, sa force et son approche frontale des problèmes trouvait un écho favorable dans l'ensemble des couches sociales de l'âge viking.

Dans toutes ces sagas, les attributs de Thor sont ses trois objets magiques mentionnés précédemment (le marteau Mjollnir, la ceinture Megingjörð et ses gantelets de fer, dont Mjollnir est le plus caractéristique) ainsi que son char tiré par deux boucs. Ces objets viennent renforcer la déjà grande puissance de Thor, sa principale caractéristique. Thor possède également un tempérament impétueux et fait souvent preuve de mépris vis-à-vis des règles imposées par autrui.

Supprimer la pub

Advertisement

Il n'est jamais dépeint comme une divinité subtile ou prudente et préfère toujours l'action directe à la négociation ou à la raison pour résoudre un problème. Comme Thor est totalement dépourvu de malice et de toute capacité de tromperie, il lui est impossible d'en reconnaître les traits chez les individus auxquels il a affaire. C'est pourquoi il tombe souvent dans des pièges tendus par magie ou par des entités capables de changer de forme et de donner aux choses une apparence différente de celle qu'elles ont en réalité.

Contrairement à l'image aujourd'hui couramment répandue dans les bandes dessinées et les films de l'univers Marvel, Thor n'est pas le frère de Loki et n'est jamais représenté rasé de frais ou blond, sauf dans le troisième chapitre de l'Edda en prose (rédigée vers 1220), une mythographie des légendes scandinaves les plus anciennes retravaillées par l'Islandais Snorri Sturluson en un récit structuré, rédigé d'un point de vue chrétien. Ailleurs, et dans presque toutes ses représentations graphiques, Thor est toujours représenté avec une longue chevelure rousse ainsi qu'une barbe hirsute. Il n'hésite jamais beaucoup avant de se lancer dans la bataille contre des géants ou de pourfendre des nains, ne prenant jamais le temps de réfléchir à de possibles alternatives à ses actions violentes. Il est étroitement associé à l'eau dans de nombreuses sagas et est représenté en train de ramer plus loin que quiconque au large ou de traverser des rivières dangereuses, deux aspects de son rôle de dieu protecteur abolissant les frontières ou apparaîssant au croyant sous les traits d'un guide.

Les Scandinaves de l'âge viking vénéraient Thor non seulement en tant que guide pour la traversée des mers et que protecteur contre les tempêtes, mais aussi en tant que champion au combat. L'écrivain H. R. Ellis Davidson précise :

Supprimer la pub

Advertisement

De tous les dieux, Thor semble être le héros le plus représentatif du monde tumultueux des Vikings. Barbu, spontané, indomptable, plein de vigueur et d'entrain, il se repose sur la puissance de son bras et sur un armement des plus simples. Il arpente le royaume nordique des dieux de son pas immense, symbole parfait de l'homme d'action. (74)

Thor n'était cependant pas seulement le dieu préféré des vikings. En effet, sa force et son approche frontale des problèmes trouvaient un écho favorable dans l'ensemble des couches sociales de l'âge viking. Ainsi, une femme au foyer pouvait demander l'aide de Thor pour résoudre ses problèmes domestiques, tout comme un fermier, un tisserand ou un brasseur pouvaient le faire pour leurs propres difficultés et, comme en témoigne sa popularité, Thor n'était pas avare de son aide. Il a donc fini par devenir le dieu scandinave de l'homme ordinaire, une divinité pétrie de bon sens à laquelle tout un chacun peut s'identifier et sur laquelle tout le monde peut compter.

Thor's Hammer Amulet
Amulette de Thor en forme de marteau
Gunnar Creutz (CC BY-SA)

Mythes où Thor intervient

Les histoires mettant en scène le dieu, outre le fait qu'elles soulignent sa force et son horreur de la temporisation, insistent toutes sur sa grande fiabilité. Même lorsque Thor se fait duper ou déjouer, le souvenir de ses victoires passées et l'assurance de ses triomphes futurs lui assurent l'indulgence du public ; il a peut-être perdu une bataille, mais il finira inévitablement par gagner la guerre. Ce concept est clairement expliqué au chapitre 44 de l'Edda en prose, lorsque le conteur High répond à une question sur les victoires de Thor :

Bien que certaines créatures, soit de par leurs pouvoirs soit de par leur force, aient réussi à priver Thor de la victoire, il n'est pas nécessaire d'en parler pour autant, ne serait-ce que parce que nul ne peut oublier le nombre de fois où Thor a triomphé. (53)

Même si High affirme que les histoires où Thor ne triomphe pas sont anecdotiques, un certain nombre d'entre elles figurent parmi les plus célèbres. L'une d'entre elles concerne le château du géant Utgarda-Loki et les trois tours joués à Thor. Le dieu voyageait fréquemment soit avec son serviteur humain Thjalfi, soit avec Loki mais, lors de ce voyage, ils l'accompagnaient tous les deux. Or un jour, dans une forêt, ils rencontrent un géant nommé Skrýmir. Celui-ci leur offre de porter leur sac de provisions mais le noue si fort que Thor ne peut l'ouvrir. À trois reprises, Thor attaque Skrýmir avec son marteau pendant que le géant dort, mais sans résultat. À chaque fois, Skrýmir se réveille et demande si une feuille ou un gland ne lui est pas tombé sur la tête.

Supprimer la pub

Advertisement

LES HISTOIRES DANS LESQUELLES THOR se voyait BERNÉ ET TRAHI n'étaient pas seulement drôles mais délivraient également UN MESSAGE des plus RÉCONFORTANTs au public scandinave : MÊME THOR pouvait passer DE salES JOURNÉES.

Après le départ de Skrýmir, les trois hommes arrivent à la forteresse du géant Utgarda-Loki qui se moque d'eux à cause de leur petite taille et leur dit que, s'ils veulent rester, ils doivent passer des épreuves afin de prouver leur valeur. Loki propose un concours consistant à manger le plus possible et se voit opposé à Logi, de la cour d'Utgarda-Loki. Loki mange toute la viande contenue dans son auge, mais Logi mange la viande, les os et l'auge elle-même ; Logi est donc déclaré vainqueur. Ensuite, Thjalfi propose une épreuve de course à pied et se fait battre trois fois d'affilée par son adversaire Hugi.

Quand vient le tour de Thor, il choisit un concours de boisson et Utgarda-Loki lui offre une grande corne à boire. Thor boit trois fois mais ne parvient pas à vider la corne. Utgarda-Loki se moque de lui et lui propose comme prochain défi de soulever un gros chat gris du sol ; Thor ne parvient qu'à le soulever assez haut que pour lui faire décoller une seule patte du sol. Une fois de plus, Utgarda-Loki se moque de Thor et lui dit qu'il a peut-être une chance de battre une vieille femme à la lutte : sa nourrice Elli. Thor et Elli s'affrontent dans le hall jusqu'au moment où Thor est finalement contraint de mettre un genou à terre. À ce moment-là, Utgarda-Loki met fin aux épreuves et autorise les trois hommes à passer la nuit chez lui.

Le lendemain matin, Utgarda-Loki sort du château avec Thor et ses compagnons et leur révèle la vérité au sujet des récents évènements. Il leur avoue d'abord qu'il n'était autre que le Skrýmir de la forêt et qu'il avait dupé Thor à chacune de ses frappes ; Thor frappait en fait des montagnes dont les sommets étaient devenus des plateaux suite à ses coups de marteau. Une fois arrivés au château, la tromperie se poursuivit de plus belle : l'adversaire de Loki dans le concours de nourriture était en fait un feu de forêt qui avait brûlé la viande, les os et l'auge en bois, tandis que l'adversaire de Thjalfi dans l'épreuve de course était la pensée qui vole plus vite que les pieds de n'importe quelle créature.

Thor Disguised as Freyja
Thor déguisé en Freyja
Haukurth (Public Domain)

Pour ce qui est du concours de Thor, explique Utgarda-Loki, le fond de la corne à boire était plongé dans la mer, de sorte que Thor aurait beau eu boire, il n'aurait certes jamais pu la vider. Il avait cependant réussi à en boire tellement que le niveau de la mer avait baissé et que Thor s'est ainsi retrouvé responsable de la création du phénomène des marées. Le chat gris était en fait le serpent de Midgard qui encercle le monde, et le fait que Thor ait réussi à l'élever aussi haut était en soi un exploit extraordinaire. Enfin, la vieille femme qu'il avait combattue n'était autre que la vieillesse elle-même, que personne ne peut vaincre. Utgarda-Loki ajoute que toute l'assistance avait été très impressionnée et admirative en constatant qu'il n'avait été contraint qu'à poser un seul genou à terre.

À ce discours, Thor répond en brandissant son marteau afin de démolir le crâne d'Utgarda-Loki, mais trop tard, le géant a disparu, tout comme sa forteresse. Thor et ses compagnons quittent le royaume du géant mais Thor jure de se venger de la résistance du serpent de Midgard. Peu après, il part à la pêche avec le géant Hymir et attrape le serpent mais Hymir, craignant de se noyer car le combat de Thor contre la bête menaçait de couler leur bateau, coupe la ligne. Le serpent de Midgård s'échappe et Thor, après avoir jeté Hymir par-dessus bord, regagne la rive par ses propres moyens.

Aucun de ces récits ne montre Thor sous son meilleur jour, car il est berné dans le premier et trahi dans le second, alors qu'il s'apprêtait à hisser le serpent dans le bateau. Il reste cependant une figure héroïque, car ses échecs ne sont pas de son fait. En effet, personne n'aurait pu faire mieux contre la magie d'Utgarda-Loki et nul ne peut prédire les réactions d'un compagnon dans un moment de crise. Dans un autre conte folklorique célèbre, après qu'on lui ait volé son marteau, Thor est amené à se déguiser en déesse Freyja et à se faire passer pour l'épouse du géant afin de le récupérer. Ces histoires ne se contentaient pas d'être drôles mais délivraient également un message des plus réconfortants au public scandinave : même Thor pouvait passer de sales journées.

Viking Rune Stone (Sanda, Sweden)
Pierre runique viking (Sanda, Suède)
Emma Groeneveld (Copyright)

Le culte de Thor

C'est parce qu'il procurait ce type de réconfort que le culte de Thor était si répandu. Comme, par nature, la religion scandinave n'avait pas besoin d'écritures ou de liturgie formelle, on ne sait pas grand-chose sur les spécificités du culte de Thor. Toutefois, comme nous l'avons constaté, le grand nombre d'amulettes, de gravures et autres allusions à sa personne témoigne de cette prépondérance. Voici ce qu'écrit Sørensen sur le culte de Thor ainsi que sur les pratiques religieuses scandinaves en général :

La principale différence entre le culte païen et le culte chrétien était que les cultes païens n'avaient pas l'organisation régulière de l'église chrétienne. La religion n'était pas une institution à part avec des temples et des prêtres spécialement consacrés. Elle faisait partie intégrante de la vie quotidienne et était entretenue par les membres de la société à titre individuel, c'est-à-dire par les villageois et les femmes au foyer. En outre, les rituels étaient accomplis dans les maisons des fermiers et des chefs de village. (Sawyer, 213)

Il semble toutefois y avoir eu des exceptions à cette règle, puisque certains auteurs postérieurs rapportent l'existence de temples dédiés à Thor. Le plus célèbre d'entre eux est le temple d'Uppsala en Suède, dédié au culte de Freyr, Odin et Thor. Selon le récit d'Adam de Brême (vers 1050-1085) consigné dans le Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum, des sacrifices au cours desquels les mâles de chaque espèce étaient sacrifiés et suspendus aux arbres d'un bosquet sacré prenaient place dans ce temple tous les neuf ans. Bien que le récit d'Adam ait été qualifié de rumeur sans fondement, il semble probable qu'une manière de sacrifice rituel ait bien pris place à Uppsala ainsi que dans d'autres sites sacrés. Davidson commente :

On dit que de nombreux temples de la fin de l'ère païenne abritaient une représentation du dieu accompagné de son marteau. Les représentations de Thor sont évoquées plus fréquemment que celles des autres dieux, et lorsqu'il lui arrivait de partager un temple avec d'autres divinités, il est généralement admis qu'il y occupait la place d'honneur. Il est question de pièces d'étoffe richement ouvragées et l'on dit aussi qu'on lui offrait volontiers des sacrifices de viande et de pain dans ses temples de Norvège. Ses fidèles attendaient avant tout de la part de Thor qu'il les guide au moment de prendre une décision difficile (75).

Tous ces temples furent détruits lorsque le christianisme a fini par triompher des croyances païennes scandinaves. Davidson raconte comment le roi norvégien Olaf Tryggvason (r. de 995 à 1000), resté tristement célèbre pour la conversion manu militari de son royaume au christianisme, détruisit un temple après qu'on lui ait montré le fonctionnement d'une statue mobile du dieu Thor. Davidson cite une description de la statue tirée du manuscrit islandais Flateyjarbók (vers 1394), une compilation d'écrits anciens sur les dirigeants scandinaves, soulignant sa taille impressionnante :

Thor trônait au milieu du temple, à la place d'honneur. Il était immense et constellé d'or et d'argent. Thor était disposé de façon à être assis dans un char ; il était tout à fait splendide. Il y avait des boucs, deux d'entre eux, attelés devant lui, très bien ouvragés. Le char et les boucs étaient montés sur des roulettes. La corde entourant les cornes des boucs était en argent torsadé et l'ensemble était ouvragé avec une extrême finesse. (76)

Cette statue semble avoir été en mesure de se déplacer lorsqu'on tirait sur la corde entourant les cornes et, ce faisant, elle émettait un son semblable au bruit du tonnerre. Davidson poursuit :

Skeggi, après avoir amené Olaf Tryggvason au temple pour lui montrer la statue de Thor, le persuada de tirer la corde enserrant les cornes des boucs. Lorsqu'il le fit, les boucs avancèrent sans difficulté. Skeggi déclara alors que le roi avait rendu hommage au dieu et Olaf, de façon prévisible, se mit en colère et ordonna à ses hommes de détruire les idoles tandis que lui-même faisait choir Thor de son char. Ceci implique dans le cas présent que faire avancer un char aux roues bien graissées faisait partie d'un rituel en l'honneur de Thor. (76)

Les amulettes représentant le marteau de Thor ont continué à rivaliser avec celles représentant des croix chrétiennes durant toute la période où la religion scandinave luttait pour maintenir sa suprématie face aux coups de boutoir d'une nouvelle foi qui semblait s'opposer à toutes les valeurs incarnées par Thor. Les caractéristiques mêmes qui faisaient de Thor un dieu très apprécié étaient tenues en grand mépris par une nouvelle religion encourageant, en théorie du moins, la résolution pacifique des conflits et la négociation avant l'action.

Même si certains rois chrétiens comme Olaf Tryggvason ont davantage converti les païens par le fer et le feu que par des arguments théologiques, il n'en reste pas moins que les idéaux prêchés par le christianisme étaient totalement incompatibles avec un dieu comme Thor. En conséquence de quoi, ses fidèles sont morts en résistant à la conversion au christianisme ou, ayant accepté la nouvelle foi, ont fini par l'oublier. En tout état de cause, dès le XIIe siècle, le culte de Thor n'était plus qu'un souvenir et des églises se dressaient là où s'étaient autrefois érigés ses temples.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Yves Palisse
Linguiste passionné d'Histoire, Yves P Palisse est un traducteur indépendant possédant des années d’expérience dans les domaines de la traduction, de l’analyse des médias et du service à la clientèle. Après avoir beaucoup voyagé dans toute l'Europe, Il a fini par poser ses bagages à londres en 1999. Il a une passion pour les sciences humaines, le droit et la justice sociale.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2018, décembre 17). Thor [Thor]. (Y. Palisse, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11922/thor/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Thor." Traduit par Yves Palisse. World History Encyclopedia. modifié le décembre 17, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11922/thor/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Thor." Traduit par Yves Palisse. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 17 déc. 2018. Web. 04 févr. 2023.

Adhésion