Odin

Définition

Emma Groeneveld
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 13 novembre 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien, espagnol
Odin fighting Fenrir (by Emil Doepler, Public Domain)
Odin combat Fenrir
Emil Doepler (Public Domain)

Odin (vieux norrois : Óðinn) est le principal dieu de la mythologie nordique. Décrit comme un vieil homme extrêmement sage et borgne, Odin possède de loin les caractéristiques les plus variées de tous les dieux et n'est pas seulement la divinité à invoquer lorsque la guerre se prépare, mais aussi le dieu de la poésie, des morts, des runes et de la magie.


Il existe également dans la mythologie germanique sous le nom de Woden (en vieil anglais) ou Wodan (en vieux francique), et Wutan ou Wuotan (en vieux haut allemand). Le nom anglais moderne pour mercredi, Wednesday, trouve ses origines dans " day of Woden ", wōdnesdæg en vieil anglais, et se retrouve encore dans le nom néerlandais woensdag.

Supprimer la pub

Advertisement

Membre de la famille des Ases (Æsir), il a aidé à créer le monde, réside à Asgard (la forteresse et la maison des dieux) et rassemble autour de lui les guerriers tués dans le Valhalla (" salle des morts "), mais il est finalement écrasé par le loup Fenrir lors du Ragnarök, le " destin final des dieux " au cours duquel le monde est détruit.

Fonctions

Odin est un personnage ancien et original de la mythologie nordique, même si, comme le souligne Jens Peter Schjødt, de nombreux spécialistes pensent que sa position élevée au sommet de la hiérarchie divine est peut-être un ajout ultérieur (219). Le rôle d'Odin en tant que "Alfadir" (père de tout) ou père des dieux est davantage un thème littéraire provenant de sources plus tardives - apparemment influencé par les noms chrétiens de Dieu - qu'un reflet réel de son statut dans les sociétés de l'âge Viking. La poésie scaldique (poésie pré-chrétienne de l'âge viking, principalement écoutée à la cour par les rois et leur suite), par exemple, nomme Baldr, Thor et Vali comme fils d'Odin, alors que plus tard, l'auteur islandais du XIIIe siècle Snorri Sturluson ajoute également Heimdall, Týr, Bragi, Vidarr et Hodr à la liste. Par ailleurs, bien qu'il soit marié à Frigg, beaucoup de ces fils sont de mères différentes et Odin apparaît dans de nombreux récits comme un coureur de jupons, se vantant même de ses aventures, ce qui rappelle (et peut-être inspire ?) Zeus de la mythologie grecque.

Supprimer la pub

Advertisement

Le principal groupe d'adorateurs d'Odin se composait principalement de l'élite - rois, chefs et poètes - mais comprenait également des guerriers.

La fonction d'Odin en tant que dieu de la guerre est plus tangible. Malgré son allure de grizzly, il n'a jamais été représenté comme un guerrier (c'était plutôt le rôle de Thor), mais on faisait appel à lui lorsque la guerre se préparait pour lui donner des conseils et des cadeaux spéciaux. Dans les sources germaniques du sud et de l'ouest, c'est Odin qui décidait si les batailles ou les guerriers individuels seraient victorieux ou se termineraient de façon un peu moins heureuse. Les Valkyries d'Odin - des femmes guerrières surnaturelles - apportent les corps des combattants tués au combat dans son paradis spécial des guerriers, le Valhalla ; ces combattants sont connus sous le nom d'Einherjar et deviennent la force de frappe d'Odin contre les pouvoirs envahissants des Enfers pendant le Ragnarök. En raison de cet aspect, les guerriers individuels sont également attirés dans le groupe principal d'adorateurs d'Odin, qui autrement se compose principalement de l'élite : rois, chefs et poètes.

Comme l'indique le fait qu'il fouille les champs de bataille pour trouver des recrues, le lien d'Odin avec la guerre s'accompagne naturellement d'un lien avec les morts, ce qui est illustré par le fait qu'Odin est le chef de la "chasse sauvage", un culte germanique ancien et répandu, centré sur le mythe d'une armée de morts qui chevauchent les tempêtes. Il est également le dieu de la poésie grâce à sa connaissance des runes, ainsi que de la magie (seiðr), étant même considéré comme le plus habile et le plus compétent de tous les dieux en la matière. Odin utilisait principalement la magie pour entrevoir l'avenir. Comme l'explique Neil Price :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Il [Odin] est décrit comme tombant en transe, comme abandonnant son corps et voyageant à l'étranger sous la forme spirituelle d'un animal, et plusieurs fois comme ayant des visions de sagesse provoquées par diverses sortes d'épreuves. (246)

Ce type de divination s'inscrit parfaitement dans le rôle de conseiller d'Odin et aurait été d'un grand intérêt pour les souverains de l'âge viking. De plus, la nature de la magie d'Odin fait qu'on le considère souvent comme un chaman, un aspect qui est encore renforcé par sa fonction de dieu de la guérison.

Odin
Odin
Emil Doepler (CC BY-NC-SA)

Attributs

Odin est reconnaissable à son chapeau et à sa cape, à sa longue barbe et au fait qu'il soit borgne (ce qui rappelle un peu Gandalf du Seigneur des Anneaux de Tolkien sur ce dernier point). Sa lance Gungnir est l'un de ses principaux attributs et semble avoir été présente dans la croyance de l'âge Viking, comme le suggèrent les pointes de lance miniatures trouvées dans tout le sud et le centre de la Suède.

Parmi les autres attributs, citons l'anneau Draupnir, qui goutte pour former huit nouveaux anneaux toutes les neuf nuits, et le cheval Sleipnir, mentionné très tôt dans la littérature vieux-norse et qui se distingue par un total de huit pattes d'une grande utilité. De même, les deux corbeaux d'Odin, Huginn ("pensée") et Muninn ("sagesse") sont des éléments mythiques très anciens déjà bien établis - prouvés par leur apparition sur des ornements et des pierres runiques - avant environ l'an 800. Ils volent autour du monde pour recueillir des nouvelles, et à leur retour, ils s'assoient sur l'épaule d'Odin et lui chuchotent leurs nouvelles à l'oreille. Dans l'Edda en prose, Odin dit :

Supprimer la pub

Advertisement

Huginn et Muninn planent chaque jour

La vaste terre au-dessus ;

Je crains pour Huginn qu'il ne revienne pas, -

Mais je veille davantage sur Muninn.

(Gylfaginning, 38)

Pour cette raison, Odin est également connu sous le nom de "dieu-corbeau". Si vous avez déjà vu un champ de bataille (version cinématographique d'un champ de bataille) après que l'action se soit calmée, il devient clair que les corbeaux d'Odin sont liés à son rôle de dieu de la guerre et à son lien avec les morts ; un champ de bataille n'est pas seulement un festin pour les corneilles mais aussi un festin pour les grands corbeaux.

Les autres attributs sont les Valkyries - qui sont probablement représentées par de petites figurines féminines tenant parfois une corne à boire, indiquant le culte d'Odin - et ses loups Geri et Freki. Il pourrait également être lié à l'aigle et au serpent, et sa fonction potentielle de chaman signifie que le bâton est également mis en avant.

Mythes relatifs à Odin

Notre connaissance de la mythologie nordique telle qu'elle existait à l'époque des Vikings étant très limitée, nous n'avons que trois dieux en tête d'affiche dans plus d'un mythe connu ; Odin est l'un d'entre eux, avec Thor et Loki. Très probablement, nous n'avons que la structure des histoires que les Vikings de la période pré-chrétienne auraient racontées et auxquelles ils auraient cru à propos de ces dieux. Voici quelques-unes d'entre-elles :

Supprimer la pub

Advertisement

L'immense savoir d'Odin provient de la tête de Mímir, qu'Odin empêche de se décomposer afin qu'elle puisse transmettre des indices secrets de "l'autre monde".

Avant la création du monde, Búri, l'ancêtre des dieux, sortit de la glace, et son fils Borr et sa fille géante Bestla engendrèrent Odin et ses frères (généralement nommés Vili et Vé). Les frères tuèrent ensuite le géant Ymir et utilisèrent sa chair pour créer la terre, son crâne pour former le ciel, ses os pour les montagnes et son sang pour créer la mer. Avec une résidence réelle en place, ils façonnèrent ensuite le premier couple humain, Ask et Embla, à partir de deux arbres ou morceaux de bois.

L'immense savoir d'Odin est dû à la tête de Mímir (ou bien au fait qu'il ait bu dans le puits de Mímir). Mímir était un sage conseiller au sujet duquel Snorri Sturluson rapporte que les Vanir (la famille des dieux de la fertilité) lui avaient coupé la tête et l'avaient envoyée à Odin qui eut recours à la magie et aux herbes médicinales pour empêcher la tête de se décomposer afin qu'elle puisse transmettre des indices secrets de "l'autre monde". Selon Snorri, le prix qu'Odin dut payer pour cela fut un de ses yeux. Ses connaissances accrues apparaissent dans quelques autres mythes (connus grâce à l'Edda Poétique) ; dans le Vafþrúðnismál, Odin engage une bataille d'esprit avec le géant Vafþrúðnir et le bat, tandis que dans le Grímnismál, Odin déguisé est torturé et finit par révéler ses vastes connaissances mythiques au roi Geirroðr.

De plus, Snorri explique que les superbes talents poétiques d'Odin sont dus au fait qu'il a volé l'hydromel des skalds (c'est-à-dire des poètes) en couchant avec la géante Gunnlǫð, gardienne de l'hydromel, pendant trois nuits. Pour cette raison, il eut le droit de boire trois gorgées, mais au lieu de cela, il but cul-sec et vida les récipients, se transforma en aigle et il prit ses jambes à son cou (enfin, ses ailes). Également lié à la poésie, Odin acquit également la connaissance des runes, qui selon le poème Hávamál serait dû à un sacrifice de soi :

Supprimer la pub

Advertisement

Je suis conscient que j’ai été pendu

à l’arbre tordu par les vents (Yggdrasill)

neuf nuits entières,

blessé par une lance

et offert à Óðinn ,

moi à moi-même,

sur cet arbre

dont personne ne sait

à partir des racines de quoi il s’élève.

(Hávamál, 138)

Sa quête incessante de la connaissance est illustrée ici par les efforts que le roi bienveillant d'Asgard déploie (très délibérément - il se sacrifie pour lui-même) afin de débloquer les runes : neuf nuits passées à se balancer sur une branche d'Yggdrasil, l'arbre du monde, avec une blessure de lance qui l'a mis à deux doigts de la mort, et seulement alors les runes lui sont révélées.

Odin on Sleipnir (Tjängvide image stone)
Odin sur Sleipnir (Pierre de Tjängvide)
Berig (GNU FDL)

Lors du Ragnarök, la sagesse et le pouvoir d'Odin sont mis à l'épreuve. Des catastrophes naturelles, dont un hiver horrible, ainsi que Fenrir dévorant le soleil, annoncent l'arrivée des forces des Enfers. Heimdall tire la sonnette d'alarme, la tête de Mímir est consultée et les dieux se réunissent sous Yggdrasil pour décider de la marche à suivre. Aussi bien préparé soit-il, Odin affronte courageusement Fenrir, mais meurt dans les mâchoires de la créature, aux côtés de nombreux autres dieux qui périssent à cause de divers ennemis, mais qui en tuent aussi beaucoup au passage.

Le culte d'Odin

La croyance en Odin était si répandue dans les régions germaniques de la période pré-chrétienne et les parallèles entre lui et le dieu indien Varuna si évidents qu'il est probable que ses origines remontent aux premiers temps de la tradition indo-germanique. Dès l'âge du bronze, les gravures rupestres suédoises représentent un dieu tenant une lance, que l'on pourrait, avec un peu d'imagination, associer à Odin, et dès 500 de notre ère, il apparaît clairement sur toute une série d'ornements aux côtés d'oiseaux et de guerriers.

Les pierres à images de l'âge Viking poursuivent cette tendance et le représentent, entre autres, chevauchant vers le Valhalla.

Cependant, si l'on garde à l'esprit son statut ultérieur de chef de file de la mythologie nordique, les preuves tangibles d'un culte d'Odin sont plutôt rares. Les lieux portant le nom d'Odin - un bon indicateur des pratiques cultuelles et de la popularité - sont totalement absents en Islande entre sa colonisation et l'arrivée du christianisme, et très rares dans le sud de la Norvège, bien qu'ils apparaissent ici et là dans le sud de la Suède et au Danemark. Thor, en revanche, vole la vedette et est beaucoup plus visible dans un contexte cultuel que son père. Heureusement, Rudolf Simek a un moyen d'apaiser notre confusion :

En effet, il semble probable que les sources littéraires l'aient considéré comme ayant une position aussi élevée de leur propre point de vue, car il ne fait aucun doute qu'Odin était le dieu de la poésie (et des poètes), et nos sources, qui proviennent directement ou indirectement - via la systématisation de Snorri - des skalds de l'époque païenne, montrent sans surprise une inclination particulière en faveur du dieu de leur propre métier. (243)

Ainsi, plutôt que d'avoir un culte global d'Odin en tant que roi bienveillant d'Asgard dans la mythologie nordique et germanique, il est plus logique qu'il ait été vénéré dans des contextes spécifiques et par des individus spécifiques - principalement des poètes, des guerriers, des chefs et des rois. Les macabres sacrifices humains, par exemple, ont tendance à être exclusivement dédiés à Odin. Autrement, dans la croyance de l'âge viking, il n'était qu'un membre de la bande. En 1070, Adam de Brême a écrit, à propos de sa visite dans ce lieu, qu'une statue de Thor trônait au centre de la salle, avec Odin et Freyr sur le côté, et que des sacrifices étaient offerts à Thor en cas de famine, à Odin en temps de guerre et à Freyr pour les activités liées au mariage.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

  • Brink, S. & N. Price (eds.). The Viking World. Routledge, 2012
  • Gräslund, A. "Religion, Art, and Runes." Vikings. The North Atlantic Saga, edited by W. W. Fitzhugh & E. I. Ward. Smithsonian Books, Washington, 2000, 55-69.
  • Gräslund, A. "The material culture of Old Norse religion." The Viking World, edited by S. Brink & N. Price. Routledge, 2012, 254.
  • HultgÃ¥rd, A. "The Religion of the Vikings." The Viking World, edited by S. Brink & N. Price. Routledge, 2012, 212-218.
  • Larrington, C. (trans.). The Poetic Edda. Oxford World's Classics, 1999, 34.
  • Price, N. "Sorcery and circumpolar traditions in Old Norse belief." The Viking World, edited by S. Brink & N. Price. Routledge, 2012, 244-248.
  • Raudvere, C. "Popular Religion in the Viking Age." The Viking World, edited by S. Brink & N. Price. Routledge, 2012, 235-243.
  • Schjødt, J. P. "The Old Norse Gods." The Viking World, edited by S. Brink & N. Price. Routledge, 2012, 219-221.
  • Simek, R. (translated by A. Hall). Dictionary of Northern Mythology. D. S. Brewer, Cambridge, 2008
  • The Prose EddaAccessed 10 Nov 2017.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Emma Groeneveld
Emma a étudié l'histoire et l'histoire ancienne. Pendant sa maîtrise, elle s'est concentrée sur Hérodote, ainsi que sur les anecdotes croustillantes de la politique des cours antiques. Plus récemment, elle s'est plongée dans la préhistoire au sens large.

Citer cette ressource

Style APA

Groeneveld, E. (2017, novembre 13). Odin [Odin]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14652/odin/

Style Chicago

Groeneveld, Emma. "Odin." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 13, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14652/odin/.

Style MLA

Groeneveld, Emma. "Odin." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 13 nov. 2017. Web. 05 déc. 2022.

Adhésion