Sleipnir

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$1892 / $18000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 30 août 2021
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Odin & his Horse Sleipnir (by Germanic Mythology, Public Domain)
Odin et son cheval Sleipnir
Germanic Mythology (Public Domain)

Sleipnir est le cheval à huit pattes que monte principalement le dieu Odin dans la mythologie nordique. Il est le fils du dieu Loki (sous la forme d'une jument) et de l'étalon Svadilfari qui appartenait au jötunn qui construisit les murs d'Asgard. En Islande, le canyon glaciaire Ásbyrgi est connu sous le nom d'"empreinte de Sleipnir" en l'honneur du cheval.

Selon la légende, le grand cheval, qui portait Odin, aurait traversé cette région et l'un de ses sabots aurait atterri au milieu d'une forêt, créant ainsi le canyon. Cette histoire est typique des récits concernant Sleipnir, qui le dépeignent souvent comme immensément grand, transportant Odin à travers les royaumes où des preuves de leur passage sont laissées derrière eux. Dans d'autres récits, il semble à peine plus grand qu'un cheval moyen, mais avec huit pattes.

Supprimer la pub
Publicité

Sleipnir est toujours dépeint comme incroyablement rapide et le "meilleur de tous les chevaux", symbolisé par ses huit pattes qui transportent un cavalier n'importe où dans les neuf royaumes de la cosmologie nordique en un temps record. Comme il est né de deux entités surnaturelles, il a le pouvoir de se déplacer facilement entre les royaumes, y compris celui des morts, d'où son nom (prononcé Slayp-near), qui signifie "celui qui glisse".

Dans la culture scandinave, les chevaux étaient considérés comme possédant des capacités surnaturelles qui les mettaient en communion avec les dieux et les esprits.

Bien qu'il soit presque toujours monté par Odin, dans l'histoire de la mort du dieu Baldr, il est monté par Hermóðr, le frère de Baldr, jusqu'au royaume de Hel dans l'au-delà. Sleipnir est capable de sauter facilement la haute clôture qui entoure Hel et de ramener Hermóðr sain et sauf auprès des dieux à Asgard. Le grand cheval figure également dans le récit de la course d'Odin contre le géant Hrungnir, qui est tué par Thor lorsqu'il menace les Asgardiens.

Supprimer la pub
Publicité

La dernière chevauchée de Sleipnir consiste à transporter Odin sur le champ de bataille de Vigrid lors du Ragnarök, le Crépuscule des Dieux. Lors de la bataille finale entre les forces du chaos, qui comprennent Loki et les demi-frères de Sleipnir, Fenrir, Jörmungandr et Hel - entre autres - du côté du chaos, la plupart des dieux nordiques sont tués, y compris Odin et son fidèle cheval. Sleipnir est alors censé transporter Odin dans l'au-delà, conformément à la conception traditionnelle du cheval en tant qu'être liminal dans la mythologie nordique.

Les chevaux dans la croyance nordique

Dans la culture scandinave, l'étalon remplaçait le taureau comme symbole de virilité et de puissance, mais les chevaux étaient généralement considérés comme possédant des capacités surnaturelles qui les mettaient en communion avec les dieux et les esprits. Il n'y avait pas de clergé dans la pratique religieuse nordique, mais il y avait la figure de la völva (voyante), une femme qui recevait des messages des dieux, pouvait prédire l'avenir et présidait les rituels de la communauté. La völva était très respectée, mais il était admis que les chevaux étaient plus proches des dieux et pouvaient mieux les comprendre que n'importe quelle völva. Le spécialiste H. R. Ellis Davidson commente:

Supprimer la pub
Publicité

Le cheval était un animal qui pouvait être associé au soleil voyageur et il était un symbole religieux important dans le Nord à partir de l'âge du bronze. Un cheval pouvait transporter un héros défunt jusqu'au royaume des morts, comme le montrent de nombreuses pierres commémoratives érigées sur l'île de Gotland à l'époque des Vikings. Comme le sanglier de Freyr, le cheval d'Odin voyageait rapidement dans le ciel et descendait dans le royaume de la mort. Au premier siècle de notre ère, les chevaux sacrés des Germains étaient réputés comprendre la volonté des dieux plus clairement que leurs prêtres, selon Tacite, de sorte qu'ils étaient utilisés pour la divination. (53)

La divination consistait à atteler un ou plusieurs chevaux à un char ou à une charrette, puis à observer le chemin qu'ils prenaient, généralement entre des lances ou d'autres projectiles posés sur le sol devant eux. Bien qu'il n'y ait pas d'histoires où Sleipnir prédit ouvertement l'avenir, on pense qu'il est assez intuitif, connaissant le chemin le plus rapide pour atteindre une destination afin de minimiser les risques pour son cavalier.

Les huit pattes de Sleipnir

Sleipnir est mentionné pour la première fois dans la poésie eddique du Xe siècle, qui fait partie des sources utilisées par l'historien et mythographe islandais Snorri Sturluson (1179-1241) pour l'Edda en prose, un récit unifié des mythes nordiques écrit au XIIIe siècle. Le cheval à huit pattes, symbole chamanique de la transformation, est toutefois antérieur au nom de Sleipnir (du moins dans les écrits), puisque les pierres runiques du Gotland présentent l'image d'Odin sur le cheval à huit pattes arrivant dans l'au-delà dès le VIIIe siècle.

Certains auteurs contemporains affirment que les fameuses huit pattes de Sleipnir sont le résultat de sa naissance magique qui l'a laissé difforme, mais les spécialistes rejettent cette affirmation en notant qu'elles ont probablement été imaginées pour véhiculer le concept de vitesse. Le spécialiste Rudolf Simek, par exemple, souligne que "sur les pierres de Gotland, les huit pattes servent simplement à donner l'impression de vitesse et la tradition picturale a ouvert la voie au cheval à huit pattes dans la tradition littéraire" (293-294). Simek affirme également que l'histoire de la naissance magique de Sleipnir est très probablement une invention de Sturluson, qui aurait ajouté ses propres touches d'imagination à de nombreux mythes nordiques.

Supprimer la pub
Publicité

Odin on Sleipnir (Tjängvide image stone)
Odin sur Sleipnir (Pierre de Tjängvide)
Berig (GNU FDL)

Il a également été suggéré que les huit pattes symbolisent l'équilibre cosmique et la transformation, tout en suggérant la stabilité, et bien que cela puisse être vrai, l'intention originale semble simplement suggérer la vitesse. Sleipnir est plus tard connu comme l'ancêtre du cheval du grand héros Sigurd, Grani, également connu pour sa rapidité et appelé "le meilleur des chevaux".

Naissance magique

Sleipnir est également mentionné dans les différentes œuvres qui composent l'Edda poétique, notamment Baldrs Draumar ("Les rêves de Baldur") lorsqu'Odin le conduit au royaume de Hel pour demander à l'esprit d'une sorcière ce que présagent les rêves de son fils. L'histoire de son origine se trouve dans l'Edda en prose, dans le récit de la construction des murs d'Asgard et du Valhalla.

Après avoir créé et ordonné les neuf royaumes, les dieux ont entrepris de construire un mur de protection autour de leur maison d'Asgard et de la salle des héros, le Valhalla. Alors qu'ils discutent de la meilleure façon de procéder, un homme sans nom apparaît et propose de le faire pour eux en échange de la déesse Freyja, du soleil et de la lune. Les dieux ne sont pas très enthousiastes à l'idée d'accepter cette proposition, mais Loki, le dieu filou, les convainc de le faire. Les dieux assortissent toutefois l'accord d'une condition: le maître d'œuvre doit achever les murs en trois saisons (printemps, été, automne) et le faire sans l'aide de qui que ce soit. Le bâtisseur demande s'il peut utiliser son cheval, Svadilfari, pour l'aider et, une fois de plus, après l'influence de Loki sur la discussion, les dieux acceptent.

Supprimer la pub
Publicité

Svadilfari and his Master
Svadilfari et son maître
Robert Engels (Public Domain)

Ils se rendent vite compte que Svadilfari n'est pas un cheval ordinaire, car il peut déplacer des pierres sur de grandes distances plus rapidement que n'importe quel homme. Avec l'aide de son cheval, le bâtisseur a presque terminé les murs quelques jours avant la date limite. Les dieux n'ont guère l'intention de payer ce qu'il avait demandé et se retournent contre Loki, responsable de l'accord. Ils lui disent qu'il doit régler ce problème sous peine de subir la pire mort qu'ils puissent imaginer pour lui.

Loki se transforme en une belle jument et, cette nuit-là, trotte jusqu'à l'endroit où Svadilfari déplace des pierres. L'étalon est immédiatement attiré par la jument et court vers elle, mais Loki en tant que jument s'enfuit dans les bois. Le bâtisseur court après Svadilfari et le poursuit toute la nuit, si bien que le mur n'est pas achevé à la date prévue. Les dieux découvrent que le bâtisseur est un jötunn - un habitant du royaume de Jotunheim, terre des géants du givre - qui est ennemi (ou du moins en mauvais termes) des dieux d'Asgard. Ils font appel à Thor pour régler ce problème à leur place, et celui-ci apparaît, fracasse le crâne du bâtisseur avec son marteau, ce qui met fin à la difficulté qu'auraient rencontré les dieux face à un bâtisseur qui pourrait s'opposer au non-paiement. Entre-temps, Loki-la-jument finit par être coincé par Svadilfari et fécondé, donnant plus tard naissance à Sleipnir.

La course d'Odin

Odin fit de Sleipnir son cheval, en tant que chef des dieux, et l'a chevauché à travers les Neuf Royaumes lors de ses différents voyages. Un jour, il se rend à Jotunheim et rencontre le géant Hrungnir qui admire Sleipnir. Odin se vante que son cheval est le meilleur qui soit, et Hrungnir est contrarié, affirmant que son propre cheval, Gullfaxi ("Crinière d'or"), est meilleur et plus rapide.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Thor donne Gullfaxi à Magni, de sorte que les deux plus grands chevaux des Neuf Royaumes résident tous deux à Asgard.

Odin lance un défi à Hrungnir et les deux chevaux partent au galop vers Asgard. Les Asgardiens n'ont aucune envie de laisser un jötunn pénétrer dans leurs murs, mais Gullfaxi est si rapide qu'il talonne Sleipnir et Odin ne l'emporte que d'un cheveu. Sentant qu'il doit offrir l'hospitalité, il propose à Hrungnir un verre, que le géant boit rapidement avant d'en redemander.

Hrungnir s'enivre et commence à menacer les Asgardiens. Il rugit qu'il les tuera tous, qu'il détruira Asgard et qu'il emportera le Panthéon d'Odin à Jotunheim avec les belles déesses Freyja et Sif, l'épouse de Thor. Hrungnir a déjà (à un moment donné) enlevé la fille de Thor, Thrud (qui lui a été rendue plus tard ou qui s'est peut-être échappée), et il n'est donc guère respecté avant même de commencer sa diatribe en état d'ébriété. Les dieux appellent Thor qui provoque Hrungnir en duel et lui fracasse le crâne avec son marteau, comme il l'avait fait avec le bâtisseur des murs d'Asgard.

Le géant tombe et sa jambe se pose sur la gorge de Thor. Aucun des Asgardiens n'est assez fort pour le soulever, à l'exception de Magni, le fils de Thor âgé de trois ans, qui sauve son père. En récompense, Thor donne Gullfaxi à Magni, de sorte que les deux plus grands chevaux des Neuf Royaumes résident désormais tous deux à Asgard.

La mort de Baldr

Sleipnir est également présent dans l'un des récits les plus célèbres de la mythologie nordique, celui de la mort de Baldr. Baldr était le fils d'Odin et de sa femme Frigg et était considéré comme le plus beau, le plus gentil et le plus sage des dieux. Dans le poème Baldrs Draumar de l'Edda poétique, Baldr commence à faire des cauchemars sur un malheur imminent. Odin enfourche Sleipnir et se rend à Hel, le royaume des morts, pour découvrir la signification de ces rêves.

Hel est entouré d'un haut mur pour empêcher les morts d'entrer et les vivants de sortir, mais Sleipnir est capable de voyager facilement entre les royaumes et amène Odin directement à l'intérieur. Il remarque que Hel a été nettoyé et balayé, que le sol est recouvert d'or et que les bancs ont été chargés de foin frais. Il invoque l'esprit d'une völva (appelée "sorcière" dans certaines traductions) et lui demande ce que cela signifie. Elle lui répond que Hel a été préparé pour accueillir l'âme de Baldr, qui doit arriver sous peu.

Le poème se termine par une völva qui dit à Odin de retourner à Asgard car il sera lui-même en Hel bien assez tôt après le Ragnarök, mais le récit se poursuit dans l'Edda en prose dans la section 49 du Gylfaginning où Frigg, bouleversée par la perspective de perdre son fils, parcourt les neuf royaumes pour obtenir de toutes les choses animées et inanimées la promesse qu'elles ne feront pas de mal à Baldr.

Frigg
Frigg
Dagfin Werenskiold / Oslo City Hall (CC BY-NC)

Baldr étant universellement aimé, les promesses sont facilement tenues. Par la suite, les dieux d'Asgard s'amusent à lancer des objets sur Baldr pour les voir rebondir sur lui sans le blesser , conformément à leur promesse. Loki assiste un jour à ce jeu et, décidant de semer le trouble, se transforme en femme et va rendre visite à Frigg dans son palais de Fensalir.

Frigg lui demande ce que font les Asgardiens, et la femme lui répond qu'ils s'adonnent à leur sport habituel, à savoir lancer toutes sortes d'objets sur Baldr. Elle demande alors à la reine s'il est vrai que toutes les choses dans les Neuf Royaumes ont prêté serment de le protéger, et Frigg répond innocemment qu'elle n'a jamais demandé au gui parce qu'il était si jeune et inoffensif. Loki part immédiatement, trouve du gui à l'ouest du Valhalla et l'apporte à Asgard où il voit Hodr, le frère aveugle de Baldr, qui se tient à l'écart des festivités, triste de ne pas pouvoir y participer. Loki lui dit qu'il guidera sa visée et Hodr lance le gui qui transperce Baldr, le tuant sur le coup.

Les dieux sont dévastés par sa mort et Frigg apparaît, pleurant son fils, et demande à quelqu'un de se rendre en Hel pour demander le retour de Baldr. Hermodr, le frère de Baldr, se porte volontaire et Odin selle Sleipnir pour lui. Hermodr chevauche pendant neuf nuits sur la route qui descend vers Hel, traverse le pont au-dessus de la rivière de lances, et on lui dit qu'il ne peut pas entrer parce qu'il est un être vivant. Cependant, Sleipnir saute facilement les murs de Hel et Hermodr trouve l'esprit de Baldr en train de se divertir dans une grande salle en présence de Hel, la reine des morts, et de l'épouse de Baldr, Nanna, qui est morte de chagrin depuis qu'Hermodr a quitté Asgard.

Odin's Last Words to Baldr
Les Derniers mots d'Odin à Baldr
W. G. Collingwood (Public Domain)

Hermodr présente sa requête et Hel accepte de rendre Baldr et Nanna si les Neuf Royaumes pleurent pour lui. Hermodr chevauche Sleipnir pour quitter le royaume de la mort et retourner à Asgard, et tous les royaumes pleurent Baldr, à l'exception de la géante Thokk (qui est en fait Loki sous une autre forme), qui affirme que les morts appartiennent aux morts. Baldr doit rester dans le royaume de Hel jusqu'à la fin du monde actuel, lors du Ragnarök.

Ragnarök

Le Ragnarök avait été prédit par les Nornes - les Parques dont les visions ne peuvent être modifiées - et marqua la fin des neuf royaumes et de la plupart de ceux qui y vivaient. Il s'agissait de la dernière grande bataille entre les forces du chaos et celles de l'ordre, annoncée par le demi-frère de Sleipnir, Fenrir, le grand loup. Il y eut d'abord une rupture des relations humaines et un manquement aux coutumes traditionnelles, puis trois hivers rigoureux, sans été entre les deux, apportèrent la famine sur les terres. Fenrir, lié par Odin et les Asgardiens à un rocher sur une île, briserait ses chaînes et se déchaînerait à travers les royaumes tandis que son fils Sköll avalerait le soleil et que son autre fils Hati s'emparerait de la lune.

Odin fighting Fenrir
Odin combat Fenrir
Emil Doepler (Public Domain)

L'autre demi-frère de Sleipnir, Jörmungandr, le Serpent du Monde, surgit de la mer et envoya des raz-de-marée à travers les royaumes, tandis que sa demi-sœur, Hel, fournit une armée de morts à son père Loki, qui amène Surtr et ses compagnons géants de feu sur le champ de bataille. Les dieux d'Asgard et les héros déchus du Valhalla affrontent les forces du chaos dans la grande bataille où Odin charge Fenrir sur le dos de Sleipnir. Le grand loup les dévore tous les deux et est ensuite tué par Vidarr, le fils d'Odin. La plupart des dieux meurent dans la bataille, y compris Thor et Loki, mais les forces de l'ordre sont victorieuses - même si Surtr et ses géants embrasent les Neuf Royaumes - et un nouveau monde finit par renaître de ses cendres.

Conclusion

Sleipnir n'est jamais décrit comme le simple cheval d'Odin, mais plutôt comme son compagnon qui partage ses aventures. Sa mort aux côtés d'Odin lors de la dernière grande bataille fait écho non seulement à leur relation, mais aussi à la façon dont un public scandinave ou islandais aurait considéré les chevaux: comme des êtres liminaux capables de combler l'espace entre le pays des vivants et celui des morts.

Les chevaux figuraient souvent dans les sépultures nordiques, car ils étaient considérés comme essentiels à la vie après la mort, mais, comme les chiens, ils étaient aussi considérés comme des guides qui conduisaient l'âme du défunt en toute sécurité jusqu'à sa destination. Lindow note que ce concept est mis en évidence non seulement par les tombes et les sépultures excavées, mais aussi par les pierres de Gotland:

Certaines des pierres picturales du huitième siècle de l'île de Gotland montrent des chevaux à huit pattes, et la plupart des érudits admettent qu'ils représentent Sleipnir. Un cavalier est assis sur chacun d'eux, et certains spécialistes pensent qu'il s'agit d'Odin; en effet, au-dessus du cheval et du cavalier sur la pierre Alskog Tjangvide se trouve une figure horizontale avec une lance, peut-être une Valkyrie. Une femme accueille le cavalier en tenant une coupe et toute la scène a été interprétée comme l'arrivée du cavalier dans le monde des morts. (277)

Sleipnir tombe au combat avec Odin parce qu'il le fallait pour s'assurer que son ami atteigne l'autre royaume sain et sauf. Le cheval a toujours été considéré comme étant en phase avec la volonté des dieux et, à travers eux, avec les vibrations de l'univers, connaissant toujours le chemin le plus rapide vers n'importe quelle destination et veillant toujours à la sécurité de son cavalier. Cette vision idéalisée du cheval est incarnée par Sleipnir, loué comme le meilleur de tous les chevaux, non seulement pour sa vitesse, mais aussi pour sa dévotion à l'égard de celui qui le monte.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2021, août 30). Sleipnir [Sleipnir]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20032/sleipnir/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Sleipnir." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 30, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20032/sleipnir/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Sleipnir." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 30 août 2021. Web. 12 juil. 2024.

Adhésion